Archives par mot-clé : éducation populaire

Une naissance sous haute surveillance: la bibliothèque populaire de Versailles au temps de la libéralisation de l’Empire

Le n°  177 de la revue Romantisme à paraître en octobre1 consacre un dossier aux bibliothèques coordonné par Bruno Blasselle et Cécile Reynaud. Les bibliothèques populaires y sont à l’honneur avec un article intitulé « les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire » (Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras).

La naissance en 1864 de la bibliothèque populaire de Versailles est liée au combat de son célèbre fondateur, Édouard Charton, pour une instruction mise à la portée de tous.  « Institution d’éducation populaire complète »2, elle éveille les soupçons des autorités  politiques qui ne lui délivrent un accord qu’après plusieurs mois d’enquêtes et de demandes diverses. Cette méfiance de l’Empire libéral n’est peut-être pas infondée: il apparaît en effet que les fondateurs de la Bibliothèque populaire de Versailles sont très proches de ceux de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Ve arrondissement (BAI-V), laquelle est soutenue par des fouriéristes et des socialistes… La constitution du fonds de la bibliothèque populaire de Versailles, la tenue de conférences, sont donc  un laboratoire expérimental de l’instruction pour Charton, un lieu de possible émancipation politique pour nombre d’adhérents, tout en tenant compte de l’étroite surveillance exercée par le pouvoir impérial.

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Une naissance sous haute surveillance: la bibliothèque populaire de Versailles au temps de la libéralisation de l’Empire," in Bibliothèques populaires, 30/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1592.

  1. Le numéro sera très prochainement disponible sous la forme papier. Il est  déjà en ligne sur le site http://www.revues.armand-colin.com/ et donc disponible aux abonnés. Par ailleurs, les institutions abonnées à Cairn, ainsi que les particuliers en pay-per-view, retrouveront l’article sur ce portail en version HTML et PDF (www.cairn.info). []
  2. Voir Jean-Charles Geslot, « Édouard Charton et les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles (1864), » in Bibliothèques populaires, 02/11/2016, https://bai.hypotheses.org/1195 []

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple , qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Ecosse, de l’ Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Ecosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 15oo sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves:

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique:

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

 

  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècles des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Jules Simon (1/2) : l’opposant exalté à l’Empire ou la lecture populaire comme socle républicain

Alors que de nombreux intellectuels et hommes politiques s’interrogent sur les valeurs fondatrices de la République et leur pérennité actuelle, l’histoire de Jules Simon nous donne un exemple d’une des premières réflexions sur la culture comme élément fondamental de l’identité républicaine française.

Connu pour avoir été une des grandes figures républicaines du milieu du XIXe siècle, Jules Simon n’en demeure pas moins un personnage empli de contradictions. Ses hésitations et ses doutes rendent l’homme tout aussi intéressant et difficile à suivre que ses nombreux revirements politiques.

Pourtant, Jules Simon n’est pas un aventurier, encore moins un « opportuniste », mais bien un homme qui agit en fonction de convictions profondes. Penseur spiritualiste, pris dans ses propres paradoxes (qui lui furent d’ailleurs bien souvent reprochés en son temps), il reste l’archétype d’une certaine élite sociale du XIXe siècle, partagée entre idéal social et nécessité morale de l’ordre public, République et contrôle des masses, grandeur de la France passée et modernité du Progrès le plus récent.

Jules Simon.

Image : Wikipédia.

Parcours et intérêt pour les bibliothèques populaires

Fils d’un marchand drapier mosellan, le parcours de Jules Simon est d’abord celui sans tache d’un élève brillant. Normalien (promotion 1833), agrégé puis docteur en philosophie, il est professeur à Caen puis à Versailles. Ce parcours d’intellectuel se double dans les années 1840 d’activités de journaliste et d’homme politique. Chroniqueur de la Revue des deux Mondes, il est battu aux législatives de 1847, avant d’être élu à la Constituante en 1848 dans le département des Côtes du Nord.

Député durant les trois années de la IIe République, son intérêt pour l’instruction se manifeste déjà dans son travail de représentant du peuple. Il est secrétaire d’une commission parlementaire en vue de préparer une loi sur l’instruction primaire en janvier 1849. La dissolution de l’Assemblée le 7 février empêche l’examen du projet de loi qui tombe aux oubliettes par la suite.

Si Jules Simon nous intéresse ici, c’est également et surtout en raison de ses écrits et conférences sur les ouvriers et plus particulièrement sur les bibliothèques populaires, pour lesquelles il s’engagea assez tôt.

Dès les années 1860, on le retrouve parmi les membres du Conseil d’administration de la Société Franklin, fondée en 1862 par Girard et le général Favé. Alors opposant à l’Empire, il a été révoqué de sa chaire à la Sorbonne, où il avait pris la succession de Victor Cousin, le 7 décembre 1851. Il perd dans la foulée son siège de député, refusant de prêter serment à l’empereur.

Contrairement à d’autres républicains, Simon ne choisit pas l’exil et poursuit ses activités, donnant des conférences et publiant des études sur la condition ouvrière.

C’est dans ce cadre qu’il rejoint la Société Franklin. Redevenu député en 1863, son adhésion intervient en même temps que celle d’autres parlementaires de tous bords politiques : le catholique modéré Chasseloup-Laubat, le bonapartiste Le Hon ou le conservateur Paul Dupont.

Simon se penche en outre sur le problème de la lecture populaire : il tient à ce sujet une conférence à Lyon, en 1865, publiée la même année sous un titre simple et éloquent, Les Bibliothèques populaires.

Dans cette plaquette très instructive apparaissent à la fois les conseils et considérations de Simon sur la situation de la lecture populaire d’alors, et sur les améliorations à y apporter, mais aussi des réflexions plus générales quant au rôle démocratique que pourrait jouer la lecture dans une société qu’il rêve toujours républicaine.

Simon y apparaît sous un jour plutôt progressiste, comme toujours tempéré par un discours qui évoque l’ordre et les devoirs envers la société. C’est d’ailleurs au nom de ce devoir que les classes supérieures sont obligées de prendre en charge la fondation de bibliothèques populaires. Simon ne cache pas la difficulté ni l’austérité de la tâche, mais la présente comme nécessaire :

« Il n’y a dans ce sujet […] rien de bien attrayant et surtout rien de bien nouveau. Mais il ne s’agit ici, ni de ma personne, ni de votre plaisir ; nous avons une oeuvre à fonder en commun, une oeuvre importante, et nous sommes réunis pour nous y encourager mutuellement. »1

Prononcée devant une assemblée plutôt bourgeoise, la conférence prend presque la forme d’un « appel au peuple ».

Paternalisme bourgeois et engagement républicain

Du point de vue de la lecture, Simon reprend les principales idées des partisans de l’éducation populaire. L’instruction des classes laborieuses est sa première préoccupation et le parallèle effectué avec les cours du soir est saisissant :

« Choisir un livre pour un ignorant, c’est la même chose que choisir un précepteur pour un enfant. Nous, lettrés, nous passons souvent d’un livre à l’autre, et quelques fois trop rapidement : un livre n’est pour nous qu’ami de hazard. L’ignorant s’arrête longtemps sur le même livre ; il lui faut du temps pour le comprendre ; il le médite après l’avoir compris ; il n’a pas de terme de comparaison pour le juger ; il se livre à lui tout entier avec une crédulité naïve ; c’est un ami dans la plus forte expression du mot, ou plutôt c’est un maître. »2

Le paternalisme du discours de Simon apparaît ici en filigrane derrière la comparaison du « lettré » avec « l’ignorant » : ce-dernier est jugé incapable de toute distance critique avec l’écrit. Sa réception du texte est forcément et systématiquement passive et plus longue, il rumine plus le texte et s’en démarque moins que l’habitué de la lecture.

Des idées similaires se retrouvent chez d’autres théoriciens républicains des années 1870 comme Paul Bert ou Édouard Laboulaye, eux aussi membres de la Société Franklin.

Malgré tout, Simon ne tombe pas dans les exagérations des penseurs les plus conservateurs de son époque. Il reconnaît ainsi tout à fait l’existence d’une lecture plaisir et met en garde contre la tentation de placer la barre trop haut pour les lecteurs populaires :

« Il habituera l’ignorant de la veille à lire et à aimer lire ; songez donc, avant tout, à rendre la lecture aimable, et pourvu qu’un livre soit moral, ne lui demandez pas, d’une façon trop absolue, d’être instructif. C’est déjà faire du bien à l’humanité, que de lui procurer un plaisir honnête. »3

Lire avant tout, peu importe si la qualité des lectures n’est pas au rendez-vous : voilà qui a de quoi faire réfléchir les bibliothécaires d’aujourd’hui…

Au-delà de cette prise de position sur la question – brûlante à cette époque – de la lecture, Simon montre d’autres aspirations progressistes et relie la lecture à son environnement social. Là encore, cette attitude se rapproche de celle de nombreux fondateurs de bibliothèques populaires, dont Girard et ses compagnons de la BAI.

Simon se lance ainsi dans un véritable plaidoyer avant l’heure en faveur des loisirs ouvriers :

« Quand nous élevons un enfant, nous avons soin de faire une part pour la récréation à côté de l’étude ; […] à mesure que l’enfant grandit et que le temps brunit ses boucles de cheveux blonds, nous devenons sans doute plus sévères. Ne le soyons jamais trop ; rappelons-nous que notre machine humaine a besoin d’être réparée souvent pour durer longtemps, et que le travail perd en intensité ce qu’il gagne en durée. Laissons à l’adolescent, et à l’homme même, une récréation. Accordons-la surtout à l’ouvrier ; si ce n’est par humanité, que ce soit par calcul. »4

Tout loisir appelle cependant une occupation. C’est donc également par nécessité sociale qu’il faut développer l’instruction et la lecture selon Simon :

« Pour ce compagnon du marteau et de l’enclume, qui peut-être a été tout au plus une année ou deux à l’école primaire, et qui ne sait pas assez lire pour trouver du plaisir ds ses lectures, que fera-t-il le soir pendant que vous veillez à côté de votre lampe, le corps en repos et l’esprit charmé ? »5

La nécessité d’occuper utilement les classes inférieures rejoint la possibilité qu’il faut leur donner de mener une vie plus enrichissante et élevée. Lire reste encore un loisir qui est trop assimilé au mode de vie de la bourgeoisie. C’est une nouvelle existence culturelle que Simon propose de fonder pour les classes populaires. Il est en cela très proche de certaines aspirations populaires de l’époque : certains lecteurs ouvriers des BAI répètent leur envie de lire chez eux ou dehors, durant leur temps de repos, de vrais livres reliés, comme peut le faire le bourgeois.

Cette forme d’assimilation et d’uniformisation sociale par la lecture est en réalité le pivot de la réflexion de Simon ; c’est bien la volonté politique de concrétiser les grands principes républicains qui le conduit à cette réflexion sur la lecture :

« Pour moi, qui crois fermement, qu’il n’y a pas de liberté sans égalité, ni d’égalité sans liberté, je dirai que nous avons conquis l’une et l’autre en 1789, en ce sens qu’elles sont écrites dans nos constitutions et dans nos lois, et qu’elles y resteront consacrées à jamais ; et que pourtant, avant qu’elles deviennent chez nous une vérité réelle et vivante, il nous reste à conquérir encore l’égalité devant l’instruction. J’oserai presqu’avouer (sic) que la Révolution française ne sera terminée que quand tous les Français sauront lire. Nous sommes en possession du suffrage universel ; puisque le peuple juge souverainement, il faut qu’il soit en état de s’éclairer par lui-même sur les conditions et les conséquences de son vote. »6

Cette pensée est celle des républicains de l’époque : les évolutions du droit de vote sont irréversibles. L’instruction populaire ne peut donc pas être oubliée.

Simon se positionne ainsi dans une nouvelle opposition à l’Empire : non seulement il ne faut pas revenir sur les « acquis » démocratiques, ou biaiser les élections, comme le fait abondamment Napoléon III, mais il convient de donner au peuple les vrais moyens de faire ses propres choix.

Ce principe de la souveraineté du peuple peut paraître en contradiction avec la pensée paternaliste et la référence au peuple-enfant relevée plus haut ; mais Simon, habitué aux grands écarts, parvient à concilier les deux aspects sans sourciller.

Reste la question de l’action qui doit suivre cette pensée et c’est logiquement sous l’angle du combat que se place Simon lorsqu’il s’agit de donner vie à sa pensée. Une lutte certes pacifique car uniquement idéologique, mais à ses yeux d’une importance vitale :

« La grande armée que nous formons aujourd’hui, et qui, s’il plaît à Dieu, effacera la gloire de l’ancienne, ne connaît d’autres conquêtes que celles dont tout le monde profite et n’a d’autres ennemis que les ennemis même de l’humanité. C’est l’armée de la civilisation et du progrès : puisse la bénédiction de Dieu reposer sur elle ! »7

Cette conférence, publiée en 1865, porte ainsi la synthèse de toute l’idée républicaine de cette époque : croyance en le Progrès, humanisme universel et souveraineté du peuple.

Ces conceptions rappellent très fortement les valeurs sur lesquelles la République française s’est durablement installée et surtout sur lesquelles l’école républicaine a été fondée au début des années 1880… par Jules Ferry.

C’est pourtant Jules Simon qui, dès 1870, a eu l’occasion le premier de les mettre en pratique, en tant que ministre de l’Instruction…

1Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 1.

2Ibid., p. 5.

3Ibid.

4Ibid., p. 7.

5Ibid.

6Ibid., p. 13.

7Ibid., p. 12.