Archives par mot-clé : Femmes

Femmes et bibliothèques populaires (Pauline Weiler-2)

Photographie de Pauline Weiler (cliché appartenant à sa famille).

Un premier billet à propos de Pauline-Désirée Weiler avait permis de présenter les recherches en cours sur cette présidente de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement (BAI-III), recherches  que je menais  pour une communication plus large sur la présence oubliée des femmes dans les bibliothèques populaires1. Il s’agissait donc d’un état provisoire2 que quelques découvertes et entretiens récents permettent de préciser3.

Deux questions sous-tendaient le premier billet. Pourquoi, comment, la BAI-III avait-elle confié successivement son  secrétariat général puis sa présidence à une jeune femme à une période où les bibliothèques populaires étaient encore réticentes à accueillir des femmes dans leurs conseils? Et pourquoi, comment, depuis près d’une soixantaine d’années la BAI-III avait-elle oublié la mémoire de sa première présidente4?

La réponse  à la première question se trouve dans l’histoire des bibliothèques populaires des années 1910-1920. Délaissées au profit des municipales désormais plus  dynamiques5, les populaires connaissent une crise du bénévolat, y compris dans les vocations à faire partie des membres du conseil. Or les bibliothèques populaires avaient des bureaux traditionnellement masculins, ce qui certes reflète le peu de places des femmes dans la plupart des bureaux des structures associatives au XIXe siècle, mais aussi la crainte des bibliothèques populaires républicaines de se voir confondues avec les bibliothèques paroissiales où les femmes jouaient un rôle actif dans la sélection et la distribution de lectures édifiantes et moralisantes6.  À la fin du XIXe siècle, quelques bibliothèques républicaines comprennent au contraire qu’il ne suffit pas d’avoir des lectrices pour être porteuses d’une émancipation partagée, et qu’il est judicieux d’accueillir des femmes dans les conseils. Il n’est pas possible, les archives de la BAI-III étant lacunaires, de dater le début de leur présence dans les conseils, mais en 1902 deux femmes au moins sont déjà présentes dans ces fonctions, dont une certaine Mademoiselle Chatel. Or, le 5 juin 1907, on apprend au détour d’un compte-rendu que Pauline Weiler est devenue « secrétaire »: « M. Jacob, après avoir présenté Melle Weiler (la nouvelle secrétaire) »7. Cela signifie que Pauline Weiler prend une responsabilité  importante, les fonctions de président et de secrétaire général étant déterminantes selon les statuts de la BAI-III. Il est donc intéressant de comprendre ce qui dans la trajectoire de Pauline Weiler lui a permis d’accéder à 24 ans à cette fonction. Les premiers éléments de réponse livrés dans le précédent billet s’articulaient autour de son origine socio-professionnelle. Pauline Weiler était institutrice, et les instituteurs (puis les institutrices) se sont souvent vu confier la destinée des bibliothèques populaires, ayant déjà  à gérer des bibliothèques scolaires. De nouveaux éléments permettent également de lier la présence de Pauline Weiler à l’inscription de la BAI-III dans le quartier du Marais. En effet, après avoir été fondée en grande partie par des ouvriers du quartier dans les années 1860, la BAI-III accueille de nombreux lecteurs juifs au gré des différentes vagues migratoires8. Or le père de Pauline Weiler est  né à Berne (Suisse) le 1/10/1848 de Jacob et Julie Ebstein. En 1879, lors de son mariage, il est ébéniste et habite 15 rue du Faubourg Saint-Denis dans le Xe arrondissement9.  Son épouse, Victorine Waltz est née à Colmar le 22/7/1851, de Lehman et Odile Levy. En 1879, Victoire est « sans profession », et habite chez ses parents, 28 rue d’Enghien, dans le Xe arrondissement10. Sa mère était sage-femme à Colmar, et son père était instituteur. Pauline Weiler appartient donc à un milieu où les femmes peuvent exercer une profession. De surcroît, ses oncles maternels ont bénéficié d’une instruction étendue et appartiennent à un solide réseau intellectuel et politique :

  • Adolphe Waltz, né à Colmar le 4/7/1840, est normalien puis professeur d’université. Il épouse en 1874 Jeanne Joséphine Dreyfus11, dont le frère Camille Ferdinand Dreyfus est avocat, rédacteur au Siècle et député de l’Union républicaine.
  • François Waltz, né à Colmar le 9/5/1846  est un. négociant travaillant à Caracas12. Il est probablement franc-maçon13.
  • Émile Waltz, né le 23/7/1848 à Colmar est journaliste puis sous-préfet14.
Du droit d’option des Alsaciens lorrains […] par Eugène Hepp, Paris, 1872. Gallica (BnF)

Théodore Weiler est naturalisé français15 et les Waltz sont « optants » français en 187216, c’est-à-dire qu’ils font partie des Alsaciens-Lorrains qui ont pu conserver la nationalité française à condition de quitter leur région avant le 1er octobre 1872, et qu’ils se sont donc installés à Paris. Théodore et Victorine, mariés en 1879, ont une première fille dès 1880, Dina, suivie de quatre autres enfants:

    • Dina, née le 15/3/1880, 14 passage de l’Industrie17.
    • Paul, né le 29/5/1881, 9 passage de l’Industrie18.
    • Pauline, née  le 19/03/1883, 9 passage de l’Industrie19.
    • Blanche, née le 22/1/1885 à Nogent-sur-Marne20.
    • Annette, née vers 1890 et décédée à l’âge de 8 ans21.

Dina Weiler  fait ses études à l’École normale d’institutrices de Versailles22. Pauline quant à elle fait ses études à l’École normale d’institutrices de la Seine, boulevard des Batignolles23, pendant que leur frère Paul suit des études d’architecture24.

École normale d’institutrices- Paris, début XXe siècle (coll. particulière)

Les trois jeunes adultes s’installent ensemble rue Barbette, et fréquentent la famille de Lucie V., une amie normalienne de Dina qui deviendra sa belle-sœur25. La rue Barbette étant proche de la rue de Turenne, où se trouve la BAI-III, on comprend aisément que Pauline, Dina et Paul Weiler se soient inscrits à la BAI-III26, à l’instar de nombre de leurs voisins. On peut aussi supposer que M. Serge Jacob, président de la section du troisième arrondissement de la Ligue des Droits de l’homme, bibliothécaire de la ville de Paris (alors en poste à la bibliothèque Carnavalet, à quelques dizaines de mètres de la BAI-III), publiciste, connaît les oncles maternels de Pauline Weiler.

On ne peut quasiment rien déduire des archives de la BAI-III sur le rôle exact de Pauline Weiler. Les difficultés des bibliothèques populaires déjà évoquées auxquelles s’ajoutent les conséquences de la Première Guerre mondiale et le décès de Serge Jacob en 1916 l’amènent certes aux fonctions de présidente. Mais le côté très normé et synthétique des comptes rendus des bibliothèques populaires qui depuis les années 1860 feignent souvent un enthousiasme destiné aux autorités et à galvaniser les inscriptions ne nous permet pas de connaître la réalité quotidienne de la bibliothèque ni des tâches incombant réellement aux uns et aux autres. Reviennent en effet dans les bibliothèques populaires les mêmes figures de style en usage depuis le XIXe siècle signalant enthousiasme, fraternité, novations, que démentent cruellement d’autres sources et les fermetures successives de ces structures. Il faudra(it) l’émergence de correspondances privées pour connaître la place exacte occupée par Pauline Weiler à la BAI-III, la latitude qu’elle obtient pour appliquer ses suggestions, en particulier durant la période où elle est secrétaire générale. Tout au plus peut-on noter que la BAI-III  essaie alors avec énergie de s’adapter à la concurrence désormais sérieuse des municipales en matière de prêt et aux mutations du quartier.

Entre ses fonctions de secrétaire générale et de présidente, Pauline Weiler s’est trouvée pendant une bonne vingtaine d’années à la tête de la BAI-III. Il était donc extrêmement troublant que la mémoire associative ait pu si rapidement l’oublier. Désormais, grâce aux recherches menées par Louise Oudin27, on peut tenter une explication. En effet, il apparaît que la mention de l’arrêté du 18 juillet 2013 qui indique que Pauline Weiler est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz  » est inexacte, mais s’explique par le caractère tragique de sa disparition. Les membres de la famille rapportent en effet que Lucie V., l’amie et belle-soeur de Dina, avait épousé un instituteur, Gabriel L., originaire de Bourganeuf (Creuse). Pauline, sa sœur Blanche, son beau-frère Aaron, et sa nièce Madeleine  se sont réfugiés, suite aux persécutions antisémites de la Seconde Guerre mondiale, chez un résistant de Bourganeuf, tué dans le maquis en mai 1944. Arrêtés en juillet 1944, Pauline et sa famille sont déportés à Auschwitz-Birkenau. Si Madeleine parvient à sauter du train, Blanche et Aaron meurent dans les camps. En revanche Pauline Weiler est encore vivante lors de la libération des camps, mais sa trace disparaît sur les routes du retour entre Odessa et Paris, ou bien entre Vienne et Paris28… Sur son acte de naissance, il est donc mentionné en marge : « décédée le 7/10/1949 à Bourganeuf »29. L’acte de décès de Bourganeuf30 reprend quant à lui un jugement valant acte de décès, conformément à la  loi permettant de déclarer décédée une personne disparue. Sur cet acte Pauline Weiler est retraitée de l’enseignement et habite 34 rue Du Puy à Bourganeuf. Cela signifie que Pauline Weiler fait partie des personnes que l’on a longuement recherchées et dont on a espéré le retour pendant des années, après la libération des camps. Ainsi s’explique peut-être partiellement sa disparition pendant près quarante ans de la mémoire de la BAI-III, l’association n’ayant pu au sortir de la guerre évoquer le sort encore incertain de Pauline Weiler.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Femmes et bibliothèques populaires (Pauline Weiler-2)," in Bibliothèques populaires, 27/03/2017, https://bai.hypotheses.org/1369.

  1. On trouvera la version écrite de cette communication dans l’ouvrage édité par Carole Christen et Laurent Besse aux Presses du Septentrion ce mois-ci: voir ici. []
  2. Rappelons en effet que le but premier de ce carnet est de présenter les recherches en cours, et non de prétendre à l’exhaustivité ni de brûler les étapes. []
  3. Je dois ces découvertes à Louise Oudin à qui va toute ma gratitude.  Je mentionnerai dans les notes suivantes les recherches dont je lui suis redevable. []
  4. Voir le précédent billet sur Pauline Weiler. Ce sont des bénévoles qui m’avaient signalé que lors de la redécouverte  des archives de la BAI-III dans les années 1980, elles avaient constaté  qu’une femme avait eu un rôle important dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale. Tout ce qu’elles connaissaient de son action était le fait que sous sa présidence la BAI-III avait déménagé ses collections. []
  5. Voir Des bibliothèques populaires à la lecture publique (dir. A. Sandras), Presses de l’enssib, 2014. []
  6. Voir Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », in Histoire de l’éducation populaire, 1815- 1945 (éd. Carole Christen et Laurent Besse), Presses du Septentrion, 2017, pages 199 à 220. []
  7. Délibération du 5 juin 1907, archives de la BAI-III. []
  8. Voir Antoine Halff, « Le peuple du Livre et les livres du peuple, Les Amis de l’Instruction et la Communauté juive du Marais (1861 – 1914) », Actes du Colloque de 1984. []
  9. Archives de Paris, état-civil : acte de mariage de Théodore Weiler et Victorine Waltz, acte 612. Recherches menées par Louise Oudin. []
  10. Ibid. []
  11. Archives de Paris, état-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  12. Recherches menées par Louise Oudin. []
  13. Voir la fiche Waltz François du fichier Bossu: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10000262s/f97.item []
  14. Ibid. []
  15. Archives de Paris, état-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  16. Ibid. []
  17. Archives de Paris, État-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  18. Ibid. []
  19. Archives de Paris, État-civil. []
  20. Archives de Paris, État-civil. Recherches menées par Louise Oudin. []
  21. Renseignements donnés par la famille à Louise Oudin. []
  22. Ibid. []
  23. Ibid. []
  24. Ibid. []
  25. Ibid. []
  26. Registre des inscriptions, Archives de la BAI-III. []
  27. Avec l’aide éclairée de Marie-Françoise Greminger, à Bourganeuf. []
  28. Entretiens en février et mars 2017 menés par Louise Oudin avec Antoine D., petit-neveu de Pauline Weiler, Odette W., petite-nièce par alliance, Annette A., nièce et Sarah D., arrière-petite-nièce. []
  29. Recherches à l’état-civil de Paris menées par Louise Oudin. []
  30. Recherches à l’état-civil de Bourganeuf menées par Louise Oudin. []

Actualités des bibliothèques populaires

Antoine Bertrand a retracé dans une émission radiophonique le sort des bibliothèques populaires de Saint-Etienne pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut l’écouter ici, et prolonger ainsi le plaisir de la lecture de son récent billet sur cette question.

Signalons également la parution ce mois-ci de l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, aux Presses du Septentrion. L’ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Lille en juin 2015.

Deux contributions de cet ouvrage portent plus particulièrement sur les bibliothèques populaires:

  • Dans « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », Bernard Desmars évoque « les fouriéristes, militants de l’éducation populaire », « propager les idées, préparer la société future », et « éducation populaire et coopération: deux faces d’un même projet ». Bernard Desmars avait présenté les fouriéristes dans une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement que l’on peut réécouter ici.
  • Dans « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », Agnès Sandras évoque « l’empreinte de Flora Tristan et de Jeanne Deroin sur les premières bibliothèques populaires », « une présence réelle mais difficile à mesurer des femmes dans les bibliothèques populaires » et « bibliothécaires de gare et de sacristie contre bibliothécaires républicaines? »

En 2016, Arlette Boulogne a publié aux éditions l’Harmattan, Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), avec une préface de Michelle Perrot. Cet ouvrage est tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984 à l’Université de Paris-VII. Elle en a fait une présentation à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement que l’on peut réécouter ici.

Enfin, toujours en 2016, Alan R.-H. Baker a publié dans le tome 71 des Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (2016), un article intitulé « Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher (1860-1901) ». Sont développées les thématiques suivantes: développement à travers le temps, répartition à travers l’espace/ les objectifs des fondateurs des bibliothèques populaires/ l’adhésion et la gestion/ la surveillance/ les collections des bibliothèques populaires/ la connaissance géographique véhiculée par les bibliothèques populaires d’Ozouer-le-Doyen et de Montoire.

 

Pauline-Désirée Weiler

54 rue de Turenne / Atget
54 rue de Turenne / Atget

La tradition orale de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) prête nombre de changements dans la bibliothèque pendant la Première Guerre mondiale à une certaine Mme Weiler. Si l’on lit les compte-rendus des conseils d’administration durant cette période, il apparaît clairement que « Madame P. Weiler » n’a pas eu les coudées franches et qu’elle n’est pas, du moins officiellement, à l’origine des modifications que la tradition lui prête. Certes, la bibliothèque, sise au 54 rue de Turenne, est passée des combles à un rez-de-chaussée côté rue (dans les actuels locaux), certes ce déménagement a entraîné un bouleversement dans le classement des ouvrages, les livres les plus demandés étant désormais situés près du guichet, mais tout cela est lié au fait que l’école, également logée au 54 rue de Turenne, a désiré reprendre les combles, et que le menuisier logé au rez-de-chaussée est décédé: les livres ont donc trouvé refuge dans les anciens casiers, rabotés pour la circonstance, de l’artisan…

En revanche, on découvre bien des choses en tentant d’en savoir plus sur « Madame P.Weiler ». Elle est en effet désignée comme secrétaire générale de la BAI en 1907 par le président qui est alors Serge Jacob (bibliothécaire à Carnavalet, bibliothèque toute proche). Le compte-rendu indique que cette désignation, contraire aux statuts de la BAI, est rendue nécessaire par le manque de sociétaires capables d’assister avec régularité aux réunions du CA. En effet, »Mme P. Weiler » assiste avec ponctualité aux conseils depuis 1902. Le compte rendu précise également qu’elle est institutrice de la Ville de Paris. En 1916, plusieurs membres du Conseil étant tombés à la guerre, Mme Weiler devient « président » (sic) pour la durée du conflit. Après guerre, les membres du conseil la désignent à l’unanimité à la tête de la BAI, et elle signe désormais en toutes lettres « P.Weiler, présidente ».

Une recherche dans le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris permet d’identifier Pauline Weiler, institutrice à l’école de filles de la rue de Picpus (12e) en 1926, devenue directrice en 1932. En recherchant « Pauline Weiler » dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, on découvre que « Pauline-Désirée Weiler »  a reçu les palmes académiques en 1932. Enfin, une recherche sur Internet nous apprend que Pauline-Désirée Weiler « née le 19 mars 1883 à Paris 10e (Seine) » , est « décédée le 18 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne) » …

Il est alors possible de deviner toute l’exemplarité du parcours d’une jeune fille brillante sur les bancs de l’école républicaine. Les registres de l’état-civil confirment qu’une petite Pauline-Désirée Weiler, fille de Théodore Weiler, 34 ans, ébéniste, et de Victorine Waltz, 31 ans, sans profession,  a vu le jour Passage de l’Industrie (Paris 10e), le 19 mars 1883. Elève appliquée de l’école Sophie Germain, on peut supposer qu’elle devient facilement institutrice, désireuse à son tour de transmettre l’instruction reçue, y compris à la BAI dont elle  est nommée secrétaire générale à 24 ans…