Archives par mot-clé : bibliothèque populaire

LA BAI-XIII (suite). Budget, catalogue, lecteurs, conférences

Après avoir relaté la naissance de la BAI du XIIIe arrondissement, puis présenté les membres qui ont composé le Conseil d’administration de l’année 1878,1 voici quelques notes sur la vie de la bibliothèque.

=> vous pouvez  lire ici le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1878 : compte-rendu de l’assemblée générale de la BAI-XIII  en 1878

Le budget


Une source importante de revenus, lors de la création de la bibliothèque, est l’organisation d’événements payants. Ils ont lieu au théâtre des Gobelins, qui peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Les animateurs de la bibliothèque, notamment Louis Combes, savent attirer des têtes d’affiche :

  • Le dimanche 16 juin 1878, une conférence sur L’histoire du livre par Charles Quentin2 qui retrace la vie et la mort d’Étienne Dolet, considéré comme le premier martyr libre-penseur. La réunion est présidée par Gambetta et rapporte 1 912,70 francs, somme considérable qui représente 70 % du premier compte financier.
  • Le 15 décembre de la même année, conférence de Louis Blanc, présidée par François Cantagrel, assisté des députés Barodet et Martin Nadaud. Sous un titre un peu énigmatique, La conversation au dix-huitième siècle, Louis Blanc parle de l’influence des Lumières sur la Révolution de 1789. Prix des places, 50 cts, 1fr, 2fr, 3fr. et 5fr.
  • Le 20 octobre 1879, représentation de Ruy Blas par une troupe d’artistes amateurs. Victor Hugo abandonne ses droits d’auteur (58,17 francs).
  • Le 31 octobre 1880, conférence d’Alphonse Humbert3, ancien communard déporté en Nouvelle Calédonie, ayant pour thème Le peuple, sous la présidence d’Auguste Blanqui. Clovis Hugues4 récite une poésie sur Blanqui. Le journal L’Intransigeant du 3 novembre écrit que l’orphéon de la gare d’Ivry termine la réunion par une « magistrale interprétation de la Marseillaise ». C’est l’une des dernières apparitions publiques de Blanqui qui décède deux mois plus tard, le 1er janvier 18815, dans l’appartement du boulevard qui ne porte pas encore son nom.

Le Petit Parisien 27 octobre 1880
Le Petit Parisien, 27 octobre 1880. Gallica (BnF).
  • Le 22 mai 1881, salle de la Renaissance (198 avenue de Choisy), conférence d’Alfred Talandier6, député de Paris, sur Le programme de l’alliance socialiste républicaine, suivie d’un concert. Prix d’entrée : 50 cts
  • Le 23 novembre 1884, conférence de Camille Pelletan,7 rédacteur en chef du journal La Justice, sur Diderot. Prix des places : 1fr, 50, 1fr, 75 et 50 cts.

Nous avons retrouvé le compte financier de 18788, qui n’est pas très significatif, puisqu’il contient les frais de la première installation. Il est plus intéressant de commenter les comptes de 1892. Ce budget s’élève à 3 989,20 francs.

Les dépenses :

Le premier poste est celui des charges locatives (35 %) : la bibliothèque est locataire et a des charges de chauffage et d’éclairage ;

Viennent ensuite les frais généraux (21 %) : les statuts et le catalogue sont imprimés pour être remis aux sociétaires ;

Puis les dépenses de personnel (20 %). Après débat, il a été décidé de ne pas recourir à des bénévoles pour assurer les fonctions de bibliothécaire, mais d’en avoir un rémunéré.

L’achat de livres représente 24 % des dépenses.

Les recettes

Il y a d’abord les produits du droit d’entrée, et des cotisations.

Il y a aussi quelques dons d’argent. Nous avons la trace d’un don de François Cantagrel en 1878, d’un montant de 209,10 francs. Les dons de livres sont une ressource importante, mais elle n’est pas estimée dans le budget.

Et, dès 1879, lorsque la bibliothèque a un an d’existence, s’ajoutent les subventions municipales, qui constituent une aide et un soutien importants : 1 000 francs en 1879, 1 500 francs de 1880 à 1892, puis 2 000 francs. En 1892, la subvention représente la moitié du budget.

Le Conseil municipal vire à droite (pour un siècle) après les élections municipales de 1901. En 1902, la subvention est abaissée à 800 francs, le rapporteur du budget estimant que les bibliothèques populaires ne sont pas suffisamment contrôlées par l’administration 9. Un compromis, négocié par Auguste Navarre, permet de la rétablir à 2 000 francs en 1904.

En 1933, la subvention est de 8 000 francs, et sera ensuite diminuée de 10% sous l’effet du « rabotage » prévu par les décrets-lois Laval.

En 1934, Louis Gélis10, conseiller municipal du 13e, demande une subvention exceptionnelle pour notre bibliothèque. Elle sera inscrite au budget de 1935, mais nous n’en connaissons pas la motivation précise. Nous n’avons pas de traces de financements publics ultérieurs.

Les livres et les lecteurs

Lors de l’ouverture de la bibliothèque, il y a déjà 350 ouvrages, provenant essentiellement de dons, ceux de la famille Trélat et de Philippe Doré qui a offert « toute une bibliothèque de science et jurisprudence » ainsi que les œuvres complètes de Voltaire. Sigismond Lacroix et Louis Combes sont également des donateurs importants, ainsi que l’éditeur Germer-Baillière par ailleurs membre du conseil d’administration de la BAI du 6e arrondissement, l’anthropologue Abel Hovelacque, Isidore Beaufils membre de l’AIT, la veuve d’Edgar Quinet, et la Ligue de l’enseignement11.

En 1878, une commission est chargée de dresser la liste des livres à acheter. Elle est composée de trois personnes, les deux conseillers municipaux Sigismond Lacroix et Louis Combes ainsi que l’artiste peintre Henri Saintin.

Il y aura 2 885 titres en 1882, 5 650 en 1884 et 9 000 en 1904.

Nous avons retrouvé à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville le catalogue imprimé daté du 1er juillet 1882, son supplément daté du 1er avril 1884 et un complément manuscrit du 2 décembre 1884, daté et signé du bibliothécaire. Ce manuscrit est certainement un document destiné au contrôle par les services de la Préfecture.

Voici quelques traits, retenus à la lecture du catalogue : on ne voit plus l’autocensure que l’on a rencontrée dans les bibliothèques populaires ouvertes sous l’Empire, mais il y a toujours la volonté de proposer une culture générale solide, en commençant parles grands classiques, anciens et modernes.

Dans ses souvenirs, Maxime Rodinson nous parle des livres qu’il lisait dans les années 1930. Il écrit que le fonds est idéologiquement orienté, mais pas sectaire. La littérature engagée est anticléricale et antimonarchique. Il signale qu’il y a de nombreux ouvrages classiques, de littérature française, mais aussi anglaise ou allemande ainsi que des auteurs grecs et latins, tous en traduction évidemment. Il signale la présence de livres de vulgarisation (sciences physiques et naturelles, astronomie), dont certains, remontant au fonds de départ, sont dépassés par le progrès scientifique. Ce qui l’intéresse le plus, c’est la collection l’Univers pittoresque qui lui permet de voyager. Il signale, avec une certaine tendresse, la présence parmi les lecteurs « d’un brave artisan, passionné par la lecture de l’historien grec Diodore de Sicile ».


Le catalogue présente les ouvrages, non pas uniquement par ordre alphabétique d’auteur, mais selon un plan de classement qui reflète les buts poursuivis. Comme cela est indiqué dans les statuts, la bibliothèque désire procurer à ses adhérents et à leur famille les livres utiles à leur instruction et/ou à leur délassement. C’est le sens des cinq grandes rubriques divisées en sous-rubriques : la première concerne le délassement, les suivantes l’instruction.

Le catalogue 1882

La 1e section, est de loin la plus fournie puisqu’elle représente à elle seule la moitié du fonds. Elle comprend les ouvrages dits de « délassement », c’est-à-dire la littérature, dont de nombreux romans populaires, des livres de géographie, des récits de voyages eux aussi très demandés, des ouvrages de poésie et de théâtre.

  • Littérature ancienne : les grands classiques grecs et latins.
  • Littérature étrangère : Cervantes, Dickens, Hoffmann, Shakespeare (traduit par François Hugo), les livres de Thomas Mayne Reid, un écrivain américain d’origine irlandaise, anti-esclavagiste, un des premiers et rares écrivains à écrire un roman dont le héros est un noir : William-le-Mousse.
  • Littérature française : 720 romans dont Alexandre Dumas (110 vol.), les écrivains engagés George Sand (65 vol.), Erckmann-Chatrian, Victor Hugo, Eugène Sue, Hector Malot, et même très controversés ou mis à l’index comme « les pornographes » Émile Zola et Charles Baudelaire, ou Marie-Louise Gagneur12, une romancière fouriériste, féministe et libre-penseuse, qui attaque avec virulence les congrégations (La croisade noire, Le calvaire des femmes). Il y a aussi des auteurs à succès au XIXe siècle mais aujourd’hui oubliés, tels que Gustave Aimard, un enfant abandonné, devenu aventurier, qui raconte sa vie de chercheur d’or en Amérique du Nord. Et il y a des romans franchement provocateurs comme Le fils du jésuite de Léo Taxil, roman qui lui vaudra d’être excommunié par le pape Léon XIII.
  • Géographie, voyages : curieusement pour nous, c’est là qu’on trouve les œuvres complètes de Jules Verne. Il y aussi les récits de voyage de Lamartine et de Gérard de Nerval et des monographies sur des pays étrangers.
  • Poésie, théâtre : les grands classiques du XVIIe siècle, mais aussi le théâtre de George Sand, de Voltaire, de Lamartine et de Victor Hugo.

La 2e section, qu’on appellerait aujourd’hui « sciences humaines » (histoire, philosophie, économie politique) comprend les livres d’histoire, suivis d’ouvrages destinés à la réflexion et à la formation du citoyen.

  • Histoire : 386 volumes, dont Tocqueville, Michelet, Henri Martin, Louis Blanc.
  • Morale, philosophie, controverses religieuses : 231 volumes, dont Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Diderot, Proudhon, Michelet.
  • Economie politique, sciences sociales : 138 volumes, Voltaire, qu’on retrouve dans presque toutes les catégories, Sismondi, Auguste Blanqui, Karl Marx13 . Il y a même Extinction du paupérisme d’un certain Louis Napoléon Bonaparte.
  • Biographies, mémoires : 205 titres dont la correspondance de Voltaire, les mémoires de Saint Simon

L’histoire en général, et particulièrement l’histoire de France occupe une place de choix. La tonalité anticléricale du fonds n’a cependant pas fait oublier les textes fondamentaux des grandes religions, puisqu’on peut lire la Bible, le Coran, Saint Augustin et les écrits de Confucius.

Le socialisme utopique est bien représenté avec en particulier toute l’œuvre de Proudhon, un livre de Victor Considerant, et Le fou du Palais Royal de François Cantagrel14.

La 3e section, sciences et arts, instruction, éducation (188 titres), est composée d’ouvrages de vulgarisation et de manuels techniques. Ces derniers sont destinés à améliorer la qualification des ouvriers et peut-être leur permettre une promotion professionnelle. Plusieurs traités et recueils de mécanique et de construction métallique, certainement destinés aux ouvriers de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, ont été offerts par Hervé Mangon, ingénieur, membre de l’Institut, qui sera nommé directeur du CNAM en 188015. Les autres sections comprennent des brochures, des dictionnaires, des annuaires. Certains romans, qui paraissent en fascicules sont indiqués dans la rubrique « littérature » du catalogue, avec la mention « voir aux brochures ». Cette indication facilite l’autonomie du lecteur, qui se déplace dans les rayons en libre accès.

Les lecteurs

L’obligation de rendre très régulièrement des comptes précis aux services de la Préfecture sur les acquisitions, le nombre de lecteurs, le nombre de prêts, est intéressante : c’est actuellement pour nous le seul moyen d’avoir quelques renseignements sur l’activité de la bibliothèque et son évolution au fil des années, ses collections, ses lecteurs, leur nombre, leurs profils, leurs goûts.

Le nombre des sociétaires s’élève à 206 en 1877, avant même que la bibliothèque soit officiellement créée. Il y en aura 390 (dont 5 femmes) en 1879 et 569 (dont 57 femmes) en 1893. Le nombre de femmes est faible mais il progresse. Par comparaison, elles représentent un tiers des sociétaires dans le 20e et la moitié dans le 14e. Ces chiffres ne veulent pas forcément dire que les femmes du 13e ne lisent pas. Les quelques listes d’inscription conservées montrent que c’est en général l’homme qui adhère à la bibliothèque pour toute la famille. Les adhésions féminines sont celles des célibataires (lingères, couturières, institutrices), des veuves souvent rentières, et de quelques femmes engagées qui s’inscrivent pour l’exemple16. En 1882-83, sur 445 adhérents, il y a 139 ouvriers et 110 employés (soit au total plus de la moitié), 33 membres des professions libérales et enseignants, 45 commerçants et 118 autres sociétaires dont la profession n’est pas indiquée. On peut réellement employer le qualificatif de populaire.

Sociétaires de la BAI en 1882

Ces statistiques nous renseignent aussi sur le goût des lecteurs. En 1882-83, 12 492 livres ont été lus sur place ou prêtés, sur un fonds de 3 375 volumes. Ce qui fait une moyenne de 28 livres par sociétaire.

La catégorie la plus demandée est — et de loin — la littérature (73%), suivie par la géographie et les voyages (10%) et l’histoire (5%). On voit qu’on est assez loin du souhait de Léon Gambetta qui voulait « qu’on meublât la bibliothèque de traités techniques … ». Le « délassement » l’a emporté sur l’utilitaire.

Ouvrages lus en 1882

Les conférences

La bibliothèque ne se contente pas de prêter des livres. Comme la moitié des bibliothèques populaires parisiennes, elle organise des conférences.

Celles-ci sont un moyen de se retrouver et d’échanger. Elles permettent de compenser les difficultés que rencontrent les ouvriers fatigués par leur journée de travail et qui n’ont pas assez de temps libre pour lire17.

Dans l’esprit des lettrés paternalistes des premières années, il s’agit surtout de guider les personnes peu habituées à lire, et de leur donner des conseils pour les orienter vers les « bons » livres. En annonce de l’ouverture de la bibliothèque de Versailles, on lit dans La Liberté du 18 mars 1879 : « Il faut que les associés ordinaires d’une bibliothèque populaire puissent rencontrer souvent, aux heures où se rapportent et se distribuent les livres, des membres instruits à qui ils puissent demander des conseils. »

Ce n’est pas tout à fait l’impression que nous donne la liste des conférences organisées dans le 13e.

Dans la presse, nous avons retrouvé la trace d’invitations à 253 conférences gratuites données au 59 avenue des Gobelins. Elles ont lieu le samedi, à huit heures et demie du soir, de mi-novembre à début avril. On peut supposer que les habitués ont autre chose à faire quand il fait beau …

Les annonces précisent souvent que « les dames sont priées d’y assister » et parfois que « la salle est chauffée ».

Tant qu’il est vivant, c’est François Cantagrel qui préside la séance de rentrée.

On dénombre une vingtaine de conférences par an entre 1879 et 1890, c’est-à-dire tous les samedis de la saison. Ce nombre diminue ensuite pour se réduire à 3 ou 4 par an jusqu’en 1902. Puis plus rien, sauf une en 1920. Maxime Rodinson ne parle pas des conférences qui auraient pu avoir lieu dans les années 30. Elles réapparaissent toutefois pendant l’hiver 1938-39 (8 conférences). On peut se demander quelles sont les causes de cette disparition : est-ce qu’elles ont lieu, mais que la presse ne publie pas les annonces ? Plus vraisemblablement, il doit se produire une démotivation des organisateurs. Il y aussi la concurrence d’autres formes de loisirs : on sait qu’une dizaine de salles de cinéma ouvrent dans le 13e arrondissement entre 1911 et 1914. Nous connaissons le thème de presque toutes les conférences et presque toujours le nom du conférencier18, et avons tenté de faire une typologie : les thèmes les plus évoqués sont, dans l’ordre :


  • la Révolution de 1789 et ses acteurs : Robespierre, Marat, Mirabeau … (une conférence sur cinq),
  • les questions sociales : l’enfance, l’assistance publique, … (une sur six),
  • la laïcité et la religion (une sur dix),
  • la littérature : Zola, Diderot, Rabelais, Sully Prudhomme etc. (une sur dix),
  • Des sujets directement politiques : la représentation du prolétariat au Parlement, le statut de Paris, par exemple,
  • La question des droits de la femme n’est pas oubliée (huit conférences),
  • Une quinzaine de conférences portent sur des sujets plus techniques (les égouts, les puits artésiens, l’architecture…).

Nous avons identifié 112 conférenciers : de nombreux avocats, des médecins, des publicistes, c’est-à-dire des journalistes. Beaucoup d’entre eux sont aussi conseillers municipaux, députés ou sénateurs.

71 intervenants donnent une seule conférence. Mais il y a des habitués. Le record est détenu par Louis Lucipia (13 conférences), ancien élève de l’École des Chartes, adhérent de l’AIT, communard. Soupçonné dans l’affaire des dominicains d’Arcueil, il est condamné à mort. La peine est commuée en travaux forcés à perpétuité et il est déporté en Nouvelle Calédonie. Rentré en France en 1880, il est journaliste au Radical. La même année, il est élu conseiller municipal dans le 3e arrondissement. Il préside le Conseil municipal en 1899. Il sera ensuite directeur de l’asile psychiatrique de Villejuif, membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique et président de la société des journalistes républicains. Franc maçon, il est, de 1895 à 1896 et de 1898 à 1900, président du Grand Orient de France. Dans ses conférences, il parle de la déportation des communards, de la Révolution française et de problèmes sociaux (la question des loyers, par exemple).

Vient ensuite Alexandre Millerand, le futur président de la République. Il donne 11 conférences, sur des questions sociales (la répartition des richesses) et sur des questions juridico-politiques (la Constitution, le budget). Il est d’abord présenté comme étudiant en droit, puis comme avocat, avocat à la Cour d’appel, ensuite conseiller municipal (il est élu en 1884 à l’âge de 25 ans), enfin député (élu en 1886 à l’âge de 26 ans).

Stephen Pichon (1857-1933), Portrait par Jules Valadon, 1893 . Wikipédia : CC.

H. Gaston (10 conférences). Nous avons eu beaucoup de mal à trouver son prénom, une seule coupure de presse, qui annonce une conférence dans le 6e arrondissement, nous dit qu’il s’appelle Henri. Il est ingénieur, libre-penseur et franc maçon. Gaston est aussi poète et membre du Comité républicain du 13e, pour lequel il se présente aux élections de 1883, et se désiste au profit de Stephen Pichon. En avril 1881, Il présente à la BAI 13 une conférence intitulée « L’idée de Dieu, la religion », qui donne ensuite lieu à une publication dont le titre est Dieu, voilà l’ennemi ! premier volume d’une nouvelle collection, « la Bibliothèque anti-religieuse ».

Henri Gaston, Dieu, voilà l’ennemi, Paris, H.-E. Martin, (1881), Bibliothèque antireligieuse. BnF, Arsenal, 8-NF-3230. Photographie G. Deblock.

Georges Martin (voir ce billet), conseiller municipal  : Il donne 9 conférences, surtout sur les questions sociales (l’enfance, les invalides, le droit des travailleurs à la retraite …).

Le docteur Auguste Navarre qui sera conseiller municipal du 13e en 1898 et député de 1914 à 1919. Il fait 8 conférences où il parle de questions sociales, de médecine et de science. Une conférence parle du darwinisme. Une autre s’intitule « Dieu et la politique contemporaine ».

Stephen Pichon (7 conférences) Il a préparé Normale Sup, mais a vite bifurqué vers le journalisme et la politique avec Sigismond Lacroix et Clemenceau. Conseiller municipal de la Salpêtrière en 1883. Député de 1885 à 1893. Anticlérical, il plaide pour la séparation de l’Église et de l’État. Anti boulangiste. Sénateur de 1906 à 1924, plusieurs fois ministre des affaires étrangères dans les gouvernements Clemenceau et Briand.

Jules Lermina, 7 conférences.  C’est un orateur brillant,journaliste et romancier. Il a écrit une quarantaine de romans et une dizaine d’ouvrages historiques. En 1870, il est l’auteur d’un acte d’accusation contre Napoléon III, dans lequel il demande sa condamnation aux travaux forcés comme « assassin, voleur et faux monnayeur », ce qui vaudra 2 ans de prison, dont il ne fera qu’une partie car il réussit à s’évader. Sa condamnation est annulée après le 4 septembre.

Raymond Poincaré, avocat, futur président de la République (7 conférences). Il parle de la Révolution de 1789 et, plusieurs fois, de Rabelais.

Ernest Rousselle, conseiller municipal de Maison Blanche de 1881 à 1896, président du Conseil Général en 1885 et du Conseil municipal en 1889. Il parle notamment de l’enfance abandonnée, et fait connaître ses préconisations pour que ces enfants soient soustraits à l’influence des congrégations. Le monument qui lui est dédié boulevard Auguste-Blanqui19 rappelle cet engagement.

Sigismond Lacroix (voir ce billet) donne quatre conférences, sur l’autonomie communale, le droit de la jeunesse et le droit de la femme.

Albert Pétrot, avocat, conseiller municipal du 6e, puis député (7 conférences). Il parle de la révolution de 1848 mais aussi de sujets de société (l’octroi, …).

Le docteur Désiré-Magloire Bourneville, médecin aliéniste à Bicêtre, a soigné les fédérés blessés pendant la Semaine sanglante. Il se bat pour la laïcisation des hôpitaux, la création de bibliothèques pour le personnel soignant et les malades, et pour la création d’écoles publiques d’infirmières, afin que l’hôpital puisse remplacer les religieuses par du personnel compétent. Il préside la Société de propagande pour l’incinération.

Louis Martin, avocat. (5 conférences) Il donne des cours gratuits à l’association polytechnique et à l’Union républicaine de la jeunesse. Anti boulangiste. Le dictionnaire national des contemporains nous dit qu’il est « membre du comité de patronage de la bibliothèque du 13e ». Il parle de Michel de Bourges et de la recherche de la paternité, sujets de deux de ses livres.

Onésime Prudent-Dervillers, ouvrier coupeur-tailleur, communard, un des fondateurs du Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire, conseiller municipal de Croulebarbe en 1889 et 1893, puis député du 18e. Il est enterré au Père Lachaise face au mur des Fédérés, à côté de Jean-Baptiste Clément, le célèbre auteur du Temps des Cerises. Prudent-Dervillers parle de l’assistance publique et du socialisme.

Eugène Baillet, chansonnier populaire, poursuivi et arrêté après la Commune. En 1879, il est secrétaire de la Société des auteurs et compositeurs de musique (SACEM).

Jean Bernard (Passerieu) avocat et publiciste, romancier et auteur dramatique. Sous le gouvernement du 16 mai, il est condamné quatre fois à de la prison pour des délits de presse. Il est l’avocat des anarchistes de Lyon, de La Bataille, le journal de Lissagaray, et intervient dans plusieurs procès contre des prêtres soupçonnés d’abus sexuels ou de malversations financières. Il donne 4 conférences, notamment sur la Révolution française.

La profession de quelques conférenciers venus à plusieurs reprises, mais dont nous ne savons rien de plus, est parfois indiquée dans la presse : André Bergé, préparateur à la faculté de médecine, Chrétien, conducteur des Ponts et Chaussées, qui s’intéresse au puits artésien de la Butte aux cailles, Raynald Legouëz, élève ingénieur des ponts et chaussées, Jean-Baptiste (ou Alfred) Schacre, alsacien « optant », architecte, fils (ou neveu) de Jean-Baptiste Schacre, bâtisseur de plusieurs églises, temples et synagogues à Mulhouse avant l’annexion.

Les conférenciers, même ceux qui parlent des droits des femmes, sont des hommes. Nous avons toutefois trouvé deux conférencières :

Léonie Rouzade militante féministe, fondatrice de l’Union des femmes, dont la conférence du 28 mars 1880 porte sur « les dirigeants, le peuple et le clergé » :« Dans notre programme, dit-elle, nous avons mis la revendication des droits qui nous manquent à nous, femmes, et ils nous manquent presque tous, mais nous avons mis aussi la revendication des droits qui manquent à nos frères prolétaires et il leur en manque beaucoup … ». Bien que non-éligible, elle est candidate aux élections municipales dans le 12e en 1881 et aux législatives de la Seine en 1885.

Le Petit Journal, supplément illustré du dimanche, 11 décembre 1898. Gallica (BnF).

Jeanne Chauvin première femme docteur en droit et première avocate à gagner le droit de plaider en 190120 . Sa conférence du 11 décembre 1898 a pour titre « Lamartine et l’éducation du peuple » Elle se tient à l’Éden, à l’occasion du 20e anniversaire de la bibliothèque, en présence de plus de 500 personnes. À cette occasion, Eugène Leboucher retrace l’histoire de la bibliothèque. Sigismond Lacroix, qui préside la réunion, fait ovationner la proposition de loi qui permettrait aux femmes de s’inscrire au barreau.

Et on peut ajouter Maria Deraismes qui donne au théâtre des Gobelins le 1er avril 1881 et le 11 mars 1883 deux conférences (« les droits de l’enfant » et « la dépopulation »), dans le cadre de manifestations destinées à recueillir des fonds pour le Sou des écoles laïques et la Maison maternelle laïque.

Des livres, des conférences, mais aussi d’autres activités

La bibliothèque est aussi un lieu où on donne des cours, notamment de chimie, d’anglais, de dessin et surtout de musique, solfège et violon. Elle accueille le mardi et le vendredi les cours gratuits Galin-Paris-Chevé,21 institution qui a mis au point une méthode simplifiée de lecture des partitions musicales pour les choristes. Ce système inspiré de Jean Jacques Rousseau est développé par des fouriéristes.

Le Radical du 23 novembre 1883 précise que « des places spéciales sont réservées aux dames et aux enfants. » Un compte rendu de 1882 nous dit qu’il a eu 104 cours cette année-là, mais nous n’en connaissons pas le détail.

La bibliothèque présente l’ensemble de ses activités (lecture, conférences, cours) à l’exposition internationale de Paris en 1900 où elle obtient une médaille d’argent et à celle de Saint-Louis en 1904 où elle est récompensée par une médaille d’or dans la catégorie « Mouvement général du progrès social »

Liste des conférences données à la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 13e arrdt en 1879-1880

 

année

date

conférencier

sujet

Notes et précisions

saison 1879-1880 (15 conférences)

 

1879

23-déc

Ouverture solennelle des cours publics et gratuits de l’Union française de la jeunesse, sous la présidence de Cantagrel

 

1879

23-déc

Lucien Henry,

Avocat

Paul Louis Courier

Hippolyte-Lucien Henry (1851-1897)

La Conférence

1880

04-janv

Alfred Naquet

non précisé

Médecin, député, inspirateur de la loi de 1884 sur le divorce. (1834-1916)

MAITRON

1880

24-janv

Docteur Thulier, conseiller municipal

Les enfants assistés

Jean-Baptiste-Henri Thulié (1832- ?), conseiller municipal

1880

31-janv

Eugène Baillet

Le génie de la Révolution

Bijoutier, photographe ambulant, chansonnier,

(1829-1906)

MAITRON

1880

07-févr

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie (les convulsionnaires de Saint- Médard)

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

15-févr

Aimé Lavy

La représentation du prolétariat au Parlement

Instituteur, rédacteur du journal Le prolétaire

(1850-1921) La représentation du prolétariat au parlement

MAITRON

1880

22-févr

Albert Gauttard

L’art du dessin mis à la portée de tout le monde

Lithographe, illustrateur

(1841-1903)

Professeur de dessin, fouriériste

1880

28-févr.

Albert Setrat

La magistrature et la République

 

1880

07-mars

Jean Thomas

adjoint au maire

L’instruction primaire à Paris

Pharmacien,

maire du 13e arr. de 1882 à 1896

(1834-1899)

(Le Petit Parisien 31 août 1899)

1880

13-mars

Yves Guyot,

conseiller municipal

Les réformes par les communes

Publiciste, homme politique

(1843-1928)

WIKIPEDIA

1880

21-mars

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

28-mars

Léonie Rouzade,

Les dirigeants, le peuple et le clergé

Écrivaine, fondatrice des Femmes socialistes (1839-1916)

MAITRON

1880

04-avr

Chrétien

conducteur des ponts et chaussées

Les puits artésiens

Directeur du puits artésien de la Butte aux cailles

1880

25-avr

Sigismond Lacroix, conseiller municipal

Le droit de la femme

Historien journaliste, homme politique, vice-président de la BAI-XIII

(1845-1909)

WIKIPEDIA

1880

02-mai

Victor Meunier, journaliste

La conquête de l’Afrique par la science

Écrivain scientifique,

vulgarisateur

(1817-1903)

=> vous trouverez ici la  liste des conférences de la BAI-XIII identifiées entre 1879 et 1939

La bibliothèque est naturellement le lieu où se retrouvent les défenseurs de l’école laïque : elle organise des événements pour soutenir la Société du Sou des écoles laïques, créée en 1878 pour favoriser la fréquentation des enfants d’ouvriers à l’école laïque. Elle accueillera son siège social, initialement fixé au domicile de François Combes. La société laïque des Maisons maternelles tient plusieurs assemblées générales dans la salle de la bibliothèque.

Maison de Victor Hugo
Avec l’aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo. Photographie de Nathalie Voynet.

Le 59 de l’avenue des Gobelins sera aussi un lieu de nombreuses réunions politiques. Quelques exemples : en 1881 réunion de la Solidarité des femmes avec le concours du Choral du 13e (l’invitation précise que « les hommes seront admis ») ; en 1889, l’Alliance socialiste et républicaine et le comité de soutien à la candidature d’Abel Hovelacque ; en 1890 le Comité socialiste autonomiste ; en 1904 le groupe de la Libre Pensée … Enfin, c’est à la bibliothèque que se réunissent le 27 février 1881 plusieurs institutions républicaines du 13e pour aller porter une adresse à Victor Hugo à l’occasion de ses 80 ans22 : la Bibliothèque populaire, le Sou des écoles laïques, la société de secours mutuels de la Maison Blanche et Croulebarbe, les francs-maçons habitant le 13e, la fanfare La Renaissance, la Chorale les Enfants du progrès. Il y aura 600 000 personnes sur l’avenue d’Eylau, qui sera nommée avenue Victor Hugo le 8 avril suivant.

La fin ?

En 1933, le syndicat des bibliothèques des Amis de l’Instruction a son siège au 59 de l’avenue des Gobelins, ce qui prouve que la bibliothèque fonctionne encore.

En 1937, le Rassemblement populaire des vieux travailleurs (secteur sud) tient encore des permanences dans la salle de la bibliothèque. Les dernières traces sont celles laissées par les conférences de l’hiver 1938-1939.

Nous avons la certitude que la BAI du 13e n’existe plus en 1950. À cette date, la moitié des BAI parisiennes ont disparu. Un rapport au conseil municipal de Paris23 nous dit que la principale raison est financière. Les bibliothèques municipales ont grandi, sont gratuites et prêtent désormais à domicile. Elles ont certainement pris le relai.

On sait aussi qu’en 1940, le gouvernement de Vichy a demandé aux préfets de confisquer dans les bibliothèques tous les ouvrages « à tendances communistes, libertaires et extrémistes de gauche ». Les autorités d’occupation soumettent les bibliothèques populaires à un contrôle sévère, en leur imposant une autorisation pour fonctionner. Tout cela n’a certainement pas arrangé les affaires de notre bibliothèque. Maxime Rodinson nous dit que le local de la bibliothèque est devenu une pizzéria et qu’il a acheté aux Puces de Saint-Ouen des livres portant le tampon de la bibliothèque

 

Nous allons poursuivre nos recherches sur cette disparition.

Sources bibliographiques :

  • Archives de la Préfecture de Police : Arch. PPo.
  • Archives de la Ville de Paris : Arch. P.
  • Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris : BHdV.
  • Journaux consultés sur Gallica et/ou Retronews (BnF): Le Petit Parisien, La Lanterne, Le Radical, Le Rappel, La Presse, Le Temps, Le Gaulois, Le Constitutionnel, Le Siècle, Le Moniteur Universel, La France, La Gazette, Le journal des débats politiques et littéraires, Le Pays, journal de l’Empire, La Liberté, Le Cri du Peuple, le XIXe siècle, La Petite République, La Justice, L’Intransigeant, L’Aurore, Le Journal, L’Homme Libre, L’Excelsior, Le Populaire, L’Œuvre, L’Action Française, Le Monde Illustré, le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, le Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine.
  • Dictionnaire universel illustré biographique et bibliographique de la France contemporaine par une Société de gens de lettres et de savants, sous la direction de Jules LERMINA, Paris, L. Boulanger, 1885 [BnF, en ligne].
  • Les Hommes d’aujourd’hui, F. CHAMPSAUR et A. GILL, Paris, éditeur A. Cinqualbre (en ligne).
  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l’Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l’Académie de médecine…. Tome 3 / sous la dir. de C.-E. Curinier, Paris, 1899-1919 (BnF, en ligne)
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (le Maitron) [en ligne].
  • www.bai.hypotheses.org
  • Emmanuel FUREIX, Le siècle des possibles, éd. PUF, 2004
  • Arnaud-Dominique HOUTE Le triomphe de la République, Le Seuil, coll. Points, 2014.
  • Jules Ferry, la République des citoyens, textes présentés par Odile Rudelle, Imprimerie Nationale, 1996.
  • Alain FAURE Les racines de la mobilité populaire à Paris au 19e siècle – Nanterre – IDHE
  1. Voir les billets bai.hypotheses.org/4298 ; bai.hypotheses.org/4332 []
  2. Charles Quentin (1826-1904). Il « prend » la bibliothèque du Sénat pendant la Commune. Ami de Gambetta, conseiller municipal du Père Lachaise (1876-80), vice-président de la BAI du 20e, directeur de l’Assistance publique (1880-85). Voir Christiane Demeulenaere, « Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris », dans Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  3. La petite presse du 3 novembre 1880 cite un extrait de cette conférence : « Il reste à faire la révolution du prolétariat, dès que la bourgeoisie aura fini la sienne. C’est pourquoi M. Gambetta et ses amis ne sont pas pressés de la terminer ; c’est pourquoi aussi nous devons nous liguer pour en hâter l’achèvement ».

    Alphonse Humbert, 1844-1922. Journaliste au Père Duchêne sous la Commune, un des signataires de l’Affiche rouge. Condamné aux travaux forcés à perpétuité. Après l’amnistie de 1879, il est élu conseiller municipal du 15e, mais l’élection est annulée parce qu’il n’a pas les six mois de résidence requis. Conseiller municipal du 15e de 1886 à 1893, et député en 1893. []

  4. Clovis Hugues, 1851-1907, poète et romancier, membre actif de la Commune de Marseille, député de 1881 à 1906. []
  5. Le MAITRON signale deux réunions qui achèvent de consumer les forces de Blanqui : le 21 novembre 1880, une conférence à Lille devant 6 000 personnes, et le 27 décembre, une intervention salle Ragache rue Lecourbe, 15e. []
  6. Alfred Talandier, d’abord avocat, révoqué par Louis-Napoléon Bonaparte, 1849, exilé en Angleterre. Sous-préfet après le 4 septembre, révoqué par Thiers, il devient professeur d’anglais à Henri IV, une troisième fois révoqué en 1874 quand il devient conseiller municipal. Député de 1876 à 1885, il siège à l’extrême gauche Les hommes d’aujourd’hui n°132. []
  7. Camille Pelletan, historien et journaliste au Rappel puis à La Justice, le journal de Clémenceau. Ami de Verlaine et de Rimbaud. Anticlérical et antiboulangiste. Député des Bouches du Rhône de 1881 à 1912. Ministre de la Marine de 1902 à 1905 []
  8. Ce budget figure en annexe, après le rapport du Conseil d’administration []
  9. La subvention à la BAI du 8e est même supprimée. Elle est qualifiée « d’officine électorale » par les élus conservateurs. []
  10. Louis Gélis (1896-1940), métallurgiste, membre du parti communiste français, puis du parti ouvrier et paysan, conseiller municipal du 13e de 1926 à 1940, député de 1932 à 1940. []
  11. En 1905, le Conseil municipal autorise l’École Estienne à donner à la bibliothèque « divers ouvrages qui encombrent les magasins », d’une valeur de 500,25 francs (BMO du 18/12/1905). []
  12. Voir https://bai.hypotheses.org/3147 []
  13. D’après Bernard Desmars (Bibliothèques en utopie, les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Presses de l’Enssib, 2020.), la bibliothèque du 13e serait en 1882 la seule bibliothèque populaire à comprendre Le Capital dans son catalogue. []
  14. Ouvrage offert par son auteur []
  15. Dictionnaire Universel de Jules Lermina, page 974. []
  16. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Presses Univ. Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  17. Opinion exprimée par Georges de Peyrebrune, pseudonyme de Mathilde Marie Georgina de Peyrebrune, dans une conférence du 27 mars 1877 à la BAI du 15e arrondissement https://bai.hypotheses.org/3445. []
  18. Voir la liste en annexe. []
  19. Le sculpteur Michel Béguine est présent le 15 mai 1896 à l’état civil de la Mairie du 14e et contresigne l’acte de décès d’Ernest Rousselle. []
  20. Inscrite au barreau de Paris, ses premières plaidoiries sont prononcées devant le tribunal civil de Château-Thierry. Celui-ci est présidé par le « bon juge Magnaud », le magistrat qui a créé la notion « d’absolue nécessité », prononcé le premier divorce aux torts réciproques, la garde alternée des enfants, et demandé que l’adultère ne soit plus qualifié de délit. La figure du « bon juge » est évoquée à la bibliothèque dans deux conférences. []
  21. Voir le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com, 2018/09. []
  22. C’est en réalité le jour de ses 79 ans, l’entrée dans sa 80e année. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952. []
  23. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952 []

Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire

Par Agnès Sandras, Geneviève Deblock, Louise Oudin

 

Ce billet annonce une série qui aura pour but d’approcher le plus possible, grâce aux documents de toutes sortes désormais numérisés, les réseaux préexistant entre les hommes qui ont fondé la première véritable bibliothèque populaire en 18611. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement (BAI-III) a en effet la première proposé un accès à toutes et tous à un prêt de livres choisis par les lecteurs. Elle fonctionnait de manière associative, avec un conseil qui tentait de respecter un équilibre entre des membres issus de la bourgeoisie et d’autres d’origine plus modeste. La respectabilité et les relations des premiers devaient protéger la bibliothèque des tracasseries administratives alors opposées aux associations, pendant que les bénévoles, ouvriers et artisans du Marais, se chargeaient de son fonctionnement. De nouveaux réseaux ont également résulté de leurs rencontres et de leurs luttes pour développer ce type de lecture et de bibliothèque dans un environnement parfois très hostile sous le Second Empire…

 

Un projet dans la continuité des projets précédents, à l’heure du numérique

Longtemps négligées par l’histoire de la lecture, les bibliothèques populaires avaient été magistralement sorties de l’oubli par Noé Richter en 1979. Celui-ci, qui avait souligné le rôle des Bibliothèques des Amis de l’Instruction, avait accepté de soutenir l’organisation d’un colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement et présidé par Madeleine Rebérioux. Lors des recherches menées pour ce colloque de 1984 qui portait sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction2 », différents auteurs avaient méticuleusement exploré les archives alors à leur disposition pour mieux connaître les fondateurs et les premiers lecteurs, ainsi que le contexte de la naissance de ce lieu original.

Ian Frazer s’était plus particulièrement attaché à retrouver des éléments biographiques sur Jean-Baptiste Girard, l’ouvrier moteur de la naissance de la bibliothèque3. Ces éléments confirmaient une tradition vivace à la Bibliothèque4 selon laquelle Girard, issu de la petite paysannerie haute-marnaise émigrée à Paris, avait eu un rôle décisif dans la conception de la BAI-III. Frazer avait identifié l’aide de l’Association philotechnique à la jeune bibliothèque, souligné l’importance du passé politique de Jean-Baptiste Girard qu’il avait reconstitué, et montré l’éventail socio-politique important des soutiens apportés.

Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh se penchaient quant à eux sur le registre dit des premiers lecteurs. Ils identifiaient les différents métiers des personnes inscrites dans ces listes (voir ici)  et leurs adresses (voir ici). La forte présence des artisans conduisait Madeleine Rebérioux à en conduire l’analyse dans des événements politiques contemporains, comme l’Exposition internationale de 1867.

Toujours en 1984, la bibliothèque était consacrée lieu de mémoire par Pascale Marie – qui avait également soutenu un travail essentiel à la BAI-III5 – dans l’ouvrage de Pierre Nora6. Elle montrait l’importance de l’inscription de cette bibliothèque dans le quartier du Temple, un quartier industrieux et toujours prêt à la rébellion au XIXe siècle.

Trente années plus tard, en 2014, un nouveau colloque organisé par la BAI-III permettait de compléter les pistes ouvertes en 1984, notamment par la création de ce carnet de recherches dès 2013. Le jour même du colloque, l’ouvrage Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique paraissait, grâce à l’effort exceptionnel des auteurs et des Presses de l’Enssib, 20147. Parmi ces auteurs, certains ont continué à travailler régulièrement sur les bibliothèques populaires. Deux exemples. Étienne Naddeo a soutenu sa thèse de l’ENC en 2015 sur Les bibliothèques populaires du département de la Seine (1861-1945), et s’est attaché à la naissance de la Société Franklin et à la bibliothèque populaire d’Asnières, fondée également par Girard, et a mis en lumière l’importance des réseaux francs-maçons et spirites autour des premières bibliothèques populaires. Jean-Charles Geslot a montré le rôle d’Édouard Charton dans la fondation de la bibliothèque populaire de Versailles, et s’intéresse depuis régulièrement à la constitution des premiers catalogues des bibliothèques populaires.

Plus largement, depuis le colloque de 2014, chercheurs et curieux se penchent sur l’histoire des bibliothèques populaires, et cette synergie permet d’identifier bien des acteurs oubliés et de mieux connaître les plus célèbres d’entre eux. Arlette Boulogne a publié en 2016 aux éditions L’Harmattan, Des Livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), ouvrage tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984. Plusieurs organisateurs de colloques ont sollicité des communications sur les bibliothèques populaires, des associations ont recréé les fonds initiaux de bibliothèques populaires, etc. Ce carnet rend compte régulièrement des diverses explorations menées ainsi.

Cette synergie et ce dynamisme ne seraient pas possibles sans les avancées numériques. En effet, on peut désormais ouvrir de nouvelles pistes grâce au repérage de sources dont l’inventaire se trouve en ligne. Par ailleurs, des bases de données comme celle des Communards déportés en 1871, la numérisation de nombreux journaux dans Gallica, Retronews, etc., et d’archives sur différents sites institutionnels, des dictionnaires en ligne comme le Maitron, l’Annuaire prosopographique « La France savante » du CTHS, etc., permettent de reconstituer des itinéraires, des motivations, et des rencontres. Ainsi, il n’est pas innocent de découvrir que Jean-Baptiste Girard, impliqué dans l’Affaire de l’Union des Associations en 1850, avait un jeune frère et que celui-ci avait été arrêté et déporté en 1848.8 Il est tout aussi révélateur d’apprendre que le premier ouvrier en charge du fonds et du catalogue, Charles-Honoré Plomb9, avait vraisemblablement connu Jean-Baptiste Girard sur les bancs de la Philotechnique où il apprit aussi le solfège, ce qui lui permit de devenir critique musical lorsqu’il se réfugia à Lausanne après avoir été inquiété à l’issue de la Commune … Il n’est pas moins intéressant de constater qu’Auguste Perdonnet10, très honorable représentant de la riche bourgeoisie philanthrope franco-suisse, avait une vie moins lisse que celle qu’il affichait, et que son soutien à la BAI-III reposait sur des motivations pour le moins complexes… Plus encore, en explorant les différentes bibliothèques des Amis de l’Instruction, à Paris ou en banlieue, on découvre bien des liens entre différents personnages : ce travail a été mené par exemple par Louise Oudin et Agnès Sandras pour la BAI-VI, par Geneviève et Pierre Deblock pour la BAI-XIII, par Christiane Demeulenaere-Douyère pour la BAI-XX.

 

Identification en cours des réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire : méthodologie et buts

Les liens entre les fondateurs de la BAI-III s’avèrent donc denses. Ils reflètent des engagements familiaux (des frères, des couples, etc., s’inscrivent), des amitiés (visibles lorsque l’on examine les témoins des actes d’état-civil), des affinités intellectuelles, des sociabilités :

  • de quartiers (voir la cartographie ici), qui ont été repérées également dans le cadre d’autres bibliothèques populaires comme celles de Hortes ou Vernon. On parle à son voisin et celui-ci signe la pétition pour demander l’établissement de la bibliothèque populaire (Épernay) ou vient s’inscrire (Hortes)
  • socio-professionnelles 
  • associatives
  • « éducatives » : les élèves des associations philotechnique et polytechnique demandent le soutien de leurs professeurs pour fonder les bibliothèques populaires
  • militantes et/ou politiques

Mais comment repérer ces liens ? Notre petite équipe (Geneviève et Pierre Deblock, Louise Oudin et Agnès Sandras) a décidé de partir de deux types de listes permettant d’identifier les personnes les plus attachées à la fondation de la BAI-III.

La première liste est issue du registre dit des premiers lecteurs. Ce registre a une genèse complexe, étudiée en détail par Danièle Majchrzak et Pierre Farouilh (voir ici). Lorsque l’on connaît les noms inscrits, on constate qu’ils correspondent le plus probablement à des vagues d’inscription différentes. Nous avons donc choisi pour le moment de retenir pour notre échantillon les trente premiers patronymes, même si des noms dont nous savons qu’ils ont compté pour la BAI-III apparaissent après ces trente personnes. En effet, notre seconde liste étant constituée des membres des conseils cités dans les comptes rendus imprimés sous le Second Empire, on peut supposer que l’addition des deux listes nous fournit les noms des principaux personnages ayant travaillé à l’édification de la BAI-III. L’échantillon étudié comprend 57 personnes : 43 individus sont à la fois lecteurs et membres d’un conseil de la BAI-III ; 7 « lecteurs » n’ont pas appartenu à un conseil et, plus étonnant, 7 membres de conseils n’apparaissent pas sur la liste dite des premiers lecteurs.

Pour chacun d’entre eux, nous avons décidé de rechercher les éléments qui nous permettent de repérer au mieux les liens décrits plus haut : actes d’état-civil avec une attention particulière apportée aux témoins ; appartenance à des associations, des mouvements politiques, etc. ; adhésion à l’AIT (la rue des Gravilliers étant un épicentre des fondateurs de la BAI-III) ; attitude lors de la Commune, etc. Notre but est de reconstituer ainsi les réseaux qui ont préexisté à la BAI-III. Ainsi nous savons par exemple que l’Association philotechnique a joué un rôle certain, mais il importe de le définir plus précisément : quels futurs adhérents de la BAI-III ont suivi des cours en commun à la Philotechnique ? Lesquels de leurs professeurs ont-ils entraînés dans cette aventure ? Il est également intéressant de voir quels autres liens la fondation de la BAI-III a pu créer ou consolider entre ces hommes, notamment quand une partie d’entre eux quittent la BAI-III et/ou fondent d’autres BAI. L’enquête n’est pas que socio-politique. Elle permettra aussi d’entrevoir les réseaux amicaux, politiques, qui ont guidé le choix des premiers ouvrages et déterminer les classements adoptés, les soutiens recherchés, les dons de livres obtenus.

Enfin, l’expérience a déjà montré à plusieurs reprises que l’évocation de ces différents personnages éveille l’intérêt de leurs descendants, de chercheurs, etc., qui nous fournissent à leur tour des renseignements inédits11. Nous espérons donc que ces nouveaux billets nous apporteront aussi des précieux contacts …

Ci-dessous la liste triée par ordre alphabétique des personnages que nous allons présenter au cours de l’année 2021, selon un rythme hebdomadaire. Les liens cliquables (en vert) vers les fiches publiées en ligne y  seront insérés au fur et à mesure.

NOM                            

Prénom

N° dans le « registre des lecteurs »

Fonctions à la BAI-III selon les compte rendus imprimés de 1861-1862

[NB : certains d’entre eux ont des fonctions dans d’autres bibliothèques populaires et/ou plus tard dans la BAI-III]

 

ADAM

Adolphe

2

secrétaire-administrateur en 1861

administrateur en 1862

ANDRÉ

Pierre

24

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BARRAL

Jean Augustin

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAUDEMENT

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

BAZIN

François

17

censeur puis secrétaire en 1861

BELLAMY

Jean-Victor

13

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

BLANCHET

Pierre, Armand, Charles

246

administrateur en 1862

BRESSON

Charles

14

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

BRIÈLE

Henry

81

 aide le bibliothécaire en 1861

CHARDAR

Jean

4

 aide le bibliothécaire en 1861

comptable en 1862

CHARPENTIER

Auguste

3

 aide le bibliothécaire en 1861

CHRÉTIEN

Joseph

83

 aide le bibliothécaire en 1861

CLOUET

Zéphirin  Théophile

5

 aide le bibliothécaire en 1861

puis administrateur en 1862

COLLET

Louis-Frédéric

26

 aide le bibliothécaire

puis administrateur en 1862

DALY

César

144

conseil de patronage en 1861

DELAMARCHE

Paul, Étienne

11

 aide le censeur en 1861

 

DELBROUCK

Joseph

30

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

DUMOUTIER

Benjamin  

108

 aide le bibliothécaire en 1861

ERBS

Frédéric

152

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

FAVÉ

Ildefonse

98

apporte son appui et une aide pratique à la bibliothèque

FESSARD

Jules  

58

 aide le bibliothécaire en 1861

FONTAINE

Louis

12

 aide le bibliothécaire en 1861 puis administrateur en 1862

FRIBOURG

Édouard

20

 aide le bibliothécaire en 1861

GERMINET

Georges Auguste (?)

29

 administrateur en 1862

GIRARD

[fondateur de la BAI-III, et plus largement du mouvement des bibliothèques populaires]

Jean-Baptiste

1

censeur en 1861

vice-président en 1862

GRANDEAU

Louis

9

trésorier-administrateur en 1861 puis administrateur en 1862

HACHETTE

Georges

non inscrit

conseil de patronage en 1861

HARANT

Henri, Raphaël, Joseph, Auguste

245

 vice-secrétaire en 1862

HEURTIN

Ernest

21

 aide le bibliothécaire en 1861

JACQUEL

Simon

68

censeur puis comptable en 1861

devient trésorier en 1862

LABOULAYE

Édouard

155

conseil de patronage en 1861

LABROUSTE

Alexandre

non inscrit

conseil de patronage en 1861

LACROUX

Joseph

25

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

LAMOUROUX

Mathieu, Auguste

27

 aide le bibliothécaire en 1861

LANDRIN

Hippolyte

15

 aide le bibliothécaire en 1861

devient administrateur en 1862

LEROYER

Germain, Auguste

247

 administrateur en 1862

LESAGE

Jean, Jacques, Louis, Galliot

66

conseil de patronage en 1861

LIONNET

Émile

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MAGDELEINE

Emmanuel Charles

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MARGOT

Eugène  François

67

conseil de patronage en 1861

MARGUERIN

Émile

10

conseil de patronage en 1861, prête le local et accroît les fonds

devient administrateur en 1862

MOYSE dit MEYER

Maurice

244

 secrétaire en 1862

MICHEL

Henri François

16

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

 MOLL

Louis, Constantin, Eugène

non inscrit

conseil de patronage en 1861

MORIN

Ernest

248

 administrateur en 1862

MORTIER

Joanny

6

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

NORET

Adolphe, Pierre, Paul

19

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PASCAL

Alphonse

7

 aide le bibliothécaire en 1861

PAUL

Marie, Jean Baptiste

18

pas de fonctions connues en 1861-1862 à la BAI-III

PERDONNET Auguste 243 président en 1862

PIQUART

Stanislas  Jean

22

 aide le bibliothécaire en 1861

PLOMB

Charles-Honoré

23

bibliothécaire

RIMET

Jean-Louis

28

 aide le bibliothécaire en 1861

SALLE

Louis

8

 aide le bibliothécaire en 1861

SCHNEIDER

Eugène, Jean-Baptiste

35

 aide le bibliothécaire en 1861

SILBERMANN

Jean Thiebault

249

conseil de patronage en 1861 puis administrateur en 1862

THIERRY

Pierre

38

conseil de patronage en 1861 ? ou un des « Thierry » suivants

THIERRY

Jean

39

voir précédent

THIERRY

Henri

40

voir précédent

THIERRY

Charles

41

voir précédent

VINCENT

Alexandre, Nicolas, Joseph

69

censeur en 1861 puis vice-président en 1862

  1. Elle a ouvert la voie à un raz-de-marée de bibliothèques populaires et inspiré la lecture publique. Voir les différents billets de ce blog et Richter Noé, Les Bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978 ; Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction: actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan, Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985 ; Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  2. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. Colloque, Paris, 10 novembre 1984 []
  3. Ian Frazer, « JEAN-BAPTISTE GIRARD (1821-1900) : FONDATEUR DES BIBLIOTHÈQUES DES AMIS DE L’INSTRUCTION (1861) », Lectures et lecteurs au XIXe siècle, op.cit. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Pascale Marie, Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement. Mémoire de DEA d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris. Paris, 1983 []
  6. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, 1984. []
  7. Sandras Agnès (dir.), Des Bibliothèques populaires à la bibliothèque publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014. []
  8. Voir Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre. []
  9. Voir Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  10. Voir Auguste Perdonnet, soutien efficace des premières bibliothèques populaires ? []
  11. Voir par exemple le billet sur Charles-Honoré Plomb. []

On parle encore et toujours des bibliothèques POPULAIRES (la BAI-XIII)

Geneviève et Pierre Deblock publient dans le Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du 13e arrondissement de Paris (n°48/2020) un article sur la création de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement  (BAI-XIII). Cet article passionnant, très fouillé, complète les billets qu’ils ont déjà donnés à ce carnet (« Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » et « les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878« )  et le billet d’Eve Netchine qui attirait notre attention sur un des lecteurs de la BAI-XIII, Maxime Rodinson (« L’orientaliste Maxime Rodinson (1915-2005) : lecteur à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIIIe arrondissement« ). On attend donc avec impatience la suite de leurs recherches…

Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les biographies des premiers fondateurs des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) sont toujours emplies de surprises, et riches d’enseignements sur les trajectoires socio-professionnelles du second dix-neuvième siècle (Voir les différents billets de ce carnet sur Jean-Baptiste Girard, Auguste Vorbe, etc.). C’est le cas de  Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième Arrondissement  (BAI-III), dont nous allons retracer la passionnante trajectoire : entre autres ouvrier-bijoutier, ouvrier-opticien, et bibliothécaire à Paris, puis professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique théâtral … Continuer la lecture de Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III

Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

[Ce billet est la suite du billet de Geneviève et Pierre Deblock, « Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris » que l’on peut consulter ici.]

Composition du Conseil d’administration de la BAI XIII, 1878. Collection des recueils, cote 8-Q-38 .[Amis de l’Instruction], BnF.

Le conseil d’administration de la BAI XIII comprend vingt membres1, tous de sexe masculin mais plusieurs acquis à la cause féministe2 : le député et les quatre conseillers municipaux du 13e arrondissement3, ainsi que quinze autres citoyens dont six ouvriers, plusieurs de la compagnie du Paris-Orléans, trois employés, un instituteur, un architecte, un artiste peintre, et trois dont nous ne connaissons pas la profession. Continuer la lecture de Les membres du conseil d’administration de la bibliothèque des Amis de l’instruction du 13e arrondissement en 1878

  1. Président : le citoyen Cantagrel, député ; Vice-président : le citoyen François Combes, conseiller municipal ; Secrétaire : le citoyen Jacquiot ; secrétaire-archiviste, le citoyen Georges Martin, conseiller municipal ; Secrétaire-adjoint : le citoyen Saintin ; Trésorier : le citoyen Bagel ; Trésorier adjoint : le citoyen Rondon ; Administrateurs, les citoyens Beaufils, Bénard, Chariot, Chola, Louis Combes, conseiller municipal, Delaplane, Fonvieille, Fossoyeux, Gobert, Hunsicker, Imbert, Sigismond Lacroix, conseiller municipal et Loisel. []
  2. F. Cantagrel, S. Lacroix, G. Martin peuvent être qualifiés de féministes. Voir aussi  Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  3. Qui ne sont pas membres de droit, mais élus par l’assemblée générale, comme les autres administrateurs. []

Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris

par Geneviève et Pierre Deblock

 

Le 59 avenue des Gobelins. Carte postale, XIXe siècle.

Le 13e arrondissement est une extension récente de Paris. Il a été créé sous le Second Empire en 1860, lors de l’agrandissement de la ville par Napoléon III jusqu’à l’enceinte de Thiers. Situé sur la rive gauche de la Seine, il est constitué d’une partie de l’ancien 12e arrondissement, à laquelle sont annexées, au sud et à l’est, des parcelles des communes d’Ivry, de Bicêtre, et de Gentilly.

C’est à cette époque un des territoires de Paris les plus déshérités, peuplé en majorité d’artisans et d’ouvriers. C’est aussi un des quartiers les plus industriels. Outre la manufacture des Gobelins qui longe la Bièvre, très polluée, au pied de la Butte aux Cailles, on y trouve des ateliers et des petites entreprises de travail du bois et du cuir, les chemins de fer d’Orléans, la raffinerie de sucre Say, la Compagnie parisienne du gaz, et à partir de 1890 les usines Delahaye, Panhard et Levassor.

Continuer la lecture de Une Bibliothèque des Amis de l’Instruction dans le 13e arrondissement de Paris

La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

Les papeteries du Marais. Cliché de Durandelle, vers 1880. Avec l’aimable autorisation du Musée de la Seine-et-Marne.

 

Le Musée de la Seine-et-Marne propose actuellement et jusqu’au 23 décembre une intéressante exposition sur « les papeteries de la vallée du Grand-Morin : une aventure industrielle« .  Cette exposition « retrace l’épopée industrielle, prestigieuse et très particulière, de la fabrication des papiers fiduciaires et «sécurité» dans les papeteries du Grand Morin ». 

La vallée du Grand Morin accueillait en effet traditionnellement des moulins dont certains étaient utilisés par des papeteries. En 1785, Louis Delagarde, propriétaire des Papeteries du Marais, devient également gérant des Papeteries d’Arches dans les Vosges, près d’Épinal. Les papeteries du Marais comprennent des moulins répartis sur plusieurs communes de la vallée du Grand-Morin dont  Jouy-sur-Morin qui est choisi pour la fabrication des assignats. Les « Papeteries du Marais et de Sainte-Marie », riches de 13 moulins, sont créées en 18281. La qualité et la variété des différents papiers produits font leur réputation internationale : elles obtiennent une médaille d’or aux Expositions de 1831, 1839, 1844, 18492, etc. En 1863, elles fabriquent des « papiers pour écriture, pour impression, pour lithographie et photographie; des papiers filigranés pour billets de banque, des papiers de couleur pour tentures et enfin des cartons doubles3 ». Elles connaissent, comme toutes les industries du XIXe siècle, de fortes mutations technologiques et apportent des modifications importantes dans la vie socio-économique locale. Parmi les changements liés à ces papeteries, je souhaiterais évoquer la « bibliothèque populaire du Marais », dont l’histoire n’a pas été (sauf erreur de ma part) encore été explorée, alors qu’elle présente une  originalité certaine.

Continuer la lecture de La bibliothèque populaire des papeteries du Marais dans la vallée du Grand Morin (I)

  1. Voir http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais []
  2. Voir Le Progrès manufacturier : journal spécial de toutes les grandes industries et du crédit manufacturier, 23 septembre1855. []
  3. Journal des travaux de l’Académie de l’industrie agricole, manufacturière et commerciale, février 1863, p. 195. []

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)

On a vu dans deux billets précédents (billet 1 et billet 2) combien la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe Arrondissement de Paris (BAI-XIX) a bénéficié pendant plus de trente années du soutien sans failles de l’un de ses fondateurs, Auguste Vorbe, fondeur de la rue d’Allemagne, républicain, et conseiller municipal. À la tête du Syndicat des bibliothèques populaires dans le milieu de la décennie 1890, il parvient à obtenir des subventions municipales  conséquentes pour ses bibliothèques « préférées » (voir billet précédent). Il souligne que l’argent doit servir à soutenir les actions permettant le rayonnement des bibliothèques populaires comme les conférences, les cours et les sorties instructives. En effet, dès la fondation de la BAI-XIX, il n’a eu de cesse de permettre un transfert des savoirs, des compétences et des ouvrages entre un réseau intellectuel dans lequel il a trouvé sa place et un peuple parisien privé d’un accès facile à l’instruction. Ce billet se propose d’explorer les liens qu’Auguste Vorbe a tissés avec différents auteurs afin d’obtenir de nombreux ouvrages pour la BAI-XIX.

Fonderie : publication bi-mensuelle : revue technique et pratique du métallurgiste et du fondeur Éditeur : (Paris) Date d’édition : 1920-01. Gallica (BnF).

Continuer la lecture de La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie III – de nombreux donateurs autour du Bibliophile Jacob et d’Auguste Vorbe)

Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Dans un billet de ce carnet intitulé : « Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires » Agnès Sandras nous rappelle les principaux traits de la personnalité du rédacteur en chef du quotidien à un sou, et son action, décriée parfois, en faveur de l’instruction du peuple. C’est ainsi que nous prenons connaissance de l’éditorial, publié le mardi 21 janvier 1868, et intitulé : « La société Benjamin Franklin » de Thimothée Trimm (alias Léo Lespès, 1815-1875). Il y fait l’éloge de la société Franklin, la promotion des bibliothèques populaires et souligne enfin le rôle central de Jean-Baptiste Girard :

Continuer la lecture de Une lettre de J.B. Girard de 1868 : un nouveau précieux témoignage

Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Christiane Demeulenaere-Douyère

Vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France

Vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris

Membre du CTHS

 

La bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris a disparu depuis longtemps de la mémoire collective de l’Est parisien, peut-être occultée par d’autres initiatives. Pourtant, créée en 1877 par le Dr Auguste Métivier (1827-1893), conseiller municipal républicain de Paris et en exercice au moins jusqu’en 1904, elle s’inscrit dans une volonté politique et sociale qui a marqué cet arrondissement profondément populaire, traumatisé par les épisodes tragiques de la Commune et de la Semaine sanglante, confronté aux difficultés de la vie quotidienne.

Continuer la lecture de Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

« Le désir fou de lire ces choses » … littérature catholique et bibliothèques populaires

« Rêverie », illustration de « Noëlle », Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des « histoires violentes de passions déchaînées et malsaines », des « pages criminelles » . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa « rêverie » la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.

  1. Mme Henri Contesse, « Noëlle« ,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !

La revue Les Études sociales publie dans son numéro 166 un dossier intitulé Bibliothèques et sciences sociales.

Le sommaire de ce dossier, coordonné par Matthieu Béra, est le suivant :

  • des bibliothèques et des savants
  • des bibliothèques et des lecteurs
  • des bibliothèques et des domaines de savoirs
  • des bibliothèques et des disciplines savantes
  • des bibliothèques et des professionnels

On signalera plus particulièrement dans ce dossier très riche  deux articles éclairant l’histoire des bibliothèques populaires :

  • Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt1.
  • Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale2.

Le premier de ces articles apporte en effet des précisions importantes sur la pratique du prêt par la Bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle et permet de mieux comprendre à quel(s) public(s) s’adresseront les bibliothèques populaires en 1860 lorsqu’elles décident de prêter à toutes et à tous

Le second nous mène à la rencontre d’Eugène Morel, bibliothécaire à « la Nationale »  et polygraphe repenti. Eugène Morel a marqué l’histoire des bibliothèques par son engagement  pour la lecture publique.  Engagement dont on a longtemps cru qu’il se construisait sur la volonté de faire disparaître les bibliothèques populaires. Pourtant, Morel expérimente avant la Première Guerre mondiale la première application française de la classification  décimale de Dewey à un catalogue de la bibliothèque populaire de Levallois-Perret. Un dossier du fonds Morel, conservé par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce grand écart de Morel  entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques ….

=> Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Signalons également la parution  d’un billet du blog des archivistes de Levallois  sur Eugène Morel et la bibliothèque de Levallois-Perret que l’on peut retrouver ici.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2120.

  1. Bruno Blasselle, « Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt », Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 69 à 88. []
  2. Agnès Sandras, « Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale « , Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression « bibliothèque populaire » dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche « bibliothèque populaire » pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

« Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. « 

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques « ouvrages de polémique sociale et religieuse » et espérant le « plaisir […] de les voir disparaître »21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, « Des nouvelles mesures contre le colportage », Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment Le Siècle1 s’est intéressé à la réflexion autour de la création des bibliothèques populaires sous l’impulsion d’Anthime Corbon. Dans ce billet, nous allons découvrir que tout au long de l’année 1866, Le Siècle a pris la défense des bibliothèques populaires en butte aux tracasseries de l’administration impériale alors que la quasi totalité de la presse observait un silence prudent… Cet engagement du Siècle nous permet un siècle et demi plus tard de repérer les  véritables combats qui se sont engagés un peu partout en France pour la naissance des bibliothèques populaires, et de les documenter grâce aux ressources croissantes fournies par la numérisation. Nous allons ainsi voyager de Verzenay (Marne) à Marseille, en passant par Épernay (Marne), Chevilly (Loiret), et Anduze (Gard). Ces différentes bibliothèques ont reçu le soutien, parfois conjoint, des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de la Société Franklin, et de la Ligue de l’enseignement.

Si Le Siècle se soucie de la possibilité de créer des bibliothèques populaires, dans la réflexion plus large qu’il soutient sur l’instruction populaire, il ne se passionne pas immédiatement pour les fondations effectives. Ainsi, la naissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), en 1861, n’est évoquée qu’un an plus tard dans ses colonnes. L’aide des autorités politiques est soulignée, peut-être pour suggérer entre les lignes que les ouvriers fondateurs n’ont pas eu d’autre choix, pour obtenir l’ouverture de la BAI-III, que d’accepter des parrainages qui s’apparentent à une surveillance et les débordent rapidement : présence par exemple dans ses rangs d’Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III ; rôles-clé détenus par des notables familiers de l’entourage impérial, comme Auguste Perdonnet ; locaux de la bibliothèque situés dans la mairie du IIIe Arrondissement …

Il y a quelque temps, la bibliothèque des Amis de l’Instruction a eu sa première séance publique au Conservatoire des arts-et-métiers, devant un auditoire nombreux.

Après un discours applaudi de M. Perdonnet, président, le secrétaire général, M. Meyer, inspecteur de l’instruction primaire, a lu un rapport, interrompu à plusieurs reprises par les marques d’approbation chaleureuses de l’assemblée. Suivant ce rapport, le 17 mars 1861, deux professeurs réunis à quelques ouvriers, se concertèrent pour se procurer les livres nécessaires à toute bibliothèque utile et pour en faire profiter les autres au meilleur marché possible. Le problème à résoudre, c’était de rendre cette institution accessible à tous, sans qu’ils fussent obligés, après une longue journée de labeur, de quitter chaque soir leur logis. Au commencement de juin, dans une première réunion de l’assemblée générale, qui eut lieu chez M. Marguerin, directeur de l’école Turgot, le problème fut résolu. On vota l’association et la cotisation, et deux cents adhérents avaient déjà accepté ce double principe. Le 7 août., 1861, l’autorisation ministérielle était accordée à la société, qui s’assura le concours des deux grandes associations polytechnique et philotechnique. M. Arnaud Jeanti, maire du 3e arrondissement, offrit dans sa mairie un emplacement convenable pour la bibliothèque et pour les lecteurs. Toutes les autorités, le ministre de l’instruction en tête, se sont empressées d’encourager cette œuvre populaire. Aujourd’hui la société compte 700 souscripteurs et possède 2,000 volumes. Le mouvement du prêt s’est élevé, dans les six premiers mois de l’année, à 3,875 volumes2.

Le Siècle ne s’intéresse ni aux difficultés rencontrées par la BAI-III, en 1863, lorsque celle-ci faillit fermer, le maire du IIIe Arrondissement  ayant vu en elle une assemblée de factieux3, ni à celles entourant la naissance de la bibliothèque populaire de Versailles. En revanche, il dénonce âprement les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires de province dans les années 1866-1867. Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • les obstacles éprouvés par certaines BAI parisiennes et celle de Versailles touchent sans doute  de trop près le pouvoir impérial pour que Le Siècle s’y frotte. En effet, c’est prendre de gros risques dans une période où la presse est étroitement surveillée et facilement bâillonnée
  • Le Siècle tente peut-être toutefois de faire réagir  le pouvoir impérial sur des cas rencontrés dans toute la France, à un moment où l’on rassemble des exemples d’éducation populaire pour en faire la promotion à la future Exposition universelle de 1867 et ainsi vanter les mérites de la politique libérale
  • Les premiers résultats encourageants des bibliothèques populaires et de la Société Franklin permettent  de plaider la cause de nouvelles créations et démontrer que les craintes des autorités sont infondées

Le premier cas rapporté par Le Siècle date de janvier 1866. Il est englobé dans un ensemble de nouvelles destinées à montrer que l’éducation populaire des communes rurales est prise en main par des hommes dévoués et pourtant en butte aux tracasseries administratives. Il s’agit du combat épique mené depuis 1862 par le médecin d’un bourg champenois contre un sous-préfet qui applique de manière très stricte les consignes données par le ministère (on y reviendra très prochainement dans un billet) :

Verzenay fait partie de l’arrondissement de Reims, et Verzenay voudrait bien avoir une bibliothèque populaire ; mais voilà trois ans qu’on sollicite en vain l’autorisation. Cinq fois le règlement a été modifié, corrigé, retouché, sans que l’administration ait été satisfaite. Nous voyons seulement par une lettre du sous-préfet de Reims au docteur Mailliart que la susdite administration ne sera contente qu’à la condition de choisir elle-même non-seulement le président et les membres du comité, mais encore les livres et le local. Trois ans pour en venir à ce résultat ! Si nous parvenons à instruire le peuple, nous y aurons mis le temps. Au nombre des braves instituteurs qui, pendant ces longues soirées d’hiver, ont tenu des cours gratuits d’adultes, il faut citer M. Jules Thielon, à Mont-Louis-sur-Loir (Indre-et-Loire), qui fournissait le chauffage, l’éclairage et les livres à ses élèves. Honneur à ces hommes désintéressés et dévoués qui, sans autre récompense que le sentiment d’une bonne action accomplie, répandent parmi nos populations rurales l’instruction, dont elles ont un si grand besoin4 !

Notons que les autres grands journaux ne semblent pas s’être souciés de cette affaire, sans doute par crainte de trop s’engager. Ainsi, elle sera racontée en détail, mais en 1875, par La Presse (voir un prochain billet) !

Au cœur des tracasseries connues par les fondateurs de bibliothèques populaires, la législation qui interdit alors les réunions de plus de vingt personnes (même par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite (loi de 1834 complétant l’article 291 du Code pénal). Or pour fonder une association et la déclarer aux autorités, encore faut-il pouvoir se réunir une première fois… Le Siècle répercute donc avec  humour une circulaire incitant les  préfets à plus de souplesse dans des cas très précis et limités. Le journaliste conclut d’ailleurs :

Quoi qu’il en soit, tous les citoyens qui songent à former des sociétés de secours mutuels, des associations coopératives, des bibliothèques populaires ou même des cabinets de lecture, grâce à la circulaire ministérielle, devront trouver dans les dispositions de l’autorité plus de bienveillance et de sympathie que par le passé. Nous devions, sous ce rapport, signaler le progrès5.

Le 10 avril 1866, c’est toujours l’humour que manie Le Siècle pour se moquer d’une décision prise cette fois-ci à  Paris. Il s’agit du cas non moins épineux des conférences encouragées à double titre par les bibliothèques populaires : elles permettent de dispenser une instruction et de prolonger ou de susciter des lectures ; la libre participation des auditeurs alimente les budgets souvent très restreints d’acquisitions d’ouvrages. Ces conférences nécessitent des autorisations préfectorales, et les préfets examinent très attentivement le thème des conférences et la réputation du conférencier. Des agents de police sont chargés d’écouter les conférences et font des rapports (Voir un prochain billet sur les conférences). Taxile Delord   signale que si la bibliothèque populaire de Versailles a pu organiser une manifestation, il n’a pas été possible à M. Guéroult de donner une conférence sur le saint-simonisme à Paris :

M. Saint-Marc Girardin a pu faire dimanche à Versailles, et dans la salle du Jeu-de-Paume encore, une très-intéressante conférence au profit de la bibliothèque populaire de la ville ; à Paris, M. Adolphe Guéroult, moins heureux, n’a point été autorisé à consacrer une heure à parler devant le public de la rue Cadet des œuvres de Saint-Simon ; le gouvernement ne voulant pas que la participation des hommes politiques aux conférences leur fasse perdre leur caractère scientifique et littéraire. Ainsi, l’illustre Arago, s’il vivait encore, demanderait en vain à faire à Paris une conférence sur Condorcet, dont il a raconté la vie. « Prenez-le coche, lui dirait-on, et allez faire votre conférence à Pontoise »6.

Cette brève en révèle beaucoup sur les enjeux politiques de l’instruction populaire à cette période. Rappelons déjà que la bibliothèque populaire de Versailles, après avoir connu bien des réticences de la part des pouvoirs politiques7, a pu ouvrir grâce à l’obstination d’Édouard Charton, républicain saint-simonien. Une fois installée, la bibliothèque a connu une paix relative de la part des autorités, et disposé pour ses conférences de la salle du Jeu de Paume, au haut pouvoir symbolique. Au début du mois d’avril 186, Saint-Marc Girardin a donc parlé du « choix des lectures populaires » devant un vaste public, et déclaré que « en initiant de nouvelles classes de lecteurs à de nobles jouissances, on parviendra à effacer des distinctions artificielles et à créer la vraie égalité, l’égalité en haut8 ! » Adolphe Guéroult est quant à lui un publiciste très renommé, franc-maçon et  ancien saint-simonien, qui vient de publier dans son journal L’Opinion nationale 9 le Manifeste des Soixante, cette « première charte de classe d’un mouvement ouvrier français en voie de devenir adulte » selon Marx10. Le Manifeste des Soixante a principalement été initié par l’ouvrier ciseleur Henri Tolain. Rappelons que « la rue Cadet » désigne le Grand Orient de France.  Cet entrefilet et ses sous-entendus nous plongent donc au cœur des relations très complexes de plusieurs réseaux d’influence autour de l’instruction populaire, et plus particulièrement des bibliothèques populaires. 

Pilotell, Le Bouffon, juin 1867.
Pilotell, « Adolphe Guéroult », Le Bouffon, juin 1867.

Le Grand Orient met alors sa grande salle à la disposition de conférences instructives et de lectures. Édouard Laboulaye, par exemple, président de la BAI-V, y donnera une conférence pour la Société de l’Instruction élémentaire11. Les franc-maçons, comme Charles Fauvéty, ont été très actifs dans la fondation des premières bibliothèques populaires. Le second réseau est celui des saint-simoniens, comme on l’a vu plus haut. Adolphe Guéroult comme Charles Fauvéty et Édouard Laboulaye seront quatre ans plus tard parmi les soutiens de l’Association pour le droit des femmes12 fondée par le franc-maçon Léon Richer. Or, Charles Fauvéty a été proche, comme son ami Jean-Baptiste Girard, le principal fondateur des BAI, de Jeanne Deroin, ce qui explique en partie l’accueil favorable fait aux femmes lectrices dans ces premières bibliothèques populaires13. Enfin, Henri Tolain œuvre à la fondation de l’Association internationale des Travailleurs, dont le premier bureau ouvre rue des Gravilliers, rue où résident Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III, ou bien encore Jean-Victor Bellamy, administrateur de la BAI-III et membre actif de l’AIT.

Trois jours après Le Siècle signale de nouvelles difficultés dans le Sud de la France, à Marseille cette fois :

Le Père Tranquille, journal de Marseille, se mêlant un peu de tout chaque jeudi, s’est mêlé de créer une bibliothèque populaire libre dans le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Qui se serait jamais douté qu’aucune institution de ce genre n’existât encore dans une ville comme Marseille ? C’est là une lacune qu’il faut s’empresser de combler. Espérons que les Marseillais s’empresseront de répondre à l’appel du rédacteur en chef du journal dont nous venons de parler, M. Royaunès [sic] , un écrivain distingué dont nous avons lu dernièrement une excellente brochure, L’Athéisme et la Révolution14.

Notons qu’à nouveau Le Siècle semble être un des seuls journaux à signaler ce cas désagréable aux autorités politiques. En effet, Adolphe Royannez est un publiciste connu à Marseille pour ses positions anticléricales et proudhoniennes15. Il a beau déclarer dans que dans le cas où ses opinions philosophiques le feraient juger indigne de la confiance de l’autorité, il s’engage à se démettre de ses fonctions provisoires de président et à  ne pas faire partie du bureau après validation des statuts, sa demande est rejetée16. Adolphe Royannez répercute la décision préfectorale dans son journal (Le Père tranquille) et en appelle à la presse politique parisienne17. Mais Le Siècle semble avoir été un des rares journaux à réagir…

Deux jours plus tard, Taxile Delord attire à nouveau l’attention des lecteurs du Siècle sur les difficultés d’établissement d’une bibliothèque populaire, cette fois dans une commune proche d’Orléans, Chevilly  :

La petite commune de Chevilly, dans les environs d’Orléans, est célèbre dans le département du Loiret par ses luttes en faveur de l’enseignement laïque. Quelques habitants de cette commune ont eu l’idée d’y fonder une bibliothèque populaire. Le 16 novembre dernier, ces honorables citoyens se présentaient à l’hôtel de la préfecture, à Orléans, pour demander au préfet l’autorisation nécessaire en pareil cas, et laissaient entre les mains de ce haut fonctionnaire une copie des statuts, les noms des membres du conseil d’administration et le catalogue des ouvrages destinés à la bibliothèque. Charmés de l’accueil bienveillant et aimable du préfet, convaincus qu’ils s’étaient entièrement conformés à la loi et aux règles tracées par le gouvernement, les promoteurs de la bibliothèque s’étaient retirés avec la douce certitude que l’autorisation allait leur être accordée ; ils l’attendent encore. Trois lettres écrites à M. le préfet sont restées sans réponse ; de nouvelles démarches ont eu pour résultat des réponses évasives. Ce n’est pas tout : le parti qui depuis quatre ans combat à Chevilly l’enseignement laïque, ce parti qui récemment faisait signer à domicile une pétition pour demander la suppression du traitement de l’institutrice laïque adjointe, et par conséquent son renvoi, est autorisé à ouvrir une bibliothèque populaire : Sic vos non vobis. Les libéraux de Chevilly ne protestent point contre l’autorisation donnée à d’autres qu’à eux, ils se félicitent au contraire de leur avoir montré le chemin du progrès ; mais ils s’étonnent, à bon droit, de la lenteur qu’apporte M. le préfet à leur faire connaître sa décision. Espérons qu’il se décidera à les tirer d’incertitude18.

La bibliothèque sera établie grâce aux efforts du Cercle de la Ligue de l’Enseignement. En 1868, elle possèdera 140 volumes et organisera des lectures du soir19.

En novembre 1866, c’est une petite ville du Gard qui occupe Le Siècle, sans doute désireux d’attirer l’attention sur un autre type de souci rencontré par les bibliothèques populaires, à savoir l’autorité possiblement exercée par les maires du Second Empire sur les  structures associatives. En effet, la Société Franklin recommandait lors de la fondation d’une bibliothèque populaire de désigner le maire comme président honoraire afin de faciliter les relations avec les autorités préfectorales. Il est alors plutôt d’usage que le maire se contente de ce  rôle honorifique, mais tous  ne respectent pas cet usage. Dans un premier article, le 15 novembre, Le Siècle accuse le maire d’Anduze de s’immiscer dans l’utilisation des fonds de la bibliothèque20. Dès le lendemain, l’édile, Albin de Montvaillant, envoie une réponse au Siècle qui la publie le 28 novembre. Il faut lire in extenso ce courrier (ici) et l’analyse qu’en fait Le Siècle pour comprendre les enjeux qui se nouent dans des conceptions différentes des bibliothèques, et en particulier la notion de bibliothèque populaire libre face à la bibliothèque populaire communale.

 En effet, la circulaire Rouland sur les bibliothèques scolaires en mai 1860 a permis aux bibliothèques populaires de trouver une légitimité. À cette occasion, le ministre de l’Instruction et des Cultes a lancé un appel à l’initiative privée, appel qui souligne l’impuissance du gouvernement impérial à satisfaire les besoins en instruction de la population et ouvre la brèche pour des bibliothèques libres. Les premières bibliothèques populaires libres relèvent cependant du Ministère de l’Intérieur puisque ce sont des associations. Sous-préfets et préfets examinent leurs statuts, la composition des membres du bureau et peuvent demander  des modifications, voire opposer un refus21. Ils ont aussi la tâche de  prendre connaissance du catalogue, lors de la constitution des fonds, puis d’exercer une surveillance annuelle sur les nouvelles acquisitions, le pouvoir craignant des ouvrages séditieux et/ou immoraux. Or cet examen demande des connaissances spécifiques. Dans un premier temps, le ministère de l’Intérieur semble avoir réclamé les lumières du ministère de l’Instruction. En témoigne une lettre de juin 1866 par laquelle le ministre de l’instruction, sollicité par l’Intérieur à propos de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, explique qu’il ne pourra fournir à son homologue qu’une aide très ponctuelle et lui conseille de suivre les règles suivantes :

Considérant que, par la lettre précitée, le Ministre de l’Intérieur demande quels sont les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Que pour donner son avis sur une demande de cette nature, la commission ne peut se placer au point de vue sévère et rigoureux qu’elle a adopté en ce qui touche le choix des livres à distribuer, par le Ministère, aux bibliothèques scolaires d’adultes ; qu’en effet, il ne s’agit, ni d’une bibliothèque placée dans l’école sous la direction et le contrôle du maître comme appendice du cours d’adultes, ou à titre de moyen d’éducation et pour la surveillance de laquelle le Ministre de l’Instruction Publique serait compétent, ni même d’une bibliothèque communale à fonder par la municipalité au moyen de deniers communaux, sous la responsabilité de l’administration locale et sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur ; qu’il s’agit d’une bibliothèque libre, établie au moyen de souscriptions particulières, soit pour l’usage des classes ouvrières, soit pour fournir à des lecteurs plus instruits un moyen de l’instruction ou même d’amusement ou de distraction ; que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public.

   Considérant qu’il sera fait une juste appréciation de ce double intérêt par l’adoption des règles suivantes :

     1° Ne conserver dans un catalogue de cette nature aucun livre qui n’aurait pas obtenu l’estampille du colportage, la Commission de Colportage est instituée, en effet, pour empêcher la circulation dans les villes ou dans les campagnes des ouvrages dangereux offerts à domicile au lecteur dans un but de lucre, ou dans un but de propagande. Peu importe que la circulation s’opère soit par un colporteur, soit par l’intermédiaire d’un bibliothécaire qui au lieu de poursuivre le lecteur, l’attendrait au siège de la bibliothèque et répandrait dans le pays des ouvrages nuisibles.

     2° Y tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis dans les bibliothèques scolaires ;

     3° Faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux.

     Considérant que si, en ce qui concerne le choix des livres destinés aux bibliothèques scolaires, la Commission permanente ne statue pour chacun d’eux qu’après un rapport écrit, elle ne pourrait songer à adopter, pour examiner l’affaire actuelle, cette forme de procédure ; qu’elle a pu et dû se borner, pour répondre à l’avis qui lui est demandé, à entendre la lecture complète du catalogue, sauf à délibérer sur les propositions d’exclusion ou de mise à part qui seraient faites sur tel ou tel ouvrage, par le rapporteur ou par un de ses membres de la Commission ; qu’en ce qui touche les ouvrages d’inconnus à tous les membres précédents et sur lesquels, par la seule mention du titre ou du nom de l’auteur, un scrupule pourrait s’élever, elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen22.

 À Épernay, la question des ouvrages jugés licencieux par le pouvoir se règle discrètement. En effet, cette bibliothèque bénéficie du soutien d’Auguste Perdonnet, proche du cercle impérial, qui a fait partie des premiers fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement23. Auguste Perdonnet est d’ailleurs le donateur des œuvres de Voltaire que la bibliothèque des Amis de l’Instruction met à part dans une armoire grillagée pour rassurer les autorités… Pour d’autres bibliothèques populaires, en particulier celles de Saint-Étienne et d’Oullins en 1867, cette question viendra au grand jour, et Le Siècle ne sera plus désormais seul à évoquer la question des bibliothèques populaires (voir prochain billet ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951.

  1. En ligne sur Gallica ici. []
  2. Le Siècle, 30 septembre 1862 []
  3. Sur cette crise voir Ian Frazer,  » Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1985. []
  4. Le Siècle, 2 janvier 1866. []
  5. E. André-Pasquet,  » Le droit de réunion », Le Siècle, 2 avril 1866. []
  6. Taxile Delord, »Partie politique », Le Siècle, 10 avril 1866. []
  7. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  8. Ernest Bersot, Le Journal des Débats politiques et littéraires, 10 avril 1866. []
  9. Voir Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau [et alii], Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860, La Découverte, 2016. []
  10. Jacques Julliard, Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, Flammarion, 2014. []
  11. Le Petit Journal, 28 janvier 1870. []
  12. Voir Alban Jacquemart, « Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable« . EHESS, 2011. []
  13. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 (dir. Carole Christen, Laurent Besse), Presses universitaires du Septentrion, 2016. []
  14. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  15. Voir Michael Pakenham, Keith Cameron, Le Champ littéraire 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham. Rodopi, 1996. []
  16. Voir Robert Rossi, Léo Taxil (1854-1907) : du journalisme anticlérical à la mystification transcendante, Le Fioupélan, 2016. []
  17. Ibid. []
  18. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  19. Voir Jean Macé, Les Origines de la Ligue de l’Enseignement 1861-1870, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1891. []
  20. « Courrier », Le Siècle, 15 novembre 1866. []
  21. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  22. Lettre du Ministre de l’Instruction Publique  au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives Nationales : F/1a/632. []
  23. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []