Archives par mot-clé : bibliothèque positiviste

Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (I/ Les débuts)

Ses fondateurs en attendaient certainement beaucoup, mais le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine, fondé en 1881, ne semble pas avoir eu le rôle éminent qu’on attendait de lui. Son existence est cependant révélatrice des difficultés que les bibliothèques populaires rencontrent encore sous la Troisième République, et du net engagement des bibliothèques populaires libres parisiennes du côté des anticléricaux. Les documents produits lors des réunions et actions diverses sont riches de renseignements sur les différentes bibliothèques populaires libres de la Seine entre 1882 et 1900. Voyons ici les circonstances de sa naissance et ses tout premiers pas.

NB. Les fiches signalées sont en cours de réalisation dans la série réseaux des premiers acteurs de la BAI-III. Lorsqu’elles apparaissent en vert, le lien est cliquable, elles sont donc en ligne. Lorsqu’elles apparaissent en noir, elles seront prochainement publiées.

Une fondation avortée en 1876

Le Temps du 17 août 1876 décrit une assemblée fondatrice dans l’amphithéâtre de l’École centrale. 150 personnes (notamment les membres actifs des bibliothèques des Amis de l’Instruction (BAI) de Paris et de la banlieue proche) se seraient réunies, à l’invitation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), pour poser les bases du futur Syndicat. La réunion est présidée par Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires [voir ici les billets et la fiche de ce carnet sur GIRARD], assisté des fidèles Paul Delamarche [voir fiche DELAMARCHE] et Henri Harant [voir fiche HARANT]. Ces deux personnages l’ont soutenu dans diverses fondations de bibliothèques populaires à Paris, Hortes, puis Asnières et plus généralement dans son combat1. Harant a obtenu des récompenses à l’Exposition universelle de 1867 pour Girard et la BAI-III (voir ici). Au début de l’année 1876, il a poussé Girard à se présenter aux sénatoriales (voir ici) en tant qu' »ouvrier ». La réunion de 1876 est rapportée par plusieurs journaux de manière identique, ce qui donne à penser qu’il s’agit d’un texte envoyé par les organisateurs à la presse…

Le Temps, 17 août 1876. Gallica (BnF).

Différents facteurs expliquent vraisemblablement l’idée de ce syndicat. Pionnières dans le prêt de livres (dont les contenus sont variés et instructifs)  à toutes et tous, les BAI parisiennes sont progressivement concurrencées par les bibliothèques municipales qui mettent aussi en place un système de prêt. Une union des  BAI leur permettrait donc d’avoir plus de visibilité et de force, notamment lors de la répartition des subventions. En effet, si ces bibliothèques se définissent comme libres parce qu’elles  sont d’initiative privée et fonctionnent de manière coopérative, les cotisations et les dons ne suffisent pas toujours pour les achats de livres et les frais de fonctionnement. Les subventions sont donc une aubaine pour les BAI, et à l’inverse encouragées par les édiles tant que certains arrondissements n’ont pas encore de bibliothèque municipale à offrir.

Le second facteur est politique. En effet, la Société Franklin (voir ici), fondée en 1862, qui se donne pour mission d’aider les bibliothèques populaires à se développer et les conseille dans le choix des ouvrages, ne s’affranchit pas de la consensualité  dont elle a fait preuve sous le Second Empire. Bien au contraire, elle tend de plus en plus à proposer des listes d’ouvrages jugés inoffensifs et en fonction de catégories de lecteurs … Or certaines bibliothèques populaires, et en particulier les BAI, entendent bien affirmer leurs intention laïques et républicaines. Désormais, le mot « libre » est revendiqué : ainsi, Jean-Baptiste Girard est le co-fondateur en 1871 de la bibliothèque populaire libre d’Asnières. On oppose alors les bibliothèques libres aux bibliothèques communales.

Statuts de la Bibliothèque populaire libre d’Asnières, coll. privée.

Un mois (en juillet 1876) avant la fondation avortée du Syndicat des bibliothèques populaires, la BAI-V a donné un tournant résolument socialiste à son fonctionnement, se plaçant sous le patronage symbolique de Louis Blanc, et demandant à un des piliers fondateurs les plus à gauche, Pierre-Marie ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ] de dresser le bilan des années précédentes:

Une importante réunion privée a eu lieu jeudi soir à la salle des Écoles, rue d’Assas.
Nous avons remarqué les citoyens Barodet, Talandier, députés ; Engelhard, Bourneville, conseillers municipaux ; Delasiauve, Henri Carle, Lampué, etc.
Avant de procéder à la nomination du bureau, le citoyen Bocquet, organisateur de la réunion, en a expliqué le but. Il a voulu recruter des adhérents à la bibliothèque populaire du 5e arrondissement. Il lit une lettre du citoyen Louis Blanc, qui donne son adhésion et s’excuse de ne pouvoir assister à la réunion. Les quatre conseillers municipaux de l’arrondissement, les citoyens Engelhard, Colin, Bourneville et Léveillé, donnent aussi leur adhésion verbale ou écrite. Indépendamment de ces adhérents naturels, le citoyen Bocquet a trouvé d’autres citoyens, également républicains, tels que les citoyens Barodet, Barni, Beaussire, députés, domiciliés dans l’arrondissement, qui ont promis leur concours. Il croit que ce sont là des éléments de vitalité dignes d’un arrondissement qui a pour député Louis Blanc.
L’assemblée nomme ensuite le bureau : Président : le citoyen Talandier. Assesseurs : les citoyens Engelhard et Boumeret.
Secrétaires : les citoyens Fontréault et Blondeau.
Le citoyen Bocquet retrace l’histoire de la bibliothèque fondée sous l’Empire en 1862 et les efforts qu’il a fallu déployer pour assurer son existence et son indépendance.
Il propose la nomination d un comité d’initiative d’action, pour aider au rajeunissement de la bibliothèque, dont les adhérents ont été dispersés par la guerre de 1870 et surtout par les événements de la Commune.
Le citoyen André, un des fondateurs de la bibliothèque, expose sa situation actuelle et donne l’état complet de ses ressources.
Le citoyen Engelhard rappelle que le conseil municipal vient de faire des économies sur les congrégations religieuses et qu’on pourra en appliquer une partie à subventionner les bibliothèques populaires libres des divers arrondissements de Paris.
Le citoyen Bocquet rappelle que si des citoyens indépendants ont pu sous l’Empire, fonder des bibliothèques républicaines laïques et libres, de leur côté les municipalités des arrondissements de Paris ont fondé des bibliothèques administratives. Il craint que les subventions votées par le conseil municipal ne soient allouées aux bibliothèques administratives et non aux bibliothèques libres.
Le citoyen Lampué demande la nomination d’une commission d’initiative chargé de préparer et de présenter, dans un délai donné, un projet de statuts.
Le citoyen Engelhard, résumant les différentes propositions formulées au cours de la discussion, soumet à l’assemblée la délibération suivante :
Nomination d’une commission chargée de faire un rapport sur :
I Les modifications à introduire dans les statuts ;
2 Le choix d un local où serait installée la bibliothèque ;
3 L’établissement d’une liste de citoyens qui seront convoqués à une prochaine réunion et invités à adhérer à la société coopérative à fonder.
Les différents articles de cette proposition sont successivement mis aux voix et adoptés à  l’unanimité2.
Dans la même période, la BAI-XIII3 est annoncée en juin4 et en septembre une BAI-XVII « libre, en dehors de toute subvention officielle » est projetée5 avec l’appui du sénateur Tolain, un ancien de l’AIT. Les BAI sont dans une période où elles transforment souvent leurs conférences en meetings politiques républicains (voir un prochain billet), souvent marqués par un engagement gambettiste.
L’idée du Syndicat des bibliothèques populaires libres survient donc dans une période politique complexe (dite de l’Ordre moral) où les républicains sont impatients de voir se réaliser leurs idéaux politiques, mais se heurtent à un pouvoir conservateur. La fraction républicaine des fondateurs de la BAI ne se dissimule plus comme sous l’Empire et désire mettre en œuvre la politique de lecture émancipatrice dont elle rêve depuis une quinzaine d’années. Il semble pourtant qu’elle n’a pas eu gain de cause sous l’Ordre moral, et que les autorisations lui ont été refusées, puisque le Syndicat annoncé ne voit le jour que cinq ans plus tard…

La fondation et les statuts du Syndicat des Bibliothèques populaires libres de la Seine (1881-1882)

Le Syndicat est finalement fondé le 3 octobre 1881 et autorisé par le préfet de police le 8 août 18826. Il s’agit une association dont les statuts ont été déposés par Delamarche,  personnage important des débuts de la BAI-III et fondateur de la BAI-XIV. Ces statuts ont été discutés en séance en novembre – décembre 1881 puis en juillet-août 1882, ce qui laisse à penser que le préfet a sans doute demandé la réécriture de certains passages avant de donner son autorisation.

L’article 1er indique que le syndicat est formé entre les bibliothèques populaires libres des 3e, 5e, 6e, 7e, 8e, 12e, 13e, 14e, 15e, 18e, 19e et 20 e arrondissements de Paris, la bibliothèque positiviste [voir ici], celles des communes d’Asnières, de Malakoff, de Bondy, de Saint-Ouen et de toutes celles qui adhéreront aux statuts.

Le second donne la dénomination du Syndicat et son siège social : 4 rue Honoré-Chevalier. Cette adresse correspond alors à celle de la BAI-VI (sur la BAI-VI et le Syndicat, voir ici la conférence donnée par Louise Oudin en déc. 2020 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, et le billet de ce carnet sur la BAI-VI).

Le troisième article indique que le syndicat « a pour but de prendre toutes les mesures pouvant assurer la multiplication, le développement et la prospérité matérielle et morale des bibliothèques fondées sur le principe de l’association ». Une copieuse note précise ces mesures. Le syndicat doit organiser des réunions générales (concerts, conférences, banquets) pour resserrer les « liens fraternels qui existent déjà entre tous les Amis de l’Instruction ». Il doit aider  à la fondation de bibliothèques, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle (voir plus haut) il est créé en rivalité avec la Société Franklin. Il doit aussi permettre la généralisation des cours, conférences (voir ici) ou excursions (voir ici). Il est également prévu que les adhérents de ces bibliothèques puissent circuler de l’une à l’autre sans nouveaux frais d’adhésion, et que les livres en double soient échangés. Enfin, il est préconisé de nouer des relations avec les bibliothèques non syndiquées et « toutes sociétés s’occupant de la diffusion de l’instruction dans les classes populaires ».

Les articles suivants (4 à 12) règlent la composition du syndicat (trois délégués par bibliothèque adhérente), et son fonctionnement.

Articles 4 à 12 des statuts du Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine. Extrait de Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine [….], 1882. Coll. privée.

La grande fête du 6 août 1882 au Palais du Trocadéro

Le 6 août une grande fête est donnée par le Syndicat. On notera donc que l’autorisation du préfet de police (en date du 8), M. Camescasse,  légitime tardivement le syndicat. Mais la fête se déroule sous la présidence de M. Songeon, Président du Conseil municipal, ce qui doit aplanir les difficultés…

« La salle des fêtes du Palais du Trocadéro », L’Univers illustré, 16 nov. 1878. Gallica (BnF).

Les festivités se déroulent dans la grande salle du Trocadéro. Selon le compte-rendu du Syndicat, 5000 personnes sont présentes, il y aurait donc eu salle comble puisque c’est la capacité maximale. Ce chiffre, même s’il peut paraître exagéré, rejoint les autres chiffres élevés d’autres manifestations des BAI et est confirmé par la presse. La présence d’orateurs galvanisant souvent leurs auditeurs, et d’artistes se produisant gratuitement, n’est sans doute pas étrangère à ces succès. Parmi les auditeurs, on trouve, selon Le Gaulois, Léon Gambetta7 ou bien encore Paul Déroulède

Sur l’estrade, au bureau, M. Songeon est entouré de « MM. Hervé-Mangon, de Heredia, Guichard, Greppo, Albert Ferry, députés ; Monteil, docteur Frère, Jacques, Robinet, Boll, conseillers municipaux ; Paul Delamarche, président du syndicat et docteur Gonnard, vice-président ; Girard, fondateur de la première Bibliothèque des Amis de l’Instruction, Bouley, de l’Institut, etc., etc. »

Sur l’estrade figurent également les présidents et membres des conseils d’administration des bibliothèques syndiquées. Les autres membres du syndicat assurent le service dans la salle,  notamment Eugène Émile Kimpflin qui représente la BAI-XX (voir ici) et est le « principal organisateur de la fête ».

Tout d’abord, Jacques Songeon, ancien quarante-huitard exilé, revenu en 1861, président du Conseil municipal, prononce un discours dans lequel il rappelle l’origine des bibliothèques populaires. Puis il insiste sur leur rôle de propagation de l’instruction et sur le fait qu’elles doivent être générales, et qu’on ne saurait en créer de spéciales, par exemple exclusivement fréquentées par les ouvriers. Il suggère que Paul Bert est le digne  continuateur de Lakanal qui avait en 1793 fait adopter une loi qui n’a pas été exécutée  (une bibliothèque à côté de chaque école). C’est en effet Paul Bert qui prend la parole à son tour et fait un discours vibrant sur l’éducation civique et l’éducation militaire.

En se plaçant sous le patronage de ces deux orateurs, le Syndicat des bibliothèques libre affirme ses visées républicaines et laïques. Paul Bert est un scientifique et un homme politique dont on parle alors beaucoup. Ce libre-penseur, positiviste, anti-clérical déclaré, a œuvré avec Ferry, Berthelot et Macé à la mise en place d’une école gratuite, laïque et obligatoire8. Député radical de l’Yonne, il a aussi été ministre de l’Instruction publique et des Cultes dans l’éphémère gouvernement Gambetta (1881-82). Les nouveaux programmes de l’école primaire (loi du 28 mars 1882) prévoient un cours d’instruction morale et civique destiné à former des citoyens éclairés, tandis que l’enseignement religieux est désormais exclu de l’école publique. Pour étayer ces cours, des manuels républicains sont édités, dont un rédigé par Paul Bert et publié en 1882. La « première guerre des manuels » scolaires commence (voir ici) …et celui de Paul Bert sera d’ailleurs mis à l’Index par Rome à la fin de l’année9. C’est précisément un résumé des principales idées de son manuel (L’instruction civique à l’école : notions fondamentales, 1882) que Paul Bert offre aux auditeurs du Trocadéro lors de la fête du Syndicat des bibliothèques libres, évoquant longuement l’apprentissage des devoirs civiques et l’éducation militaire.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

S’ensuit une apparition de Mademoiselle Agar, vêtue à l’antique, drapeau tricolore à la main, qui dit La Marseillaise. Cette apparition est également très symbolique. Rappelons que Marie, Léonide Charvin (dite Agar), pensionnaire de la Comédie française, a dû quitter cette institution en raison de sa participation aux « Concerts des Tuileries » durant la Commune10.

La Marseillaise par Gill/Mademoiselle Agar, de la Comédie-Française. Gill, André , Dessinateur-lithographe. Anonyme , Imprimeur. Musée Carnavalet, Histoire de Paris. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris.

Puis les musiciens du 101e de ligne jouent pendant qu’une quête au profit des bibliothèques est réalisée. La quête, les billets vendus, etc. rapporteront 4 411 francs, desquels il faudra enlever 1950 francs de dépenses (location de la salle; décoration ; bouquets ; médaille pour le directeur des musiciens, M. Risch ; transport des musiciens ; etc., etc.). Le bénéfice final sera scrupuleusement partagé entre les 16 bibliothèques qui ont participé à la préparation de la fête (n’ont pas participé la bibliothèque positiviste et la bibliothèque de Saint-Ouen). Chacune recevra donc 145 francs.

Après cet intermède, Coquelin cadet récite deux saynètes amusantes. La séance se termine par un concert donné par le tout  jeune Gabriel  Pierné, grand prix de Rome, sur l’orgue du Trocadéro.

L’événement est narré par de nombreux journaux 11 qui s’attachent surtout à rapporter de manière laudative les propos de Paul Bert et l’enthousiasme des auditeurs. Mais il y a également quelques textes dissonants dans la presse, provenant de journaux hostiles à Paul Bert et Gambetta. Le Courrier du Berry dénonce « un tissu d’outrages grossiers à l’endroit de la religion, et de mensonges historiques12 ». Le Gaulois, violemment hostile à Gambetta et à ses amis politiques, raconte :

M. PAUL BERT ET LE GRAND MINISTÈRE AU TROCADÉRO

II y avait longtemps que ce faux savant, ce tueur de chiens, ne s’était offert un prêtre à déchiqueter. L’ex-ministre du Grand Ministère a pu prendre ce plaisir hier au Trocadéro ; mais surtout il a fait le panégyrique de la politique de guerre, sous l’œil de M. Gambetta, venu pour l’applaudir.

Pour augmenter les ressources du syndicat des bibliothèques scolaires, la vieille momie qui préside le conseil municipal avait organisé une matinée au Trocadéro. La great attraction était le discours de M. Paul Bert sur l’instruction civique.

Mlle Agar s’est épuisée en efforts pour dire la Marseillaise. Le talent de la grande tragédienne n’a pu faire oublier que toujours cette composition avait sonné le glas des désastres et des malheurs de la France. M. Coquelin a dit un charmant monologue. La musique du 101e de ligne a fait entendre plusieurs morceaux.

Nous avons reconnu dans l’assistance MM. Yves Guyot, de Bouteiller, Braleret, Martin, Dumas et la plupart des conseillers municipaux ;  Ranc,  Em. Arène, Waldeck-Rousseau, Étienne Devès ; etc., députés ; MM. Floquet, Déroulède, Labordère, sénateurs. M. Gambetta occupait avec M. Spuller la septième loge de gauche.

Le discours de M. Songeon a été ridicule d’un bout à l’autre.

M. Paul Bert prend ensuite la parole. Son discours est une préparation à la guerre. Il nous faut la revanche. Nous sommes prêts. C’est le moment de l’avoir. Saisissons l’occasion aux cheveux.
M. Paul Bert a dit des banalités sur ce qu’il appelle l’éducation civique et des monstruosités sur l’éducation religieuse, dans ce goût-ci :

– Messieurs, il n’y a point de religion. Ce que le clergé enseigne n’est que sottises, absurdités faites pour corrompre l’esprit et le cœur de la jeunesse. Il n’y a qu’une religion vraie, pure et juste : le culte de la patrie, culte qui doit nous faire donner notre sang pour elle.

Ce digne M. Paul Bert ! Mais pourquoi n’êtes-vous pas mort en 1870-1871 ?
C’était le cas où jamais de mettre vos admirables théories en pratique.
M. Bert fait à sa façon l’historique de la France depuis l’ère chrétienne. Cet historique est naturellement faux et tronqué comme tout ce que dit cet honorable citoyen. Mais il en prend prétexte pour manger quelques prêtres, ces étouffeurs de la lumière, ces oppresseurs des peuples. J’en passe, et des meilleurs.
M. Paul Bert insiste plus particulièrement sur l’éducation militaire. La création des bataillons scolaires est la plus grande et la plus utile création du siècle. Par elle nous aurons des citoyens prêts à défendre la France et qui sauront prendre la revanche de nos désastres. Nos désastres en 1870, je le proclame hautement, ont été glorieux à l’égal d’une victoire. (Il est étonnant !) Le grand patriote, le grand citoyen (Il fallait bien qu’il vienne, le coup de pouce au signor Gambetta) qui a présidé notre armement militaire ; qui a improvisé des armées alors qu’il n’y avait pas de cadres ; qui a créé des arsenaux quand ceux-ci étaient occupés par l’ennemi ; qui a pu équiper, armer 400,000 hommes ; qui n’a jamais désespéré de la France : il aura des émules, des continuateurs par l’éducation civique. (Grand Dieu, gardez nous-en !)

L’orateur termine par des allusions à la situation politique actuelle. Ce serait pour lui le moment de la revanche. Il faudrait la prendre. Traduisez : l’orateur voudrait, voir derechef M. Gambetta au pouvoir pour nous rejeter dans les aventures.

Ce discours de M. Paul Bert est évidemment une manœuvre gambettiste. On voudrait créer un courant belliqueux dans l’opinion. Mais cette malice est percée à jour.

En sortant, nous entendons les adorateurs de Mme Élise Faure, la diva des Ambassadeurs, se souvenant de la fameuse chanson
Qui qu’a vu Coco dans l’Trocadéro,

Co dans l’ Tro, Tro dans l’ Co,

Coco dans l’ Trocadéro,

s’exclamer en chœur

Qui qu’a vu Paupaul, dans l’ Trocadéro.

Paul dans l’ Tro, Bert dans l’ Co

Paul Bert dans l’Trocadéro13.

Ce texte du Gaulois permet de mesurer combien les protections symboliques de Louis Blanc et Gambetta peuvent à la fois constituer un atout et  un handicap pour le tout neuf  Syndicat des bibliothèques, car génératrices d’appuis et d’hostilités…

Les premiers pas du Syndicat en 1882

Le premier président désigné est Paul Delamarche, assisté d’un vice-président en la personne du docteur Gonnard. On sait l’importance que Paul Delamarche a eue dans la fondation des BAI puis leur fonctionnement de longues années durant. Le docteur Claude Gonnard, délégué de la BAI-VIII, est quant à lui un « républicain de la première heure, ami de Gambetta14 ».

Le Docteur Claude Gonnard. Extrait de: La Société amicale des Foréziens, “Menu du 18e Dîner Forézien du 15 octobre 1888.,” Petrocoria-num : Bibliothèque numérique patrimoniale de la ville de Périgueux. Licence 2.0.: http://petrocoria-num.perigueux.fr/items/show/25286.

Comme le font les BAI quand elles en ont les moyens, le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine fait imprimer un fascicule récapitulant les derniers événements marquants de son fonctionnement en 1882 : tableau des bibliothèques syndiquées – statuts – compte-rendu de la fête du 6 août 1882 – notice historique sur les bibliothèques populaires – tableau financier – liste des délégués des bibliothèques syndiquées – moyens pratiques à employer pour fonder une bibliothèque par association.

Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine [….], 1882. Coll. privée.

La notice historique et les moyens pratiques se trouvent dans la plupart des documents édités par les BAI. En revanche, les autres renseignements sont précieux, car peu de BAI ont laissé d’archives et toutes n’ont pas fait imprimer de documents récapitulatifs.  On dispose ainsi d’ indications  sur toutes les bibliothèques libres et syndiquées de la Seine en 1882 (voir le tableau récapitulatif ci-dessous).

Dans le prochain billet, nous verrons comment le Syndicat a fonctionné entre 1883 et 1900, et analyserons les données qu’il a pu fournir sur les bibliothèques adhérentes.

Bibliothèque Adresse de la bibliothèque (telle qu’elle est donnée) Noms et adresses des délégués de la bibliothèque
BAI-III 48 rue de Sévigné Bellamy, 53 rue de Saintonge

Girard, 24 rue Serpente

Maugery, 14, quai de Béthune

 

 

BAI-V 3 rue d’Arras Schacre, 17 rue Berthollet

Gérard, 53 rue Pascal

Auriger, 24 rue Nicolle

BAI-VI 4 rue Honoré-Chevalier Valabrègue, 41 rue de Vaugirard

Oger, 21 rue de Fleurus

Trubert, 59 rue Dauphine

 

BAI-VII 12 rue Duvivier

35 rue Cler

Ferdeuil, 11 rue des Saint-Pères

Martin, 16 rue de l’Exposition

Lhéritier, 148 rue de Grenelle

 

BAI-VIII 48 rue Miroménil Gonnard, 6 rue de la Boétie

Goudchaux, 20 rue de Berlin

Lagarride, 37 rue Miroménil

BAI-XII 12 rue Chaligny Cirou, 116 rue de Bercy

Martin, 67 rue de Wattignies

Maurisset, 48 avenue Daumesnil

BAI-XIII 59 avenue des Gobelins Millerand, 62 rue Singer

H. Gaston, 60 boulevard de l’Hôpital

Lamette, 28 rue des Tanneries

BAI-XIV 34 rue Ducoüédic Delamarche, 13 rue Brézin

Barat, 18 rue du Moulin de beurre

Vernier, 6 rue Guilleminot

BAI-XV 127 rue Lecourbe Etienne, 69 rue Blomet

Finsterwald, 41 rue de Fleurus

Mousseron, 97 rue Cambronne

BAI-XVIII 57 rue de la Chapelle Boll, 19 rue Pajol

Fontaine, 18 rue Durantin

Maillard, 15 rue des Jeûneurs

BAI-XIX 137 rue d’Allemagne Aubé, 58 rue de l’Ourcq

Erhard, 98 rue d’Allemagne

Delacroix, 27 rue de Clavel

BAI-XX rue Delaitre Kimpflin, 32 rue Fessart

Mouren, 41 rue des Panoyaux

Nourry, 46 rue Planchat

Bibliothèque positiviste 58 rue Réaumur Laporte, 80 rue Vanneau

Delpey, 51 rue du Montparnasse

Keufer, 3 passage d’Enfer

Asnières 29 rue d’Argenteuil Chardon, 13, avenue Baudouin

Perreau, 50 rue du Bac

Sonnet, rue de Montmorency, à Argenteuil (Seine-et-Oise)

Malakoff 30 rue de La Tour Clerget, 9 rue de la Chapelle

Renault, 124, route de Montrouge

Saint-Mandé 14 chaussée de l’Étang Croizet, 31 rue Mougenot

Gauthier, 7 rue du lac

Bondy Seine Létang, 39 rue de Paris

Pelte, 16 rue de Paris

Schlesser, 7 rue Saint-Denis

Saint-Ouen 23 avenue des Batignolles Daridan, 9 rue Soubise

Gié, 31 rue Soubise

Pierson, 8, avenue de la Gare

Cite this article as: Agnès Sandras, "Le Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (I/ Les débuts)," in Bibliothèques populaires, 14/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5131.

  1. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique [dir A. Sandras], Presses de l’enssib, 2014. []
  2. « Bibliothèques populaires », Les Droits de l’homme, 3 juillet 1876. []
  3. Ibid. []
  4. Elle recevra une autorisation officielle en 1878, d’après ses statuts imprimés. []
  5. Le Siècle, 4 septembre 1876. Je n’ai pas trouvé trace de cette fondation. []
  6. Syndicat des bibliothèques populaires libres de la Seine (…), Compte-rendu (….), Paris, Imprimerie Desgrandchamps, 1882. []
  7. Voir plus bas. []
  8. Sur Paul Bert, voir Rémi Dalisson, Paul Bert, l’inventeur de l’école laïque. Armand Colin, 2015. []
  9. Voir Jérémy Del Bel, « Les manuels républicains et les deux guerres scolaires à la fin du XIXᵉ siècle et au début du XXᵉ« , Interfaces, Bibliothèque Diderot de Lyon, mai 2016. []
  10. Voir « Madame Agar : tragédienne, Communarde de coeur », sur le site https://www.commune1871. []
  11. Voir par exemple le compte-rendu fait par La Presse du 8 août 1882. []
  12. Le Courrier du Berry, 11 août 1882. []
  13. Renat, « M. Paul Bert et le grand ministère au Trocadéro« , Le Gaulois, 7 août 1882. On peut lire la chanson « Qui qu’a vu Coco, complainte canine….  » ici. []
  14. L’Aurore, 6 novembre 1904. Son acte de décès en  novembre1904 dans le 8e arrdt  parisien à 77 ans nous apprend qu’il est né à Montbrison (Loire). Cela permet de confirmer qu’il a été également  été le président de la Société amicale des Foréziens : voir le  Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 11 novembre 1904, et qu’il s’agit bien du « Docteur Gonnard », médecin ambulancier en 1871, candidat radical dans le VIIIe arrondissement dans la décennie 1880, excellent orateur et dispensateur de nombreuses conférences dans les BAI sur le suffrage universel, l’éducation des femmes, les sociétés coopératives, etc. []

La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur

     Après la mort d’Auguste Comte, les disciples « orthodoxes » du positivisme, dirigés selon les vœux du « Maître » par Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, s’engagent à continuer l’œuvre pédagogique du philosophe : ils reprennent les cours publics et gratuits, en suivant au plus près les plans d’enseignement de Comte. Ils diffusent également des brochures et de petits opuscules sur des points précis de la doctrine positiviste, susceptibles de cimenter l’opinion. Ils fondent et financent aussi une « Imprimerie positiviste » et reconstituent le fonds d’ouvrages de la Bibliothèque positiviste imaginée par Auguste Comte. Continuer la lecture de La bibliothèque populaire positiviste de la rue Réaumur