Archives par mot-clé : Doubs

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)

Un don récent fait aux Archives de la Ville de Paris (AVP)  permet de découvrir la BAI-XIX et son destin placé sous le signe de la littérature et du positivisme. Elle a en effet pour président d’honneur le bibliophile Jacob, et compte de généreux donateurs, comme Victor Hugo ou Jules Claretie…

Portrait photographique de Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) par Nadar. Vers 1900. Gallica (BnF)

 

Les archives entrées  aux AVP ne correspondent  pas à la production initiale d’une bibliothèque populaire (pas de registre des lecteurs ou des délibérations par exemple, que devaient théoriquement tenir les bibliothèques populaires) et portent les traces d’une sélection très ancienne (au moment de la dissolution de la BAI-XIX ?),  qui ne semble pas toujours avoir été judicieuse. On peut en revanche se féliciter qu’en découvrant  ces papiers ayant trait aux bibliothèques populaires des personnes aient  la bonne idée de les déposer auprès d’institutions comme les AVP. En effet, ce lot de documents épars a déjà permis d’en savoir davantage sur le rôle exact de Jean-Baptiste Girard à la tête de la Société Franklin1, et nous renseigne non seulement sur la naissance de la BAI-XIX mais aussi sur un pan jusqu’ici mal connu  des relations entre les communautés littéraire et scientifique et les BAI.

I. Un historique de la BAI-XIX datant de 1960

Parmi ces archives de la BAI-XIX, figure la copie d’une réponse à un universitaire qui recherchait des ouvrages envoyés par Victor Hugo aux bibliothèques populaires. Cette lettre, qui date de 1960, brosse l’historique que voici :

Monsieur,

Après avoir fait part de votre lettre à la Fédération des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction, 59, rue des Epinettes, Paris, 17e, au cours de la réunion du 17 juin, j’ai l’honneur de vous donner quelques renseignements concernant notre bibliothèque.


Le Second Empire influençait la vie publique et cherchait  à dominer tous les esprits assoiffés de liberté, quelques Parisiens, membres de l’Association philotechnique rongeaient leur frein en silence.

L’un d’eux, J.B. Girard, simple ouvrier typographe, connut la prison en raison de ses idées trop libérales, pendant sa captivité, il concevait la bibliothèque du 3 e arrondissement de Paris – “Le caractère originale de l’idée de Girard, c’est le prêt du livre à domicile et la pénétration sous tous les toits, la présence au foyer domestique du livre qui sera lu à la clarté de la lampe après le labeur du jour, c’est la haute communion de l’âme familiale avec le génie national et l’esprit humain, c’est la possibilité pour le chef de famille de devenir une lumière spirituelle pour les siens et pour les autres, pour le plus grand bien de la patrie et de la République”. Ainsi s’exprimait le 9 décembre 1911, en Sorbonne lors du Centenaire des Bibliothèques Populaires de Paris, Mr A. Vorbe, président du Syndicat desdites Bibliothèques, car la semence jetée par Girard avait porté rapidement ses fruits, à l’époque du Cinquantenaire, il existait 21 établissements de ce genre dans Paris.

Le dix-neuvième arrondissement avait été particulièrement doté, avec le Siège Social, 137 ave Jean Jaurès et la succursale 76 rue de Flandre.

Voici comment ces bibliothèques avaient pris naissance :

Le 22 décembre 1868 à deux heures de l’après-midi, sous la présidence de Mr Justus Mallen, nommé par décision ministérielle, se sont réunis à la salle d’école des garçons du 19e arrondissement: rue de l’Église, quarante et un adhérents au projet de fondation d’une bibliothèque populaire dans cet arrondissement, lesquels après avoir versé la cotisation mensuelle fixée par les statuts soumis à l’approbation ministérielle se sont déclarés constitués à partir du 1er janvier 1869.

Grâce aux dons de divers ouvrages faits par les Administrateurs, l’œuvre allait pouvoir fonctionner dans une certaine limite et ce fut le 21 janvier 1869 qu’elle était déclarée ouverte dans un local : 5, rue de Nancy, au rez de chaussée, mais qui devait devenir par suite du changement du nom de la rue, 36 rue de Lorraine.

Il était décidé que les Administrateurs rempliraient l’emploi de bibliothécaire chaque soir, un tour de roulement avait été arrêté entre eux.

Des dons de volumes par Messieurs Victor Hugo, Louis Blanc, Carnot, Jules Claretie, Barthélémy St Hilaire, Delescluze, Louis Figuier, Erckmann Chatrian, Émile de Girardin, A. Vacquerie, Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique, la Société Franklin, Sa Majesté Napoléon, et surtout de Monsieur Paul Lacroix, “Bibliophile Jacob” Président de l’œuvre et conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, finissaient par rendre le local trop petit et la bibliothèque se trouvait transférée le 15 juillet 1873, rue de Crimée, n° 142.

Des cours de dessins, des conférences scientifiques et littéraires à l’usage des sociétaires, avec un musée, des concerts et des bals contribuèrent à l’agrandir si bien qu’elle devait se fixer ensuite 137, Ave Jean Jaurès avec une succursale 78, rue de Flandre.

Malheureusement les vicissitudes de la vie devaient amener la disparition du Siège Social, 137 Ave Jean Jaurès en 1939.

La succursale qui est devenue le Siège Social s’est maintenue par miracle dans ce siècle motorisé. Pourtant, l’Institut de loisirs et de Culture Populaires qui tout dernièrement est venu lui tendre une main fraternelle fait espérer la conservation de ce flambeau de lumière et de vérité.

Les titres des dons de volumes de Victor Hugo ne sont pas mentionnés à part : ” Les Châtiments”, d’après le procès-verbal d’Administration du 17 février 1871.

Je pense que ce petit historique pourra vous intéresser, et je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Pour le Président

Un Administrateur

Mme Stoller, bibliothécaire

Cette lettre a un double intérêt. Elle confirme le rôle joué par Suzanne Stoller dans les dernières années de la BAI-XIX et de la Fédération des BAI2. Suzanne Stoller, bibliothécaire bénévole  de la BAI-XIX, avait pour projet d’écrire l’histoire de sa bibliothèque et plus largement des BAI3. Il apparaît clairement à la lecture de la lettre ci-dessus que Suzanne Stoller avait pour ce faire d’une part accès à un ensemble d’archives moins disparate que celui qui est parvenu aux ADVP et d’autre part à l’historique rédigé pour le cinquantenaire en 1911, comme elle le souligne d’ailleurs. En effet l’interprétation qu’elle a pu faire des documents à sa disposition est orientée par le texte de 1911, texte qui a marqué durablement les bénévoles des dernières BAI du XXe siècle, en proposant une mythologie fondatrice de la BAI-III et des autres BAI. C’est l’occasion pour moi de signaler l’ étude menée à ce propos  par Isabelle Antonutti et Sarah Clément en 2018, intitulée « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction »4.

II/  Les débuts de la BAI-XIX : Justus Mallen et /ou Alfred Mallet ?

Le récit de Madame Stoller présente certes des points communs  mais aussi des divergences avec celui d’un bénévole qui raconte en 1898 son expérience :

M. POTRON, bibliothécaire, fait ensuite la communication suivante sur la bibliothèque populaire du XIXe arrondissement de Paris :

Vers le milieu de l’année 1868, quelques citoyens du XIXe arrondissement, désireux de propager les bienfaits de l’instruction et de la littérature dans les familles, prenaient rendez-vous à la mairie, dans le but de fonder une bibliothèque.

L’entente fut bientôt faite, et séance tenante, il fut décidé qu’un conseil d’administration provisoire serait nommé et demanderait l’autorisation légale au ministère.

Cette autorisation fut accordée et la bibliothèque commença à fonctionner le 1er septembre 1868, sous le nom de : Bibliothèque populaire des amis de l’Instruction du XIXe arrondissement.

Les fondateurs louèrent un petit rez-de-chaussée au n° 36 de la rue de Lorraine et firent de leurs propres deniers les premières avances de fonds ; chacun apporta son concours dévoué et gratuit selon ses aptitudes; les uns installèrent les rayons pour le placement des volumes, d’autres écrivirent des lettres faisant appel à la générosité des auteurs et éditeurs en renom.

Les réponses ne se firent pas attendre en raison de la moralité de l’œuvre et des bienfaits qu’elle devait forcément apporter dans la classe ouvrière. Des envois de livres furent faits : par le Ministère de l’instruction publique, la librairie Hachette, la Bibliothèque nationale et par Victor Hugo ; mais le plus grand don fut fait par le bibliophile Jacob, qui nous fit chaque année, jusqu’à sa mort, de nombreux envois.

Grâce à ces dons, ainsi qu’au dévouement des membres fondateurs, la bibliothèque prospéra et même, pendant la guerre, le service fut fait aussi régulièrement que possible.

Au fur et à mesure des achats et des dons de livres, les rayons de la bibliothèque devinrent insuffisants ; il fallut louer un nouveau local rue de Crimée, n° 142, puis ensuite rue d’Allemagne, n° 137.

Les livres que le bibliophile Jacob nous adressait chaque année, permirent de fonder plus tard une succursale de l’autre côté du canal de l’Ourcq, rue de Flandre, n° 68 ; mais ce local, devenant bientôt insuffisant par suite de l’accroissement du nombre des volumes, il fallut le transférer au n° 78 de la même rue, siège social de la succursale5.

Canal de l’Ourcq. Lavis de Frederick Nash, 18.. Gallica (BnF).

À ces deux “historiques”, on peut donc ajouter les renseignements tirés de quelques rares lettres subsistant de cette période, issues des archives des AVP,  et ceux provenant des statuts imprimés de la BAI-XIX en 1876 qui donnent la composition du conseil d’administration. Ni les archives ni les statuts ne contiennent de précisions quant aux débuts de la BAI-XIX, à part la mention figurant sur les statuts : “autorisée par décision ministérielle du 12 septembre 1868”. Les journaux ne se font pas non plus l’écho de cette création, alors qu’ils annoncent la naissance de la BAI-XX. Les indications de Suzanne Stoller étant précises, coïncidant avec la date des statuts  imprimés, et s’apparentant à la manière dont ont été fondées les autres BAI, il y a lieu de supposer qu’elle a eu accès à des archives de la BAI-XIX disparues entre les années soixante et aujourd’hui, après la fermeture de cette bibliothèque, comme le compte-rendu de l’Assemblée générale de 1871 qu’elle cite et qui ne figure pas dans les archives données aux ADVP.  Ces maigres informations nous permettent cependant de tirer un premier fil. Si la présidence de Justus Mallen a été imposée par décision ministérielle, comme le dit Mme Stoller, cela signifie que les débuts de cette bibliothèque ont éveillé la méfiance du pouvoir impérial qui a sans doute assorti les autorisations de la nomination de cet homme, que l’on ne retrouve déjà plus dans le conseil d’administration de 1876. On sait que cet avocat, originaire de St-Vallier (26) où il est né en 1836, a soutenu une thèse de licence de droit en 18556 et publié un ouvrage sur la puissance paternelle en 1858. En 1870, il se trouve bien à Paris puisqu’il propose  un Essai sur l’organisation future du Conseil municipal de Paris et du département de la Seine.

La “disparition de Justus Mallen”  entre la fondation de 1868 et l’Assemblée générale de 1876 signifie peut-être tout simplement que Justus Mallen n’a(urait?) rien à voir avec la bibliothèque. On peut en effet se demander si une erreur de lecture, ou une transmission orale imparfaite, ne serait pas à l’origine d’une confusion entre Justus Mallen et Alfred Mallet qui préside la bibliothèque en 1876. Alfrède [sic] Antoine Paulin Mallet7 est l’exemple-type des parcours de vie des personnages que l’on trouve parmi les fondateurs des bibliothèques populaires. Ce fils d’un chapelier, et petit-fils d’un marchand de fer, né à Lille en 1813, devient professeur de sciences physiques et de chimie au collège de Saint-Quentin entre 1835 et 1840. Il déborde alors d’activité, fondant des cours publics, recevant un prix de l’Académie pour ses recherches sur le gaz (1850), plusieurs médailles aux Expositions universelles pour ses travaux sur les produits ammoniacaux, et devient chef du service des produits chimiques de la Compagnie du gaz parisien. Entre 1870 et 1880, il est très présent dans la vie municipale parisienne, tantôt conseiller municipal, adjoint au maire, ou maire, dans le XIXe arrondissement8. Il réside alors au 54 boulevard de la Villette (Voir ci-dessous.) .

Conseil d’administration de la BAI XIX en 1876. BnF. Cote : 8 Q 38. Cliché Agnès Sandras.

III/ Auguste Vorbe : une ascension sociale au service des bibliothèques populaires

Portrait d’Auguste Vorbe in Nos édiles d’Ernest Gay. La “Nouvelle Revue française illustrée” ; Publication du journal municipal “la Cité” (Paris), 1895. Gallica (BnF).

Deux personnalités ont particulièrement compté dans l’histoire de la BAI-XIX : Auguste Vorbe, un militant de l’émancipation du peuple par l’instruction qui a inlassablement mis son énergie au service des bibliothèques populaires ; Paul Lacroix (dit Bibliophile Jacob) qui donne de nombreux livres à la BAI-XIX, la fait connaître aux écrivains, mais n’apprécie pas toujours les orientations politiques du conseil de cette bibliothèque… On reparlera longuement du bibliophile Jacob dans un prochain billet, mais pour comprendre les origines de la BAI-XIX, il faut tout d’abord s’intéresser à la biographie de Louis-Auguste Vorbe.

Louis Auguste Vorbe est né à Choisy-le-Roi  le 6 octobre 1843, d’un père domestique (Pierre-Marie-Gilbert Vorbe) et d’une mère (Louise Hortense Joséphine Tulliez) sans profession qui s’étaient mariés en avril, sans doute pour régulariser leur union avant une naissance non désirée9. P.-M.-G. Vorbe est domestique au 11 rue de l’Université, au cœur d’un faubourg Saint-Germain alors habité par la noblesse. Il est né  en 1814 à Sombacour  dans le Doubs de Charles-Jean-Baptiste Vorbe et Marie-Claudine, fermiers. Sa migration à Paris est ordinaire à une époque où la pression démographique pousse les enfants d’agriculteurs vers la capitale. Mais elle s’inscrit dans la dynamique plus particulière d’une grande famille qui a recherché l’ascension sociale de manière très active jusqu’en Californie. En effet parmi le millier de Franc-Comtois partis entre 1849 et 1851 faire fortune en Californie figurent une douzaine de Vorbe originaires de Sombacour et de la commune voisine de Septfontaines, qui ont fondé à San Francisco une briqueterie et sont devenus propriétaires de plusieurs immeubles. Annick Foucrier, qui a étudié leur cas, souligne que les Vorbe ont su pratiquer une cohabitation familiale évolutive depuis les fermes du Doubs à la Californie, une grande solidarité et que “les signes d’ambition ne manquent pas10”. La branche qui nous intéresse – et qui n’a pas été étudiée par Annick Foucrier – n’est pas partie en Californie, mais elle est tout aussi dynamique que ses cousins et a peut-être bénéficié de leur aide financière, comme on le verra plus loin puisque le père d’Auguste Vorbe passe de l’état de domestique à celui de patron d’une fonderie11.

La mère de Louis-Aguste Vorbe, Louise Hortense Joséphine Tulliez, est née en 1815 à Bièvres (Seine-et-Oise). Elle est l’aînée d’au moins trois enfants, et ses parents ne sont pas mariés lors de sa naissance12. Son père (Martin-Joseph Tulliez, originaire de Dunkerque) est gendarme et a fait les dernières campagnes napoléoniennes qui lui valent d’être nommé chevalier de la légion d’honneur en 1844. Son dossier de légion d’honneur mentionne qu’il réside à Choisy-le-Roi, ce qui explique que Louis-Auguste Vorbe soit né dans cette commune13.

La jeunesse et l’éducation de Louis-Auguste Vorbe ne sont pas (pour le moment!) connues. On le retrouve à la fin des années 1850 avec ses parents rue d’Allemagne (quartier de La Villette, Paris) où son père est devenu en 1856 le patron d’une fonderie en fer qui aura au mieux de sa forme environ trente-cinq employés14.  P.-M.-G. Vorbe est d’abord l’associé d’un autre Vorbe, François-Flavien, qui est par ailleurs comptable. Le fils de François-Flavien, meurt précocement à 25 ans, en 1876. Louis-Auguste s’associe ensuite avec un certain Maréchal15. Tout au long de sa vie, Louis-Auguste Vorbe fait de cette entreprise sa raison sociale (“fondeur en fer”) voire politique jusqu’à la dissolution de la fonderie en 189816. Il habite pendant longtemps à l’adresse de la fonderie, 75, rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean-Jaurès), ce qui explique sans doute la localisation de la BAI-XIX dans la même rue, au numéro 137. Il vit donc à quelques centaines de mètres des abattoirs de La Villette (situés au n° 211) dont la construction commence en 1859 et s’achève en 1867, et dans un quartier industriel certes très dynamique mais où la misère est encore endémique.

La misère à Paris, un intérieur à la Villette : [un défet d’après un] dessin d’Haenen. Collection Jaquet. Gallica (BnF).

Très tôt, Auguste Vorbe s’intéresse aux bibliothèques populaires. Il a  23 ans lorsqu’il devient administrateur de la BAI-XVIII, et 25 ans lorsqu’il fonde la BAI-XIX. Il s’en occupera de manière durable avec le même zèle :

Élevé par une famille républicaine, il a toujours travaillé et lutté pour la République. Pense que la science doit succéder à l’empirisme dans la direction des sociétés humaines et qu’un suffrage universel éclairé est indispensable à la. conservation de la République, aux progrès des institutions républicaines, et s’est particulièrement occupé d’œuvres d’enseignement populaire.

Nommé en mars 1866 administrateur de la bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du XVIIIe arrondissement, il remplit ces  fonctions jusqu’en 1872. En septembre 1868, il fonda une bibliothèque populaire dans le XIXe arrondissement. Son zèle ne s’arrêta pas là. Sachant que, dans un très grand nombre de cas, la lecture ne suffit pas pour instruire les hommes et que l’enseignement ne peut être fructueux qu’à la condition de compléter le livre par des explications orales, il organisa des conférences qui eurent, dès le début, un très grand succès. Et, depuis 1874, cette propagande de la science par la parole continue chaque année 17.

Sous le Second Empire fonder une bibliothèque populaire est une affaire compliquée, car les autorités craignent des foyers de sédition et/ ou de “mauvaises lectures18”. C’est encore plus compliqué lorsque l’on est un républicain connu. Or le jeune Vorbe ne cache pas ses sympathies : en 1867, il répond avec son atelier à une souscription du Siècle pour une statue de Voltaire. Cette souscription a un gros succès chez les anticléricaux, comme par exemple Marie-Louise Gagneur et son mari19 qui s’empressent de la signer. Rappelons que Le Siècle est alors un journal d’opposition  qui se lance aussi cette année-là dans la défense des bibliothèques populaires menacées pour leurs choix de livres, dont Voltaire20

Souscription pour une statue de Voltaire. Le Siècle 10 février 1867. Gallica (BnF).

En 1870, Vorbe  fait partie des patrons de fonderie solidaires avec leurs ouvriers lors de la grève des fondeurs du fer21. Avec son père, il accepte un système de coopérative provisoire pour que les ouvriers puissent travailler22.

Son activité en 1870-1871 est probable, mais il ne fait pas partie des Communards. Il propose par exemple à la Société Franklin que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris.  C’est Jean-Baptiste Girard lui-même qui lui répond que l’idée “d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente”, mais qu’elle n’est pas réaliste23

Sous la IIIe République, Auguste Vorbe se lance dans une carrière politique qui lui permet de soutenir son action en faveur de l’instruction populaire et des nombreuses personnes déshéritées de son quartier :

Fit partie, sous l’Empire, des comités Gambetta, Rochefort et Cantagrel. Il combattit le boulangisme avec cette idée que l’armée devant servir plus à la défense qu’à l’attaque, l’élément civil doit l’emporter sur l’élément militaire.

Élu pour la première fois, au second tour de scrutin, le 4 mai 1890 par 3,250 voix contre 3,058 à M. Léouzon-Leduc, boulangiste, M. Vorbe a été réélu au premier tour, le 16 avril 1893, par 4146 voix contre 1416 à M. Louis Paris,le plus favori de ses concurrents.

Il est le quatrième conseiller depuis 1871 du quartier de la Villette, que représentèrent MM. Richard, Delattre et Guichard.  l’Hôtel de Ville, M. Vorbe s’occupe principalement des questions d’enseignement. Il appartient à l’opinion radicale-socialiste. Il est très estimé par tous ses collègues. C’est un travailleur et un érudit 24.

Son action en matière d’éducation populaire est loin d’être isolée. Nobuhito Nagaï25 indique dans Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914)  que ” 26 conseillers au moins participèrent au mouvement des bibliothèques populaires : parmi eux, 17 sont de la gauche, 4 du centre gauche, 2 de l’extrême gauche, contre 3 seulement pour l’ensemble de la droite (un pour chaque courant)”. Si certains de ses collègues ont peut-être vu dans les bibliothèques populaires un argument électoral supplémentaire et /ou une tribune politique, Vorbe n’abandonne jamais la BAI-XIX. Plus encore, il déploie une activité intense pour la fondation et l’animation du Syndicat des bibliothèques populaires libres, et soutient de tout son poids les subventions municipales aux bibliothèques populaires.

Son mariage avec Marie Henriette Augiéras (1851-1934) le 8 juin 1879 à Bergerac  conforte probablement son ascension sociale. Cette fille de gros propriétaires de Bergerac, négociants en vins, a un oncle juge au tribunal de Bordeaux, un cousin avocat, etc. Ils ont deux enfants, une fille26 qui deviendra institutrice et un garçon27,  qui sera architecte.  Auguste Vorbe est alors d’une activité débordante et propose inlassablement de nouveaux projets qui font sourire – voire se moquer largement –  certains journaux. En 1892, La Petite Presse se déchaîne contre son projet de communion laïque :

M. Auguste Vorbe, dans une brochure que nous avons sous les yeux, réclame l’institution de premières communions laïques. Son rêve serait d’appeler la jeunesse à son premier banquet civique le 4 août, pour célébrer l’anniversaire d’un des faits les plus émouvants de la Révolution ! le renoncement aux privilèges28

En 1900, il suggère la “création de sept fêtes internationales, célébrées en l’honneur des sciences ou des arts avec le concours des ouvriers des différents corps de métier, coopérant à l’établissement ou à la mise en valeur des œuvres émanant de ces sciences ou de ces arts29”.

La fin de sa vie semble avoir été difficile. Séparé de sa femme, il connaît la défaite électorale après une campagne de ses adversaires mettant en cause son honnêteté  et ses motivations. Lors de son décès, à 82 ans, il a droit aux honneurs du conseil municipal, mais les journaux ne lui consacrent que quelques lignes. On verra dans les deux prochains billets comment il a attiré autour de la BAI-XIX des personnalités différentes comme le Bibliophile Jacob ou le positiviste PIerre Laffitte, et les initiatives intéressantes qu’il a pu prendre dans les bibliothèques populaires.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement (Partie I – Historique(s) et archives)," in Bibliothèques populaires, 10/06/2019, https://bai.hypotheses.org/3093.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  2. Voir Hélène Personnaz, “Suzanne Stoller, “Portrait”,  site de la BAI. []
  3. Ibid. []
  4. Isabelle Antonutti et Sarah Clément, « Philanthropie, affects et engagement à la Bibliothèque des Amis de l’instruction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 14 | 2018. []
  5. Bulletin du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section des sciences économiques et sociales. Paris, 1898. Page 140. []
  6. De Captivis, postliminio reversis, et redemptis ab hostibus… Droit français : Code Nap. tit 1er, chap. 2e, sect. 2e, art. 22-33. Thèse pour la licence… 28-11-1855… par P. G. J. Mallen, né à St-Vallier (26) le 21.12.1836… []
  7. Voir son dossier de légion d’honneur ici. []
  8. Ibid. []
  9. Voir l’acte de naissance, Archives départementales du Val-de-Marne, 1E 10, en ligne ici. []
  10. Foucrier Annick, « Comment trouver mille francs ? Familles et émigration vers la Californie en Franche-Comté au début de la ruée vers l’or 1849-1851” in Gérard Béaur, Christian Dessureault, Joseph Goy, Familles, terre, marchés: logiques économiques et stratégies dans les milieux ruraux, XVIIe-XXe siècles : actes du colloque France-Québec-Suisse,  Paris, novembre 2002. Presses Universitaires de Rennes, 2004. []
  11. Le père de Louis-Auguste Vorbe est un cousin des Vorbe partis en Californie, et ils ont dans les collatéraux de leurs ascendants des Vorbe partis à Saint-Domingue. Je remercie Louise Oudin qui m’a aidée à démêler la généalogie franc-comtoise de Vorbe. []
  12. Ils se marient en 1817. []
  13. C’est d’ailleurs M.-J. Tulliez qui, accompagné d’un de ses collègues, sert de témoin à P.-M.-G. Vorbe,  pour la déclaration à l’état-civil de la naissance de son petit-fils. []
  14. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 25 janvier 1891. []
  15. Voir la notice d’Auguste Vorbe ici sur le site du CTHS, qui mentionne l’en-tête des courriers de Vorbe : « Fonderie de fer / Ancienne Maison G. & F. VORBE / A. VORBE & MARÉCHAL / Successeurs / 75, rue d’Allemagne, 75 / Moulages sur plans & sur modèles / On fond tous les jours / Pièces mécaniques / Ornements / Fumisterie ». []
  16. Voir L’Écho des mines et de la métallurgie, 7 juillet 1898. []
  17. Ernest Gay, “Nos édiles”, La Presse, 17 novembre 1894. []
  18. Voir à ce propos les différents billets de ce carnet. []
  19. Agnès Sandras, ““C’est par les femmes que se fera la complète émancipation des consciences” : Marie-Louise Gagneur, les associations ouvrières et les bibliothèques populaires,” in Bibliothèques populaires, 08/03/2019, https://bai.hypotheses.org/3147. []
  20. Voir Agnès Sandras, “Le Siècle à la rescousse des bibliothèques populaires sous le Second Empire (III – 1867, année cruciale),” in Bibliothèques populaires, 25/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2086 []
  21. Le Rappel, 25 mai et 29 juin 1870. []
  22. Le Rappel, 22 mai 1870. []
  23. Voir Agnès Sandras, “Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?,” in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  24. Ernest Gay, “Nos édiles”, op.cit. []
  25. NAGAÏ, Nobuhito. Chapitre IX. Aires d’influence In : Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914) [en ligne]. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2002 (généré le 09 juin 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psorbonne/1324> []
  26. Juliette, née le 11 février 1881, qui épousera le peintre Eugène Zigliara. []
  27. Jean Joseph Gilbert, né le 15 juin 1882. []
  28. La Petite Presse, 24 mai 1892. []
  29. Voir Le Rappel, du 21 mars 1900. []