Archives par mot-clé : bibliothèque scolaire

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Dessine-moi … une bibliothèque populaire !

    Mais au fait que recouvrait le terme « bibliothèque populaire » au XIXe siècle ? A quoi une « bibliothèque populaire » pouvait-elle bien servir ?

    C’est Francinet qui va nous servir de guide. Francinet est cet adolescent mis en scène par G. Bruno (Mme Augustine Fouillée) dans sa découverte de la vie professionnelle, découverte hautement pédagogique puisqu’elle permet d’inculquer  des « Notions élémentaires sur la morale civique, l’industrie, le commerce et l’agriculture1 ». Or Francinet pose cette judicieuse question à M. Edmond:

 » Monsieur, pour lire il faut des livres.  Quand on n’a pas assez d’argent pour en acheter, comment faire ?
— Mon ami, cette question a préoccupé déjà les esprits sérieux. Aussi a-t-on créé depuis quelque temps beaucoup de bibliothèques populaires où on peut  lire et emprunter gratuitement des livres.  (…) En France, on en a créé un assez bon nombre, et ce sont parfois les ouvriers eux-mêmes qui, en se cotisant, ont acheté les livres2 »

La réponse de M. Edmond en dit long sur les sympathies de Madame Fouillée puisqu’elle cite d’emblée  parmi les fondateurs des bibliothèques populaires les ouvriers. Le fait que des ouvriers puissent, en se cotisant, fonder des bibliothèques, à l’instar de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien (1861), n’est en effet pas encore du goût de tous, et en particulier des pouvoirs politiques qui se méfient des possibles foyers de sédition ainsi constitués. En revanche, Madame Fouillée reprend à son compte le discours édifiant alors en vogue sur les bienfaits que la lecture apporte aux prolétaires…

« Grâce à ces bienfaisantes institutions, qui se sont répandues partout en France, le travailleur peut passer sa soirée à la bibliothèque, au lieu de la passer au cabaret; ou encore, il peut la passer chez lui avec le livre que lui a prêté la bibliothèque, et dont il fait la lecture au milieu de sa famille.
Alors, au lieu de perdre sa raison et de dépenser son argent, il augmente les ressources de son intelligence, il fait une provision de choses utiles dont la lecture ouïe réjouit sa famille tout en l’instruisant. Enfin, à mesure qu’il se livre à ces nobles distractions de la pensée, il se sent devenir un autre homme ; il est plus fort pour accomplir son travail journalier, car il est devenu plus intelligent: il est meilleur, car il est content de lui, et le contentement du coeur rend l’homme plus doux. Il inspire aussi le respect à sa femme et à ses enfants, car il est pour sa famille un noble exemple de vertu3. »

    Toutefois, il est à noter que Madame Fouillée entretient une confusion alors très répandue en indiquant dans ses conseils pédagogiques aux instituteurs : « On peut compter au nombre des bibliothèques populaires les bibliothèques scolaires, dont le maître saura faire apprécier aux élèves les avantages4. »

Pour (tenter de ?!) y voir plus clair, reprenons la terminologie d’un dictionnaire quasi contemporain, le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire5. Celui-ci distingue:

– les bibliothèques cantonales, ou bibliothèques pédagogiques

– les bibliothèques communales

– les bibliothèques populaires

– les bibliothèques publiques

– les bibliothèques scolaires

Sa définition de la bibliothèque populaire est la suivante:

 » Ces établissements ont pour but de répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous. Leur création est due, soit à l’initiative des municipalités, soit à celle de particuliers ou d’associations libres. Les premières sont communales, les autres privées6. »

Il explique ensuite la différence de statut entre les bibliothèques populaires communales et les bibliothèques populaires privées.

« Les bibliothèques fondées par des municipalités ou avec leur aide, ou même simplement placées dans des bâtiments communaux, sont obligées de soumettre leur catalogue à l’administration centrale et de la tenir au courant de l’état de la bibliothèque par l’envoi de catalogues successifs datés, imprimés ou manuscrits. Elles sont également tenues d’accepter le contrôle de l’administration centrale pour les listes de livres acquis ou à acquérir, soit par dons, soit avec les ressources de l’oeuvre, ainsi que l’inspection de la bibliothèque par l’inspecteur général des bibliothèques et les agents désignés par le ministre de l’instruction publique, le ministre de l’intérieur et le préfet (…) Quant aux bibliothèques qui sont la dépendance naturelle d’un cercle ou d’une association ou qui ont été fondées par des particuliers, ces fondations sont placées, aux termes des lois municipales et des lois de  police, dans les attributions de l’administration préfectorale à laquelle il appartient d’examiner les statuts et les catalogues et d’accorder, de refuser, ou de retirer suivant les cas, l’autorisation dont elles ont besoin pour exister. Un certain nombre de ces bibliothèques désirent rester indépendantes et ne sollicitent ni l’appui ni le concours du gouvernement. Dans ce cas elles demeurent absolument étrangères à l’administration de l’instruction publique, mais il arrive très fréquemment que ces établissements ne possédant pas de ressources suffisantes pour satisfaire aux demandes de leurs lecteurs, s’adressent au gouvernement pour obtenir des concessions de livres. Elles doivent alors se soumettre rigoureusement aux règles imposées aux bibliothèques communales7. »

   Cette législation s’est mise progressivement en place à la fin du Second Empire et au début de la IIIe République. La première tentative d’organisation ayant concerné l’établissement de bibliothèques scolaires, consistant le plus souvent en quelques livres dans une salle de classe mis à la disposition des élèves et parfois des adultes (circulaire du 31 mai 1860), il n’en fallait pas plus pour entretenir une confusion que l’on retrouve dans certains documents administratifs au début du XXe siècle encore.

    La réponse de M. Edmond à Francinet a donc le mérite d’être claire et efficace. A une époque où l’accès à l’instruction n’allait pas de soi, où les livres constituaient pour un budget modeste une dépense considérable, où la lecture ouvrait l’horizon des possibles, quoi de plus important qu’un endroit où on peut « lire et emprunter des livres » ? N’oublions pas en effet que les horaires des bibliothèques publiques n’offraient alors guère de possibilités aux travailleurs de les fréquenter. Rappelons surtout qu’elles ne prêtaient pas d’ouvrages … Dessine-moi une bibliothèque populaire !

NB: on trouvera une chronologie précise dans « les pages d’histoire de la lecture publique » publiées sur le site de l’ADBP.

   

  1. G. Bruno, Francinet… Principes généraux de la morale, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture. Paris, Belin, 1869 []
  2. Ibid. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Publié sous la direction de F. Buisson. Paris,  Hachette, 1882-1893. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30175079g []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []