Archives par mot-clé : bibliothèque populaire

« Le désir fou de lire ces choses » … littérature catholique et bibliothèques populaires

« Rêverie », illustration de « Noëlle », Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904

 

Les bibliothèques populaires  ont souvent été décrites par la littérature catholique comme des lieux de perdition pour la jeunesse : fonds de livres inadaptés, bibliothécaires inconscients ou pervers…

Le Journal de la jeune fille nous offre en 1904 un bel exemple de ce topos. Noëlle, jeune orpheline, a gardé de son père professeur  l’amour des livres. Elle devient institutrice, et emploie volontiers ses loisirs à la lecture :

Il lui vint un jour l’idée d’aller prendre des livres à la bibliothèque populaire de la ville voisine lorsqu’elle s’y rendait le jeudi, pour des commissions.

Il y avait là un bibliothécaire assez indifférent et qui, certes, ne se pourfendait pas en connaissances littéraires. Ses conseils à Noëlle variaient seulement d’après les titres des ouvrages.

Beauté fatale ! Tenez, Mademoiselle, cela est exquis. On me le demande beaucoup. Voici encore : La fille de l’Actrice, oh ! çà alors, c’est d’un palpitant ! — Puis, Divorcée ; c’est tout nouveau et tout à fait pathétique. On y pleure dessus !

Noëlle écoutait, partagée entre le désir fou de lire ces choses et une crainte instinctive d’offenser Dieu et la mémoire vénérée de ses parents.

La première l’emporta1.

Et voilà Noëlle subjuguée par des « histoires violentes de passions déchaînées et malsaines », des « pages criminelles » . Grisée par ses lectures, en proie aux effets délétères de la littérature romanesque, elle en oublie sa vocation enseignante :

Sa classe lui devint à charge. La vulgarité de ses élèves lui portait  sur les nerfs. Quand on a passé tant d’heures brillantes en société de marquises, de duchesses, d’élégantes actrices et de jeunes snobs à monocles, on trouve pénible de faire faire la dictée à une troupe de petits enfants campagnards2.

Sa « rêverie » la conduit à s’amouracher d’un jeune médecin venant de la ville. Elle croit enfin vivre comme une héroïne de roman, lorsque son séducteur la trahit. Alors, la jeune femme décide de brûler les livres qui l’ont égarée … La fin de cette nouvelle édifiante donne quand même à penser qu’elle rendra les ouvrages empruntés à la bibliothèque populaire !

Là, à côté de la cheminée, sur l’étagère coquette, s’alignent quelques livres jaunes, rouges, verts. Noëlle les prend, les trie avec soin, met de côté ceux qui ne lui appartiennent pas. Puis, méthodiquement, énergiquement, elle jette les autres dans la flamme, un à un, en les déchirant lentement3.

Divorcée par René de Pont-Jest. Paris, E. Flammarion, 1891.
  1. Mme Henri Contesse, « Noëlle« ,  Journal de la jeune fille : organe des Unions chrétiennes de jeunes filles, janvier 1904. []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []

Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !

La revue Les Études sociales publie dans son numéro 166 un dossier intitulé Bibliothèques et sciences sociales.

Le sommaire de ce dossier, coordonné par Matthieu Béra, est le suivant :

  • des bibliothèques et des savants
  • des bibliothèques et des lecteurs
  • des bibliothèques et des domaines de savoirs
  • des bibliothèques et des disciplines savantes
  • des bibliothèques et des professionnels

On signalera plus particulièrement dans ce dossier très riche  deux articles éclairant l’histoire des bibliothèques populaires :

  • Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt1.
  • Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale2.

Le premier de ces articles apporte en effet des précisions importantes sur la pratique du prêt par la Bibliothèque nationale dans la première moitié du XIXe siècle et permet de mieux comprendre à quel(s) public(s) s’adresseront les bibliothèques populaires en 1860 lorsqu’elles décident de prêter à toutes et à tous

Le second nous mène à la rencontre d’Eugène Morel, bibliothécaire à « la Nationale »  et polygraphe repenti. Eugène Morel a marqué l’histoire des bibliothèques par son engagement  pour la lecture publique.  Engagement dont on a longtemps cru qu’il se construisait sur la volonté de faire disparaître les bibliothèques populaires. Pourtant, Morel expérimente avant la Première Guerre mondiale la première application française de la classification  décimale de Dewey à un catalogue de la bibliothèque populaire de Levallois-Perret. Un dossier du fonds Morel, conservé par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce grand écart de Morel  entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques ….

=> Cliquer sur les images de la galerie ci-dessous pour mieux les voir

Signalons également la parution  d’un billet du blog des archivistes de Levallois  sur Eugène Morel et la bibliothèque de Levallois-Perret que l’on peut retrouver ici.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Quand la classification décimale était expérimentée … dans une bibliothèque populaire !," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2120.
  1. Bruno Blasselle, « Les lecteurs de la Bibliothèque nationale au XIX e siècle. L’apport des registres de prêt », Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 69 à 88. []
  2. Agnès Sandras, « Eugène Morel : l’odyssée d’un polygraphe au pays de la classification décimale « , Les Etudes sociales, n° 166, 2017. Pages 167 à 186. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)

On a vu dans un précédent billet le combat très solitaire du journal Le Siècle pour soutenir les fondateurs des bibliothèques populaires devant les difficultés administratives variées qu’ils rencontraient en 1866. En effet, si le pouvoir impérial était plutôt favorable à une prise en charge privée de l’instruction privée, il redoutait des troubles politiques liés aux constitutions d’associations et à des lectures séditieuses. Les consignes de prudence données aux préfets par des circulaires officieuses ont été en certains endroits appliquées avec zèle, et sans doute plus de zèle que ne le souhaitaient Napoléon III et son entourage ou le ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

En 1867, s’ajoute une autre difficulté. Dans les endroits où l’administration s’est montrée moins pointilleuse quant au contenu des fonds des bibliothèques populaires, des voix s’élèvent pour dénoncer des lectures immorales. Des pétitions sont envoyées au Sénat, et l’on voit désormais la question des bibliothèques populaires gagner les colonnes de tous les journaux. Le graphique ci-dessous mesurant la fréquence de l’expression « bibliothèque populaire » dans les journaux numérisés par le site de presse Retronews permet de constater l’acmé de 1867 dans la décennie 1860-1870.

En menant la recherche « bibliothèque populaire » pour l’année 1867, toujours dans Retronews, on peut obtenir une liste de journaux dans lesquels on trouve cette occurrence1. Le résultat est intéressant puisque le plus fort nombre d’occurrences correspond à un journal local, évoquant abondamment l’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne (voir plus bas). On notera que le suivant, un journal national, n’est autre que Le Siècle qui garde donc au milieu du tohu-bohu créé par les pétitions autour des bibliothèques populaires un rôle important.

L’affaire des bibliothèques populaires de Saint-Étienne a été évoquée dans un précédent billet de ce carnet. Rappelons qu’en février 1867, les journaux et la mairie  de Saint-Étienne reçoivent des courriers dénonçant le contenu de deux nouvelles bibliothèques populaires. Dès mars, les journaux locaux s’emparent de l’affaire comme par exemple Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire2. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, dénonçant « des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels ». L’affaire est portée par une pétition devant le Sénat, et l’intervention passionnée de Sainte-Beuve sauve les deux bibliothèques stéphanoises.

Dans  « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », R. Bellet a recensé et analysé la façon dont les journaux locaux et nationaux, de tendances diverses, se sont emparés de cette affaire3. On se contentera donc dans ce billet de voir comment Le Siècle la rapporte et l’utilise au beau milieu de sa bataille pour les bibliothèques populaires.

La presse nationale s’empare de l’affaire au mois de mai lorsque la pétition est connue. Le Siècle, journal anticlérical, la présente immédiatement comme un dépit des « cléricaux » face au succès  des bibliothèques populaires. En effet, ces dernières peuvent constituer une concurrence sérieuse aux bibliothèques paroissiales déjà mises en place depuis une vingtaine d’années dans les villes et  dont le contenu était étroitement surveillé par les instances religieuses  :

Les bibliothèques populaires se propagent dans toute la France. Leur organisation se perfectionne ; leurs avantages, qui s’étendent, sont de plus en plus appréciés. À Paris, la société de la bibliothèque populaire du huitième arrondissement4, secondée par l’association polytechnique, a créé des conférences qui sont très suivies. Des cours d’adultes s’adjoignent ainsi presque partout aux bibliothèques et en complètent les bienfaits. ce que voyant, les cléricaux de Saint-Étienne n’ont pu contenir leur dépit. Ils sont allés, de porte en porte, de magasin en magasin, colporter une pétition au sénat sur le danger de nos bibliothèques populaires. Le président et le vice-président de la société de Saint-Vincent-de-Paul étaient en tête de la manifestation… Cris impuissants ! fureurs bizarres ! ses promoteurs, dans une ville de cent mille habitants , n’ont recueilli que cent deux signatures.

C’est une grande déroute pour les partisans de l’ignorance ; et nous ne pensons pas qu’ils s’en relèvent devant le sénat, quelles que soient les tendances de quelques uns de ses membres5.

Dans ses livraisons suivantes, Le Siècle s’intéresse à la question alors centrale de la lecture. Depuis des décennies, les pouvoirs politiques et religieux brandissent le spectre des « mauvaises lectures ». Les Églises tentent de modeler la lecture depuis une trentaine  d’années par la création de bibliothèques, comme celles de l’Œuvre des Bons Livres. Les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction, comme les premières bibliothèques populaires alsaciennes, ont adopté une certaine prudence dans leurs acquisitions. Leurs catalogues ont franchi un très grand pas en proposant des ouvrages variés, de distraction (romans) et d’instruction (disciplines variées), mais ont évité les auteurs trop polémiques. La BAI-V s’insurgera d’ailleurs contre une rumeur lui prêtant un catalogue semblable à ceux de Saint-Etienne, comme en témoigne une lettre adressée au Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire publiée le 29 mai 1867 (voir ci-dessous, cliquez sur l’image). Cette lettre met en valeur le rôle des appuis très officiels de la BAI-V.

En affichant du Proudhon et du Fourier, les bibliothèques stéphanoises entraînent non seulement la polémique sur ces œuvres mais aussi sur d’autres ouvrages et sur le contenu des bibliothèques populaires. Le Siècle constate :

Une pétition, dont le but est de signaler au sénat le danger des bibliothèques populaires, n’a pu réunir, à Saint-Étienne, que cent deux signatures, parmi lesquelles sont celles du président et du vice-président de la Société-de-Saint-Vincent-de-Paul.

Le Mémorial nous apprend que les cent deux veulent bien ne pas condamner les bibliothèques populaires ; s’ils s’indignent, c’est que sur les rayons de celle de Saint-Étienne, ils ont vu avec horreur le Prêtre, la femme et la famille, par Michelet ; les Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Proudhon, Fourier ; le Maudit ; la Croisade noire6, par Mme Gagneur ; l’Histoire politique des papes, par Lanfrey ; la Pluralité des puissances de l’âme, par Pezzani; la Vie de Jésus, par Renan !

Eh bien ! pourquoi proscrire la lecture de livres dont la notoriété est grande et qui ont une portée philosophique ? Les cléricaux admettent les bibliothèques populaires comme ils admettent l’enseignement, pour imposer leur joug et s’emparer des esprits. Imaginez une bibliothèque populaire composée par eux : on y trouvera l’Écriture sainte; l’Imitation de Jésus-Christ, ce code de la dévotion égoïste ; la Somme, de saint Thomas;  la Vie des saints ; l’Histoire de France, du père Loriquet.  Les classiques français n’y seront admis qu’après triage, amputation, mutilation, expurgation ; bon système pour faire, non des êtres pensants et des citoyens, mais des fanatiques et des esclaves ! L’homme n’est pas né pour être constamment tenu en tutelle, confisqué au profit des ministres de tel ou tel culte, régenté par des maîtres qui lui indiquent ce qu’il doit lire, ce qu’il doit écrire, ce qu’il doit penser. Il faut le mettre à même de choisir, d’exercer son libre arbitre, de se prononcer en pleine connaissance de cause entre les doctrines, les dogmes, les idées qui se partagent le monde. Nous ne cesserons de lutter à outrance contre ceux qui lui demandent tout d’abord l’obéissance passive, et le sacrifice de sa raison7.

Le Siècle s’efface ensuite derrière l’éloquence de Sainte-Beuve puis d’Eugène Pelletan qui défendent avec énergie devant le Sénat la liberté pour les bibliothèques populaires de mettre à disposition des lecteurs un choix varié de livres. Le journal choisit de retranscrire les débats, en notant :

Il sera curieux de savoir si le premier de nos grands corps de l’État trouve bon de se transformer en congrégation de l’index8.

Les débats se succèdent ainsi :

  • discussion du 25 juin 1867. Question mise à l’ordre du jour : discussion sur « une pétition de cent deux habitants de Saint-Etienne (Loire) qui se plaignent du choix que I’on a fait de certains ouvrages pour former deux bibliothèques populaires fondées à Saint-Etienne sous le patronage de l’autorité municipale. Le rapport, présenté par M. Suin à la dernière séance, conclut, au nom de la commission, au renvoi au ministre de l’instruction publique ». Interventions de Sainte-Beuve et Charles Dupin9.
  • discussion du 17 juillet 1867 sur un amendement portant sur une « subvention de 100 000 francs pour les bibliothèques scolaires et populaires ». Intervention de M. Eugène Pelletan10 :

Eh bien ! si je suis ici, c’est, je le crois, parce que l’empereur, qui n’ignorait pas mon insuffisance, a songé que je pourrais de temps en temps apporter une note discordante peut-être, mais sincère. C’est ce devoir que je remplis aujourd’hui, et c’est au nom de ce devoir que je supplie le sénat de résister à la faute qu’on lui propose de faire11.

Un mois plus tard, Eugène Pelletan profite d’un amendement au budget des bibliothèques pour revenir sur la question de la lecture populaire. Ce député républicain est concerné à double titre : ses ouvrages font partie de la liste dénoncée par la pétition de Saint-Étienne ; il milite depuis plusieurs années pour l’éducation du peuple, et a participé par exemple aux côtés de Corbon à la « Bibliothèque des Connaissances utiles »12, collection de vulgarisation destinée aux ouvriers suivant les cours du soir. Le Siècle restitue également son intervention qui se place très symboliquement dans la suite de celle de Sainte-Beuve. Mais Eugène Pelletan, du fait de ses convictions politiques, prolonge l’analyse sous un angle politique :

Le ministre de la justice disait qu’il y avait deux classes de lecteurs, comme autrefois il y avait deux  classes d’électeurs. (Bruit et rires.) D’une part les brahmanes de l’Intelligence auxquels toutes les lectures étaient permises ; de l’autre et au dessous, dans certaines profondeurs des classes qui n’ont pas le droit de lire les mêmes livres que les élus de la fortune. Eh bien, je m’élève contre cette théorie, parce qu’elle serait la négation du suffrage universel.

Comment, vous reconnaissez au peuple le droit de suffrage, le droit de peser dans sa main la forme de gouvernement qui lui convient le mieux, et vous viendriez lui dire qu’il n’a pas assez d’intelligence pour choisir les livres qu’il doit lire ! Si M. le ministre d’État était à son banc, il se lèverait et viendrait m’apporter l’autorité de sa parole et de son témoignage, car il a présidé l’enquête sur les sociétés coopératives et il pourrait vous dire que les ouvriers n’ont rien à envier aux autres classes en fait de bon sens, d’intelligence et d’élévation des idées13.

Si l’affaire de Saint-Etienne occupe les colonnes de tous les journaux, et parfois avec une grande violence, Le Siècle est comme en 1866, le seul à signaler les soucis rencontrés par d’autres bibliothèques.  C’est le cas dans la Nièvre. Le ministre de l’Intérieur a opposé, via le sous-préfet, un refus à une demande de création d’une bibliothèque populaire à la Châtre. Eugène Ténot ironise dans les colonnes du Siècle :

Pas un mot d’explication, pas une raison à l’appui n’accompagnent ce refus. Le pouvoir discrétionnaire y fait sentir crûment son omnipotence. Qu’en pense M. Duruy, si zélé pour la diffusion de l’instruction publique et la création des bibliothèques populaires ? Peut-être obtiendra-t-il de son collègue de l’intérieur les explications que celui-ci ne daigne pas accorder à un humble administré14.

En plein cœur de l’affaire des bibliothèques de Saint-Étienne, les ennuis rencontrés par le Cercle de la Ligue de l’Enseignement à Nérac (Lot-et-Garonne) sont l’occasion pour Émile de La Bédollière d’insister sur le manque de liberté des bibliothèques populaires lors de la composition des collections. Quinze années plus tôt, ce même journaliste s’inquiétait déjà du zèle des préfets dans l’application de la loi sur le colportage qui exposait les « infortunés colporteurs » de livres à  « de mortelles variations de température administrative15 ». Or le préfet du Lot-et-Garonne semble avoir eu à cœur en 1867 d’opposer à la fondation de la bibliothèque de Nérac tous les freins administratifs à sa disposition  :

Voici sa lettre, transmise aux intéressés par le sous-préfet, M. La Vigne :

« Lorsqu’une association veut se former pour créer une bibliothèque, il y a lieu de procéder comme s’il s’agissait d’ouvrir un cercle. Vous voudrez bien, en conséquence, m’adresser les statuts et y joindre la liste des fondateurs en triple expédition.

Le gouvernement tient à ce que le président soit nommé et agréé par le préfet. Quant aux membres du comité désignés pour administrer la bibliothèque, ils doivent être proposés à votre choix ou à votre agrément. Il serait à désirer que le maire fût nommé président honoraire.

Le catalogue des livres mis en lecture ne devra comprendre que des ouvrages professionnels utiles, appartenant à une littérature saine et propres à moraliser ou à instruire les classes ouvrières. on devra en éliminer avec une juste sévérité les romans dont la lecture pourrait laisser une impression regrettable ; on aura soin également d’exclure les livres de polémique sociale ou religieuse, et ceux qui sous prétexte d’économie politique, pourraient servir à propager des théories dangereuses ou subversives.

Les catalogues, chaque année, doivent être soumis à l’examen de l’autorité.

Quant à la réunion générale des souscripteurs, je n’ai aucune objection à faire, et je vous laisse les soin d’en régler les conditions. « 

 La liberté des bibliothèques populaires n’est-elle pas le pendant de la liberté de la presse telle qu’elle était conçue à Madrid au temps de Figaro ?

Quand on aura écarté tous les ouvrages énumérés dans la lettre préfectorale, devra-t-on laisser intacts ceux qui seront tolérés ?

Le Siècle de Louis XIV n’a été admis dans les lycées qu’après une censure préalable qui en a retranché avec un soin scrupuleux les passages attentatoires à l’honneur et à la considération des jésuites. Le préfet de Lot et-Garonne est tenu, pour être conséquent avec lui-même, de ne livrer à la population de Nérac que des éditions expurgées16.

Emile de La Bédollière. Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle. Gallica (BnF).

Les médailles octroyées à certaines bibliothèques populaires lors de l’Exposition universelle de 186717, les discussions passionnées au Sénat, n’empêchent pas que la création des bibliothèques populaires continue à être entourée d’un double mouvement strictement opposé : alliances inattendues autour de certaines fondations, coteries à d’autres endroits, les bibliothèques étant souvent prétexte à attiser des rivalités politico-religieuses déjà existantes. Le Siècle s’en fait encore et toujours l’écho à la fin du Second Empire comme sous les débuts de la Troisième République. Ainsi, rapporte-t-il l’affaire de la bibliothèque populaire d’Oullins (1868) en ces termes :

Beaucoup pensent peut-être que lorsqu’ils ont organisé une bibliothèque populaire, sans subvention de l’État ou de la commune, qu’ils ont loué le local et acheté les livres de leurs propres deniers, ils sont libres de conserver dans la bibliothèque fondée par leurs sacrifices les livres qui leur plaisent, à cette seule condition que ces ouvrages n’aient été l’objet d’aucune condamnation judiciaire. Beaucoup, disons-nous, pensent sans doute ainsi. Eh bien ! profonde est leur erreur. Les ouvriers, d’Oullins (Rhône) viennent d’en faire l’épreuve. La bibliothèque que ces ouvriers avaient créée, grâce à des cotisations prises sur les salaires, et à des dons de personnes aisées, a été dénoncée au sénat par quelques-uns de ces cléricaux, fougueux partisans, comme on sait, de la liberté de l’enseignement supérieur, et, au vu de la pieuse dénonciation le gouvernement s’est ému. Le ministre de l’intérieur, agissant en vertu de l’article 291 du code de 1810 et de la loi de 1834 sur les associations, s’est saisi de l’examen du catalogue de la bibliothèque d’Oullins, bibliothèque qui ne doit pas un centime à la commune, au département ou à l’État. M. le ministre s’est livré, en vertu de la loi sur les associations, à l’épuration du catalogue. et il a expulsé de la bibliothèque les romans d’Eugène Sue et  la plupart de ceux de George Sand, entre autres le roman philosophique, mais déiste et spiritualiste, Mademoiselle de la Quintinie, toujours en vertu de l’article 291 du code et de la loi de 1834, il a daigné amnistier la Mare au diable du même auteur, les Paysans, de Balzac et quelques romans historiques de Frédéric Soulié, lesquels étaient dénoncés avec les autres dans la pétition des catholiques amis de la liberté de l’enseignement d’Oullins. Nous prions nos lecteurs de vouloir bien considérer que nous ne discutons pas en ce moment le droit du ministre ; nous voulons bien admettre que la loi sur les associations lui donne ce droit d’inquisition sur les bibliothèques populaires, mais nous avons à cœur de faire ressortir ce fait que tous les citoyens qui n’ont pas consenti à s’humilier jusqu’au point d’abdiquer tout libre arbitre entre les mains de l’administration devraient avoir présent à l’esprit :  dans le libre pays des principes de 1789, les citoyens qui ont acheté, à frais communs, une bibliothèque, n’ont pas la liberté d’y introduire les ouvrages judiciairement irréprochables qu’il leur plairait d’acheter ((Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 11 juin 1868.)).

Ce dernier exemple, à l’instar des précédents, permet aujourd’hui, grâce aux progrès de la numérisation, de mieux repérer les différentes bibliothèques populaires qui ont connu des difficultés lors de leur établissement, et de dépasser les versions données par des documents officiels et les journaux. En effet, les soucis rencontrés par la bibliothèque populaire d’Oullins sont documentés par des archives privées exploitées dans le cadre de travaux  autour de l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour.  Ce saint-simonien convaincu18, rencontre dans l’entourage de son ami Prosper Enfantin  d’autres personnages comme Auguste Perdonnet (un des premiers présidents de la BAI-III) ou Édouard Charton (fondateur de la bibliothèque populaire de Versailles). C’est donc tout naturellement que la Société d’enseignement professionnel du Rhône, dont il est le fondateur (1864), prévoit de fonder une bibliothèque populaire et de donner également son patronage à une bibliothèque créée par les travailleurs à Oullins. De surcroît, Arlès-Dufour a un autre ami qui n’est autre que Jean Dolfus, président de la Société des bibliothèques communales, qui joue l’intermédiaire avec Jean Macé19 lorsque celui-ci conseille à Arlès-Dufour de fonder des bibliothèques populaires dans sa région20.

Arlès-Dufour transmet le dossier de demande d’établissement d’une bibliothèque populaire dans sa commune de naissance (Oullins) début 1868. L’autorisation préfectorale accordée le 2 avril 1868 est accompagnée d’une lettre regrettant de voir dans le catalogue quelques « ouvrages de polémique sociale et religieuse » et espérant le « plaisir […] de les voir disparaître »21.

Le 8 juin 1868, la préfecture transmet la requête du ministère de l’Intérieur : est demandée la suppression des ouvrages de George Sand et d’Eugène Sue, pouvant « présenter des dangers au point de vue de la famille et de la société » et « être de nature à altérer gravement le sentiment moral des personnes inexpérimentées, crédules et faciles à impressionner. La paix des familles pourrait en être troublée ; le respect des choses saintes et de l’autorité pourrait en souffrir22 ».

Le Sénat, la presse locale et nationale, s’emparent alors d’une affaire complexe, sur fond politique et religieux (la commune connaît aussi de fortes dissensions entre catholiques et protestants.). L’intérêt est redoublé par le soutien de George Sand à Arlès-Dufour. La lettre écrite au prince Napoléon par Arlès-Dufour une fois le calme revenu en dit long :

Petit exemple du résultat de l’intolérance et des taquineries gouvernementales : la bibliothèque populaire d’Oullins qui ne comptait que quarante-trois sociétaires, compte cent-dix inscrits, et au lieu des sept ouvrages anathématisés par le Sénat et M. Pinard, elle en a cent de plus qui mériteraient bien mieux leur excommunication23.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086.

  1. Bien entendu, il faut être conscient des limites de ce type d’exercice, toute la presse contemporaine de ces événements n’étant pas numérisée. []
  2. En ligne sur Retronews. []
  3. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1969. []
  4. Note de l’auteur du billet : C’est à dire la BAI-VIII. []
  5. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 16 mai 1867. []
  6. Note de l’auteur du billet : La Croisade noire qui s’élevait contre le fanatisme avait été initialement publié par Le Siècle, et violemment dénoncé par les feuilles cléricales comme une attaque contre les congrégations… []
  7. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 23 mai 1867. []
  8. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 23 juin 1867. []
  9. Le Siècle, 27 juin et 28 juin 1867. []
  10. Le Siècle, 20 juillet 1867 []
  11. Le Siècle, 27 juin 1867 []
  12. Voir Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République, 1871-1914, Publications de La Sorbonne, 2002. []
  13. Le Siècle, 20 juillet 1867. []
  14. Eugène Ténot, « Courrier », Le Siècle, 22 juin 1867. []
  15. Émile de La Bédollière, « Des nouvelles mesures contre le colportage », Le Siècle, 9 août 1852. []
  16. Émile de La Bédollière, « Courrier », Le Siècle, 17 juillet 1867. []
  17. Voir Agnès Sandras, « Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction), » in Bibliothèques populaires. []
  18. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000, Lyon 2. []
  19. Sur Jean Macé et les bibliothèques populaires, voir Arlette Boulogne, Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris, l’Harmattan , 2016. []
  20. Jacques Canton-Debat, Un homme d’affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Yves Lequin. Soutenue en 2000,  Lyon 2. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid. []
  23. Lettre d’Arlès-Dufour, 11 septembre 1868, au prince Napoléon (Archives familiales). Ibid. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)

Dans un précédent billet, nous avons vu comment Le Siècle1 s’est intéressé à la réflexion autour de la création des bibliothèques populaires sous l’impulsion d’Anthime Corbon. Dans ce billet, nous allons découvrir que tout au long de l’année 1866, Le Siècle a pris la défense des bibliothèques populaires en butte aux tracasseries de l’administration impériale alors que la quasi totalité de la presse observait un silence prudent… Cet engagement du Siècle nous permet un siècle et demi plus tard de repérer les  véritables combats qui se sont engagés un peu partout en France pour la naissance des bibliothèques populaires, et de les documenter grâce aux ressources croissantes fournies par la numérisation. Nous allons ainsi voyager de Verzenay (Marne) à Marseille, en passant par Épernay (Marne), Chevilly (Loiret), et Anduze (Gard). Ces différentes bibliothèques ont reçu le soutien, parfois conjoint, des bibliothèques des Amis de l’Instruction, de la Société Franklin, et de la Ligue de l’enseignement.

Si Le Siècle se soucie de la possibilité de créer des bibliothèques populaires, dans la réflexion plus large qu’il soutient sur l’instruction populaire, il ne se passionne pas immédiatement pour les fondations effectives. Ainsi, la naissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), en 1861, n’est évoquée qu’un an plus tard dans ses colonnes. L’aide des autorités politiques est soulignée, peut-être pour suggérer entre les lignes que les ouvriers fondateurs n’ont pas eu d’autre choix, pour obtenir l’ouverture de la BAI-III, que d’accepter des parrainages qui s’apparentent à une surveillance et les débordent rapidement : présence par exemple dans ses rangs d’Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III ; rôles-clé détenus par des notables familiers de l’entourage impérial, comme Auguste Perdonnet ; locaux de la bibliothèque situés dans la mairie du IIIe Arrondissement …

Il y a quelque temps, la bibliothèque des Amis de l’Instruction a eu sa première séance publique au Conservatoire des arts-et-métiers, devant un auditoire nombreux.

Après un discours applaudi de M. Perdonnet, président, le secrétaire général, M. Meyer, inspecteur de l’instruction primaire, a lu un rapport, interrompu à plusieurs reprises par les marques d’approbation chaleureuses de l’assemblée. Suivant ce rapport, le 17 mars 1861, deux professeurs réunis à quelques ouvriers, se concertèrent pour se procurer les livres nécessaires à toute bibliothèque utile et pour en faire profiter les autres au meilleur marché possible. Le problème à résoudre, c’était de rendre cette institution accessible à tous, sans qu’ils fussent obligés, après une longue journée de labeur, de quitter chaque soir leur logis. Au commencement de juin, dans une première réunion de l’assemblée générale, qui eut lieu chez M. Marguerin, directeur de l’école Turgot, le problème fut résolu. On vota l’association et la cotisation, et deux cents adhérents avaient déjà accepté ce double principe. Le 7 août., 1861, l’autorisation ministérielle était accordée à la société, qui s’assura le concours des deux grandes associations polytechnique et philotechnique. M. Arnaud Jeanti, maire du 3e arrondissement, offrit dans sa mairie un emplacement convenable pour la bibliothèque et pour les lecteurs. Toutes les autorités, le ministre de l’instruction en tête, se sont empressées d’encourager cette œuvre populaire. Aujourd’hui la société compte 700 souscripteurs et possède 2,000 volumes. Le mouvement du prêt s’est élevé, dans les six premiers mois de l’année, à 3,875 volumes2.

Le Siècle ne s’intéresse ni aux difficultés rencontrées par la BAI-III, en 1863, lorsque celle-ci faillit fermer, le maire du IIIe Arrondissement  ayant vu en elle une assemblée de factieux3, ni à celles entourant la naissance de la bibliothèque populaire de Versailles. En revanche, il dénonce âprement les difficultés rencontrées par les bibliothèques populaires de province dans les années 1866-1867. Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • les obstacles éprouvés par certaines BAI parisiennes et celle de Versailles touchent sans doute  de trop près le pouvoir impérial pour que Le Siècle s’y frotte. En effet, c’est prendre de gros risques dans une période où la presse est étroitement surveillée et facilement bâillonnée
  • Le Siècle tente peut-être toutefois de faire réagir  le pouvoir impérial sur des cas rencontrés dans toute la France, à un moment où l’on rassemble des exemples d’éducation populaire pour en faire la promotion à la future Exposition universelle de 1867 et ainsi vanter les mérites de la politique libérale
  • Les premiers résultats encourageants des bibliothèques populaires et de la Société Franklin permettent  de plaider la cause de nouvelles créations et démontrer que les craintes des autorités sont infondées

Le premier cas rapporté par Le Siècle date de janvier 1866. Il est englobé dans un ensemble de nouvelles destinées à montrer que l’éducation populaire des communes rurales est prise en main par des hommes dévoués et pourtant en butte aux tracasseries administratives. Il s’agit du combat épique mené depuis 1862 par le médecin d’un bourg champenois contre un sous-préfet qui applique de manière très stricte les consignes données par le ministère (on y reviendra très prochainement dans un billet) :

Verzenay fait partie de l’arrondissement de Reims, et Verzenay voudrait bien avoir une bibliothèque populaire ; mais voilà trois ans qu’on sollicite en vain l’autorisation. Cinq fois le règlement a été modifié, corrigé, retouché, sans que l’administration ait été satisfaite. Nous voyons seulement par une lettre du sous-préfet de Reims au docteur Mailliart que la susdite administration ne sera contente qu’à la condition de choisir elle-même non-seulement le président et les membres du comité, mais encore les livres et le local. Trois ans pour en venir à ce résultat ! Si nous parvenons à instruire le peuple, nous y aurons mis le temps. Au nombre des braves instituteurs qui, pendant ces longues soirées d’hiver, ont tenu des cours gratuits d’adultes, il faut citer M. Jules Thielon, à Mont-Louis-sur-Loir (Indre-et-Loire), qui fournissait le chauffage, l’éclairage et les livres à ses élèves. Honneur à ces hommes désintéressés et dévoués qui, sans autre récompense que le sentiment d’une bonne action accomplie, répandent parmi nos populations rurales l’instruction, dont elles ont un si grand besoin4 !

Notons que les autres grands journaux ne semblent pas s’être souciés de cette affaire, sans doute par crainte de trop s’engager. Ainsi, elle sera racontée en détail, mais en 1875, par La Presse (voir un prochain billet) !

Au cœur des tracasseries connues par les fondateurs de bibliothèques populaires, la législation qui interdit alors les réunions de plus de vingt personnes (même par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite (loi de 1834 complétant l’article 291 du Code pénal). Or pour fonder une association et la déclarer aux autorités, encore faut-il pouvoir se réunir une première fois… Le Siècle répercute donc avec  humour une circulaire incitant les  préfets à plus de souplesse dans des cas très précis et limités. Le journaliste conclut d’ailleurs :

Quoi qu’il en soit, tous les citoyens qui songent à former des sociétés de secours mutuels, des associations coopératives, des bibliothèques populaires ou même des cabinets de lecture, grâce à la circulaire ministérielle, devront trouver dans les dispositions de l’autorité plus de bienveillance et de sympathie que par le passé. Nous devions, sous ce rapport, signaler le progrès5.

Le 10 avril 1866, c’est toujours l’humour que manie Le Siècle pour se moquer d’une décision prise cette fois-ci à  Paris. Il s’agit du cas non moins épineux des conférences encouragées à double titre par les bibliothèques populaires : elles permettent de dispenser une instruction et de prolonger ou de susciter des lectures ; la libre participation des auditeurs alimente les budgets souvent très restreints d’acquisitions d’ouvrages. Ces conférences nécessitent des autorisations préfectorales, et les préfets examinent très attentivement le thème des conférences et la réputation du conférencier. Des agents de police sont chargés d’écouter les conférences et font des rapports (Voir un prochain billet sur les conférences). Taxile Delord   signale que si la bibliothèque populaire de Versailles a pu organiser une manifestation, il n’a pas été possible à M. Guéroult de donner une conférence sur le saint-simonisme à Paris :

M. Saint-Marc Girardin a pu faire dimanche à Versailles, et dans la salle du Jeu-de-Paume encore, une très-intéressante conférence au profit de la bibliothèque populaire de la ville ; à Paris, M. Adolphe Guéroult, moins heureux, n’a point été autorisé à consacrer une heure à parler devant le public de la rue Cadet des œuvres de Saint-Simon ; le gouvernement ne voulant pas que la participation des hommes politiques aux conférences leur fasse perdre leur caractère scientifique et littéraire. Ainsi, l’illustre Arago, s’il vivait encore, demanderait en vain à faire à Paris une conférence sur Condorcet, dont il a raconté la vie. « Prenez-le coche, lui dirait-on, et allez faire votre conférence à Pontoise »6.

Cette brève en révèle beaucoup sur les enjeux politiques de l’instruction populaire à cette période. Rappelons déjà que la bibliothèque populaire de Versailles, après avoir connu bien des réticences de la part des pouvoirs politiques7, a pu ouvrir grâce à l’obstination d’Édouard Charton, républicain saint-simonien. Une fois installée, la bibliothèque a connu une paix relative de la part des autorités, et disposé pour ses conférences de la salle du Jeu de Paume, au haut pouvoir symbolique. Au début du mois d’avril 186, Saint-Marc Girardin a donc parlé du « choix des lectures populaires » devant un vaste public, et déclaré que « en initiant de nouvelles classes de lecteurs à de nobles jouissances, on parviendra à effacer des distinctions artificielles et à créer la vraie égalité, l’égalité en haut8 ! » Adolphe Guéroult est quant à lui un publiciste très renommé, franc-maçon et  ancien saint-simonien, qui vient de publier dans son journal L’Opinion nationale 9 le Manifeste des Soixante, cette « première charte de classe d’un mouvement ouvrier français en voie de devenir adulte » selon Marx10. Le Manifeste des Soixante a principalement été initié par l’ouvrier ciseleur Henri Tolain. Rappelons que « la rue Cadet » désigne le Grand Orient de France.  Cet entrefilet et ses sous-entendus nous plongent donc au cœur des relations très complexes de plusieurs réseaux d’influence autour de l’instruction populaire, et plus particulièrement des bibliothèques populaires. 

Pilotell, Le Bouffon, juin 1867.
Pilotell, « Adolphe Guéroult », Le Bouffon, juin 1867.

Le Grand Orient met alors sa grande salle à la disposition de conférences instructives et de lectures. Édouard Laboulaye, par exemple, président de la BAI-V, y donnera une conférence pour la Société de l’Instruction élémentaire11. Les franc-maçons, comme Charles Fauvéty, ont été très actifs dans la fondation des premières bibliothèques populaires. Le second réseau est celui des saint-simoniens, comme on l’a vu plus haut. Adolphe Guéroult comme Charles Fauvéty et Édouard Laboulaye seront quatre ans plus tard parmi les soutiens de l’Association pour le droit des femmes12 fondée par le franc-maçon Léon Richer. Or, Charles Fauvéty a été proche, comme son ami Jean-Baptiste Girard, le principal fondateur des BAI, de Jeanne Deroin, ce qui explique en partie l’accueil favorable fait aux femmes lectrices dans ces premières bibliothèques populaires13. Enfin, Henri Tolain œuvre à la fondation de l’Association internationale des Travailleurs, dont le premier bureau ouvre rue des Gravilliers, rue où résident Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III, ou bien encore Jean-Victor Bellamy, administrateur de la BAI-III et membre actif de l’AIT.

Trois jours après Le Siècle signale de nouvelles difficultés dans le Sud de la France, à Marseille cette fois :

Le Père Tranquille, journal de Marseille, se mêlant un peu de tout chaque jeudi, s’est mêlé de créer une bibliothèque populaire libre dans le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Qui se serait jamais douté qu’aucune institution de ce genre n’existât encore dans une ville comme Marseille ? C’est là une lacune qu’il faut s’empresser de combler. Espérons que les Marseillais s’empresseront de répondre à l’appel du rédacteur en chef du journal dont nous venons de parler, M. Royaunès [sic] , un écrivain distingué dont nous avons lu dernièrement une excellente brochure, L’Athéisme et la Révolution14.

Notons qu’à nouveau Le Siècle semble être un des seuls journaux à signaler ce cas désagréable aux autorités politiques. En effet, Adolphe Royannez est un publiciste connu à Marseille pour ses positions anticléricales et proudhoniennes15. Il a beau déclarer dans que dans le cas où ses opinions philosophiques le feraient juger indigne de la confiance de l’autorité, il s’engage à se démettre de ses fonctions provisoires de président et à  ne pas faire partie du bureau après validation des statuts, sa demande est rejetée16. Adolphe Royannez répercute la décision préfectorale dans son journal (Le Père tranquille) et en appelle à la presse politique parisienne17. Mais Le Siècle semble avoir été un des rares journaux à réagir…

Deux jours plus tard, Taxile Delord attire à nouveau l’attention des lecteurs du Siècle sur les difficultés d’établissement d’une bibliothèque populaire, cette fois dans une commune proche d’Orléans, Chevilly  :

La petite commune de Chevilly, dans les environs d’Orléans, est célèbre dans le département du Loiret par ses luttes en faveur de l’enseignement laïque. Quelques habitants de cette commune ont eu l’idée d’y fonder une bibliothèque populaire. Le 16 novembre dernier, ces honorables citoyens se présentaient à l’hôtel de la préfecture, à Orléans, pour demander au préfet l’autorisation nécessaire en pareil cas, et laissaient entre les mains de ce haut fonctionnaire une copie des statuts, les noms des membres du conseil d’administration et le catalogue des ouvrages destinés à la bibliothèque. Charmés de l’accueil bienveillant et aimable du préfet, convaincus qu’ils s’étaient entièrement conformés à la loi et aux règles tracées par le gouvernement, les promoteurs de la bibliothèque s’étaient retirés avec la douce certitude que l’autorisation allait leur être accordée ; ils l’attendent encore. Trois lettres écrites à M. le préfet sont restées sans réponse ; de nouvelles démarches ont eu pour résultat des réponses évasives. Ce n’est pas tout : le parti qui depuis quatre ans combat à Chevilly l’enseignement laïque, ce parti qui récemment faisait signer à domicile une pétition pour demander la suppression du traitement de l’institutrice laïque adjointe, et par conséquent son renvoi, est autorisé à ouvrir une bibliothèque populaire : Sic vos non vobis. Les libéraux de Chevilly ne protestent point contre l’autorisation donnée à d’autres qu’à eux, ils se félicitent au contraire de leur avoir montré le chemin du progrès ; mais ils s’étonnent, à bon droit, de la lenteur qu’apporte M. le préfet à leur faire connaître sa décision. Espérons qu’il se décidera à les tirer d’incertitude18.

La bibliothèque sera établie grâce aux efforts du Cercle de la Ligue de l’Enseignement. En 1868, elle possèdera 140 volumes et organisera des lectures du soir19.

En novembre 1866, c’est une petite ville du Gard qui occupe Le Siècle, sans doute désireux d’attirer l’attention sur un autre type de souci rencontré par les bibliothèques populaires, à savoir l’autorité possiblement exercée par les maires du Second Empire sur les  structures associatives. En effet, la Société Franklin recommandait lors de la fondation d’une bibliothèque populaire de désigner le maire comme président honoraire afin de faciliter les relations avec les autorités préfectorales. Il est alors plutôt d’usage que le maire se contente de ce  rôle honorifique, mais tous  ne respectent pas cet usage. Dans un premier article, le 15 novembre, Le Siècle accuse le maire d’Anduze de s’immiscer dans l’utilisation des fonds de la bibliothèque20. Dès le lendemain, l’édile, Albin de Montvaillant, envoie une réponse au Siècle qui la publie le 28 novembre. Il faut lire in extenso ce courrier (ici) et l’analyse qu’en fait Le Siècle pour comprendre les enjeux qui se nouent dans des conceptions différentes des bibliothèques, et en particulier la notion de bibliothèque populaire libre face à la bibliothèque populaire communale.

 En effet, la circulaire Rouland sur les bibliothèques scolaires en mai 1860 a permis aux bibliothèques populaires de trouver une légitimité. À cette occasion, le ministre de l’Instruction et des Cultes a lancé un appel à l’initiative privée, appel qui souligne l’impuissance du gouvernement impérial à satisfaire les besoins en instruction de la population et ouvre la brèche pour des bibliothèques libres. Les premières bibliothèques populaires libres relèvent cependant du Ministère de l’Intérieur puisque ce sont des associations. Sous-préfets et préfets examinent leurs statuts, la composition des membres du bureau et peuvent demander  des modifications, voire opposer un refus21. Ils ont aussi la tâche de  prendre connaissance du catalogue, lors de la constitution des fonds, puis d’exercer une surveillance annuelle sur les nouvelles acquisitions, le pouvoir craignant des ouvrages séditieux et/ou immoraux. Or cet examen demande des connaissances spécifiques. Dans un premier temps, le ministère de l’Intérieur semble avoir réclamé les lumières du ministère de l’Instruction. En témoigne une lettre de juin 1866 par laquelle le ministre de l’instruction, sollicité par l’Intérieur à propos de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, explique qu’il ne pourra fournir à son homologue qu’une aide très ponctuelle et lui conseille de suivre les règles suivantes :

Considérant que, par la lettre précitée, le Ministre de l’Intérieur demande quels sont les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Que pour donner son avis sur une demande de cette nature, la commission ne peut se placer au point de vue sévère et rigoureux qu’elle a adopté en ce qui touche le choix des livres à distribuer, par le Ministère, aux bibliothèques scolaires d’adultes ; qu’en effet, il ne s’agit, ni d’une bibliothèque placée dans l’école sous la direction et le contrôle du maître comme appendice du cours d’adultes, ou à titre de moyen d’éducation et pour la surveillance de laquelle le Ministre de l’Instruction Publique serait compétent, ni même d’une bibliothèque communale à fonder par la municipalité au moyen de deniers communaux, sous la responsabilité de l’administration locale et sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur ; qu’il s’agit d’une bibliothèque libre, établie au moyen de souscriptions particulières, soit pour l’usage des classes ouvrières, soit pour fournir à des lecteurs plus instruits un moyen de l’instruction ou même d’amusement ou de distraction ; que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public.

   Considérant qu’il sera fait une juste appréciation de ce double intérêt par l’adoption des règles suivantes :

     1° Ne conserver dans un catalogue de cette nature aucun livre qui n’aurait pas obtenu l’estampille du colportage, la Commission de Colportage est instituée, en effet, pour empêcher la circulation dans les villes ou dans les campagnes des ouvrages dangereux offerts à domicile au lecteur dans un but de lucre, ou dans un but de propagande. Peu importe que la circulation s’opère soit par un colporteur, soit par l’intermédiaire d’un bibliothécaire qui au lieu de poursuivre le lecteur, l’attendrait au siège de la bibliothèque et répandrait dans le pays des ouvrages nuisibles.

     2° Y tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis dans les bibliothèques scolaires ;

     3° Faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux.

     Considérant que si, en ce qui concerne le choix des livres destinés aux bibliothèques scolaires, la Commission permanente ne statue pour chacun d’eux qu’après un rapport écrit, elle ne pourrait songer à adopter, pour examiner l’affaire actuelle, cette forme de procédure ; qu’elle a pu et dû se borner, pour répondre à l’avis qui lui est demandé, à entendre la lecture complète du catalogue, sauf à délibérer sur les propositions d’exclusion ou de mise à part qui seraient faites sur tel ou tel ouvrage, par le rapporteur ou par un de ses membres de la Commission ; qu’en ce qui touche les ouvrages d’inconnus à tous les membres précédents et sur lesquels, par la seule mention du titre ou du nom de l’auteur, un scrupule pourrait s’élever, elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen22.

 À Épernay, la question des ouvrages jugés licencieux par le pouvoir se règle discrètement. En effet, cette bibliothèque bénéficie du soutien d’Auguste Perdonnet, proche du cercle impérial, qui a fait partie des premiers fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement23. Auguste Perdonnet est d’ailleurs le donateur des œuvres de Voltaire que la bibliothèque des Amis de l’Instruction met à part dans une armoire grillagée pour rassurer les autorités… Pour d’autres bibliothèques populaires, en particulier celles de Saint-Étienne et d’Oullins en 1867, cette question viendra au grand jour, et Le Siècle ne sera plus désormais seul à évoquer la question des bibliothèques populaires (voir prochain billet ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (II – 1866, année charnière)," in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/1951.

  1. En ligne sur Gallica ici. []
  2. Le Siècle, 30 septembre 1862 []
  3. Sur cette crise voir Ian Frazer,  » Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1985. []
  4. Le Siècle, 2 janvier 1866. []
  5. E. André-Pasquet,  » Le droit de réunion », Le Siècle, 2 avril 1866. []
  6. Taxile Delord, »Partie politique », Le Siècle, 10 avril 1866. []
  7. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  8. Ernest Bersot, Le Journal des Débats politiques et littéraires, 10 avril 1866. []
  9. Voir Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau [et alii], Quand les socialistes inventaient l’avenir, 1825-1860, La Découverte, 2016. []
  10. Jacques Julliard, Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, Flammarion, 2014. []
  11. Le Petit Journal, 28 janvier 1870. []
  12. Voir Alban Jacquemart, « Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable« . EHESS, 2011. []
  13. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 (dir. Carole Christen, Laurent Besse), Presses universitaires du Septentrion, 2016. []
  14. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  15. Voir Michael Pakenham, Keith Cameron, Le Champ littéraire 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham. Rodopi, 1996. []
  16. Voir Robert Rossi, Léo Taxil (1854-1907) : du journalisme anticlérical à la mystification transcendante, Le Fioupélan, 2016. []
  17. Ibid. []
  18. Taxile Delord, « Courrier », Le Siècle, 11 avril 1866. []
  19. Voir Jean Macé, Les Origines de la Ligue de l’Enseignement 1861-1870, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1891. []
  20. « Courrier », Le Siècle, 15 novembre 1866. []
  21. Voir Agnès Sandras et Jean-Charles Geslot, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire ». Romantisme, Armand Colin, 2017. []
  22. Lettre du Ministre de l’Instruction Publique  au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives Nationales : F/1a/632. []
  23. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []

La Bibliothèque populaire d’Arès

Bassin d’Arcachon. Détail de la Carte du département de la Gironde, indiquant ses divisions… et ses principaux vignobles, revue et corrigée… par E. Pagnau… Bordeaux, 1875. Gallica (BnF)

« Il est temps de sortir non seulement les bibliothèques populaires de leur oubli mais de ressusciter leurs espoirs, combats, initiatives et résultats1». Longtemps oubliées et même méprisées, les bibliothèques populaires ont pourtant balisé le chemin de l’accès à la lecture d’une partie de la population française. Une myriade de bibliothèques existait à la fin du XIXème siècle et l’exemple de celle du village d’Arès, situé sur le bassin d’Arcachon,  est tout à fait représentatif, car il rassemble les éléments classiques à la base de ces établissements, soit une famille de philanthropes, les Javal Wallerstein, une collection d’ouvrages marquée par l’éducation populaire, et une organisation administrative.

Une famille de philanthropes : les Javal Wallerstein

La bibliothèque populaire d’Arès, créée en 1899,  conserve les mêmes statuts jusqu’en 1989. En 1948, elle change de nom pour devenir la « bibliothèque Wallerstein », en hommage à cette famille investie dans le devenir de ce bourg. Les Javal Wallerstein  sont ainsi décrit par Louise Weiss2,  dans ses Mémoires :

Dans la  commune d’Arès et les communes voisines, les terres de ma tante Sophie avaient été acquises par son père, Léopold le banquier, député du parti de l’opposition sous le Second empire. Personnage d’envergure [..],  il comptait parmi les capitalistes libéraux [..]. Fondateur des premières compagnies de chemin de fer, des premiers grands magasins, des bains de la Samaritaine [..] Léopold avait reçu chez lui les Saints-Simoniens les plus notables et ses collègues républicains : Ernest Picard, Jules Favre, Jules Simon […] Léopold avait laissé dans la famille, en même temps que d’importantes ressources, une tradition d’intérêt au sort du pays et du peuple. [..] Les richesses acquises qui les avaient insensiblement transformés de petits gens en grands bourgeois et de grands bourgeois en féodaux ne leur avaient jamais fait oublier leur devoir social3.

Léopold Javal achète le domaine d’Arès en 1847,  soit environ 3000 hectares allant d’Audenge jusqu’au Porge, et améliore les espaces et leur productivité en fixant les dunes, irriguant les terres ou organisant la pisciculture. Il décède en 1872 en laissant une fortune substantielle. Il a six enfants dont Sophie qui hérite du domaine d’Arès, au décès de sa mère en 18934. Elle s’engage alors dans la gestion de cette exploitation agricole de plus de 800 hectares qui employa près de 40 personnes5 Sophie Javal, née en 1853, a reçu une éducation de qualité. En 1878, elle épouse Paul Wallerstein6, ingénieur et médecin. Sensible à la vie difficile du peuple du bassin d’Arcachon, loin de toutes infrastructures médicales, le couple s’investit dans la création d’une maison de santé en 1895. Paul Wallerstein (1846-1903) a fondé la maison de santé d’Arès, voici comment il décrit cette action au  Congrès international d’assistance publique et de bienfaisance privée :

En France, selon nous, on s’en remet trop à l’intervention de l’État […]. C’est une erreur.[…] Habitant la campagne, nous avons été frappé de la difficulté pour ne pas dire l’impossibilité où le médecin se trouve trop souvent de soigner les malades […] Ayant eu l’occasion d’apprécier les services rendus par l’hôpital de Tournan, œuvre particulière fondée par Mme Isaac Pereire, nous nous sommes inspirés de cet exemple. […] La maison de santé d’Arès a été construite pendant l’été 1895 et ouverte dès le mois de décembre. […] Elle a un double but : elle hospitalise les malades et elle reçoit à sa consultation externe que nous désignons sous le nom de dispensaire7.

Cette citation illustre l’action philanthropique des nouvelles fortunes industrielles. Les donateurs léguaient souvent des biens immobiliers qui pouvaient être affectés à la création d’hospices, de maisons de retraite ou d’institutions. Cette philanthropie  est positive mais elle est aussi utilisée pour maintenir leur domination;  le financement de la santé, de la culture et de l’éducation permet de légitimer et diffuser de manière souterraine la figure et les valeurs des financeurs.

Sophie Wallerstein. Voir : http://visites.aquitaine.fr/sophie-wallerstein

 

Dix ans après le décès de son époux, en 1913, Sophie fonde l’aérium qui accueille des enfants malades de condition modeste. Pour accompagner l’effort de guerre en 1914, elle développe une association,  « le Vêtement du prisonnier de guerre », qui en 1917 fait travailler 300 bénévoles et envoie plus de 1000 paquets par jour dans les camps8.  Elle reçoit la Légion d’honneur le 11 décembre 1920 pour « 25 ans de services dans les œuvres de bienfaisance9». Dotée d’un fort caractère et consciente de ses devoirs sociaux,  elle perpétue et accentue grâce à sa fortune une tradition familiale qui veille au bien public. Parmi ses nombreuses activités, elle crée la bibliothèque populaire d’Arès. Un formulaire signé par le maire atteste que la bibliothèque a ouvert le 11 novembre 1899, elle possède 310 livres et a réalisé 600 prêts, elle se nomme « Société de la bibliothèque populaire d’Arès10 et serait installée dans la bibliothèque paroissiale11. Elle déménage en 1900 pour l’école des garçons comme l’indique le registre des délibérations du Conseil municipal : « Monsieur le Maire expose à l’assemblée qu’il a reçu du bureau de la bibliothèque populaire d’Arès une demande pour le transfert de cette bibliothèque dans une pièce dépendant du groupe scolaire (côté des garçons) laquelle est inoccupée pour le moment, et la mise en état de cette dite pièce. La mairie dote aussi de moyens financiers l’établissement :  » Considérant que cette bibliothèque ne peut que rendre service à la commune d’Arès tout entière. Vote une somme de 100 francs pour l’installation matérielle de cette pièce12. » La bibliothèque s’installe dans l’école des garçons, sur une petite porte en retrait est inscrit « Bibliothèque populaire ».

La famille Javal Wallerstein dans les collections

La trace de la famille existe à travers la collection conservée actuellement en réserve. Alors que tous les livres sont tamponnés en plusieurs endroits, certains ouvrages ne sont pas estampillés :  on imagine que ces livres ont une autre origine et proviennent de la bibliothèque personnelle de la famille Wallerstein, et d’ailleurs plusieurs portent leurs signatures ou sont dédicacés comme   » L’arbre d’or des Landes  » imprimé en 1921 de Julien Tourme13.  La famille a aussi laissé des ouvrages comme Les grands incendies qui garde au crayon la mention de Mathilde Javal14.

En revanche, l’écrivaine contemporaine de la famille ne semble pas figurer dans la collection : Lily Jean-Javal (1882-1958) a publié plus d’une quarantaine de romans et de livres pour la jeunesse.  Il est vrai que les livres pour les enfants sont alors plutôt rares dans les bibliothèques populaires, et mis à disposition des enfants dans les écoles. Des livres pointus de médecine ne portent pas le tampon de la bibliothèque comme le Traité élémentaire de matière médicale de Jean Baptiste  Barbier datant de 1819. Ces ouvrages sont édités chez les libraires spécialisés comme Méquignon ou Jean-Baptiste Baillère qui furent les premiers éditeurs de livres médicaux.

Livre de la bibliothèque d’Arès avec la signature « Wallerstein ». Au-dessus le mot « Bichat » est rayé. Cliché: A. Antonutti.

La médecine est un sujet qui intéresse les fondateurs de cette bibliothèque. Louis Émile Javal (1839-1907) est médecin, et il souhaite guérir sa sœur Sophie de son strabisme. Il crée le laboratoire d’ophtalmologie à la Sorbonne en 1879 et met au point plusieurs appareils comme l’ophtalmomètre (le Javal) et l’iconoscope. Il est aussi à l’origine d’une méthode de lecture dite Javal et il publie  La Physiologie de la lecture et de l’écriture  en 1906, un des premiers ouvrages sur les freins cognitifs liés aux caractères du texte imprimé. Ironie du destin, il perd la vue à sa vieillesse. Il se consacre alors à l’amélioration des conditions de vie des aveugles, et invente un tandem tricycle et un appareil pour écrire.

Une bibliothèque ambitieuse

Il existait à la fin du XIXème siècle des milliers de bibliothèques dites populaires mais aussi d’associations, scolaires, de fabrique, pédagogiques, confessionnelles, militaires. Et d’ailleurs quelle est la définition d’une bibliothèque populaire ? « Accessible à tous, composée de livres destinés non seulement à procurer une agréable et saine distraction de l’esprit, mais aussi à former le cœur et à familiariser progressivement le lecteur avec la science élé­mentaire et pratique15 ». La collection répond tout à fait à ces indications, plus de 1000 ouvrages sont conservés en réserve actuellement, dont un certain nombre datent de la création de la bibliothèque : ils se remarquent par leur couverture toilée, leur titre écrit en lettres dorées, et disposent d’un numéro d’inventaire collé sur la tranche sur une étiquette verte portant la mention de bibliothèque populaire.

Livres de la réserve de la bibliothèque populaire d’Arès. Cliché I. Antonutti.

Les numéros vont jusqu’à 2800, mais sans livre d’inventaire il est difficile de dater les périodes d’acquisition. Aucun catalogue papier n’est disponible. Le numéro 116 est présent, il s’agit du livre Le Brésil de M. Charles Reybaud publié en 1856 qui est ainsi décrit « L’histoire, la géographie la constitution, la situation intérieure et extérieure du pays, l’auteur s’est proposé de tout analyser17». Tous les sujets sont représentés,  la littérature, les biographies, la géographie et l’histoire (par ordre décroissant) dominent mais on trouve aussi des livres de philosophie, de religion, des sciences sociales et de techniques. J’ai prélevé un échantillon, en ne choisissant que des numéros d’inventaires inférieurs à 500 et  analysé environ 10% du fonds, soit 70 livres, ce pointage permet de donner une image, certes partielle mais réelle, du fonds. 57 auteurs différents sont représentés, pour la grande majorité, ils sont contemporains. Les dates d’édition confirment la forte présence de nouveautés parmi les livres achetés. 56 ouvrages sont publiés entre 1851 et 1899. La collection est ouverte au monde, avec des récits de voyages comme Voyage autour du monde : Java, Siam, Canton (1870)18 de Ludovic de Beauvoir qui fut un grand succès d’édition ; parmi les livres de géographie et d’histoire, différents pays sont explorés, les Etats-Unis comme le Dahomey ou la Russie. La politique n’est pas absente des rayons avec les œuvres de Jules Simon dont Le Devoir (1869) qu’il écrivit pour s’opposer au Second Empire et qui fut très en vogue. Parmi les titres romanesques, les grandes œuvres sont majoritaires avec Lamartine, Mme de Staël. Les Mille et une nuit est très abimé et a donc été largement emprunté. La bibliothèque possède aussi des romans à succès comme ceux de Jules Claretie,  Zenaïde Fleuriot, Gyp ou Walter Scott.  Les romans très appréciés du public n’ont pas résisté après des années d’usage ; les fiches de prêts collées à la fin des ouvrages indiquent que ces ouvrages ont été prêtés jusque dans les années 1990. Les périodiques instructifs ne sont pas oubliés comme La Revue des deux mondes (1894-1929) 19, La Revue de Paris (1896-1938) 20La Nature (1882-1906)  ou quelques années du Magasin pittoresque.

Une personnalité  inattendue a laissé une trace dans cette bibliothèque.   Elissa Rhaïs  (1876-1940) fut  la  première  femme  algérienne  à  obtenir un large succès avec  une littérature  orientale  à l’eau de rose21,  elle a publié 14 romans, dont  Le Café  chantant  (1920) qu’elle dédicace à Madame Hecht en 1938 « avec sa meilleure affection ».  La famille Hecht a contribué à la création de l’aérium22.

Un inventaire complet de la réserve permettrait de retrouver d’autres ouvrages singuliers et quelques éditions rares.

La société Franklin

Sur la page au dos de la couverture de chaque livre est collée une fiche de conseils pour prendre soin des livres prêtés provenant de la société Franklin.

Fiche collée au dos de chaque couverture. Cliché I. Antonutti.

Comme de nombreuses bibliothèques, elle a donc recours à cette association qui fournit des services clefs en mains. La société Franklin a choisi ce nom en hommage à Benjamin Franklin qui a fondé la première bibliothèque publique américaine en 1731. D’ailleurs,  les Mémoires de Benjamin Franklin, écrits par lui-même 23 figurent dans le fonds de la bibliothèque d’Arès. La société Franklin aide au développement des bibliothèques populaires en apportant un soutien logistique :  « elle établit des catalogues de livres choisis, encourage les publications utiles, accorde des dons de livres […] ; elle se situe délibérément en dehors des questions politiques ou religieuses 24 ». Ce dernier argument est souvent répété, ses membres sont catholiques, protestants et israélites et ils se réunissent avec l’objectif partagé  «  de répandre le goût de la lecture avec pour unique règle les lois éternelles de la morale25 ». En 1878, la société Franklin est en rapport avec 5.000 établissements, 67% sont  implantés dans des villes de moins de 5.000 habitants,  les animateurs des bibliothèques populaires se recrutent parmi les instituteurs, les employés de mairie, les militaires en retraite 26 Ce survol de la collection montre l’ambition des fonds mis à disposition des lecteurs, il s’agit bien d’élever les esprits et d’apporter des connaissances utiles et aussi de distraire puisque les romans représentent 30% des livres dans ces bibliothèques.

Formulaire pour le Conseil général rempli par le Maire d’Arès en 1902. Cliché I. Antonutti.

En 1902, la collection de la bibliothèque populaire d’Arès rassemble 800 volumes et prête 1000 documents 27, sachant que le village  compte 1810 habitants soit 489 ménages28, c’est un chiffre honorable. Les bibliothèques populaires ne fournissaient pas que des ouvrages, elles s’attachaient aussi à proposer des cours ou des conférences.  Jacques d’Arès mentionne « un cahier d’archives » où il a trouvé une liste de rencontres :

La première conférence a été donnée par le docteur Émile Javal le célèbre ophtalmologiste, sur Benjamin Franklin. L’astronomie fut évoquée par le professeur Ragot, astronome, directeur de l’observatoire de Bordeaux. Le professeur Bergonis parla de l’électricité. M. Jean Javal a proposé des « Voyages autour du monde » et M. Gonse et Mlle Weiss des « Voyages en Orient ». MM. Bernard et Perez, professeurs de sciences, parlèrent de « Vie sous-marine » tandis que M. Henri Javal traitait de « L’économie politique ». M. Christian Lazare évoqua « L’économie rurale et agricole » tandis que M. Wallerstein parlait de la « Pose de câbles sous-marins29.

Les connaissances de la famille sont largement mises à contribution pour animer ces soirées de choix qui étaient organisées par Paul Wallerstein entre 1900 et 1903.  Des rencontres plus ludiques étaient aussi proposées avec des projections par lanterne magique, des lectures populaires ou des représentations théâtrales30.

Une organisation administrative

La création des bibliothèques est encadrée, surveillée et aussi en partie financée par diverses instances. Le Conseil général de la Gironde s’inquiète dès 1866 des efforts à porter :

En présence de la faible allocation de 50 Fr. inscrite au budget, pour les bibliothèques des campagnes, c’est-à-dire pour contribuer au développement de l’instruction publique parmi les classes qui en sont généralement le plus dépourvues, votre commission s’est demandée si cette allocation n’était pas tout à fait hors de proportion avec l’importance du but à atteindre, de cette œuvre si belle de l’élévation du niveau moral des populations de la campagne, par la diffusion des bons livres31.

Les objectifs sont définis mais les moyens pour y parvenir sont complexes. Comme le préconise la société Franklin : «  Avec une première dépense de 100 à 150 F., et une dépense annuelle de 50 F., une bibliothèque communale peut être fondée et entre­tenue». La commune d’Arès verse 100 francs pour l’installation de la bibliothèque et certains documents permettent de retrouver une partie des recettes. Elle reçoit des subventions du Conseil départemental de la Gironde en tant que « bibliothèque utile », au moins entre 1897 et 1904 selon les dossiers d’archives. Ces sources permettent de constater l’évolution de l’activité et de comparer aux différentes bibliothèques girondines.

Selon la décision du Conseil départemental prise le 29 août 1898, la subvention est distribuée ainsi : 20 francs sont attribués pour toutes les bibliothèques qui remplissent un formulaire, puis le reste est réparti entre celles qui ont plus de 500 volumes et proportionnellement au nombre de prêts. En 1897, on compte 6 bibliothèques mais le chiffre augmente vite, elles sont 34 en 1902 à se partager la somme de 1000 francs inscrite au budget. Libourne, La Réole, Blaye, Gujan Mestras, Le Bouscat et 3 bibliothèques bordelaises reçoivent des subventions supérieures à 30 francs. Autour du Bassin d’Arcachon, la bibliothèque de Gujan Mestras a été créée en 1898,  avec 176 livres et sa collection croît rapidement pour atteindre 13 395 volumes en 1902 ;  la troisième est fondée au Teich en janvier 1903, avec un fonds de 1432 volumes et a prêté 870 volumes.

Selon le procès-verbal du 29 novembre 1900, la bibliothèque d’Arès reçoit 21,40 francs. Par son courrier du 22 décembre 1901, le maire indique le nom d’un trésorier au préfet de la Gironde, Raymond Monvielle, l’instituteur32. Il indique  que « le maire d’Arès émet un avis favorable pour la continuation de la subvention à cette utile société », et déclare 550 livres pour 815 prêts. En 1903, toujours selon la même source, la bibliothèque possède 950 livres et elle a réalisé 800 prêts, le Conseil départemental lui accorde alors 21,45 francs. Il est impossible de comprendre la baisse des prêts alors même que la collection augmente. Aucun registre des inscrits et des prêts n’a été conservé, peut-être y a-t-il eu une fermeture temporaire ? Est-ce pour fournir une meilleure organisation que se crée le 14 janvier 1905 l’association « société de la bibliothèque populaire d’Arès » ? Sophie Wallerstein écrit  au le préfet dans ces termes « J’ai l’honneur de vous adresser la déclaration […] à l’effet d’obtenir pour la société de la bibliothèque populaire d’Arès la capacité juridique33 ». Les statuts fixent les objectifs et l’article 2 stipule : «  Cette société a pour but, la fondation, l’entretien et l’administration d’une bibliothèque destinée à fournir des livres utiles et instructifs aux habitants de commune ». L’article 3 définit l’éthique : « cette société, uniquement créée pour l’instruction et l’amélioration de tous, doit éviter dans le choix des livres, toute cause de discorde. Par conséquent, tout ouvrage de polémique politique ou religieuse sera exclu de la bibliothèque, fut-il offert à titre gracieux ». On  peut devenir sociétaire à partir de 15 ans, en versant une cotisation de 3 francs mais l’emprunt est gratuit pour les lecteurs disposant du certificat d’études primaires.  Les indigents sont admis gratuitement. Une commission de trois membres est chargée de gérer l’administration et chaque année un tableau contenant le catalogue des livres et le mouvement de la lecture doit être publié.  Le catalogue imprimé permet à l’inspection des bibliothèques de vérifier les achats et l’enregistrement des concessions de livres par l’État ; il est aussi donné au lecteur pour faciliter son choix. Les catalogues d’Arès ne semblent pas avoir été conservés. Les statuts ressemblent à ceux de toutes les bibliothèques populaires, ils affirment l’engagement vers le progrès social, moral et intellectuel du peuple.

Les membres du bureau sont alors Ferdinand Peyneaud, médecin, Chéri Ducamin, maire, Fernand Bardet, conducteur des Ponts et Chaussées, Evariste Hiribarn, marin et le trésorier, secrétaire et bibliothécaire est Raymond Monvielle, « instituteur public ». Sophie Wallerstein en est la présidente de 1905 à 1941, puis elle est nommée honoraire et sa nièce Louise Weiss la remplace en 1941.

La période de la Seconde Guerre mondiale est douloureuse pour la famille Javal Wallerstein, certains membres sont déportés dans les camps d’extermination nazis. Sophie Wallerstein consciente du danger met sa fondation, reconnue d’utilité publique le 9 décembre 1904, à l’abri des spoliations des biens juifs.  Elle a porté l’étoile jaune comme elle le rappelle dans son journal le dimanche 27 aout 1944 :

J’ai la visite de la délégation du centre de la résistance du Médoc […] Le Capitaine Labache m’apporte l’assurance que je serai promptement rétablie dans mes droits avec retour au château. Je reste sceptique. Pourtant je crois bien faire en décousant l’étoile jaune que j’ai portée et qui ne m’ a jamais humiliée34.

Le village d’Arès n’est pas épargné par les difficultés de la guerre et à l’issue du conflit, tous les aspects de la vie publique sont repris par les nouvelles équipes au pouvoir dont le « service de la bibliothèque ». Le 5 novembre 1944, la délégation spéciale provisoire, présidée par Monsieur Dartiguelongue  charge Paul Bardet, premier adjoint  de s’informer des personnes susceptibles d’assurer ce service de façon suivie. La bibliothèque devra en outre recevoir les livres jugés tendancieux pendant l’Occupation et qui ont été mis en dépôt à la mairie35. Certaines bibliothèques avaient en effet retiré de leurs catalogues et de leurs rayonnages les auteurs interdits par la « liste Otto » 36.

Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 18 octobre 1946. Cliché I. Antonutti.

Madame Dupin est désignée comme bibliothécaire en 194637 .  Elle n’est pas la première à exercer ces fonctions. Après l’instituteur public, Madame Bordessoules, l’épouse du Directeur de l’école des garçons, a été bibliothécaire et membre du bureau en 1920 et  elle fut remplacée par Mademoiselle Andrée Rougé dans les années 3038 . Le registre des délibérations du conseil municipal du 18 octobre 1946 renseigne sur le tarif des abonnements qui est relevé de 15 à 50 francs, cette modification doit permettre de subvenir à l’augmentation de l’indemnité de logement aux adjoints et à la subvention  de madame Dupin : la bibliothèque peut aussi être une source de revenus.

Il est difficile de connaître le partage des rôles entre l’association et la municipalité, car les sources manquent mais la commune a régulièrement soutenu financièrement la bibliothèque comme l’atteste le registre des délibérations. En 1936 l’assemblée constate « les services rendus par la BPA [et] désire encourager cette œuvre et décide de prévoir au budget additionnel une subvention de 200 francs en sa faveur39». La mairie accorde régulièrement des subventions, par exemple 500 francs en 1946 : à titre de comparaison la société bouliste reçoit 1000 francs, comme le syndicat d’initiative,  et 4000 francs sont versés pour l’achat d’un tambour pour le garde champêtre40. En 1947, 6 associations (le club nautique, le sporting club aérien…) reçoivent des subventions pour un montant total de 17500 francs, et 500 francs  sont attribués à la  bibliothèque41.

En 1947, Sophie Wallerstein décède, et pour lui rendre hommage la bibliothèque change  de nom pour devenir la Bibliothèque populaire Wallerstein d’Arès 42.

Une bibliothèque toujours associative

Même si les liens avec les fondateurs s’étiolent après le décès de Sophie Wallerstein, la bibliothèque populaire poursuit tout à long du vingtième siècle sa mission de lecture publique. Elle collabore pendant une période avec l’association Culture pour tous. Son activité connaît quelques difficultés avant d’être relancée en 1975 avec un bureau renouvelé. En 1989, elle change de nom et devient Bibliothèque Wallerstein et ses statuts sont rénovés. En 1992, elle emménage dans des nouveaux locaux qu’une équipe active de bénévoles anime avec efficacité, et la commune renouvelle la convention de services qui permet le fonctionnement de l’établissement.  Le centenaire de la bibliothèque associative est fêté en 1999. Elle demeure aujourd’hui un des rares établissements en France qui n’a pas connu de municipalisation complète de ses services et qui a maintenu un lien avec  ses origines en conservant le nom de la fondatrice de la bibliothèque populaire, en demeurant associative et en gardant une partie des collections.

Son histoire est tout à fait représentative du mouvement qui  anima une frange de la bourgeoisie attentive à l’éducation du peuple et aux efforts portés par les administrations pour construire, certes lentement, un réseau de lecture publique.

Plaque apposée à l’entrée de la bibliothèque. Cliché I . Antonutti.
  1. Des bibliothèques populaires à la lecture publique, sous la direction d’Agnès Sandras, Presses de l’Enssib, 2014. []
  2. Louise Weiss (1893-1983) est une journaliste, femme de lettres, féministe et femme politique. []
  3. Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne : Une petite fille du siècle, tome 1, Albin Michel, 1968, p.150. []
  4. Michelle Spetz, Les Javal, l’étonnante destinée d’une famille juive alsacienne. Association Alsace Ontario, sd. []
  5. Études locales, histoire du grand domaine d’Arès, 1959, H. C. []
  6. Fils de Bernard et de Julie Emma Wallerstein. []
  7. Paul Wallerstein, « Création et fonctionnement d’un hôpital à la campagne », in Exposition universelle de 1900. Recueil des travaux du congrès international d’assistance publique et de bienfaisance privée, tenu du 30 juillet au 5 août 1900. Paris, Secrétariat général du Congrès, 1900. []
  8. Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Stock, 1986, p. 105. []
  9. Archives nationales, base Léonore, N°19800035/212/27792 []
  10. Archives Départementales de Gironde,  132 T 4 : Bibliothèques populaires du département de la Gironde, subventions, 1897-1904. []
  11. Jacques d’Arès, Arès un siècle de vie culturelle : 1899-1999, à l’occasion du Centenaire de la bibliothèque municipale Bibliothèque Wallerstein. Hors commerce, sd, p. 3. []
  12. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 20 décembre 1920. []
  13. Malgré des recherches sur différents catalogues, je n’ai pas réussi à trouver la trace de ce fascicule peut-être édité à compte d’auteur suite à une thèse. []
  14. Mathilde Javal (1884-1947), fille de Louis Émile Javal. []
  15. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1878, N° 156. []
  16. Il n’est pas certain que ce livre constitue le premier ouvrage acquis car les numéros d’inventaire pouvaient être réutilisés à plusieurs reprises. []
  17. Revue des Deux Mondes,  31 mai 1856. []
  18. Date de l’édition présente dans les collections de la bibliothèque populaire d’Arès []
  19. Date des collections de la bibliothèque populaire d’Arès. []
  20. Revue littéraire française fondée par Louis-Désiré Véron en 1829 et qui parut jusqu’en 1970. []
  21. Jean Déjeux,  » Élissa Rhaïs, conteuse algérienne (1876 -1940) », in Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée,  1984, Volume 37, Numéro 1, pp. 47-79. []
  22. Gérard Simmat, L‘Aérium d’Arès 1913-2013, le centenaire, éditions Gérard Simmat, 2014. []
  23. Édition de 1884 présente dans les collections de la bibliothèque populaire d’Arès []
  24. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1879, N°156. []
  25. Bulletin de la  Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1887, N°86. []
  26. Claire  Aude, Marie-Danielle  Schaeffer, Bénédicte  Terouanne, Les  bibliothèques populaires en  France à  travers  le bulletin  de  la  société  Franklin (1868-1879), École  nationale  supérieure de  bibliothécaires, 1977. []
  27. Archives Départementales,  op. cit. []
  28. Gérard Simmat,  Mémoire en images Arès,  Alan Sutton, 1997, p.13. []
  29. Le livre d’Alfred Gay sur Les Câbles sous-marins (1901) figure dans la collection de la bibliothèque. []
  30. Jacques d’Arès, Op.cit.,  p.4. []
  31. Rapports et délibérations, Gironde, Conseil général, 1866, p.121. []
  32. Jean-Louis Charlot, Dictionnaire généalogique des habitants d’Arès de 1851 à 1899 :  Raymond Monvielle, instituteur (1857-?) époux de Marguerite Barrau, p.511. []
  33. Jacques d’Arès, Op. cit.,  p. 4. []
  34. Journal de Sophie Wallerstein août-septembre 1944, document privé. []
  35. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 5 novembre 1944. []
  36. Liste Otto : ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes, Messageries Hachette, 1940. []
  37. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 18 octobre 1946. []
  38. Jacques d’Arès, Op. cit.,  p. 7. []
  39. Mairie d’Arès, registre des délibérations  séance du 15 février 1936. []
  40. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, le 15 novembre 1946. []
  41. Mairie d’Arès, Registre des délibérations, 21 juin 1947. []
  42. Déclaration à la Préfecture le 19 avril 1948. []

Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon)

Les milliers de bibliothèques populaires de la fin du XIXe siècle ont laissé des fonds, souvent mal connus ou identifiés et des archives qu’il est parfois difficile de repérer d’emblée. Le recours à la presse numérisée permet toutefois de (re)découvrir la fondation de bibliothèques annoncée dans la presse locale, ou des événements plus saillants répercutés par la presse nationale. On peut alors tirer le fil et explorer les archives à la découverte de bibliothèques populaires ayant fait parler d’elles dans les journaux : j’y reviendrai prochainement pour des bibliothèques comme celles de Verzenay ou de Saint-Mandé.

Néanmoins, le recours à la presse du Second Empire s’avère compliqué. Certes, les premières bibliothèques populaires (qui fonctionnent par associations, prêtent des livres à domicile tenant compte des véritables besoins et demandes des lectrices et lecteurs) naissent à cette période. Mais cette naissance se fait dans la douleur: le gouvernement impérial encourage officiellement les créations tout en les décourageant dans les faits. Les médailles octroyées en 1867 le sont à des bibliothèques ayant accepté dans leurs rangs des fidèles de l’Empire et suivi les règles de fonctionnement imposées par les autorités. Elles ont exposé au Palais de l’Industrie les preuves de leur  respect des impératifs administratifs: statuts associatifs, catalogues, compte-rendus, autant de documents vérifiés régulièrement par la préfecture. Napoléon III peut lors de cette Exposition universelle se prévaloir aux yeux de l’opinion nationale et internationale d’un effort pour l’instruction du peuple, mais en réalité, les fondateurs de bibliothèques populaires ont souvent rencontré de nombreux obstacles et ces difficultés ont probablement découragé d’autres créations. De cette politique obstructive, la presse contemporaine n’entend pas se faire l’écho, soit par fidélité au régime en place, soit par crainte d’une suspension. Une feuille ose cependant souligner les difficultés rencontrées et prendre position de manière marquée. Il s’agit du Siècle qui est alors dans une période républicaine et anticléricale, et persiste malgré les avertissements reçus. Journal influent, il est  goûté de la bourgeoisie et connaît une diffusion importante:

Ce roman [La Fortune des Rougon], que l’éditeur Lacroix s’était engagé, par traité, à éditer, devait d’abord paraître en feuilleton, dans Le Siècle, alors le plus répandu des journaux politiques. C’était une puissance, cet organe, qui, selon l’aristocrate et le dédaigneux Figaro, avait surtout la clientèle des marchands de vins. Il n’était pas d’une lecture distinguée. Modéré de ton, anticlérical, hardi, prudemment républicain, le Siècle fut longtemps le seul journal d’opposition. L’empire libéral le tolérait, tout en le craignant. Mais ne fallait-il pas une soupape pour l’échappement des bouillonnements populaires?
Pour l’époque, ses tirages étaient considérables 60.000 abonnés. On ne l’achetait guère au numéro; c’était un journal cher le numéro se vendait, à Paris, 15 centimes, le prix de l’abonnement était de 80 fr. par an.
On ne prévoyait guère alors de grands quotidiens à six ou huit pages, se payant trente sous par mois. Ces journaux coûteux avaient un tirage restreint et une vaste influence. L’abonné du Siècle, qui ne croyait pas toujours en Dieu, croyait en son journal, et propageait, comme articles de foi, les propositions des rédacteurs. On se prêtait, on se repassait chaque numéro. Il y avait des groupes, et comme des coopératives de liseurs : un principal abonné, dans de petits cercles de voisins, acceptait des sous-abonnés. Quelques-uns de ces locataires n’avaient droit qu’au journal de la veille, payant une redevance moindre au titulaire de l’abonnement. Les feuilletons étaient patiemment découpés et cousus; ils formaient de gros cahiers de lecture qui se louaient, se prêtaient toute une bibliothèque roulante de romans circulant de mains en mains1.

Le Siècle se préoccupe tardivement de la question des bibliothèques populaires. S’il signale dès 1850 la fondation de quatre « bibliothèques populaires » à Berlin, « composées d’ouvrages d’utilité générale et spécialement destinés aux personnes des classes laborieuses, qui seront admises gratuitement à lire ces ouvrages sur place, et même à en emprunter pour les lire chez elles2 », l’expression « bibliothèque populaire » ne revient dans ses colonnes qu’en 1857 à propos d’un projet d’architectes datant de 18333:

D’après le plan de ces deux architectes, les mairies nouvelles devaient renfermer dans un même édifice tous les services qui se rattachent d’une manière plus ou moins directe à l’organisation municipale. Ils plaçaient donc dans leur maison commune, outre le prétoire de la justice de paix, la police, ainsi que différents postes de la force armée, la voirie, la recette particulière des contributions directes, la succursale de la caisse d’épargne, l’éducation populaire, le bureau de bienfaisance, celui de la garde nationale, un chauffoir public, une bibliothèque populaire, etc4.

Le Siècle, contrairement à d’autres journaux, ne signale pas la fondation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III). Peut-être, à l’instar de Proudhon5, les rédacteurs du Siècle sont-ils perplexes devant  la présence connue et visible de proches du cercle impérial, comme Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III, parmi les fondateurs de cette bibliothèque. En revanche, il annonce en termes élogieux la naissance ou les premiers pas d’autres Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes :

  • le 26 octobre 1862 : la BAI-X
  • le 26 décembre 1863: la  BAI XVIII
  • le 3 juillet 1864 : la BAI-V
  • le 10 mai 1865: la  BAI-VIII
Le Siècle, 26 octobre 1862. Gallica (BnF).

Il évoque également le 29 décembre 1864, la fondation d’une bibliothèque populaire dans une entreprise de peinture en bâtiments, la maison Leclaire, dont le fonctionnement est proche de celui des BAI6.

Un  tournant est pris lorsque Le Siècle propose en 1865 à Anthime Corbon de lui servir de correspondant pour le congrès de l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales qui se tient à Berne. Cette « assemblée internationale, dans laquelle sont agitées toutes les importantes questions politiques et sociales de notre époque7 » se réunit régulièrement :

Au congrès de Bruxelles, on a principalement discuté la question de la liberté de la presse. M. Émile de Girardin produisit sa fameuse théorie de l’impuissance de la presse, et, par conséquent, de son droit à la liberté illimitée. Au congrès de Gand, on agita surtout la question de la peine de mort, celle de l’intervention de l’Etat dans l’enseignement, et l’organisation des sociétés coopératives. Le congrès d’Amsterdam s’occupa de la législation concernant les étrangers, des moyens d’assurer la liberté et la sincérité des élections, de l’organisation de l’enseignement professionnel, de la suppression des douanes. En 1865, à Berne, eut lieu le quatrième congrès, qui eut plus de retentissement que les précédents: l’autonomie des communes le système pénitentiaire, l’organisation militaire, la question de la morale indépendante, furent les sujets de remarquables discussions, dans lesquelles se distinguèrent MM. Jules Simon, Pascal Duprat, Daguet, Rousselle, de Pressensé, G. Chaudey, Mlle Royer, etc8.

Anthime Corbon publie quatre lettres sur le Congrès des sciences sociales dans Le Siècle. La première, en date du 30 août 1865, est plutôt primesautière. La fin de la missive annonce des nouvelles plus sérieuses: « Dans ma prochaine lettre, je vous entretiendrai d’une très-intéressante discussion qui a eu lieu dans la section de renseignement sur l’instruction supérieure du peuple ; puis viendront tour à tour les comptes rendus des débats sur les autres graves questions qui vont être débattues9 ». Le texte suivant est en effet consacré à l’instruction du peuple:

Vous savez que le congrès se divise en cinq sections ayant chacune sa spécialité. La première section s’occupe de législation comparée ; la seconde, d’instruction et d’éducation ; la troisième, d’art et de littérature ; la quatrième, d’hygiène et de bienfaisance ; la cinquième, d’économie politique. Aucune des sections n’est fermée aux membres des autres, et chacune a une séance générale « toutes chambres réunies » pour discuter la principale des questions qui lui sont soumises. C’est la question de décentralisation qui était la principale pour la première section ; celle de la morale indépendante pour la deuxième; celle du progrès dans l’art pour la troisième ; celle du système cellulaire pour la quatrième ; celle des armées permanentes pour la cinquième. En outre des questions discutées en assemblée générale, chaque section avait à en élucider d’autres non moins intéressantes, et c’est de l’une de celles-ci que je dois aujourd’hui entretenir les lecteurs du Siècle. Il s’agissait, pour la deuxième section, de s’entendre sur le meilleur moyen de compléter autant que possible par les bibliothèques, les cours et conférences, l’enseignement de toute la nombreuse classe qui n’a pu recevoir dans les écoles qu’une instruction élémentaire. En d’autres termes, il s’agissait de savoir comment il fallait s’y prendre pour rendre l’enseignement supérieur accessible à la classe laborieuse. La deuxième section avait cette chance de compter parmi ses membres de hautes notabilités françaises et étrangères, qui sont en même temps des hommes d’une grande expérience unie à un ferme dévouement au progrès de l’instruction populaire10.

Corbon retrouve au congrès de Berne11 un grand nombre des représentants des différents courants de pensée ayant contribué à la fondation des bibliothèques populaires et qu’il connaît fort bien, étant lui-même très impliqué dans cette action12. Ce qu’il restitue de la session est primordial. D’une part, les discussions de Berne confortent les différents participants dans l’idée du rôle-clé des conférences appuyant la mission des bibliothèques populaires, et cette idée sera mise désormais largement en pratique13. D’autre part, Le Siècle qui venait tout juste  de prendre position sur l’indépendance de l’enseignement moral14, avec un texte de Louis Jourdan dont Corbon nous apprend qu’il est lu au début de la session et vivement applaudi, va désormais se pencher avec attention sur les possibles freins mis au développement des bibliothèques populaires et des conférences.

Il faut donc lire ici ce que Corbon a retenu des discussions sur les bibliothèques populaires et les conférences. En voici un premier extrait:

Ne pouvant reproduire littéralement toutes les bonnes pensées qui se sont fait jour dans la discussion, je vais en dégager ce qui me semble avoir été dit de plus intéressant, et ce qui d’ailleurs à obtenu l’approbation générale. S’il est urgent d’étendre le bienfait du savoir élémentaire aux nombreux enfants qui en sont encore privés, il n’est pas moins urgent de compléter l’instruction de la majorité qui sait lire et écrire ; car l’école primaire n’est que pour le jeune âge ; on la quitte dès que commence à joindre l’adolescence ; et, à compter de l’entrée dans la vie professionnelle, les jeunes générations laborieuses, surtout en dehors des grandes villes, ne trouvent plus où continuer leur’ instruction. À cet énorme inconvénient une foule de personnes généreuses ont voulu obvier en fondant des bibliothèques populaires ; mais elles n’ont pu faire en même temps tous les livres qui rendraient la science accessible à l’intelligence insuffisamment préparée, pas plus qu’elles n’ont pu donner aux travailleurs, avec le goût de la lecture, le tact nécessaire au choix des bons livres. D’ailleurs, l’ouvrier qui a travaillé tout le jour est médiocrement disposé, le soir, à chercher sa vie intellectuelle dans les livres sérieux. Le journal, le roman lui conviendraient mieux. Mais si, dans le local même de la bibliothèque, ou à côté, se faisaient des cours, des conférences, et pour si peu qu’on sût s’y prendre pour avoir l’oreille du peuple, on aurait des auditeurs nombreux, empressés ; par suite, les livres de la bibliothèque seraient lus, et lus avec fruit. Rien n’est si attrayant pour les intelligences que la parole vivante. Tel homme de savoir et de bonne volonté ferait entrer plus d’idées dans les têtes d’un auditoire, en une seule leçon orale, qu’il ne le pourrait par le canal d’un gros volume qu’il mettrait aux mains de tous les assistants; et tel ouvrier qui, le soir, s’endort sur le livre sérieux qu’il vient de commencer à lire, suivrait avec assiduité et profit des leçons orales. Un moyen complémentaire de cours, et qui aurait les plus prompts comme les meilleurs effets, c’est la conférence. Donc, quand une idée aurait été exposée à un auditoire, il serait excellent d’appeler les assistants à conférer entre eux sur les sujets traités dans les cours. C’est par ce moyen qu’on excitera les intelligences; c’est par ce moyen qu’elles se pénétreront de toutes les connaissances supérieures qu’on leur aura offertes oralement, et il’ aura pour effet certain de donner la volonté et le goût de lectures sérieuses. Alors la bibliothèque sera fréquentée. […]

Désormais Le Siècle va dresser un inventaire des difficultés rencontrées pour l’établissement de certaines bibliothèques populaires, et retranscrire les différents débats du Corps législatif concernant  l’indépendance de ces bibliothèques quant au choix des ouvrages (voir un prochain billet).

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (I. Le rôle clé de Claude Anthime Corbon)," in Bibliothèques populaires, 18/11/2017, https://bai.hypotheses.org/1763.

 

  1. Edmond Lepelletier, Émile Zola : sa vie, son oeuvre. Paris, « Mercure de France », 1908. []
  2. Le Siècle, 7 janvier 1850. []
  3. A. Du Châtelet, « Édilité parisienne – les mairies », Le Siècle, 25 août 1857. []
  4. Ce projet proposé pour les mairies parisiennes est le Mémoire sur un projet de construction de maisons communes ou nouvelles mairies dans la ville de Paris par MM. F. Rolland et P. Levicomte. Paris, impr. de H. Tilliard, 1833. Voir à la page 33 la fonction de la bibliothèque populaire et le plan. []
  5. Voir Olivier Chaïbi, « Sur les lectures ouvrières au XIXe : Proudhon et les bibliothèques populaires, » in Bibliothèques populaires, 03/01/2017, https://bai.hypotheses.org/1220. []
  6. Voir Étienne Naddeo, « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019. []
  7.  Grand dictionnaire universel du XIXe siècle par M. Pierre Larousse. 1866-1877. Article Congrès de l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales. []
  8. Ibid. []
  9. A. Corbon, « Congrès des sciences sociales », Le Siècle, 2 septembre 1865. []
  10. A. Corbon, « Congrès des sciences sociales », Le Siècle, 6 septembre 1865. []
  11. Sur L’Association Internationale pour le Progrès des Sciences Sociales, voir  
  12. Voir Agnès Sandras, « La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance), » in Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582 []
  13. Voir prochain billet sur les conférences et les bibliothèques populaires. []
  14. Louis Jourdan, « L’enseignement moral et religieux », Le Siècle, 23 août 1865 []

Timothée Trimm, Le Petit Journal, et les bibliothèques populaires

Timothée Trimm. [Recueil.] Célébrités du XIXe siècle. VI . 1860-1880. Gallica (BnF).

Timothée Trimm (Léo Lespès : 1815-1875) a connu un long oubli proportionnel à une célébrité fulgurante1. C’est sur son infatigable plume et sa capacité à mettre à la portée d’un large public les sujets plus variés que repose en grande partie le succès initial du Petit Journal. Le Petit Journal est alors vendu au numéro à un prix défiant toute concurrence (5 centimes, soit « un sou »), et propose au grand public des textes alléchants : feuilletons, faits divers, etc.

La célébrité et la puissance de travail de Timothée Trimm lui valent de sévères jalousies de la part de certains de ses collègues. Adolphe Racot, par exemple, lui consacre un de ses Portraits d’hier (1887), et dénonce « la vulgarisation poussée à ses limites extrêmes, jusqu’aux limites mêmes de la naïveté épique » :

Le Petit Journal, idée sublime pour la réalisation de laquelle Millaud eut la chance providentielle de trouver tout à propos, sous sa main le seul homme capable de lui donner un corps, le seul écrivain rompu au métier, spirituel et habile, de force à mettre en action ce principe admirable de la presse à un sou, coulé en bronze un jour par ce grand remueur de millions et de feuilles imprimées, dans cette formule, dans ce moule superbe :

« J’ai eu le courage d’être bête2 ».

Nombre de journaux contemporains se font une joie de relever les approximations et les fautes supposées de Timothée Trimm, et lui reprochent de se mêler de l’instruction du peuple. Le Figaro comme Le Tintamarre plaisantent quasi quotidiennement sur Timothée Trimm, « la machine à coudre des articles de confection impertinemment étiquetés littérature populaire par le propriétaire-éleveur des grenouilles et des escargots aquatiques du bazar Frascati3 ».

Timothée Trimm s’est chargé de l’instruction des masses. Il le dit lui-même, en termes dignes :

« —J’ai fait de cette chronique quotidienne du Petit Journal un perpétuel enseignement. »

Et le fait est que le bon Timothée apprend au peuple mille choses dont les savants eux-mêmes ne se doutent pas.

[…] Il faut bien instruire le peuple.

Mais le peuple est-il si ignorant qu’on veut bien le dire4?

Charles Monselet ironise dans ses souvenirs sur « l’emploi de chroniqueur du peuple, d’éducateur et d’amuseur des masses », et analyse ce qui a fait selon lui le succès de la prose de Trimm:

Sur ces entrefaites il fut appelé au Petit Journal pour y écrire un article par jour.

Un article par jour ! Dans l’origine cela parut insensé, énorme, monstrueux. On n’avait jamais assisté à un tel tour de force. […]
Un article par jour? cela supposait pour le peuple un phénomène d’imagination, un puits de science, un colosse d’esprit, un foudre d’éloquence. Un article par jour ! cela résumait aux yeux éblouis des fruitiers et des cochers de fiacre Homère, Chateaubriand et Eugène de Pradel. Aussi la renommée de Timothée Trimm ne connut-elle plus de bornes ; il n’y a pas eu d’acteur plus applaudi dans un théâtre, de gymnaste plus acclamé dans un cirque. C’était bien là l’idée que le peuple se faisait d’un homme de lettres, chez qui il aime à retrouver quelque chose de l’écrivain public.

Et puis, pour tout dire, Timothée Trimm avait eu une trouvaille de génie : il avait inventé une langue particulière composée de petits alinéas, qu’il avait empruntés à Emile de Girardin, puis, qu’il s’était ensuite appropriés, et qu’il avait perfectionnés. Et ce style propre à tout rendre, effroyablement clair, il le débitait en menues tranches, à la façon de l’ancien marchand de galette du Gymnase.

Quant à la manière de penser, il avait choisi, sans grand tâtonnements, celle de M. Prudhomme, qui de bonne heure lui avait paru la meilleure, la seule, l’éternelle5.

D’autres au contraire prennent la défense de ce journalisme populaire, comme Eugène de Mirecourt:

Soutenez tant qu’il vous plaira que c’est un écrivain de second ordre; accusez le public d’engouement; dites qu’il y a dans cette cuisine de journaliste des épices inusitées, et qu’elle ne peut agréer aux gourmets du style, – je ne trouve pas que vous ayez absolument tort.

Mais prenez garde, ô critique, ma mie! Je vous soupçonne de manquer de bienveillance, et d’être même un peu jalouse. […]

Honneur au fourneau populaire qui fait la cuisine aux masses et ne les empoisonne pas!

Honneur à l’écrivain qui se rapproche des intelligences modestes, les élève sans s’abaisser, et les instruit sans les corrompre6!

Nadar, « Timothée Trimm ». Caricature, dessin au fusain rehaussé de gouache, sur papier brun. Vers 1850. Gallica (BnF).

Qui faut-il croire? les détracteurs ou Eugène de Mirecourt? Un article de Timothée Trimm sur la Société Franklin, portant plus largement sur les bibliothèques populaires, donne raison à de Mirecourt. En effet, ce texte7, datant de janvier 1868, est plutôt bien rédigé, soigneusement documenté, et a des vertus pédagogiques indéniables. Timothée Trimm part de la raréfaction des cabinets de lecture pour rappeler que ces derniers, comme les bibliothèques d’hôpitaux contemporaines, offraient un choix limité et le plus souvent daté. Il se félicite de la création de la Société Franklin qui aide les bibliothèques populaires alors récemment créées à choisir des ouvrages, évoque le rôle moteur des bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) et de leur véritable initiateur, Jean-Baptiste Girard.

Le Petit Journal, 20 janvier 1868. Gallica (BnF).

Pour décrire le fonctionnement de la Société Franklin comme des premières BAI, Trimm emprunte ouvertement ses données au Dictionnaire Larousse. En effet, le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique a publié en 1867 un article « Bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction ». Mais le journaliste a bénéficié d’autres sources, puisqu’il commente par exemple les statistiques d’emprunts que l’on peut trouver soit dans le Bulletin de la Société Franklin soit dans les compte rendus d’activités des BAI. Les a-t-il consultées lui-même, ou s’agit-il des « notes précieuses pour l’article du jour » apportées par « tout un état-major d’hommes érudits » dont l’avait entouré le directeur du Petit Journal selon Albert Wolff 8 ? Quoi qu’il en soit, cet article se caractérise, toujours comme le souligne Wolff, par « une forme juste et claire pour intéresser la foule à des questions historiques ou scientifiques auxquelles l’écrivain, lui-même, ne s’intéressait que médiocrement9. » La mention de « livres bien choisis », d’une « cotisation très minime », à destination des « deux sexes », a forcément contribué à attirer aux BAI de nouveaux sociétaires.

Soulignons enfin, à la fin de l’article, une suggestion ingénieuse et novatrice de Timothée Trimm:

Je fais à la Société Benjamin Franklin mon salut le plus cordial.
Je lui souhaite pour l’exercice 1868 qu’elle commence avec ses administrateurs élus d’hier un succès toujours croissant.

Mais je lui demande humblement la permission de lui donner un conseil.
On ne met pas, dans notre société moderne, un homme en face d’un autre homme, sans un cérémonial de présentation.
Je crois fermement qu’un ouvrier de Paris demandera à lire Pascal, Cicéron, Marc-Aurèle, Montesquieu, Plutarque ou Cuvier.
Mais il les demandera bien plus volontiers, si la Société des Bibliothèques populaires ajoutait à chaque ouvrage une page volante qui vint apprendre au lecteur quel fut celui dont il lira l’ouvrage, quelles étaient ses tendances, quelles sont ses qualités.

On ne s’enferme pas toujours avec un inconnu, se présentât-il sous la forme portative d’un livre.

La notice sur chaque auteur que le lecteur lirait tout d’abord, serait comme l’ouverture d’un opéra, indiquant à l’avance les principales mélodies de la partition.
En ce faisant, les administrateurs de la Société Franklin et ceux de toutes les bibliothèques populaires étendront encore, avec gloire pour eux et profit pour tous, leur mission civilisatrice10.

 

 

  1. Pierre-Robert Leclercq, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son « Petit Journal ». Paris, A. Carrière, 2011. []
  2.  Adolphe Racot, Portraits d’hier. Paris, Librairie illustrée,1887. []
  3. Tantinet, « Léo Lespès méfiez-vous de Trimm! …. », Le Tintamarre, 27 août 1865. []
  4. Le Passe-temps : journal de l’entr’acte, 8 janvier 1865 []
  5. Charles Monselet, Mes souvenirs littéraires. Librairie illustrée, Paris, 1888. []
  6. Eugène de Mirecourt, Timothée Trimm (3e éd.). Paris, Librairie des contemporains, 1869. []
  7. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []
  8. Albert Wolff, La gloire à Paris. Paris, V. Havard, 1886. []
  9. Ibid. []
  10. Timothée Trimm, « La société Benjamin Franklin« , Le Petit Journal, 21 janvier 1868. []

LES BIBLIOTHÈQUES POPULAIRES ET LA PROMOTION DE LA CONNAISSANCE GÉOGRAPHIQUE 1860-1890

 

Catalogue   de la Bibliothèque populaire de Toulon. Toulon, impr. J. Laurent,1864. Section Géographie et voyages. Gallica (BnF)

Les bibliothèques populaires ont contribué, au même titre que la conscription militaire, l’école primaire et le réseau ferroviaire, à un élargissement des horizons géographiques et des connaissances des provinciaux français dans la seconde moitié du XIXe siècle1. Mais combien de livres de géographie existait-il dans les bibliothèques populaires provinciales avant 1900 et quels genres de connaissances géographiques transmettaient-ils?

Les catalogues des bibliothèques conservés par les archives de province offrent la possibilité de chercher des réponses à ces questions. Ceux de sept départements [Ariège, Finistère, Loir-et-Cher, Meurthe-et-Moselle, Pas-de-Calais, Vienne et Yonne2] sont à la base de cette étude. Vingt catalogues de bibliothèques, certains imprimés et d’autres manuscrits, datant de 1864 à 1890, fournissent des listes détaillées des collections dans la catégorie «Géographie et voyages»3. Les autorités privées et publiques qui promouvaient les bibliothèques populaires ont indiqué que les sections sur la géographie et les voyages devaient représenter entre 9% et 14% des fonds. En pratique, le pourcentage trouvé dans les catalogues des 20 bibliothèques étudiées ici se situe entre 3,7 et 36 %, mais la moyenne est de 9,4 et la médiane de 8,3. Alors que la bibliothèque d’Averdon (L-et-C) possédait seulement deux livres de géographie et de voyage en 1889, celle de Montoire (L-et-C) en proposait 132 en 1890. Quel genre de géographie et quels types de voyages étaient dépeints par les livres de ces bibliothèques?

Les catalogues répertoriaient parfois des livres comme relevant de la «Géographie» ou des «Voyages», ou classaient ces deux ensembles en une seule catégorie. Aucune classification plus fine n’a été fournie, les livres étant simplement répertoriés au hasard ou par ordre alphabétique, ou dans certains cas selon la date d’acquisition. Mais, avec le recul, il est possible d’identifier des catégories dans ces listes. Les 115 livres identifiés comme appartenant à la «Géographie» peuvent aujourd’hui être classés en cinq groupes: i) la géographie générale et les atlas; ii) la géographie systématique; iii) les géographies des continents et des océans; iv) la géographie de la France et de ses colonies; et v) les géographies d’autres pays et régions. Les 149 livres identifiés comme «Voyages» peuvent être classés en trois groupes: i) les histoires d’exploration; ii) des récits de voyages contemporains; iii) les voyages imaginaires. En évoquant les collections de ces 20 bibliothèques, je me concentrerai particulièrement sur les livres trouvés dans plusieurs catégories.

LA GÉOGRAPHIE

LA GÉOGRAPHIE GÉNÉRALE et LES ATLAS

Parmi les ouvrages étudiés, figuraient quatre livres sur la géographie générale et trois bibliothèques possédaient un atlas. Une seule œuvre a été conservée dans plus d’une vingtaine de bibliothèques: les huit volumes de la nouvelle édition de 1856 de Victor-Adolphe Malte-Brun de l’œuvre monumentale de son père, Conrad Malte-Brun, Géographie complète et universelle, 1820-1827. Conrad fut le premier secrétaire général de la Société de géographie de Paris 1822-1824, tandis que Victor occupa ce poste de 1859 à 1866. Une rue du 20e arrondissement de Paris porte le nom de Conrad. Ces travaux traitaient de l’histoire de la géographie en tant que discipline et de l’histoire de l’exploration géographique avant de fournir des comptes rendus très détaillés des pays, des continents et des océans.

LA GÉOGRAPHIE SYSTÉMATIQUE

Treize de ces livres se sont concentrés sur des thèmes et des processus géographiques plutôt que sur des régions et des lieux, comme l’Histoire d’un ruisseau (1869) d’Élisée Reclus et Géographie physique de la mer (2e édition 1861) de M. F. Maury. Mais aucun livre de ce type n’a été détenu par plus d’une des 20 bibliothèques. La connaissance géographique dans ces bibliothèques concernait moins les processus que les lieux.

GÉOGRAPHIES DES OCÉANS ET DES CONTINENTS

Sur les 13 livres de ces 20 bibliothèques traitant des continents et des océans, un seul était détenu par trois d’entre elles. Il s’agit de Continents et océans, introduction à l’étude de la géographie (1881) de George Grove, une traduction de l’anglais par Marie Tesson (1877). Ses trois chapitres traitaient des cartes et de la cartographie, des principales caractéristiques des continents et des océans, ainsi que des dangers physiques sur terre (comme les glaciers et les volcans) et sur la mer (côtes et icebergs). Sur les 12 autres livres, cinq concernaient la géographie de l’Afrique équatoriale ou de tout le continent africain.

GÉOGRAPHIES DE LA FRANCE ET DE SES COLONIES

Les œuvres portant sur la France dans ces 20 bibliothèques s’élevaient à 19. Deux avaient des exemplaires de Torrents, fleuves et canaux de la France (1880) par Henri Blerzy. Cet ouvrage portait sur les fleuves des Alpes, du bassin de la Seine et du reste de la France et leur utilisation et leur gestion pour la navigation. Le Rhin était la rivière la plus en vedette dans les collections de ces bibliothèques. Le Rhin français (1880) de Camille Farcy se trouvait uniquement dans la bibliothèque de Selles-sur-Cher, L-et-C, qui était aussi la seule à posséder Excursions sur les bords du Rhin (1855) par Alexandre Dumas (père). Mais Le Rhin (1842) de Victor Hugo, recueil de lettres fictives relatant diverses légendes sur la vallée du fleuve, se trouvait dans trois bibliothèques (Ouzouer-le-Doyen, L-et-C ; Bruay, P-de-C ; Montoire, L-et-C).

En voyage. Le Rhin, par Victor Hugo. Paris, Librairie du Victor Hugo illustré,18?? Gallica (BnF).

Les livres sur la France dans son ensemble comprenaient des exemplaires uniques, dans trois bibliothèques différentes: Géographie illustrée de la France et de ses colonies de Jules Verne (1867), Les richesses de la France. Étude complète sur la situation agricole, industrielle et commerciale de la France et de ses colonies de E. Kleine (1870), et La France illustrée: géographie, histoire, administration, statistique (1856) de Victor-Adolphe Malte-Brun. Mais cinq bibliothèques avaient un exemplaire de La France et ses colonies d’ Émile Levasseur (3 volumes: 1889, 1890, 1893).

Il y avait dans ces 20 bibliothèques presque autant de livres sur les colonies françaises que sur la France elle-même. Les titres des livres sur les colonies françaises en général et sur les colonies individuellement (comme la Nouvelle-Calédonie, la Tunisie, le Maroc et l’Indochine française) différaient considérablement d’une bibliothèque à l’autre, mais quelques ouvrages sur l’Algérie faisaient partie de plus d’une bibliothèque: E. Daumas, Moeurs et coutumes de l’Algérie (1864); Mme. La Contesse Drohojowska, L’Algérie française (2edn 1864); et H. Lemonnier, L’Algérie (1881).

Il n’est pas surprenant que les bibliothèques populaires aient possédé, dans la seconde moitié du XIXe siècle, des livres sur les colonies françaises: c’est la période du développement colonial et de ce qu’on appelle alors la “mission civilisatrice” d’outre-mer de l’Etat français. Mais c’est aussi une période qui voit le développement de la géographie comme discipline académique dans les écoles. Cela s’est reflété dans les collections des bibliothèques populaires qui ont fourni des connaissances sur les lieux et les genres de vie bien au-delà de la France et de ses colonies.

La France et ses colonies (géographie et statistique), le climat, le sol, la politique, l’agriculture, l’industrie, les colonies, l’administration, la population ; par E. Levasseur. Paris, Delagrave,1868. Gallica (BnF)

GÉOGRAPHIES D’AUTRES PAYS ET RÉGIONS

Seuls trois livres de cette catégorie ont été conservés dans plus d’une bibliothèque:

  • La France et le Canada (1886) était un rapport d’Edouard Agostini au Syndicat maritime et fluvial de France sur les liens agricoles, forestiers, de chasse et de pêche, miniers et manufacturiers et commerciaux entre les deux pays. Agostini avait passé cinq mois au Canada et son rapport portait sur ses liens économiques existants et potentiels avec la France. C’était un travail solide et académique, et il est difficile de croire qu’il a été lu par de nombreux utilisateurs de bibliothèques populaires.
  • Les derniers abbés: mœurs religieuses d’Italie (1868) de Louise Colet, poète et écrivain.
  • L’Habitation du désert ou l’Aventure d’une famille perdue dans les solitudes de l’Amérique (2e édition 1859) était de Thomas Mayne Reid (1818-1883), un Américain d’origine irlandaise qui mena une vie aventureuse au Mexique et les États-Unis d’Amérique. Il a écrit plus de 40 livres en anglais, dont beaucoup sont publiés en traduction française. L’Habitation, avec 24 illustrations de Gustave Doré, retrace de manière vivante la géographie humaine – des genres de vie – dans le soi-disant Grand Désert Américain.

De nombreux autres pays ont été abordés dans des livres possédés uniquement par l’une de ces 20 bibliothèques. Ils couvraient des pays européens comme la Grèce, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie, la Suisse, la Belgique, l’Autriche et les Pays-Bas. D’autres s’adressaient à des pays bien au-delà de l’Europe, comme le Brésil, la Chine, l’Indochine, la Malaisie, le Japon, l’Inde, les États-Unis, la Russie, Ceylan et l’Australie. Le plus grand nombre de ces livres individuels concernait l’Égypte. Par exemple, L’Égypte et le canal de Suez (1870) de Mme la Comtesse Antoinette-Joséphine-Françoise-Anne Drohojowska ont fourni une histoire de l’Égypte depuis les Pharaons, de l’expédition française en Egypte en 1798 et du pays au milieu du XIXe siècle. Le Nil: Égypte et Nubie (4 edn 1877) de Maxime Du Camp était un récit détaillé de son histoire et de sa géographie, présenté comme un récit de voyage. Les sources du Nil (1870) d’Émile Daurand était une traduction abrégée d’un récit de la recherche par deux capitaines britanniques de la «vraie» source du Nil en 1863. Dans Le Nil, son bassin et ses sources (1869), Ferdinand de Lanoye a présenté une histoire de l’exploration du Nil et des extraits de récits historiques et «modernes» de voyageurs sur le fleuve. Ces exemples indiquent que la distinction entre «Géographie» et «Voyages» dans les bibliothèques populaires et leurs catalogues était souvent floue.

Un assortiment de différents pays a été inclus dans les représentations de lieux spectaculaires: Voyage aux sept merveilles du monde (1878) de Lucien Augé comprenait 21 gravures sur bois des Jardins suspendus de Babylone, des Pyramides et cinq autres ‘merveilles’.

Voyage aux sept merveilles du monde, par Lucien Augé… ; ouvrage ill. de 21 gravures dessinées sur bois par Sidney Barclay. Paris, Hachette, 1878.

 

LES VOYAGES

Les livres de voyage étaient plus nombreux que ceux de géographie dans les collections de ces bibliothèques. Ils étaient de trois sortes: histoires d’exploration; récits de voyages et d’explorations contemporains; et des contes imaginaires. Près d’un livre de voyage sur cinq (17%) a été conservé dans plus d’une bibliothèque, ce qui servira à illustrer cette catégorie.

HISTOIRES D’EXPLORATION

Les journaux publiés par le capitaine James Cook lors de ses premier (1768-1771) et second (1772-1775) voyages à travers le monde se trouvaient respectivement dans trois et deux bibliothèques: les éditions non datées comprenaient des cartes des voyages et étaient indiquées dans une bibliothèque de Pamiers (Ariège) comme étant spécialement destinées aux enfants. Les voyages de Cook ont ​​été relatés dans Voyages et aventures du Capitaine Cook (1837, 1869) par Henri Lebrun, un écrivain prolifique de livres pour enfants.

Le tour du monde dans les années 1780 d’un officier de marine et explorateur français, Jean-François de La Pérouse, a été relaté dans Voyages et aventures de La Pérouse (1839, 7e éd. 1856) de F. Valentin. La tournée était destinée à compléter les découvertes de James Cook mais se termina par un naufrage en 1788, trois ans après la sortie de La Pérouse de Brest.

Un résumé d’Hippolyte Vattemare de quelques uns des récits de voyages de David Livingstone en Afrique, publiés sous le titre Voyages d’exploration au Zambèze et dans l’Afrique centrale 1840-1873 (1879), était détenu par trois des vingt bibliothèques. Les travaux connexes ont été Comment j’ai retrouvé Livingstone (1876) par Henry Morton Stanley et ses Lettres racontant ses voyages, ses aventures et ses découvertes à travers l’Afrique équatoriale (1878). Ce dernier comprenait des traductions françaises de lettres que Stanley avait publiées dans un journal national anglais, le Daily Telegraph, entre novembre 1874 et septembre 1877.

Les explorations françaises de 1870 à 1881 (1886) par le prolifique historien colonial français, Paul Gaffarel, a été acquis par quatre bibliothèques. Ce livre mettait l’accent sur la diffusion mondiale de la langue, des idées, des traditions et des modes de vie en France, lorsque la colonisation était considérée comme une “mission civilisatrice”. Voyage dans les glaces du pôle arctique (1854) de A. Hervé et F. de Lanoye présentait des résumés des recherches sur le passage du Nord-Ouest de Sir John Ross, d’Edward Parry, de John Franklin et d’autres explorateurs célèbres.

Les histoires populaires d’exploration de Jules Verne étaient conservées par quatre bibliothèques. Son Histoire des grands voyages et des grands voyageurs. Les premiers explorateurs (1878) était un récit chronologique de l’histoire de l’exploration mondiale et élaboré à partir des récits de grands explorateurs tels que Christophe Colomb. Deux autres œuvres de Verne ont approfondi ce récit. La première partie d’Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs. Les Grands navigateurs du XVIIIe siècle (1879) est consacrée presque entièrement aux explorations du capitaine Cook, tandis que la deuxième partie a examiné à la fois les découvertes des explorateurs français et les explorations de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique du Nord et du Sud. Dans l’Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs. Les voyageurs du XIXe siècle (1880) Jules Verne décrit cette période comme une grande exploration, souvent liée à la colonisation. Il se concentre sur les explorations en Afrique, en Asie, dans les Amériques et dans les régions polaires, et porte une considération particulière aux réalisations des explorateurs français.

VOYAGES CONTEMPORAINS SOUS FORME DE CONTES

La Vie chez les Indiens (1863) de George Catlin est une traduction anglaise d’un récit de voyage parmi les tribus indiennes d’Amérique du Nord et du Sud. Catlin était un artiste et son livre comportait 22 illustrations.

Les œuvres d’Alexandre Dumas (père) étaient très présentes dans les bibliothèques populaires. Parmi elles figuraient certains de ses carnets de voyage, notamment ses Impressions de voyage en Russie (1858) et Impressions de voyage en Suisse (1874). Dans 20 bibliothèques, le plus grand nombre pour un seul carnet de voyage, on trouvait Impressions d’Allemagne fournies par un journaliste suisse, Victor Tissot, dans son Voyage aux pays des milliards (1875).

Ida Pfeiffer (1797-1858), une Autrichienne qui, après l’âge de 45 ans, a accompli des voyages d’études, y compris deux tours du monde, a également été l’auteure de ce type de livres. Voyage d’une femme autour du monde (1859, d’abord publié en 1850 en allemand), détenu par trois bibliothèques, était un compte rendu de son tour du monde en 1846-1848, tandis Mon deuxième voyage autour du monde (1859, 1856 en allemand) décrivait son tour du monde en 1851-1855. Sa dernière aventure, cinq mois à Madagascar en 1857, a fait l’objet de son Voyage à Madagascar, publié en allemand en 1861 et en français en 1881. Trois bibliothèques l’ont acquis, de même que la premier tour du monde, alors que le second tour a été détenu par deux d’entre eux.

Arminius Vambéry a souligné l’altérité de l’Asie pour les Européens au début des années 1860 dans ses Voyages d’un faux derviche dans l’Asie centrale, de Téhéran à Khiva, Bokhara et Samarcand, par le grand désert turc (1864, 2e édition 1868). Vambéry était un géographe et orientaliste hongrois, parlant un nombre de langues asiatiques et s’habillant en costumes locaux lors de ses voyages.

Un récit de neuf mois passés par H. Perron d’Arc, Aventures d’un voyageur en Australie (1869), parmi les peuples indigènes du sud-est de l’Australie, fournit une description détaillée du genre de vie des Nagarnooks, exemple, leur langue, leur habillement, leurs coutumes, leur nourriture, leurs chansons et leurs danses, et leur attitude envers la vie et la mort.

Le glaçon du Polaris de Wilfrid de Fonvielle, aventures du capitaine Tyson, racontées d’après les publications américaines (1877) était un récit dramatique d’une exploration polaire arctique mouvementée par le navire à vapeur Polaris. W. H. G. Kingston était un écrivain anglais de romans et de récits de voyages aventureux pour enfants, en particulier de garçons. La traduction de ses Aventures périlleuses chez les Peaux-Rouges (1878) se trouvait dans deux des 20 bibliothèques.

Dans son ouvrage Les voyages et découvertes de Paul Soleillet dans le Sahara et dans le Soudan (1881), l’auteur – Solleillet lui-même, explorateur africain engagé – exposait son rapport sur les possibilités d’un chemin de fer transsaharien.

VOYAGES FICTIFS IMAGINAIRES

Un récit fictif des voyages d’un garçon en Grèce au IVe siècle – Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (1788, 1835 et plus tard edns) de Jean-Jacques Barthélemy – s’adressait à de jeunes lecteurs. Très littéraire, il était seulement été accessible à ceux qui avaient une connaissance ou du moins un enthousiasme pour l’histoire grecque. Le Tour de France par deux enfants (1877) de G. Bruno racontait l’histoire (lointaine et récente) et la géographie (physique et humaine) de la France, découverte par deux jeunes frères lorrains voyageant à travers leur patrie.

Le tour de France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée]. Paris, E. Belin, 1878. Gallica (BnF).

Les récits de voyage fictifs les plus significatifs dans ces bibliothèques étaient ceux de Jules Verne. Ils incluaient sa série de romans d’aventure, Les Voyages extraordinaires, et son Tour du monde en 80 jours. Le premier comprenait une série de 54 romans publiés entre 1863 et 1905; le dernier, publié en 1873, est devenu un roman d’aventure classique, racontant l’histoire de la tentative du Londonien Phileas Fogg de faire le pari de faire le tour du monde en 80 jours, accompagné de son valet français, Passepartout.

Les collections de livres sur la géographie et les voyages des bibliothèques populaires ont eu le potentiel d’élargir considérablement les connaissances de leurs lecteurs sur la géographie et l’exploration du monde. La mesure dans laquelle ils l’ont réellement fait est difficile à déterminer, car il demeure très peu d’informations sur les livres empruntés. Certains rapports contemporains suggèrent que les livres de voyage, les livres d’histoire et les romans étaient les catégories les plus recherchées. Il est possible de croire – mais pas facile à prouver – que de tels livres informaient et excitaient l’intérêt des lecteurs, combinant des connaissances factuelles et des récits imaginaires de lieux et de périodes fictifs.

Alan R. H. Baker

Emmanuel College, Cambridge CB2 3AP, Royaume Uni

Cite this article as: abaker, "LES BIBLIOTHÈQUES POPULAIRES ET LA PROMOTION DE LA CONNAISSANCE GÉOGRAPHIQUE 1860-1890," in Bibliothèques populaires, 19/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1615.

 

  1. Voir A. R. H. Baker, ‘On geographical literature as popular culture in rural France, c.1860-1900’, The Geographical Journal 156 (1990), pp. 39-43; «Les bibliothèques populaires françaises et la connaissance géographique (1860-1900)» dans A. Sandras (éd.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, (Villeurbanne: 2014) pp. 283-293; «Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher 1860-1901» Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher 71 (2016) pp.119-133; « Une révolution française en lecture? Le développement, la distribution et l’importance culturelle des bibliothèques populaires en France, 1860-1900, Historical Geography Research Series, à paraître, 2018. []
  2. Abréviations suivantes: A, F, L-et-C, M-et-M, P-de-C, V et Y. Dans ces notes, AD signifie Archives Départementales. []
  3. Les bibliothèques étudiées et les dates de leurs catalogues sont les suivantes: Pamiers 1882 avec supplément 1889 (AD A Zo 2/25); Plougasnou 1881 (AD F 4T 98); Averdon 1889, Montoire 1890, Ouzouer-le-Doyen 1889, Ouzouer-le-Marché 1889, Saint-Arnoult 1888, Saint-Claude 1872, Selles-sur-Cher 1888, Séris 1889 et Thénay 1884 (6T 3, 5, 6 et 70); Autrepierre 1884, Chaligny 1883, Crevic 1884, Doncourt-les-Conflans 1884 et Olley 1883 (AD M-et-M 4T 112); Boulogne 1888 et Bruay 1888 (AD P-de-C T355); Mont-sur-Guesne 1864 (AD V 4T 3); Saint-Fargeau 1872 (AD Y 78T 15). []

Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?

« Jean Baptiste Girard » (G. Numa phot.). [Recueil. Personnalités françaises et étrangères sous le Second Empire] . Gallica (BnF)
Copie de la photographie confiée à Ian Frazer par les descendants de J.B. Girard à l’occasion du colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1984.

Les deux photographies ci-dessus symbolisent le travail de fourmi que demande la reconstitution de la biographie d’un personnage au patronyme répandu, qui ne semble pas avoir laissé d’archives personnelles1, et dont la légende a été plusieurs fois (ré)écrite. Si l’on ajoute que ce personnage a parfois brouillé les pistes pour éviter des tracas politiques, et qu’il semble avoir fait à la fois preuve d’audace pour les causes qui lui tenaient à cœur et d’une grande discrétion, on comprendra que ladite reconstitution est laborieuse et empreinte de questionnements… Néanmoins, depuis quatre ans2, d’heureuses surprises, liées à de longues recherches mais aussi à des hasards complets, ont permis de mieux cerner Jean-Baptiste Girard.

1/ Quelques déceptions et quelques bonnes surprises

La consultation de la Base de données des inculpés de l’insurrection de Juin 1848 et de la Base de données des poursuivis à la suite du coup d’Etat de décembre 1851 ne donne rien… On pouvait espérer y trouver sinon Jean-Baptiste Girard, du moins son frère peut-être prénommé Auguste.

Girard, frappé personnellement par le chômage, cherchera des remèdes à son état : il travaille comme cocher et a la douleur de voir son frère cocher lui aussi, déporté après les journées de juin3.

Le fichier alphabétique des condamnés de la Commune et des non-lieux signale en revanche deux Jean-Baptiste Girard… La consultation des archives du Service historique de la Défense révèle que le premier est entrepreneur en peinture, né dans le Doubs. Le second est un menuisier en fauteuils, né à Limoges… Cela n’a rien de surprenant, l’état-civil parisien permet de retrouver plus d’une vingtaine de Jean-Baptiste Girard entre 1850 et 1900…

Il faudra donc patienter encore pour (peut-être…) découvrir les activités de Jean-Baptiste Girard pendant la Commune… Un témoignage fait en effet état de distribution d’ouvrages aux blessés par les bibliothèques des Amis de l’Instruction.

Enfin, la mention par Madeleine Rebérioux d’une médaille obtenue par la BAI à l’exposition universelle de 18674 a permis d’orienter les recherches vers les archives de cette exposition et de découvrir qu’en réalité Jean-Baptiste Girard s’était vu décerner une médaille mais au seul nom de Girard, sans doute pour ne pas réveiller des souvenirs trop récents encore liés à son emprisonnement…

2/ Les vertus du hasard dans les recherches

Un carton ouvert par hasard aux Archives nationales en 20145, permet de découvrir une lettre de Jean-Baptiste Girard adressée à Jules Ferry.

Cette lettre est triplement intéressante. Elle confirme le fait que Girard depuis ses premières activités militantes (rappelons qu’il a été arrêté et emprisonné en 1850 pour associationnisme) jusqu’à la fin de sa vie espère améliorer la condition des ouvriers par la création d’associations. La graphie et le style de cette lettre attestent que Jean-Baptiste Girard n’est pas un demi-lettré. En effet, on ne connaissait jusqu’ici qu’une demande d’allègement de peine signée de son nom.  Cela ne signifiait pas obligatoirement qu’il l’avait rédigée. Enfin, de façon inespérée, la lettre confirme que Jean-Baptiste Girard n’a pas servi d’alibi « populaire » pour la fondation des bibliothèques, et qu’il en a bien été l’organisateur :

[À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres]

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif (…)

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry, juin 1883 (Archives nationales, série Instruction publique)

3/ Les vertus de la veille obstinée

Une veille régulière dans les bibliothèques numériques et en particulier dans Gallica permet parfois de repérer les nouveaux documents numérisés contenant des « Jean-Baptiste Girard ». Si le patronyme « Girard » est trop répandu pour permettre une veille efficace, à l’inverse, le prénom composé pose problème car il peut donner lieu à différentes contractions. Ainsi, c’est en recherchant dans Gallica « J.B. Girard » qu’on trouve la première photographie qui illustre ce billet. Elle présente un double intérêt:

  • elle confirme, si besoin était, que la photographie confiée en 1984 par les descendants de Girard à Ian Frazer (seconde photographie) était bien une photographie de Jean-Baptiste  Girard.
  • si l’identité de la personne ayant composé l’album n’est pas connue, ce qui ne nous permet pas de juger de ses liens avec Jean-Baptiste Girard, on remarquera toutefois qu’elle le fait voisiner avec des notabilités de la fin du Second Empire et/ou des personnes ayant un rôle important dans la réflexion politique contemporaine6.

Cette veille dans Gallica a permis également de retrouver un pan méconnu de la vie de Jean-Baptiste Girard, sa candidature aux élections sénatoriales de 1876. L’épisode semble confirmer que le très actif Jean-Baptiste Girard préfère rester dans l’ombre, et que sa légende d’ouvrier méritant se forge parfois malgré lui.

Enfin, la veille dans les inventaires d’archives a permis de repérer un don d’archives provenant de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement7. Si Jean-Baptiste Girard n’a pas été à l’origine directe de cette fondation, il a en revanche entretenu, en tant que fondateur de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, « fondateur des bibliothèques populaires » et cheville ouvrière de la Société Franklin, une correspondance avec la BAI-XIX qui a conservé deux de ses lettres. Ces deux lettres apportent des connaissances supplémentaires sur l’activité de Girard dans la Société Franklin et sur son attitude face aux événements de 1870.

En effet, en étudiant les compte rendus de la Société Franklin, Étienne Naddeo a pu établir que:

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent8 ?

Or les deux lettres conservées par la BAI-XIX montrent que Girard a toute latitude d’employer le papier à en-tête de la Société Franklin, qu’il ne signe pas ses lettres en tant qu’intermédiaire, mais bien en décisionnaire, et pour la seconde qu’il peut s’engager au nom de la Société Franklin. Cela donne tout son poids aux deux hypothèses exprimées ci-dessus : Girard ne peut prendre la parole officiellement à cause de son passé politique et peut-être d’un manque de légitimité sociale sous le Second Empire, mais les fondateurs officiels de la Société Franklin lui ont laissé dans les faits une large liberté. Enfin, comme le soulignent différents billets de ce blog, cela montre aussi que l’histoire des bibliothèques populaires, de la Société Franklin et du Syndicat des  bibliothèques populaires libres ne peuvent être écrits uniquement à partir des compte rendus officiels de ces associations, écrits guidés à la fois par la nécessité de ne pas contrarier les autorités politiques et par la nécessité pédagogique d’offrir une vision positive de leurs activités.

 

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP.

Si la première lettre est purement factuelle (Girard demande au fondateur de la BAI-XIX  le nom du président  désigné), la seconde est très intéressante. Elle est en effet rédigée à un moment-clé de la guerre de 1870, le 31 octobre. Apprenant la capitulation de Bazaine et d’autres nouvelles fleurant la capitulation, une partie du peuple parisien tente de se soulever. Belleville n’est pas en reste… Il n’est donc pas surprenant qu’Auguste Vorbe, jeune administrateur de la BAI-XVIII9, fondateur de la BAI-XIX en 1868 rue d’Allemagne où il est fondeur, vice-président du syndicat des bibliothèques populaires libres, propose que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris. Girard lui répond :

Mon cher vice-président

À  mon avis, l’idée que vous avez d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente; mais la pratique, les moyens de réaliser une somme de 5 à 6 000 francs, me paraissent très difficiles, pour cette raison que la plupart des bibliothèques de Paris sont fermées depuis la guerre, que les sociétaires sont très dispersés et qu’un bon nombre ont déjà versé à des souscriptions diverses, ce qui me fait supposer qu’il ne serait guère possible de réunir la somme nécessaire sans le concours des bibliothèques des départements, impossible en ce moment.

Enfin, quand une idée est bonne on peut toujours en essayer l’expérience, la Société Franklin consentira très bien à prêter son local pour un bureau central.

Votre tout dévoué,

Girard10.

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP

Cette lettre reflète la prudence dont Girard fait preuve depuis son arrestation et son emprisonnement en 1850 pour visées associationnistes.  Les deux courriers confirment que sa graphie et sa syntaxe sont celles d’un homme habitué à rédiger rapidement, dont l’orthographe est légèrement hésitante, peut-être sous la pression des événements.

4/ Un peu de généalogie

La numérisation de l’état-civil des Archives de la Haute-Marne et la Base de relevés d’actes du Centre généalogique de Haute-Marne permettent d’affiner, de corriger  et de développer les découvertes opérées il y a une trentaine d’années. Ian Frazer avait en effet recensé les éléments suivants concernant la jeunesse de Girard :

Jean‑Baptiste Girard naquit le 28 mai 1821, à deux heures de l’agrès‑midi, à Hortes, petit village du plateau de Langres (Haute‑Marne), dans la maison de son grand‑père, François Girard, également natif de Hortes et vigneron à la  ferme de la Malavisée. Le père, Didier Girard, était « absent » ; on ne sait rien de son métier. La mère était née Catherine Moris (Note: Je remercie le maire de Haute‑Amance (anciennement Hortes) pour son aimable envoi d’une copie conforme datée 23.3.1984 et pour l’acte de décès de François Girard du 2 mai 1828. La grand‑mère maternelle de Girard était Marie Vacher, ses arrières grands‑parents, Etienne G. et Marguerite Hugueny.). […] J.‑B. Girard dira en 1850 de son enfance : « Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur apportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais ». C’est la vie dure des petits campagnards. « Jusqu’à vingt ans j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais » (Note : Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850). La nécrologie la plus détaillée que j’aie découverte affirme que Girard vint s’installer à Paris à l’âge de dix‑neuf ans et débuta comme homme de peine. Il ne savait pas encore lire. Il aurait été, « successivement homme de peine, cocher de fiacre, lithographe »  (Note: E. Rotival, in Bull. de l’Assoc. Philotechnique, mai 1900, 144). Il apparaît néanmoins suffisamment lettré pour écrire son nom vigoureusement, sans les hésitations des demi-illettrés, lors de son mariage en 1846, où il est déjà ouvrier imprimeur litho­graphe.

La numérisation de nombreuses archives permet aujourd’hui  de conforter tout en la nuançant  la « légende » autour de Girard.  Celui-ci est en effet très représentatif des populations rurales pauvres de la Haute-Marne du milieu du XIXe siècle, menacées par un accroissement démographique trop rapide, dont la seule issue est d’aller chercher du travail dans la capitale en plein expansion. Les plans du cadastre ci-dessous permettent de situer la ferme familiale, à la sortie du village, près de la route menant à Bourbonne-les-Bains.

Zoom sur la ferme de la Malavisée- Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Tableau d’assemblage. S.d. – 3 P 2/243-1

Sur le cadastre, le morcellement des parcelles de vignes est éloquent autour de la ferme de la Malavisée, berceau de la famille Girard. Lorsque les familles s’agrandissent, la subsistance n’est plus assurée.

 

Zoom sur la ferme de la Malavisée. Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Section B 3. • S.d – 3 P 2/243-7

Le grand-père paternel de Jean-Baptiste, François Girard (1756-1828), est le fils d’Etienne Girard et Marguerite Hugueny, tous deux issus de familles vigneronnes dont on retrouve la trace à la fin du XVIIe siècle à Hortes. François Girard est né et a été baptisé le 8 décembre 1756. Son père Etienne a signé l’acte d’une main assurée11. François Girard, veuf de Marie Vacher qu’il a épousée en 1784 et dont il a eu une fille (Jeanne), se remarie le 22 février 1791 avec Catherine Clerget12. François Girard a au moins deux frères Nicolas et Jean. Nicolas se marie l’année suivante avec Marie Clerget qui est la sœur de Catherine (morte en 1846 à 83 ans). Les deux couples sont très proches, souvent parrains et marraines des enfants auxquels ils donnent la plupart du temps les mêmes prénoms. Les premiers (grands-parents paternels de Girard) ont cinq enfants entre 1792 et 1804.  Nicolas et Marie ont quant à eux au moins onze enfants, voire treize, entre 1792 et 181213. François, Nicolas et Jean Girard signent les actes d’état-civil alors que les deux sœurs Clerget déclarent ne pas savoir (signer). On notera également que lors de la naissance  de sa fille Anne en 1800, François Girard est absent14.

Didier Girard, le père du Jean-Baptiste qui nous intéresse, est donc né le 18 mai 1793 à Hortes. On le retrouve à Paris le 5 août 1817 : il se marie à Saint-Germain l’Auxerrois  avec Catherine Moris, cuisinière, domiciliée 10 rue des deux boules. Il habite quant à lui 20 rue de l’enclos Saint-Laurent, mais sa profession n’est pas indiquée15. Cette première donnée est importante : les deux parents de Girard ont vécu à Paris, ce qui relativise la légende d’un Jean-Baptiste Girard débarquant de sa campagne profonde pour vivre à Paris.

Catherine Moris, la mère de Girard, a également été poussée par la misère à Paris. Elle est née à Rosoy-sur-Amance16 le 19 septembre 1790 de Henri Moris, laboureur, et de Marie-Anne Guillaume. Elle est la septième d’une fratrie de huit enfants, sa mère meurt alors qu’elle a 8 ans,  puis elle perd son père à 14 ans.  Catherine Moris et Didier Girard ont un premier enfant, Auguste., vraisemblablement né à Paris le 6 juillet 181917. Le 23 mars 1820 une petite Marie-Louise naît, déclarée à Hortes  par son père qui signe, mais dont il est bien indiqué qu’il est domicilié à Paris18. Jean-Baptiste Girard voit le jour à Hortes le 28 mai 1821. Sa naissance est déclarée par son grand-père François, en l’absence de son père Didier19. Enfin, en décembre 1823, Anne-Joséphine naît à Paris dans le 2e arrondissement20. Ces allées retours de la famille de Jean-Baptiste Girard à Paris, semblent liées au négoce du vin. Les parents se fixent ensuite à Hortes où, selon les différents recensements et actes d’état-civil, Didier Girard est « cafetier » ou « aubergiste » rue de la Barre. C’est au tour des enfants de travailler à Paris, sans doutes par périodes liées à la nécessité pour la cellule familiale d’avoir quelque argent. Marie-Louise y meurt  le 25 août 1843 au 7 rue Poliveau. Elle est alors domestique, célibataire21. Anne-Joséphine selon son acte de mariage en 1847 est femme de chambre dans le premier arrondissement22, mais elle est inscrite dans le foyer de ses parents à Hortes lors du recensement de 1846 de même que son frère Auguste qui semble pourtant avoir travaillé en tant que cocher à Paris dans cette période23.

Après le décès de Marie-Louise, la famille connaît une décennie marquée par les difficultés. Même si cela reste à confirmer, Girard24 laisse à entendre que son frère Auguste, impliqué dans les événements de 1848, a été déporté. Jean-Baptiste connaît à son tour une arrestation et l’emprisonnement en 185025. Ses parents quittent alors Hortes, pour la commune voisine de Troischamps entre 1847 et 1849.  Didier Girard est recensé en 1851 à Troischamps26.  Il est présenté dans les actes officiels comme propriétaire-manouvrier, ce qui suppose une situation économique toujours difficile. Catherine Moris meurt à Troischamps en 1849, à 58 ans27. Didier Girard, remarié à Elisabeth Richardot en 1851, meurt le 6 mai 1864 à Troischamps28. De ses quatre enfants, subsiste à Hortes Anne Joséphine qui a deux enfants et tient un café avec son mari, François Chanticlair, jusqu’à la fin du siècle. Bien que domicilié à Paris depuis 1846 au moins (année de son mariage), Girard reste en relation avec sa famille. En effet, lorsqu’il vient fonder une bibliothèque populaire à Hortes en 1862, on retrouve parmi les membres fondateurs de cette bibliothèque son beau-frère François Chanticlair et son oncle paternel François Girard ((Voir prochain billet sur la bibliothèque populaire à Hortes.)). Le recensement de 1861 montre que désormais à la ferme de la Malavisée ne vivent que François Girard et son épouse, preuve supplémentaire de l’exode rural qui a touché cette famille trop nombreuse pour subsister à Hortes29.

Ces multiples vérifications confirment donc une situation économique difficile de la famille de Jean-Baptiste Girard. Tous les enfants ont dû travailler, et tôt. En revanche, elles mettent à mal définitivement la légende du Jean-Baptiste Girard analphabète lors de son arrivée à Paris. On note en effet que son arrière-grand-père, son grand-père, son père, ses oncles et ses frères signent les actes sans hésitations. L’acte de mariage de sa sœur Anne-Joséphine permet aussi de constater que la jeune femme signe avec assurance alors que leur mère (Catherine Moris) peine à former les lettres.

Acte de mariage de Anne-Joséphine Girard et de François Chanticlair (AD52 – BMS Hortes) Dans la famille Girard ont signé Anne_Joséphine, la mariée, son père Didier Girard, son oncle et témoin François Girard et sa mère Catherine Moris.

Ce constat est de surcroît étayé par le fait que la famille Girard a dans son entourage proche des instituteurs. Son grand-père maternel, lors de son mariage, a pour témoin un cousin recteur d’école. Un des deux témoins attestant du décès de Didier Girard30 est un instituteur et « ami du décédé » (mention portée en toutes lettres sur l’acte de décès). Il faut donc relire d’un œil neuf l’échange entre Jean-Baptiste Girard et le président du tribunal en 1850, en le citant de manière non tronquée. Plutôt que des reproches à ses parents, Girard déplore une situation dont on a vu plus haut qu’elle se reproduisait au moins depuis trois générations : pour subsister, les parents sont contraints à faire travailler leurs enfants depuis leurs sept ans jusqu’à la constitution de leur propre famille :

Le président au prévenu Girard : Vous avez pris plusieurs professions dans l’instruction ?

Girard : Oui, j’en ai eu plusieurs. Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur rapportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais.

Le président : Oh ! tenez, je n’aime pas ce langage et ces reproches adressés à vos parents.

Girard : Eh bien ! je me borne à vous dire que jusqu’à vingt ans, j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais.

Le président : La seule chose favorable à conclure de cela pour vous, c’ est que vous avez toujours demandé vos ressources au travail31.

Girard a vraisemblablement connu la même trajectoire que Sébastien Commissaire32: apprentissage des rudiments de l’écriture et la lecture avant ses sept ans, puis des lectures après les journées de travail. Ces quelques avancées supplémentaires dans la biographie de Girard pourraient être complétées par des archives privées… nouvel appel aux bonnes volontés!  On retrouve en effet la difficulté liée au patronyme répandu lorsque l’on recherche des archives privées…

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?," in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Ian Frazer, qui avait rencontré les descendants de Jean-Baptiste Girard n’a pas mentionné d’archives familiales: Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  2. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?, » in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148. []
  3. Ian Frazer…p. 54. Ian Frazer utilise un article publié par La République du 14 novembre 1850. Ce frère est prénommé Auguste.  []
  4. Madeleine Rebérioux, « Les ouvriers des métiers d’art à l’exposition universelle de 1867 », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  5. Une simple inversion des chiffres lors de la commande: le carton appartient bien aux fonds de l’Instruction publique mais pas aux séries concernant les bibliothèques… []
  6. Attention, en revanche, le titre de cet album a été donné au moment de son entrée dans les fonds de la BnF. []
  7. Voir très prochainement le billet sur la BAI-XIX. []
  8. Etienne Naddeo: « La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019. []
  9. Il est né en 1843 selon La Presse du 17 novembre 1894: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k547533m/f3.item, il a donc 27 ans en 1870. []
  10. Archives de la BAI-XIX, Archives de la Ville de Paris. []
  11. Archives départementales de la Haute -Marne (AD52): BMS Hortes en ligne:  1756-18http://haute-marne.fr/culture/archives-departementales/archives-en-ligne-bach/ []
  12. AD52: BMS Hortes. C’est donc Catherine Clerget et non pas Marie Vacher qui est la grand-mère de Jean-Baptiste Girard. []
  13. AD52: BMS Hortes. Deux décès d’enfants ayant pour parents Nicolas Girard et Marie Clerget sont en effet signalés dont l’âge indiqué et les prénoms ne correspondent pas à des naissances enregistrées. []
  14. Idem. []
  15. Archives de la Ville de Paris (AVP) – Etat civil reconstitué. []
  16. Depuis 1972, Hortes, village principal de la commune est associé aux villages de Montlandon, Troischamps et Rosoy-sur-Amance pour former la commune de Haute-Amance. []
  17. Auguste Girard vit avec ses parents et sa sœur Anne-Joséphine rue de la Barre à Hortes lors du recensement de 1846, il a 27 ans lors de ce recensement: AD52, Recensement de population, Hortes, 1846. Il n’est pas né à Hortes;  en revanche, un seul Auguste Girard est né à Paris en 1818/1819 selon l’état-civil reconstitué: ADVP. []
  18. AD52: BMS Hortes []
  19. Idem. []
  20. D’après son acte de mariage en mai 1847. AD52: BMS Hortes []
  21. D’après la transcription de l’acte de décès  figurant  aux AD52. BMS Hortes. []
  22. AD52, BMS Hortes. []
  23. AD52. Recensement de 1846 à Hortes. []
  24. Voir supra. []
  25. Voir Ian Frazer, op. cit. []
  26. AD52, Troischamps, recensement de 1851 . []
  27. AD52, BMS, Troischamps []
  28. Ibid. []
  29. AD52, Recensement de population à Hortes, 1861. []
  30. AD52, BMS, Troischamps []
  31. Gazette des tribunaux, 13 novembre 1850. []
  32. Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon ? (2), » in Bibliothèques populaires, 25/10/2016, https://bai.hypotheses.org/1166 []

Emprunter du Zola dans une bibliothèque populaire…

Signalons la mise en ligne d’un article publié en 1974 par Colette Becker sur « l’audience d’Émile Zola ». Elle y mène une enquête très fouillée sur la présence du romancier dans les catalogues des bibliothèques populaires : pas ou très peu  d’œuvres zoliennes à la fin du XIXe siècle dans les bibliothèques populaires, à l’exception notable des bibliothèques populaires libres et en particulier des Amis de l’instruction. Colette Becker analyse les raisons de cette différence marquée, expliquant que les bibliothèques populaires dont les fonds provenaient essentiellement de concessions ministérielles ne recevaient pas d’œuvres de Zola et n’osaient en acquérir, alors que les bibliothèques libres, gérant elles-mêmes leurs acquisitions, étaient plus enclines à acheter du Zola, et parfois en nombre. On retrouve là la véritable indépendance des bibliothèques des Amis de l’instruction qui achetèrent plus volontiers du Sand que du Féval …

Précisons toutefois que les compte-rendus de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement rapportaient des discussions entre membres du Conseil sur l’opportunité d’acheter les œuvres zoliennes!

On lira également avec intérêt cet entrefilet de La Croix  (« Ce qu’on fait lire à la laïque »), datant de 1904, qui montre combien la présence d’ouvrages de Zola dans les bibliothèques populaires pouvait déchaîner les passions…

 

La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)

Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance… Gallica (BnF).

Une vingtaine de kilomètres sépare deux villages de Haute-Marne, Laferté-sur-Amance et Hortes (aujourd’hui principale commune de Haute-Amance). Ces deux villages ont été pionniers, mais de manière très discrète, dans la fondation de bibliothèques de prêt à la campagne, cantonale pour Laferté et populaire à Hortes, au milieu du XIXe siècle. Hasard ou coïncidence troublante ?

À Laferté-sur-Amance se trouve selon Henri Harant la première bibliothèque cantonale fondée en France vers 1840 :

Dès 1841, M. Hippolyte Chauchat [sic] prend la courageuse initiative de fonder, dans un modeste chef-lieu de canton, La Ferté-sur-Amance, une bibliothèque dont il fait la commune propriétaire; il recueille péniblement, lentement des souscriptions. et des livres, et, en 1850, il organise son institution, et peut prêter des livres de lecture à toutes les communes du canton. C’est donc à M. Chauchat [sic] le premier, ou un des premiers, que revient l’honneur d’avoir su créer une œuvre commune sans avoir recours à l’intervention de l’État, qui n’apparaît que pour ratifier les statuts adoptés1.

Nombreuses sont en effet les voix qui s’élèvent en France dans les années 1840-1850 pour demander des bibliothèques capables de lutter tout à la fois contre la littérature de colportage et les méfaits de l’alcoolisme, en offrant aux populations modestes la possibilité d’emprunter des livres distrayants et/ou instructifs. Les bibliothèques publiques ne proposent alors généralement pas de prêt, et leurs horaires ne conviennent pas aux ouvriers ni aux paysans. Les bibliothèques paroissiales disposent d’une littérature le plus souvent édifiante, ne répondant pas aux envies de la plus grande partie de la population. De plus, les bonnes volontés se heurtent aux soupçons qu’occasionne la création de bibliothèques et tombent sous le coup de la loi sur les associations2.

La mise en place d’une bibliothèque dans un petit village (la Ferté-sur-Amance compte alors environ 650 habitants), est donc exceptionnelle et demande l’intervention d’une personne à la fois bien insérée localement et bénéficiant d’un solide réseau parisien.

L’homme de la situation est le baron Hippolyte Chauchard (1808-1877), sous-chef au ministère de l’instruction publique en 1848, né à Langres d’un avocat juge suppléant au tribunal civil et de la fille d’un marchand-épicier3. Sa famille possédant une demeure à Laferté-sur-Amance, le baron Hippolyte Chauchard brigue différents mandats locaux. Il semble néanmoins résider le plus souvent à Paris où il fait des études de droit, travaille et se marie4.

Hippolyte Chauchard

Il est difficile d’apprécier ses véritables opinions politiques. Comme beaucoup de ses contemporains, il se rallie aux régimes successifs. Ses différents mandats à la chambre des députés en témoignent. Un de ses contemporains voit en lui un orléaniste, et tiède républicain:

En 1848, il se présenta à la Constituante et fut élu le 62e, par 39,019 voix. À cette époque M. Chauchard était-il républicain? Nous ne le croyons pas, cependant il se déclara dans sa profession de foi, pour le respect à la République, partisan de l’impôt somptuaire. Il vota pour les deux Chambres et le vote à la commune, pour la suppression des clubs.
— Il s’était déclaré partisan de la liberté illimitée de la presse. Quoi qu’on eût dit, M. Chauchard n’a jamais fait partie d’aucune réunion, ni de la rue des Pyramides, ni de la rue de Rivoli, etc. Il s’était prononcé pour M. Cavaignac, lors de l’élection du Président de la République.
En 1849, il fut réélu le premier, par 34,447 voix.
— Continuellement il a marché d’accord avec la majorité; dans les derniers temps, sans être bonapartiste, il votait cependant le rappel de la loi du 31 mai et contre la proposition des questeurs.
M. Chauchard appartient par ses goûts, par ses instincts, ses idées libérales, à l’opinion orléaniste.
Sa profession de foi pour le Corps législatif est loin d’être explicite; il veut la gloire par la paix, et la prospérité par l’ordre, la plus grande somme de liberté possible.
Au 2 décembre, il avait protesté contre le coup d’Etat; cette protestation ferme et digne était l’œuvre collective des représentants de la Haute-Marne5.

Les différentes circonstances dans lesquelles l’on retrouve Hippolyte Chauchard témoignent en tout cas d’une volonté de sa part de communiquer constamment avec les habitants du canton qu’il représente. En 1848, il fait par exemple imprimer une lettre à ses « compatriotes » du canton de Laferté-sur-Amance dans laquelle il explique son soutien au nouveau gouvernement. Soucieux du développement du département où il a vu le jour, il soutient une pétition pour que Laferté-sur-Amance se trouve sur le tracé d’une voie de chemin de fer, et multiplie entre 1848 et 1855 enquêtes et rapports sur la question des transports en Haute-Marne. Son autre préoccupation est celle de la propagation d’une instruction pour tous. Il contribue en 1839 à un Cours méthodique de géographie à l’usage des établissements d’instruction et des gens du monde, avec un aperçu de l’histoire politique et littéraire des principales nations, et participe en 1848 au Comité d’Instruction. En 1867, il est rapporteur de la loi sur l’enseignement primaire voulue par Duruy dont il est un proche6.

La mise en place d’une bibliothèque rurale dans le village qu’il représente à l’Assemblée, lui semble donc naturelle. Elle lui est sans doute plus facile qu’à d’autres, grâce à ses fonctions au ministère de l’Instruction publique, ministère alors sollicité pour les autorisations à donner aux bibliothèques, tout comme le ministère de l’Intérieur. Hippolyte Chauchard rapporte en revanche des difficultés matérielles liées au coût encore important des livres vers 1840-1850, et sans doute d’acheminement en attendant la voie de chemin de fer dont il avait facilité l’installation:

Il y a bientôt dix ans que, sous l’influence de cette idée, j’ai commencé à réunir les premiers volumes de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance; et depuis cette époque, je n’ai cessé de travailler à l’accroissement de cette Bibliothèque, au prix même de sacrifices considérables7.

Les trois pages d’introduction au catalogue rédigées par H. Chauchard sont en tous points semblables à celles des philanthropes contemporains sur la nécessité qu’il y a à accompagner les lecteurs après un passage souvent trop rapide à l’école. Le but est de lutter contre des ouvrages amoraux et de substituer un loisir instructif au cabaret. Toutefois, le député insiste tout particulièrement sur le cadre rural de son projet:

Notre cadre est assez vaste pour que toutes les intelligences et tous les intérêts y trouvent satisfaction. De la parole de Dieu à la loi du pays, de l’Évangile au Code civil, du bœuf à l’abeille, du chêne au grain de blé, tous les sujets utiles y occupent leur place. Ainsi, les ecclésiastiques, les magistrats, les maires, les officiers publics, les simples citoyens, même les femmes et les enfants, tous enfin, depuis le juge-de-paix jusqu’au garde champêtre, depuis le docteur jusqu’au berger, depuis le propriétaire aménageant sa forêt jusqu’au vigneron raclant ses paisseaux, y trouveront pour leur profession et pour toute leur conduite de bonnes leçons et de bons conseils8.

De la volonté d’Hippolyte Chauchard de satisfaire toute la population du bourg sans oublier ni heurter personne, et de ses connaissances en tant que spécialiste de l’instruction, naît un projet particulièrement original, ambitieux et novateur. La première particularité de ce projet est de développer une « bibliothèque cantonale » comme l’indique le titre du catalogue et le précise le règlement:

La Bibliothèque publique de Laferté-sur-Amance est la propriété de la commune.

Elle occupe une des salles de la mairie.

Elle est instituée dans un but d’utilité et d’agrément, pour les habitants de Laferté-sur-Amance ; néanmoins les habitants de tout le canton seront admis à en jouir, sous les conditions déterminées par le présent règlement.

Les livres sont communiqués au dehors9.

Les lecteurs ne sont pas admis à lire et à travailler dans le local de la bibliothèque, mais ils peuvent y consulter le catalogue. Les maires des treize communes du canton seront, en outre, invités à tenir un exemplaire du catalogue et du présent règlement à la disposition de leurs administrés10.

Afin de prévenir toute tracasserie administrative, H. Chauchard s’est donc assuré l’appui de son ministre (M. de Salvandy) et du gouvernement qu’il remercie dans l’introduction au catalogue pour leur soutien et les livres octroyés. Tout aussi habilement11, il place la bibliothèque sous la direction de la mairie de Laferté-sur-Amance et d’un conseil représentant sans doute différentes sensibilités du canton:

CONSEIL DE LA BIBLIOTHÈQUE.

Par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Cultes,
en date à Paris du 24 juillet 1850, ont été nommés membres du
conseil de la Bibliothèque de Laferté-sur-Amance :

MARIVET, maire de Laferté, président;
Jules MAURICE, bibliothécaire ;
MARTIN, curé de Laferté ;
CARTERET, juge-de-paix du canton;
Louis BANTON , docteur en médecine12.

Les autorités rassurées, H. Chauchard propose une organisation mûrement réfléchie. Le règlement prévoit dans le détail les conditions d’emprunt et de retour des ouvrages. Le catalogue est quant à lui d’une qualité supérieure à celle des catalogues des bibliothèques paroissiales contemporaines et à bien des futurs catalogues de bibliothèques populaires. En effet, les références des ouvrages sont données de manière très complète (noms et prénoms des auteurs, titres exacts et complets, lieu d’édition, éditeurs et éditions, etc.) et complétées par une table des auteurs avec renvois aux pages. Les ouvrages sont classés par thématiques. Toujours prudent, Hippolyte Chauchard a choisi de mettre en avant la Théologie, abondamment fournie. Néanmoins, il la fait suivre de thématiques bien plus novatrices pour un public non érudit, plus familier de la littérature de colportage que des bibliothèques savantes:

THÉOLOGIE

  1. Écriture Sainte, preuves du Christianisme, Morale religieuse.
  2. Histoire de la Religion.

JURISPRUDENCE.

  1. Droit ancien.
  2. Droit civil, commercial et pénal.

III. Droit ecclésiastique, public et administratif.

  1. Droit rural et forestier.

SCIENCES ET ARTS.

  1. Encyclopédies et Manuels d’enseignement.
  2. Philosophie, Morale.

III. Politique, Économie sociale.

  1. Instruction publique, Éducation.
  2. Sciences mathématiques.
  3. Physique, Chimie, Géologie.

VII. Histoire naturelle de l’homme, Hygiène, Médecine.

VIII. Histoire naturelle des animaux.

  1. Botanique .
  2. Agriculture.
  3. Préceptes généraux et Traités d’agriculture,. Économie rurale, Agriculture locale.
  4. Engrais, Amendements.
  5. Irrigations, Dessèchements, Prairies.
  6. Comptabilité rurale, Assurances.
  7. Sylviculture, Défrichements.
  8. Vignes, Vins.
  9. Horticulture.
  10. Animaux domestiques, espèces bovine, ovine, etc.
  11. Haras, Hippiatrique, Équitation.
  12. Abeilles, Vers à soie.
  13. Chasse et Pêche.

XII. Industrie, Arts et Métiers, Subsistances.

XIII. Beaux-Arts.

XIV. Arts divers, Jeux .

BELLES-LETTRES

  1. Grammaire .
  2. Rhétorique, Éloquence.

III. Poésie.

  1. Poésie ancienne.
  2. Poésie moderne.
  3. Théâtre.
  4. Romans.
  5. Romans français.
  6. Romans étrangers.
  7. Récits et Lectures pour la jeunesse.
  8. Histoire littéraire.

HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE..

  1. Histoire.
  2. Histoire universelle.
  3. Histoire ancienne.
  4. Histoire du Moyen âge.
  5. Histoire de France.
  6. Histoire des pays étrangers.
  7. Géographie et Voyages.
  8. Éléments de Géographie.
  9. Description de la France.
  10. Histoire et description des villes et provinces.
  11. Voyages.

III. Biographie et Mémoires, Mélanges13.

Le contenu du fonds reflète quant à lui une véritable visée encyclopédique que les thématiques suggéraient déjà. S’il mérite une analyse largement plus poussée, il faut déjà le feuilleter virtuellement ici pour en saisir la richesse: roman de Victor Hugo, nombreux ouvrages d’économie politique, d’agriculture, etc. Notons toutefois que ses visées sont plus prudentes que celles des futures bibliothèques populaires, sans doute par précaution en ces années où le poids de la surveillance est extrêmement présent14. Les lecteurs n’interviennent pas dans les demandes d’ouvrages; la lecture récréative a peu de place; les ouvrages mis à disposition sont souvent très édifiants. La place très importante des manuels Roret constitue par exemple un indice important sur les visées « philanthropes » d’un fonds, conçu par un érudit et non par un prolétaire15.

Cette bibliothèque a-t-elle réellement fonctionné? si oui, combien d’années et avec quel succès ? Il reste beaucoup à découvrir sur cette fondation très originale. À commencer par la fondation dix ans plus tard, à vingt kilomètres de Laferté-sur-Amance, d’une autre bibliothèque pionnière, la bibliothèque populaire d’Hortes que nous visiterons dans un prochain billet  (qu’on peut désormais lire ici).

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance)," in Bibliothèques populaires, 12/07/2017, https://bai.hypotheses.org/1484.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Voir Agnès Sandras, « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1) » in Bibliothèques populaires, 05/09/2016, et « 1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon?  (2)» in Bibliothèques populaires, 25/10/2016. []
  3. Archives départementales de la Haute-Marne: BMS Langres, naissance de Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard le 8 mars 1808 de Nicolas-Antoine Chauchard et de Guillaumine Bournot. []
  4. Archives de Paris. BMS: mariage en août 1836 avec Armande Claire Trouillebert, née en juin 1817 à Paris. []
  5. Achille Leymarie, Profils critiques et biographiques des sénateurs, conseillers …, Paris, Garnier, 1852. []
  6. Voir Jean-Charles Geslot, Victor Duruy: historien et ministre (1811-1894), Presses universitaires du Septentrion, 2009, page 234. []
  7. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  8. Ibid. []
  9. Ibid, article I du règlement. []
  10. Ibid, article IX du règlement. []
  11. Rappelons en effet que dix ans plus tard, les premières bibliothèques populaires devront se résoudre à nommer les maires présidents de leurs conseils pour obtenir les autorisations préfectorales… []
  12. Jean-Baptiste Hippolyte Chauchard, Catalogue de la Bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance, précédé du règlement et suivi d’une table des matières et d’une table des auteurs, 1851. []
  13. Ibid. []
  14. Les bibliothèques populaires bénéficieront du tournant libéral du Second Empire. []
  15. Voir Agnès Sandras, « Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914) » in Bibliothèques populaires, 09/04/2017. []

Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914)

[NB le texte qui suit prolonge une communication donnée  au Symposium international « Le Livre, la Roumanie, l’Europe »  (Mamaia, 2012.)]

D’un côté une collection de manuels présentés comme une « encyclopédie des sciences et des arts » à visée philanthropique, de l’autre des bibliothèques se donnant pour « objet de mettre à la disposition des sociétaires les livres nécessaires à leur instruction, au développement de leurs facultés morales et intellectuelles ». Il serait tentant d’imaginer que les manuels Roret ont été les hôtes obligés des bibliothèques populaires du XIXe siècle, mais l’étude des catalogues relativise cette supposition. Le peu de manuels Roret dans certaines bibliothèques populaires s’avère ne pas relever d’un simple problème financier, et reflète une grande complexité des enjeux parfois contradictoires qui se sont noués autour des éditions à visée instructive et des bibliothèques.

La collection des manuels Roret fait aujourd’hui à la fois les délices des bibliophiles et des historiens soucieux de mieux connaître des métiers oubliés ou la vulgarisation scientifique au XIXe siècle. Il importe, pour mieux en saisir l’esprit dans son contexte, de revenir à la définition qu’en donnaient les contemporains. Prenons par exemple celle de la Grande Encyclopédie :

RORET (Nicolas-Edme), éditeur français, né à Vendeuvre-sur-Barse (Aube) en 1797, mort à Paris en 1860. Entré comme apprenti, à seize ans, chez son beau-frère, Ferra, libraire à Paris, puis commis, de 1810 à 1821, chez Arthus Bertrand, il fonda, cette dernière année, avec un nommé Roussel, qui ne demeura que peu de temps son associé, une maison d’édition, reprise, après sa mort, par son fils E. Roret. Il est connu surtout par la collection des Manuels Roret, petite encyclopédie populaire des sciences et des arts, dont il commença la publication en 1825 et qui compte aujourd’hui plus de cinq cents volumes de format in-18. Elle constitue un document précieux pour l’étude de la technique, et Berthelot a démontré que plusieurs des recettes qui figurent dans les manuels Roret reproduisent textuellement celles des papyrus égyptiens[1].

Cette notice présente l’Encyclopédie Roret comme une « petite encyclopédie populaire des sciences et des arts ». Tel est le but revendiqué par l’éditeur qui intitule l’ensemble « Collection des manuels Roret formant une Encyclopédie des sciences et des Arts, format in-18 ; par une réunion de savants et praticiens ». Cohabitent entre autres le Manuel complet de la bonne compagnie ou guide de la politesse et de la bienséance, le Manuel du bouvier et zoophile, ou l’art d’élever et de soigner les animaux domestiques, le Manuel du chaufournier, contenant l’art de calciner la pierre à chaux et à plâtre, le Manuel de la chimie amusante, le Manuel du banquier, de l’agent de change et du courtier, contenant les lois et règlements qui s’y rapportent, les diverses opérations de change, courtage et négociation des effets à la bourse, etc. Faisant soi-disant appel aux plus savants dans chaque matière, les Roret devaient ainsi se substituer à la véritable Encyclopédie, laquelle s’avérait sur bien des points obsolète et d’un prix trop élevé pour la plupart des bourses. Il est exact que dans la collection figurent des noms prestigieux et d’autres plus obscurs, mais recrutés parmi les spécialistes. Roret aurait choisi d’héberger chez lui ces auteurs afin de les aider dans la conception des manuels et les motiver jusqu’à obtention d’un ouvrage prêt à être publié. Très sensible aux critiques, il n’hésite pas non plus à demander à un nouvel auteur de refaire un manuel bâclé par un autre, ou désuet. Le succès entraînant la copie, l’éditeur gagne un procès contre ses concurrents indélicats et rappelle cet épisode dans un « Avis » qui, placé au début des manuels, sert aussi à la promotion :

Le mérite des ouvrages de l’Encyclopédie-Roret leur a valu les honneurs de la traduction, de l’imitation et de la contrefaçon. Pour distinguer ce volume, il portera, à l’avenir, la véritable signature de l’Éditeur.

La collection, tout d’abord reprise par son fils, se maintient jusqu’à la fin du XIXe siècle en s’adaptant au fur et à mesure aux nouveaux centres d’intérêt. Apparaissent au fil des inventions techniques un Manuel des chemins de fer, ou principes généraux de l’Art de les construire, par M. Riot, l’un des gérants des travaux d’exécution du chemin de fer de Saint-Étienne, ou bien un Manuel de vélocipédie […] terminé par l’art de monter et de diriger la bicyclette. Trois grands domaines cohabitent dans cet ensemble :

  • Une vulgarisation des sciences alors en plein développement : chimie, botanique, zoologie, etc. Au début de sa carrière, Roret qui a travaillé à une édition des Suites de Buffon, a pu connaître des sommités scientifiques et leur proposer de collaborer à sa collection.
  • Une palette des divers métiers, activités et savoir-faire. Censés permettre de mieux exercer telle ou telle profession (charbonnier, vigneron, agent de change…), les manuels sont plutôt une approche documentaire que des ouvrages pratiques.
  • Une initiation au « savoir-vivre » à l’usage d’une bourgeoisie montante comme le Manuel des dames ou l’art de l’élégance sous le rapport de la toilette, des honneurs de la maison, des plaisirs, des occupations agréables. Il s’agit clairement de procurer les codes nécessaires à ceux qui – grâce aux manuels précédents ? – auraient changé de position sociale.

Notons ce que ces in-18 sont nantis pour certains d’entre eux d’un « atlas » qui contribue à leur succès. Ainsi, le Nouveau manuel complet de la broderie publié en 1840 comporte des planches de motifs, le Nouveau manuel complet de l’architecte des monuments (1859) donne de nombreuses vues de façades, ou encore le Nouveau manuel complet des machines-outils employées dans les usines et ateliers de construction pour le travail des métaux (1866) offre des schémas complexes. Ces planches entraînent une élévation du prix des manuels qui ne les rend pas accessibles à toutes les bourses quoiqu’en prétendent les concepteurs.

L’Encyclopédie Larousse propose quant à elle une présentation de la collection déjà plus caustique. Tout en reconnaissant le côté pratique de ces guides de vulgarisation, Larousse critique l’extension des manuels à des domaines moins techniques, où la vulgarisation est quasi impossible ou expose à des simplifications parfois spécieuses. Son analyse nous plonge au cœur de la réception de ces manuels que ce soit au niveau individuel ou collectif. On le verra, les manuels Roret sont perçus par différents milieux comme les véhicules d’une pensée volontairement nivelée :

Manuels Roret, collection encyclopédique des sciences et des arts (1825-1873, environ 300 vol. in- 18).On peut appliquer à cette volumineuse et utile collection le vers de Martial:

Sunt bona, sunt mala, sunt mediocria plura.[sic]

Le but de l’œuvre était excellent, et l’éditeur Roret, qui en conçut l’idée et le plan, et ceux qui depuis ont continué sa tâche, sont assurément dignes d’éloge. Mais il faut toujours compter avec l’imperfection des œuvres humaines. Au moment où les résumés historiques étaient en pleine vogue, où des écrivains de race, comme Armand Carrel et Alphonse Rabbe, ne dédaignaient pas d’y mettre les mains, dans le but d’aider à la vulgarisation de l’instruction, Roret eut l’idée d’appliquer les mêmes procédés aux sciences, à 1’industrie, aux beaux-arts, dans une série de petits volumes, de format portatif, qui devinssent pour certains lecteurs une sorte de vade-mecum, de memento, et pour les autres un guide propre à les renseigner à l’occasion, à leur fournir même, le cas échéant les indications indispensables pour une pratique accidentelle. Le succès qu’obtinrent dès leur apparition les Manuels Roret prouva l’excellence du calcul de l’éditeur. Ce que l’on désire, lorsqu’on a recours à ces sortes de guides, c’est moins une dissertation qu’un exposé purement pratique de la matière et la vulgarisation des procédés: la plupart des Manuels Roret satisfont pleinement à cette condition. Leur ensemble embrasse à peu près la totalité des matières d’une encyclopédie, à un point de vue technique. Les meilleurs sont ceux qui traitent des arts et métiers ; ce qui touche à l’agriculture, à la construction et aux procédés pratiques est généralement judicieux et dû à la plume d’écrivains compétents. Mais après avoir donné les guides véritablement utiles, ceux qui peuvent servir, par leur exactitude, aux hommes du métier eux-mêmes, l’éditeur a exagéré sa tâche. Quel besoin avait-il de nous offrir le manuel des sorciers, le manuel du canotier, le manuel du garde national, le manuel du chasseur taupier ? C’est bien assez de nous donner tous les corps d’état, sans ajouter à la liste déjà si longue ce qui n’est ni un état ni une profession. Les manuels qui traitent de matières générales sont bien inférieurs aux manuels techniques. Le manuel de littérature est tout à fait insuffisant, bon à peine pour l’instruction d’une petite pensionnaire ; les trois volumes qui traitent de la bibliographie ont encore leur utilité, et les deux volumes que comporte le manuel d’archéologie sont pleins de renseignements exacts, précis ; mais que dire du manuel du blason ? Comment a-t-on pu accueillir, dans une collection en somme sérieuse, de pareilles élucubrations[2] ?

Dans les années 1860, lorsque les bibliothèques populaires se développent, la collection Roret est encore très dynamique. Pourtant, on l’a déjà souligné, elle est singulièrement absente de certains catalogues et lorsqu’elle s’y trouve, ce n’est pas de manière exhaustive. Certes, on imagine que dans de petites bibliothèques, l’achat de plusieurs centaines de volumes d’une même collection n’est pas financièrement envisageable et ne correspond pas aux demandes des lecteurs. Mais on constatera que sur certains thèmes, ces bibliothèques ont préféré acheter chez d’autres éditeurs. En essayant de saisir les raisons de ces choix, on découvre un faisceau d’hypothèses et de raisons qui convergent de façon extrêmement intéressante. Le peu d’appétit des bibliothèques populaires pour la collection Roret prouve, si besoin était, qu’elles se sont parfois affranchies silencieusement des contraintes qui pouvaient peser sur leurs acquisitions, mais peut-être pour s’inféoder à d’autres obligations.

Rappelons que le grand moment de naissance de ces bibliothèques populaires à la fin du Second Empire correspond à des aspirations contradictoires. Le pouvoir en place comprend devant la place croissante de la lecture qu’interdire les imprimés ne servirait à rien. Il essaie donc d’organiser au mieux les différents modes d’accès aux ouvrages : colportage, librairies, bibliothèques, écoles… Les Églises, inquiètes également, se chargent d’un contrôle de la lecture et tentent de l’orienter de manière utilitaire. Le livre est vu comme un possible adversaire efficace de l’alcoolisme et un élément fédérateur des familles en ce qu’il peut contribuer à enseigner la morale. Viennent enfin diverses initiatives privées. Ici et là, des patrons fondent dans leurs usines des bibliothèques dont la visée avouée est philanthropique, mais souvent redoublée par l’idée qu’un ouvrier qui sait lire peut progresser et rapporter davantage à l’entreprise. Quelques prolétaires, convaincus à la suite des journées de 1848 que leurs voix ne seront entendues que lorsqu’ils seront instruits, réclament un accès plus facile aux livres qui sont trop chers pour eux, et aux bibliothèques qui ne se montrent guère accueillantes et ne prêtent pas les ouvrages. Le livre est tiré à hue et à dia vers deux objectifs parfois antagonistes que sont l’instruction et l’éducation. Dans ce contexte compliqué naît en 1861 la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement parisien. Voulue par des ouvriers et des artisans influencés par les idées de Blanqui et pour certains poursuivis pour leurs activités associationnistes, elle se met sous la double protection des Associations philotechnique et polytechnique dont les professeurs sont proches du cercle impérial. C’est à ce prix qu’elle parvient à mettre en place une organisation puissamment novatrice basée sur le système associatif. Contre un droit d’inscription et une cotisation, les membres (hommes et femmes) peuvent emprunter à domicile des ouvrages dont ils ont demandé l’acquisition. Les membres du conseil gèrent au quotidien le fonctionnement de l’association. Bientôt suivie par d’autres bibliothèques des Amis de l’Instruction à Paris, en banlieue et en province, la Bibliothèque du IIIarrondissement inspire aussi des créations de bibliothèques populaires quelque peu différentes, ce qui contraint le pouvoir impérial à légiférer sur la question et à imposer un cadre strict. On tente désormais de distinguer les bibliothèques scolaires, gérées par les instituteurs, et relevant du Ministère de l’Instruction Publique, des bibliothèques populaires relevant du Ministère de l’Intérieur. Ces dernières doivent déposer leurs statuts à la préfecture, et accepter une surveillance. Par exemple, les catalogues doivent être soumis à l’approbation des autorités. Les débuts de la Troisième République sont encore difficiles pour les bibliothèques populaires qui continuent néanmoins de se multiplier par milliers avant d’être progressivement éliminées ou absorbées par les bibliothèques municipales au XXe siècle.

Quelques bibliothèques ont transmis une partie de leurs archives, beaucoup ont imprimé des catalogues. Dans les années 1860, les manuels Roret sont rares dans les bibliothèques populaires, voire inexistants. Prenons ici deux exemples. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement a acquis assez rapidement le manuel Constantin de bibliothéconomie. Enregistré sous le numéro 2434, il n’est pas identifié dans le registre des entrées comme un manuel Roret et figure simplement de la manière suivante : « CONSTANTIN – Bibliothécomanie » [sic !]  L’analyse du registre permet de comprendre dans quel contexte l’ouvrage a intégré le fonds. Son entrée n’est pas immédiate, il ne fait partie ni des dons des fondateurs de la bibliothèque ni des premières acquisitions. La bibliothèque est alors tenue par une équipe de gens plutôt modestes qui semblent vouloir une grande indépendance et s’affranchir d’une organisation par trop conventionnelle. Le véritable initiateur de l’endroit est Jean-Baptiste Girard, ouvrier qui a été emprisonné pour association séditieuse en 1850. Notons d’ailleurs que la bibliothèque n’a pas prévu de bibliothécaire à son ouverture (fin 1861). Ce sont les bénévoles qui enregistrent les nouveaux ouvrages et les prêts aux lecteurs. Or, un an plus tard, l’endroit doit fermer à la suite du zèle intempestif du maire du IIIe arrondissement qui craint que cette petite bibliothèque alors abritée par la mairie soit un repaire de factieux. La réouverture n’intervient qu’au prix d’une réorganisation dont, il faut le souligner, la nomination d’un bibliothécaire. Et le président de la bibliothèque, Auguste Perdonnet, ingénieur, directeur de l’Ecole centrale des Arts et métiers, dont le rôle exact est malaisé à cerner (bonapartiste véritable ? philanthrope acquis aux idées fouriéristes et saint-simoniennes, protégeant les ouvriers socialistes fondateurs de la bibliothèque ?), paraît être intervenu désormais dans la politique d’acquisitions. Il a fallu accepter entre autres pour rouvrir la bibliothèque que les refus opposés à certaines demandes d’acquisitions ne soient plus dûment motivés, contrairement à ce que prévoyaient les statuts initiaux. Se trouvent à la même page du registre des entrées, un traité de Perdonnet sur les chemins de fer et le Manuel [Roret] de bibliothéconomie de Constantin. On peut supposer, compte-tenu de leur numéro d’ordre, que l’arrivée de ces deux livres coïncide avec la réouverture de la bibliothèque. Sans doute correspondent-ils à une volonté de Perdonnet d’imprimer sa marque à la bibliothèque, car celui-ci, ne partageant pas toutes les idées des fondateurs sur le fonctionnement des bibliothèques populaires, se défie du prêt des livres et surtout d’un choix des livres laissé à la libre appréciation des sociétaires :

La création des bibliothèques populaires peut rendre de grands services. Mais il faut pour cela qu’une surveillance sévère soit exercée sur le choix des livres, et éviter qu’elles soient détournées de leur but[3].

Mais peut-être Perdonnet a-t-il conseillé l’entrée de ces deux ouvrages afin de donner au fonds une coloration moins politiquement douteuse aux yeux du pouvoir, et de délivrer des signes de bonne volonté. En tout cas, il est certain que le manuel de Constantin n’a guère été utile au bibliothécaire, car il s’adressait plutôt à de petites bibliothèques privées contenant des incunables ou à de grandes bibliothèques contraintes à mener une véritable réflexion sur l’organisation de leurs collections. De surcroît, Constantin s’élevait contre le prêt, pratique essentielle et fondatrice du fonctionnement de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. L’excellent état du manuel, présent encore aujourd’hui dans les collections de cette bibliothèque, prouve au demeurant qu’il n’a guère été compulsé. En examinant ensuite les autres ouvrages relevant des trois domaines dont nous avons signalé plus haut qu’ils étaient l’apanage des manuels Roret, on se rend compte que la bibliothèque ne s’est pas intéressée à la collection. Même chose pour la Bibliothèque des Amis de l’instruction d’Épernay, fondée en 1865. À Épernay, le premier catalogue (publié en 1866) permet de différencier achats et dons, et pour ces derniers de connaître les noms des donateurs. Il est instructif de constater que dans différents domaines relevant des manuels Roret (chimie, hygiène, savoir-vivre, etc.), toutes les acquisitions sont réalisées auprès d’autres maisons d’édition. Ce n’est pas là une spécificité des bibliothèques des Amis de l’instruction. À Graçay (Loir et Cher), les livres de la bibliothèque populaire portant sur ces thèmes viennent des maisons Dupont, Hachette, etc., mais pas de la Collection Roret. Il est encore plus intéressant de noter que les bonnes âmes d’Épernay qui semblent avoir désherbé leurs propres fonds au profit de la bibliothèque naissante n’ont pas offert de manuels Roret, alors que certains d’entre eux ont pourtant apporté des ouvrages utiles à l’instruction. Remarquons surtout que les éditions Roret semblent avoir manqué de flair. Pendant que d’autres éditeurs donnent des livres aux bibliothèques naissantes et surtout, flairant la bonne aubaine proposent au Ministère de l’Intérieur leurs bons services pour la constitution de fonds qui seraient automatiquement acquis par les bibliothèques communales, la maison Roret n’en fait rien. À Epernay, en 1865, on peut mesurer précisément les dons, la provenance de chaque ouvrage étant précisée par le catalogue. Sur 452 volumes donnés lors de la constitution de la bibliothèque des Amis de l’Instruction, 28 le sont par M. Paul Dupont, 16 par la librairie juridique de MM. Cosse et Marchal, 10 par la Maison Hachette. Pout la bibliothèque du 3e arrondissement, on possède une intéressante liste de donateurs où se mélangent les plus humbles (ouvriers membres de la bibliothèque) et les plus riches. Dans cette liste, les professions ne sont pas indiquées à l’exception justement des éditeurs qui représentent 10 des 64 donateurs : Belin ; Brandus et Dufour ; Curmer ; Delalain ; Dezobry, Tandou et Cie ; Auguste Durand ; Hachette et Cie ; Lacroix ; Michel Lévy ; Victor Masson et fils[4]. Leur présence n’est pas fortuite autour du berceau des bibliothèques populaires. Certains de ces éditeurs sont par exemple très intéressés par l’expérience. Paul Dupont, imprimeur et érudit, auteur de l’Histoire de l’imprimerie française (1854), développe une grande maison d’édition Ce patron, curieux des avancées sociales, qui construit des logements pour ses ouvriers, et est le premier à faire travailler des femmes dans son atelier de typographie, fonde une bibliothèque pour son personnel. Sa rencontre avec Épernay s’explique facilement par le fait qu’il travaille entre autres pour les publications de la Compagnie des chemins de fer. Or la Bibliothèque sparnacienne doit son existence aux ateliers des chemins de fer qui l’abritent, et notamment à Perdonnet, le « patriarche des chemins de fer. ». La présence de la Maison Hachette parmi les donateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement est tout aussi logique. Persuadé que de nouveaux marchés s’ouvrent et que les bibliothèques scolaires et populaires constituent pour les éditeurs une manne plus que confortable à condition que les livres soient renouvelés et achetés en quantité, Louis Hachette se positionne clairement auprès des autorités et offre au ministère de concevoir des collections pour les bibliothèques populaires.

Roret a-t-il pensé quant à lui que sa renommée était suffisante pour que les bibliothèques populaires achètent automatiquement et logiquement une partie de sa production ? C’est fort probable si l’on en juge par un échange éclairant en plein cœur de la polémique concernant les acquisitions des bibliothèques populaires. Dans la ville de Saint-Étienne, la composition du catalogue des bibliothèques populaires a entraîné une pétition de la population conservatrice. Relayée par les journaux, bientôt débattue en plein Sénat, et combattue avec fougue par Sainte-Beuve, la question du contrôle des acquisitions des bibliothèques populaires fait rage. Le Journal des débats politiques et littéraires note alors à propos de nouvelles pressions exercées à Nérac (Lot-et-Garonne) sur une bibliothèque populaire naissante :

La liste dressée par MM. les notables de Saint-Étienne nous montre assez dans quel esprit pourront être épurés les catalogues des bibliothèques populaires quand MM. les préfets auront partout soumis ces établissements à la surveillance administrative. L’idéal de bibliothèques rêvé par M. le président de Lot-et-Garonne aurait paru logique il y a un siècle. Il était naturel que les classes inférieures, lorsqu’elles étaient réputées mineures, soient plus tenues soigneusement à l’écart de toute discussion politico-religieuse. Contraindre ainsi aujourd’hui des citoyens appelés à décider de temps en temps par leur vote du sort de la France à la lecture des manuels Roret et des petits livres approuvés par Mgr l’archevêque de Tours, cela se comprend plus difficilement depuis l’établissement du suffrage universel[5]. »

L’éditeur, se sentant incriminé, écrit au journal qui publie sa réponse en soulignant que c’est peut-être là une occasion d’obtenir une publicité gratuite :

Je viens donc vous prier de vouloir bien insérer la rectification suivante dans votre estimable journal, afin d’amoindrir, autant qu’il est aujourd’hui dans votre pouvoir, l’effet d’une appréciation peut-être irréfléchie.

Les manuels Roret sont des ouvrages purement industriels, en dehors de toute question politique ou religieuse ; ils ne sont recommandés par personne, sinon par eux-mêmes. Le seul but qu’ils se proposent d’atteindre est de vulgariser les sciences et l’industrie parmi les classes ouvrières, auxquelles elles rendent journellement des services incontestés, et souvent reconnus par le public dans des lettres qui me sont adressées.

Au moment où s’organisent de toutes parts les bibliothèques populaires, auxquels ils sont naturellement destinés, venir les mettre à l’index, c’est d’abord induire en erreur les personnes qui ont lu votre article, c’est ensuite me causer un préjudice commercial considérable. Pendant que vous publiez cet article, qui n’avait besoin d’aucune citation pour fortifier votre argumentation, ces mêmes manuels, soumis à l’examen de la commission impériale, étaient récompensés d’une médaille de bronze et d’une mention honorable dans la classe spécialement affectée à l’enseignement professionnel, pour les services rendus aux industriels et la manière dont ils avaient enregistré les derniers progrès de l’industrie. Agréez, etc. [6].

De fait Roret explique pourquoi ses manuels ont si peu de succès dans les bibliothèques populaires. Comme il le souligne à la fin de sa lettre les services rendus par sa collection le sont d’abord aux industriels. Les manuels sont les auxiliaires de l’apprentissage professionnel Or ce qu’attendent précisément ces ouvriers des ouvrages scientifiques c’est non pas un enseignement professionnel les rendant encore plus utiles aux directeurs d’usine, mais bien des œuvres qui abordent les questions politiques voire religieuses, ou qui du moins leur permettent de réfléchir sur leur apprentissage technique. De la même manière, la médaille obtenue à l’Exposition de 1867 dont Roret se targue n’a qu’une valeur toute relative. L’empereur Napoléon III cherche à mieux canaliser et encadrer par le biais des rapports dressés pour l’obtention des récompenses l’activité foisonnante de l’instruction populaire et de l’enseignement professionnel : sont d’ailleurs récompensés Jean- Baptiste Girard, la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve arrondissement, l’association philotechnique, etc.

Avant l’éclosion des bibliothèques populaires, les manuels Roret sont identifiés comme des ouvrages ennuyeux, curieux mélange de la production savante du temps et d’une vulgarisation puisée à des sources communes. La parodie qui suit part du fait réel que la collection a publié un « manuel du charcutier ou l’art de préparer et de conserver les différentes parties du cochon, d’après les plus nouveaux procédés, précédé de l’art d’élever les porcs, de les engraisser et de les guérir, par une réunion de charcutiers ». L’humoriste va imaginer la série des manuels–Goret (le « goret » étant le nom trivial du porc) dont un fort coquin « manuel de la poseuse de sangsues ». Son rappel sur la collection Roret en dit sans doute long sur l’intérêt prêté par les contemporains à celle-ci :

Pour faire suite à l’ouvrage des Savants et Marchands de cochons qui ont collaboré aux MANUELS-GORET. Nous croyons rendre un véritable service à notre patrie quand nous instruisons ses enfants en les amusant. La littérature massepain de l’Encyclopédie Roret devait bien les ennuyer, ces pauvres enfants ! L’idée neuve et consolante que nous avons eue en formant la jeunesse, sur l’air des quatrains de Pibrac, aux métiers les plus rudes comme les plus obscurs, se réalise aujourd’hui. Nous croyons avoir réussi avec un certain bonheur en ouvrant la carrière aux femmes qui se destinent au métier aride, mais humain, de la poseuse de sangsues. Allons-y gaîment!… MANUEL DE LA POSEUSE DE SANGSUES[7]

Les manuels Roret traversent le XIXe siècle comme les hôtes inévitables des bibliothèques privées d’une modeste bourgeoisie. Ils sont souvent posés dans la littérature comme décor obligé, marqueurs d’une ascension sociale chez des artisans qui ne possèdent pas les codes d’une littérature plus « noble ». On comprend mieux pourquoi la collection Roret propose également des manuels de savoir-vivre…

C’était le grand fauteuil où mon père se reposait après nos courses à travers champs ; son chef-d’oeuvre de charpentier, sous verre ; la bergère aux coussins de cretonne où ma mère tricotait mes bas ; la table où nous avions dîné tous ensemble pour la dernière fois ; la bibliothèque où mes prix occupaient le rayon d’honneur, au-dessous de la collection des manuels Roret[8]. 

L’indication de l’usage d’un manuel Roret marquerait une réflexion bornée. C’est ce que suggère Flaubert lorsqu’il met entre les mains de Bouvard et Pécuchet un manuel sur les fossiles. L’abrupte notation constitue une véritable mise en abyme lorsque l’on sait que Flaubert a employé largement cette collection :

Ayant feuilleté un des manuels Roret, ils cherchèrent des fossiles[9].

La critique essentiellement adressée à la collection Roret est de véhiculer une vision partielle et partiale de la société alors qu’elle prétend être exhaustive. Ce sont les « métiers de peu » qui disparaissent, tels les porteurs d’eau, les chiffonniers, offrant ainsi une vision aseptisée du monde :

Quelle est donc la véritable population du faubourg Saint Marceau? Une immense agglomération d’individus déclassés, appartenant à tous les pays, à toutes les races, à toutes les professions infimes, connues ou non connues. Ce sont des Allemands, des Italiens, des Suisses, des Alsaciens, des Lorrains, des Auvergnats, accourus au sein de cette sombre Babylone pour y exercer, avec le Parisien né natif du quartier, toutes sortes de professions innommées dans le catalogue des Manuels Roret[10].

Et l’on reproche précisément à ces manuels de n’être pas, ni par leur coût et par leur écriture « savante », accessibles aux populations laborieuses :

Quel est l’idiot, parmi nos lecteurs, qui ne reconnaîtra à première vue les avantages réels que nous offrons à la classe moyenne qui n’a pas les moyens de souscrire aux Manuels-Roret ?

Aucun. Que celui qui croira apprendre un état avec les Manuels Roret plus promptement qu’avec les Manuels-Goret nous jette la première pierre[11].

La seule chose sur laquelle s’accordent les contempteurs des Roret est leur utilité toute théorique :

S’il y a quelqu’un de plus bête que celui qui fait un livre, c’est celui qui l’achète. Tel est l’axiome par lequel mon ami Villedeuil répond à toutes les déceptions commerciales, ce qui ne l’empêche de s’enfoncer de plus en plus dans l’ordre des bêtises en augmentant tous les jours sa bibliothèque. Et si mon sceptique ami a raison pour les manuels Roret, – ce qui est mon avis personnel -, il a raison bien plus encore pour les volumes de poésie qui n’ont même pas la couleur de l’utilité[12].

Et il n’est pas innocent de constater que l’apologie des Manuels qui suit est issue d’une reprise du Robinson suisse. Si l’ouvrage a remporté un énorme succès et connu moult rééditions, il n’en demeure pas moins comme un symbole de la résignation chrétienne devant les épreuves et l’adversité. Un message contraire à celui que les fondateurs politisés des bibliothèques populaires n’apprécient guère. Dans ce roman le topos des robinsonnades, le coffre providentiel qui renferme tous les outils nécessaires sur une île déserte, contient … des manuels Roret !

J’accueillis avec une joie extrême, comme on le comprendra aisément, cette découverte qui devait aider à l’instruction de mes enfants et leur procurer une occupation utile et intéressante pendant les loisirs que nous imposait notre séquestration durant la saison des pluies. Quand je vis que le fonds de cette bibliothèque inespérée se composait d’un certain nombre de ces manuels Roret, publiés à Paris, et qui enseignent les divers métiers avec une telle précision pratique, que les ouvriers eux-mêmes les consultent fréquemment, ma joie n’eut plus de limite. Que de services nous ont rendus ces livres écrits dans la plus simple des formes. C’est en les étudiant avec soin que j’ai pu réaliser la plupart des progrès qui nous apportèrent le bien-être et créer des industries auxquelles il ne nous eût pas été permis sans cela, même de songer une minute[13].

Les manuels Roret offriraient donc une vision du monde tronquée que les classes les plus fortunées voudraient imposer aux classes laborieuses, sans tenir compte de leurs aspirations et reconnaître leur véritable appétit d’instruction et d’émancipation. Ils constitueraient l’exemple parfait d’une « littérature » qu’on met entre les mains du peuple au lieu de lui procurer l’instruction dont il a besoin. Or l’un des moyens de donner à lire ce genre d’ouvrages est de contrôler ce que le peuple peut consulter en bibliothèque. Rappelons qu’avant 1860, il n’est guère loisible aux gens les plus modestes d’accéder aux bibliothèques. Les horaires de ces dernières sont le plus souvent incompatibles avec un rythme de travail prolétaire, et les ouvriers n’osent guère pousser les portes des institutions publiques où ils ne se sentent pas attendus. Ici et là quelques expériences sont cependant menées afin de permettre au ‘tout-venant’ par exemple de fréquenter la Bibliothèque nationale dans une salle séparée. Et les rapports officiels, relayés par la presse, sont formels, les manuels Roret sont très demandés à la Bibliothèque nationale :

Le rapport de M. Paul Chéron, directeur de la salle de lecture à la Bibliothèque nationale, fournit les intéressants renseignements qui suivent sur le mouvement intellectuel et les préférences du public pour tel ou tel livre : […] Dans les sciences et les arts ; l’intérêt des lecteurs et des étudiants se disperse un peu plus. La collection des Manuels Roret a un grand succès[14].

Il est nécessaire ici aussi de chercher du côté des parodies pour tempérer cette vision idyllique d’un public qui réclamerait avec ardeur les manuels Roret. Décrivant les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale, Ch. Monselet présente un certain M. Combette. Celui-ci délivre les ouvrages aux lecteurs avec mauvaise grâce, à l’exception d’une « spécialité » :

Nous ne décrirons pas cette salle immense, ou plutôt cette galerie, connue de toute l’Europe savante ; les livres en constituent d’ailleurs l’unique décoration. – L’œil y découvre, après le premier examen dû à l’ensemble, un bureau central et trois autres petits bureaux, placés de distance en distance comme des phares, et occupés par des employés solitaires. (…) Ce que M. Combette donne le plus et le mieux, ce sont les manuels-Roret. En dehors de cette spécialité, il est tout despotisme ou tout caprice[15].

Dix ans plus tard, malgré la naissance des bibliothèques populaires, la Bibliothèque nationale ne semble pas avoir modifié cette politique. Dans la parodie qui suit, un jeune étudiant se plaint qu’il ne lui est pas permis de demander des livres « sérieux » :

J’avais pourtant contracté l’habitude de me vouer, environ une fois par mois, à l’étude profonde de quelque bouquin, ni classique, ni technique, ni professionnel, dont la demande provoquait toujours chez les conservateurs certains regards ahuris. Du moment que ma physionomie peu sérieuse me condamne jusqu’à l’âge de soixante-quinze ans à l’Histoire de France d’Anquetil et aux Manuels Roret, je ne vois plus la moindre utilité pour moi de mettre les pieds à la Bibliothèque[16].

Il suggère un examen qui permettrait en cas de réussite d’obtenir un laissez-passer pour toutes les collections de la Bibliothèque nationale. En cas d’échec, dit-il, lui resteraient les « quartiers populaires de la lecture pour tous », c’est-à-dire les bibliothèques populaires, pour celles d’entre elles qui tentent d’avoir une politique d’acquisitions répondant davantage aux aspirations des lecteurs :

 Grâce à cette pièce administrative, l’embarras du portier n’aurait plus d’excuse, et tout lecteur qui se présenterait non muni d’un certificat serait impitoyablement renvoyé, sans distinction de physionomie, dans les quartiers populaires de la lecture pour tous. Je livre cette idée absolument gratis à la Bibliothèque et à la Patrie ».

Les manuels Roret suscitent décidément bien des défiances. Vus comme des ouvrages trop neutres, aux mains d’une politique de lecture publique inféodée au pouvoir impérial, ils sont également accusés de fournir trop facilement aux écrivains réalistes (et bientôt aux naturalistes) leur documentation. On pourrait multiplier par dizaines les exemples de propos peu amènes accusant Flaubert et Zola de s’être documentés hâtivement et imparfaitement dans les manuels Roret, voire de les avoir recopiés :

Je comprends que M. Abraham Dreyfus ait été heureux de lire à son public de si charmantes pages ; mais il aurait pu éviter à leurs auteurs et s’éviter à lui-même une peine inutile. En effet, pour connaitre sous leurs aspects négatif et positif tous les secrets d’un métier illustre et difficile, il n’aurait eu qu’à se rendre à la librairie des Manuels-Roret, où des ouvrages spéciaux étudient la théorie et la pratique de tous les métiers, et à se procurer là, moyennant quelques francs, le Manuel de l’Auteur dramatique.

Roret, le plus encyclopédique des savants modernes, enseigne l’art du cuisinier, du pâtissier, du papetier-régleur, du relieur, du peaussier, du fabricant de vins, du fabricant de chandelles, du menuisier, du serrurier, du magnétiseur, du physionomiste, du peintre, du boulanger, de l’astronome, et tous les autres arts. Au fond, Roret est le collaborateur de tous les romans et de toutes les pièces de théâtre, et si le ciel était juste (comme dit la Marie Stuart de Lebrun), il toucherait des droits d’auteur pour toutes les œuvres quelconques. Si un auteur vous décrit par le menu toutes les phases de la fabrication du boudin, il est assurément possible qu’il soit resté pendant de longues heures dans la cour et dans la cuisine du charcutier, à regarder cuire et refroidir le sang ; mais il est plus probable qu’assis devant le feu, dans un large fauteuil, et les pieds chaussés de bonnes pantoufles, il s’est borné à interroger Roret, qui ne refuse jamais de répondre. En général, les écrivains n’avouent pas leurs relations intimes avec Roret. Ils aiment mieux laisser croire qu’ils ont patiemment assisté à des spectacles auxquels on n’assiste jamais, ou avoir l’air d’avoir tiré de leurs âmes des renseignements techniques, précis, qui n’y pouvaient pas être. Le grand Flaubert, que rien ne pouvait diminuer, et qui avait la légitime conscience de son génie créateur n’y cherchait pas tant de malice. Il montrait ingénument tous ses Manuels-Roret, comme un bon poète, pour qui la rime n’a pas de secrets et qui sait toutes les rimes par cœur, laisse voir sans fausse honte, ses Dictionnaires des Rimes[17].

Au-delà des sarcasmes itératifs contre le « document humain » des auteurs réalistes, le fait que les manuels Roret sont cités le plus fréquemment comme source critiquable est révélateur. Cela signifie que la référence est compréhensible et parlante pour tous, et que l’usage des manuels par les écrivains est vu comme une dérogeance. Ces écrits n’appartiennent pas au monde littéraire mais au monde technique, aux artisans et aux ouvriers. Une fois encore, la parodie vient souligner avec éclat la fonction que les classes « dominantes » assignent aux Roret et comment le prolétariat contourne l’obligation : Pierre Veber, réagissant à une phrase de Zola (il faut « laisser le peuple libre de lire ce qu’il veut »), imagine un extrait du « Dernier des Rougon-Macquart ». Il met en scène le « Père Bazouge » se rendant à la Bibliothèque municipale en 1895. Les bibliothèques municipales parisiennes ont en effet à leur tour instauré un système de prêt :

Le père Bazouge, toujours saoul, demanda un Manuel Roret ; on le lui donna ; le volume n’était pas coupé ; il en était de même de tous les ouvrages techniques. D’ailleurs le père Bazouge n’avait pas l’intention de le lire : aussitôt sorti, il vendit le bouquin et alla boire à l’Assommoir. Il faisait ce coup-là dans toutes les mairies[18].

Il semble que les Manuels Roret ont été emblématiques d’une lecture rebutante et légèrement vulgaire car technique, assignée d’office au prolétariat et aux artisans. Une lecture par conséquent plébiscitée par des pouvoirs forts (monarchie, Empire, République de l’ordre moral) peu désireux d’une émancipation par l’instruction. Les honneurs reçus, comme la médaille évoquée plus haut, n’auraient donc qu’augmenté la défiance. En 1836, La Presse fait l’apologie suivante :

Ces livres si utiles sont devenus l’objet d’honorables distinctions L’Université, le Conseil royal de l’Instruction publique en ont approuvé et adopté quelques-uns. L’Institut, les sociétés savantes en ont couronné d’autres[19].

Il n’entre donc pas dans les rêves des fondateurs des premières bibliothèques populaires d’acquérir des ouvrages qu’on leur fournit par ailleurs abondamment dans les bibliothèques publiques ou dans les bibliothèques spécialisées (voir par exemple le catalogue de la bibliothèque des Ponts et Chaussées). Ces pionniers souhaitent en effet avoir des lectures plus politiques (œuvres de Blanqui, de Proudhon, etc.) et/ou relevant d’un champ jusqu’alors réservé aux autres classes sociales. On ne s’étonnera donc pas de voir les manuels Roret arriver dans la décennie suivante en quantité raisonnable dans les bibliothèques, soit par nécessité, soit pour des raisons politiques.

La tradition de moquerie qui s’est établie autour des Roret occulte la valeur réelle d’un certain nombre d’entre eux, écrits bien au contraire dans un esprit moderne et éclairé afin de mettre à la portée de tous le progrès scientifique[20]. Parmi les manuels pratiques, quelques-uns n’ont pas d’équivalent chez d’autres éditeurs et sont indispensables. La Bibliothèque populaire libre d’Asnières (fondée également par Girard) acquiert donc quelques manuels Roret et il est très significatif que ces ouvrages soient accompagnés dans le catalogue de la mention « manuel Roret » contrairement à d’autres ouvrages du même type provenant d’autres maisons d’édition. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay se procure quant à elle une vingtaine de manuels en mars 1879. Cet achat groupé permet en effet de demander des réductions :

Monsieur,

J’ai l’honneur de vous prier de me dire pour quelle somme totale minimum vous pourriez fournir à notre bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction d’Épernay la collection ci-dessous de vos manuels :

Alliages métalliques

Arpentage

Calculateur

Chaudronnerie

Chemins de fer

Chimie analytique

Dessin linéaire

Dessinateur

Fondeur

Maître de forges

[…]

Ces manuels sont-ils brochés ou reliés ?

Je crois devoir ajouter que notre société n’est pas très riche et que nous espérons que vous voudrez bien nous faire la plus forte réduction possible, par suite de l’importance de la demande que nous avons l’intention de vous faire, si cela rentre dans nos moyens.

La réponse de l’éditeur ayant été satisfaisante, la Bibliothèque acquiert donc pour 153 francs et 40 centimes les manuels qui l’intéressent comme le Nouveau manuel de dessin linéaire géométrique et son Atlas par Allain (Ed.), le Manuel complet du fondeur, le Nouveau manuel du constructeur de machines locomotives et son Atlas par Jullien. Cette commande correspond à l’évolution de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay qui, abritée par la Compagnie des chemins de fer, ayant pour président un ingénieur de cette même compagnie, et pour grande partie de ses lecteurs, des employés des chemins de fer, en est venue progressivement à être désignée comme la bibliothèque des chemins de fer d’Épernay. Plus qu’une demande des lecteurs, cette commande semble plutôt satisfaire aux besoins professionnels de ces ateliers qui emploient des dessinateurs, des fondeurs, des chaudronniers, etc. Quant à la seule exception notoire, un Manuel de minéralogie, on sait par les correspondances que les jeunes ingénieurs des chemins de fer organisaient des excursions géologiques dans les alentours …

Il ne faut pas être surpris de la présence possible de quelques manuels Roret dans les bibliothèques populaires nées après 1865. Pour contrebalancer l’influence des premières bibliothèques audacieuses, du moins en pensée car les pouvoirs politiques ne leur laissaient guère d’initiatives, sont apparues toutes sortes de bibliothèques populaires dont les acquisitions étaient très contrôlées par les pouvoirs locaux, et surtout étaient dirigées par une élite peu désireuse de laisser place à une réflexion démocratique. Ne présentant aucun risque aux yeux des censeurs, les manuels Roret font donc partie des acquisitions possibles. On notera toutefois que les manuels n’ont pas été non plus conseillés par la presse spécifique aux bibliothèques populaires comme le Bulletin de la Société Franklin.

Les quelques études menées jusqu’alors sur les fonds des bibliothèques populaires se sont focalisées sur leur composition, au demeurant passionnante. Néanmoins, il est tout aussi intéressant, même si cette enquête s’avère compliquée à mener, d’essayer de comprendre quels sont les ouvrages absents, et si ces lacunes ne relèvent pas d’autre chose que d’une censure politique des catalogues. Il y aurait fort à faire, par exemple, du côté des romans destinés par leurs rédacteurs au prolétariat et qui ne sont pourtant pas forcément présents dans les rayons des bibliothèques des Amis de l’instruction. Notons enfin que cataloguant le fonds de la Bibliothèque populaire de Levallois-Perret en 1925, Eugène Morel, grand spécialiste de la Lecture publique, y recense encore de manière spécifique les Manuels Roret, ce qui chez ce grand spécialiste de la Lecture publique, est un signe fort…

[1] La Grande Encyclopédie, article « RORET ».

[2] Grand dictionnaire universel. Tome X, page 1102.

[3] PERDONNET, 1865.

[4] Bibliothèque des Amis de l’Instruction (IIIe arrondissement), 1862.

[5] Journal des débats politiques et littéraires. 17 juillet 1867.

[6] Journal des débats politiques et littéraires. 28 juillet 1867.

[7] COMMERSON, 1865.

[8] ABOUT, 1880.

[9] FLAUBERT, 1881.

[10] CASTILLON, 1864.

[11] COMMERSON, 1855.

[12] LEMOINE, 1852.

[13] GROS, 1899.

[14] Le Rappel, 1877.

[15] MONSELET, 1859.

[16] DOMMARTIN, 1868.

[17] BANVILLE, 1884.

[18] VEBER, 1895.

[19] La Presse, 1836.

[20] Trois articles (cf. bibliographie) soulignent l’intérêt scientifique des manuels Roret.

BIBLIOGRAPHIE :

  • Sur les manuels Roret :

DORD-CROUSLÉ, Stéphanie. 2003. «  Flaubert et les Manuels Roret ou le paradoxe de la vulgarisation- L’art des jardins dans Bouvard et Pécuchet » in Le partage des savoirs (XVIIIe-XIXe siècles), Lise Andries (dir). Lyon : PUL. Pp. 93-118.

FIERRO, Alfred. 1985. « Les manuels Roret »,in Histoire de l’édition française, Le temps des éditeurs : du Romantisme à la Belle Époque, Henri-Jean MARTIN et Roger Chartier (dir). Paris : Promodis. Pp. 394-395.

FIEUX, Bruno. 2008. Bibliographie des Manuels Roret, ou Essai bibliographique contenant l’art de faire découvrir les différents métiers, d’enrichir son savoir technique et scientifique. Fontaine : Édition Émotion primitive.

GARÇON, Anne-Françoise. 2003. « Innover dans le texte. L’Encyclopédie Roret et la vulgarisation des techniques, 1830-1880 » in « Colloque Les Archives de l’Invention ». [En ligne: http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003861]

MERTENS, Joost. « Éclairer les arts : Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), ses manuels Roret et la pénétration des sciences appliquées dans les arts et manufactures » in Documents pour l’histoire des techniques [En ligne:  http://dht.revues.org/339]

  • Sur les bibliothèques populaires

[Actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan], Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction.

BARNETT, Graham Keith.1987. Histoire des bibliothèques publiques en France, de la révolution à 1939. Nantes : Éditions du cercle de la librairie.

CHARTIER, Anne-Marie et HÉBRARD, Jean. 2000. Discours sur la lecture (1880-2000). Paris : Fayard.

FORESTIER, Valérie. 1999. Etude comparée des Bibliothèques des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris et de la ville d’Épernay (1861-1888). Mémoire de Maîtrise d’Histoire contemporaine dactylographié, sous la direction de Christophe Charle, Université Panthéon-Sorbonne.

HASSENFORDER, Jean, 1967. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, 1850-1914. Paris : Cercle de la Librairie.

HOOP (d’), Isabelle. 1994. La bibliothèque populaire de Clichy (1872-1924). Clichy : Bibliothèque municipale de Clichy.

MARIE, Pascale. 1984. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Troisième Arrondissement de Paris (1861-1930), Mémoire de DEA dactylographié de l’IEP de Paris, sous la direction de Pierre Nora.

POULAIN, Martine (dir.). 1992. Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques au XXe siècle: 1914-1990. Paris : Edition du Cercle de la librairie.

RICHTER, Noë.1995. Introduction à l’histoire de la lecture publique. Bernay : A l’enseigne de la Queue du chat.

RICHTER, Noë. 1987. La lecture et ses institutions. La lecture populaire: 1700-1918. Tome 1. Bassac : Editions Plein chant.

RICHTER, Noë. 1989. La lecture et ses institutions. La lecture publique: 1918-1989. Tome 2. Bassac : Editions Plein chant.

RICHTER, Noë. 1977. Les bibliothèques populaires. Le Mans : Presses de l’Université du Maine.

SANDRAS, Agnès. 2011. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay (1865-1914), Mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques (ENSSIB), sous la direction de Raphaële Mouren. Villeurbanne.

SANDRAS, Agnès (dir.), 2014. Des bibliothèques populaires à la lecture publique.  Villeurbanne: Presses de l’enssib.

 

  • Sources imprimées :

ABOUT, Edmond.   1880. Le roman d’un brave homme. Paris : Hachette.

BANVILLE, Théodore (de). 13 avril 1884. In Gil Blas.

Bibliothèque des Amis de l’Instruction (IIIe arrondissement). 1862. Exercice 1861-1862. Paris : Imprimerie de J. Claye. 1862.

CASTILLON, H. 21 janvier 1864. « Les chiffonniers de Paris », in Le Figaro.

COMMERSON. 1er Juillet 1855. In Le Tintamarre.

DOMMARTIN, Léon. 18 avril 1868. « À Goliath », in La Fronde. Paris.

FLAUBERT, Gustave. 1881. Bouvard et Pécuchet. Paris : A. Lemerre.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, sous la dir. de M. Pierre Larousse, 1866-1877. Tome X, page 1102.

La Grande Encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. par une société de savants et de gens de lettres ; sous la dir. de MM.  Berthelot [et al.]  Paris : H. Lamirault  Tome 28. Article « RORET ».

GROS, Jules. 1899 (3ème éd.). Les Robinsons suisses : édition revue et mise au courant des progrès de la science. Paris : A. Picard et Kaan.

Journal des débats politiques et littéraires. 17 juillet 1867 et 28 juillet 1867. Paris.

LEMOINE, Alfred. 1852. Poésies. Paris : Michel Lévy.

MONSELET, Charles. 1859. « La Bibliothèque » in Les Tréteaux de Charles Monselet. Paris : Poulet-Malassis.

PERDONNET, Auguste. 1865. Notes sur les Associations polytechnique et philotechnique et sur la Bibliothèque des Amis de l’instruction. (IIIe arrondissement.).  Paris : Imprimerie impériale.

La Presse. 15 octobre1836. Paris.

Le Rappel. 2 septembre 1877. Paris.

VEBER, Pierre. 18 novembre 1895. « Lectures populaires » in Gil Blas. Paris.

Archives :

  • Fonds d’archives de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement contenant aussi les archives de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay
  • Archives nationales de France : Séries Administration générale et Instruction publique
Cite this article as: Agnès Sandras, "Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914)," in Bibliothèques populaires, 09/04/2017, https://bai.hypotheses.org/1468.

Actualités des bibliothèques populaires

Antoine Bertrand a retracé dans une émission radiophonique le sort des bibliothèques populaires de Saint-Etienne pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut l’écouter ici, et prolonger ainsi le plaisir de la lecture de son récent billet sur cette question.

Signalons également la parution ce mois-ci de l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, aux Presses du Septentrion. L’ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Lille en juin 2015.

Deux contributions de cet ouvrage portent plus particulièrement sur les bibliothèques populaires:

  • Dans « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », Bernard Desmars évoque « les fouriéristes, militants de l’éducation populaire », « propager les idées, préparer la société future », et « éducation populaire et coopération: deux faces d’un même projet ». Bernard Desmars avait présenté les fouriéristes dans une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement que l’on peut réécouter ici.
  • Dans « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », Agnès Sandras évoque « l’empreinte de Flora Tristan et de Jeanne Deroin sur les premières bibliothèques populaires », « une présence réelle mais difficile à mesurer des femmes dans les bibliothèques populaires » et « bibliothécaires de gare et de sacristie contre bibliothécaires républicaines? »

En 2016, Arlette Boulogne a publié aux éditions l’Harmattan, Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), avec une préface de Michelle Perrot. Cet ouvrage est tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984 à l’Université de Paris-VII. Elle en a fait une présentation à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement que l’on peut réécouter ici.

Enfin, toujours en 2016, Alan R.-H. Baker a publié dans le tome 71 des Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (2016), un article intitulé « Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher (1860-1901) ». Sont développées les thématiques suivantes: développement à travers le temps, répartition à travers l’espace/ les objectifs des fondateurs des bibliothèques populaires/ l’adhésion et la gestion/ la surveillance/ les collections des bibliothèques populaires/ la connaissance géographique véhiculée par les bibliothèques populaires d’Ozouer-le-Doyen et de Montoire.

 

Le 19e siècle et les bibliothèques populaires argentines

Bibliothèque populaire Entre Todos, Bella Vista, Buenos Aires, Argentine, septembre 2012 (photo : Charlotte Perrot-Dessaux)

En 2010, le ministère de l’Education de l’Argentine publiait la première enquête consacrée aux bibliothèques scolaires argentines1. A partir des données d’environ 600 établissements scolaires divers (écoles publiques, privées, urbaines et rurales) de 3 provinces différentes (Chubut, Buenos Aires et Formosa), le rapport d’enquête dresse le portrait des bibliothèques scolaires argentines et souligne les difficultés et les insuffisances en matière de distribution et d’accès au livre et à la lecture dans le cadre scolaire. Si plus de 88 % des répondants (n=583) déclarent disposer d’une bibliothèque scolaire, l’examen des dates de création de ces dernières souligne le caractère récent de ces services scolaires. En effet, selon le rapport d’enquête, 65 % des bibliothèques scolaires des établissements répondants (et ayant indiqué leur date de création) ont été créées à la suite du retour de la démocratie en 1983. Près d’un quart est ultérieur aux années 2000, moins de 2 % sont antérieursà la seconde moitié du 19e siècle. Moins de 2 % des bibliothèques scolaires des établissements répondants ont entre 80 et 100 ans. Ces chiffres soulignent combien le développement des bibliothèques scolaires argentines est un fait récent. L’histoire des bibliothèques scolaires est intimement liée à celle des bibliothèques populaires argentines qui jouèrent longtemps le rôle de bibliothèque scolaire. En effet, la création et le développement de ces bibliothèques à statut associatif s’inscrit dans les dynamiques de scolarisation et d’alphabétisation impulsées par l’état argentin dans la seconde moitié du 19e siècle.

Aujourd’hui, la Conabip2 recense environ 2000 bibliothèques populaires, réparties sur l’ensemble du territoire national. Grâce aux travaux de Gutierrez et Romero3 et aux recherches plus récentes de Javier Planas4, chercheur au Conicet et à l’université de La Plata, nous avons accès à une partie de l’histoire de ces associations culturelles, qui continuent aujourd’hui d’œuvrer sur l’ensemble du territoire.J’ai personnellement investi ces associations comme objets de recherche dans une perspective sociologique, dans le cadre de partenariats de recherche entre des équipes françaises et argentines5. Ce texte propose une courte histoire de la première période de développement des bibliothèques populaires argentines, dans la seconde moitié du 19e siècle6.

C’est en 1866, dans la commune de San Juan, commune de naissance de Domingo Sarmiento, figure tutélaire des bibliothèques populaires argentines, que la 1ère bibliothèque populaire argentine voit le jour, quelques années avant l’adoption d’une loi officielle en leur faveur.

La seconde moitié du 19e siècle, contexte de naissance et de développement des bibliothèques populaires argentines, connaît plusieurs dynamiques culturelles et se caractérise par un procès d’alphabétisation et de scolarisation soutenu par l’Etat argentin. Cette dynamique de scolarisation va participer à la hausse du nombre de lecteurs, dans une société où l’accès aux livres est très inégal d’un point à un autre du territoire et où le système scolaire fait l’objet de vives critiques. En effet, les circuits commerciaux du livre restent peu développés dans l’Argentine du 19e siècle. De plus, le système scolaire est accusé d’être décousu, peu structuré, de souffrir de soutiens et d’initiatives politiques inégales d’une province à une autre. La question de la responsabilité du développement du système scolaire suscite des divisions entre le gouvernement national et les gouvernements locaux. Ces frictions vont nourrir les débats et les positions relatifs aux bibliothèques populaires à venir.

C’est dans un contexte marqué par de profondes interrogations relatives à l’éducation et à l’instructionqu’émerge une première phase de développement et d’expansion des bibliothèques populaires argentines. Si l’école constitue le principal dispositif culturel développé par l’Etat, il n’est pas le seul, puisque la création d’un réseau national de bibliothèques populaires va être engagée, dans une optique d’un soutien à l’instruction. Bien que l’Argentine comptât déjà des bibliothèques, celles-ci étaient réservées à une élite sociale et culturelle et inaccessiblesà la majorité de la population. C’est donc dans un contexte marqué à la fois par une augmentation du nombre de lecteurs, par de vifs débats relatifs à la situation du système scolaire, par l’existence de bibliothèques inaccessibles à une partie de la population et par l’insuffisance des voies commerciales d’accès au livre que va se concrétiser un projet étatique de soutien aux bibliothèques populaires.

Domingo Sarmiento (1811-1888, président de la République de 1868 à 1874)va jouer un rôle majeur dans le développement des bibliothèques populaires argentines. Figure intellectuelle,militante et politique majeure, Domingo Sarmiento, fortement engagé dans la promotion de l’instruction pour tous, reste très marqué par ses voyages à l’étranger et sa découverte de nombreux systèmes éducatifs et de bibliothèques populaires, notamment nord-américaines.

Dans un contexte d’une éducation et d’une instruction publiques insuffisantes, un projet de loi en faveur du développement d’un réseau de bibliothèques populaires va être discuté par les instances législatives argentines. Le projet de loi prévoyant la création d’un réseau de bibliothèques populaires suscite de vives tensions entre promoteurs et détracteurs. Domingo Sarmiento figure parmi les plus ardents défenseurs d’un engagement de l’Etat argentin dans le développement de ce réseau de bibliothèques populaires, moyen, à ses yeux, pour développer les circuits d’accès au livre et pérenniser des pratiques et des habitudes de lecture. Fortement influencé par les exemples nord-américains, il soutient également un modèle de bibliothèque éloigné de l’exemple de la bibliothèque nationale située à Buenos Aires et promeut, au contraire, une bibliothèque ouverte à tous, permettant le prêt à domicile et proposant des salles de lecture. Sarmiento se trouve engagé dans des débats l’opposant à des figures politiques soutenant les bibliothèques comme institutions à des fins de conservation et de patrimonialisation.

Selon Javier Planas, l’homme politique argentin défend les bibliothèques populaires comme étant à destination des « vecinos », soit les habitants de la zone, des environs de la bibliothèque populaire. La bibliothèque doit s’inscrire dans et participer à la dynamique associative fondatrice de sociabilités locales dans l’Argentine de la seconde moitié du 19esiècle. Dans cette perspective, le « populaire » des bibliothèques populaires ne fait donc pas étroitement référence aux classes populaires, à la classe ouvrière, mais recouvre un large pan de catégories et de groupes sociaux caractérisés par une appartenance/un ancrage commun dans un territoire donné. Pour Sarmiento, les bibliothèques populaires doivent contribuer à la construction des sociabilités locales, fondées sur un ancrage territorial. La qualité d’habitant, de voisin, de « vecinos » supplante les différentes catégories sociales.

Le projet de loi relatif aux bibliothèques populaires suscite d’intenses discussions. Alors que ses promoteurs y voient la possibilité d’une incursion de l’Etat national dans la structuration de l’éducation, ses opposants soulignent le coût à supporter que représenterait ce projet pour l’Etat et l’inefficacité présumée du projet lui-même en matière d’instruction et d’incitation à la lecture. C’est de ces débats que va naitre une collaboration originale et inédite entre une forme sociale et politique développée depuis la sphère civile, l’association, et le pouvoir politique. En effet, en réponse aux détracteurs soulignant les coûts d’un tel projet, les instigateurs de ce dernier, notamment Nicolas Avellaneda, alors ministre de la justice, du culte et de l’instruction publique, proposent d’appuyer le développement du réseau de bibliothèques populaires sur les nombreuses associations déjà existantes et en plein essor dans l’Argentine du 19e siècle. Le territoire et en particulier les grands centres urbains voient se développer de nombreuses associations (associations philanthropique, d’immigrants, de sociétés mutuelles, associations culturelles etc.). Ces entités associatives marquent le développement de nouvelles formes de relations sociales et de collaborations.

C’est donc dans un contexte caractérisé par la conjonction entre la consolidation de l’Etat et l’expansion de la société civile sous une forme spécifique, la forme associative, que le développement des bibliothèques populaires va être promu. Le projet sous-jacent de création d’un réseau national de bibliothèques populaires vise non seulement à promouvoir un espace destiné à la lecture mais entend également participer à l’organisation et à la collaboration communautaire (grâce à la création d’une bibliothèque populaire, à l’organisation de statuts, à la sollicitation de collaborateurs…). Dans un contexte marqué par les vives remises en question du système scolaire, par les critiques soulignant le manque de ressources livresques dans le cadre scolaire et la remise en question des méthodes pédagogiques, alors que les bibliothèques publiques sont axées sur des objectifs de conservation et de patrimonialisation et restent accessibles à une minorité lettrée, les bibliothèques populaires vont être chargées par l’Etat de participer à la diffusion du livre et à la compréhension de la lecture. A un moment où l’Etat argentin multiplie les efforts en direction de la scolarité et de l’alphabétisation, Sarmiento défend les bibliothèques populaires comme relais et prolongement de l’action de l’institution scolaire : à l’école la charge de l’instruction et de l’apprentissage de la lecture, aux bibliothèques populaires celle de favoriserl’accès au livre et la pratique de la lecture. Les bibliothèques populaires soutenues par l’Etat s’inscrivent dans un projet global qui dépasse la question du livre et de l’écrit, mais fait écho plus largement à un projet de consolidation et de modernisation de l’Etat-nation argentin dès la seconde moitié du 19e siècle et de transformation de la société gagnée par l’urbanisation. Pour Sarmiento, le livre et la lecture, via les bibliothèques populaires, sont un moyen de transformer la société argentine, de cimenter un sentiment d’appartenance nationale et de contribuer à la constitution de la nation argentine.

Le 23 septembre 1870, la loi n°419, dite Ley de subvencion a las bibliotecas populares de la Republica7, est adoptée8. Cette loi définit les conditions et les modalités de cette alliance entre le pouvoir associatif et le pouvoir politique. Organisée en 6 articles, la loi stipule que toutes les associations de particuliers ont le droit de prétendre aux aides et aux subventions de l’Etat en vue du développement d’une bibliothèque populaire. Cette loi encourage et s’appuie sur un modèle d’autogestion associative déjà existant, laissant à la société civile la volonté et donc la possibilité de développer une bibliothèque populaire. D’une certaine façon, cette collaboration inédite entre forme associative et pouvoir politique permet à l’Etat d’économiser le coût que représenterait la prise en charge du développement des bibliothèques populaires.

La même année est créée la Conabip (commission nationale des bibliothèques populaires), organe auquel les créateurs de bibliothèques populaires doivent rendre compte de leurs activités. En effet, la Conabip est chargée de veiller au développement des bibliothèques populaires et non de leur création, et doit également surveiller leurs activités. Afin de pouvoir bénéficier des subventions de l’Etat, les bibliothèques populaires doivent respecter certaines exigences et fournir certaines informations à la Conabip (rédaction de statuts, soumission de leurs catalogues aux autorités, publication de leurs comptes rendus d’assemblée générale9

Sur le modèle du bulletin de la société Franklin, la publication du Boletin de las bibliotecaspopulares10 est organisée. Le bulletin est divisé en deux sections, une première proposant des récits et des témoignages de constitution de bibliothèques populaires, et une seconde, à vocation pédagogique, composée de 4 ou 5 articles d’éducation populaire d’auteurs argentins mais aussi français (Charton, Laboulaye, Horace Mann), défendant une conception républicaine de la lecture. Sont également publiés des résumés d’œuvres acquises par des bibliothèques. Le bulletin diffuse aussi des conseils de la Conabip à destination des acteurs des bibliothèques populaires pour la mise en place du prêt à domicile. Des articles visent explicitement certaines catégories sociales lettrées et détentrices d’un certain capital scolaire et culturel (juges, acteurs municipaux, directeurs d’écoles, présidents d’association…) pour les encourager à s’investir dans le développement et la gestion d’une bibliothèque populaire. Le Boletin est la première publication spécialisée en bibliothéconomie en Argentine.

Domingo Sarmiento, très influencé par les expériences des bibliothèques populaires nord-américaines et françaises (auxquelles il fait explicitement référence dans ses écrits), défend la mise en place de salle de lecture et la systématisation du prêt à domicile. Ce dernier est d’ailleurs défini comme obligatoire par la Conabip pour que les bibliothèques populaires obtiennent la reconnaissance et donc le soutien institutionnel et financier de cette institution. L’implication des publics dans la constitution des collections des bibliothèques populaires est un autre élément majeur du projet de Domingo Sarmiento. Le paiement d’une cotisation est obligatoire et conditionne l’emprunt de livres, elle doit permettre l’entretien des collections et des locaux des bibliothèques populaires. Aux ressources livresques s’ajoutent des conférences diverses et variées, parfois éloignées du livre et de la lecture. Cette pluralité est liée au statut juridique lui-même de ces associations : la loi n°419, définissant le droit pour toute association de particuliers de constituer une bibliothèque populaire, offre la possibilité à des associations développant des activités parfois très éloignées de la lecture de se déclarer comme bibliothèque populaire.

Enfin, notamment à travers la parution du Bulletin des bibliothèques populaires, les femmes sont encouragées à se rapprocher et à prendre part aux activités des bibliothèques populaires, sous trois statuts différents : comme lectrice, comme usagère et comme membre de la commission directive, dans un contexte où leur présence et leur participation dans l’espace public restent limitées11. Les bibliothèques populaires sont ainsi conçues également comme espace public d’échanges et de discussions.

Ce soutien institutionnel et financier en faveur du développement des bibliothèques populaires se concrétisera par une élévation importante de leur nombre sur l’ensemble du territoire argentin : si ce dernier compte environ 12 bibliothèques populaires en 1871, elles sont, selon la Conabip, entre 150 et 200 entre 1870 et 187612.

L’année 1876 va marquer un tournant important dans l’histoire des bibliothèques populaires argentines, puisqu’à cette date sont supprimées la Conabip et la loi n°419. Domingo Sarmiento soutient cette suppression, estimant un décalage trop important entre le projet initial et sa réalisation effective. En effet, l’homme politique argentin promouvait à la fois la constitution des collections par les usagers des bibliothèques, la légitimité de la présence de certains imprimés (romans, livres plébiscités par les circuits commerciaux, journaux, encyclopédies…), le prêt à domicile et un droit de regard de l’Etat sur les collections des bibliothèques populaires. Or, jusqu’en 1874, les bibliothèques populaires ont eu entière liberté pour la constitution des collections. S’il s’agit d’un élément attractif qui a pu encourager la multiplication de ces associations, cette liberté a surtout été employée par les fondateurs des bibliothèques populaires eux-mêmes, rarement membres des classes populaires au sens sociologique. En effet, l’étude du Bulletin des bibliothèques populaires réalisée par Javier Planas fait apparaître l’importance du rôle joué par certaines autorités et figureslocales telles que des juges, des responsables municipaux, des directeurs d’école etc. Le développement des bibliothèques populaires a reposé parfois sur des personnages loin d’être des figures populaires au sens sociologique. Le choix des documents a principalement reposé sur cette élite locale qui n’a pas hésité à distinguer entre « bonnes » et « mauvaises » lectures, entre « bons » et « mauvais » livres, ni à durcir les conditions du prêt à domicile. Face à ce double écart – autonomie laissée aux acteurs des bibliothèques populaires dans le choix des collections et le fonctionnement des bibliothèques, et développement de pratiques d’encadrement et de prescription culturelle en direction des usagers – Sarmiento défend la suppression de la loi n°419 et de la Conabip.

Selon Javier Planas, il est difficile de mesurer avec exactitude si les bibliothèques populaires argentines ont touché un public dit « populaire ». D’après son étude des numéros du Bulletin des bibliothèques populaires, les bibliothèques populaires argentines utilisaient entre 1870 et 1875 des catégories variables pour dénombrer leurs usagers : certaines font référence à des « universitaires »,des « enseignants », « retraités », « enfants », « publics scolaires », « lecteurs de littérature »13. De plus, les informations concernant les publics ne reposaient que sur les informations transmises par les bibliothèques populaires à la Conabip. Ce « public » des bibliothèques populaires semble avant tout devoir être considéré en sa qualité de « vecinos », d’habitant de la zone de la bibliothèque populaire, et non à partir de catégories sociales précises.

Ce n’est qu’en 1908 que la loi n°419 et la Conabip seront réinstaurées, ce qui ouvrira peu à peu la seconde période de développement et d’expansion des bibliothèques populaires argentines, située dans l’entre-deux-guerres.

Salle de lecture de la bibliothèque populaire Entre todos, Bella Vista, Buenos Aires, Argentine, septembre 2012 (photo : Charlotte Perrot-Dessaux)
  1. Ministerio de Educacion, Las bibliotecas escolares en la Argentina : un diagnostico desde sus actores, SM de Ediciones, Mexico, 2010, disponible en ligne à l’adresse :

    http://www.bnm.me.gov.ar/redes_federales/estadistica/oei/docs/Bibliotecas_Argentina.pdf, consulté le 7 mars 2017. []

  2. Comision nacional de bibliotecas populares : Commission nationale des bibliothèques populaires. Il s’agit d’un organe dépendant du Secretaria de Cultura de la Nacion, créé en 1870 et chargé d’exécuter la politique gouvernementale au niveau des bibliothèques populaires. C’est l’institution principale de soutien et de protection de ces dernières. []
  3. Leandro H. Gutierrez et Luis A. Romero, Sectores populares, cultura y politica : Buenos Aires en la entreguerra, Buenos Aires, Sudamericana, 1995. []
  4. Les références de l’ensemble des travaux, communications scientifiques écrites et orales de Javier Planas sont disponibles en ligne à l’adresse :

    http://www.conicet.gov.ar/new_scp/detalle.php?keywords=&id=32691&datos_academicos=yes, consultée le 7 mars 2017. []

  5. Dans le cadre de deux programmes Ecos, un premier programme Ecos Sud Mincyt A09H03, France-Argentine, Université Paris Diderot-Paris 7/ Universidad Nacional de General Sarmiento, Espaces publics et conflictualités démocratiques, sous la direction d’Etienne Tassin (Université Paris Diderot-Paris 7) et d’Eduardo Rinesi (Universidadnacional de General Sarmiento), et un second programme Ecos Sud Mincyt A09H03 2014-2017, Lire et écrire dans les périphéries urbaines (Buenos Aires et Paris) : Bibliothèques, livres, chansons, écrits numériques, Université Sorbonne Paris Cité/IHEAL/CONICET-Universidadnacional de General Sarmiento, sous la direction de Denis Merklen (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et de Pablo Seman (CONICET, Universidad nacional de San Martin). Une partie de ces recherches a été mobilisée dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (Charlotte Perrot-Dessaux, La lecture publique à l’épreuve des quartiers populaires : enquête dans les bibliothèques de Seine-Saint-Denis, thèse de doctorat, sous la direction de Denis Merklen et Numa Murard, Université Sorbonne Paris Cité/ Université Paris Diderot-Paris 7, 2017). Voir également l’article suivant : Charlotte Perrot-Dessaux, « Les bibliothèques populaires argentines, ou quand la promotion de la lecture est prise en charge par la « communauté », in Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014, pp. 373-395. []
  6. Les données exposées s’appuient principalement sur le travail et les recherches de Javier Planas. []
  7. Loi de subvention des bibliothèques populaires de la République. []
  8. Avant cette loi existaient déjà des bibliothèques populaires mais ces dernières restaient des initiatives isolées et à l’avenir incertain. []
  9. Selon Javier Planas, on peut y lire un système de contrôle étatique des lectures populaires. []
  10. Bulletin des bibliothèques populaires []
  11. Javier Planas, « Lectoras, autoras y bibliotecarias : presencias y ausencias de las mujeres en las bibliotecaspopulares de la Argentina (1870-1890) », [en linea], III Jornadas de Intercambio y Reflexionacerca de la Investigacion en Bibliotecologia, 28 y 29 noviembre de 2013, La Plata, Argentina, disponible en ligne à l’adresse :  http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.3369/ev.3369.pdf, consulté le 7 mars 2017. []
  12. Javier Planas attire l’attention sur la dimension auto-promotionnelle de ces chiffres, véhiculés par le Boletin de las bibliotecaspopulares et s’inscrivant dans une dynamique d’autopromotion de l’Etat argentin. Ce chercheur insiste sur la diversité d’état (des locaux et des collections) et d’activités des bibliothèques populaires à cette période. []
  13. Javier Planas, « La pregunta por lo popular en Bibliotecas Populares », IV Jornadas de Sociologia de la UNLP, 23 al 25 de noviembre 2005, La Plata, Argentina, La Argentina de la crisis : Desigualdad social, movimientos sociales, politica e instituciones, disponible en ligne à l’adresse : http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.6685/ev.6685.pdf, consulté le 7 mars 2017. []