Archives par mot-clé : Commune

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Eugène Schneider

SCHNEIDER, Eugène (1834-1889)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Militaire et employé d’octroi, il est lecteur de la BAI-III et aide le bibliothécaire. Resté à Paris pendant la Commune, il espionne les Fédérés pour l’armée de Versailles.

 

NOM : SCHNEIDER

PrénomsEugène, Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 351

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2

État-civil et famille :

Il est né le 15/3/1834  à Dinteville, en Haute-Marne3 où ses parents résident temporairement. Son père a 42 ans, sa mère 36 .

Son père, Jean-Baptiste, est né en Alsace à Turckheim (Haut-Rhin). Il est jardinier sur tous les actes d’état-civil retrouvés. Il change souvent de résidence : Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) en 1823-1825 lors de la naissance des deux frères d’Eugène, Jean-Baptiste et Louis Étienne4 ; Dinteville (Haute-Marne) en 1834 lors de la naissance d’Eugène ; Grancey-le-Château-Neuvelle (Côte-d’Or) en 1850 sur son acte de décès le 3 mai5. Eugène a alors 16 ans.

La Mère d’Eugène,  Angélique FORESTIER, est née à La Chapelle en Vexin, ancienne Seine-et-Oise (Val d’Oise), son père est jardinier. En 1854, elle habite à Montcharvot, en Haute-Marne6. En 1861, elle est journalière à Dijon (acte de mariage d’Eugène). Elle meurt à 76 ans à Dijon le 8/1/18767.

Eugène épouse Constance Victoire TOUZÉ, née à Paris le 6/10/1836 de Jean Édouard et de Victoire TOURNIER8. Son père meurt quand elle a 13 ans. Sa mère se remarie le 11 octobre 1851 avec Louis Jean-Baptiste André FINES, horloger, dit FINES fils, dont le père Jean-Baptiste est aussi horloger9. Elle est couturière quand elle se marie et le reste en 1864 et 1866 (lors de la naissances de ses filles) et habite avenue de Marigny 8e avec sa mère et son beau-père jusqu’à son mariage.

Le mariage a lieu sans contrat à Paris 8e le 17/10/186110. Les témoins sont Louis André FINES, horloger, 42 ans, 25 avenue de Marigny (le beau-père), Jean-Baptiste FINES, horloger, 72 ans, 202 rue du Faubourg St Honoré (le père du beau-père), Alexandre Louis LEFEVRE, 44 ans, graveur sur bois, 32 rue du Cherche Midi, Jean TREMEREL, propriétaire, 50 ans, 19 rue de la Terrasse, Batignolles.

Le couple a deux filles : la première est Virginie Aimée Eugénie, née le 28/1/1864 à Paris 8et qui n’est plus en vie en 187111, témoins Louis Aimé GOUMANT, 110 rue des Bois 19e , charron, et Louis André FINES ; la deuxième fille est Cécile Victoire, née le 07/12/1866 à Paris 8e, que l’on retrouve employée de commerce à Berlin en 1899 quand elle divorce12. Les témoins sont les mêmes que pour sa sœur.

Eugène meurt le 05/05/1889 à Paris (17e arrdt) à 55 ans. Les témoins sont un oncle, Charles Louis Aimé GOUMANT, 72 ans, et un cousin, Jules LAFITTE, 60 ans13.

Professions :

Militaire de 1851 à 188914 :

  • 20/6/1851 : engagé volontaire à la mairie de Dijon. Il n’a pas 18 ans. Ne  fait pas  campagne en Crimée ni en Italie.
  • 20/6/1858 : quitte l’armée avec le grade de sergent fourrier.
  • 10/9/1870 au 7/3/1871 : fait campagne contre l’Allemagne dans le 69e bataillon de la garde mobile de la Seine, bataillon du 8e , un « bataillon des quartiers riches ou qui l’ont été, des intelligences réfléchies des raisonneurs » écrit Henri MARTIN15  qui rapporte la montée à Buzenval le 19 janvier  ((Henri MARTIN dans Le Siècle du 24/1/1871 page 2 voir ici.)). C’est le bataillon notamment du peintre Henri REGNAULT, mort à Buzenval à 27 ans.
  • 29/12/1875 -1885 : 15e régiment territorial d’infanterie avec le grade de capitaine adjudant major, sans campagne mais avec des périodes d’exercices itératives de 15 jours en 1878-1881-1883-1885 ;
  • en 1889,  demande à être rayé des listes pour raison de santé .

Employé :  dans l’administration de l’octroi dépendant de la  préfecture de la Seine ; probablement déjà en 1861 ; commis en 1874 il gagne 2500 francs ;  commis-principal de 2e classe en 188416. Sa veuve touche une pension de 777 francs17. En 1875, il participe à une souscription pour les inondés18. dans un groupe de l’octroi appartenant tous à l’administration centrale, avec  Paul Étienne DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE], Charles Victor FINSTERWALD (BAI-XIV et XV), Louis François PASQUIER (BAI XIV).

 

Adresses connues :

  • 1861 : 14 rue Royer Collard, 5 (d’après la liste des lecteurs de la BAI-III), Paris ;
  • 27/01/1864 et 5/12/1866 : 170, rue du Faubourg Saint Honoré, 8e (naissances de ses filles) ;
  • 1873-1874 : 7 rue de Ponthieu, 8e (dossier militaire) ;
  • 1889 : 16 rue Brey, 17e (décès).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  : non repérés

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1871, il espionne les Fédérés pour l’armée de Versailles. Dans une lettre (rangée dans son dossier militaire) qu’il rédige en 1874 pour appuyer sa demande de promotion dans l’armée, il explique :

  • qu’il a refusé le «  service insurrectionnel « et accepté le licenciement ordonné par l’amiral SAISSET
  • qu’il est resté à Paris pendant la « période communaliste » car sa femme avait la petite vérole
  • qu’il est allé prendre des ordres du colonel Charles CORBIN à Enghien le 13 mai
  • qu’il a rempli la mission demandée : évaluer les forces des fédérés, ce qui était facile car les bataillons circulaient dans la rue ; décrire les travaux de défenses entre la porte des Ternes et Auteuil et de l’Arc de Triomphe à la Concorde, ce qui était difficile à cause des projectiles
  • que les informations sont parvenues à Monsieur CORBIN par la voie de Saint-Denis19
  • que le 24 mai, son bataillon a pris campement au lycée Condorcet et s’est occupé d’éteindre les incendies.

En 1876, le beau-père d’Eugène, Louis André FINES, gagne en appel un procès en dommages et intérêts, 2500 francs (il en demandait 10 000) contre un horloger de ses voisins. Maurice CAUDRON,  est reconnu coupable de l’avoir dénoncé à de multiples reprises comme communard, ce qui a fait subir 5 arrestations à FINES entre le 24 et le 27 mai 1871 avec le risque d’une exécution sommaire rapporte l’article non signé20 .                     

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

Il côtoie les 22 amis de l’instruction qui aident le  bibliothécaire PLOMB [voir fiche PLOMB].

Paul Étienne DELAMARCHE ; Jules Charles FESSARD [fiche FESSARD] sont employés à l’administration centrale de l’octroi ; Paul Étienne DELAMARCHE est engagé volontaire.

SCHNEIDER, FESSARD et Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ] habitent le 5e en 1861 ainsi que  Adolphe ADAM [voir fiche ADAM], Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ], LIONNET [voir fiche LIONNET].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Charles Victor FINSTERWALD (BAI-XIV et XV), Louis François PASQUIER (BAI-XIV) sont employés à l’administration centrale de l’octroi.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne :

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements). AP: Association polytechnique. APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. NMD : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 1er août 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Eugène Schneider," in Bibliothèques populaires, 03/08/2021, https://bai.hypotheses.org/4961.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. « Rapport sur la situation de la BAI-III » par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, voir  page 286. []
  3. AD52, Dinteville, NMD 1833-1842, Edepot 11689, acte 2,  image 7/116, voir ici. []
  4. AD89 Villeneuve-sur-Yonne : N ( 27/4/1822-1825 ) – 5 Mi 1062/ 10, voir ici acte 69 page 60, et  acte 50 page 163. []
  5. AD 21 Grancey-le-Château – 1811-1853 – FRAD021EC 312/005,  vue 704/759, voir ici. []
  6. AD21 Dijon,1854, mariages, FRAD021EC 239/326 acte 66, vue 101/645, voir ici. []
  7. AD21, Dijon, 1876,  décès,  FRAD021EC 239/382, acte 19, vue 6/329, voir ici. []
  8. AD75, naissances, V3E/N 2146, vue 28/51, voir ici. []
  9. AD75, mariages, V3E/M 378, vue 42/51, voir ici. Repérés par l’équipe de  « l’éclat de bois ». []
  10. AD75 mariages 8e, V4E 878,   acte 576 vue 27/31, voir ici. []
  11. AD75,  Registre des naissances du 8e, 1864, voir V4E 897, acte 119, vue 23/31, voir ici. []
  12. AD75, 1866, Registre des naissances du 8e, V4E 915 acte 1472, vue 7/14, voir ici ; AD 75 1899, mariages, V4E 10204,  acte 1025, vue 23/31, voir ici. []
  13. AD75, décès 17e,  V4E 7486, vue 14/14, acte 1023 voir ici. []
  14. Archives SHD Vincennes, dossier individuel de personnel de SCHNEIDER Eugène Jean Baptiste,  SHD Cote  GR 5 YE 51353. []
  15. Rédacteur en chef au Siècle et ami du bibliophile Jacob, voir sa notice Wikipedia ici. []
  16. Bulletin Municipal officiel de la ville de Paris du  8/4/1884, page 607, voir ici. []
  17. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 7/9/1889, page 1969, voir ici. []
  18. JO du 26/7/1875. Voir ici. []
  19. Le courrier rentrait et sortait librement de Paris par « la voie de  Saint DENIS » : les Prussiens occupaient cette zone et ne faisait pas de blocus. Remarque de Michèle AUDIN lors de la journée BnF : Nommer et raconter la Commune, 10 juin 2021. []
  20. Le Constitutionnel du 27/9/1876, voir ici. []