Archives par mot-clé : Chambéry

Une « Bib’ Pop’ » à Chambéry (1873-2009)

aaestampille                           Sophie MANAVELLA, bibliothécaire à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Chambéry, nous propose une passionnante exploration de la bibliothèque populaire de Chambéry. Cette bibliothèque, très représentative des bibliothèques populaires du XIXe siècle, a la particularité d’avoir survécu jusqu’en 2009…

Parmi les différents ouvrages conservés dans les fonds de conservation des Bibliothèques Municipales de Chambéry, se trouvent environ 6500 livres, presque tous recouverts de toile noire, qui se reposent après avoir vécu une longue et trépidante histoire.

aa rayonnage conservation médiathèque JJR

Leur point commun est d’avoir appartenu à la « Bibliothèque Circulante » de la Ville de Chambéry.

 

Et leur histoire commence en 1873….

A l’origine : Une société savante et une personnalité militante

A Chambéry, la lecture populaire se développe sous l’impulsion de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie (S.S.H.A.) et de l’un de ses membres le Dr Jules Carret (1844-1912), personnalité haute en couleur et très investie dans la vie culturelle et politique de sa Ville, franc-maçon et membre de la loge l’Espérance Savoisienne.

Jules Carret (copyright: médiathèque Chambéry)

Bien sûr, il existe déjà à Chambéry une Bibliothèque municipale, constituée du don de l’Abbé Amédée Philibert de Mellarède et ouverte au public en 1783, mais cette Bibliothèque est réservée à un public d’érudits et de chercheurs.

Le conseil municipal valide le projet proposé par Jules Carret le 19 mars 1873. La création de la toute nouvelle Bibliothèque Populaire circulante sera effective le 8 juillet 1873, pourtant elle va rester en phase de gestation plusieurs années.

La Bibliothèque Populaire et les francs-maçons

Régulièrement fournie par de nouveaux dons, la Bibliothèque Populaire circulante n’avait visiblement de circulante que le nom et elle a cherché longtemps un organisme de filiation, un lieu facile d’accès afin de s’ouvrir au public.

En 1887, le Vénérable de L’Espérance savoisienne, M. Ménard (également membre de la S.S.H.A.) a réinvesti le projet et propose à la Ville que la Loge administre la Bibliothèque Circulante.

Le conseil municipal autorise, en 19 juin 1893, le « nouveau » comité de la « Bibliothèque Populaire circulante » à prendre possession des ouvrages de la bibliothèque circulante.

Et le 14 juillet 1893 on peut lire dans l’Indicateur Savoisien : « […] l’installation est terminée, et l’ouverture de la Bibliothèque aura lieu le dimanche 16 juillet », soit 20 ans après sa création !

1898 – Le Cercle Savoisien de la ligue de l’enseignement

Remise sur les rails, la Bibliothèque Populaire a enfin pris son essor, et ce sont encore les francs-maçons, qui vont œuvrer pour lui donner sa forme finale.

Comme « l’énergie des Loges était largement destinée à défendre la laïcité et à combattre les cléricaux », « l’Ordre encourageait les Loges à coopérer avec différentes ligues […] ». C’est ce qui va se produire avec le tout jeune Cercle Savoisien de la Ligue de l’enseignement créé en 1898.

Ainsi, la Bibliothèque Populaire, jusqu’alors liée à des sociétés philanthropiques, va être rattachée au Cercle et dépendre de lui pour son organisation.

« Perturbations territoriales » (1918 – 1939)

Pendant cette période qui comprend deux guerres, les objectifs de fonctionnement de la Bibliothèque Populaire sont soumis aux agitations qui vont secouer Le Cercle savoisien dont elle dépend statutairement. A cette époque, les deux structures dites de « lecture publique » : la Bibliothèque municipale et la Bibliothèque Populaire ont quasiment une égale importance aux yeux de la municipalité.

En mai 1932, Le Cercle savoisien devient une association et une ramification subordonnée à la Fédération des Œuvres Laïques et il est précisé dans ses statuts, qu’« elle s’attache entre autres à entretenir une bibliothèque populaire ». Ensuite, lorsque pendant la Seconde Guerre mondiale, la Ligue de l’enseignement doit entrer en clandestinité, à Chambéry, le Cercle savoisien se voit obligé d’obéir au gouvernement de Vichy, changeant de dénomination pour devenir le « Cercle savoisien de l’éducation populaire » et donnant comme motivation idéologique de la Bibliothèque Populaire d’ « instruire par le bon livre ».

 « Les trente glorieuses » (1945 – 1979)

Après-guerre, les mentalités changent et l’on estime dans les milieux institutionnels « qu’il faut lire à la fois pour s’informer et se former, recourir à la lecture de plaisir et à des apprentissages efficaces ». Les deux discours opposant la lecture de formation (d’école ou d’Eglise) à la lecture consommation (d’information ou de loisir) se rejoignent donc. La ligue reconstituée ouvre ses pôles d’activités aux loisirs éducatifs et à l’éducation permanente

Les bibliothèques populaires suivent le mouvement et s’inscrivent parfaitement dans ce courant au regard de leur mission affichée d’éducation populaire. Celle de Chambéry propose elle aussi l’objectif consensuel dans ses statuts en se donnant la mission de « distraction et lecture ». Reconnue par la municipalité, menée de main de maître par des personnels inspirés, passionnés et bénévoles, issus de l’instruction publique, la Bibliothèque Populaire va connaître une longue période de fonctionnement confortable.

 « L’époque des changements » (1980 – 2009)

Au début des années 80, la lecture devient un axe prioritaire du gouvernement socialiste (politique du prix unique du livre, droit d’auteurs, combat contre l’illettrisme) et est considérée comme un outil indispensable de communication, et d’intégration. C’est ainsi que les bibliothèques municipales du XXe siècle prennent la relève des bibliothèques populaires créées pour inciter les couches populaires à lire.

Dans ce cadre de l’essor national de la lecture publique, la Ville de Chambéry organise un plan de développement des bibliothèques qui propose notamment de concevoir des petites bibliothèques « bien adaptées en chaque lieu ». Et dans son analyse de la situation, le conservateur de la Bibliothèque municipale souligne que le centre-ville est fortement sous-équipé. C’est alors que naît le projet de construction de l’actuelle Médiathèque Jean-Jacques Rousseau.

A la suite d’un programme de restructuration urbaine mené par la Ville de Chambéry à la fin des années 80, la Bibliothèque Populaire est relogée avec les ouvrages les plus contemporains de son fonds dans l’école Pasteur, anciens locaux, plus étroits et plus difficiles d’accès, au fond d’une impasse. Son déclin est définitivement enclenché, entrainé par le mouvement national de développement de la lecture publique. Elle va alors s’adresser et toucher essentiellement un public de personnes âgées et plus particulièrement de retraités.

Démantèlement de la Bibliothèque Populaire

En 1990, lors de sa réinstallation dans l’école Pasteur, la Bibliothèque Populaire n’a pas déménagé l’ensemble de la collection. Une partie de ses ouvrages les plus anciens, a été proposée à la Bibliothèque municipale de Chambéry. Ce sont environ 4 900 livres qui ont alors été stockés en vue d’être intégrés dans les magasins de conservation.

La participation de la municipalité à la Bibliothèque Populaire, a été constante tout au long de l’histoire de cette association, outre des représentants de la municipalité toujours présents aux assemblées générales, des locaux renouvelés ou restaurés lorsque nécessaire, elle a octroyé des subventions dans le cadre des aides aux associations culturelles. Mais 2008 sera la dernière année de sa contribution financière.

Lorsque la Médiathèque, structure « officielle » de lecture publique et vitrine de la politique culturelle de la Ville, a pris en charge la lecture pour tous, et plus seulement l’étude et la conservation, la Bibliothèque populaire, aux collections vieillissantes, est progressivement tombée dans l’anonymat.

Elle ferme définitivement ses portes en 2009.

Aujourd’hui une part importante certes mais non intégrale de ses collections a été récupérée et intégrée dans les fonds de conservation de la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, responsable involontaire de sa disparition… L’ensemble de ses inventaires (référençant 40 138 documents en 2008) a pu être sauvegardé et conservé, véritables témoins d’une bibliothèque ayant eu, pendant 136 ans, la mission magnifique de faire lire le plus grand nombre.

Sophie MANAVELLA