Archives par mot-clé : conférences

LA BAI-XIII (suite). Budget, catalogue, lecteurs, conférences

Après avoir relaté la naissance de la BAI du XIIIe arrondissement, puis présenté les membres qui ont composé le Conseil d’administration de l’année 1878,1 voici quelques notes sur la vie de la bibliothèque.

=> vous pouvez  lire ici le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1878 : compte-rendu de l’assemblée générale de la BAI-XIII  en 1878

Le budget


Une source importante de revenus, lors de la création de la bibliothèque, est l’organisation d’événements payants. Ils ont lieu au théâtre des Gobelins, qui peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Les animateurs de la bibliothèque, notamment Louis Combes, savent attirer des têtes d’affiche :

  • Le dimanche 16 juin 1878, une conférence sur L’histoire du livre par Charles Quentin2 qui retrace la vie et la mort d’Étienne Dolet, considéré comme le premier martyr libre-penseur. La réunion est présidée par Gambetta et rapporte 1 912,70 francs, somme considérable qui représente 70 % du premier compte financier.
  • Le 15 décembre de la même année, conférence de Louis Blanc, présidée par François Cantagrel, assisté des députés Barodet et Martin Nadaud. Sous un titre un peu énigmatique, La conversation au dix-huitième siècle, Louis Blanc parle de l’influence des Lumières sur la Révolution de 1789. Prix des places, 50 cts, 1fr, 2fr, 3fr. et 5fr.
  • Le 20 octobre 1879, représentation de Ruy Blas par une troupe d’artistes amateurs. Victor Hugo abandonne ses droits d’auteur (58,17 francs).
  • Le 31 octobre 1880, conférence d’Alphonse Humbert3, ancien communard déporté en Nouvelle Calédonie, ayant pour thème Le peuple, sous la présidence d’Auguste Blanqui. Clovis Hugues4 récite une poésie sur Blanqui. Le journal L’Intransigeant du 3 novembre écrit que l’orphéon de la gare d’Ivry termine la réunion par une « magistrale interprétation de la Marseillaise ». C’est l’une des dernières apparitions publiques de Blanqui qui décède deux mois plus tard, le 1er janvier 18815, dans l’appartement du boulevard qui ne porte pas encore son nom.

Le Petit Parisien 27 octobre 1880
Le Petit Parisien, 27 octobre 1880. Gallica (BnF).
  • Le 22 mai 1881, salle de la Renaissance (198 avenue de Choisy), conférence d’Alfred Talandier6, député de Paris, sur Le programme de l’alliance socialiste républicaine, suivie d’un concert. Prix d’entrée : 50 cts
  • Le 23 novembre 1884, conférence de Camille Pelletan,7 rédacteur en chef du journal La Justice, sur Diderot. Prix des places : 1fr, 50, 1fr, 75 et 50 cts.

Nous avons retrouvé le compte financier de 18788, qui n’est pas très significatif, puisqu’il contient les frais de la première installation. Il est plus intéressant de commenter les comptes de 1892. Ce budget s’élève à 3 989,20 francs.

Les dépenses :

Le premier poste est celui des charges locatives (35 %) : la bibliothèque est locataire et a des charges de chauffage et d’éclairage ;

Viennent ensuite les frais généraux (21 %) : les statuts et le catalogue sont imprimés pour être remis aux sociétaires ;

Puis les dépenses de personnel (20 %). Après débat, il a été décidé de ne pas recourir à des bénévoles pour assurer les fonctions de bibliothécaire, mais d’en avoir un rémunéré.

L’achat de livres représente 24 % des dépenses.

Les recettes

Il y a d’abord les produits du droit d’entrée, et des cotisations.

Il y a aussi quelques dons d’argent. Nous avons la trace d’un don de François Cantagrel en 1878, d’un montant de 209,10 francs. Les dons de livres sont une ressource importante, mais elle n’est pas estimée dans le budget.

Et, dès 1879, lorsque la bibliothèque a un an d’existence, s’ajoutent les subventions municipales, qui constituent une aide et un soutien importants : 1 000 francs en 1879, 1 500 francs de 1880 à 1892, puis 2 000 francs. En 1892, la subvention représente la moitié du budget.

Le Conseil municipal vire à droite (pour un siècle) après les élections municipales de 1901. En 1902, la subvention est abaissée à 800 francs, le rapporteur du budget estimant que les bibliothèques populaires ne sont pas suffisamment contrôlées par l’administration 9. Un compromis, négocié par Auguste Navarre, permet de la rétablir à 2 000 francs en 1904.

En 1933, la subvention est de 8 000 francs, et sera ensuite diminuée de 10% sous l’effet du « rabotage » prévu par les décrets-lois Laval.

En 1934, Louis Gélis10, conseiller municipal du 13e, demande une subvention exceptionnelle pour notre bibliothèque. Elle sera inscrite au budget de 1935, mais nous n’en connaissons pas la motivation précise. Nous n’avons pas de traces de financements publics ultérieurs.

Les livres et les lecteurs

Lors de l’ouverture de la bibliothèque, il y a déjà 350 ouvrages, provenant essentiellement de dons, ceux de la famille Trélat et de Philippe Doré qui a offert « toute une bibliothèque de science et jurisprudence » ainsi que les œuvres complètes de Voltaire. Sigismond Lacroix et Louis Combes sont également des donateurs importants, ainsi que l’éditeur Germer-Baillière par ailleurs membre du conseil d’administration de la BAI du 6e arrondissement, l’anthropologue Abel Hovelacque, Isidore Beaufils membre de l’AIT, la veuve d’Edgar Quinet, et la Ligue de l’enseignement11.

En 1878, une commission est chargée de dresser la liste des livres à acheter. Elle est composée de trois personnes, les deux conseillers municipaux Sigismond Lacroix et Louis Combes ainsi que l’artiste peintre Henri Saintin.

Il y aura 2 885 titres en 1882, 5 650 en 1884 et 9 000 en 1904.

Nous avons retrouvé à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville le catalogue imprimé daté du 1er juillet 1882, son supplément daté du 1er avril 1884 et un complément manuscrit du 2 décembre 1884, daté et signé du bibliothécaire. Ce manuscrit est certainement un document destiné au contrôle par les services de la Préfecture.

Voici quelques traits, retenus à la lecture du catalogue : on ne voit plus l’autocensure que l’on a rencontrée dans les bibliothèques populaires ouvertes sous l’Empire, mais il y a toujours la volonté de proposer une culture générale solide, en commençant parles grands classiques, anciens et modernes.

Dans ses souvenirs, Maxime Rodinson nous parle des livres qu’il lisait dans les années 1930. Il écrit que le fonds est idéologiquement orienté, mais pas sectaire. La littérature engagée est anticléricale et antimonarchique. Il signale qu’il y a de nombreux ouvrages classiques, de littérature française, mais aussi anglaise ou allemande ainsi que des auteurs grecs et latins, tous en traduction évidemment. Il signale la présence de livres de vulgarisation (sciences physiques et naturelles, astronomie), dont certains, remontant au fonds de départ, sont dépassés par le progrès scientifique. Ce qui l’intéresse le plus, c’est la collection l’Univers pittoresque qui lui permet de voyager. Il signale, avec une certaine tendresse, la présence parmi les lecteurs « d’un brave artisan, passionné par la lecture de l’historien grec Diodore de Sicile ».


Le catalogue présente les ouvrages, non pas uniquement par ordre alphabétique d’auteur, mais selon un plan de classement qui reflète les buts poursuivis. Comme cela est indiqué dans les statuts, la bibliothèque désire procurer à ses adhérents et à leur famille les livres utiles à leur instruction et/ou à leur délassement. C’est le sens des cinq grandes rubriques divisées en sous-rubriques : la première concerne le délassement, les suivantes l’instruction.

Le catalogue 1882

La 1e section, est de loin la plus fournie puisqu’elle représente à elle seule la moitié du fonds. Elle comprend les ouvrages dits de « délassement », c’est-à-dire la littérature, dont de nombreux romans populaires, des livres de géographie, des récits de voyages eux aussi très demandés, des ouvrages de poésie et de théâtre.

  • Littérature ancienne : les grands classiques grecs et latins.
  • Littérature étrangère : Cervantes, Dickens, Hoffmann, Shakespeare (traduit par François Hugo), les livres de Thomas Mayne Reid, un écrivain américain d’origine irlandaise, anti-esclavagiste, un des premiers et rares écrivains à écrire un roman dont le héros est un noir : William-le-Mousse.
  • Littérature française : 720 romans dont Alexandre Dumas (110 vol.), les écrivains engagés George Sand (65 vol.), Erckmann-Chatrian, Victor Hugo, Eugène Sue, Hector Malot, et même très controversés ou mis à l’index comme « les pornographes » Émile Zola et Charles Baudelaire, ou Marie-Louise Gagneur12, une romancière fouriériste, féministe et libre-penseuse, qui attaque avec virulence les congrégations (La croisade noire, Le calvaire des femmes). Il y a aussi des auteurs à succès au XIXe siècle mais aujourd’hui oubliés, tels que Gustave Aimard, un enfant abandonné, devenu aventurier, qui raconte sa vie de chercheur d’or en Amérique du Nord. Et il y a des romans franchement provocateurs comme Le fils du jésuite de Léo Taxil, roman qui lui vaudra d’être excommunié par le pape Léon XIII.
  • Géographie, voyages : curieusement pour nous, c’est là qu’on trouve les œuvres complètes de Jules Verne. Il y aussi les récits de voyage de Lamartine et de Gérard de Nerval et des monographies sur des pays étrangers.
  • Poésie, théâtre : les grands classiques du XVIIe siècle, mais aussi le théâtre de George Sand, de Voltaire, de Lamartine et de Victor Hugo.

La 2e section, qu’on appellerait aujourd’hui « sciences humaines » (histoire, philosophie, économie politique) comprend les livres d’histoire, suivis d’ouvrages destinés à la réflexion et à la formation du citoyen.

  • Histoire : 386 volumes, dont Tocqueville, Michelet, Henri Martin, Louis Blanc.
  • Morale, philosophie, controverses religieuses : 231 volumes, dont Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Diderot, Proudhon, Michelet.
  • Economie politique, sciences sociales : 138 volumes, Voltaire, qu’on retrouve dans presque toutes les catégories, Sismondi, Auguste Blanqui, Karl Marx13 . Il y a même Extinction du paupérisme d’un certain Louis Napoléon Bonaparte.
  • Biographies, mémoires : 205 titres dont la correspondance de Voltaire, les mémoires de Saint Simon

L’histoire en général, et particulièrement l’histoire de France occupe une place de choix. La tonalité anticléricale du fonds n’a cependant pas fait oublier les textes fondamentaux des grandes religions, puisqu’on peut lire la Bible, le Coran, Saint Augustin et les écrits de Confucius.

Le socialisme utopique est bien représenté avec en particulier toute l’œuvre de Proudhon, un livre de Victor Considerant, et Le fou du Palais Royal de François Cantagrel14.

La 3e section, sciences et arts, instruction, éducation (188 titres), est composée d’ouvrages de vulgarisation et de manuels techniques. Ces derniers sont destinés à améliorer la qualification des ouvriers et peut-être leur permettre une promotion professionnelle. Plusieurs traités et recueils de mécanique et de construction métallique, certainement destinés aux ouvriers de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, ont été offerts par Hervé Mangon, ingénieur, membre de l’Institut, qui sera nommé directeur du CNAM en 188015. Les autres sections comprennent des brochures, des dictionnaires, des annuaires. Certains romans, qui paraissent en fascicules sont indiqués dans la rubrique « littérature » du catalogue, avec la mention « voir aux brochures ». Cette indication facilite l’autonomie du lecteur, qui se déplace dans les rayons en libre accès.

Les lecteurs

L’obligation de rendre très régulièrement des comptes précis aux services de la Préfecture sur les acquisitions, le nombre de lecteurs, le nombre de prêts, est intéressante : c’est actuellement pour nous le seul moyen d’avoir quelques renseignements sur l’activité de la bibliothèque et son évolution au fil des années, ses collections, ses lecteurs, leur nombre, leurs profils, leurs goûts.

Le nombre des sociétaires s’élève à 206 en 1877, avant même que la bibliothèque soit officiellement créée. Il y en aura 390 (dont 5 femmes) en 1879 et 569 (dont 57 femmes) en 1893. Le nombre de femmes est faible mais il progresse. Par comparaison, elles représentent un tiers des sociétaires dans le 20e et la moitié dans le 14e. Ces chiffres ne veulent pas forcément dire que les femmes du 13e ne lisent pas. Les quelques listes d’inscription conservées montrent que c’est en général l’homme qui adhère à la bibliothèque pour toute la famille. Les adhésions féminines sont celles des célibataires (lingères, couturières, institutrices), des veuves souvent rentières, et de quelques femmes engagées qui s’inscrivent pour l’exemple16. En 1882-83, sur 445 adhérents, il y a 139 ouvriers et 110 employés (soit au total plus de la moitié), 33 membres des professions libérales et enseignants, 45 commerçants et 118 autres sociétaires dont la profession n’est pas indiquée. On peut réellement employer le qualificatif de populaire.

Sociétaires de la BAI en 1882

Ces statistiques nous renseignent aussi sur le goût des lecteurs. En 1882-83, 12 492 livres ont été lus sur place ou prêtés, sur un fonds de 3 375 volumes. Ce qui fait une moyenne de 28 livres par sociétaire.

La catégorie la plus demandée est — et de loin — la littérature (73%), suivie par la géographie et les voyages (10%) et l’histoire (5%). On voit qu’on est assez loin du souhait de Léon Gambetta qui voulait « qu’on meublât la bibliothèque de traités techniques … ». Le « délassement » l’a emporté sur l’utilitaire.

Ouvrages lus en 1882

Les conférences

La bibliothèque ne se contente pas de prêter des livres. Comme la moitié des bibliothèques populaires parisiennes, elle organise des conférences.

Celles-ci sont un moyen de se retrouver et d’échanger. Elles permettent de compenser les difficultés que rencontrent les ouvriers fatigués par leur journée de travail et qui n’ont pas assez de temps libre pour lire17.

Dans l’esprit des lettrés paternalistes des premières années, il s’agit surtout de guider les personnes peu habituées à lire, et de leur donner des conseils pour les orienter vers les « bons » livres. En annonce de l’ouverture de la bibliothèque de Versailles, on lit dans La Liberté du 18 mars 1879 : « Il faut que les associés ordinaires d’une bibliothèque populaire puissent rencontrer souvent, aux heures où se rapportent et se distribuent les livres, des membres instruits à qui ils puissent demander des conseils. »

Ce n’est pas tout à fait l’impression que nous donne la liste des conférences organisées dans le 13e.

Dans la presse, nous avons retrouvé la trace d’invitations à 253 conférences gratuites données au 59 avenue des Gobelins. Elles ont lieu le samedi, à huit heures et demie du soir, de mi-novembre à début avril. On peut supposer que les habitués ont autre chose à faire quand il fait beau …

Les annonces précisent souvent que « les dames sont priées d’y assister » et parfois que « la salle est chauffée ».

Tant qu’il est vivant, c’est François Cantagrel qui préside la séance de rentrée.

On dénombre une vingtaine de conférences par an entre 1879 et 1890, c’est-à-dire tous les samedis de la saison. Ce nombre diminue ensuite pour se réduire à 3 ou 4 par an jusqu’en 1902. Puis plus rien, sauf une en 1920. Maxime Rodinson ne parle pas des conférences qui auraient pu avoir lieu dans les années 30. Elles réapparaissent toutefois pendant l’hiver 1938-39 (8 conférences). On peut se demander quelles sont les causes de cette disparition : est-ce qu’elles ont lieu, mais que la presse ne publie pas les annonces ? Plus vraisemblablement, il doit se produire une démotivation des organisateurs. Il y aussi la concurrence d’autres formes de loisirs : on sait qu’une dizaine de salles de cinéma ouvrent dans le 13e arrondissement entre 1911 et 1914. Nous connaissons le thème de presque toutes les conférences et presque toujours le nom du conférencier18, et avons tenté de faire une typologie : les thèmes les plus évoqués sont, dans l’ordre :


  • la Révolution de 1789 et ses acteurs : Robespierre, Marat, Mirabeau … (une conférence sur cinq),
  • les questions sociales : l’enfance, l’assistance publique, … (une sur six),
  • la laïcité et la religion (une sur dix),
  • la littérature : Zola, Diderot, Rabelais, Sully Prudhomme etc. (une sur dix),
  • Des sujets directement politiques : la représentation du prolétariat au Parlement, le statut de Paris, par exemple,
  • La question des droits de la femme n’est pas oubliée (huit conférences),
  • Une quinzaine de conférences portent sur des sujets plus techniques (les égouts, les puits artésiens, l’architecture…).

Nous avons identifié 112 conférenciers : de nombreux avocats, des médecins, des publicistes, c’est-à-dire des journalistes. Beaucoup d’entre eux sont aussi conseillers municipaux, députés ou sénateurs.

71 intervenants donnent une seule conférence. Mais il y a des habitués. Le record est détenu par Louis Lucipia (13 conférences), ancien élève de l’École des Chartes, adhérent de l’AIT, communard. Soupçonné dans l’affaire des dominicains d’Arcueil, il est condamné à mort. La peine est commuée en travaux forcés à perpétuité et il est déporté en Nouvelle Calédonie. Rentré en France en 1880, il est journaliste au Radical. La même année, il est élu conseiller municipal dans le 3e arrondissement. Il préside le Conseil municipal en 1899. Il sera ensuite directeur de l’asile psychiatrique de Villejuif, membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique et président de la société des journalistes républicains. Franc maçon, il est, de 1895 à 1896 et de 1898 à 1900, président du Grand Orient de France. Dans ses conférences, il parle de la déportation des communards, de la Révolution française et de problèmes sociaux (la question des loyers, par exemple).

Vient ensuite Alexandre Millerand, le futur président de la République. Il donne 11 conférences, sur des questions sociales (la répartition des richesses) et sur des questions juridico-politiques (la Constitution, le budget). Il est d’abord présenté comme étudiant en droit, puis comme avocat, avocat à la Cour d’appel, ensuite conseiller municipal (il est élu en 1884 à l’âge de 25 ans), enfin député (élu en 1886 à l’âge de 26 ans).

Stephen Pichon (1857-1933), Portrait par Jules Valadon, 1893 . Wikipédia : CC.

H. Gaston (10 conférences). Nous avons eu beaucoup de mal à trouver son prénom, une seule coupure de presse, qui annonce une conférence dans le 6e arrondissement, nous dit qu’il s’appelle Henri. Il est ingénieur, libre-penseur et franc maçon. Gaston est aussi poète et membre du Comité républicain du 13e, pour lequel il se présente aux élections de 1883, et se désiste au profit de Stephen Pichon. En avril 1881, Il présente à la BAI 13 une conférence intitulée « L’idée de Dieu, la religion », qui donne ensuite lieu à une publication dont le titre est Dieu, voilà l’ennemi ! premier volume d’une nouvelle collection, « la Bibliothèque anti-religieuse ».

Henri Gaston, Dieu, voilà l’ennemi, Paris, H.-E. Martin, (1881), Bibliothèque antireligieuse. BnF, Arsenal, 8-NF-3230. Photographie G. Deblock.

Georges Martin (voir ce billet), conseiller municipal  : Il donne 9 conférences, surtout sur les questions sociales (l’enfance, les invalides, le droit des travailleurs à la retraite …).

Le docteur Auguste Navarre qui sera conseiller municipal du 13e en 1898 et député de 1914 à 1919. Il fait 8 conférences où il parle de questions sociales, de médecine et de science. Une conférence parle du darwinisme. Une autre s’intitule « Dieu et la politique contemporaine ».

Stephen Pichon (7 conférences) Il a préparé Normale Sup, mais a vite bifurqué vers le journalisme et la politique avec Sigismond Lacroix et Clemenceau. Conseiller municipal de la Salpêtrière en 1883. Député de 1885 à 1893. Anticlérical, il plaide pour la séparation de l’Église et de l’État. Anti boulangiste. Sénateur de 1906 à 1924, plusieurs fois ministre des affaires étrangères dans les gouvernements Clemenceau et Briand.

Jules Lermina, 7 conférences.  C’est un orateur brillant,journaliste et romancier. Il a écrit une quarantaine de romans et une dizaine d’ouvrages historiques. En 1870, il est l’auteur d’un acte d’accusation contre Napoléon III, dans lequel il demande sa condamnation aux travaux forcés comme « assassin, voleur et faux monnayeur », ce qui vaudra 2 ans de prison, dont il ne fera qu’une partie car il réussit à s’évader. Sa condamnation est annulée après le 4 septembre.

Raymond Poincaré, avocat, futur président de la République (7 conférences). Il parle de la Révolution de 1789 et, plusieurs fois, de Rabelais.

Ernest Rousselle, conseiller municipal de Maison Blanche de 1881 à 1896, président du Conseil Général en 1885 et du Conseil municipal en 1889. Il parle notamment de l’enfance abandonnée, et fait connaître ses préconisations pour que ces enfants soient soustraits à l’influence des congrégations. Le monument qui lui est dédié boulevard Auguste-Blanqui19 rappelle cet engagement.

Sigismond Lacroix (voir ce billet) donne quatre conférences, sur l’autonomie communale, le droit de la jeunesse et le droit de la femme.

Albert Pétrot, avocat, conseiller municipal du 6e, puis député (7 conférences). Il parle de la révolution de 1848 mais aussi de sujets de société (l’octroi, …).

Le docteur Désiré-Magloire Bourneville, médecin aliéniste à Bicêtre, a soigné les fédérés blessés pendant la Semaine sanglante. Il se bat pour la laïcisation des hôpitaux, la création de bibliothèques pour le personnel soignant et les malades, et pour la création d’écoles publiques d’infirmières, afin que l’hôpital puisse remplacer les religieuses par du personnel compétent. Il préside la Société de propagande pour l’incinération.

Louis Martin, avocat. (5 conférences) Il donne des cours gratuits à l’association polytechnique et à l’Union républicaine de la jeunesse. Anti boulangiste. Le dictionnaire national des contemporains nous dit qu’il est « membre du comité de patronage de la bibliothèque du 13e ». Il parle de Michel de Bourges et de la recherche de la paternité, sujets de deux de ses livres.

Onésime Prudent-Dervillers, ouvrier coupeur-tailleur, communard, un des fondateurs du Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire, conseiller municipal de Croulebarbe en 1889 et 1893, puis député du 18e. Il est enterré au Père Lachaise face au mur des Fédérés, à côté de Jean-Baptiste Clément, le célèbre auteur du Temps des Cerises. Prudent-Dervillers parle de l’assistance publique et du socialisme.

Eugène Baillet, chansonnier populaire, poursuivi et arrêté après la Commune. En 1879, il est secrétaire de la Société des auteurs et compositeurs de musique (SACEM).

Jean Bernard (Passerieu) avocat et publiciste, romancier et auteur dramatique. Sous le gouvernement du 16 mai, il est condamné quatre fois à de la prison pour des délits de presse. Il est l’avocat des anarchistes de Lyon, de La Bataille, le journal de Lissagaray, et intervient dans plusieurs procès contre des prêtres soupçonnés d’abus sexuels ou de malversations financières. Il donne 4 conférences, notamment sur la Révolution française.

La profession de quelques conférenciers venus à plusieurs reprises, mais dont nous ne savons rien de plus, est parfois indiquée dans la presse : André Bergé, préparateur à la faculté de médecine, Chrétien, conducteur des Ponts et Chaussées, qui s’intéresse au puits artésien de la Butte aux cailles, Raynald Legouëz, élève ingénieur des ponts et chaussées, Jean-Baptiste (ou Alfred) Schacre, alsacien « optant », architecte, fils (ou neveu) de Jean-Baptiste Schacre, bâtisseur de plusieurs églises, temples et synagogues à Mulhouse avant l’annexion.

Les conférenciers, même ceux qui parlent des droits des femmes, sont des hommes. Nous avons toutefois trouvé deux conférencières :

Léonie Rouzade militante féministe, fondatrice de l’Union des femmes, dont la conférence du 28 mars 1880 porte sur « les dirigeants, le peuple et le clergé » :« Dans notre programme, dit-elle, nous avons mis la revendication des droits qui nous manquent à nous, femmes, et ils nous manquent presque tous, mais nous avons mis aussi la revendication des droits qui manquent à nos frères prolétaires et il leur en manque beaucoup … ». Bien que non-éligible, elle est candidate aux élections municipales dans le 12e en 1881 et aux législatives de la Seine en 1885.

Le Petit Journal, supplément illustré du dimanche, 11 décembre 1898. Gallica (BnF).

Jeanne Chauvin première femme docteur en droit et première avocate à gagner le droit de plaider en 190120 . Sa conférence du 11 décembre 1898 a pour titre « Lamartine et l’éducation du peuple » Elle se tient à l’Éden, à l’occasion du 20e anniversaire de la bibliothèque, en présence de plus de 500 personnes. À cette occasion, Eugène Leboucher retrace l’histoire de la bibliothèque. Sigismond Lacroix, qui préside la réunion, fait ovationner la proposition de loi qui permettrait aux femmes de s’inscrire au barreau.

Et on peut ajouter Maria Deraismes qui donne au théâtre des Gobelins le 1er avril 1881 et le 11 mars 1883 deux conférences (« les droits de l’enfant » et « la dépopulation »), dans le cadre de manifestations destinées à recueillir des fonds pour le Sou des écoles laïques et la Maison maternelle laïque.

Des livres, des conférences, mais aussi d’autres activités

La bibliothèque est aussi un lieu où on donne des cours, notamment de chimie, d’anglais, de dessin et surtout de musique, solfège et violon. Elle accueille le mardi et le vendredi les cours gratuits Galin-Paris-Chevé,21 institution qui a mis au point une méthode simplifiée de lecture des partitions musicales pour les choristes. Ce système inspiré de Jean Jacques Rousseau est développé par des fouriéristes.

Le Radical du 23 novembre 1883 précise que « des places spéciales sont réservées aux dames et aux enfants. » Un compte rendu de 1882 nous dit qu’il a eu 104 cours cette année-là, mais nous n’en connaissons pas le détail.

La bibliothèque présente l’ensemble de ses activités (lecture, conférences, cours) à l’exposition internationale de Paris en 1900 où elle obtient une médaille d’argent et à celle de Saint-Louis en 1904 où elle est récompensée par une médaille d’or dans la catégorie « Mouvement général du progrès social »

Liste des conférences données à la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 13e arrdt en 1879-1880

 

année

date

conférencier

sujet

Notes et précisions

saison 1879-1880 (15 conférences)

 

1879

23-déc

Ouverture solennelle des cours publics et gratuits de l’Union française de la jeunesse, sous la présidence de Cantagrel

 

1879

23-déc

Lucien Henry,

Avocat

Paul Louis Courier

Hippolyte-Lucien Henry (1851-1897)

La Conférence

1880

04-janv

Alfred Naquet

non précisé

Médecin, député, inspirateur de la loi de 1884 sur le divorce. (1834-1916)

MAITRON

1880

24-janv

Docteur Thulier, conseiller municipal

Les enfants assistés

Jean-Baptiste-Henri Thulié (1832- ?), conseiller municipal

1880

31-janv

Eugène Baillet

Le génie de la Révolution

Bijoutier, photographe ambulant, chansonnier,

(1829-1906)

MAITRON

1880

07-févr

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie (les convulsionnaires de Saint- Médard)

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

15-févr

Aimé Lavy

La représentation du prolétariat au Parlement

Instituteur, rédacteur du journal Le prolétaire

(1850-1921) La représentation du prolétariat au parlement

MAITRON

1880

22-févr

Albert Gauttard

L’art du dessin mis à la portée de tout le monde

Lithographe, illustrateur

(1841-1903)

Professeur de dessin, fouriériste

1880

28-févr.

Albert Setrat

La magistrature et la République

 

1880

07-mars

Jean Thomas

adjoint au maire

L’instruction primaire à Paris

Pharmacien,

maire du 13e arr. de 1882 à 1896

(1834-1899)

(Le Petit Parisien 31 août 1899)

1880

13-mars

Yves Guyot,

conseiller municipal

Les réformes par les communes

Publiciste, homme politique

(1843-1928)

WIKIPEDIA

1880

21-mars

Docteur Bourneville, conseiller municipal

Les Miracles et la folie

Désiré Bourneville, médecin aliéniste (1840- 1909)

MAITRON

1880

28-mars

Léonie Rouzade,

Les dirigeants, le peuple et le clergé

Écrivaine, fondatrice des Femmes socialistes (1839-1916)

MAITRON

1880

04-avr

Chrétien

conducteur des ponts et chaussées

Les puits artésiens

Directeur du puits artésien de la Butte aux cailles

1880

25-avr

Sigismond Lacroix, conseiller municipal

Le droit de la femme

Historien journaliste, homme politique, vice-président de la BAI-XIII

(1845-1909)

WIKIPEDIA

1880

02-mai

Victor Meunier, journaliste

La conquête de l’Afrique par la science

Écrivain scientifique,

vulgarisateur

(1817-1903)

=> vous trouverez ici la  liste des conférences de la BAI-XIII identifiées entre 1879 et 1939

La bibliothèque est naturellement le lieu où se retrouvent les défenseurs de l’école laïque : elle organise des événements pour soutenir la Société du Sou des écoles laïques, créée en 1878 pour favoriser la fréquentation des enfants d’ouvriers à l’école laïque. Elle accueillera son siège social, initialement fixé au domicile de François Combes. La société laïque des Maisons maternelles tient plusieurs assemblées générales dans la salle de la bibliothèque.

Maison de Victor Hugo
Avec l’aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo. Photographie de Nathalie Voynet.

Le 59 de l’avenue des Gobelins sera aussi un lieu de nombreuses réunions politiques. Quelques exemples : en 1881 réunion de la Solidarité des femmes avec le concours du Choral du 13e (l’invitation précise que « les hommes seront admis ») ; en 1889, l’Alliance socialiste et républicaine et le comité de soutien à la candidature d’Abel Hovelacque ; en 1890 le Comité socialiste autonomiste ; en 1904 le groupe de la Libre Pensée … Enfin, c’est à la bibliothèque que se réunissent le 27 février 1881 plusieurs institutions républicaines du 13e pour aller porter une adresse à Victor Hugo à l’occasion de ses 80 ans22 : la Bibliothèque populaire, le Sou des écoles laïques, la société de secours mutuels de la Maison Blanche et Croulebarbe, les francs-maçons habitant le 13e, la fanfare La Renaissance, la Chorale les Enfants du progrès. Il y aura 600 000 personnes sur l’avenue d’Eylau, qui sera nommée avenue Victor Hugo le 8 avril suivant.

La fin ?

En 1933, le syndicat des bibliothèques des Amis de l’Instruction a son siège au 59 de l’avenue des Gobelins, ce qui prouve que la bibliothèque fonctionne encore.

En 1937, le Rassemblement populaire des vieux travailleurs (secteur sud) tient encore des permanences dans la salle de la bibliothèque. Les dernières traces sont celles laissées par les conférences de l’hiver 1938-1939.

Nous avons la certitude que la BAI du 13e n’existe plus en 1950. À cette date, la moitié des BAI parisiennes ont disparu. Un rapport au conseil municipal de Paris23 nous dit que la principale raison est financière. Les bibliothèques municipales ont grandi, sont gratuites et prêtent désormais à domicile. Elles ont certainement pris le relai.

On sait aussi qu’en 1940, le gouvernement de Vichy a demandé aux préfets de confisquer dans les bibliothèques tous les ouvrages « à tendances communistes, libertaires et extrémistes de gauche ». Les autorités d’occupation soumettent les bibliothèques populaires à un contrôle sévère, en leur imposant une autorisation pour fonctionner. Tout cela n’a certainement pas arrangé les affaires de notre bibliothèque. Maxime Rodinson nous dit que le local de la bibliothèque est devenu une pizzéria et qu’il a acheté aux Puces de Saint-Ouen des livres portant le tampon de la bibliothèque

 

Nous allons poursuivre nos recherches sur cette disparition.

Sources bibliographiques :

  • Archives de la Préfecture de Police : Arch. PPo.
  • Archives de la Ville de Paris : Arch. P.
  • Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris : BHdV.
  • Journaux consultés sur Gallica et/ou Retronews (BnF): Le Petit Parisien, La Lanterne, Le Radical, Le Rappel, La Presse, Le Temps, Le Gaulois, Le Constitutionnel, Le Siècle, Le Moniteur Universel, La France, La Gazette, Le journal des débats politiques et littéraires, Le Pays, journal de l’Empire, La Liberté, Le Cri du Peuple, le XIXe siècle, La Petite République, La Justice, L’Intransigeant, L’Aurore, Le Journal, L’Homme Libre, L’Excelsior, Le Populaire, L’Œuvre, L’Action Française, Le Monde Illustré, le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, le Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine.
  • Dictionnaire universel illustré biographique et bibliographique de la France contemporaine par une Société de gens de lettres et de savants, sous la direction de Jules LERMINA, Paris, L. Boulanger, 1885 [BnF, en ligne].
  • Les Hommes d’aujourd’hui, F. CHAMPSAUR et A. GILL, Paris, éditeur A. Cinqualbre (en ligne).
  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l’Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l’Académie de médecine…. Tome 3 / sous la dir. de C.-E. Curinier, Paris, 1899-1919 (BnF, en ligne)
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (le Maitron) [en ligne].
  • www.bai.hypotheses.org
  • Emmanuel FUREIX, Le siècle des possibles, éd. PUF, 2004
  • Arnaud-Dominique HOUTE Le triomphe de la République, Le Seuil, coll. Points, 2014.
  • Jules Ferry, la République des citoyens, textes présentés par Odile Rudelle, Imprimerie Nationale, 1996.
  • Alain FAURE Les racines de la mobilité populaire à Paris au 19e siècle – Nanterre – IDHE
  1. Voir les billets bai.hypotheses.org/4298 ; bai.hypotheses.org/4332 []
  2. Charles Quentin (1826-1904). Il « prend » la bibliothèque du Sénat pendant la Commune. Ami de Gambetta, conseiller municipal du Père Lachaise (1876-80), vice-président de la BAI du 20e, directeur de l’Assistance publique (1880-85). Voir Christiane Demeulenaere, « Une intention peut en cacher une autre : la création de la bibliothèque populaire du XXe arrondissement de Paris », dans Bibliothèques populaires, 30/11/2018, https://bai.hypotheses.org/2963. []
  3. La petite presse du 3 novembre 1880 cite un extrait de cette conférence : « Il reste à faire la révolution du prolétariat, dès que la bourgeoisie aura fini la sienne. C’est pourquoi M. Gambetta et ses amis ne sont pas pressés de la terminer ; c’est pourquoi aussi nous devons nous liguer pour en hâter l’achèvement ».

    Alphonse Humbert, 1844-1922. Journaliste au Père Duchêne sous la Commune, un des signataires de l’Affiche rouge. Condamné aux travaux forcés à perpétuité. Après l’amnistie de 1879, il est élu conseiller municipal du 15e, mais l’élection est annulée parce qu’il n’a pas les six mois de résidence requis. Conseiller municipal du 15e de 1886 à 1893, et député en 1893. []

  4. Clovis Hugues, 1851-1907, poète et romancier, membre actif de la Commune de Marseille, député de 1881 à 1906. []
  5. Le MAITRON signale deux réunions qui achèvent de consumer les forces de Blanqui : le 21 novembre 1880, une conférence à Lille devant 6 000 personnes, et le 27 décembre, une intervention salle Ragache rue Lecourbe, 15e. []
  6. Alfred Talandier, d’abord avocat, révoqué par Louis-Napoléon Bonaparte, 1849, exilé en Angleterre. Sous-préfet après le 4 septembre, révoqué par Thiers, il devient professeur d’anglais à Henri IV, une troisième fois révoqué en 1874 quand il devient conseiller municipal. Député de 1876 à 1885, il siège à l’extrême gauche Les hommes d’aujourd’hui n°132. []
  7. Camille Pelletan, historien et journaliste au Rappel puis à La Justice, le journal de Clémenceau. Ami de Verlaine et de Rimbaud. Anticlérical et antiboulangiste. Député des Bouches du Rhône de 1881 à 1912. Ministre de la Marine de 1902 à 1905 []
  8. Ce budget figure en annexe, après le rapport du Conseil d’administration []
  9. La subvention à la BAI du 8e est même supprimée. Elle est qualifiée « d’officine électorale » par les élus conservateurs. []
  10. Louis Gélis (1896-1940), métallurgiste, membre du parti communiste français, puis du parti ouvrier et paysan, conseiller municipal du 13e de 1926 à 1940, député de 1932 à 1940. []
  11. En 1905, le Conseil municipal autorise l’École Estienne à donner à la bibliothèque « divers ouvrages qui encombrent les magasins », d’une valeur de 500,25 francs (BMO du 18/12/1905). []
  12. Voir https://bai.hypotheses.org/3147 []
  13. D’après Bernard Desmars (Bibliothèques en utopie, les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Presses de l’Enssib, 2020.), la bibliothèque du 13e serait en 1882 la seule bibliothèque populaire à comprendre Le Capital dans son catalogue. []
  14. Ouvrage offert par son auteur []
  15. Dictionnaire Universel de Jules Lermina, page 974. []
  16. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? » dans Laurent Besse, Carole Christen, Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 : Perspectives françaises et internationales, Presses Univ. Septentrion, 2017, p. 199-214. []
  17. Opinion exprimée par Georges de Peyrebrune, pseudonyme de Mathilde Marie Georgina de Peyrebrune, dans une conférence du 27 mars 1877 à la BAI du 15e arrondissement https://bai.hypotheses.org/3445. []
  18. Voir la liste en annexe. []
  19. Le sculpteur Michel Béguine est présent le 15 mai 1896 à l’état civil de la Mairie du 14e et contresigne l’acte de décès d’Ernest Rousselle. []
  20. Inscrite au barreau de Paris, ses premières plaidoiries sont prononcées devant le tribunal civil de Château-Thierry. Celui-ci est présidé par le « bon juge Magnaud », le magistrat qui a créé la notion « d’absolue nécessité », prononcé le premier divorce aux torts réciproques, la garde alternée des enfants, et demandé que l’adultère ne soit plus qualifié de délit. La figure du « bon juge » est évoquée à la bibliothèque dans deux conférences. []
  21. Voir le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com, 2018/09. []
  22. C’est en réalité le jour de ses 79 ans, l’entrée dans sa 80e année. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952. []
  23. Bulletin Municipal Officiel du 1er janvier 1952 []

Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Portrait de Georges de Peyrebrune, In Mes Contemporaines par Camille Delaville, Paris, P. Sévin, 1887. Cliché de l’auteur.

Michel Blanc, de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement de Paris (BAI-III), est la première personne qui m’a exprimé son intérêt pour ce manuscrit et m’a suggéré de le publier en ligne. Qu’il en soit ici remercié. Il en fait une brève présentation (voir l’encadré ci-dessous) avant la transcription, et propose quelques remarques conclusives à la suite de notre analyse de ce texte.

Jean-Paul Socard

Continuer la lecture de Georges de Peyrebrune en conférence, le 11 avril 1877, à la Bibliothèque des Amis de L’Instruction du XVe arrondissement de Paris : un manuscrit inédit

Quand Gambetta, la tragédienne Mme Segond Weber (et bien d’autres !), s’intéressaient à la bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement

second weber
Eugénie Second Weber (1867-1945) Photographie Touranchet1

 

La bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 18612, a rapidement eu des petites sœurs parisiennes. Parmi les plus jeunes, celle du XIe arrondissement. A la différence de son aînée, elle ne naît pas sous le Second Empire, mais sous la Troisième République en 1877.  Bien des personnalités se pressent autour de son berceau, soucieuses pour certaines de montrer ainsi qu’elles appuient une initiative (censée être ?) populaire.

Les bibliothèques des Amis de l’Instruction ont très vite mis en place des conférences destinées à renforcer l’instruction que l’on trouvait dans les livres. Cette initiative qui avait suscité bien des méfiances et une très grande surveillance de la part des autorités impériales s’épanouit sous la Troisième République. Les conférences font toujours l’objet d’une surveillance mais elles sont un peu moins difficiles à organiser et elles peuvent attirer, si les orateurs sont célèbres, une foule de gens. Très avisés, les fondateurs de la Bibliothèque du XIe se placent sous la protection de Léon Gambetta, lequel accepte la présidence d’une conférence  dans la célèbre salle du Tivoli-Vauxhall. Il prend alors place sur l’estrade en compagnie d’une douzaine de sénateurs et députés parisiens. Sa présence a attiré pas moins de trois mille personnes qui seront récompensées par un court mais efficace discours à la fin de la séance. Le député parisien en profite pour faire le lien avec sa lutte politique :

Après les applaudissements qui accueillent ce discours, M. Gambetta remercie successivement l’orateur et l’assistance de la sympathie dont ils ont fait preuve envers l’œuvre. L’illustre député de Paris rappelle que dimanche dernier, il présidait, à Montparnasse une réunion du même genre, et qu’il la félicitait de son concours empressé à une œuvre d’enseignement mutuel. « Ces félicitations, ajoute M. Gambetta, je les renouvelle aujourd’hui et j’acquiers une nouvelle preuve de ce que peut le capital intellectuel d’une nation. Le temps n’est plus où avec une main si avare on distribuait l’instruction ; la science est un patrimoine sacré que l’on doit restituer à tous ceux qui sont capables de le recevoir. ». L’orateur dit encore qu’en fondant des bibliothèques populaires les citoyens font l’éducation du suffrage universel. Il n’y a dans ces généreux efforts rien qui doive inquiéter personne, puisque les bibliothèques sont autorisées par la loi. En outre les organisateurs de ces associations sont animés du même esprit : l’amour commun de la patrie. « Et par amour de la patrie, termine M. Gambetta, j’entends la haine d’un parti dont les jours sont comptés. Car je puis dire que ceux qui nous gouvernent savent aussi bien que nous les moyens à employer pour faire respecter la République et sauver la société moderne des atteintes de l’ultramontanisme ! » Cette chaleureuse allocution est saluée par l’assistance aux cris de : Vive Gambetta ! Vive la République ! 3

Grâce à cette conférence, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement reçoit des fonds. Gambetta termine en effet sa harangue en incitant les auditeurs à verser une obole. On sait que les frais engagés pour la conférence ont été de 372 francs environ alors que les dons et conférences ont rapporté 1793 francs4 . Cet astucieux parrainage permet aussi à la Bibliothèque  de se faire connaître puisque la conférence a  drainé nombre d’admirateurs de Gambetta et qu’elle est narrée dans les journaux. De plus, avant le discours tant espéré, en « première partie » les auditeurs ont entendu un historique des bibliothèques des Amis de l’Instruction et un discours de M. Tolain sur le livre, lequel selon le journaliste présent a également soulevé l’enthousiasme :

Ce que nous réclamons aujourd’hui, mesdames et messieurs, dit l’honorable sénateur, bien des penseurs et des patriotes l’ont réclamé avant nous. Tout le monde est d’accord pour que l’instruction primaire soit obligatoire et laïque, mais cela ne suffit pas, il faut une éducation plus étendue, afin que les travailleurs sachent autre chose que lire, écrire et compter. Au moment où l’enfant entre en apprentissage, où il quitte la famille pour l’atelier, il perd peu à peu l’habitude de l’étude, et les exemples qu’il trouve sous ses yeux éveillent trop souvent ses instincts au détriment de sa vigueur physique et de sa moralité. C’est à ce mal qu’il appartient d’apporter un prompt remède, et ce remède, c’est l’étude, le livre. (Très-bien !)  Il y a dans notre société deux grandes catégories de citoyens : les savants et les ignorants. Les uns sortent des lycées, des facultés, des écoles supérieures, et par droit de naissance deviennent savants ou du moins ont sous la main tous les trésors pour le devenir. Les autres, préoccupés du pain quotidien, vivent d’une vie végétative, sans avoir pu goûter les délassements de l’esprit. Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement.

Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !  (Applaudissements.)

L’orateur montre ensuite comment une bibliothèque organisée avec des cours, des conférences , peut être le germe de véritables facultés à la portée du peuple. Ce n’est pas du nombre des livres, mais de leur choix qu’il faut se préoccuper. Un homme expérimenté, ayant déjà la pratique de l’enseignement, est indispensable à la tête d’une pareille œuvre.5

Afin de rendre plus accessible son discours sur la nécessité des bibliothèques populaires, M. Tolain se laisse aller à une confidence sur sa propre fréquentation des bibliothèques dans sa jeunesse qui est fort éclairante :

Quand j’étais enfant, il n’était pas question de bibliothèques populaires. J’avais la passion des livres et une seule bibliothèque existait dans mon quartier, celle de Sainte-Geneviève, ouverte seulement jusqu’à 10 heures du soir.

Mon âge m’en défendait l’accès, et chaque fois que je voulais m’y introduire, un vieux sergent me barrait la route en disant : « Vous êtes trop jeune, on ne passe pas ! » Un jour, je parvins pourtant à arriver au bibliothécaire, un brave homme, qui se laissa émouvoir par mon insistance et leva la consigne en ma faveur.
Ah ! mes chers amis, si vous saviez comme je me précipitai sur tous les livres et comme je les dévorai, sans suite, au hasard, pêle- mêle ! Par une rude expérience, j’ai compris combien il est dangereux pour le lecteur de n’avoir pas de méthode et voilà pourquoi je vous conjure d’éviter cet écueil.
6

On l’aura compris, Tolain prône donc des bibliothèques populaires où le choix des livres n’est pas laissé au peuple lui-même… Quelques mois plus tard, il semble d’ailleurs avoir soutenu à la Bibliothèque populaire du XIe arrondissement un groupe dont un des membres aurait acheté autoritairement pour 900 francs de livres « sans consulter le Conseil ni sur la dépense ni sur le choix des livres ».7

Ce lectorat qui ne trouve donc pas forcément les ouvrages qu’il aurait souhaité voir figurer sur les rayonnages de la bibliothèque, se rattrape quelque peu dans sa liberté de  choix au milieu des ouvrages qui lui sont proposés. Comme à l’habitude, on retrouve une forte propension à choisir des ouvrages de « délassement » plutôt que d’instruction. Le bilan dressé en février 1878 est le suivant :

Les auteurs les plus demandés sont, pour les romans : Erckmann-Chatrian, Eugène Sue, George Sand, Jules Verne, etc.

En histoire : Michelet, Louis Blanc, Henri Martin, Anquetil et même Rollin.

La Bibliothèque compte environ 220 lecteurs, se partageant comme suit :

Romans, 120 ; Histoire, 60 ; Littérature, 10 ; Voyages et Géographie, 8 ; Hygiène et Médecine, 6 ; Industrie, 4 ; Sciences, 2.8

Dix ans plus tard environ, une jeune femme  se rendait à cette bibliothèque. Rappelons en effet que les Bibliothèques des Amis de l’Instruction avaient à cœur d’accueillir un lectorat féminin et que pour cela les femmes payaient une cotisation inférieure de moitié à celle des hommes. C’est une jeune actrice, trop pauvre pour acquérir elle-même ses ouvrages et qui souhaite lire Euripide. La demande pose problème au bibliothécaire qui craint un refus du Conseil d’administration de la Bibliothèque (pour des raisons morales? ou pragmatiques? on ne sait). Il feint donc d’acheter un roman de Dumas pour pouvoir procurer à la comédienne le texte demandé… Cinquante ans plus tard, Mme Segond Weber tient à raconter au Monde Illustré cet épisode :

C’est une jeune Parisienne pauvre qu’avait élue en vous le génie méditerranéen de la tragédie. C’est Paris, tel qu’il est, qui vous a fait ce que vous êtes. Quand l’éclosion de votre âme d’artiste, développant en vous les appétits de l’intelligence, vous poussa à des lectures toujours plus vastes, c’est la bibliothèque populaire du onzième arrondissement qui vous prêta les livres. Et le jour où la préface que Racine mit à Phèdre vous donna la curiosité de lire Euripide, le bibliothécaire s’arracha les cheveux à l’audition de votre requête. Point d’Euripide sur ses rayons ! Il prit sur lui d’en acheter un, mais il craignit d’être désapprouvé pour cette acquisition insolite, et il trouva le moyen de la déguiser sous l’entrée d’un roman de Dumas père, de consommation incontestablement plus courante.9

 

 

 

  1. image provenant du site http://www.lesarchivesduspectacle.net; libre de droits []
  2. voir les premiers billets []
  3. P. Gallery des Granges, « La Réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire, 30 janvier 1877 []
  4. D’après le compte-rendu de 1878 []
  5. ibid. []
  6. ibid. []
  7. l’affaire est longuement narrée dans un compte rendu « imprimé aux frais d’un membre du Conseil » en 1878, adressé aux sociétaires []
  8. Ibid. []
  9. « Mme Segond Weber, tragédienne », Le Monde illustré , 27 juin 1936 []