Archives par mot-clé : Auguste Charpentier

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6

Il suit les cours gratuits de l’APH à l’école Turgot7 : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’AP, qui ont lieu à l’École centrale8 : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT [voir fiche HARANT] ; chimie ; machines.

En 1861, il fait partie d’un comité organisé par les élèves de l’AP désirant offrir une médaille en or à Auguste PERDONNET [Voir fiche et billets PERDONNET] en témoignage de leur reconnaissance pour ses 32 années consacrés à l’association9. Celle-ci est remise par le ministre de l’Instruction publique lors de la distribution solennelle des prix du 9 février 1862. Le président de cette commission, Claude LIONNET, devient ou reste un très bon ami de CHARPENTIER, puisque, toujours bronzier, il est témoin au mariage de sa fille en 1880 à Paris10.

En 1862, CHARPENTIER fait partie des 14 délégués de l’AP à l’exposition universelle de Londres. Ceux-ci rédigent des rapports qui doivent être publiés, mais sont finalement classés. Une mention de premier ordre est allouée à Charpentier pour son travail. Nous connaissons 13 noms sur 14 : « MM. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, avaient traité des grandes machines ; MM. LANDRIN, monteur en bronzes, BERGER, sculpteur, LEGAL menuisier, BOUCART doreur, MATRE dessinateur, et VELLU lithographe, avaient étudié les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc.. ; M. Charpentier, ouvrier d’artillerie, avait traité de la question des métaux ; M. DIOT peintre avait étudié la décoration ; MM. VALENS et DABROWSKI avaient porté leur attention sur la photographie et la typographie ; enfin, M. MAUVOISIN cordonnier avait passé en revue les progrès de la fabrication des chaussures ».

Parmi ces délégués, le monteur en bronze Hippolyte LANDRIN, lecteur n° 15 à la BAI-III [voir fiche LANDRIN], membre aussi de la philotechnique en 1859/60, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT ; le menuisier Léon LEGAL, lecteur n°163, est témoin au mariage d’Hippolyte Landrin en 1870 ; BRUNEAU a vraisemblablement un lien avec le lecteur n° 82  Léon Bruneau, commis ; le nom du cordonnier MAUVOISIN coïncide avec celui du lecteur n° 126 de la BAI-III nommé Désiré Monvoisin, cordonnier, domicilié 5 rue des Écouffes dans le 4e arrondissement, mais il n’a pas pu être précisément identifié11. Il en est de même pour le typographe lecteur n° 167, Nicolas-Stanislas Théophile DABROWSKI12. Constant VELLU est fouriériste13.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III14: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 15

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai16». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Voir : Recueil APH, BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme, distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements ; Le Constitutionnel, 24/01/1860 ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160 ; « Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique, » in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  7. voir https://bai.hypotheses.org/4793 []
  8. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  9. C. Lionnet président ; Lepreux secrétaire ; Veller, Charpentier, A. Lionnet membres. []
  10. AD75, Mariages 14 e arrdt, 1er juin 1880. []
  11. Les deux orthographes Monvoisin et Mauvoisin se rencontrent. Voir : AD77, MONVOISIN. Naissances.1839, né à Melun (Seine et Marne) le 22 novembre 1839, témoin Étienne PERROT, cordonnier, 39 ans, et Gabriel SANQUIER, limonadier, 51 ans ; ADVP, Pierre Désiré Monvoisin, célibataire, décédé à l’âge de 25 ans le 5/10/1865, 5 rue des Écouffes, fils de Louis Denis, cordonnier, 61 ans, et de Marie-Antoinette Lecuyer son épouse, 41 ans, blanchisseuse. Le témoin est Léon Léonard FAURE, 33 ans, cordonnier, domicilié 17 rue des Trois-Canettes. []
  12. Né à Dombrowska en Pologne le 06/12/1807, il épouse Céline Félicité DESAUBLIAUX à Paris le 22/10/1842 à Paris, est naturalisé en 1849. Voir : DABROWSKI. Mariage. 1842 ; Bulletin des lois de la République française, vol. 3, 1849. []
  13. Voir DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2191. []
  14. CRBAI-III 1862/1.. []
  15. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  16. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []