Archives par mot-clé : Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6

Il suit les cours gratuits de l’APH à l’école Turgot7 : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’AP, qui ont lieu à l’École centrale8 : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT [voir fiche HARANT] ; chimie ; machines.

En 1861, il fait partie d’un comité organisé par les élèves de l’AP désirant offrir une médaille en or à Auguste PERDONNET [Voir fiche et billets PERDONNET] en témoignage de leur reconnaissance pour ses 32 années consacrés à l’association9. Celle-ci est remise par le ministre de l’Instruction publique lors de la distribution solennelle des prix du 9 février 1862. Le président de cette commission, Claude LIONNET, devient ou reste un très bon ami de CHARPENTIER, puisque, toujours bronzier, il est témoin au mariage de sa fille en 1880 à Paris10.

En 1862, CHARPENTIER fait partie des 14 délégués de l’AP à l’exposition universelle de Londres. Ceux-ci rédigent des rapports qui doivent être publiés, mais sont finalement classés. Une mention de premier ordre est allouée à Charpentier pour son travail. Nous connaissons 13 noms sur 14 : « MM. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, avaient traité des grandes machines ; MM. LANDRIN, monteur en bronzes, BERGER, sculpteur, LEGAL menuisier, BOUCART doreur, MATRE dessinateur, et VELLU lithographe, avaient étudié les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc.. ; M. Charpentier, ouvrier d’artillerie, avait traité de la question des métaux ; M. DIOT peintre avait étudié la décoration ; MM. VALENS et DABROWSKI avaient porté leur attention sur la photographie et la typographie ; enfin, M. MAUVOISIN cordonnier avait passé en revue les progrès de la fabrication des chaussures ».

Parmi ces délégués, le monteur en bronze Hippolyte LANDRIN, lecteur n° 15 à la BAI-III [voir fiche LANDRIN], membre aussi de la philotechnique en 1859/60, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT ; le menuisier Léon LEGAL, lecteur n°163, est témoin au mariage d’Hippolyte Landrin en 1870 ; BRUNEAU a vraisemblablement un lien avec le lecteur n° 82  Léon Bruneau, commis ; le nom du cordonnier MAUVOISIN coïncide avec celui du lecteur n° 126 de la BAI-III nommé Désiré Monvoisin, cordonnier, domicilié 5 rue des Écouffes dans le 4e arrondissement, mais il n’a pas pu être précisément identifié11. Il en est de même pour le typographe lecteur n° 167, Nicolas-Stanislas Théophile DABROWSKI12. Constant VELLU est fouriériste13.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III14: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 15

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai16». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Voir : Recueil APH, BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme, distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements ; Le Constitutionnel, 24/01/1860 ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160 ; “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  7. voir https://bai.hypotheses.org/4793 []
  8. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  9. C. Lionnet président ; Lepreux secrétaire ; Veller, Charpentier, A. Lionnet membres. []
  10. AD75, Mariages 14 e arrdt, 1er juin 1880. []
  11. Les deux orthographes Monvoisin et Mauvoisin se rencontrent. Voir : AD77, MONVOISIN. Naissances.1839, né à Melun (Seine et Marne) le 22 novembre 1839, témoin Étienne PERROT, cordonnier, 39 ans, et Gabriel SANQUIER, limonadier, 51 ans ; ADVP, Pierre Désiré Monvoisin, célibataire, décédé à l’âge de 25 ans le 5/10/1865, 5 rue des Écouffes, fils de Louis Denis, cordonnier, 61 ans, et de Marie-Antoinette Lecuyer son épouse, 41 ans, blanchisseuse. Le témoin est Léon Léonard FAURE, 33 ans, cordonnier, domicilié 17 rue des Trois-Canettes. []
  12. Né à Dombrowska en Pologne le 06/12/1807, il épouse Céline Félicité DESAUBLIAUX à Paris le 22/10/1842 à Paris, est naturalisé en 1849. Voir : DABROWSKI. Mariage. 1842 ; Bulletin des lois de la République française, vol. 3, 1849. []
  13. Voir DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2191. []
  14. CRBAI-III 1862/1.. []
  15. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  16. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien

            CHRÉTIEN Joseph (1843-1901)

Joseph CHRÉTIEN est un des plus jeunes lecteurs de la bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1861. Il aide alors le bibliothécaire PLOMB. Son cursus aux « cours gratuits pour les ouvriers » de l’Association philotechnique (APH) lui a ouvert une activité professionnelle indépendante.

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : CHRÉTIEN

Prénom : Joseph

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 83

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche Plomb]

État civil et famille :

Joseph CHRÉTIEN est né à Sénones (Vosges) le 25 mai 1843.

Son père Jean-Baptiste est fileur de coton. Sa mère Marie Barbe VIRIOT est sans profession déclarée2.

Joseph CHRÉTIEN épouse à Paris, 9e arrdt, le 12 octobre 1875, Marie Eugénie BAUMBACH, professeur de langue anglaise et de musique. Elle est née à Paris le 25 octobre 1845 de Jean Guillaume Ephraïm et de Marguerite BAUER3.

La première adresse de Joseph CHRÉTIEN se situe à Paris 2 rue de la Parcheminerie 5e arrdt. C’est celle de son oncle Joseph CHRÉTIEN, imprimeur sur étoffes, qui y décède le 21 aout 18674. L’oncle figure dans l’Annuaire Firmin Didot à cette adresse comme  imprimeur sur étoffes de laine de 1857 à 1864.

Joseph CHRÉTIEN meurt à Paris 11e le 21 octobre 19015.

Profession(s) :

1861 : employé (mention sur la liste des lecteurs)


1860 à 1865 : commis aux écritures (mention sur les palmarès de l’APH)

1876 à 1893 : négociant commissionnaire

1901 : comptable (acte de décès)

 

Adresses connues :

1861 : 2 rue de la Parcheminerie, 5e arrdt (d’après la liste des lecteurs).

1867 : 39 rue Rochechouart, 9e arrdt (lors du décès de son oncle).

1875 : 8 rue Montyon, 9e arrdt (lors de son mariage).

1876 à 1880 : 41 rue de l’échiquier, 10e arrdt (liste 1876 des adhérents à l’APH et  faillite de 1880)
.

1887 : 119 boulevard Voltaire, 11e arrdt6 et jusqu’à son décès en 1901.

1887 et 1893 : 120 rue de Charonne, 11e arrdt,  pour le négoce de marbre
.

1889 : mairie de Remchi (Algérie), domiciliation pour la signature.

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique7

Il est l’élève de l’APH de novembre 1860 à mars 1864 et devient adhérent en 1876 :

  • Année scolaire 60/61 ; distribution des prix du 9 février 1862. Les cours sont à Turgot. Première mention de langue française, première année, professeur MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] qui est suppléé par ADAM [Voir fiche ADAM]. Troisième mention de comptabilité. Assistent au cours : GIRARD [Voir fiche GIRARD] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 9/2/1862. Il va à la Sorbonne où des cours viennent juste d’être créés
  • Deuxième mention langue française deuxième année, professeur ASSELIN. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [Voir fiche LIONNET] suppléé par Bertrand. Premier prix de comptabilité première année de LENEVEUX (BAI-XIV). Quatrième mention de langue anglaise Il reçoit un livret de Caisse d’Épargne au nom de S.A. le prince impérial et une médaille de bronze (un premier prix et 3 mentions).
  • Année scolaire 62/63 avec distribution des prix le 31 janvier 1864. A la Sorbonne alors qu’il est commis : 2e prix de littérature française 2e année, 2e prix de langue anglaise 1ère année, 2e prix de législation usuelle, cours de CADET (lecteur 32) avec FONTAINE [Voir fiche FONTAINE].
  • Année scolaire 63 /64, la remise des prix a lieu au « Cirque de l’Impératrice » aujourd’hui disparu (cirque d’été) plusieurs prix à la Philotechnique avec remise d’un livret de Caisse d’Épargne offert par l’empereur8.
  • Année scolaire 76/77 : On le retrouve, négociant, 41 rue de l’échiquier, 10e, pour une adhésion à la philotechnique de 10 francs9.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

 

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

 

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Pas de relations repérées à ce jour.

 

Éléments biographiques complémentaires :

 

  • 1876 : il figure dans le Firmin Didot10 comme négociant commissionnaire. Il recherche un associé pour développer un commerce de tissu alors qu’il est déjà associé avec WEISS11.
  • 1879 : il apparaît dans une société en nom collectif CHRETIEN, WEISS et CIE « exploitant une composition d’ingrédients pour la destruction des insectes, vers et pucerons infectant les vignes12. La société commercialise un procédé expérimenté  dans l’Hérault par G.W. Davis. Procédé dont l’efficacité  contre le Phylloxera est vantée dans le Panthéon de l’industrie  et la France : politique et scientifique.
  • 1880 : il possède un dépôt de vin de Madère et Porto13.
  • 1880 : il fait faillite14.
  • 1887-1893 : on le retrouve 120 rue de Charonne 11ème arrdt, négociant en marbre et traitant en Algérie pour l’exploitation de carrières sur deux terrains qu’il loue  l’un  de 96 hectares et l’autre de 45 hectares à Remchi15.

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 21 février 2021 ; modifiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien," in Bibliothèques populaires, 21/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4746.

 

 

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. AD88,  Edpt 458-71057 NMD 1843, acte 84, vue  20/30, voir ici. []
  3. AD75, mariages 1875, 9e arrdt, V4E 3524, acte  1017, vue 23/31, voir ici. []
  4. AD75, décès 1867, 5e, V4E 588 acte 2042, vue 6/21, voir ici. []
  5. AD75, décès 1901, 11e, V4E 9309, acte 3958, vue 18/31, voir ici. []
  6. Lors de la signature d’un acte : voir Le Droit, 28/2/1887, page 202 . []
  7. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  8. Le Moniteur universel, 14/2/1865, page 3. []
  9. « Tout membre adhérent doit être agréé par le conseil d’administration et venir en aide à l’association par une somme dont le minimum est fixée à 5 francs. Tout adhérent devient membre à vie quand il a versé une somme de 200 francs ». []
  10. Page 203. []
  11. Le Temps du 1/9/1876. []
  12. Archives commerciales de la France, 20/4/1879, page 522. []
  13. Firmin Didot, page1683. []
  14. Le Petit Bulletin des tribunaux,  4/4/1880. []
  15. Courrier de Tlemcen,  28/6/1889, et encore en 1893 : Firmin Didot, page 1708. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel

MICHEL, Henri (1837-1876)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Originaire de province, il suit pendant quatre ans les cours gratuits de l’Association philotechnique et obtient de nombreux prix. Inscrit à l’âge de 24 ans, il est un des premiers membres de la BAI-III, et y reste jusqu’à son décès à l’âge de 39 ans.

NOM : MICHEL

Prénoms : Henri François

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 16

Rôle dans la BAI-III : Lors de l’Assemblée Générale du 28 mars 1876, il fait partie des 15 plus anciens sociétaires convoqués pour vérifier les comptes, dont CHOUVY, DEBISCHOPP (Alexis Debischopp, lecteur n° 554 ?), FRECAULT, MOINE [1].

 

État-civil et famille [2] : fils de François, manouvrier, et Françoise FANET il naît à Heuilley-sur-Saône (Côte-d’Or) le 05/05/1837. Il est célibataire et décède le 30/08/1876 à Paris, 16e arr. Les déclarants sont Pierre Bourrot, employé à la ville de Paris, 64 ans, et Alfred Piquet, couvreur, 22 ans, demeurant comme Henri Michel 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban).

Lors du mariage de ses parents, le 05/10/1835, on apprend que l’oncle maternel de Françoise FANET est maire de Heuilley-sur-Saône.

Professions [3]: mécanicien en 1858-59, attaché au plan de Paris en 1861.

Adresse connue [4] : en 1861, Grande rue à Passy [actuellement, rue de Passy à Paris]. En 1876, à son décès : 8 rue de Bouillé (actuelle rue Duban), Paris, 16e arr.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique [5] : il suit durant quatre ans les cours gratuits de l’association philotechnique, reçoit plusieurs prix et obtient trois certificats d’études :

En 1857-58 : trigonométrie et courbes usuelles, 3e mention ; mécanique, 1er prix. Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1858-59 : langue française, 1e année (professeur MARGUERIN), 2e prix ; algèbre 2e année, 2e prix ; géométrie 2e année, 2e prix ; trigonométrie et courbes usuelles, 1e mention ; mécanique 2e année, 2e mention ; physique 1e année, 2e prix ; hygiène et médecine usuelle 1e année, 4e mention. « Un certificat d’étude relatif aux sciences physiques est accordé à l’élève Michel (H.F.), qui a obtenu 7 nominations, dont 5 prix dans les cours de langue française, hygiène, dessin linéaire, algèbre, géométrie, physique et chimie ». Récompense : un livret de la Caisse d’épargne.

En 1859-60 : Arithmétique 2e année (professeur LIONNET), 2e prix ; mécanique 2e année, 1e mention ; chimie 2e année, 2e mention ; dessin linéaire, 1er prix ; lavis, 3e prix, figure 3e mention. Médaille de bronze, certificat d’études relatif aux sciences mathématiques pour 7 nominations dont 4 prix.

En 1860-61 : physique 2e année, 2e prix ; géographie 1e mention. Certificat d’étude relatif aux arts industriels pour 7 nominations dont 5 prix, 1er prix d’honneur.

 Selon le journal Le Siècle[6], de nombreux prix sont décernés en Janvier 1861 à Charles Honoré PLOMB, Jean CHARDAR, Henri MICHEL, Charles MURET. La distribution se termine par une prière et une acclamation : « vive l’Empereur !».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : Non identifiée mais on sait cependant que sa famille maternelle est impliquée politiquement dans son village de Heuilley-sur-Saône, et donne plusieurs maires au cours du XIXe siècle1.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III [7] : le réseau de l’Association philotechnique : les professeurs François BAZIN, inscrit juste après lui sur la liste des premiers lecteurs, MARGUERIN, LIONNET, et ses compagnons des cours du soir inscrits à la BAI-III, dont GIRARD, PLOMB, CHARDAR, MURET.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : Né en province, fils d’un manouvrier, son grand-oncle maternel est maire de son village en 1835. Il vient habiter à Passy, et s’inscrit à l’âge de 20 ans aux cours gratuits de la Société philotechnique qui se déroulent le soir de 20h 30 à 22 h et le dimanche matin à l’école Turgot 17 rue du Vert Bois et à l’école communale Saint Élisabeth. En 4 ans, il obtient de nombreux prix et trois certificats d’études. C’est probablement fort de ce bagage qu’il entre en 1860 au Service du plan de Paris, que le préfet Haussmann développe considérablement pour les besoins des grandes transformations de la capitale [8]. Il est un des premiers inscrits à la BAI-III en 1861.  Il en reste toujours membre malgré l’éloignement. Il est sans profession lors de son décès. Il a donc quitté le service du plan de Paris, pour cause de maladie ou autre.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

 

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 15 février 2021 ; modifiée le 23 mars 2021.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Henri Michel," in Bibliothèques populaires, 15/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4732.

Notes :

[1] CRBAI-III 1878.

[2] Voir, AD 21, Henri François Michel, acte de naissance, 1837. Acte de mariage des parents, 1835 ; ADVP, acte de décès, 1876. Pierre Bourrot (1811-1900),  titulaire de la Légion d’honneur le 9 mai 1855, et de la médaille militaire le 11 avril 1855  LH/334/59, ancien maréchal des logis au 5e bataillon d’artillerie, est natif de Renève, à 9 km d’Heuilley-sur-Saône, ce qui peut expliquer la confusion faite sur le lieu de naissance d’Henri Michel entre Heuilley et Renève.

[3] Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs.

[4] Voir le Registre des premiers lecteurs.

[5] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin à partir de Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 p. 22, 34 ; 1858-59, p. 18 ; 1859-60, p. 21, 35 ; 1860-61, p. 26.

[6] Le Siècle ,15/01/1861.

[7] Registre des premiers lecteurs de la BAI-III ; Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, Distribution solennelle des prix, 1859-1862 ; Le Siècle ,15/01/1861.

[8] Voir les Mémoires du baron Haussmann, III, Paris, 1890-1893, Almanach impérial, 1859.

 

  1. Voir la notice Heuilley-sur-Saône sur Wikipedia. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard

GIRARD (1821-1900), Jean-Baptiste

 

Jean-Baptiste Girard vers 1880. Gallica (BnF).

Jean-Baptiste Girard a une importance toute particulière dans l’histoire des bibliothèques populaires. Originaire d’une famille modeste de la Haute-Marne, il a fondé la première véritable bibliothèque populaire à Paris, et œuvré inlassablement pour le développement de ce type de bibliothèques en France.

NOM : GIRARD

Prénoms : Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1

Rôle dans la BAI-III : Il en est le fondateur entre 1861 et l’un des principaux animateurs durant plusieurs années au moins jusqu’en 1884 avec plusieurs interruptions dont une de 1863 à 1867. Le plus souvent, il a le rôle officiel de vice-président de la BAI-III[1].

 

État-civil et famille : naissance de Jean-Baptiste (JBG) à Hortes (Haute-Marne) chez son grand-père François GIRARD (1756-1828), agriculteur, qui fait la déclaration le 28 mai 1821. JBG est le fils de Didier GIRARD (absent) et Catherine MORIS [Mauris][2]. Didier GIRARD (1793-1864) travaille entre Paris et Hortes pour le commerce du vin et Catherine (1790-1849) est cuisinière à Paris ; puis ils acquièrent un café à Hortes[3]. Ils ont quatre autres enfants : Auguste, né à Paris en 1818, est cocher puis loueur de voitures à Paris ; Marie-Louise, née à Paris en 1820, est domestique à Paris ; Anne-Joséphine, née à Paris en 1823, est femme de chambre puis reprend le café à Hortes ; Joseph, né à Paris en 1826, est marchand de bouillon à Paris[4].

JBG épouse le 9 mai 1846, à Saint-Eustache (Paris), Françoise Marguerite Zoé BERTHY (1824-1889), blanchisseuse, dont la mère est née BACHELIN[5]. Leur fille, Anna Augustine Alphonsine Girard (1847-1893), naît au domicile conjugal, 6 rue des Fontaines-du-Temple, le 27 février 1847[6].

Anna Girard se marie à Alphonse-Joseph BAILLIF (1831-1893), sculpteur dont le frère est marié avec une fille BACHELIN. Anna et son mari ont quatre enfants : Alphonse, Marguerite, Eugénie, Mathilde[7]. JBG meurt à Asnières-sur-Seine, « rentier » le 22 mai 1900. L’acte de décès est signé par son petit-gendre Joseph, Ernest CORBON, architecte[8].

Remarque : il existe des dizaines de Jean-Baptiste Girard à cette période et au moins deux autres Girard lithographes à Paris

Professions : diverses. Notamment : cocher, lithographe, peintre sur étoffes (lors de son procès), typographe (mention acte de décès), etc. Est également « agent de l’Association philotechnique » vers 1864-1884.

Adresses connues :

  • Enfance : ferme de la Malavisée à Hortes (Haute-Marne)
  • Lors du recensement militaire en 1842 : réside à Belleville et est cocher 37, rue Transnonain, Paris[9]
  • Lors de son mariage : 5 rue Beaurepaire [Greneta], 10e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la naissance de sa fille : 6 rue des Fontaines-du-Temple, 3e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la fondation de la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes : 2 rue des Vertus, 3e arrdt actuel, Paris[10]
  • Lors de son arrestation en 1850 : 30 rue des Gravilliers, 3e arrdt actuel, Paris (sa femme réside ensuite au 14)[11]
  • Dans les années 1860 : 47 rue de Bretagne, Paris[12]
  • Lors de la faillite de la Société générale d’approvisionnement et de consommation : chez Théodore BROUT, 8 route d’Argenteuil, Asnières-sur-Seine[13] (il résidera ensuite à différents numéros rue d’Argenteuil)
  • À partir des années 1880 : chez son gendre, Alphonse Joseph BAILLIF puis son petit-gendre Ernest CORBON, 7 rue Sainte-Sophie, Asnières-sur-Seine[14]

Lien avec l’Association philotechnique et /ou polytechnique : il suit les cours de l’APH (hygiène et médecine usuelle, arithmétique, comptabilité, physique, chimie…) au moins de 1855 (voire depuis 1848[15]) à 1861 et reçoit de nombreux prix[16]. Dans le même temps, il suit les cours du Conservatoire des Arts-et-Métiers[17].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : socialisme, mutualisme (voir ci-dessous). Bon nombre de ses amis et/ou compagnons de lutte seront communards, comme Charles-Honoré PLOMB [voir fiche Plomb] JBG a vécu rue des Gravilliers et connaît plusieurs membres de l’AIT comme Jean-Victor BELLAMY [voir fiche Bellamy] et Hippolyte LANDRIN [voir fiche Landrin], qui appartiennent au noyau initial de la BAI-III.                                                                                                                             

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : conseil d’administration de la société de secours mutuels des Arts et métiers (quartiers Arts et Métiers et Enfants rouges[18]) en 1861 ; coopératives de production ou de consommation et associations mutualistes diverses de 1849 à la fin du Second Empire (voir ci-dessous)

Adhésion à la Société Franklin : oui. Il en anime les débuts de manière officieuse sous le Second Empire.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : noyau initial des fondateurs et animateurs et conseils jusqu’aux années 1880. Sa fille, son gendre et le frère de celui-ci sont inscrits à la BAI-III[19]

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • avec le noyau initial de la bibliothèque de Hortes (Haute-Marne) dont il est un des fondateurs en 1861[20]
  • avec Joseph DELBROUCK [voir fiche Delbrouck], fondateur de la bibliothèque populaire communale de Vernon (Eure) en 1862[21]
  • avec le noyau initial de la BAI-V dont il est un des fondateurs (comptable de l’ouverture (1864) à 1869, il assure des permanences et donne des ouvrages[22]) : Édouard LABOULAYE [voir fiche Laboulaye], Adolphe ADAM [voir fiche Adam], Louis GRANDEAU [voir fiche Grandeau], le général Ildephonse FAVÉ [voir fiche Favé], anciens de la BAI-III, Émile LIONNET (président honoraire de l’APH) [voir fiche Lionnet], Antoine COHADON, etc.
  • avec le noyau initial de la BAI-XIV : Paul DELAMARCHE [voir fiche Delamarche], fondateur de la BAI-XIV, originaire comme lui de Haute-Marne et membre actif de la BAI-III. JBG est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV de 1873 à 1877. Il y côtoie Anthime CORBON (également originaire de la Haute-Marne) que l’on retrouvera à la BAIXV ), Charles PELLARIN, Henri TOLAIN, Louis COMBES (que l’on retrouvera à la BAI-XIII[23]), Charles LENEVEUX, Auguste OTT, buchézien et défenseur des associations ouvrières
  • avec le noyau initial de la BAI-XVIII dont il est un des fondateurs
  • avec Charles FAUVETY et le noyau initial de la bibliothèque populaire d’Asnières 
  • avec les fondateurs de la Société Franklin 
  • avec les fondateurs du Syndicat des bibliothèques populaires libres.

Éléments biographiques complémentaires :

JBG naît dans une famille d’agriculteurs haute-marnaise que la pauvreté pousse à rechercher des sources de revenus à Paris. Il doit travailler très jeune pour aider ses parents, et devient cocher comme son frère aîné à Paris. Puis il travaille comme lithographe. C’est sans doute dans ce milieu qu’il rencontre Théodore BROUT (1800-1873), l’oncle de sa future femme, un imprimeur (il a fait partie de la Société d’imprimeurs coopérative LACRAMPE et Cie en 1848) qui les aidera tout au long de leur vie[24]. Il fait aussi son apprentissage politique, et participe vraisemblablement à certains clubs de 1848[25]. Son jeune frère Joseph, militant de la Société des Droits de l’homme et de la Montagne, compromis dans l’Affaire du Passage Molière et les journées de juin, est déporté en Algérie[26].

Jean-Baptiste Girard se lance également dans les combats socialistes (il semble s’être intéressé entre autres aux écrits de Victor CONSIDERANT, BUCHEZ, etc.) et milite dans les mouvements mutualistes et associationnistes. En 1849, il fonde avec d’autres ouvriers, dont Jean-Louis RIMET [voir fiche Rimet], la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs‑lithographes. Délégué de la Fraternelle à l’Union des Associations fraternelles ou ouvrières fondée le 5 octo­bre 1849, il devient un des membres élus des commissions de fonctionnement de cette dernière et membre actif et trésorier d’un Comité électoral lithographique (dont COMBES est secrétaire comptable[27]) pour soutenir la candidature d’Eugène SUE[28]. Arrêté lors de l’Affaire de la rue Michel-le-Comte, il est jugé pour son rôle d’organisateur de réunions interdites et de secrétaire de l’Union des Associations, en compagnie de Pauline ROLAND, Jeanne DEROIN,  DELBROUCK, etc[29]. Il est emprisonné à Mazas puis Sainte-Pélagie. La Fraternelle est alors dissoute. Durant sa captivité qui aurait duré entre un an et 22 mois selon les sources, sa femme peine à élever leur fille Anna.

Sans doute marqué par cet emprisonnement, il passe à des actions toujours militantes mais moins risquées. Il suit notamment divers cours à l’APH de 1855 à 1861, et fédère bientôt élèves et professeurs autour d’un projet de bibliothèque populaire associative. Il parvient ainsi à fonder la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième arrondissement (BAI-III) en 1861 et à initier un mouvement qui gagne Paris, la région parisienne puis la province. Cette bibliothèque est très novatrice : il s’agit d’une association qui implique les lectrices et lecteurs dans le fonctionnement de la bibliothèque et le choix des livres qui sont prêtés[30]. Il fonde également une bibliothèque dans son village natal en juillet 1861 (Hortes[31]). Il déploie une activité considérable, mais en restant dans l’ombre, pour aider à la création de la Société Franklin[32] en août 1861, société qui à partir de 1862 aide à fonder et gérer des bibliothèques populaires. Le comité d’administration de la Société Franklin comprend, à côté de personnages prestigieux, différents membres de la BAI-III : FAVÉ, LABOULAYE, Émile MARGUERIN [voir fiche Marguerin], Maurice MEYER [voir fiche Meyer], Alexandre VINCENT [voir fiche Vincent]. JBG en devient officiellement conseiller en 1866.

Lorsque la BAI-III connaît des soucis politico-administratifs en 1863, il part créer avec LABOULAYE la BAI-V et devient agent général de l’APH en 1864[33]. Sa fille Anna épouse Joseph BAILLIF, lecteur de la BAI-III et dont le frère est marié avec une fille BACHELIN : ils ont un premier enfant en 1865.

Il continue à s’intéresser à la pensée mutualiste et participe à diverses expériences : il est nommé en 1866 dans le triumvirat directeur de La Sincérité, avec Antoine FAVELIER[34]. La Sincérité est le premier magasin coopératif créé à l’instigation de l’Association générale d’approvisionnement de Passy, POINDRON et Cie (fondée en 1864 par Arthur de BONNARD[35], COHADON, etc., et ouverte aux femmes[36]), il se trouve au 18 rue de la Forge Royale, quartier Saint-Antoine, sous la raison sociale H. Vannaisse et Cie[37]. En 1867, JBG représente la Sincérité (qui a désormais pour raison sociale FOURNERET, GIRARD,  LESAGE[38]) dans un Syndicat qui fédère les associations coopératives de consommation parisiennes[39]. Une médaille à l’Exposition universelle de 1867 consacre le rôle de Girard en tant que fondateur des bibliothèques populaires[40]. JBG participe aux réunions pour la fondation d’une Société coopérative d’enseignement indépendant en 1868 et milite aux côtés de Paule MINK, Ernest FRIBOURG et DELAMARCHE pour que les femmes aient accès à toutes les activités envisagées[41].

La Sincérité fait faillite en 1868[42]. JBG s’installe vers cette date chez BROUT à Asnières avec sa femme et sa belle-mère, comme les BAILLIF. Il fonde la bibliothèque populaire d’Asnières, notamment avec l’aide de FAUVETY (qui fonde également l’APH d’Asnières en 1876[43]) et Cyprien SPIES, un fouriériste, en 1871[44]. On ne lui connaît pas d’activité particulière pendant la Commune, bien que nombre de ses proches soient communards. Il est président de la bibliothèque de 1871 à 1873, et laisse sa place à FAUVETY, peut-être trop pris par sa vie personnelle (BROUT meurt en 1873 à Caen, et Girard est témoin de l’acte de décès[45]). Il impulse en 1876 avec notamment DELAMARCHE et Henri HARANT [voir fiche Harant] la naissance du Syndicat des bibliothèques populaires libres qui vise notamment à conserver une indépendance dans leurs choix d’acquisition aux bibliothèques populaires[46]. La même année, poussé par HARANT, FAUVETY et LABOULAYE, il propose sa « candidature ouvrière » aux élections sénatoriales[47]. C’est un échec. Il figure également sur la liste républicaine pour les élections municipales d’Asnières, aux côtés notamment de FAUVETY, LESAGE et SPIES en 1871[48], puis en1878[49]. En 1880, il reçoit de Jules FERRY les palmes académiques pour la fondation des bibliothèques populaires[50]. JBG continue à militer pour la classe ouvrière et s’attelle par exemple à la question des retraites ouvrières des femmes en 1883[51]. En 1884, il est désigné président de la BAI-III[52], probablement à la mort de HARANT.

Les Baillif ont reçu des commandes rémunératrices, et la famille, plus à l’aise, s’installe rue Sainte-Sophie. Après avoir perdu sa femme en 1889, il voit mourir sa fille et son gendre en 1893[53]. Les deux aînées de ses petites-filles se sont mariées le 20 septembre 1892 avec deux frères architectes, les Corbon[54]. Jean-Baptiste vit alors avec la plus jeune de ses petites-filles et son petit-fils qu’il marie tous deux en 1894[55]. Il termine son existence avec Marguerite et son petit-gendre dans une villa rue Sainte-Sophie à Asnières[56], et s’occupe de jardinage.

Écrits de la personne :

[JBG semble ne pas avoir écrit d’ouvrage ou d’article. En revanche, il a participé à la rédaction des statuts de plusieurs coopératives, associations et bibliothèques, et écrit nombre de courriers (dont quelques-uns publiés par la presse) qui ne sont pas forcément identifiés, son patronyme étant répandu.]

Sources :

FRAZER : Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985.

SANDRAS (Des bibliothèques …) : Agnès Sandras [Dir.], Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2014

Les différents billets de ce carnet (voir Girard)

Auteur(e)s de la fiche : Agnès Sandras et Louise Oudin, aidées de Geneviève Deblock

Abréviations utilisées dans cette  fiche :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements)

Arrdt : arrondissement

APH : Association philotechnique

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Fiche publiée le 7 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard," in Bibliothèques populaires, 07/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4701.

Notes :

[1] Dépouillement des différents CR imprimés de la BAI-III et Almanach Didot de 1884, page 817.

[2] Registre d’état-civil, Hortes, conservé par les AD52 : 1E0242.

[3] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[4] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/4497

[5] AD75, arch. 296, n° 151 et série V2E, même mariage (selon FRAZER). Voir ici et ici sur la base Filae.

[6] AD75, état-civil reconstitué : voir ici et ici sur la base Filae.

[7] AD. 92. Asnières-sur-Seine, 1881. D_NUM_ASN_1881

[8] AD. 92. Voir ici sur la base Filae.

[9] Voir les registres matricules des AD52 : http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1186_01/FRAD052_R1186_01_152.jpg

[10] Voir FRAZER.

[11] Voir FRAZER.

[12] Voir FRAZER.

[13] Selon Le Droit du 19 février 1869.

[14] Selon les actes d’état-civil déjà cités.

[15] Voir Nécrologie de Jean-Baptiste GIRARD par Émile Rotival dans Le Bulletin de l’association philotechnique, mai 1900. Pages 144 à 146.

[16] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin.

[17] Séance du 7 juin 1866 de la Société Franklin, discours de M. Leviez. Page 11.

[18] CR BAI-III, 1862.

[19] « Registre des lecteurs » de la BAI-III.

[20] Voir ci-dessous.

[21] Voir ci-dessous.

[22] CR imprimés.

[23] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4332

[24] Voir Le Droit du 15 septembre 1841.

[25] Voir Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, 1851.Page 183.

[26] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[28] FRAZER.

[29] FRAZER et sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[30] FRAZER ; SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[31] SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[32] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/1019

[33] A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898.

[34] Gazette nationale ou le Moniteur universel, 28 décembre 1866.

[35] Arthur de Bonnard est un proche de Fauvety et réside aussi à la fin de sa vie à Asnières.

[36] Voir Jacques Rougerie, Eugène Varlin, Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, 2019. Page 22.

[37] Voir note 34.

[38] Le Siècle, 13 février 1867. François-Joseph Lesage est chef de bureau au chemin de fer de l’Ouest et réside à Asnières. Nicolas-Marie Isidore Fourneret est comptable et réside rue Chapon à Paris selon La Gazette du 28 décembre 1866.

[39] Le Siècle, 13 février 1867.

[40] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/526

[41] Voir L’Avenir national du 1er août 1868.

[42] Le Droit, 16 août 1868.

[43] Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 décembre 1876.

[44] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/821

[45] AD14 : Registre des décès de Caen, 1873 : 4 E 1606.

[46] Le Temps, 17 août 1876.

[47] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1091

[48] Le Siècle, 23 juillet 1871.

[49] Le XIXe siècle, 5 janvier 1878.

[50] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/2161

[51] Ibid.

[52] Voir plus haut.

[53] AD92 : registres des décès d’Asnières-sur-Seine. Girard signe les actes de décès des trois.

[54] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 20 septembre 1892. Girard signe l’acte. Pas de parenté avec Anthime Corbon.

[55] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 28 août 1894 et 25 octobre 1894. Girard signe les actes.

[56] FRAZER.

[57] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[58] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/3223