Archives par mot-clé : exposition universelle

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le « Manifeste des 60 » rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. « Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie ».  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)

Il me faut enfin donner le palmarès dont vous aurez déjà deviné qu’il est sans surprises. Encore que… !

Rappelons, pour plus de clarté, que la liste générale des récompenses décernées lors de l’Exposition de 1867 distingue les exposants et les coopérateurs de chaque classe avec la gradation suivante1 :

* hors concours

* grands prix

* médailles d’or

* médailles d’argent

* médailles de bronze

* mentions honorables

On découvre parmi le palmarès de la classe 90 les bibliothèques populaires et/ou leurs fondateurs suivants.

En qualité d’exposants :

– sont médaille d’argent : la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction, Paris (n° 47)

– médaille de bronze : la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin, Mulhouse (n° 54); la Société alsacienne pour les bibliothèques populaires, Colmar (n° 46); la Société des bibliothèques communales, Aisne (n° 41); la Société des bibliothèques aveyronnaises, Rodez (n° 43); la Bibliothèque populaire, Dieulefit (n° 55); la Société des livres utiles, Paris (n° 40)

– se voient décerner une mention honorable : bibliothèque du 5e arrondissement (n° 48); bibliothèque du 8e arrondissement (n° 49); bibliothèque du 11e arrondissement (n° 50); Viard, Hortes, bibliothèque communale (n° 59); Leclaire, Herblay, bibliothèque communale (n° 57)

En qualité de coopérateurs :

– médailles d’argent : Girard, pour sa participation à la création des premières bibliothèques populaires (n° 47); Jean Macé, pour le développement des bibliothèques communales du Haut-Rhin (n° 54)

C’est donc incontestablement la Bibliothèque des amis de l’Instruction qui se taille la part du lion avec une médaille d’argent (dont on ne sait si elle est générique ou concerne spécifiquement la bibliothèque fondatrice du 3e arrondissement), trois mentions honorables car les bibliothèques d’arrondissement sont aussi créées par les Amis de l’Instruction (quatre si l’on considère que la bibliothèque d’Hortes est la petite soeur rurale2 ) et une médaille d’argent pour son fondateur, Jean-Baptiste Girard.

Cette pluie de médailles pose question. Comment une bibliothèque, fondée par des artisans et ouvriers aux opinions politiques peu en phase avec le pouvoir impérial, a-t-elle pu obtenir des récompenses ? Rappelons en effet que son fondateur a été arrêté en 1850  pour réunion non autorisée et qu’il était alors connu pour  ses sympathies socialistes3. Rappelons aussi que le pouvoir municipal du IIIe arrondissement, ému des discussions que tenaient les membres de la bibliothèque dans la cour de la mairie, et de leur volonté d’acquérir librement des ouvrages tels que ceux de Proudhon, avait demandé la dissolution de l’association en 1863. Que doit-on en conclure ? Que depuis 1863, la bibliothèque du IIIe arrondissement, désormais dirigée par Auguste Perdonnet, directeur de l’Ecole centrale des Arts et manufactures, un proche du pouvoir impérial, ne suscite plus la méfiance des autorités, de même que Girard, qui avec le soutien de l’aide de camp de Napoléon III, le colonel Favé, a fondé la Société Franklin afin de propager l’oeuvre des bibliothèques populaires ? Qui est le manipulateur ? Girard, qui en acceptant de travailler avec le cercle proche de l’empereur, parvient à fonder et développer les bibliothèques populaires ? Perdonnet, qui en lui octroyant son soutien, exercerait ainsi une surveillance et infléchirait le projet dans un sens paternaliste ?

Les recherches menées jusqu’ici ont plutôt présenté Girard comme un héros recommençant inlassablement son ouvrage dans un autre endroit dès que son indépendance était menacée. Il me semble néanmoins intéressant d’explorer une troisième voie. Auguste Perdonnet et Jean-Baptiste Girard, bien que provenant de milieux sociaux et de cercles politiques différents, ont pu tous deux être mus par le désir de créer des bibliothèques populaires. Le plus influent, débordé par ses fonctions diverses (Perdonnet était un ingénieur des chemins de fer très actif, le président de l’association polytechnique, etc.), aurait ainsi aidé discrètement Girard à réaliser leur rêve commun. En effet, Perdonnet avait déjà tenté de créer une bibliothèque pour l’association polytechnique et, par ailleurs,  s’investissait énormément dans l’enseignement aux ouvriers. Perdonnet présidant l’association polytechnique, rivale de la philotechnique, on a pu en déduire qu’il existait entre eux un fort antagonisme car Girard après avoir été l’élève de la philotechnique en était devenu l’agent. Le fait que Girard s’est éloigné de la Bibliothèque des amis de l’instruction lorsque celle-ci a dû se donner Perdonnet pour président et qu’il n’ y est revenu qu’à la mort de celui-ci a conforté cette hypothèse. On constate d’ailleurs que lorsque Perdonnet accepte la présidence de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, les membres du conseil qui étaient professeurs à l’Association philotechnique disparaissent. Toutefois, au-delà de ces rivalités, l’étude d’événements pourtant très officiels et très surveillés comme l’Exposition de 1867 montre qu’il existe un solide  réseau de personnages influents autour des bibliothèques populaires.

Ph. Pompée, le vice-président du comité d’organisation de la classe 90, déplorait dans un pré-rapport le peu de candidatures4. Il est certain que du côté des naissantes bibliothèques populaires, les candidatures ne pouvaient pas être innombrables. Néanmoins, si les archives de l’Exposition de 1867 n’ont pas gardé trace de refus d’admission de ce type d’association, il existe au moins un exemple de candidature non retenue dans les archives du ministère de l’Instruction publique, celle des Bibliothèques populaires de la Sarthe. Datée de janvier 1867, peut-être était-elle tout simplement trop tardive.

Il est en tout cas évident qu’on se trouve en présence d’un réseau de quelques dizaines de personnes qui se favorisent mutuellement, sans doute dans l’espoir de se faire connaître du grand public et de bénéficier ainsi de protections politiques. N’oublions pas que l’année 1867 est particulièrement difficile pour les bibliothèques populaires, et que si Sainte-Beuve prend leur défense, il subsiste bien des ennemis5. On retrouve en effet parmi les récompensés, « Son Excellence M. le ministre de l’Instruction publique » (ie. Victor Duruy), médaillé d’or de la classe 89, qui a soutenu la Bibliothèque des Amis de l’Instruction lors de ses démêlés avec Arnaud-Jeanti, maire du 3e arrondissement. Le très actif vice-président, Ph. Pompée, reçoit une récompense « hors concours » en tant que directeur de l’Ecole professionnelle d’Ivry. Or Pierre-Philibert Pompée a tout d’abord fondé l’Ecole Turgot, dont il a été éloigné, pour ensuite retrouver les faveurs du pouvoir impérial grâce à l’appui de Duruy, et sans doute d’Auguste Perdonnet qui était un ami.

 A la tête de l’Ecole Turgot, se trouve désormais Emile Marguerin. Je ne peux résister à citer ces touchantes lignes de Marguerin sur le roman, datées de 1844 :

« N’est-il pas vrai, qu’un roman, quand il est bon, est pour l’esprit une récréation charmante ? Ne craignons pas de le dire : Heureux les lecteurs de romans ! Ils s’arrachent, pour un temps, aux misères de la réalité, aux lâches accommodements auxquels la raison amène le coeur, aux tristes concessions que la tyrannie des circonstances impose à l’âme qui se soumet en s’indignant, quand elle a la force de s’indigner. Les uns se soumettent sans combattre ; les autres se révoltent et luttent ; on dit que les premiers sont les plus sages ; pour moi, j’aime mieux les seconds. Mais, qu’on se résigne à une existence incomplète et mutilée ou qu’on la subisse, au moins il nous est donné à tous de voir, comme par une échappée, de plus douces perspectives : cette échappée, c’est le rêve, c’est l’idéal, c’est l’infini, c’est le roman ! Pauvre roman ! combien n’a-t-on pas déclamé, ne déclame-t-on pas contre lui ! Par quelles calomnies les Basiles bourgeois ne se sont-ils pas acharnés à le noircir ! Quelles persécutions les tyrans domestiques lui ont-ils épargnées ! « N’approchez pas de ces sources empoisonnées, on y puise la mort. » Ils crient si fort qu’ils effraient. Et contre toutes les sottises, les médiocrités, les pruderies ameutées, le roman n’a pour lui que quelques natures aimantes et timides ; ce ne sont pas celles qui font le plus de bruit6 . »

Cette conception du roman explique sans doute, en plus de ses origines modestes,  la vive sympathie de Marguerin pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Il n’hésite pas à l’accueillir dans une des salles de l’Ecole Turgot lors de sa fondation, et il y est ensuite très actif.

On a vu aussi, dans un précédent billet, que la personne qui présente officiellement la candidature de cette bibliothèque est Henri Harant, secrétaire général en 1867. Ce professeur de l’Association polytechnique reçoit une médaille d’argent pour ses publications et cours relatifs à l’enseignement des sciences.

Les Associations polytechnique et philotechnique sont à l’honneur : or pour la première, argent pour la seconde. Pour la polytechnique, un événement très signifiant se produit. Auguste Perdonnet avertit le Comité de l’Exposition qu’il préfère laisser le soin aux professeurs de l’Association polytechnique d’aller eux-mêmes retirer la médaille dont il considère qu’elle leur revient. Cela explique très certainement pourquoi le nom de Girard apparaît très tardivement à l’Exposition universelle. On a vu que la candidature est déposée par Harant, secrétaire de la bibliothèque alors présidée par Perdonnet. Le nom de Girard est ajouté entre deux lignes de la liste manuscrite des récompenses face au numéro donné à la bibliothèque (47) sans formulation. Le motif de la récompense apparaît tardivement dans la liste officielle : « Girard – Pour la participation à la création des bibliothèques populaires ». Remarquons que ni prénom ni profession ne permettent de l’identifier, car il était sans doute difficile d’honorer avec éclat un ancien prisonnier politique… Il est permis de supposer que Perdonnet n’a pas souhaité non plus recevoir la médaille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction et que tous se sont accordés à trouver logique qu’elle soit décernée à Girard. Ce dernier est-il allé la chercher ? Les archives restent muettes sur ce sujet.

Remarquons aussi (entre autres !) la médaille remise à Edouard Charton, pour la fondation du Magasin pittoresque. Charton est à l’origine de la très dynamique bibliothèque populaire de Versailles (1864)… Résistons à la tentation de mentionner tous les personnages récompensés en 1867 que l’on retrouvera pendant plusieurs décennies autour de nouvelles bibliothèques populaires.

Même si ces médailles semblent savamment distribuées par un petit groupe, il n’en reste pas moins qu’en acceptant de les récompenser, Napoléon III délivre un message fort qu’il est difficile d’interpréter aujourd’hui. S’agit-il de cadrer ainsi les velléités d’indépendance de ces associations ? L’empereur s’incline-t-il devant un mouvement qui le dépasse mais dont il connaît l’inéluctabilité ? Ou est-il berné par un entourage qui en lui proposant de récompenser un « Girard » cache le passé du personnage et par là-même encourage bien d’autres frondes ?

 

 

 

 

 

 

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (3. Une pluie de médailles pour les bibliothèques des Amis de l’Instruction)," in Bibliothèques populaires, 10/09/2013, https://bai.hypotheses.org/717.

 

 

 

  1. Liste générale des récompenses décernées par le Jury international, Paris, Imprimerie impériale, 1867. http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433045092545;view=1up;seq=583 []
  2. j’y reviendrai lors du colloque qui se tiendra en juin 2014 : Hortes est en effet l’expérience menée par Jean-Baptiste Girard, natif de Hortes, en milieu rural []
  3. voir le billet sur Jean-Baptiste Girard: http://bai.hypotheses.org/?p=148 []
  4. voir billet précédent []
  5. voir le billet  “Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ?” (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)http://bai.hypotheses.org/189 []
  6. Voir la notice  Marguerin du Dictionnaire pédagogique de F. Buisson: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3127 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)

J’annonçais dans un précédent billet un insoutenable suspense. Quelles bibliothèques populaires allaient donc être récompensées à l’Exposition universelle de 1867 ? Les consignes données par le comité de la classe 90 du groupe X, la composition même du jury, ne laissaient-elles pas augurer de médailles pour des bibliothèques très proches du Jury ? Nous avions laissé le Comité  alors qu’il exposait en 1865 les modalités de candidature dans Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867. Un exemple de bulletin de demande d’admission était joint à cette publication. Ce bulletin que l’on pouvait retirer à divers endroits officiels sur tout le territoire français devait être envoyé au Comité avant le 31 octobre 1865. L’éventuelle admission serait quant à elle annoncée avant le 31 décembre aux futurs exposants.
Ce sont ces formulaires que l’on retrouve dans les archives de l’Exposition universelle. Parmi les admis de la classe 90, différents acteurs des bibliothèques populaires sont représentés :
– les auteurs d’ouvrages pour l’instruction des adultes comme Louis Harant, professeur à l’Association polytechnique, pour sa Géométrie appliquée aux arts et métiers
– les éditeurs comme Louis Hachette, Edme Roret, Joseph Eugène Lacroix…
– les associations ayant fondé des bibliothèques
– les corps de métier proposant des améliorations matérielles comme Jean Engel, fabricant de reliures solides pour les bibliothèques scolaires et populaires
On remarquera aussi que la chemise des refusés de la classe 90 ne contient aucune demande de bibliothèque populaire. Ce qui ne signifie pas pour autant que les refus ont tous été archivés…
Les bulletins de demandes d’admission subsistants sont précieux pour mieux cerner la façon dont les candidatures se sont déroulées. Ils prévoient en effet :
– nom, prénom ou raison sociale et profession du demandeur et signature
– domicile du demandeur et siège de son établissement
– désignation des médailles obtenues aux Expositions universelles de 1851, 1855 et 1862
– désignation détaillée des produits que le demandeur désire exposer
– espaces demandés à l’Exposition universelle de 1867
On trouvera dans le tableau ci-dessous un résumé des demandes que j’ai pu repérer dans les archives de l’Exposition universelle de 18671.
Nom Signature Adresse Objets à exposer Espaces demandés
Société des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement.
M. Perdonnet président. Bibliothèque populaire avec prêt des livres à domicile.
Pour le Président, M. Harant, secrétaire général. Ecole centrale des Arts et Manufactures, rue de Thorigny Documents relatifs à l’organisation, compte-rendus, catalogues
Société des Bibliothèques communales de l’Aisne Pour la société, le Président, Hébert, questeur au corps législatif à Laon (Aisne) Statuts, règlements, circulaires, bulletins mensuels, rapports
Société de la Bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction du 5e arrondissement de Paris  Rue Blainville 9, ancienne rue Contrescarpe St Marcel 29  Mode d’organisation de la Bibliothèque. modèles de registres, catalogues et enfin tous les documents relatifs à l’organisation et à l’administration d’une bibliothèque populaire  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 0,80, hauteur 0,80
 Société Franklin, pour la propagation des Bibliothèques populaires  E. Lévy, secrétaire 6, rue de Savoie  Catalogue d’instructions. Comptes rendus de ses deux séances publiques annuelles de l’année 1865 et de l’année 1866
 Société des Livres religieux de Toulouse  Le secrétaire, M. Lafargue. Le Président, F. Courtois  Chez M. Franck Courtois. Banquier à Toulouse  La société désire prendre part à l’Installation collective des publications religieuses protestantes organisée par la Société des Traités de Paris.Elle désire d’autre part exposer sa collection de livres formant bibliothèque avec les Bibliothèques populaires.
Pasquet Pierre Pasteur P.Pasquet Ferney (Ain) Catalogues et autres pièces, statistiques, relatifs à la bibliothèque populaire et aux cours d’adultes créés à Ferney   Exposition dans le Palais sur muraille 0m 40 carrés
 Sérurier Vicomte Charles Rue d’Argenson, n° 1  Statuts et règlements de l’Association fondée à Paris pour organiser dans le 8e arrondissement une Bibliothèque populaire, des lectures gratuites, des cours d’adultes et des entretiens
 Société des Bibliothèques communales du Haut Rhin Chez M. Dolfus à Mulhouse  Statuts, catalogues, documents divers relatifs aux bibliothèques communales
Société des livres utiles Le secrétaire général, de l’Etang Rue Joubert, 30  Statuts, catalogues, rapports et publications de la société
 Bibliothèques et Cours populaires de Guebwiller  J.J. Bourcart  Guebwiller, Haut-Rhin  Tableau explicatif pour cours de mécanique, un volume contenant les statuts et différents pièces ou exposés relatifs à l’oeuvre  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 1 hauteur 1.50
 Bibliothèque populaire de Taverny (Seine-et-Oise).
M. Robinet, président du conseil d’administration de la bibliothèque populaire de Taverny
 Robinet  Taverny (par Saint-Leu), Seine-et-Oise  Catalogue de la bibliothèque et son règlement. Notice sur le nombre des souscripteurs, le nombre des lecteurs, les livres demandés, etc.  Exposition dans le Palais sur muraille, largeur de façade 30 hauteur 25 c
Une fois les candidatures enregistrées comme il se doit, des rapports sont établis par les présidents des divers comités. Pour la classe 90, M. Ph.Pompée, le vice -président, se trouve confronté à toutes sortes d’obstacles qu’il tente tant bien que mal de lever. Il annonce dans une proposition au jury de la classe 90, communiquée à la classe 89 (laquelle s’occupe des écoles), que peu de candidats se sont manifestés et qu’il faut combler les lacunes. Cela lui permet de justifier une exposition préparatoire à laquelle le public n’est pas convié, dûment prévue par l’empereur afin – officiellement !- de pallier tous les soucis prévisibles pour une classe jusque là quasi inconnue des Expositions… M. Pompée se lance ensuite dans un argumentaire laborieux afin d’expliquer qu’une juxtaposition d’objets en fonction de leur provenance déconcerterait les visiteurs et qu’il préconise donc un classement par objets similaires permettant d’embrasser l’effort de la France en matière d’instruction. On lit  parfaitement entre les lignes de cette proposition combien il en a coûté à son auteur de justifier une censure préalable et l’effacement des efforts des associations au profit du pouvoir impérial.
La configuration définitive des Classes 89 et 90, en 1867, sera donc calquée sur ce classement des objets par centres d’intérêt, avec la thématique commune « Matériel et méthodes de l’enseignement des enfants. Bibliothèques et matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la commune ou la corporation ».  Le catalogue de l’Exposition explicite tous les choix de documents et présente ainsi celui opéré pour les bibliothèques populaires :
La diffusion de l’enseignement ne peut se faire sans la diffusion des livres ; ils sont les auxiliaires de l’enseignement, et ils enseignent encore plus par eux-mêmes. Le colportage, qui vend les livre, ne pouvait les répandre en assez grand nombre, ni les faire pénétrer assez avant, ni les mettre partout dans toutes les mains ; faisant œuvre de commerce, non d’éducation, tout réglé qu’il soit, il ne pouvait donner assez de garanties.
L’institution de bibliothèques dans toutes les communes de France, louant ou prêtant les livres, les mettant à la portée de tous, les faisant circuler de famille en famille, était le complément indispensable de la propagation de l’enseignement. Décidées par le ministère de l’instruction publique, établies dans les écoles communales, desservies par l’instituteur, les bibliothèques scolaires ont été les premiers fondements de l’institution. Il y en a aujourd’hui 8,000 qui prêtent 500,000 volumes par an. Mais pour doter près de 40,000 communes de bibliothèques, l’action ministérielle ne suffisait pas. L’esprit public lui est venu en aide avec un élan remarquable. Un grand nombre de sociétés libres se sont formées pour cet objet spécial. Les unes embrassent une ancienne province, comme en Alsace ; les autres, un département ; d’autres sont seulement locales ; plusieurs, qui ont Paris pour siège, s’efforcent d’exercer du centre une influence qui s’étende sur tout le pays, soit en prêtant leur assistance à toute tentative de fondation de bibliothèques, soit en encourageant les bons livres et en les signalant, soit en agissant sur le colportage ; quelle que soit la mesure de leur action, quel qu’en soit le mode, toutes concourent à produire une agitation féconde, et qui  a déjà eu d’utiles effets. Non-seulement des milliers de gens qui n’ouvraient un livre que par accident ont été gagnés à la lecture, en ont pris le goût et l’habitude, mais les éditeurs, en présence de ce vaste marché qui s’ouvrait à eux, les auteurs en face d’un public se renouvelant sans cesse, ont commencé à marcher dans des voies nouvelles : les premiers, par les combinaisons les plus économiques, cherchent à atteindre l’extrême limite du bon marché ; les seconds comprennent que pour aller à l’âme de tout un peuple, la littérature doit rompre avec le raffinement des idées et le bel esprit du style, et qu’elle ne peut être trop pure ni dans le fond ni dans la forme2.
Le visiteur de la classe 90 qui suit le parcours prévu par les organisateurs voit successivement les documents concernant l’instruction religieuse (1 à 38), les bibliothèques populaires (39 à 95), l’art de l’enseignement (96 à 111), la bibliothèque classique d’enseignement secondaire (112 à 141), la bibliothèque spéciale agricole, etc.
Les documents concernant les bibliothèques populaires sont subdivisés de la manière suivante :
– sociétés (39 à 59) que l’on trouvera ci-dessous telles que le catalogue les présente3.
– matériel pour bibliothèques populaires (60 à 63)
– livres et publications périodiques (64 à 95)
Nom de la société Nom de la personne associée Adresse  Objets exposés N° d’ordre dans la classe 90
Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires M. le marquis de Chasseloup-Laubat, sénateur, président Paris, rue de Savoie, 6 Statuts, catalogue, comptes-rendus des séances publiques annuelles 39
Société des livres utiles M. le marquis d’Audiffret, sénateur, président Paris, rue Joubert, 30 Statuts, catalogue, rapports et publications 40
Société pour l’encouragement des publications populaires M. Le vicomte de Melun, président Paris, rue de Grenelle- Saint-Germain, 82 Statuts, catalogue, comptes-rendus, bulletins mensuels 41
Société des bibliothèques communales de l’Aisne M. Hébert, questeur du Corps législatif, président Laon (Aisne) Statuts, catalogue, instructions, bulletins mensuels 42
Société des bibliothèques aveyronnaises M. Mouton, procureur impérial, président Rodez (Aveyron) Statuts, règlements, système de bibliothèques circulantes 43
Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin M. Jean Dolfus, président Mulhouse (Haut-Rhin) Statuts, catalogue, comptes-rendus 44
Haelling (Ch.) Mulhouse (Haut-Rhin) Méthode d’inscription de lectures et de livres 45
Société alsacienne pour les bibliothèques populaires à Colmar M. Peyerimholf, maire de Colmar, président Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements, comptes-rendus 46
Bibliothèque des amis de l’Instruction M. Perdonnet, président de l’association polytechnique, président Paris, école centrale des arts et manufactures Statuts, catalogue, comptes-rendus 47
Bibliothèque populaire du Ve arrondissement M. Laboulaye, membre de l’institut, président Paris, rue de Blainville, 9 Statuts, catalogue,règlements 48
Bibliothèque populaire du VIIIe arrondissement
M. le comte Sérurier, ancien préfet, président, fondateur Paris, rue Roquépine, 18 Statuts, catalogue, circulaires, règlements, lectures gratuites, conférences et cours d’adultes 49
Bibliothèque populaire municipale du XIe arrondissement M. Lévy (Frédéric), maire, président Paris, place du Prince Eugène Statuts, catalogue,règlements 50
Bibliothèque de l’oeuvre de la visite des malades dans les hôpitaux Mme la comtesse Marguerite de la Tour-Maubourg, présidente Paris, rue de la Pépinière, 118 Statuts, catalogue, etc. 51
Société des bibliothèques communales de Montbéliard (Doubs) Statuts, catalogue, statistique 52
Bibliothèque populaire de Taverny M. Robinet, président Seine-et-Oise Catalogue, statistique 53
Bibliothèque et cours populaires de Guebwiller M. Bourcart, président-fondateur Haut-Rhin Statuts, catalogue,règlements 54
Bibliothèque populaire de Dieulefit M. Coueslant, président Drôme Imprimés relatifs aux bibliothèques populaires et aux écoles primaires 55
Bretégnier (le pasteur) Beutat (Doubs) L’organe des bibliothèques populaires, modèles de registres pour la tenue des bibliothèques populaires rurales, publications 56
Leclaire maire et président de la bibliothèque populaire Herblay (Seine-et-Oise) Statuts, catalogue,règlements 57
Bibliothèque populaire de Ferney (Ain) M. Pasquet (pasteur), président Statuts, catalogue, cours d’adultes 58
Bibliothèque communale d’Hortes (Haute-Marne) le maire, président Système d’organisation reposant sur l’association et la cotisation 59

 

Combien de visiteurs se sont véritablement penchés sur les vitrines contenant ces documents alors que l’Exposition universelle recelait tant de nouveautés spectaculaires ? Peu nombreux sont les guides de l’Exposition ou les articles consacrant plus d’une page aux classes 89 et 90. Et quand ils le font, il est encore plus rare qu’ils mentionnent les bibliothèques populaires. Voici ce que raconte L’exposition universelle de 1867 illustrée, dont le témoignage critique est particulièrement révélateur :

Instruction publique en France

Les classes 89 et 90.

Au bout de la galerie transversale où sont disposés d’une façon si pittoresque les produits de l’Algérie et de nos colonies, le visiteur s’arrête devant un portique de belle ordonnance, celui que reproduit notre gravure [voir ci-dessous]. Deux groupes en ornent les côtés, dont l’un représente l’éducation de l’enfance, l’autre l’instruction des adultes ; et au-dessous du fronton se lit cette parole de l’Empereur qui est restée à l’état de programme non réalisé :

« Dans le pays du suffrage universel tout citoyen doit savoir lire et écrire. »

[…]

ce portique marque l’entrée des classes 89 et 90, qui comprend quatre salles, prises des deux côtés de la galerie circulaire n° 2. Là se trouve représentée toute l’éducation populaire, depuis la salle d’asile jusqu’à l’enseignement professionnel, et aux cours pour les adultes.

Le rédacteur décrit alors quelques objets comme ceux du pensionnat professionnel d’Ivry-sur-Seine dont il précise qu’il a « obtenu de nombreuses récompenses et donc le directeur, M. Pompée, vient d’être fait officier de la Légion d’honneur ». » Il s’agit bien du vice-président de la classe 90, nous y reviendrons ! Enfin, l’article termine de cette façon :

Ne quittons pas la classe 90 sans dire un mot du meuble monumental, et d’aspect presque funèbre, qui s’élève au milieu de la seconde salle et l’emplit presque à peu près. La statue dorée qui le surmonte représente la France. Trois de ses faces sont garnies de vitrines où sont rangés des volumes de documents, précieux peut-être, mais dont le public ne peut voir les titres. »4

expo 1867 classes 89 et 90

Même son de cloche dans un article tout aussi ironique publié par Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes :

Entrons. La classe 90 nous offre deux salles ou compartiments en enfilade.
Un sarcophage en ébène, à quatre faces, avec inscriptions commémoratives, occupe tout le centre du premier compartiment. A travers les glaces de ses vitrines, il laisse voir des registres bien reliés et non moins bien enfermés ; à l’un des angles, une ficelle tient en suspens, à la disposition du public, L’Enquête du dixième groupe, glorification de la Commission par elle-même. En haut du sarcophage on lit Ministère de l’instruction publique. Ce n’est pas un meuble des pompes funèbres qu’il fallait en cet endroit, il fallait la vie, et non point la mort, des vitrines ouvertes, et non point verrouillées, des joies et de la lumière, et non point les tristesses d’une couleur sombre. Effet d’or et d’encre noire, effet manqué. J’aime mieux les vitrines du compartiment de gauche les premières surtout, avec leur étiquette fatidique : Enseignement des femmes. J’aime ce ministère de l’instruction nationale. Mais qu’est-ce à dire ? On apprend donc quelque chose aux femmes, dans notre belle France ? Voyons ce qu’on enseigne à nos filles, à nos sœurs, à nos mères5.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (2. Un tri sur le volet)," in Bibliothèques populaires, 20/07/2013, https://bai.hypotheses.org/601.

  1. conservées aux Archives nationales []
  2. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  3. Exposition universelle de 1867 à Paris- Catalogue général publié par La commission impériale, Paris, E. Dentu []
  4. Ch Sauvestre, « l’Instruction publique en France » in L’Exposition universelle de 1867 illustrée. Publication internationale autorisée par la Commission impériale. 12 septembre 1867 []
  5. Edmond Douay, « Groupe X, classe 90 » in Le Panthéon de l’industrie et des arts. Journal des expositions et des découvertes… du 29 déc. 1867 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []