Archives par mot-clé : Jean Macé

Enjeux éditoriaux des lectures populaires : le cas de Jules Radu et des bibliothèques communales (1846-1852)

Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu,… Paris, chez l’auteur, 1868. Gallica (BnF).

Les événements de 1848 mettent en relief le désir de lecture du peuple (Voir un futur billet sur les lectures en 1848). En juillet 1848, la  proposition de M. de Montrol sur la création de bibliothèques communales est prise en considération. Une commission est nommée pour faire un rapport à l’Assemblée nationale qui doit aussi statuer sur un « journal destiné aux ouvriers »1. Les éditeurs s’intéressent vivement à l’idée d’ouvrages rédigés spécialement pour l’instruction du peuple, ou de collections à bon marché qui figureraient dans les bibliothèques communales. Parmi eux, certains flairent une aubaine. C’est le cas de  l’auteur Jules Radu, qui a produit tant de documents vantant sa philanthropie que l’on a pu croire à tort  un siècle plus tard qu’il avait été le précurseur de Jean Macé2 … Redonner sa véritable place à Jules Radu permet de plonger au cœur des débats complexes et des initiatives singulières en matière de lectures et bibliothèques destinées au peuple dans la décennie qui a précédé la fondation des bibliothèques populaires.

Jules Radu vers 1868 (Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu. Paris, 1868). Gallica (BnF).

Jules Radu (1810-18993) a été connu au XIXe siècle pour une publication à prétentions pédagogiques. Il a en effet eu l’idée d’un gros ouvrage à bas prix, offrant les connaissances de base nécessaires à des personnes désireuses de s’instruire. Dès les premières éditions, Radu insiste sur la visée soi-disant philanthropique de ce livre dont il multipliera les tirages pendant quarante ans,  sous des titres et une présentation variés. Les thématiques demeurent les mêmes (lecture, écriture, calcul, orthographe, dictionnaire français, agriculture, géographie, histoire), à l’exception de la religion qui disparaît. Cet agglomérat de plusieurs centaines de pages (plus de 800 pour les dernières éditions), mêle leçons, conseils, exercices et données dans différents domaines. Le tout est très peu illustré, ce qui explique son prix modique. L’adresse de Radu consiste surtout en une auto-promotion effrénée qui occupe bientôt plusieurs dizaines de feuillets au début des publications. En 1868, on trouve ainsi au début des Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale :

  • les « rapports sur l’ouvrage » : florilège de recommandations émanant de gens importants
  • la « séance de M. Jules Radu » : restitution de son discours dans les usines, les régiments, etc., sur les avantages qu’il y a à acheter l’ouvrage par souscription (5 versements mensuels d’un franc chacun), et même éventuellement d’en faire don :

Vous pouvez envoyer ce livre par la poste : vous le mettez sous bande, vous le portez au bureau de poste, vous donnez 75 centimes, prix de l’affranchissement du livre, comme 20 centimes sont le prix de l’affranchissement d’une lettre, et vous avez la certitude que l’ouvrage arrivera dans votre commune. Je vous recommande d’écrire sur la première page : Offert à ma famille, Ou : Offert à ma commune, en ajoutant votre nom, afin qu’au pays l’on connaisse celui qui a envoyé ce livre. Quand ces méthodes auront rendu service à la commune, on demandera : « Qui a fait don de ce volume ? —

C’est un tel, » répondra-t-on. Et votre nom restera ainsi à perpétuité, dans votre famille ou votre commune, attaché à une œuvre utile4.

  • Le nombre de souscripteurs en province, à Paris, dans l’armée, la marine
  • Le détail des tirages : estimés au total à 220 000 (1868)
  • Les « bibliothèques communales » : dossier de l’action entreprise par Jules Radu. Ce dossier, on y reviendra, se garde bien de donner les éléments en défaveur de Jules Radu. Ce dernier au contraire, en fait un élément de crédibilité supplémentaire, y mêlant des documents authentiques, mais sortis de leur contexte, et des notes personnelles comme cette autobiographie pourtant présentée sous un jour officiel  :

Extrait de la Note annexée au rapport de la Commission ;
M. Jules Radu, né à Paris en 1810, doué d’un caractère indépendant et d’une volonté énergique, appartient à une famille honorable qui a possédé une grande fortune.

Depuis vingt-quatre ans ses travaux se divisent en deux périodes distinctes.

De 1827 à 1837. — Professeur de méthodes élémentaires.

De 1837 à 1850. — Fondation de Sociétés de bienfaisance; publication de ses ouvrages.

1837. MM. BAUDRAND, GOURGAUD, DE RUMIGNY et DE LA ROCHEFOUCAULD D’ESTISSAC, officiers généraux de la maison du roi, engagent M. Jules Radu à s’occuper de l’armée. Ses cours sont organisés par divisions militaires; il passe toutes ses nuits en route pour se transporter d’une ville à une autre : c’est ainsi que, pendant quatre ans, M. JULES RADU a fait, par an, quatre à cinq mille lieues, toutes de nuit. Près de 6,000 hommes, officiers, sous-officiers et soldats, ont suivi ses cours.

1841. M. Jules Radu fonde une Association de bienfaisance. Cette Société, composée des hommes les plus considérables, s’est réunie à la Chancellerie, dans les salons de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, l’un des vice-présidents du Conseil de l’œuvre. (Moniteur du 13 janvier 1841.). L’œuvre a pour but de fonder des établissements pour l’extinction de la misère, élever les enfants pauvres et propager l’instruction élémentaire. À cet effet, M. JULES RADU a publié un ouvrage fort estimé […]

1846. La Société des bibliothèques communales est fondée; le 12 décembre, M. Jules Radu se rend à Rome pour placer la Société sous le patronage du Saint-Père. Une année est employée à une foule de démarches pour réunir un patronage imposant par le nombre et la distinction de ses membres ; les Bibliothèques seront répandues dans les communes au nom du jeune COMTE DE PARIS. La révolution de Février vient tout arrêter.

1850. M. JULES RADU avait épuisé ses dernières ressources. Un héritage lui fournit les moyens de donner suite à la fondation de son œuvre. Le 3 mars, la Société se constitue dans sa première réunion au palais de l’Élysée. Les Bibliothèques communales sont officiellement recommandées par le gouvernement. (Moniteur du 31 mai 1850.)
Sur un patrimoine de 60,000 francs, qui lui assurait une existence indépendante, plus de la moitié a disparu pour l’organisation de son œuvre. En abandonnant la partie commerciale aux libraires, M. Jules Radu a déclaré, dans les termes les plus absolus, qu’aucune idée de spéculation n’étant jamais entrée dans sa pensée, il entendait rester complètement étranger à tout bénéfice, à quelque titre ou sous quelque forme que ce fût, se réservant seulement la part de gloire qui revient à l’homme qui a fait quelque chose d’utile à son pays5.

Le système de Radu est  bien rodé : dans ses publications, il se réclame d’avoir fondé la société des bibliothèques communales, se gardant bien dans les éditions postérieures à cette tentative de dire qu’elle a avorté. Dans le projet des bibliothèques communales, il met en avant ses publications dites pédagogiques, en leur prêtant un rôle philanthropique puisqu’elles sont censées avoir permis l’instruction du peuple. Ce système repose sur des pages et pages de citations de personnes influentes ou d’extraits de rapports officiels, Radu passant sans état d’âme de la revendication de la protection royale à la caution impériale : on notera par exemple qu’en 1850 la société des bibliothèques communales prend très significativement le nom de « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme ». Le tout est présenté comme une œuvre caritative, Radu déclarant invariablement  dans ses écrits qu’il y a sacrifié sa vie personnelle et sa fortune. Pourtant, lorsqu’il est fait tardivement chevalier de la légion d’honneur, suite à sa suggestion, ni la presse, ni son dossier (à part sa demande) ne font mention d’un dévouement aux autres. Son dossier contient même une lettre  le soupçonnant de faire indûment étalage de la croix à des fins commerciales. Quant à la presse si elle mentionne les actions philanthropiques d’autres chevaliers, ce n’est pas le cas pour Radu (voir ci-dessous.).


« Nominations dans la légion d’honneur », Les Tablettes des deux Charentes, 30 juillet 1879.

Revenons par conséquent sur cette fameuse Société des bibliothèques communales. La symbolique visite au pape (cf. plus haut) la place dans le sillage de l’œuvre catholique du Bon Livre6. Nanti de la garantie morale que lui offre sa visite romaine, Radu envoie son ouvrage (contenant désormais son projet de bibliothèques communales) à des notables philanthropes, des sommités scientifiques et littéraires, et des responsables politiques. Il se sert alors de leurs remerciements, pourtant parfois formels dans une société encore très sensible aux règle de courtoisie, pour les insérer dans les nouvelles éditions ou prospectus qu’il publie. Après les événements de 1848, il reprend ses démarches, ajoute à son tableau de chasse des personnes influentes dans le cercle du président Louis Napoléon Bonaparte, et peut  se prévaloir rapidement d’une liste impressionnante. On peut supposer, même si cela n’est pas dit expressément, que son projet vient s’opposer à celui de Léon Curmer (De l’établissement des bibliothèques communales en France, 18467). En effet, Léon Curmer repousse l’initiative privée pour prôner la responsabilité de l’État qui doit selon lui de manière autoritaire dégager les moyens financiers nécessaires au choix, à la fabrication et à l’achat de livres8, et confie la bibliothèque communale aux seuls soins de l’instituteur. Ces différences politico-religieuses et la visée instructive mises à part, le système imaginé est proche puisque Curmer propose un choix de 80 ouvrages à envoyer aux communes quand Radu en prévoit 100 (cf. infra.).

De l’établissement des bibliothèques communales en France / par Léon Curmer. Paris, Guillaumin, 1846. Gallica (BnF)

L’apogée du projet de Radu se situe en 1850 lorsque  la Société des bibliothèques communales est lancée à l’Élysée (20 février) et les statuts approuvés par le ministère de l’Intérieur (17 mars9). Les noms des membres du Conseil de surveillance contribuent au prestige de l’initiative : duc de Caumont La Force (président); duc de La Rochefoucauld-Doudeauville, ancien député, et Orfila, conseiller de l’Université, vice-présidents ; « Jules Radu, fondateur de l’Oeuvre », secrétaire ; général de Grammont, marquis de La Rochejaquelein, etc., membres du Conseil. Le 3 mars, Jules Radu a présenté, lors du conseil réuni au Palais de l’Élysée, la société des bibliothèques communales dans un exposé qui reprend les topoi contemporains de la bonne lecture :

LA BIBLIOTHÈQUE COMMUNALE, guide des familles pour l’éducation et l’instruction des enfants, vient éclairer les classes laborieuses et combattre le colportage des mauvais livres, véritable fléau des campagnes. (…) La propagation des bons livres est un moyen de combattre l’ignorance, l’une des causes du désordre qui étonne et afflige la société. L’ignorance peut conduire à la misère, la misère au crime. Le crime est un acte de folie (…)10.

Le 31 mai, Le  Moniteur publie  une circulaire du ministre de l’Intérieur (du 20 avril) enjoignant aux préfets d’encourager la souscription pour les  bibliothèques communales. Des lettres pré-imprimées, signées du Duc de Doudeauville, et des prospectus, circulent  en grand nombre adressés aux « autorités religieuses, civiles et militaires des 37 000 communes ». Notons au passage que ces différents formulaires sont conçus de manière extrêmement organisée11, et ont  certainement nécessité des investissements importants.


Le Moniteur universel, 31 mai 1850.

On sort donc du cercle des personnes désireuses de joindre leur nom à une action philanthropique dans l’air du temps (moralisation des classes ouvrières par de bonnes lectures; lutte contre les dangers du cabaret; etc.). Exposé au grand jour, le projet surprend les divers combattants et acteurs de l’instruction populaire qui examinent prospectus et statuts et crient rapidement au scandale. Radu a en effet prévu des statuts dont les 63 articles recouvrent visiblement une action commerciale mûrement réfléchie. Chaque commune peut souscrire pour une bibliothèque composée de « cent volumes sur la Religion, l’Éducation et l’Instruction élémentaire, les Sciences, l’Histoire et les Voyages, le Théâtre et la Littérature, l’Agriculture, les Manuels de l’ouvrier, et l’Administration communale »12. Or par un curieux hasard, la publication des ouvrages commence par la 3e série « L’instruction élémentaire » (Art. 5. des statuts), celle dont Radu est le plus expert… Quant à la bibliothèque « tout chêne – porte vitrée, fermée à clé », partie intégrante de la souscription,  vendue par la Société pour 45 francs, on découvre vite qu’elle est fabriquée par un proche de Radu. Mais les critiques se concentrent essentiellement sur les thématiques et ouvrages prévus. Ils se décomposent en effet de la sorte (on en trouvera le détail ici) :

  • Religion, éducation : 6 ouvrages, 6 volumes
  • Instruction élémentaire : 16 ouvrages, 32 volumes
  • Histoire générale, voyages : 6 ouvrages, 13 volumes
  • Littérature : 1 ouvrage, 2 volumes
  • Manuels de l’ouvrier : 6 ouvrages, 7 volumes
  • Agriculture : 11 ouvrages, 30 volumes
  • Administration communale : 3 ouvrages, 10 volumes

Dans Le Siècle, La Presse, L’Illustration, etc., des voix s’élèvent pour dénoncer l’uniformisation de la pensée qu’entraînerait un choix identique de cent ouvrages dans tous les cantons français … Après avoir ironisé sur les signataires de la souscription, Le Siècle s’agace du choix des livres :

 La création des bibliothèques communales annoncée à grand renfort de prospectus et d’affiches officielles, et présentée sous le triple aspect bien séduisant de la bienfaisance, d’une prompte amélioration sociale et de l’extinction du paupérisme, pouvait être une idée heureuse et féconde. Il suffit cependant de jeter les yeux sur le catalogue des ouvrages qui doivent servir de base à ces bibliothèques, pour reconnaître l’esprit qui a présidé à la fondation d’une œuvre si vivement recommandée aux préfets par M. Baroche dans sa circulaire du 31 mai 1850. La politique et l’économie sociale ont été sévèrement bannies de ce catalogue. Il en a été de même de la philosophie ; on n’y trouve nulle trace d’élémens [sic] d’idéologie ou de logique. L’art de penser aura paru sans doute une superfétation inutile aux fondateurs de la société des bibliothèques communales. Le peu de fruit que l’on pourra retirer de la création de ces bibliothèques ainsi conçues se bornera à la diffusion de quelques idées littéraires dans nos campagnes. Quant à l’éducation professionnelle ou agricole, elles auront peu de choses à y gagner, aujourd’hui que les connaissances qui se rattachent à ces deux branches si intéressantes de l’instruction publique ont été vulgarisées par d’excellents traités qui ont pénétré dans tous les centres de population un peu importans [sic]13.

Les catholiques s’émeuvent également. L’Univers dénonce le projet. En 1853, l’abbé Bernard synthétise les critiques et les craintes exprimées :

La Bibliothèque communale, annoncée, il y a trois ans, sous un puissant patronage, serait sans doute une excellente opération financière pour l’éditeur-entrepreneur; mais en lisant son programme, on comprend la répulsion et les susceptibilités qu’il éveilla de la part des maîtres de l’enseignement religieux, et des hommes qui veulent efficacement le bien du peuple. Les publications promises sont au moins suspectes sous le rapport religieux, et ne répondent aux besoins des esprits ni par la forme, ni par la doctrine. Dans l’hypothèse la plus favorable, le profit moral serait nul, et un grand danger serait imminent ; en déplaçant le contrôle du livre, pour faire juges de son opportunité les spéculateurs qui éditent ou des commis de municipalités, avocats de village et ex-démocrates rouges, on risque d’introduire des publications pernicieuses sur les tablettes de la bibliothèque communale. Ce plan s’est trompé de date, il est à la mesure des idées mesquines d’une autre époque ; il échouera infailliblement, du moins, comme résultat utile au peuple, s’il est mis à exécution14.

Le duc de Doudeauville, vice-président de la Société,  prend acte de ces dysfonctionnements qui engagent sa responsabilité, et celle du Président de la République qui la patronne. Il décide par conséquent de convoquer les libraires de Paris par une lettre circulaire, sans indiquer l’objet de la réunion. Aux 60 libraires présents, le 1er mars 1851, il annonce que la Société des bibliothèques communales, incapable d’imprimer les traités prévus, fait appel au concours de la librairie. Une commission de 11 membres, choisis parmi tous les libraires (y compris les absents) est nommée : MM. Roret, Baudry, Toulouse, Charpentier, Victor Masson, Durand, Langlumé, Labé, Dusacq, Dumaine et Bachelier. Cette commission se réunit dès le 5 mars (MM. Delalain, Carilan et Ducrocq remplaçant MM. Bachelier, Baudry et Dusacq) pour concourir « avec une association de personnes honorables, à une œuvre de haute moralisation15 ». Plusieurs réunions se tiennent sous la direction de M. Roret, Victor Masson remplissant le rôle de secrétaire. La commission décortique le projet des bibliothèques communales, et prend systématiquement le contrepied du projet de Radu qualifié de « jeu d’esprit », « caprice de l’imagination » plutôt que « fruit d’une étude profonde et juste des voies et moyens pour arriver au but16 ». Sont contestés les « travaux nouveaux, entrepris exprès pour les bibliothèques communales » ; le fait que toutes les communes, quelles que soient leurs particularités, se voient imposer les mêmes cent ouvrages ;  la dépense du corps de bibliothèque. Sont préconisés le libre choix des communes parmi les meilleurs ouvrages en tous genres, l’appui de L’État et des départements, des souscriptions volontaires17. Le projet de cette nouvelle Commission ne voit pas le jour immédiatement mais il pose le principe des futures bibliothèques scolaires et populaires.

Quant à Doudeauville, il fait bientôt savoir que Radu ne doit plus sous aucun prétexte se prévaloir d’être le secrétaire de la Société des bibliothèques communales (voir ci-dessous).

La Gazette de France, 30 juin 1851.

L’ Espérance, Courrier de Nancy rapporte l’affaire avec beaucoup de finesse :

 Il y a déjà quelques mois, nous avons dû entretenir nos lecteurs d’une entreprise qui s’annonçait sous les termes pompeux de Bibliothèques communales. Nous l’avons fait avec modération, et cependant nous croyons en avoir assez dit pour éclairer ceux que les magnifiques promesses du prospectus auraient pu séduire. Depuis lors, nous n’avions plus entendu parler de ce projet et nous l’avions cru abandonné. Nous étions dans l’erreur : témoin un volumineux paquet de circulaires, prospectus, modèles de souscription que nous venons de recevoir ! Il  parait même que l’on se propose de faire plus de bruit que jamais avec cette ridicule conception, car, lisons-nous, ces prospectus doivent être adressés à tous les fonctionnaires de France; on propose à MM. les maires d’inviter les notables de leur commune à contribuer à la souscription par une somme qui serait versée séance tenante ; on prie MM. les curés de faire une quête !! On invoque l’appui de MM. les instituteurs ; on engage MM. les journalistes à ouvrir dans leurs colonnes une souscription en faveur de l’œuvre ; on supplie les autorités de former dans les chefs-lieux de canton un comité de surveillance et un comité de dames patronnesses. Les dames patronnesses organiseront des bals, des concerts, des loteries, des représentations à bénéfices et présenteront les souscriptions dans les administrations et les ateliers, dans les collèges, les pensionnats et les communautés religieuses. Les gardes-champêtres, les facteurs ruraux, les tambours de la garde nationale, les garçons de bureau, seront préférablement utilisés pour le colportage de la liste à domicile. Nos lecteurs se rappellent que le 101e et dernier volume de la bibliothèque doit être un livre d’honneur où seront enregistrés les noms de tous les bienfaiteurs. Ce livre d’honneur joue un rôle important dans l’affaire :  « Il faut, dit le prospectus, faire valoir aux ouvriers le livre d’ honneur ; ce sera peut-être la première fois pour le pauvre ouvrier et la seule occasion dans sa vie de voir son nom imprimé à la suite des autorités de la commune…. dans les collèges, les pensionnats et les communautés religieuses, le mandataire de la Société fera une démonstration aux élèves pour les engager à prévenir leur famille de la souscription, ce qui est en même temps un moyen de Publicité pour l’œuvre. Les parents refusent rarement à leurs enfants de s’associer à une bonne pensée, et les enfants seront enchantés de voir leurs noms imprimés dans le livre d’honneur. »

[…] Que reste-t-il donc ? beaucoup de bruit pour rien ; un tintamarre habilement nourri de coups de grosse caisse, de trombones et de tams-tams, pour attirer les badauds et remplir la caisse. Que chacun s’empresse donc de porter ses épargnes rue de la Paix, n° 10, siège de l’administration des bibliothèques communales. On lui délivrera une quittance qu’il conservera jusqu’à l’impression du livre d’honneur. Mais, dira-t-on, le gouvernement a recommandé les projets de M. Radu ; — M. Radu est le père de la chose et le rédacteur de la plupart des ouvrages annoncés — les évêques de France y ont applaudi, les préfets les ont appuyés ; une foule de notabilités les ont encouragés. Le Président de la République est le protecteur de l’œuvre; le cardinal Fornari et le comte Portalis en sont les présidents honoraires ; notre Saint-Père le Pape a donné sa bénédiction à l’inventeur. Donc… — Une simple réflexion, s’il vous plaît. Nous ne contestons pas ces faits ; mais nous nous permettons une distinction. Les personnages importants et respectables dont on fait mousser les noms ont approuvé, tout comme nous approuverions nous-mêmes, la pensée de bibliothèques communales, réellement utiles; elles ont applaudi à une fondation dont le besoin se faisait et se fait encore vivement sentir. Nous en ferions autant. Mais ont- ils approuvé la conception incolore, informe, inutile dont M. Radu est le père ? la collection niaise dont il est le rédacteur ? l’œuvre sans mérite et sans nom qu’il préconise à grand renfort de prospectus et de réclames ? Là est la question. Il y a bibliothèques communales et bibliothèques communales, comme il y a fagots et fagots. Or, celles de M. Radu n’en ont que le nom. Donc, dussé-je ne jamais figurer sur le livre d’honneur, je ne souscrirai pas pour un liard d’ancien régime. Voilà ma conclusion.

Si, aux raisons données, il fallait en ajouter une autre, la voici formulée par M. de Larochefoucauld, duc de Doudeauville, ex-vice-président de l’œuvre prétendue : « Après avoir fait tous les efforts, pendant deux années, pour marcher d’accord avec M. Radu, le soutenir, le défendre et même le diriger, M. de Larochefoucauld, duc de Doudeauville, poussé à bout par les procédés de M. Radu et entravé, à chaque instant, par une imagination aussi ardente et un caractère aussi cassant, reste convaincu de l’impossibilité d’atteindre jamais avec lui le but moral qu’il s’était proposé. » M. de Larochefoucauld a raison et nous sommes pleinement de son avis18.

Jean Macé lui-même évoquera aussi avec humour cette pantalonnade dans un article de 1864 où il explique pourquoi il a appelé les bibliothèques populaires de sa région des « bibliothèques communales ». Il conclut à propos de l’entreprise menée par Radu :

Tout cela n’a pu suffire à mener à bien la Société de bienfaisance.
C’est une tâche un peu lourde que d’entreprendre de faire l’aumône à tout un pays. Il faut en définitive qu’il se la fasse lui-même, et attirer à soi des millions pour les faire retomber ensuite en pluie bienfaisante, est quelque chose d’à-peu-près impossible chez nous, quand on n’est pas église, ou gouvernement.

D’autre part, en fouillant bien le prospectus, on y aperçoit dans un coin un directeur-entrepreneur qui se charge de fournir la menuiserie pour 60 francs par commune, et la librairie à raison de 3 francs par volume, tout relié, pour la première édition de 3000 , et de 2 fr. 50 c. pour les éditions suivantes. Il y en a 100 de ces volumes, alignés d’avance par catégories en un tableau irréprochable, si ce n’est qu’à l’article : Littérature, sur onze volumes triés dans l’ensemble des produits de l’esprit humain, il s’en trouve un pour les Matinées littéraires de Mennechet, un galant homme, de beaucoup d’esprit, qui aura dû s’étonner d’avoir été choisi. Même avec la reliure, il paraît peu probable qu’on n’eût pas réservé un petit bénéfice sur chaque volume, et ce bénéfice multiplié une première fois par 100, multiplié une seconde fois par le chiffre des communes de France, devait en fin de compte prendre des proportions assez raisonnables si l’entreprise avait réussi19.

Hormis le nom de bibliothèques « communales », le projet de Radu s’oppose en tout à la réalisation de Macé. Radu fait partie de quelques hommes du XIXe siècle qui ont entrevu une manne dans une lecture populaire canalisée et désincarnée ; Macé, et les fondateurs des bibliothèques populaires comme Girard, ont permis de manière désintéressée au peuple au sens large de découvrir les livres, tous les livres, dans les limites imposées par le pouvoir impérial. Radu n’a donc ni fondé des bibliothèques communales, ni été le précurseur de Macé.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Enjeux éditoriaux des lectures populaires : le cas de Jules Radu et des bibliothèques communales (1846-1852)," in Bibliothèques populaires, 11/02/2018, https://bai.hypotheses.org/2010.
  1. Le Constitutionnel, 24 juillet 1848. []
  2. Voir Ernest Lefèvre, « Jules Radu, fondateur des « Bibliothèques Communales », précurseur de Jean Macé », Bulletin de la Société d’études historiques et géographiques de la région parisienne, n° 102-103, janv-juin 1959. []
  3. Selon son dossier de chevalier de la légion d’honneur. []
  4. Nouvelles méthodes. Lecture, écriture, calcul, grammaire, géographie, histoire générale, par Jules Radu,… Paris, chez l’auteur, 1868. []
  5. Ibid. []
  6. Voir Noë Richter, « Aux sources de la lecture publique : l’Œuvre des Bons Livres de Bordeaux », Conférence donnée à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1997. []
  7. Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France. Paris, Guillaumin,1846. []
  8. Voir Noë Richter. « Aux origines de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1978, n° 4, p. 221-249. []
  9. Selon la brochure « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme », Sèvres, Imprimerie de Cerf, 1850. []
  10. Brochure  » Propagation des bons livres – Bibliothèques communales – Oeuvre d’utilité publique – Napoléon III protecteur ».  Paris, Imprimerie de Ch. Jouaust, 1850. []
  11. Voir par exemple la feuille à souches de la souscription dans ce prospectus. []
  12. Brochure « Société de bienfaisance – Association universelle – Bibliothèques communales – Religion, éducation, instruction élémentaire, extinction du paupérisme », Sèvres, Imprimerie de Cerf, 1850. []
  13. Le Siècle, 10 juillet 1850 []
  14. L’ Abbé Bernard, « Colportage catholique », La Voix de la vérité, 21 novembre 1852. L’ Abbé Bernard avait envoyé le mémoire correspondant au contenu de cet article au ministre de l’intérieur en octobre 1852. []
  15. Brochure « Bibliothèques communales – Note à la librairie » , Paris, Imprimerie de L. Martinet, 1851. []
  16. Brochure « Rapport présenté à la Société de bienfaisance pour la fondation des bibliothèques communales par la Commission de Librairie nommée le 1er mars 1851 chez  M. le Duc de La Rochefoucauld Doudeauville ». Paris, Imprimerie de L. Martinet, 1851. []
  17. Ibid. []
  18. Vagner, « Les bibliothèques communales », L’Espérance, Courrier de Nancy, 16 mai 1851. []
  19. Jean Macé, « La société des bibliothèques communales du Haut-Rhin« , Revue d’Alsace. Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 1864. []

Actualités des bibliothèques populaires

Antoine Bertrand a retracé dans une émission radiophonique le sort des bibliothèques populaires de Saint-Etienne pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut l’écouter ici, et prolonger ainsi le plaisir de la lecture de son récent billet sur cette question.

Signalons également la parution ce mois-ci de l‘Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945 – Perspectives françaises et internationales, édité par Carole Christen et Laurent Besse, aux Presses du Septentrion. L’ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Lille en juin 2015.

Deux contributions de cet ouvrage portent plus particulièrement sur les bibliothèques populaires:

  • Dans « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », Bernard Desmars évoque « les fouriéristes, militants de l’éducation populaire », « propager les idées, préparer la société future », et « éducation populaire et coopération: deux faces d’un même projet ». Bernard Desmars avait présenté les fouriéristes dans une conférence à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement que l’on peut réécouter ici.
  • Dans « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée? Quelques pistes de réflexion », Agnès Sandras évoque « l’empreinte de Flora Tristan et de Jeanne Deroin sur les premières bibliothèques populaires », « une présence réelle mais difficile à mesurer des femmes dans les bibliothèques populaires » et « bibliothécaires de gare et de sacristie contre bibliothécaires républicaines? »

En 2016, Arlette Boulogne a publié aux éditions l’Harmattan, Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), avec une préface de Michelle Perrot. Cet ouvrage est tiré de la thèse de 3e cycle qu’elle avait soutenue en 1984 à l’Université de Paris-VII. Elle en a fait une présentation à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement que l’on peut réécouter ici.

Enfin, toujours en 2016, Alan R.-H. Baker a publié dans le tome 71 des Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (2016), un article intitulé « Les bibliothèques populaires en Loir-et-Cher (1860-1901) ». Sont développées les thématiques suivantes: développement à travers le temps, répartition à travers l’espace/ les objectifs des fondateurs des bibliothèques populaires/ l’adhésion et la gestion/ la surveillance/ les collections des bibliothèques populaires/ la connaissance géographique véhiculée par les bibliothèques populaires d’Ozouer-le-Doyen et de Montoire.

 

La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)

Publicité pour Le Musée des familles, Petit Journal, 1er janvier 1869. Gallica (BnF)

Des projets de collections idéales pour les bibliothèques populaires ou bibliothèques équivalentes (bibliothèques pour les ouvriers, etc.) ont été rédigés bien avant que les premières bibliothèques populaires puissent véritablement s’installer. Rappelons en effet que les bibliothèques destinées au peuple, mais comportant des livres non choisis par le peuple, ne sont pas les « bibliothèques populaires » qui naîtront dans les années 1860 « pour le peuple, avec le peuple, par le peuple », comme les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les premiers projets de « bibliothèques populaires » diffèrent considérablement selon leur inspiration politique et religieuse, le contexte politique, et l’implantation des bibliothèques envisagées. Commençons par le projet de Jacques Matter, intégré à son Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices (1836).

Jacques Matter (1791-1864) est un fils de cultivateur alsacien. Ce protestant, spécialiste de philosophie, occupe divers postes de professeur d’histoire et de théologie, et aide Guizot dans les projets de 1833 concernant l’éducation. Il publie énormément, allant des ouvrages les plus érudits aux ouvrages à visée pédagogique. Inspecteur de l’académie de Strasbourg en 1828, il sera aussi inspecteur des bibliothèques en 1845. De son expérience d’enseignant et de visiteur des institutions scolaires, il tire « le Visiteur des écoles (1re édition en 1830), l’Instituteur primaire (1re édition en 1832), et le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales (1re édition, 1836), qui ont été, pourrait-on dire, classiques dans leur temps », comme le souligne le Nouveau dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 19111.
Le Nouveau Manuel des écoles primaires, moyennes et normales […] de Jacques Matter propose entre autres conseils des « catalogues pour la composition de bibliothèques populaires ». L’introduction à ces catalogues doit se lire avec beaucoup d’attention. On y retrouve le trouble qui agitera les créateurs de « bibliothèques populaires » tout au long du XIXe siècle  quant à l’acception du terme « populaire ». Jacques Matter donne une définition large qui correspond aux nécessités d’une France alors peu alphabétisée, ne disposant pas suffisamment d’accès à la lecture pour s’instruire, et englobe les instituteurs et institutrices qui ont besoin d’un accompagnement professionnel, au moment où les ouvrages à leur usage sont encore rares :

L’opinion générale apprécie le besoin de bibliothèques populaires ; elle en demande; elle en fait créer. Mais notre zèle est encore un peu aveugle , et il règne à cet égard dans nos paroles, et par conséquent dans nos idées, une singulière confusion. Quand il s’agit de bibliothèques populaires, les uns ne songent qu’au peuple, qu’aux hommes du peuple, les autres qu’aux adultes, d’autres encore qu’aux instituteurs primaires, d’autres enfin qu’aux enfans à peine reçus dans les écoles. Il faut ici, comme en toute chose, savoir nettement ce qu’on veut ou plutôt ce qu’on doit vouloir.

On doit vouloir de bonnes instructions pour tous ceux qui en ont besoin et qui sont capables d’en recevoir, soit par eux-mêmes, soit par d’autres. II faut des instructions nouvelles aux instituteurs qui doivent suivre de nouvelles méthodes, qu’ils n’ont pas pu apprendre jusqu’ici ; il faut des livres de classe et des instructions particulières aux élèves des classes supérieures qui ont du loisir, du zèle et de la capacité pour la lecture ; il faut enfin des instructions morales, religieuses, industrielles, aux adultes qui regrettent d’avoir fait de faibles études dans de mauvaises écoles et qui voudraient réparer un mal dont ils sont à peine coupables. Il faut donc plusieurs sortes de bibliothèques populaires, et il est à désirer que désormais les auteurs qui en publient choisissent plus nettement que jusqu’ici la classe des lecteurs à laquelle ils s’adressent.

Cette introduction dénote une double ambiguïté. La première provient du fait que l’auteur désigne visiblement par le terme de « bibliothèques populaires » des éditions qui connaissent alors un grand succès comme la « collection des Manuels Roret », petite encyclopédie populaire des sciences et des arts qui est censée mettre à disposition de tous des connaissances à la fois scientifiques et pratiques et à laquelle appartient précisément le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices. Citons aussi la non moins connue Bibliothèque populaire ou l’Instruction mise à la portée de toutes les classes et de toutes les intelligences, collection dirigée par Ajasson de Grandsagne à partir de 1832. Ce type d’éditions à destination du peuple, pensé au XVIIIe siècle, connaît un développement important dans les années 18302. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie indique:

En 1831, le ministère de l’instruction publique fit composer et distribuer un grand nombre d’ouvrages destinés à répandre jusque dans les moindres hameaux les notions de morale et les premières connaissances usuelles. Diverses circulaires, notamment celles des 2 novembre 1831, 25 juin et 31 décembre 1833, et 13 juin 1832, contiennent des instructions sur ces distributions de volumes.

Le moyen ne réussit pas. Donner des livres ne suffit pas, si l’on ne peut en assurer en même temps la conservation. De 1833 à 1848, le gouvernement distribua par l’entremise des comités supérieurs d’arrondissement pour plus d’un million de volumes. Que sont devenus ces volumes ? En 1850, on n’en trouvait plus trace dans les écoles. La négligence et l’insouciance des maîtres, le manque de surveillance de la part des inspecteurs, l’absence de tout contrôle exercé par l’administration relativement aux mesures prises pour la conservation des ouvrages, tout avait concouru à les faire disparaître3.

La deuxième ambiguïté est liée au statut de cette bibliothèque populaire idéale que Jacques Matter ne qualifie jamais de « bibliothèque scolaire ». Les « bibliothèques scolaires » n’ont en effet pas encore d’existence officielle au moment où il écrit. Il faudra attendre l’année 1862  pour que le ministre Gustave Rouland leur donne vie. Toutefois, si l’on parcourt le Manuel de l’instituteur primaire ou Principes généraux de pédagogie  publié en 1831 qui contient aussi « un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves », on peut constater que l’expression « bibliothèque scolaire » est employée à plusieurs reprises, sous l’influence sans doute des pédagogues allemands qui y sont cités4.

Jacques Matter n’utilise donc pas le terme « populaire » au lieu de « scolaire » au hasard. Son choix est lié aux discussions contemporaines des spécialistes de l’éducation qui prônent des bibliothèques « populaires » dans toutes les communes, rattachées aux écoles, car elles permettent aux instituteurs d’élaborer des « conférences », cours et lectures du soir que peuvent prolonger des lectures. Plusieurs dizaines de bibliothèques dites populaires existent déjà en 1836 comme en atteste le Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire. François Delessert intervient en mai 1836 lors de la discussion du budget de l’Instruction publique en insistant sur l’utilité de ces  bibliothèques :

 François Delessert a présenté des considérations sur l’utilité qu’il y aurait à fonder des bibliothèques à l’usage du peuple. Il a signalé la difficulté de composer de bons ouvrages élémentaires, et le dénuement qui s’en fait sentir. Il voudrait qu’on encourageât la publication de nouveaux ouvrages, qu’on indiquât les bons livres qui existent, qu’on en fit des catalogues et qu’on les réunît dans des bibliothèques populaires. Il s’est étonné qu’il n’y eût que 75,000 fr. consacrés au budget à pourvoir de livres les classes populaires, tandis que 55o,ooo fr. sont destinés à des. souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures. Il a cité l’exemple de l’Angleterre, de l’Écosse, de l’Allemagne et de la Suisse, où existent des bibliothèques populaires qui produisent les meilleurs résultats. On voit dans ces pays les ouvriers et les cultivateurs, après les travaux de la journée, donner à des lectures, utiles le temps qu’ils perdent ailleurs à de grossiers plaisirs. Il a mentionné le moyen ingénieux employé en Écosse, où l’on fractionne les bibliothèques populaires par divisions, que l’on transporte alternativement dans diverses localités, de manière à faire servir un nombre limité de volumes à un grand nombre de lecteurs. Il s’est étonné, en terminant, que la commission d’examen des ouvrages élémentaires, n’en eût encore examiné que 1500 sur 6000 qui lui avaient été renvoyés, et il a exhorté le ministre à presser les travaux de celte commission, et à faire commencer le catalogue de cette bibliothèque, dont la création était annoncée dans le rapport fait au roi le 5 juillet 1831 par un de ses prédécesseurs5.

La superposition dans l’introduction de Jacques Matter d’une bibliothèque populaire au sens de livres spécifiquement écrits pour le peuple et d’une bibliothèque populaire au sens d’un lieu où le peuple peut trouver des livres sous le contrôle de l’institution scolaire n’a donc rien de fortuit.  Il s’agit bien de contrôler doublement les lectures du peuple, en lui proposant des ouvrages conçus spécialement à son intention sous l’égide de l’instituteur et des notables locaux. Les catalogues prévus par Jacques Matter sont donc  conçus selon une vision pyramidale. Il faut d’abord un instituteur correctement instruit qui pourra suivre et comprendre les consignes à respecter pour gérer la bibliothèque des adultes et des élèves :

La plus importante des bibliothéques d’instruction populaire est incontestablement celle des maîtres.
I. Bibliothèque des instituteurs.
Si nous suivions nos principes rigoureusement, nous bornerions notre choix à une vingtaine de volumes ; il n’en faut pas davantage au maître le plus savant, et nous n’en avons pas un plus grand nombre qui soient vraiment classiques. Nous serons pourtant obligés d’en citer un plus grand nombre, quelques-uns des instituteurs les plus aisés désirant connaître tout ce qui est un peu remarquable. Notre liste serait vraiment trop courte si nous nous bornions à ce qui est absolument classique, en prenant ce mot dans l’acception d’éminemment bon.
Ordinairement on recommande beaucoup plus de livres que nous n’en recommandons ; mais quand on considère les mécomptes auxquels on expose ceux qui vous accordent leur confiance, on doit se prescrire la réserve la plus consciencieuse. C’est un travail aisé que de réunir une longue série d’indications, mais c’est une mauvaise chose que de faire acheter un mauvais livre. Loin de faire cette faute, on doit songer à ne mettre dans la bibliothèque des instituteurs que des volumes de choix.

Cet encadrement des premières « bibliothèques populaires » par les écoles  marquera durablement les esprits et sera à l’origine d’une confusion douloureuse pour les bibliothèques populaires comme les scolaires lorsque les unes et les autres seront censées être indépendantes et autonomes à partir des années 1860. Les inspecteurs des bibliothèques déploreront continuellement dans leurs rapports cette confusion, qu’elle soit imaginaire ou parfois même avérée dans certaines communes où certaines bibliothèques scolaires serviront de bibliothèques populaires. En effet, cela sert parfois de prétexte pour censurer le contenu de bibliothèques populaires dont les ouvrages ne semblent pas adaptés aux enfants…

La bibliothèque proposée par Jacques Matter est à examiner avec attention. On notera par exemple qu’il ne préconise pas de romans ou de poésies, très peu d’ouvrages d’histoire, et qu’il observe une relative prudence en matière de religion. Son plan de classement est particulièrement intéressant:

Education et méthode générale
Méthode d’enseignement mutuel
Méthode combinée d’enseignement mutuel et simultané
Religion et morale.
Hygiène et gymnastique.
Méthodes de lecture
Méthodes d’écriture
Grammaire, orthographe, analyse grammaticale et logique
Style épistolaire
Géographie
Histoire
Arithmétique
Poids et mesures
Tenue des livres
Géométrie, arpentage, dessin linéaire
Géologie, astronomie, almanach populaire, météorologie.
Histoire naturelle.
Physique et chimie
Technologie
Agriculture et horticulture
Musique
Publications périodiques

En revanche, les livres de lecture pour les adultes  proposent un cadre de classement très simplifié d’où disparaissent nombre de thématiques, y compris la religion, et privilégient les lectures à visée pratique :

Histoire, voyages , mœurs.
Histoire naturelle, physique, chimie
Mécanique, industrie, technologie, arts et métiers
Agriculture, horticulture
Economie domestique
Astronomie et calendrier
Morale

S’inspirant en partie de tels projets, rejetant ceux des bibliothèques paroissiales, se démarquant des catalogues des grandes bibliothèques publiques, les bibliothèques des Amis de l’instruction construiront leurs propres cadres de classement. J’y reviendrai dans de prochains billets. Notons aussi que tout comme Jacques Matter, Jean Macé réfléchira à la conception de conférences s’appuyant sur des bibliothèques populaires, ce qui n’est guère surprenant, les deux Alsaciens appartenant au même cercle de personnes profondément convaincues de l’utilité d’une  éducation populaire.

Cite this article as: Agnès Sandras, "La « bibliothèque populaire » idéale selon Jacques Matter (1836)," in Bibliothèques populaires, 06/02/2017, https://bai.hypotheses.org/1250.
  1. Article Matter du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  2. Voir Noë Richter, « Prélude à la bibliothèque populaire – La lecture du peuple au siècle des Lumières, Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1979, n° 6, p. 285-297. []
  3. Article Bibliothèques scolaires du Nouveau dictionnaire de pédagogie. []
  4. NB: dès 1751, un ouvrage est publié en Allemagne sur l’organisation d’une bibliothèque scolaire: Die Notwendigkeit und grossen Vortheile einer Schul-Bibliothek de Johann Arnold Ballenstedt []
  5. Bulletin de la Société pour l’Instruction élémentaire, mai 1836. []

Caricatures et bibliothèques populaires

compayré,

H. Demare, « Gabriel Compayré », Les Hommes d’aujourd’hui, n°228 (coll. personnelle)

Dans le billet « Dessine moi … une bibliothèque populaire », je rappelais que la bibliothèque scolaire et la bibliothèque populaire apparaissent dans les manuels scolaires du second dix-neuvième siècle comme des lieux incontournables. Depuis 1860, la circulaire Rouland subordonne les subventions accordées pour la construction des écoles à la présence d’une armoire destinée aux livres. En 1862, un arrêté crée les bibliothèques scolaires. Bibliothèques scolaires et populaires, distinctes théoriquement quant à leur statut et à leurs missions, ne font parfois qu’une à la campagne, le plus souvent confiée à l’instituteur.

Dans l’esprit des fondateurs de ce type de bibliothèques, tels Jean Macé avec les bibliothèques communales en Alsace ou ceux des bibliothèques des Amis de l’Instruction, ce type d’initiative doit permettre aux personnes ayant quitté tôt l’école de s’instruire, de se délasser, de gagner en sérieux et en esprit critique. A l’inverse, une partie de la population y voit l’occasion de mauvaises lectures, inspiratrices de débauche et de sédition.

Les bibliothèques populaires ne semblent guère avoir inspiré les caricaturistes. Le Rire propose en octobre 1902 un  dessin relativement intéressant du point de vue des usages et des stéréotypes, puisque le bibliothécaire est de sexe masculin, les femmes ayant encore peu investi la fonction qu’elle soit bénévole ou professionnelle. On est à l’opposé du cliché qui verra le jour un peu plus tard de la bibliothécaire disgracieuse à lunettes et chignon (notons en revanche que celui d’une certaine catégorie de lectrices est déjà présent…)! Le peu de soin des lecteurs est souligné par le forfait que vient de commettre l’un d’entre eux tandis qu’un autre serre avec désinvolture un ouvrage sous son épaule. Le discours convenu des fondateurs sur l’extraordinaire attention du peuple apportée à la manipulation des livres est en effet contrebalancé par les pratiques observées (recommandations glissées dans les ouvrages ; systèmes d’amendes mis en place). Le réalisme de la caricature est confirmé par le fait que les lecteurs ne semblent pas avoir accès directement aux livres, tournant que l’on observe effectivement après quelques décennies pendant lesquelles ils avaient été encouragés à se servir eux-mêmes.

Une autre caricature concentre quant à elle les crispations autour des bibliothèques populaires comme enjeu d’émancipation sociale et politique. Elle appartient à ce type d’humour qui sous prétexte de présenter de manière ironique un personnage ridiculise en réalité surtout ses adversaires. Gabriel Compayré vient en effet de faire couler beaucoup d’encre en publiant les Eléments d’éducation civique et morale. G. Compayré[1], professeur de philosophie, gambettiste convaincu, est un fervent défenseur de l’instruction populaire. Son ouvrage, soutenu par J. Ferry et l’université, est publié à des milliers d’exemplaires et distribué aux instituteurs. Dans la forte poussée « laïcisatrice » que connaît la France, ce manuel passe pour une provocation auprès du camp catholique : la Congrégation de l’Index le fait interdire au même titre que ceux de P. Bert et J. Steeg en 1882. Dans son dessin (cf. ci-dessus), Henri Demare insiste donc sur la généreuse distribution du manuel laïque aux populations, y compris au lectorat des bibliothèques populaires. Ce caricaturiste qui joue fréquemment sur la juxtaposition d’un véritable élément caricatural et d’un dessin « réaliste », nous donne à voir de manière documentaire le public de la bibliothèque populaire : ouvriers, artisans, bourgeois, et de manière plus marginale une femme et son enfant. Si Demare ironise sur l’abondance de la distribution, il n’en reste pas moins qu’il nous présente ces manuels comme un vecteur d’égalité d’un peuple avide de lire. Le dessin nous ramène également à un des lieux désignés par Compayré dans son manuel comme fondateur pour l’émancipation intellectuelle. Georges, fils d’agriculteur, enfant éveillé, fait le tour de France pour devenir menuisier. Le jeune compagnon échange régulièrement des courriers avec son ancien instituteur. Ces récits épistolaires sont suivis pour les lecteurs d’exercices et de questions. Georges, désireux de comprendre l’ordre politique, se rend dans un endroit bien précis :

J’avais hier quelques heures de liberté ; j’en ai profité pour entrer dans une bibliothèque populaire et demander l’Esprit des lois de Montesquieu. J’y ai cherché les chapitres relatifs aux diverses formes de gouvernement, et je me suis convaincu plus encore que je ne l’étais de la supériorité du gouvernement républicain et démocratique sur tous les autres gouvernements. Mais j’ai compris aussi qu’il fallait pour maintenir la République beaucoup de vertu, comme dit Montesquieu, c’est-à-dire, une grande inclination des citoyens à respecter les lois, à aimer la patrie, à assurer le bien général, à s’incliner devant les autorités établies, à ne rien faire qui puisse gêner la liberté des autres » (…) un passage que j’ai transcrit textuellement pour mieux le méditer (…) Tout cela est encore un peu difficile à comprendre pour moi mais, je pense cependant avoir saisi la pensée de Montesquieu[2]. »

Comment Georges a-t-il pu avoir l’idée de se documenter dans une bibliothèque ? L’habitude lui en a été donnée par son instituteur. Et le paragraphe qui suit a certainement effrayé les opposants aux bibliothèques populaires et scolaires ! En effet, les instituteurs étaient alors censés suivre les consignes ministérielles en matière d’acquisitions, et non pas laisser gérer par des lecteurs la bibliothèque scolaire à l’imitation des plus républicaines des bibliothèques populaires, qui plus est par des enfants !

Vous rappelez-vous, Georges, le jour où, pour faire comprendre la nécessité de l’ordre dans les discussions, je transformai l’école en assemblée délibérante ? Il s’agissait d’une question bien simple pourtant. Quels livres devions-nous acheter pour la bibliothèque scolaire, avec l’argent que le maire nous avait donné en nous autorisant à en disposer comme nous l’entendrions ? Ce fut au premier moment un tumulte inouï. Vous ne parveniez pas à vous entendre. Chacun avait son avis et voulait le faire prévaloir. C’est alors que je vous suggérai l’idée de voter pour trois ou quatre délégués, qui auraient votre confiance et qui se chargeraient de dresser la liste des livres en tenant compte de vos désirs. Ce qui fut fait à la satisfaction générale[i].

[1] On lira ici la biographie de G. Compayré : http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7926

[2]   Gabriel Compayré, Eléments d’éducation civique et morale, Paris, P.Garcet, Nisius et Cie éditeurs, 1880. Page 166.

[i] Ibid. Page 143.