Archives par mot-clé : Hortes

Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique

Ce billet a pour auteures Louise Oudin et Agnès Sandras

NB : les indications [Voir la fiche…] correspondent aux billets réseau des premiers lecteurs de la BAI-III déjà en ligne (avec lien cliquable) ou à venir (sans lien pour le moment).

Dès les premiers récits concernant la fondation de la première Bibliothèque des Amis de l’instruction (la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement parisien, BAI-III), puis de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve Arrondissement parisien (BAI-V) et de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du XVIIIe Arrondissement parisien (BAI-XVIII), on relève l’implication d’ouvriers suivant des cours du soir et de leurs professeurs. Henri HARANT [voir fiche HARANT], un des premiers sociétaires, vice-secrétaire, puis secrétaire général de la BAI-III, professeur de géométrie à l’Association Polytechnique (AP), indique en 1867 dans sa contribution au rapport sur l’Exposition universelle1 que ces cours sont délivrés par la Société d’Instruction élémentaire, le Conservatoire des Arts et Métiers, l’Association polytechnique  et l’Association philotechnique2.

En ce qui concerne l’Association philotechnique (APH), on peut en savoir davantage sur les sociétaires de la BAI-III qui ont suivi ses cours,  grâce à quelques documents imprimés : distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements3.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

1/ Organisation des cours

L’ APH aurait été créée le 29 mars 1848 à la suite d’une scission de l’Association polytechnique4. Des professeurs de cette association – mais non polytechniciens – auraient choisi de démissionner pour protester contre l’interdiction qui leur était opposée de participer aux prises de décision. Antoine Pressard rapporte qu’une pétition suivie de 400 signatures d’élèves a été adressée à Eugène LIONNET [Voir fiche LIONNET] lui demandant de poursuivre les cours.

Un cours du soir de l’Association polytechnique. L’Année Illustrée, 11 juin 1868. Coll. privée. Cliché Louise Oudin.

Treize professeurs vont relever le défi et poursuivre l’enseignement en-dehors de l’AP. Eugène LIONNET et Germain Augustin LEROYER [Voir fiche LEROYER] seront dans le comité de parrainage de la BAI-III ou membres actifs de la BAI-III treize ans plus tard. François-Joseph FOULON5, A. LEFEVRE, Eugène DAUDET, Joseph CLAUDEL, Louis PROAL et Adolphe Henri ANCELIN seront toujours professeurs à l’APH et compteront des Amis de l’instruction parmi leurs  élèves  au moment de la création de la BAI-III (1861).

À partir de 1849, les cours de l’APH se tiennent le soir de 8 heures et demie à 10 heures du lundi au samedi inclus, et quelques cours ont lieu de 9 heures à 10 heures et demie ou de 10 heures et demie à 12 heures uniquement le dimanche. Nous pouvons imaginer 6 soirs sur 7 et le dimanche matin plusieurs centaines d’élèves se rendant notamment à l’école municipale Turgot rue du Vertbois6 pour écouter les cours dans les amphithéâtres est, ouest et nord et dans le préau de l’école élémentaire de la rue Sainte-Élisabeth (voir ici la carte des implantations de la BAI-III et de ces différents lieux).

Journal des débats, 1er novembre 1861. Gallica (BnF).

Pour suivre les cours, il faut :

  • Avoir 15 ans.
  • Être un homme (jusqu’en 1871).
  • Se faire inscrire par « l’agent des cours » sur le registre avant le 1er janvier. Pierre Peu, élève de la Philotechnique, qui sera le 100e inscrit à la BAI-III, menuisier, demeurant 5 Impasse Saint-Laurent (anciennement rue de la Grange-aux-Belles), est agent des cours lors de la rentrée de 1849 à l’APH7. Il se tient à l’école Turgot, le lundi, pour les inscriptions8.

Les programmes des cours des deux Associations sont assez similaires.

  • À la Philotechnique :

– En 1853-1854, il y a encore un cours de lecture et d’écriture. Ce cours est donné par Monsieur A. LEFEVRE, instituteur communal, l’un des 13, ancien professeur de la Société d’instruction élémentaire9, directeur de l’école communale mutualiste de la rue du Bac.

– LIONNET assure un cours d’arithmétique.

– LEROYER assure un cours d’algèbre.

Henri LENEVEUX, entré à la Philotechnique en 1861, futur membre de la BAI XIV, assure un cours de tenue des livres (de compte) : Notions générales. –Définitions. -Livres auxiliaires : journal, Grand-livre. – Tenue des livres d’une maison de commerce. Opérations suivies. – Balances. –Inventaires. –Fermeture et réouverture des comptes.

5 enseignants inscrits sur la liste des lecteurs de la BAI-III10 donnent des cours à l’APH :

Ernest BAUDRIMONT, lecteur 132 de la BAI-III, pharmacien en chef de l’hôpital pour enfants Sainte-Eugénie (futur hôpital Trousseau), chercheur hors pair et futur académicien : un cours de « matières premières » : Caractères généraux des minéraux et des êtres organisés. – Combustibles. – Pierres. – Eaux. – Sels. – Métaux. – Bois. –Matières textiles, matières colorantes. – Céréales. – Fécules et produits sucrés. – Liquides fermentés. – Matières grasses, tégumentaires, osseuses. –Produits divers : lait, beurre, œuf, sang, etc.

Ernest CADET, lecteur 32, avocat, publiciste et administrateur, un cours de législation usuelle.

– Jules Joseph BONDON, lecteur 222, entré à l’APH en 1859, un cours de physique.

–  PÉRIER, lecteur 415 de la BAI-III, un cours de langue.

Félix HÉMENT, lecteur 221, futur inspecteur général de l’Instruction publique, prix de l’Académie, des cours de physique et de mécanique (voir aussi plus bas).

 

Extrait des cours de l’année 1861-1862 à l’Association philotechnique. Recueil APH, BnF. Cliché : A. Sandras.

Parmi les ouvriers,  signalons Charles-Honoré PLOMB [Voir fiche PLOMB], mais aussi Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE]. Ils  ont raconté comment les débuts de la BAI-III ont eu un lien direct avec le contenu des cours11 :

Les cours du soir leur donnaient satisfaction au point de vue professionnel, et s’ils désiraient des livres, c’était pour compléter l’enseignement donné en y ajoutant l’étude de l’histoire, de la philosophie, de l’économie politique, de la littérature même, sujets exclus du programme des cours des associations12.

Le palmarès que nous présentons (voir plus bas) confirme que les cours ont réellement permis une évolution professionnelle.

Nous voyons par exemple Victor NEBEL, lecteur 436 , (1835-1897), époux de  Désirée Zarilla VINCENT (mariage à Paris le 8/5/1858), lecteur, qui, jeune marié, suit les cours de 1859 à 1863 et passe de la position de dessinateur mécanicien à celle de piqueur municipal. Puis, toujours avec l’aide des cours de l’APH, il est reçu premier sur 150 au concours de conducteur. Il est ensuite professeur à la Philotechnique pendant 17 ans13.

Le règlement stipule que l’APH accorde son patronage aux élèves qui ont obtenu des certificats d’études. À partir de 1857, il existe en effet un conseil de patronage. Le règlement indique encore : « Les patrons sont nommés par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration et s’acquittent d’une cotisation annuelle de 100 francs. Un patron peut devenir patron perpétuel en s’acquittant d’une cotisation de 1000 francs14». On retrouve au conseil de patronage patrons d’entreprises et hommes politiques.

Pour compléter ces cours, certains se tourneront vers les cours payants  comme par exemple Henri  TOLAIN (BAI XIV), Charles  LIMOUSIN (BAI XIV) qui suivront les cours  de  Jules ANDRIEU15. D’autres, comme PLOMB,  RIMET, ERBS, etc., tenteront de créer une autre association en 1867 : la Société coopérative d’enseignement indépendant (voir sur ce carnet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« ). Enfin, certains  mettront en place une école d’enseignement coopératif, rue Picpus pour « préparer les jeunes gens du faubourg Saint-Antoine à l’association coopérative16 ». S’y tiendront des cours d’histoire de la Révolution française (donnés par Ernest HENDLÉ), d’histoire des associations ouvrières (Amaury DRÉO), des cours d’économie sociale (Jean-Édouard HORN) et de littérature (Louis HERBETTE). La rétribution est de 5 centimes par séance et de 35 centimes par semaine17 .

 

2/ Palmarès et remise des récompenses

Pour obtenir une récompense, il faut :

  • Prendre part à la composition écrite complétée d’une épreuve orale à la fin de l’année.
  • Figurer sur la liste établie par le professeur par ordre de mérite, mérite qui tient compte de l’assiduité.
  • Précaution sage : pour être inscrit au palmarès en comptabilité, il faut une bonne écriture.

Les certificats sont décernés aux candidats ayant obtenu au moins une mention dans 5 ou 6 matières définies, même sur plusieurs années. En général, la « séance solennelle » se tient en janvier pour l’année écoulée. Par exemple, les cours de novembre 1859 à mai 1860 donnent lieu à une distribution des prix en janvier 1861. La presse rend compte de ces « manifestations ». En grande pompe sont distribuées des notifications, comme des mentions ou des prix.

Une seule notification au maximum est donnée pour 11 élèves, 2 pour 22, etc.

« Le nombre de mentions ne peut excéder le quadruple du nombre de prix. » C’est LIONNET, professeur de mathématiques, qui organise 18 !

On décerne aussi des certificats d’études : l’un est relatif aux arts, un autre au commerce et deux à l’industrie, orientation « sciences mathématiques » ou « sciences physiques ».

Ainsi Lippmann LÉVY, lecteur 311, dessinateur mécanicien au chemin de fer du Nord, qui fonde la BAI-XVIII en 186419, se voit accorder en 1863 un certificat d’études  en sciences mathématiques pour avoir obtenu 7 nominations, dont 6 prix dans les cours de langue française, hygiène, géométrie trigonométrie, algèbre, dessin linéaire, mécanique. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de S.M. l’Empereur20. En 1864, il est encore l’élève de l’APH, comme plusieurs des lecteurs de la BAI-III, selon cette liste incomplète et aux noms mal orthographiés donnée par Le Temps du 14 mars 1865 (on notera que l’auteur de cet article est Frédéric Lock. Son frère est un des co-fondateurs avec Delbrouck de la bibliothèque de Vernon, voir ci-dessous …).

Récompenses supplémentaires :

  • Des médailles (de bronze pour un premier prix ou un certificat d’études, d’argent pour les 4 certificats) sont distribuées. Elles peuvent être montrées par ceux qui les ont reçues comme gage de sérieux et de capacité lorsqu’ils postulent à un emploi. Leur obtention suppose en effet que leur détenteur a préféré l’étude à « l’intempérance » (rappelons en effet que la lecture est vue dans les années 1850-1860 comme un des moyens d’éloigner les ouvriers des estaminets), qu’il sera en mesure de lire des modes d’emploi, des manuels, etc., et qu’il maîtrisera les connaissances nécessaires à son travail.

=> ci-dessous une médaille octroyée en 1859 à Marie Paul, dessinateur, élève de l’APH, futur lecteur de la BAI-III (collection privée)

  • Sont aussi attribués des livrets de Caisse d’épargne de 50 francs mis à la disposition de l’association par l’Empereur, l’Impératrice et le Prince impérial.
  • En 1862, 10 élèves choisis parmi les meilleurs partent à l’Exposition internationale de Londres21 sous la conduite de Félix HÉMENT, entré à l’APH en 1856. Félix Hément est  le lecteur n° 221 de la BAI-III, professeur à l’APH, et fondateur dès 1864 de la « bibliothèque des familles22 », 15 rue Mansart, dans le 9e arrondissement.

Les remises des prix réunissent une fois par an plusieurs milliers de personnes, le dimanche après-midi dans des salles prestigieuses. Par exemple, le 13 janvier 1861 au Cirque Napoléon (actuel Cirque d’Hiver), S.E. le Ministre de l’Instruction publique et des cultes préside. Les deux associations sont présentes. Félix Hément23 parle d’une foule variée, émue et frémissante.
Trois discours se succèdent : celui du ministre Gustave ROULAND, de PERDONNET [Voir fiche PERDONNET] pour l’AP, de MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] pour l’APH. Puis les prix sont remis ainsi que les médailles et les livrets de Caisse d’épargne offerts aux associations par ses Majestés l’Empereur et l’Impératrice, son Altesse le Prince impérial et son excellence le Ministre de l’Instruction.

Remise des prix des Associations philotechnique et polytechnique, Le Monde illustré, 28 janvier 1860. Gallica (BnF).

Les palmarès sont parfois repris par les journaux. Ainsi Le Constitutionnel donne le 2 février 1858 une description de la foule qui se presse (« les parents et amis des élèves occupaient avant midi les gradins de l’immense amphithéâtre »), nomme les différents personnages importants en présence, restitue le discours du ministre de l’Instruction publique, puis donne les prix. Dans l’extrait ci-dessous, on peut voir les noms de PERDONNET, MARGUERIN, les récompenses obtenues par Charles PLOMB et Marie, Jean-Baptiste PAUL (Marie Paul aidera PLOMB à la BAI-III, puis partira à la BAI XVIII dont il sera un vice-président, voir la fiche Marie PAUL).

  • Les élèves qui suivent les cours de chant assurent les intermèdes grâce à un orphéon dirigé par Foulon. « Les hirondelles » de Béranger rencontrent par exemple un grand succès.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour entendre  le texte « Les hirondelles », grâce à Gallica-BnF

  • A l’issue de la cérémonie, des professeurs peuvent être nommés officiers de l’Instruction ou d’Académie. Émile MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN], pédagogue hors pair, directeur de l’École Turgot et alors vice-président de l’APH, reçoit par exemple la légion d’honneur à cette occasion 24 en 1861, année où les deux prix d’honneur sont accordés aux étudiants PLOMB [Voir fiche PLOMB] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR], futurs piliers de la BAI-III, comme on peut le noter dans l’article de La Presse du 14 janvier 1861, signé par un soutien zélé des bibliothèques populaires, Jules MAHIAS (voir ici sur ce carnet).

 

  • Jules Mahias, La Presse, 14 janvier 1861. Gallica (BnF).

     

3/ Les lauréats de l’APH au cœur de la BAI-III 

Le tableau réalisé à partir des palmarès  établis entre 1853 et 1864 (sélection de palmarès nous permettant de mieux cerner les cours suivis par les « ouvriers » fondateurs des premières BAI) recense 846 personnes de sexe masculin suivant les cours du soir et qui ont été récompensées25.
On y retrouve notamment Auguste Rodin, lecteur 41426. Nous croisons aussi Eugène VARLIN,  qui n’est pas un lecteur de la BAI-III : il figure au palmarès de l’APH pour 1860-1861. Ce futur membre de l’AIT et membre de la Commune (il sera fusillé lors de la Semaine sanglante), participe à des expériences coopératives où l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III.

Nous identifions 67 élèves de l’APH ayant un lien avec les Amis de l’instruction. 45 sont simples lecteurs à la BAI-III, 19 sont impliqués dans l’organisation de la bibliothèque. 3 sont dans d’autres BAI (sous réserve de vérifications ultérieures).

Nous savons qu’aux débuts de la BAI-III, la parité « ouvriers » / « non ouvriers » était volontaire. Les premiers avaient besoin de la caution des seconds pour obtenir les autorisations officielles nécessaires à l’ouverture de la bibliothèque, et n’étaient pas sans ignorer que parmi cette bourgeoisie éclairée se cachaient des « espions », proches du pouvoir27. Dans notre échantillon des 58 personnages étudiés plus avant afin d’identifier les réseaux préexistant à la BAI-III (voir les billets réseaux sur ce carnet), nous retrouvons bien 29 ouvriers ou artisans et 29 personnes issues de la bourgeoisie philanthrope.
19 des ouvriers ou artisans sont inscrits au palmarès et probablement quelques autres assistent aux cours  mais n’ont pas été récompensés (90% des élèves) et/ou résistent à nos recherches comme le coiffeur Joanny MORTIER, lecteur numéro 4.

La moyenne d’âge est de 28 ans, certains ne restent que très peu de temps pour aider le bibliothécaire. D’autres sont fidèles à la BAI-III au moins jusqu’en 1877 ou vont fonder d’autres BAI plus proches de leur domicile.

Parmi les 19 élèves, quatre d’entre eux, Alphonse PASCAL [Voir fiche PASCAL], Charles BRESSON [fiche BRESSON], Hippolyte LANDRIN [fiche LANDRIN] et Auguste CHARPENTIER [fiche CHARPENTIER], suivent aussi des cours à l’AP. Pour cette dernière, nous ne disposons que d’articles de presse, surtout quand les distributions des prix sont communes aux deux associations comme demandé par le ministre de tutelle, afin d’éviter trop de rivalités entre les deux associations (voir sur ce carnet les billets sur Perdonnet).

Certains Amis de l’instruction suivent les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, du Muséum d’Histoire Naturelle, de l’hôpital Saint-Anne28.

Nous verrons que ces « ouvriers » sont en réalité surtout des artisans d’art ou des employés, piqueurs ou commis.

4/ Les guides

Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE] explique ainsi la constitution de la BAI-III :

Le groupe initiateur du 3e arrondissement prit à peu près le contre-pied de ce qui s’était fait jusqu’alors. Il accepta pour guide les professeurs qui en se consacrant à l’instruction populaire, avaient donné des gages certains de dévouement et de sincérité. Le patronat fut écarté, de même qu’il fut décidé qu’il n’y aurait point de membres honoraires ; sous l’Empire surtout, leur intervention dans les sociétés ne servant qu’à mettre en vue certaines personnalités vaniteuses29.

– 19 sont investis dans l’enseignement pour les ouvriers et donnent des cours ou des conférences.

– 15 ont été professeurs à l’APH, dont Joseph DELBROUCK [Voir fiche DELBROUCK], socialiste arrêté en compagnie de Jean-Baptiste GIRARD en 1850 (voir sur ce carnet ici), puis architecte  à Vernon (Eure), fondateur d’une  bibliothèque populaire  en 1862 et d’une APH en 1864 en cette ville 30, futur membre de l’AIT et membre de la commission fédérale des artistes pendant la Commune.

=> voir ci-dessous une médaille décernée par l’APH de Vernon en 1866 (collection privée)

– 4 sont exclusivement professeurs ou conférenciers à la Polytechnique comme Henri HARANT [Voir fiche HARANT] Charles BLANCHET [Voir fiche BLANCHET], Jean-Augustin BARRAL [Voir fiche BARRAL] et Auguste Perdonnet [Voir fiche PERDONNET].

=> voir ci-dessous  un article de Jean-Augustin Barral dans L’Opinion nationale du 11 février 1862. Barral retrace la cérémonie de remise de prix de l’AP et de l’APH, cite des passages des discours de ROULAND et de PERDONNET, insiste sur la diffusion des cours de l’APH jusque Metz (nous y reviendrons dans de prochains billets) et termine en soulignant la récente ouverture des bibliothèques populaires … Cliquez sur la fenêtre pour ouvrir le document dans Retronews.

Si les « ouvriers » prennent pour guides LIONNET et LEROYER (qui passe ensuite à l’AP),  ils vont aussi trouver Auguste PERDONNET, Édouard LABOULAYE et Jean-Augustin BARRAL qui plaidaient déjà pour des cours en 184831. Édouard LABOULAYE, lecteur 155 de la BAI-III, président de la BAI-V, sera désigné à la présidence de  l’APH pour l’année 187632.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Certains professeurs comme Henri HARANT ont dû exercer leur activité dans « l’enseignement libre » après avoir refusé de prêter serment à l’Empire en 1852. Adolphe ADAM (2e inscrit de la BAI-III) [voir fiche ADAM] et Louis GRANDEAU (9e inscrit de la BAI-III ; élève de BARRAL) [voir fiche GRANDEAU], remerciés dans les compte-rendus de la BAI-III car ils ont aidé à la rédaction des statuts, ont l’âge de leurs élèves de l’APH.

Certains sont au conseil d’enseignement comme Alexandre LABROUSTE, directeur du Collège Sainte-Barbe, au conseil de patronage comme Georges HACHETTE. Nous retrouvons même les maires d’arrondissement du 3e et du 5e, ARNAUD-JEANTI et Marc-Aurèle RATAUD (année scolaire 60/61).

Dans le panel de 58 personnes de la BAI que nous étudions, nous identifions 19 élèves inscrits au palmarès de la Philotechnique dans les documents que nous avons dépouillés.

5/ Une entraide très soulignée  des ouvriers et des professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques pionnières

Les débuts de la BAI-III sont mouvementés.  On comprend que l’AP et l’APH, complémentaires mais non sans rivalités – en tout cas du vivant d’Auguste PERDONNET33 – sont indispensables à la naissance de cette association qui n’aurait pas obtenu les autorisations administratives nécessaires sans le soutien de ces deux institutions. Mais la BAI-III semble avoir également pâti des « bisbilles » larvées entre les deux associations34. Après le décès de Perdonnet (1867), et plus encore après la chute du Second Empire, les fondateurs de la BAI-III souligneront le rôle fondamental de l’APH, bien plus que celui de l’AP. Alexandre VIARD (Voir sur ce carnet « Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes)« ), maire de la commune natale de Jean-Baptiste GIRARD, qui aide ce dernier à fonder une bibliothèque populaire à Hortes (Haute-Marne), raconte également :

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’œuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires35.

Dans le premier (et dernier ?) compte-rendu des activités de la bibliothèque populaire de Hortes36, Alexandre Viard précise les circonstances de la fondation. Deux noms de l’APH parisienne apparaissent, ceux de MARGUERIN et GRANDEAU :

Le 28 juillet 1861 nous étions réunis pour organiser une bibliothèque par souscription, dans la commune d’Hortes, en nous inspirant des idées et en nous mettant sous le patronage de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3ème Arrondissement de la Ville de Paris.

Un enfant du pays que vous connaissez tous, M. Girard, membre du conseil d’administration de la société de secours mutuels des arts et métiers et Vice-Président de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de Paris a conçu le premier l’idée de cette Bibliothèque, d’un zèle et d’un dévouement à toute épreuve, initié de longue date à tous les détails d’organisation des sociétés de secours, il a bien voulu depuis l’origine de notre création, nous aider de ses conseils et de son expérience.

Un autre enfant du pays, M. Bailly, nous a aussi prêté un concours actif et désintéressé.

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes les plus éminents dont la mission semble sur terre toute de charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de nous citer leurs noms. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre.

Je suis sûr d’être l’interprète de vos sentiments en remerciant publiquement ces Messieurs de leur généreuse intervention37[…]

C’est donc l’APH que l’on retrouve à Hortes (fondation rurale), à Vernon (fondation dans une petite ville) et à la BAI-III en 1861-1862, ce qui confirme les liens entre étudiants et professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques populaires pionnières38, en tout cas les liens forts entre Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] – généralement considéré comme « le » fondateur des bibliothèques populaires, qui a des années durant fréquenté les cours de l’APH (il est lauréat entre 1855 et 1860) – et ses anciens professeurs. Il n’est donc pas étonnant, lorsque la BAI-III connaît des vicissitudes en 1863, que Girard la quitte  provisoirement et devienne pour de longues années l’agent de la Philotechnique39

Extrait des Cours de l’Association philotechnique de Paris pour 1876-1877. Recueil APH, BnF. Cliché : Agnès Sandras.

C’est donc de manière logique que le soutien de l’APH dès le début du projet a plus durablement marqué l’histoire de la BAI-III que la présidence de PERDONNET accompagné de professeurs de l’AP qui n’en constitue qu’un intermède, intermède de surcroît clivant entre 1863 et 1867 (voir billets Perdonnet sur ce carnet). Ainsi, le soutien de l’APH à la BAI-III est mis en scène dès 1866 par Adolphe ADAM qui fait partie du groupe parti avec Girard fonder la BAI-V plutôt que de rester dans une BAI-III au fonctionnement revu et corrigé par l’administration impériale et dirigée par Perdonnet (voir Rapport ADAM à la BAI V lors de l’AG du 18 mars 1866). Paul DELAMARCHE peaufinera par la suite ce récit désormais fondateur : voir Historique et développement des bibliothèques populaires en France par Delamarche.

Les palmarès, qui indiquent les noms des élèves récompensés mais aussi ceux des professeurs  dont les cours ont donné lieu à ces récompenses, permettent d’en savoir un peu plus sur les étudiants et enseignants qui se sont côtoyés durant de longs mois, même si nous ignorons, répétons-le une fois encore, les patronymes de ceux qui ne sont pas primés. En tout cas, on y retrouve les noms d’étudiants motivés, qui ont souvent suivi les cours 5 ou 6 ans de suite. La variété des cours suivis indique une grande curiosité intellectuelle  et/ou des besoins divers chez des personnes parfois arrivées quasi illettrées à l’âge adulte, et la fidélité aux enseignements délivrés à l’APH. La progression sociale observée chez ces étudiants laisse à penser que le niveau des cours est très satisfaisant, et que l’attachement des élèves à leurs professeurs et à leur école  dépeint par la presse n’est pas que de façade.

Médailles décernées par l’Association philotechnique de Paris pour l’année 1859-1860. Recueil APH, BnF. Cliché: A. Sandras.

On peut aussi se demander si la fondation de la BAI-III comme bibliothèque permettant d’approfondir les cours de l’APH n’est pas en partie un alibi commode pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une bibliothèque dont les ouvrages seraient aussi prétexte à prolonger des échanges moins scolaires et plus politisés  entre auditeurs de l’APH voire même avec leurs professeurs40

 

6/ Le palmarès de l’APH entre 1853 et 1864

Nous avons donc reconstitué une liste de 846 élèves avec leurs patronymes par ordre alphabétique, leurs prénoms, et leurs professions successives qui vont souvent dans le sens d’une ascension sociale et les années de scolarité suivies par chacun d’eux. Cela représente moins de 10% des élèves suivant les cours.

En début de tableau : les 19 élèves de notre étude, puis les 45 autres lecteurs élèves, puis 3 élèves appartenant à d’autres BAI.

Nous mettons à disposition des personnes intéressées le tableau ainsi obtenu. Voir ici le  Palmarès des élèves de l’APH entre 1853 et 1864 établi par Louise Oudin à partir des différents palmarès imprimés.

Peut-être trouvez-vous dans cette liste un ancêtre ou un personnage dont la biographie vous intéresse et comprendrez mieux comment sa vie a pu changer grâce aux cours de l’APH…

Cite this article as: Groupe réseaux des bibliothèques populaires, "Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique," in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Sur les cours du soir, on lira les récents travaux de Carole Christen et notamment Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle. []
  3. Nous avons utilisé pour cette recherche ceux figurant dans le recueil  « Association   Philotechnique », département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. []
  4. Les débuts de l’APH sont rapportés  par Antoine Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898; et par François Vatin en 2007 : « L’Association polytechnique (1830-1900) « Éducation ou instruction » ? ou la place des sciences sociales dans formation du peuple », in Management et sciences sociales numéro 3, pages 245  à 296. []
  5. Voir sur ce carnet : « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« . []
  6. Lors de la construction de nouveaux bâtiments pour l’École Turgot en 1865, les cours ont lieu dans les amphithéâtres du Lycée Charlemagne. []
  7. Décédé à 46 ans à Paris 4e le 25/9/1865, il est  né à Vitré. []
  8. Recueil Association Philotechnique, BnF. []
  9. Sur cette société, voir Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres… Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) »Bulletin de la Sabix , 54 | 2014. []
  10. Registre des premiers lecteurs. []
  11. Voir Ian Frazer, dans  ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1989, page  69. []
  12. CR-BAI-III, exercice 1875-1877, page 16. []
  13. Pressard, op. cit. []
  14. Recueil Association philotechnique. []
  15. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. Pages 454 -459. []
  16. Achille Mercier, « La grève et l’association« , La Réforme politique et sociale, 13 juillet 1869. []
  17. Duveau, op. cit., et  Le Temps du 21/2/1869. []
  18. Recueil Association philotechnique. []
  19. CR BAI XVIII, Statuts et règlements 1864, page 14. []
  20. Voir les remerciements de Lévi Lippmann à l’AP et à l’APH dans Les Archives israélites de France du 15 mars 1863. []
  21. Pressard, op. cit., pages 45-46.14 élèves de l’AP vont à Londres en 1862 selon L’Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France de 1880. Ces voyages où sont conviés des élèves de l’AP lors des grandes expositions ont été mis en place dès les années 1850. []
  22. Voir Le Petit Journal, 27 mars 1865. []
  23. Le Siècle du 15/1/1861. []
  24. Il s’appelait Emile Fortuné LECAT, Marguerin était son surnom : voir son dossier ici dans la base LEONORE. []
  25. Nous n’avons pas pour le moment retrouvé de sources nous permettant de repérer les élèves non récompensés. []
  26. Voir sur ce carnet le billet qui lui est consacré. []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. et  Agnès Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique []
  28. Testament ERBS, AN MC/ET/XXVIII/1643-1644. Et Discours de LEVIEZ dans Le Bulletin de la Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, séance générale du jeudi 7 juin 1866, page 11. Sur les cours publics que l’on pouvait alors suivre voir ici l’article du Grand Larousse. []
  29. CRBAI-III, 1875-1877, page 16. []
  30. Voir Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province », in Des Bibliothèques populaires  à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 et autres travaux sur Delbrouck à Vernon. []
  31. Voir La Démocratie pacifique  du 13 mars 1848. []
  32. Voir Le Journal des débats, 29 juillet 1875. []
  33. Voir sur ce carnet les billets concernant Perdonnet. []
  34. Ibid. []
  35. Alexandre Viard, « Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872« . []
  36. Le dossier conservé par les AD52 ne contient pas d’autre rapport d’AG. []
  37. Compte-rendu de l’Assemblée générale de 1862, Bibliothèque populaire de Hortes, AD 52, 107MO3. []
  38. Voir Agnès Sandras, op. cit. []
  39. Voir Ian Frazer, op.cit. et fiche Girard. []
  40. Sur les enjeux politiques, voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle (dir. N. Brémand), Presses de l’enssib, 2020. []

Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

J’ai déjà évoqué dans plusieurs billets une singularité dans l’histoire des premières bibliothèques de prêt. En effet, une des premières bibliothèques de prêt de livres dues à l’initiative privée est née vers 1850 à Laferté-sur-Amance, alors que la première bibliothèque rurale populaire de prêt  a été établie à vingt kilomètres de là, une douzaine d’année plus tard, à Hortes (Haute-Amance), toujours en Haute-Marne. Doit-on voir là une simple coïncidence, tant il est vrai que la première a été fondée par un député de la Haute-Marne soucieux de l’instruction du peuple, possédant une maison à Laferté, et la seconde par l’initiateur des bibliothèques populaires, natif de Hortes ? Pour l’instant, les différentes archives que j’ai pu consulter ne m’ont pas permis d’établir un lien particulier que ce soit entre ces bibliothèques ou leurs acteurs.

Le second point commun de ces bibliothèques haut-marnaises est d’avoir laissé des traces infimes dans l’histoire des bibliothèques. On connaissait l’existence de celle d’Hortes par sa mention dans les premiers compte-rendus des Bibliothèques des Amis de l’Instruction parisiennes, par un rapport dressé par son président devant la société d’émulation du Doubs1 et par la médaille obtenue par son président (A. Viard), lors de l’exposition universelle de 1867. Celle de Laferté était évoquée au détour de l’historique des bibliothèques populaires dressé lors de l’Exposition universelle de 1867. Il était donc intéressant de chercher ce qu’il était advenu de ces bibliothèques.

Travaillant à reconstituer l’itinéraire de Jean-Baptiste Girard, Ian Frazer avait dans les années 80 écrit à la mairie d’Hortes qui lui avait répondu que la bibliothèque n’existait plus2. En 2014, lors de la préparation du colloque sur les bibliothèques populaires, j’avais reçu la même réponse de la mairie comme des personnes ayant travaillé sur l’histoire du village3. Cela semblait d’autant plus curieux qu’en 1872, le président de la Bibliothèque populaire d’Hortes assurait que la bibliothèque possédait 2000 ouvrages. Était-il possible qu’une bibliothèque de 2000 ouvrages ait disparu ? Continuer la lecture de Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes – Haute Amance)

  1. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Agnès Sandras,  « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014.. []

La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance)

Dans un précédent billet, j’évoquais le caractère exceptionnel de la fondation vers 1840 d’une bibliothèque cantonale de prêt à Laferté-sur Amance, village de Haute-Marne.  Laferté-sur-Amance se trouve à une vingtaine de kilomètres de Hortes (Haute Amance aujourd’hui). La bibliothèque populaire d’Hortes, récompensée à l’Exposition universelle de 1867,  a été le terrain d’expérimentation pour les Amis de l’Instruction de l’implantation d’une bibliothèque populaire de prêt dans un village rural1. La bibliothèque de Laferté-sur-Amance serait une des toutes premières bibliothèques cantonales de prêt à la campagne, tandis que Hortes est probablement la première bibliothèque associative de prêt, bibliothèque populaire,  en milieu rural. Cette coïncidence troublante n’est sans doute pas due au hasard, et correspond  à un réseau d’influences très complexe tissé autour des créations de bibliothèques dans une période où les pouvoirs politiques, tout en encourageant officiellement les bonnes lectures, sont suspicieux par rapport à des initiatives soupçonnées d’encourager la sédition. Aussi, après avoir rappelé dans ce billet les circonstances de l’établissement de la petite bibliothèque d’Hortes, tentera-t-on d’étudier les deux ou trois réseaux qui ont présidé à sa naissance.

Département de la Haute-Marne réduit d’après la Carte de l’Etat-Major 1 : 240 000 / Chatelain, lith ; par A. Descaves, … Auteur : Descaves, Arsène (1815-1892). Auteur du texte Auteur : Châtelain, Anatole. Fonction indéterminée Éditeur : imp. C. Cavaniol (Chaumont) Date d’édition : 1863. [zoom sur Hortes et Laferté-sur-Amance] Gallica (BnF)

La bibliothèque d’Hortes, « fille de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement »

À Paris, en 1861, des ouvriers et artisans fondent dans le Marais, quartier alors très populaire, la » bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement » (BAI-III). L’initiative vient d’un ouvrier nommé Jean-Baptiste Girard, né à Hortes, dont la légende assure qu’il serait arrivé à vingt ans analphabète à Paris. Il n’en est rien, mais cette mythologie contribue au topos du bon ouvrier:  sauvé des dangers du cabaret par les cours du soir de l’ association philotechnique, il rend au centuple les bienfaits délivrés par la bourgeoisie philanthrope en fondant des bibliothèques. Jean-Baptiste Girard a sans doute encouragé momentanément ce récit édifiant qui contribue à faire oublier ses ennuis politiques de 1850, et lui permet de continuer à agir dans l’esprit mutuelliste qui l’animera jusqu’à la fin de ses jours.  Un autre récit tout aussi édifiant, à destination d’un autre public, assure qu’entre deux lectures d’un ouvrage de Victor Considerant à la prison de Mazas, en attente de son procès pour associationnisme et socialisme en compagnie entre autres de Jeanne Deroin et Pauline Rolland, il aurait imaginé la création des bibliothèques populaires.

Grâce aux recherches initiées en 1984 par Ian Frazer2, on sait que les origines de la BAI-III sont plus complexes. On doit bien à Jean-Baptiste Girard la conception d’une bibliothèque sur un modèle associatif et le plus démocratique possible (n’oublions pas que la BAI-III naît sous le Second Empire…). C’est à ce titre que la BAI-III est considérée comme la première véritable bibliothèque populaire: à l’aide de statuts soigneusement préparés, elle propose le prêt des ouvrages à domicile à toutes et tous, ouvrages choisis par le conseil, composé de membres élus par l’assemblée générale. Autour de Girard, se trouvent des ouvriers et artisans  aux activités politiques intenses. Plusieurs d’entre eux appartiennent par exemple  à la future Association internationale des Travailleurs3, ou Première Internationale.  Enfin, Joseph Delbrouck, architecte socialiste qui a été arrêté avec Girard en 1850, fonde au même moment la bibliothèque populaire de Vernon dans l’Eure.  Leur ami César Daly, fouriériste, architecte phalanstérien, proche de Considerant, fait aussi partie de l’aventure de la BAI-III.

Toutefois, la BAI-III compte  rapidement parmi ses membres le colonel Ildephonse Favé, aide de camp de Napoléon III, et des membres de la haute bourgeoisie proches également de la famille impériale. Ce second cercle rassure le pouvoir qui se targue de surveiller ainsi les activités de la bibliothèque. Il est difficile, faute de sources suffisantes, de mesurer les interactions des deux groupes. La clé de voûte du second semble être Auguste Perdonnet, un ingénieur saint-simonien et fouriériste, dont la présence à la BAI-III ne laisse pas d’intriguer.  Il est vraisemblablement imposé par le pouvoir impérial en tant que spécialiste de la question de l’éducation populaire: en effet, il a participé à la fondation de l’Association polytechnique, donné des cours aux ouvriers et même créé pour eux une bibliothèque à la Halle-aux-Draps qui a brûlé. Des journaux comme La Presse pensent que la BAI-III a été fondée par l’Association polytechnique4. Les plus politisés des membres de la BAI-III (dont Girard) partent bientôt fonder la BAI-V en compagnie de professeurs de l’association philotechnique. Perdonnet protège toutefois la BAI-III de la tentative de fermeture orchestrée par le maire du IIIe arrondissement  qui croyait ainsi être ainsi être agréable au pouvoir impérial5. Le rôle de Perdonnet est donc complexe: est-il chargé de préserver les apparences de la libéralisation du Second Empire en permettant à une bibliothèque ouvrière de subsister tout en la surveillant étroitement? ou profite-t-il de sa position officielle (il est directeur à partir de 1862 de l’École centrale des arts et manufactures et administrateur-directeur des chemins de fer de l’Est) pour protéger un groupe dont il connaît les aspirations politiques?

Le troisième groupe est  celui des professeurs de l’Association philotechnique, inscrits parmi les premiers membres de la BAI-III, et qui l’accompagnent dans la migration vers la BAI-V. L’Association philotechnique, par ailleurs rivale de l’Association polytechnique présidée par Perdonnet, fournit un emploi d’agent à Girard qui le met visiblement à profit pour favoriser discrètement mais efficacement le destin des bibliothèques populaires en servant la Société Franklin. Dans la Société Franklin, Girard fréquente des hommes influents issus des deux réseaux cités. Son rôle semble avoir été minimisé officiellement, sans doute pour lui permettre en réalité d’avoir les coudées franches.

Les Associations philotechnique et polytechnique se partagent donc officieusement  les Bibliothèques des Amis de l’Instruction des arrondissements parisiens  et soutiennent des initiatives différentes en province. Par exemple, pendant que Hortes et Vernon reçoivent l’aide de la philotechnique, la bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay est dirigée par de jeunes ingénieurs de la Compagnie des chemins de fer de l’Est, élèves d’Auguste Perdonnet et professeurs à l’Association polytechnique6.

Ce long rappel est nécessaire pour comprendre pourquoi Hortes, modeste commune de Haute-Marne d’un peu plus d’un millier d’habitants voit s’établir sur son territoire une bibliothèque rurale pionnière (du moins dans ses intentions.). L’initiative vient clairement de la BAI-III qui en fait état :

Vos premiers sociétaires, animés du désir de propager autant qu’il était en eux les moyens d’instruction, ont pensé que non-seulement notre organisation pourrait s’appliquer à la création de bibliothèques par souscription dans les grands centres de population; mais que les chefs- lieux de canton et les communes rurales même seraient en mesure, avec l’aide de quelques hommes dévoués, de fournir les éléments d’associations analogues à la nôtre. En ces matières, comme en beaucoup d’autres, le meilleur maître est l’expérience; aussi avons-nous cherché à créer sur un théâtre plus modeste une institution dont nous avions tout lieu d’espérer ici le succès. Les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes (Haute-Marne), l’intelligence et le dévouement bien connu de plusieurs d’entre vous, de M. Viard, maire de cette commune, nous l’ont fait choisir pour la fondation d’une bibliothèque communale par souscription qui pût servir, à l’avenir, de modèle à d’autres institutions du même genre. Nos prévisions se sont réalisées, grâce au dévouement de M. Viard, qui a su en quelques mois approprier nos règlements aux besoins des habitants de sa commune, et organiser une bibliothèque qui possède 120 volumes et compte déjà cinquante-trois sociétaires7.

On remarquera que le nom de Girard n’est pas écrit mais que celui de Viard l’est. L’identité précise de Girard fait encore l’objet d’un flou, son emprisonnement étant encore récent et le régime politique exerce encore une surveillance étroite. Toutefois l’allusion est assez transparente (« les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes » ), et sera confirmée par un récit rendu possible par l’avènement de la IIIe République. Alexandre Viard racontera en effet en 1872:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village.

M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires8

Le témoignage d’Alexandre Viard semble des plus vraisemblables. L’analyse de l’établissement des premières bibliothèques des Amis de l’Instruction montre en effet que J.B. Girard est un spécialiste de la fondation d’associations (arrêté en 1850 pour associationnisme, il participe à des sociétés comme la Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes, et à la fin de sa vie s’occupe de projets de caisses de retraite pour les ouvrières), et sait que les statuts doivent être rédigés avec la plus grande attention pour éviter les tracas administratifs. Ce témoignage confirme l’aide apportée par l’Association philotechnique à la fondation des BAI, donc les relations étroites entre le réseau d’ouvriers et artisans formé autour de Girard et le réseau de la philotechnique.  Désireux de prolonger par des lectures les cours du soir suivis à l’Association philotechnique, les ouvriers souhaitent une bibliothèque qui prête des ouvrages et la BAI-III répond à ce vœu en organisant son premier catalogue selon la distribution des cours de la philotechnique.

La fondation de la bibliothèque d’Hortes: le pouvoir impérial entre méfiance et encouragements

La méfiance de l’administration impériale est très forte autour des fondations de bibliothèques populaires. Celle d’Hortes n’échappe pas à la règle. Ses fondateurs vont donc devoir apporter les preuves du caractère inoffensif de cette œuvre et la cautionner par la présence de notables agréables au pouvoir. On comprendra par conséquent que Jean-Baptiste Girard, trop suspect politiquement, n’apparaisse pas clairement dans les démarches (voir plus bas). C’est donc le maire d’Hortes, Alexandre Viard, qui se charge de solliciter l’autorisation en septembre 1861, par une dépêche au ministre de l’Instruction publique et des Cultes. Il se présente comme le président de l’association à venir. Pour rassurer les pouvoirs politiques, les bibliothèques populaires vont prendre pour règle  de désigner le maire comme président d’une bibliothèque associative9. Le ministre de l’Instruction publique et des Cultes est bien  en charge des bibliothèques mais comme il s’agit de la constitution d’une association, il transmet en novembre le dossier au ministre de l’Intérieur, non sans avoir souligné qu’il « porte le plus vif intérêt à la création dont il s’agit. » En effet, Gustave Rouland, alors ministre de l’Instruction publique et des Cultes, a pris dès 1860 des mesures pour obliger les communes à doter les nouvelles écoles d’une armoire-bibliothèques. Dans cette circulaire, il a insisté sur la nécessité de doter la France « laborieuse » de bibliothèques:

L’acquisition d’un corps de bibliothèque est le point de départ de la réalisation d’une pensée qui, depuis longtemps, a été l’objet des plus légitimes efforts. Doter les populations laborieuses d’un fonds d’ouvrages intéressants et utiles est un besoin qui, chaque jour, se fait plus sérieusement sentir. Une vaste organisation de bibliothèques communales répondrait à ce but ; mais cette organisation présente des difficultés qu’un concours multiple de volontés et de sacrifices permettrait seul de résoudre complètement10.

Le ministre de l’Intérieur envoie donc une demande de renseignements assortie de documents indiquant la procédure à suivre au préfet de la Haute-Marne, lequel fait suivre les différentes pièces à la sous-préfecture de Langres. Il s’agit de vérifier les buts de l’association et la respectabilité de ses différents membres. Une telle procédure peut aboutir à un refus (voir un prochain billet sur la bibliothèque populaire de Verzenay) ou prendre de longs mois, comme cela sera le cas à Versailles11. Elle ne demande pas de longs délais à Hortes, ce qui prouve que le réseau qui l’entoure officiellement n’éveille pas la méfiance du pouvoir impérial. Le sous-préfet donne un avis favorable dès le 4 décembre:

Vu la demande formée par M. le Maire d’Hortes à l’effet d’obtenir l’autorisation de l’association établie entre différents propriétaires de cette commune pour la création d’une bibliothèque locale.

Vu le projet de règlement de l’association [illisible]  et la liste des membres qui la composent.

Vu les art. 291 et suivants du Code pénal

Considérant  que l’association dont l’autorisation est sollicitée a un but entièrement étranger aux matières politiques ou religieuses; que les personnes qui en font partie offrent par leur probité et leur moralité les garanties nécessaires;

Est d’avis qu’il y a lieu d’autoriser l’autorisation […]12.

Le préfet reprend ces éléments pour donner à son tour son accord dès le 7 décembre. Après plusieurs échanges de courriers portant sur la rédaction des statuts définitifs, le ministère de l’Intérieur autorise l’association le 31 janvier 1862. Pour obtenir l’avis favorable du sous-préfet conditionnant celui du préfet et donc du ministère de l’Intérieur, la future bibliothèque associative a dû donner les noms des membres du conseil à venir et une première mouture des statuts. Ce document, joint aux courriers échangés par les autorités, est de loin le plus intéressant. On apprend qu’une réunion préparatoire a eu lieu le 28 juillet 186113. Or la BAI-III est née en mars et sera autorisée en août, mois qui voit aussi la naissance de la Société Franklin. Cela confirme le fait que le projet des fondateurs des bibliothèques des Amis de l’instruction est d’expérimenter simultanément des établissements à Paris et en province.

L’organisateur officiel à Hortes est Alexandre Viard (1820-1906) qui présente toutes les garanties pour les autorités. Notaire du village, fils de notaire, il est maire de la commune et comme son père Claude, qui a également été maire,  fait preuve d’un grand souci de développer l’économie de la région qui ne peut que être agréable aux yeux des autorités, en militant par exemple pour le passage du chemin de fer d’Hortes.

L’assemblée élit un conseil d’administration et un conseil de surveillance dont les membres sont pris parmi ceux de l’association. Elle poursuit  par une justification très prudente de la double protection sous laquelle elle va se placer:

L’assemblée après s’être constituée a émis le vœu qu’en présence des désastres récents que l’orage du 22 juin dernier a répandus sur la commune d’Hortes, il soit sollicité, soit du gouvernement, soit de toute association s’intéressant à la création des bibliothèques communales, un secours pour venir en aide aux commencements ordinairement si difficiles de toute organisation qui modifie les conditions habituelles de la vie sociale des communes.

Nous déclarons que notre programme et nos principes sont ceux émis par les adhérents à la bibliothèque des amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris.

Nous nous mettons sous son patronage et en rapport direct avec le conseil d’administration de cette bibliothèque pour l’acquisition de nos livres et pour tous les renseignements qui sont nécessaires à l’organisation de cette bibliothèque.

Jusqu’à présent l’éducation du peuple dans les communes rurales s’était bornée à l’instruction donnée à l’enfance : une fois sorti de l’école il n’avait plus pour le jeune homme de moyens pour alimenter et perfectionner les notions premières.

Le gouvernement de l’empereur qui s’occupe avec tant de sollicitude du bien-être moral et matériel des habitants des campagnes a donné l’impulsion à un nouvel ordre d’idées, nous voulons marcher à sa suite et nous prévoyons les plus heureux résultats de l’établissement des bibliothèques communales.

L’éducation raisonnée du peuple, notions du juste et de l’injuste développées, attrait pour le travail, éloignements des lieux dangereux, habitudes d’ordre et d’économie ; tels seront les bienfaits que nous aurons à recueillir de la création d’une bibliothèque, pour les habitants de nos campagnes14.

Toutefois, avant de se séparer, la nouvelle assemblée vote des remerciements à « M. Girard, typographe à Paris, vice-président de la commission organisatrice des bibliothèques communales à Paris, qui le premier a conçu l’idée de l’établissement de ces bibliothèques »15. Remarquons qu’il n’est toujours pas possible lui donner un prénom.

L’année suivante, la bibliothèque d’Hortes peut dresser un premier bilan16. Elle se plaint avec retenue du manque d’aide des autorités officielles (« Nous sommes il est vrai trop faibles encore, trop petits, pour aspirer à l’attention des autorités importantes ») et compose une supplique demandant à la famille impériale de bien vouloir l’aider17. En revanche, elle ne tarit pas d’éloges sur l’aide apportée par la BAI-III:

Tout ce qui vient de vous être exposé, Messieurs, nous trace la route que nous devons suivre, c’est un précieux encouragement, c’est une condition essentielle de vie, nous ne pouvons pas marcher seuls, nous devons, nous voulons suivre de loin, il est vrai, car notre théâtre est bien modeste, les traces de nos aînés, notre programme et nos principes sont ceux des sociétaires de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

Nous nous mettons sous leur patronage, nous vivrons de leur vie, nous aurons recours à eux, et dans toutes les circonstances, nous ne réclamerons jamais en vain, j’en ai la conviction, le concours de leur bonne volonté18.

Deux membres de la BAI-III, tous deux professeurs à la Philotechnique sont plus particulièrement évoqués:

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes des plus éminents dont la mission semble sur la terre toute la charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de vous citer leurs noms : c’est M. Marguerin directeur de l’Ecole Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre19.

Dans le même temps, la BAI-III se réjouit de l’aide apportée à la bibliothèque d’Hortes. Après avoir expliqué pourquoi dans l’actif du budget de la BAI-III apparaît une petite somme due par la bibliothèque d’Hortes pour un achat de livres, le trésorier explique:

Vos premiers sociétaires, animés du désir de propager autant qu’il était en eux les moyens d’instruction, ont pensé que non-seulement notre organisation pourrait s’appliquer à la création de bibliothèques par souscription dans les grands centres de population; mais que les chefs- lieux de canton et les communes rurales même seraient en mesure, avec l’aide de quelques hommes dévoués, de fournir les éléments d’associations analogues à la nôtre. En ces matières, comme en beaucoup d’autres, le meilleur maître est l’expérience; aussi avons-nous cherché à créer sur un théâtre plus modeste une institution dont nous avions tout lieu d’espérer ici le succès. Les relations que l’un des membres du bureau avait avec la commune d’Hortes (Haute-Marne), l’intelligence et le dévouement bien connu de plusieurs d’entre vous, de M. Viard, maire de cette commune, nous l’ont fait choisir pour la fondation d’une bibliothèque communale par souscription qui pût servir, à l’avenir, de modèle à d’autres institutions du même genre. Nos prévisions se sont réalisées, grâce au dévouement de M. Viard, qui a su en quelques mois approprier nos règlements aux besoins des habitants de sa commune, et organiser une bibliothèque qui possède 120 volumes et compte déjà cinquante-trois sociétaires20.

Ces relations perdurent-elles lorsque Girard et les professeurs de la philotechnique quittent la BAI-III? Quand Alexandre Viard retrace les débuts de la bibliothèque devant la Société d’émulation de Besançon, en 1872, il évoque Girard et l’Association philotechnique mais ne mentionne pas de relations pérennes. On remarquera en revanche qu’Émile Marguerin, Louis Grandeau, Alexandre Viard et Girard sont tous récompensés lors de l’Exposition universelle de 1867, à des titres divers, comme nombre d’acteurs de ces premières bibliothèques populaires. Le premier « réseau » de la bibliothèque d’Hortes est donc un réseau de philanthropes passionné par l’éducation du peuple, proche du cercle impérial qui les encourage dans cette voie afin de développer un système d’éducation tout en le surveillant. À la protection de ce réseau, s’ajoutent les garanties fournies par un conseil d’administration composé de notables locaux, à commencer par le frère du maire, le chanoine Alexis Viard:

  • un directeur trésorier:  « M. Viard Alexandre-Antoine maire à Hortes »
  • un secrétaire: « Laujorrois  Jean-Baptiste »
  • un bibliothécaire:  » Ignard Didier, membre du conseil municipal »
  • un premier censeur: « M. l’abbé Viard, missionnaire apostolique, chanoine de Langres et d’Arras ».
  • un deuxième censeur: « M. Bailly de Paris, propriétaire »
  • un troisième censeur: « Merger, adjoint au maire »
  • un quatrième censeur, « Naudet, major en retraite, officier de la légion d’honneur, conseiller municipal21. »

On manque malheureusement d’éléments sur le rôle réel de ces différents membres du conseil. Seule l’implication d’Alexandre Viard est avérée. Il rédige les quelques courriers qui ont subsisté, et présente comme on l’a déjà mentionné plus haut, un bilan positif au terme d’une dizaine d’années d’existence puisque la bibliothèque proposera 2000 ouvrages variés en 1872. Lors de l’exposition universelle de 1867 ont été présentés des statuts, des registres, des livrets, « tous les détails enfin d’une administration pratique. »

La cheville-ouvrière de la création de cette bibliothèque est donc la relation entre le notaire d’Hortes et Girard, le modeste « enfant du pays », le fils de paysans contraint à l’exode rural. Viard raconte en 1872, on l’a vu plus haut, ses « longs entretiens » avec Girard à l’été 1859. Les deux hommes se connaissent donc, ce qui n’a rien de surprenant dans un village de 1500 habitants, et ce d’autant plus qu’ils ont le même âge.  En revanche, on ignore la nature exacte de la motivation d’Alexandre Viard. Est-il séduit par l’idée d’être l’un des premiers maires à fonder une bibliothèque communale de prêt? L’expérience est-elle facilitée par l’existence de la bibliothèque voisine de Laferté-sur-Amance? Ou bien Alexandre Viard est-il intéressé par la portée politique possible d’une instruction mise à la portée de tous? Aurait-il par exemple, lors de ses études à Paris, déjà retrouvé son compatriote alors en pleine effervescence socialiste? Il est en tout cas certain que Viard manifestera tout au long de sa vie le souci de développer et mettre sa commune à l’honneur, tout en conservant une indépendance d’esprit certaine22.

Le 15 juin 1862, Taxile Delord évoque dans Le Siècle la BAI-III et la bibliothèque d’Hortes. Il fait de cette dernière un modèle à suivre pour les campagnes, ajoutant que les habitants des communes voisines d’Hortes sont autorisés à venir emprunter les ouvrages.

Le Siècle, 15 juin 1862. Gallica (BnF)

La bibliothèque d’Hortes et la population locale

Derrière le réseau protecteur des premières bibliothèques populaires, préoccupé le plus souvent d’aider à la moralisation du peuple par la lecture,  se cache parfois le réseau des véritables fondateurs pour qui la lecture est vecteur d’émancipation et d’instruction politique. Enfin viennent les lecteurs qui quant à eux attendent surtout des livres un délassement, comme le déploreront régulièrement les fondateurs de ces structures, même si la dimension récréative est revendiquée.

Faute (pour le moment?) d’archives privées, il est compliqué d’aller au-delà du réseau officiel. Néanmoins, la composition des deux conseils et la liste des premiers lecteurs donnée par le compte rendu de 1861 permettent de mieux connaître les personnes qui ont contribué à la naissance de la bibliothèque d’Hortes. En comparant ces données avec celles du recensement de 186123  qui précise  les noms et âges des différentes personnes d’un foyer ainsi que la profession du chef de famille, on obtient non seulement une approche sociologique mais spatiale des membres de la bibliothèque populaire.

En 1861, Hortes a 1309 habitants (674 de sexe masculin, 635 de sexe féminin). Les chefs de famille dont la profession est indiquée sont à une écrasante majorité des paysans: 132 vignerons, 43 cultivateurs et 12 manouvriers. Hormis 30 propriétaires, la commune comprend  11 chefs de famille maçons, 8 tisserands, 7 couturières, etc.

Le recrutement des sympathisants de la bibliothèque s’est clairement opéré par cooptation sociale, liens de voisinage et familiaux. Lorsque l’on classe les noms par numéros de foyers (ces derniers correspondant à une avancée des enquêteurs maison après maison lors du recensement), on obtient en effet des habitations voisines. On retrouve également des liens professionnels et des liens familiaux qu’on ne pourra ici reprendre dans le détail.Tous les adhérents d’Hortes ont pu être identifiés, les homonymies ayant pu être levées grâce au fait qu’Alexandre Viard a consigné  dans le premier compte-rendu de l’assemblée  de la bibliothèque populaire  les noms masculins très répandus dans le village en y ajoutant le nom de leur épouse et que le recensement indique le nom de jeune fille des femmes mariées.

Nom Prénom Profession ou fonction Qualité à la bibliothèque en 1861 N° de la maison et foyer lors du recensement de 1861 Age
Figuet Germain Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 12 Foyer 13 48 ans
Petit Nicolas Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 13 Ménage 14 62 ans
Roby Nicolas Sabotier Hortes Membre fondateur Maison 15 Foyer 16 43 ans
Ignard Didier Membre du conseil municipal – Propriétaire Hortes Bibliothécaire Maison 30 Foyer 31 53 ans
Chanticlaire François Cafetier Hortes Membre fondateur Maison 31 Foyer 32 40 ans
Caillet Claude-Zacharie Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 32 Foyer 33 70 ans
Bailly (Boisselier) Jean Garde-forestier Hortes Conseil de surveillance Maison 66 foyer 69 36 ans
Viard Alexandre-Antoine Maire – Notaire Hortes Directeur-trésorier Maison 74 foyer 77 40 ans
Viard Lucien Etudiant Hortes Membre fondateur Maison 74 foyer 77 9 ans
Viard Alexis Jean-Baptiste Missionnaire apostolique, chanoine de Langres Langres 1er censeur Maison 75 foyer 78 47 ans
Naudet Jean Conseiller municipal- Major retraité Hortes 4e censeur Maison 78 foyer 82 79 ans
Bauleret Nicolas Buraliste Hortes Membre fondateur Maison 79 foyer 82 50 ans
Merger Maurice Adjoint au maire – Propriétaire Hortes 3e censeur Maison 88 Foyer 91 63 ans
Lamotte Jules Artiste-vétérinaire Hortes Membre fondateur Maison 89 Foyer 93 25 ans
Petit (Dantigny) Antoine Vigneron Hortes Membre fondateur Maison 110 Foyer 116 24 ans
Bailly (Gillot) Etienne Propriétaire (vigneron) Hortes Conseil de surveillance Maison 111 foyer 117 42 ans
Brayer Charles Négociant Hortes Membre fondateur Maison 150 Foyer 157 33 ans
Bascin Romuald Maître-coutelier Hortes Membre fondateur Maison 152 Foyer 159 38 ans
Laurent (Ignard) Jean Restaurant (?) – propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 157 Foyer 165 31 ans
Brayer Jean Maître-armurier Hortes Membre fondateur Maison 158 Foyer 166? 60 ans
L’Huillier Jean Boucher Hortes Conseil de surveillance Maison 159 Foyer 167 35 ans
Pinot François Garde-champêtre Hortes Conseil de surveillance Maison 160 Foyer 168 40 ans
Corbillet (Plomb) Zacharie Négociant (marchand épicier) Hortes Conseil de surveillance Maison 163

Foyer 172

47 ans
Merger (Babouot) Jean-Baptiste Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 170 Foyer 180 29 ans
Véret Camille Piqueur au chemin de fer Hortes Membre fondateur Maison 254 Foyer 265 33 ans
Petit François Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 262 Foyer 273 60 ans
Brayer Denis Maître-menuisier Hortes Conseil de surveillance Maison 264 Foyer 275 45 ans
Babouot François Membre du conseil municipal – Vigneron Hortes Conseil de surveillance Maison 271 Foyer 282 30 ans
Laujorrois Jean-Baptiste Membre du conseil municipal – Propriétaire (fils médecin) Hortes Secrétaire Maison 276 Foyer 288 61 ans
Brayer Jean-Baptiste Maître-menuisier Hortes Conseil de surveillance Maison 318 foyer 334 49 ans
Bailly (Testevuide) Nicolas Cultivateur Hortes Membre fondateur Maison 320 foyer 336 40 ans
Belin Rémy Membre du conseil municipal -cultivateur Hortes Conseil de surveillance Maison 324 Foyer 340 55 ans
Testevuide Jean-Baptiste Conseiller municipal – propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 326 Foyer 342 47 ans
Magnier Jean-Marie Membre du conseil municipal -cultivateur Hortes Conseil de surveillance Maison 329 Foyer 345 47 ans
Girard (Vincent) François Propriétaire Hortes Membre fondateur Maison 363 Foyer 382 64 ans
Mugnier (Ragot) Pierre Propriétaire Hortes Conseil de surveillance Maison 372 Foyer 391 52 ans
Aubertin Propriétaire Paris Membre fondateur NON  ?
Magnier Nicolas Agent d’affaires Paris Membre fondateur NON  ?
Bailly Propriétaire Paris 2d censeur NON  ?

Trois groupes différents s’intéressent donc à la constitution de la bibliothèque d’Hortes:

  •  les pionniers de la BAI-III, et  en particulier des professeurs  de l’association philotechnique qui seront récompensés lors de l’Exposition universelle de 1867
  • les notables d’Hortes, qui sont à la tête des institutions locales et dont la présence rassure les autorités préfectorales
  • des gens d’origine sociale plus modeste mais souvent déjà actifs au niveau local (conseillers municipaux par exemple) et leurs voisins. La fondation de la bibliothèque a visiblement constitué un sujet de discussion entre voisins et éveillé  l’intérêt

Enfin, on peut au moins déceler deux familles actives, la famille d’Auguste Viard et de Jean-Baptiste Girard. À cette date,  deux proches de Girard résident encore sur la commune d’Hortes, sa sœur et son oncle. Dans la liste des membres fondateurs, on retrouve son beau-frère (Chanticlaire) et son oncle, François Girard, dernier habitant de la ferme familiale de la Malavisée24. Du côté d’Alexandre Viard, son frère chanoine apporte une caution importante aux yeux des autorités. De manière très symbolique, sont également inscrits la femme d4Alexandre, Henriette Poullain, et leur fils aîné, Lucien, âgé de 9 ans, enregistré comme « étudiant »,

Inspirée une fois encore par les statuts de la BAI-III, la bibliothèque d’Hortes accueille les inscriptions féminines et les encourage par des cotisations moindres que celles demandées aux hommes. L’inscription d’Henriette Poullain a une fonction pédagogique. La jeune femme d’Alexandre Viard, fille d’un médecin et érudit d’Arc-en-Barrois (Haute-Marne) est donc la première à apparaître dans la rubrique des « dames adhérentes ». On peut supposer que Madame Anne Bailly est l’épouse du deuxième censeur et Catherine Brayer, la troisième adhérente, la fille ou l’épouse d’un des Brayer inscrits25.

Les trois groupes joignent leurs efforts pour que la bibliothèque puisse naître. L’empreinte de la BAI-III, telle que Girard l’avait imaginée, demeure très présente. Ainsi, lors de l’assemblée générale de 1862 à Hortes, Alexandre Viard reprend de larges extraits des discours tenus lors de la première assemblée générale de la BAI-III, en 1861:

La Bibliothèque d’Hortes est fondée sur les mêmes principes que la Bibliothèque des Amis de l’instruction du 3e arrondissement de la Ville de Paris.

Les lecteurs s’unissent pour acquérir, avec le produit d’une faible cotisation mensuelle, les ouvrages que recommandent leur mérite et leur utilité. Ces ouvrages sont déposés dans la Bibliothèque commune, tous les souscripteurs ont droit à les lire en se conformant aux règlements.

L’esprit dans le quel sont choisis les livres est indiqué par les extraits suivants du rapport présenté à l’assemblée des premiers souscripteurs de la Bibliothèque de Paris.

« Les livres d’étude, les traités de toute espèce, les ouvrages professionnels, les Revues et les annales de la science pratique occuperont une grande place dans cette Bibliothèque, mais la science ne suffit pas à former l’homme… l’histoire, la poésie, le théâtre, les voyages, les publications pittoresques, les romans même, nous entendons ceux qui, écrits avec talent, ne sont ni frivoles ni immoraux, mais provoquent la pensée et forment le langage, les romans même recevront une large hospitalité sur nos rayons… »

 » … Pas de ces livres spécialement adressés aux classes populaires, mais rien non plus de ce qui peut exciter les passions… pas de polémique religieuse ou politique, pas d’histoire travestie… »

« … C’est aux enfants et aux femmes, au moins autant qu’à nous-mêmes, qu’est destinée notre Bibliothèque, aussi avons-nous décidé d’un accord unanime que les livres ne seront pas lus dans la Bibliothèque seulement, mais qu’ils iront, véritables missionnaires, développer au foyer de la famille les idées saines et les bons sentiments…((AD52: 107 M3.)). « 

La BAI-III, lors de ces premières assemblées générales a mis en place un canevas dont s’inspirent les autres bibliothèques débutant selon son modèle, canevas que l’on retrouvera bientôt dans les bulletins de la Société Franklin26. Il s’agit en effet de mêler des discours sur les intentions de ce nouveau type de bibliothèque, destinés à galvaniser les ardeurs des adhérents et des bénévoles et à rassurer les autorités politiques présentes dans la salle, tout en présentant des bilans parfois moins enthousiasmants. On entrevoit d’ailleurs  entre les lignes dans des bibliothèques comme celles de Versailles ou la BAI-III que les tâches sont souvent réparties entre les deux ou trois réseaux : les philanthropes produisent le discours officiel, les bénévoles des classes plus modestes préparent les bilans statistiques. À Hortes, il semblerait cependant que Alexandre Viard se soit dévoué pour la plupart des fonctions. Il peut dresser le bilan suivant en 1862. La bibliothèque a  68 sociétaires et possède 180 volumes:

Recettes

Droits d’admission 28 f. 25

Cotisations 35

Produits de la vente de livrets 1

Dons volontaires 10

Dû sur les cotisations 60

Total des recettes 134 f 25

Dépenses

Frais d’impression 20f 45

Affranchissements et ports 7. 50

Frais de reliure 60

Frais généraux 1

Dû à la Bibliothèque de Paris pour achat de livres 6.25

Total 95. 90

Balance

La recette est de 134 f.

25

La dépense de 95.90

Il reste 38. 2527.

Ce premier bilan est à examiner avec attention. On y retrouve deux difficultés éprouvées par ces bibliothèques populaires débutantes. La première est celle de la reliure des ouvrages, rendue nécessaire par le prêt. Ce poste important obère les budgets au point que la société Franklin proposera bientôt un système de reliure moins esthétique mais moins cher. La seconde est le paiement des cotisations, nécessaires à l’accroissement des fonds. Ces deux difficultés conjuguées peuvent entraîner un problème de renouvellement des collections. Hortes, bibliothèque expérimentale, découvre ces soucis, aggravés par un contexte ponctuellement compliqué par de mauvaises récoltes. Alexandre Viard se garde bien lors de cette assemblée de souligner le paiement des cotisations en retard. Conscient du fait que la bibliothèque ne pourra acheter de nouveaux livres, il en appelle  aux dons. Cet appel a été entendu, et la bibliothèque a sans doute obtenu des concessions de livres puisqu’en 1872 elle a deux mille ouvrages.

Le non-paiement des cotisations est-il réellement lié à la grêle? On peut en douter. Le droit d’admission fixé par les statuts, même s’il est adapté au milieu rural, demeure élevé et une cotisation mensuelle s’y ajoute.

Art. 7« Le droit d’admission est fixé à un franc pour les hommes, et 50 centimes pour les dames »BAI-III Art. 7« Le droit d’admission est fixé à 50 centimes pour les hommes et 25 centimes pour les dames » Hortes
Art. 8« La cotisation mensuelle est fixée à 40 centimes pour les hommes, 25 centimes pour les dames » BAI-III Art. 8« La cotisation mensuelle est fixée à 30 centimes pour les hommes, 15 centimes pour les dames » Hortes

Les hommes et femmes des populations modestes d’Hortes ont-ils les moyens de payer cette cotisation? Rappelons que Girard et ses frères et sœurs, très représentatifs d’une partie de cette population vivant sur de petites exploitations viticoles, ont dû aller chercher du travail à Paris. Lorsque par exemple le père de Girard se remarie, en 1851, dans la commune voisine de Troischamps, ses biens se résument en une maisonnette flanquée d’une grange et d’un cellier sur 9 ares, ce qui le contraint à être manouvrier28. Près des deux tiers des premiers sociétaires n’ont pas payé leur adhésion lors de l’assemblée générale, et très peu semblent avoir payé le livret qui sert à enregistrer les cotisations.

De ce bilan financier, il semble également ressortir que la bibliothèque d’Hortes s’est contentée d’imprimer des livrets et n’a pu éditer un catalogue des fonds, du moins dans les premiers temps29.

La bibliothèque d’Hortes et un plus large réseau d’influences

Les deux réseaux cités plus haut ont pour dénominateur commun Jean-Baptiste Girard qui semble avoir eu la capacité à s’adapter à divers univers et s’en être fait apprécier. D’autres influences ont certainement joué mais les traces avérées n’en ont pas encore été trouvées. La première, on l’a déjà souligné, est la proximité de la bibliothèque cantonale de Laferté-sur-Amance. Cette bibliothèque fonctionne-t-elle encore lors de la naissance de celle d’Hortes? Rien n’est moins sûr. Mais moins de vingt ans les séparent et comme elles ont toutes deux ouvert leurs fonds à des communes voisines, il est certain que quelques personnes au moins à Hortes avaient entendu parler de la bibliothèque de Laferté. Le fait que Henri Harant l’évoque lors de l’exposition universelle de 186730 mais en écorchant le nom de son fondateur, est intéressant. Ce professeur de l’Association polytechnique, secrétaire général de la BAI-III en 1867,  récompensé à l’Exposition universelle de 1867 pour ses travaux scientifiques, a  pu entendre parler de Laferté par Girard (réseau des BAI), ou par Perdonnet (réseau de l’Association polytechnique).

On notera en effet que Laferté-sur-Amance et Hortes possèdent des gares sur la même ligne de chemin de fer grâce à la pugnacité de Messieurs Chauchard et Viard, tous deux à l’origine des bibliothèques de leur commune. Or Auguste Perdonnet,  un des acteurs principaux de de l’élaboration de  la  compagnie des chemins de fer de l’est, un des premiers présidents de la BAI-III, surveille étroitement la fondation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, ville des ateliers de la Compagnie de l’Est… De surcroît, le baron Hippolyte Chauchard (1808-1877), travaille au ministère de l’Instruction publique en 1848 et obtient des concessions de livres pour la bibliothèque de Laferté-sur-Amance31. On peut donc supposer que tout un réseau large de notables haut-marnais ayant un entregent dans les différentes sphères parisiennes a protégé la naissance des bibliothèques de Laferté-sur-Amance et d’Hortes. Rappelons par exemple que le savant Julien-Joseph Virey (1775-1846), a également grandi à Hortes et qu’il a été député.

Reste un autre réseau encore plus difficile à reconstituer. Claude-Anthime Corbon (1808-1891) est  né à Arbigny-sous-Varennes, à 10 kilomètres d’Hortes et de Laferté-sur-Amance. Son itinéraire personnel est proche de celui de Girard: très vite mis au travail par ses parents, il part à Paris où il travaille dans un atelier d’imprimerie. Il milite dans le milieu des associations32, et devient l’un des premiers députés ouvriers. Corbon correspond avec Martin Naudaud, lequel reçoit aussi des lettres de Delbrouck, ami de Girard. Corbon et Girard se sont donc croisés, voire fréquentés. On retrouve d’ailleurs Corbon dans le comité fondateur de la BAI-XV en 187533, et invité d’honneur dans plusieurs conférences organisées par les BAI. Il est par exemple présent en tant que sénateur lors de l’Assemblée générale de la BAI-III en mai 1876, BAI-III alors présidée par  Harant, avec comme secrétaire Delamarche, autre pionnier de la BAI-III aux côtés de Girard34. Ian Frazer a noté que  » La Bibliothèque des Amis du IIIe et la Bibliothèque d’Asnières possèdent des collections d’un seul journal socialiste : l’Atelier.35 »

Département de la Haute-Marne réduit d’après la Carte de l’Etat-Major 1 : 240 000 / Chatelain, lith ; par A. Descaves, … Auteur : Descaves, Arsène (1815-1892). Auteur du texte Auteur : Châtelain, Anatole. Fonction indéterminée Éditeur : imp. C. Cavaniol (Chaumont) Date d’édition : 1863. [zoom sur Arbigny, Hortes et Laferté-sur-Amance] Gallica (BnF)

Corbon a-t-il connu Girard en Haute-Marne? Aucun lien familial n’est pour le moment avéré, même si selon Ian Frazer les descendants de Girard affirmaient que deux de ses petites filles avaient épousé des Corbon apparentés à Claude Anthime Corbon36.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (II. Hortes – Haute Amance)," in Bibliothèques populaires, 22/10/2017, https://bai.hypotheses.org/1582.

  1. Voir Agnès Sandras,  » Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  2. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985. []
  3. Ibid. []
  4. Voir La Presse des 28 et 30 avril 1862. []
  5. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », op. cit. []
  6. Voir Agnès Sandras, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay » , in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  7. Exercice 1861-1862 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Paris, Imprimerie de J. Claye, 1862. []
  8. Alexandre Viard,  Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872. Paris,   impr. de A. Parent, 1874. []
  9. Cette préconisation figurera par exemple dans les conseils donnés par la Société Franklin. []
  10. Gustave Rouland, « Circulaire relative à l’établissement de bibliothèques scolaires près des écoles communales », 31 mai 1860 cité par Louis Hachette, Les Bibliothèques scolaires prescrites par arrêté de son Exc. le Ministre de l’Instruction Publique en date du 1er juin 1862, Paris : Imprimerie de Ch. Lahure et Cie, Chez tous les libraires de Paris et des départements, 182. Page 38. []
  11. Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme, 117, octobre 2017. []
  12. Lettre du sous-préfet de Langres, 4 décembre 1861. Archives départementales de la Haute-Marne (AD52): 107 M3. Hortes : Association pour la création d’une bibliothèque communale (1861-1862). []
  13. AD52: 107 M3. []
  14. Ibid. []
  15. Ibid. []
  16. Ibid. []
  17. Voir Agnès Sandras,  » Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon », in Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014. []
  18. AD52: 107 M3. []
  19. Ibid. []
  20. Exercice 1861-1862 de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement. Paris, Imprimerie de J. Claye, 1862. []
  21. AD52: 107 M3. []
  22. Alexandre Viard a publié : Étude sur les origines du notariat, Langres, impr. de E. L’Huillier, 1877, et Voyage humoristique autour du Comité des notaires des départements à Paris, Chaumont : impr. de Cavaniol, 1886 []
  23. Archives de la Haute-Marne: Recensement à Hortes (1861) : 158 M 242 []
  24. Voir  Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?, » in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522. []
  25. Il existe  alors plusieurs Catherine Brayer à Hortes []
  26. Etienne Naddeo, « Etienne Naddeo: La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019 []
  27. AD52: 107 M3. []
  28. AD52: contrat de mariage entre Didier Girard et Élisabeth Richardot, étude de Maître Alexandre Viard, Hortes: 4 E 58/145. []
  29. J’appelle à nouveau aux bonnes volontés: jusqu’à ce jour, il n’a pas été possible de retrouver les archives de cette bibliothèque ni d’archives privées l’évoquant, et les fonds de la bibliothèque semblent avoir disparu… []
  30. Agnès Sandras, « La Haute-Marne et les premières bibliothèques rurales de prêt (I. LaFerté-sur-Amance), » in Bibliothèques populaires, 12/07/2017, https://bai.hypotheses.org/1484. []
  31. Voir prochain billet []
  32. Voir le passage que Michèle Riot-Sarcey a consacré à « Antoine Corbon, un point de vue singulier sur le monde ouvrier » dans Le procès de la liberté: Une histoire souterraine du XIXe siècle,  2016. []
  33. La Presse, 29 juillet 1875 []
  34. Le Siècle, 30 mai 1876 []
  35. Ian Frazer, op.cit. La bibliothèque d’Asnières a été fondée par Girard. []
  36. Ian Frazer n’avait pas retrouvé de liens familiaux entre ces Corbon; Gilles Blanzin (que je remercie), généalogiste à Hortes, me confirme que Marguerite et Anna Baillif, ont épousé 2 frères Corbon, mais cette famille est de Fleury la Rivière (51) depuis le XVIIe siècle alors que la famille de Claude Anthime Corbon  est présente à Arbigny sous Varennes depuis 1665. []

Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?

« Jean Baptiste Girard » (G. Numa phot.). [Recueil. Personnalités françaises et étrangères sous le Second Empire] . Gallica (BnF)
Copie de la photographie confiée à Ian Frazer par les descendants de J.B. Girard à l’occasion du colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1984.

Les deux photographies ci-dessus symbolisent le travail de fourmi que demande la reconstitution de la biographie d’un personnage au patronyme répandu, qui ne semble pas avoir laissé d’archives personnelles1, et dont la légende a été plusieurs fois (ré)écrite. Si l’on ajoute que ce personnage a parfois brouillé les pistes pour éviter des tracas politiques, et qu’il semble avoir fait à la fois preuve d’audace pour les causes qui lui tenaient à cœur et d’une grande discrétion, on comprendra que ladite reconstitution est laborieuse et empreinte de questionnements… Néanmoins, depuis quatre ans2, d’heureuses surprises, liées à de longues recherches mais aussi à des hasards complets, ont permis de mieux cerner Jean-Baptiste Girard.

1/ Quelques déceptions et quelques bonnes surprises

La consultation de la Base de données des inculpés de l’insurrection de Juin 1848 et de la Base de données des poursuivis à la suite du coup d’Etat de décembre 1851 ne donne rien… On pouvait espérer y trouver sinon Jean-Baptiste Girard, du moins son frère peut-être prénommé Auguste.

Girard, frappé personnellement par le chômage, cherchera des remèdes à son état : il travaille comme cocher et a la douleur de voir son frère cocher lui aussi, déporté après les journées de juin3.

Le fichier alphabétique des condamnés de la Commune et des non-lieux signale en revanche deux Jean-Baptiste Girard… La consultation des archives du Service historique de la Défense révèle que le premier est entrepreneur en peinture, né dans le Doubs. Le second est un menuisier en fauteuils, né à Limoges… Cela n’a rien de surprenant, l’état-civil parisien permet de retrouver plus d’une vingtaine de Jean-Baptiste Girard entre 1850 et 1900…

Il faudra donc patienter encore pour (peut-être…) découvrir les activités de Jean-Baptiste Girard pendant la Commune… Un témoignage fait en effet état de distribution d’ouvrages aux blessés par les bibliothèques des Amis de l’Instruction.

Enfin, la mention par Madeleine Rebérioux d’une médaille obtenue par la BAI à l’exposition universelle de 18674 a permis d’orienter les recherches vers les archives de cette exposition et de découvrir qu’en réalité Jean-Baptiste Girard s’était vu décerner une médaille mais au seul nom de Girard, sans doute pour ne pas réveiller des souvenirs trop récents encore liés à son emprisonnement…

2/ Les vertus du hasard dans les recherches

Un carton ouvert par hasard aux Archives nationales en 20145, permet de découvrir une lettre de Jean-Baptiste Girard adressée à Jules Ferry.

Cette lettre est triplement intéressante. Elle confirme le fait que Girard depuis ses premières activités militantes (rappelons qu’il a été arrêté et emprisonné en 1850 pour associationnisme) jusqu’à la fin de sa vie espère améliorer la condition des ouvriers par la création d’associations. La graphie et le style de cette lettre attestent que Jean-Baptiste Girard n’est pas un demi-lettré. En effet, on ne connaissait jusqu’ici qu’une demande d’allègement de peine signée de son nom.  Cela ne signifiait pas obligatoirement qu’il l’avait rédigée. Enfin, de façon inespérée, la lettre confirme que Jean-Baptiste Girard n’a pas servi d’alibi « populaire » pour la fondation des bibliothèques, et qu’il en a bien été l’organisateur :

[À Monsieur Jules Ferry, Président du Conseil des Ministres]

Le 11 juillet 1880, au Palais du Trocadéro, où avait lieu la distribution des prix de l’Association philotechnique, j’ai eu l’honneur de recevoir de vous, et l’accolade et les palmes d’officier d’Académie, pour les services que j’avais rendus en fondant et organisant les bibliothèques populaires à une époque (1861) où personne ne les croyait possibles.

Maintenant, les bibliothèques n’ont plus besoin de mon concours actif (…)

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Jules Ferry, juin 1883 (Archives nationales, série Instruction publique)

3/ Les vertus de la veille obstinée

Une veille régulière dans les bibliothèques numériques et en particulier dans Gallica permet parfois de repérer les nouveaux documents numérisés contenant des « Jean-Baptiste Girard ». Si le patronyme « Girard » est trop répandu pour permettre une veille efficace, à l’inverse, le prénom composé pose problème car il peut donner lieu à différentes contractions. Ainsi, c’est en recherchant dans Gallica « J.B. Girard » qu’on trouve la première photographie qui illustre ce billet. Elle présente un double intérêt:

  • elle confirme, si besoin était, que la photographie confiée en 1984 par les descendants de Girard à Ian Frazer (seconde photographie) était bien une photographie de Jean-Baptiste  Girard.
  • si l’identité de la personne ayant composé l’album n’est pas connue, ce qui ne nous permet pas de juger de ses liens avec Jean-Baptiste Girard, on remarquera toutefois qu’elle le fait voisiner avec des notabilités de la fin du Second Empire et/ou des personnes ayant un rôle important dans la réflexion politique contemporaine6.

Cette veille dans Gallica a permis également de retrouver un pan méconnu de la vie de Jean-Baptiste Girard, sa candidature aux élections sénatoriales de 1876. L’épisode semble confirmer que le très actif Jean-Baptiste Girard préfère rester dans l’ombre, et que sa légende d’ouvrier méritant se forge parfois malgré lui.

Enfin, la veille dans les inventaires d’archives a permis de repérer un don d’archives provenant de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIXe arrondissement7. Si Jean-Baptiste Girard n’a pas été à l’origine directe de cette fondation, il a en revanche entretenu, en tant que fondateur de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, « fondateur des bibliothèques populaires » et cheville ouvrière de la Société Franklin, une correspondance avec la BAI-XIX qui a conservé deux de ses lettres. Ces deux lettres apportent des connaissances supplémentaires sur l’activité de Girard dans la Société Franklin et sur son attitude face aux événements de 1870.

En effet, en étudiant les compte rendus de la Société Franklin, Étienne Naddeo a pu établir que:

Girard ne prend jamais la parole, ne propose rien lors des débats entre les administrateurs. C’est presque comme s’il n’en était pas, lui qui est pourtant à l’origine de tout. Est-il volontairement dissimulé, lui qui a été emprisonné en 1849 par la République pour sa participation à des associations ouvrières clandestines ? N’est-il pas assez socialement légitime pour s’exprimer, au milieu de toutes ces sommités et de tous ces hommes riches de savoir ou d’argent8 ?

Or les deux lettres conservées par la BAI-XIX montrent que Girard a toute latitude d’employer le papier à en-tête de la Société Franklin, qu’il ne signe pas ses lettres en tant qu’intermédiaire, mais bien en décisionnaire, et pour la seconde qu’il peut s’engager au nom de la Société Franklin. Cela donne tout son poids aux deux hypothèses exprimées ci-dessus : Girard ne peut prendre la parole officiellement à cause de son passé politique et peut-être d’un manque de légitimité sociale sous le Second Empire, mais les fondateurs officiels de la Société Franklin lui ont laissé dans les faits une large liberté. Enfin, comme le soulignent différents billets de ce blog, cela montre aussi que l’histoire des bibliothèques populaires, de la Société Franklin et du Syndicat des  bibliothèques populaires libres ne peuvent être écrits uniquement à partir des compte rendus officiels de ces associations, écrits guidés à la fois par la nécessité de ne pas contrarier les autorités politiques et par la nécessité pédagogique d’offrir une vision positive de leurs activités.

 

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP.

Si la première lettre est purement factuelle (Girard demande au fondateur de la BAI-XIX  le nom du président  désigné), la seconde est très intéressante. Elle est en effet rédigée à un moment-clé de la guerre de 1870, le 31 octobre. Apprenant la capitulation de Bazaine et d’autres nouvelles fleurant la capitulation, une partie du peuple parisien tente de se soulever. Belleville n’est pas en reste… Il n’est donc pas surprenant qu’Auguste Vorbe, jeune administrateur de la BAI-XVIII9, fondateur de la BAI-XIX en 1868 rue d’Allemagne où il est fondeur, vice-président du syndicat des bibliothèques populaires libres, propose que les bibliothèques populaires se cotisent pour acheter les canons qui font défaut à Paris. Girard lui répond :

Mon cher vice-président

À  mon avis, l’idée que vous avez d’établir un canon par les bibliothèques populaires à titre de protestation, et aussi de défense nationale est excellente; mais la pratique, les moyens de réaliser une somme de 5 à 6 000 francs, me paraissent très difficiles, pour cette raison que la plupart des bibliothèques de Paris sont fermées depuis la guerre, que les sociétaires sont très dispersés et qu’un bon nombre ont déjà versé à des souscriptions diverses, ce qui me fait supposer qu’il ne serait guère possible de réunir la somme nécessaire sans le concours des bibliothèques des départements, impossible en ce moment.

Enfin, quand une idée est bonne on peut toujours en essayer l’expérience, la Société Franklin consentira très bien à prêter son local pour un bureau central.

Votre tout dévoué,

Girard10.

Lettre de Jean-Baptiste Girard à Vorbes. Archives de la BAI-XIX. ADVP

Cette lettre reflète la prudence dont Girard fait preuve depuis son arrestation et son emprisonnement en 1850 pour visées associationnistes.  Les deux courriers confirment que sa graphie et sa syntaxe sont celles d’un homme habitué à rédiger rapidement, dont l’orthographe est légèrement hésitante, peut-être sous la pression des événements.

4/ Un peu de généalogie

La numérisation de l’état-civil des Archives de la Haute-Marne et la Base de relevés d’actes du Centre généalogique de Haute-Marne permettent d’affiner, de corriger  et de développer les découvertes opérées il y a une trentaine d’années. Ian Frazer avait en effet recensé les éléments suivants concernant la jeunesse de Girard :

Jean‑Baptiste Girard naquit le 28 mai 1821, à deux heures de l’agrès‑midi, à Hortes, petit village du plateau de Langres (Haute‑Marne), dans la maison de son grand‑père, François Girard, également natif de Hortes et vigneron à la  ferme de la Malavisée. Le père, Didier Girard, était « absent » ; on ne sait rien de son métier. La mère était née Catherine Moris (Note: Je remercie le maire de Haute‑Amance (anciennement Hortes) pour son aimable envoi d’une copie conforme datée 23.3.1984 et pour l’acte de décès de François Girard du 2 mai 1828. La grand‑mère maternelle de Girard était Marie Vacher, ses arrières grands‑parents, Etienne G. et Marguerite Hugueny.). […] J.‑B. Girard dira en 1850 de son enfance : « Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur apportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais ». C’est la vie dure des petits campagnards. « Jusqu’à vingt ans j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais » (Note : Gazette des Tribunaux, 13 novembre 1850). La nécrologie la plus détaillée que j’aie découverte affirme que Girard vint s’installer à Paris à l’âge de dix‑neuf ans et débuta comme homme de peine. Il ne savait pas encore lire. Il aurait été, « successivement homme de peine, cocher de fiacre, lithographe »  (Note: E. Rotival, in Bull. de l’Assoc. Philotechnique, mai 1900, 144). Il apparaît néanmoins suffisamment lettré pour écrire son nom vigoureusement, sans les hésitations des demi-illettrés, lors de son mariage en 1846, où il est déjà ouvrier imprimeur litho­graphe.

La numérisation de nombreuses archives permet aujourd’hui  de conforter tout en la nuançant  la « légende » autour de Girard.  Celui-ci est en effet très représentatif des populations rurales pauvres de la Haute-Marne du milieu du XIXe siècle, menacées par un accroissement démographique trop rapide, dont la seule issue est d’aller chercher du travail dans la capitale en plein expansion. Les plans du cadastre ci-dessous permettent de situer la ferme familiale, à la sortie du village, près de la route menant à Bourbonne-les-Bains.

Zoom sur la ferme de la Malavisée- Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Tableau d’assemblage. S.d. – 3 P 2/243-1

Sur le cadastre, le morcellement des parcelles de vignes est éloquent autour de la ferme de la Malavisée, berceau de la famille Girard. Lorsque les familles s’agrandissent, la subsistance n’est plus assurée.

 

Zoom sur la ferme de la Malavisée. Plans cadastraux napoléoniens AD52 Hortes – Section B 3. • S.d – 3 P 2/243-7

Le grand-père paternel de Jean-Baptiste, François Girard (1756-1828), est le fils d’Etienne Girard et Marguerite Hugueny, tous deux issus de familles vigneronnes dont on retrouve la trace à la fin du XVIIe siècle à Hortes. François Girard est né et a été baptisé le 8 décembre 1756. Son père Etienne a signé l’acte d’une main assurée11. François Girard, veuf de Marie Vacher qu’il a épousée en 1784 et dont il a eu une fille (Jeanne), se remarie le 22 février 1791 avec Catherine Clerget12. François Girard a au moins deux frères Nicolas et Jean. Nicolas se marie l’année suivante avec Marie Clerget qui est la sœur de Catherine (morte en 1846 à 83 ans). Les deux couples sont très proches, souvent parrains et marraines des enfants auxquels ils donnent la plupart du temps les mêmes prénoms. Les premiers (grands-parents paternels de Girard) ont cinq enfants entre 1792 et 1804.  Nicolas et Marie ont quant à eux au moins onze enfants, voire treize, entre 1792 et 181213. François, Nicolas et Jean Girard signent les actes d’état-civil alors que les deux sœurs Clerget déclarent ne pas savoir (signer). On notera également que lors de la naissance  de sa fille Anne en 1800, François Girard est absent14.

Didier Girard, le père du Jean-Baptiste qui nous intéresse, est donc né le 18 mai 1793 à Hortes. On le retrouve à Paris le 5 août 1817 : il se marie à Saint-Germain l’Auxerrois  avec Catherine Moris, cuisinière, domiciliée 10 rue des deux boules. Il habite quant à lui 20 rue de l’enclos Saint-Laurent, mais sa profession n’est pas indiquée15. Cette première donnée est importante : les deux parents de Girard ont vécu à Paris, ce qui relativise la légende d’un Jean-Baptiste Girard débarquant de sa campagne profonde pour vivre à Paris.

Catherine Moris, la mère de Girard, a également été poussée par la misère à Paris. Elle est née à Rosoy-sur-Amance16 le 19 septembre 1790 de Henri Moris, laboureur, et de Marie-Anne Guillaume. Elle est la septième d’une fratrie de huit enfants, sa mère meurt alors qu’elle a 8 ans,  puis elle perd son père à 14 ans.  Catherine Moris et Didier Girard ont un premier enfant, Auguste,  né à Paris le 9 décembre 181817. Le 23 mars 1820 une petite Marie-Louise naît, déclarée à Hortes  par son père qui signe, mais dont il est bien indiqué qu’il est domicilié à Paris18. Jean-Baptiste Girard voit le jour à Hortes le 28 mai 1821. Sa naissance est déclarée par son grand-père François, en l’absence de son père Didier19. En décembre 1823, Anne-Joséphine naît à Paris dans le 2e arrondissement20. Enfin, en 1826, la famille s’agrandit d’un dernier garçon, Joseph21, né à Paris. Ces allées retours de la famille de Jean-Baptiste Girard à Paris, semblent liées au négoce du vin. Les parents se fixent ensuite à Hortes où, selon les différents recensements et actes d’état-civil, Didier Girard est « cafetier » ou « aubergiste » rue de la Barre. C’est au tour des enfants de travailler à Paris, sans doute par périodes liées à la nécessité pour la cellule familiale d’avoir quelque argent. Marie-Louise y meurt  le 25 août 1843 au 7 rue Poliveau. Elle est alors domestique, célibataire22. Anne-Joséphine selon son acte de mariage en 1847 est femme de chambre dans le premier arrondissement23, mais elle est inscrite dans le foyer de ses parents à Hortes lors du recensement de 1846 de même que son frère Auguste qui semble pourtant avoir travaillé en tant que cocher à Paris dans cette période24.

Après le décès de Marie-Louise, la famille connaît une décennie marquée par les difficultés. Même si cela reste à confirmer, Girard25 laisse à entendre que son frère, impliqué dans les événements de 1848, a été déporté26. Jean-Baptiste connaît à son tour une arrestation et l’emprisonnement en 185027. Ses parents quittent alors Hortes, pour la commune voisine de Troischamps entre 1847 et 1849.  Didier Girard est recensé en 1851 à Troischamps28.  Il est présenté dans les actes officiels comme propriétaire-manouvrier, ce qui suppose une situation économique toujours difficile. Catherine Moris meurt à Troischamps en 1849, à 58 ans29. Didier Girard, remarié à Elisabeth Richardot en 1851, meurt le 6 mai 1864 à Troischamps30. De ses quatre enfants, subsiste à Hortes Anne Joséphine qui a deux enfants et tient un café avec son mari, François Chanticlair, jusqu’à la fin du siècle. Bien que domicilié à Paris depuis 1846 au moins (année de son mariage), Girard reste en relation avec sa famille. En effet, lorsqu’il vient fonder une bibliothèque populaire à Hortes en 1862, on retrouve parmi les membres fondateurs de cette bibliothèque son beau-frère François Chanticlair et son oncle paternel François Girard ((Voir prochain billet sur la bibliothèque populaire à Hortes.)). Le recensement de 1861 montre que désormais à la ferme de la Malavisée ne vivent que François Girard et son épouse, preuve supplémentaire de l’exode rural qui a touché cette famille trop nombreuse pour subsister à Hortes31.

Ces multiples vérifications confirment donc une situation économique difficile de la famille de Jean-Baptiste Girard. Tous les enfants ont dû travailler, et tôt. En revanche, elles mettent à mal définitivement la légende du Jean-Baptiste Girard analphabète lors de son arrivée à Paris. On note en effet que son arrière-grand-père, son grand-père, son père, ses oncles et ses frères signent les actes sans hésitations. L’acte de mariage de sa sœur Anne-Joséphine permet aussi de constater que la jeune femme signe avec assurance alors que leur mère (Catherine Moris) peine à former les lettres.

Acte de mariage de Anne-Joséphine Girard et de François Chanticlair (AD52 – BMS Hortes) Dans la famille Girard ont signé Anne_Joséphine, la mariée, son père Didier Girard, son oncle et témoin François Girard et sa mère Catherine Moris.

Ce constat est de surcroît étayé par le fait que la famille Girard a dans son entourage proche des instituteurs. Son grand-père maternel, lors de son mariage, a pour témoin un cousin recteur d’école. Un des deux témoins attestant du décès de Didier Girard32 est un instituteur et « ami du décédé » (mention portée en toutes lettres sur l’acte de décès). Il faut donc relire d’un œil neuf l’échange entre Jean-Baptiste Girard et le président du tribunal en 1850, en le citant de manière non tronquée. Plutôt que des reproches à ses parents, Girard déplore une situation dont on a vu plus haut qu’elle se reproduisait au moins depuis trois générations : pour subsister, les parents sont contraints à faire travailler leurs enfants depuis leurs sept ans jusqu’à la constitution de leur propre famille :

Le président au prévenu Girard : Vous avez pris plusieurs professions dans l’instruction ?

Girard : Oui, j’en ai eu plusieurs. Depuis l’âge de sept ans, mes parents me faisaient travailler, et ils me faisaient faire les métiers qui leur rapportaient davantage, puisqu’ils touchaient ce que je gagnais.

Le président : Oh ! tenez, je n’aime pas ce langage et ces reproches adressés à vos parents.

Girard : Eh bien ! je me borne à vous dire que jusqu’à vingt ans, j’ai donné à mes parents tout ce que je gagnais.

Le président : La seule chose favorable à conclure de cela pour vous, c’ est que vous avez toujours demandé vos ressources au travail33.

Girard a vraisemblablement connu la même trajectoire que Sébastien Commissaire34: apprentissage des rudiments de l’écriture et la lecture avant ses sept ans, puis des lectures après les journées de travail. Ces quelques avancées supplémentaires dans la biographie de Girard pourraient être complétées par des archives privées… nouvel appel aux bonnes volontés!  On retrouve en effet la difficulté liée au patronyme répandu lorsque l’on recherche des archives privées…

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? Et si on reparlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction ?," in Bibliothèques populaires, 10/09/2017, https://bai.hypotheses.org/1522.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Ian Frazer, qui avait rencontré les descendants de Jean-Baptiste Girard n’a pas mentionné d’archives familiales: Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  2. Agnès Sandras, « Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?, » in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148. []
  3. Ian Frazer…p. 54. Ian Frazer utilise un article publié par La République du 14 novembre 1850. Ce frère est prénommé Auguste. []
  4. Madeleine Rebérioux, « Les ouvriers des métiers d’art à l’exposition universelle de 1867 », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985. []
  5. Une simple inversion des chiffres lors de la commande: le carton appartient bien aux fonds de l’Instruction publique mais pas aux séries concernant les bibliothèques… []
  6. Attention, en revanche, le titre de cet album a été donné au moment de son entrée dans les fonds de la BnF. []
  7. Voir très prochainement le billet sur la BAI-XIX. []
  8. Etienne Naddeo: « La Société Franklin, une rencontre « des deux mondes » ?, » in Bibliothèques populaires, 13/04/2016, https://bai.hypotheses.org/1019. []
  9. Il est né en 1843 selon La Presse du 17 novembre 1894: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k547533m/f3.item, il a donc 27 ans en 1870. []
  10. Archives de la BAI-XIX, Archives de la Ville de Paris. []
  11. Archives départementales de la Haute -Marne (AD52): BMS Hortes en ligne:  1756-18http://haute-marne.fr/culture/archives-departementales/archives-en-ligne-bach/ []
  12. AD52: BMS Hortes. C’est donc Catherine Clerget et non pas Marie Vacher qui est la grand-mère de Jean-Baptiste Girard. []
  13. AD52: BMS Hortes. Deux décès d’enfants ayant pour parents Nicolas Girard et Marie Clerget sont en effet signalés dont l’âge indiqué et les prénoms ne correspondent pas à des naissances enregistrées. []
  14. Idem. []
  15. Archives de la Ville de Paris (AVP) – Etat civil reconstitué. []
  16. Depuis 1972, Hortes, village principal de la commune est associé aux villages de Montlandon, Troischamps et Rosoy-sur-Amance pour former la commune de Haute-Amance. []
  17. Texte mis à jour le  4 mai 2020 : L’information sur sa naissance provient du site  Geanet ici. Par recoupements successifs, j’ai découvert que Nicolas Auguste Girard est mort en février 1874, au 5 passage des Arts, dans le XIVe Arrondissement. Il était loueur de voitures, marié, et âgé de 56 ans – ADVP : V4E 4398. Auguste Girard vivait avec ses parents et sa sœur Anne-Joséphine rue de la Barre à Hortes lors du recensement de 1846, il avait 27 ans lors de ce recensement: AD52, Recensement de population, Hortes, 1846. []
  18. AD52: BMS Hortes []
  19. Idem. []
  20. D’après son acte de mariage en mai 1847. AD52: BMS Hortes []
  21. Ajout du 24/01/2021 : voir https://bai.hypotheses.org/4497 []
  22. D’après la transcription de l’acte de décès  figurant  aux AD52. BMS Hortes. []
  23. AD52, BMS Hortes. []
  24. AD52. Recensement de 1846 à Hortes. []
  25. Voir supra. []
  26. Note du 24/01/2021 : j’ai découvert depuis que J.B.Girard avait un plus jeune frère, Joseph, qui a bien été déporté, suite aux événements de 1848 :Patronymes répandus… chercheurs à l’affût ? quand un frère Girard en cache un autre []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. []
  28. AD52, Troischamps, recensement de 1851. []
  29. AD52, BMS, Troischamps. []
  30. Ibid. []
  31. AD52, Recensement de population à Hortes, 1861. []
  32. AD52, BMS, Troischamps []
  33. Gazette des tribunaux, 13 novembre 1850. []
  34. Agnès Sandras, « 1838 : une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon ? (2), » in Bibliothèques populaires, 25/10/2016, https://bai.hypotheses.org/1166 []