Archives par mot-clé : Hippolyte Landrin

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin

LANDRIN, Hippolyte (1842-1926)

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

Né à Paris, bronzier dès l’âge de 16 ans, il est élève des cours du soir. En 1861, à 19 ans, il s’engage à la BAI-III. Il est élu à 25 ans délégué des ouvriers du bronze en 1867 et devient membre de la commission ouvrière à l’Exposition universelle de Paris. Adhérent de l’AIT, il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au congrès de Bâle en 1869.

NOM : LANDRIN

PrénomsHippolyte, Pierre 

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 151

Rôle dans la BAI-III : de 1861 à au moins 1871 : aide le bibliothécaire PLOMB2, administrateur3, secrétaire4 puis comptable5

État-civil et famille6: né à Paris (anc.4e arrdt) le 11 avril 18427. Son père François Hippolyte, né à Paris en 1819, est ciseleur en 1870 et meurt à 73 ans le 22/1/1892 à son domicile 41 rue de Turenne Paris 3e8. Sa mère, Adélaïde Joséphine COULON, née à Paris vers 1820, meurt à 71 ans quelques jours après son mari au domicile conjugal le 29/1/18929. Hippolyte LANDRIN est déclarant du décès de ses deux parents et aussi de ses beaux-parents.

Il s’est marié à Paris 11e le 10 février 187010 avec Anne Rose DELEZEVE, reperceuse en bijoux. Elle est née à Paris (anc. 6e) le 27/1/185011. Elle a pour parents  Pierre Hercule DELEVEZE propriétaire et Anne ANTHEAUME qui habitent 43 rue des Trois Couronnes, Paris 11e arrdt. L’annonce du mariage d’Hippolyte et Anne-Rose paraît dans le journal Le Pays12. Les témoins sont : Léon, Mars LEGAL, 31 ans, menuisier-modeleur, lecteur 163 de la BAI-III, 41 rue des Rigoles, et élève avec lui de l’APH ; GIROD ; François Victor DELEZEVE, ciseleur, 24 ans, frère de l’épouse ; Julien Joseph COULON, mouleur, oncle de l’époux. Leur fille,  Fernande Adrienne, est née le 8/2/1873 à Paris 3e. Elle se marie le 4 janvier 1909 à Fontenay-sous-Bois13. Elle habite 26 rue Pauline. Ses deux parents présents au mariage habitent alors le 15e.

Hippolyte meurt à 84 ans à Fontenay-sous-Bois (actuel Val de Marne), ville de résidence de sa fille le 22/11/192614. Anne-Rose meurt le 28/2/1940 à Fontenay-sous-Bois15.

Professions : en 1861 il est monteur en bronze16 ; même profession en 1870 et en 189117 ; en 1892, à 50 ans, il est lampiste d’après l’acte de décès de sa mère. 

Adresses connues : 1861 : 3 rue de Saintonge18 ; 1863/64 et 1870 : 12 rue Neuve Saint-François qui devient le 12 rue Debelleyme Paris 3e, où il habite avec père et mère ; 1873 : 7 rue des Enfants Rouges, Paris 3e; 1891 et 1892 : 17 rue de Poitou, Paris 3e19 ; 1897 et 1909 : 19 rue Copreaux Paris15e arrdt . Ils s’installent chez ses beaux-parents après leur décès. Les beaux-parents habitaient rue Copreaux depuis au moins 1873. 1926 : Fontenay-sous-Bois (adresse non trouvée), actuel Val-de-Marne.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 

il est élève des deux de novembre 1858 – il a alors 16 ans – à mars 186320.

À l’AP : année scolaire 1858/1859, distribution des prix le 22/1/1860. Les cours sont à l’École Centrale. Il est premier prix d’hygiène, avec pour professeur le docteur M.C. de MONTMAHOU, qui est donateur de livres à la BAI-III21. Il suit le cours avec CHARPENTIER [Voir fiche CHARPENTIER]. Il est aussi deuxième prix de chimie22. Année scolaire 1861/1862, distribution des prix le 8/2/1863 : il reçoit plusieurs prix23. Année scolaire 1862/1863,  les cours ont lieu à l’École Centrale. Il reçoit le 2e prix de chimie (2e partie) et le prix unique avec médaille de géographie24.

A l’APH : 1859/1860 : il reçoit une 1ère mention de chimie 2e année, cours qu’il suit avec Jean Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et Henri MICHEL [voir fiche MICHEL]. Le cours est assuré par GRANDEAU [voir fiche GRANDEAU] qui est suppléant25.

 En 1853, l’AP avait envoyé des élèves à l’Exposition universelle de Londres. L’expérience ayant été jugée positive, 14 élèves de l’AP se rendent à celle de 186226. Quatre des délégués sont lecteurs à la bibliothèque et deux y sont membres actifs. Ils vont y passer 8 jours « sous le même toit » que les Italiens qui sont conduits par un ancien élève de l’École Centrale. Ils consignent l’expérience dans des rapports individuels malheureusement non retrouvés. LANDRIN fait partie du voyage de 1862 et rédige comme BERGER, sculpteur, LEGAL, menuisier (il s’agit de Léon LEGAL, lecteur 163 de la BAI-III, menuisier-modeleur, qui sera témoin de LANDRIN à son mariage en 1870), BOUCART, doreur, MATRE, dessinateur et comme le fouriériste VELLU, lithographe27, un rapport sur « les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc. » ; LANDRIN reçoit une mention de deuxième ordre. Quant à CHARPENTIER, il est le seul à rédiger un rapport sur « la question des métaux » et reçoit une mention de premier ordre. Nous retrouvons aussi DABROWSKI, Nicolas Stanislas, lecteur 16728 et VALENS Auguste, élève de l’APH en 1862/186329 qui étudient la photographie et la typographie. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, traitent des grandes machines ; DIOT, peintre, étudie la décoration et MAUVOISIN la fabrication des chaussures.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : il est  délégué des ouvriers du bronze en 1867 et membre de la « commission ouvrière » et adhérent à l’AIT dans une « adhésion collective de la société des ouvriers du bronze » dont il est un des dirigeants30.

Nous n’avons pas retrouvé ce qu’il a fait pendant la guerre franco-prussienne ni pendant la Commune. En décembre 1871 il reprend ses  fonctions de comptable de la BAI lors de la réouverture après un an d’interruption. Il évoque dans son rapport les « oscillations financières que les événements douloureux traversés ont provoquées31 ».

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

en 1865 il est remercié lors d’une AG32 pour son zèle qui ne s’est jamais démenti avec Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], Frédéric ERBS [voir fiche ERBS]  et BLOCH33.

Le le 5 octobre 1867, Hippolyte LANDRIN tient avec 7 autres personnes les cordons du poêle à l’enterrement d’Auguste PERDONNET 34, président de la BAI-III [voir fiche PERDONNET]. C’est le seul ouvrier à remplir ce rôle, aux côtés du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, de deux sénateurs, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique et de personnalités de l’industrie et des chemins de fer. Le discours que prononce alors LANDRIN est publié dans Le Temps sous forme d’une lettre ouverte signée notamment par Hippolyte LANDRIN, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS], Jean Louis RIMET[voir fiche RIMET] et Jean Victor BELLAMY[voir fiche BELLAMY]35.

À l’AIT il retrouve des membres de la BAI-III comme : Édouard Ernest FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG], Jean Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY].

Il est témoin de la naissance de Jules Henri PLOMB le 8/5/1869, fils d’Honoré [voir fiche PLOMB].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

(voir également ci-dessus).

À l’AIT il croise de futurs amis de l’instruction du 14arrondissement :  Jean Pierre HELIGON qui, maire du 14e, va faciliter la création de la BAI  dès juin 1871 quelques semaines après la Commune, Charles LIMOUSIN, Germain CASSE, Henri TOLAIN.

 

Éléments biographiques complémentaires :

l’industrie du bronze à Paris vers 1860 donne du travail à 6000 ouvriers dans des ateliers situés en majorité dans les 3e et 11e.

Dans le rapport de l’Exposition universelle de 1862 figure la demande d’« une bibliothèque pour nous » par les délégués du bronze, ciseleurs36.

À la veille de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867,  une grève est organisée37. Parmi les premiers membres de l’AIT38 se trouvent 6 bronziers en 1865. En octobre 1867, c’est avec  deux premiers membres de l’AIT, dirigeants de la première heure de la Société des bronziers : Arsène KIN, Joseph, Etienne dit Blaise PERRACHON qu’il souscrit pour 1 franc pour « les combattants de l’insurrection romaine »39. Pour l’exposition universelle en 1867, sept membres de la société des ouvriers du bronze partent en délégation sans le concours de la société d’encouragement.

Il s’agit de s’affranchir de toute tutelle. Les délégués de chaque corps de métier (qu’ils soient sous les auspices de la société d’encouragement ou indépendants) sont élus au « suffrage universel ». L’organisation des élections repose sur le réseau des sociétés de secours mutuels. Les 7 membres dont Hippolyte LANDRIN deviennent les représentants officiels et font partie de la Commission ouvrière créée à l’occasion.  La commission ouvrière est autorisée et peut multiplier les réunions. Après l’exposition les délégués rédigent un rapport40. Le rapport est imprimé par leur société de secours mutuel. Hippolyte LANDRIN adhère à l’AIT non pas individuellement mais comme membre de la « société des ouvriers en bronze ». Il est le délégué des ouvriers bronziers de Paris au 4e congrès de l’AIT à Bâle du 6 au 12 septembre 186941. Il signe en tant que délégué des sociétés ouvrières une protestation contre la répression des mineurs d’Aubin42. avec notamment Albert THEISZ43.

 

Le parcours d’Hippolyte LANDRIN est donc une illustration du lien entre «  la société des bronziers » et l’AIT qui  s’installe progressivement, même si l’AIT rencontre bien des obstacles comme des poursuites, procès et condamnations44. Déjà en 1864, avant la création de l’AIT, le « Manifeste des 60 » rédigé par Henri TOLAIN (BAI XIV) avait été  signé par les dirigeants des bronziers : Zéphirin CAMELINAT, Arsène KIN, Blaise PERRACHON, Charles LIMOUSIN45.

Hippolyte LANDRIN croise à plusieurs reprises dans sa vie professionnelle et « militante » les « frères LANDRIN » Léon et Émile46. Les deux familles sont « pays », originaires du Vexin de deux communes (Magny en Vexin et Boissy l’Allier) distantes de 25 kilomètres. Aucun lien familial n’est trouvé en remontant jusque vers 1730 (Voir ici.). Émile est ciseleur (sur bronze) quand il est témoin au mariage de son frère Léon, tourneur en bronze, le 20/6/1863. Leur père Charles Antoine est lithographe imprimeur et né à Paris le 24/1/1812.

En 1870 l’appel contre la guerre de l’AIT est signé entre autres par Hippolyte LANDRIN, Henri TOLAIN, Jean-Pierre HELIGON, Germain CASSE  de la BAI XIV et Jean-Victor BELLAMY de la BAI-III47.

Rapport des délégués ciseleurs (…), Exposition universelle, 1867., BnF, cliché Louise Oudin.

 

Écrits de la personne :

Il est signataire du rapport écrit sur l’Exposition universelle de  1867 déjà cité (voir ici).

Il rédige 2 rapports comme comptable de la bibliothèque dont le premier est à lire ici48. LANDRIN y défend  «  l’idée coopérative appliquée  à la vulgarisation des lectures, pour tous et à l’aide de tous,  ». Il regrette «  le manque de vie sociale dans la bibliothèque, l’absence de lien dans la mutualité ». Il souhaite » le développement de l’idée coopérative grâce à la reprise des assemblées générales ».

 

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 12 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Hippolyte Landrin," in Bibliothèques populaires, 12/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4872.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. Rapport GRANDEAU dans l’Ami des sciences. []
  3. CR BAI-III, 1862. []
  4. CR BAI-III, 1864/68. []
  5. CR BAI-III, 1869/71. []
  6. Merci à Christian Polydore et à Brigitte Legros (polydorech) de Geneanet. []
  7. AD 75, état-civil reconstitué, naissances V3 E/N 1293, vue 3/51, à voir ici. []
  8. AD 75 1892, décès, 03V4E5590, vue 18/ 31, voir ici. []
  9. AD 75 1892, décès, 03V4E5590 vue 23/ 31, voir ici. []
  10. AD 75,1870, mariages, 11 V4E1434, vue 4/31 ici. []
  11. AD 75, état-civil reconstitué, naissances, V3 E/N 673, vue 22/101, voir ici. []
  12. Le Pays du 12/2/1870, voir ici. []
  13. AD94, mariages, 1909, 4E2157, vue 1/203, voir ici. []
  14. Table décennale NMD 1923-1932, AD94, voir ici. Déclaration succession 1926 bureau de Vincennes, vue 72/119, voir ici. []
  15. AD94, table des décès 1933-1942, voir ici. []
  16. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  17. Liste électorale sur Ancestry. []
  18. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  19. Liste électorale de 1891 et acte de décès de sa  mère. []
  20. Selon les palmarès, c’est-à-dire les prix remportés, ce qui ne préjuge pas de sa scolarité en entier. []
  21. CR BAI-III. []
  22. L’Ami des sciences, 1860, page 160. []
  23. Le Constitutionnel, 9/2/1863, page 2. []
  24. Le Petit Journal 4/2/1864, page 2. []
  25. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  26. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  27. Il s’agit de Constant VELLU, 28 ans en 1862, fouriériste dès 1840 dont Bernard DESMARS avait repéré la présence à la polytechnique : DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020, voir ici. []
  28. Registre dit des lecteurs – BAI III. []
  29. Recueil de l’Association philotechnique – Palmarès, BnF. []
  30. Jean MAITRON et R. SKOUTELSKY : Notice LANDRIN Hippolyte voir ici. []
  31. CR BAI III 1869/71, page 15. []
  32. CR BAI-III, 1863/64, page 7. []
  33. Il s’agit d’Émile BLOCH, lecteur 300, 19 ans, noté architecte (?) Registre dit des lecteurs. On le retrouve piqueur du service municipal pour un deuxième prix de trigonométrie et courbes usuelles sur le palmarès de la philotechnique en 60/61. Plus tard il sera architecte expert auprès du tribunal de commerce et professeur aux cours d’adultes de la ville de Paris []
  34. Journal des débats politiques et littéraires, 5/10/1867, page 2. []
  35. Le Temps du 6/10/1867. Le discours n’est pas reproduit par les autres journaux, ce qui explique la lettre ouverte… []
  36. Commission ouvrière (Paris).  Rapports des délégués du bronze, ciseleurs, tourneurs et monteurs publiés par la Commission ouvrière [Grandpierre, secrétaire]. 1863, page 40. []
  37. Voir par exemple : 1867 : Les ouvriers du bronze français soutenus par l’Internationale ouvrière, par Julien Grimaud sur Retronews. []
  38. Voir les sections françaises de l’AIT Annexe IV par ROUGERIE ici. []
  39. Le Courrier français du 23/10/1867, voir ici. []
  40. « Rapport des délégués ciseleurs, tourneurs et monteurs, lu en séance publique le 8 novembre 1868 : bronze, orfèvrerie,  imitation, cuivrerie ».  Éditeur : société de crédit mutuel des ouvriers du bronze (Paris), date d’édition : 1869. []
  41. Rapport sur le congrès de Bâle par  Mollin, Gabriel (1835-1912). Paris, 1870, voir ici. []
  42. La Gironde du 17/10/1869, page 1, voir ici. []
  43. Voir la fiche MAITRON sur Albert Theisz élaborée par Michèle Audin ici. []
  44. Nous remercions Michel CORDILLOT qui nous a aidés à établir et comprendre ces liens. []
  45. L’Opinion Nationale,17/2/1864, voir ici. []
  46. voir la biographie établie par Jean MAITRON pour Emile ici et pour Léon ici. []
  47. Le Réveil des12 et 14 /7/1870, BnF, cliché Louise Oudin. []
  48. CR BAI-III 1864/68 et CR BAI-III  1869/71. []