Archives par mot-clé : Le Bois-d’Oingt

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André

ANDRÉ (1826-1899), Pierre Marie

 

Pierre Marie ANDRÉ a environ 25 ans lorsque, dans les années 1850, il monte à Paris. Publiciste socialiste, il milite activement dans les clubs, puis il rencontre César Daly. Il le suit dans l’aventure de la Revue Générale de l’architecture  et les mouvements associationnistes. Il est un des premiers adhérents de la BAI-III, participe à la création de la BAI-V, et influence la fondation d’une bibliothèque populaire en 1877 au Bois-d’Oingt, son village natal.

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).]

Nom : ANDRÉ

Prénom : Pierre Marie Anne

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III :n° 24, entre Charles-Honoré Plomb [voir billets et fiche PLOMB] et Joseph Lacroux [voir fiche LACROUX].

Rôle dans la BAI : simple adhérent.

 

État civil et famille :

Pierre Marie ANDRÉ naît le 27 mars 1826 au Bois-d’Oingt (Rhône)1. Les déclarants sont ses aïeuls Claude François ANDRÉ, huissier royal, époux de Anne MALLEVAL, et Pierre Marie LOUIS, propriétaire.

Son père, Philibert Marie ANDRÉ, est géomètre2. À la naissance de celui-ci, en 1795, les déclarants sont son père, Claude François ANDRÉ fabricant de mousseline, et ses grands-parents paternels, Philibert ANDRÉ, jardinier et Marie PATISSIER, son épouse, qui déclare ne pas savoir signer.

Sa mère, Jeanne LOUIS, est tailleuse d’habits pour femmes3.

Trois de ses sœurs et deux de ses  frères sont décédés en bas âge4.

Il a un frère, Nicolas Thérèse (1827-1897), fabricant de tapis à Lyon en 18785, et trois sœurs : Antoinette Camille, couturière tailleuse, qui épouse en 1856 Barthélémy ROUSSET, clerc de notaire 6; Marguerite Micheline, modiste, qui épouse  en 1856 Jean-Antoine GIRAUD, huissier7 ; et Marguerite Euphémie, née en1842, qui vit chez sa sœur Antoinette en 18728. Toutes les trois signent avec les témoins et la mère de la mariée en 1878, au bas de l’acte de mariage de leur neveu Alphonse Antonin. Cela ne semble pas être un cas particulier si l’on consulte les différents actes de l’époque au Bois-d’Oingt. De même, en 1795, à Tarare, Marie PATISSIER est témoin déclarant la naissance de son petit-fils Philibert Marie, avec son mari Claude François ANDRÉ. Elle dit alors ne pas savoir signer.

La population du Bois d’Oingt est alors essentiellement constituée d’artisans et de commerçants.

Pierre Marie épouse à Paris (ancien 4e arrdt) Marie Sophie DUBOIS le 15 janvier 18539. Née à Bains (Bains-les-Bains, Vosges) en 1824, elle décède à 63 ans le 19 juillet 1888 à Paris, 80 rue Claude-Bernard (5e arrdt)10.

Sophie a un frère, Auguste, né en 1822, et trois sœurs : Augustine née en 1826 ; Joséphine née en 1827 ; Célestine Apolline née en 184011.

Pierre Marie et Sophie vivent quelques années en union libre, et leurs deux premiers enfants naissent avant leur mariage.

Ils ont trois enfants, une fille, et deux fils qui sont déclarants lors du décès de leur mère, en 1888. Alphonse Antonin habite alors 18 rue Flatters, et Philibert 80 rue Claude Bernard à l’adresse de sa mère.

Antonin Alphonse ANDRÉ, artiste graveur, naît à Paris (3e arrdt) le 20 décembre 1848. Il épouse, le 30 août 1878, Jenny Étiennette LEPIN, une jeune fille originaire du village de naissance de son père. Lors de leur mariage, au Bois-d’Oingt, César DALY qui a alors 67 ans, fait le voyage pour être premier témoin12.

Eulalie Sophie ANDRÉ naît, le 20 janvier 1852 à Paris (2e arrdt ancien)13.

Louis Philibert naît le 12 décembre 185514. En 1888, il est employé en librairie et demeure 80 rue Claude Bernard.

Pierre Marie ANDRÉ décède le 9 juin 1899, 12 rue du Sommerard (5e arrdt)15.

 

Profession(s) :

En 1851, il est homme de lettres, publiciste, copropriétaire et co-gérant du journal Le vote universel.

En 1861, selon le Registre dit des inscriptions de la BAI-III, il est employé16.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture17.

En 1871, durant les événements de la Commune de Paris, il se dit voyageur de commerce.

Entre 1870 et 1899, il est libraire éditeur.

Adresses connues :

En 1851, il demeure 67 rue Montmartre18, et travaille 3 rue Jean-Jacques Rousseau, adresse des bureaux de son journal19.

Entre 1861 et 1866, lors de son inscription à la BAI-III, son adhésion à la société de crédit au travail, puis son élection à la BAI-V, il demeure 240 rue Saint-Jacques.

Entre 1869 et 1879, 80 rue des Feuillantines20.

De 1870 à 1885, l’adresse de la nouvelle société qu’il vient de créer, DUCHER et Cie, se trouve 6 rue de la Sorbonne ; puis est créée en 1885 la société André, Daly fils et Cie, 51 rue des Écoles.

En 1888, lors du décès de Sophie, il demeure 80 rue Claude Bernard21, et lors de son décès, en 1899, 12 rue Du Sommerard (5e arrdt).

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique22

Non identifiés.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1848, il fait partie des délégués spéciaux du Club des clubs, qui fédère une centaine de clubs23.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Il fait partie de la Société de crédit au travail, dont il est en 1863 le 235e inscrit, juste après César Daly24 ; en 1868-1869, il est membre de la commission d’initiative de « L’épargne immobilière », société coopérative civile cogérée par COHADON25.

Adhésion à la Société Franklin : il est souscripteur en 1866. Il se déclare alors architecte26. Lors de la 3e séance publique qui a lieu au Conservatoire le 14 février 1869, Il reçoit une médaille en tant que vice-président de la BAI-V27.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Relations amicales et réseaux : il fait partie des membres de la BAI-III fondateurs de la BAI-V et de leurs soutiens 28 : Joseph Jacques LACROUX [voir fiche LACROUX], au mariage duquel il est témoin en 1879, et qui fait aussi partie de la commission d’initiative de L’épargne immobilière ; l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX (lecteur n° 147), domicilié à la même adresse qu’André, 240 rue Saint-Jacques ; César Daly [voir fiche DALY] témoin en 1878 au mariage de son fils, avec qui il s’inscrit à la Société du crédit au travail en 1863 ; les libraires éditeurs de César Daly, Auguste MOREL, lecteur n° 145 et Edouard DUCHER, lecteur n° 240, tous deux donateurs à la BAI-V.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Sophie DUBOIS, son épouse, est donatrice de livres à la BAI-V en 1865, sous le nom de Sophie ANDRÉ. Elle est accompagnée en 1866 d’une autre donatrice nommée ANDRÉ, qui pourrait être une sœur de Pierre Marie André, habitant au Bois-d’Oingt, ou bien sa mère Jeanne Louis.

Il représente la BAI-V avec LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], GIRARD [voir billets et fiche GIRARD], BOURGOIN, le 27/11/1869 lors d’une réunion chez le comte SERURIER, pour discuter d’un projet de fédération des bibliothèques populaires29.

D’autres membres de BAI font partie, comme lui, de la Société du crédit au travail, dont  : COHADON (BAI-V) ; CORBON (BAI-XIV ET XV ) ; DELBROUCK (BAI-III et Vernon) [voir fiche DELBROUCK] ; FONTAINE, lecteur n° 12 à la BAI-III [voir fiche FONTAINE] ; LENEVEUX (BAI-XIV) ; LIMOUSIN (BAI-XIV) ; NADAUD (BAI-XIV).

Le 4 novembre 187730, au lendemain des élections législatives remportées par les républicains, une bibliothèque populaire est fondée au Bois-d’Oingt. Pierre Marie ANDRÉ a conservé un lien étroit tout au long de sa vie avec sa bourgade natale, et l’on constate que plusieurs membres fondateurs de la bibliothèque font partie de sa famille ou de connaissances, souvent anciennes. Il a donc vraisemblablement joué un rôle dans sa création.

Ainsi, son fils Louis Philibert est en nourrice chez son beau-frère Barthélémy ROUSSET en 1861, comme cela se fait beaucoup31, son fils Antonin Alphonse épouse une jeune fille originaire du village en 1878, et Pierre Marie André lui-même est témoin au mariage de Claude Marie LEPIN frère de sa belle-fille Jenny, et de Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, en 188432.

Le président de la bibliothèque , Jean Antoine GIRAUD, ancien huissier, est son beau-frère. Il est témoin en 1878 au mariage de son fils Antonin Alphonse. On apprend en 1884, lors d’une souscription pour un monument à Gambetta, qu’il est président du cercle démocratique du canton de Bois-d’Oingt,33.

Le vice-président, le médecin Émile René GONNET, lors de sa naissance en 1833, a eu Philibert Marie, père de Pierre Marie ANDRÉ pour déclarant34. Il s’agit donc d’un ami de la famille, et il est plaisant de remarquer que la propriété donnée à la ville du Bois-d’Oingt par Louis Pichat, qui abrite actuellement le fonds de la bibliothèque, a été construite dans les années 1860 par monsieur Gonnet35.

Le sous-bibliothécaire, Joseph Marie MANGON, plâtrier, 33 ans, est un petit cousin de Pierre Marie ANDRÉ36. En 1883, Joseph Marie Mangon représente Le Bois-d’Oingt au congrès tenu à L’Arbresle par 600 délégués de la démocratie du Rhône, où il ouvre les débats37.

Le trésorier, Jean Baptiste Antoine PAPILLON38, est le notaire successeur de maître ROUSSET, beau-frère de Pierre Marie André. Il est nommé en 1879 suppléant du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt avec Antoine Giraud39. Dans un rapport présenté le 21 septembre 1879, il donne une définition de la bibliothèque populaire qui rappelle le « but moral et élevé » qu’assigne Pierre Marie ANDRÉ à ce genre d’institution : « les uns ont créé des sociétés militaires ayant pour but de familiariser les Français jeunes ou vieux au maniement des armes. D’autres ont voulu accoutumer nos nationaux aux marches et fatigues, ils ont établi des sociétés de gymnastique, de tourisme, d’études militaires. D’autres ont voulu démocratiser l’instruction et, par des conférences ou autrement ont inculqué à la nation laborieuse le peu de science qu’ils possédaient… Mais les fondateurs de cette bibliothèque avaient un but patriotique. L’idée était féconde, profitable, et réalisait dans une certaine proportion une idée bien ancienne : l’instruction générale et économique. Les sociétaires sont des révolutionnaires pacifiques car ils peuvent arriver à changer ou détourner les idées des oisifs et des inutiles ».

Éléments biographiques complémentaires :

Issu d’un milieu aisé provincial, seul membre de sa famille à « monter » à Paris, il s’y trouve très engagé dans le mouvement quarante-huitard.

Sa rencontre avec César DALY [voir fiche DALY] est déterminante pour lui. On ne sait pas à quelle époque elle a pu avoir lieu. Tous les deux ont été publicistes et ont milité dans les clubs de 1848, ont participé à la création de la BAI-III en 1861, et s’inscrivent ensemble en 1863 à la Société du crédit au travail.

En 1851, à 25 ans, il est rédacteur, puis cogérant et copropriétaire du quotidien Le vote universel40 dirigé par Jacques BRIVES (1800-1889)41. Le gérant précédent, Jean-Joseph VIÉ, et le rédacteur Maurice TREILLARD42, originaire du Rhône comme ANDRÉ, viennent d’être condamnés à 3 mois de prison et 500 francs d’amende pour un article sur les prisons de Belle-Île et de Mazas43.

Le vote universel remplace le quotidien républicain La Réforme, créé en 1843 par LEDRU-ROLLIN et interdit en 1850. Il ne paraît que du 14 novembre 1850 au 28 février 1851. En effet, le 20 février 1851, ANDRÉ est lui aussi condamné, comme gérant du Vote universel, à un an de prison et à 8 000 francs d’amende, pour la publication d’un texte de Charles-Nicolas-Joseph ROBIN intitulé « Aux Paysans. Études politiques et sociales ». Cet article est estimé être une excitation à la haine des citoyens les uns contre les autres et au trouble à l’ordre public. ROBIN est condamné à six mois de prison et à 1 000 francs d’amende44. La suppression et la destruction des numéros saisis le 20 février 1851 est ordonnée, et la publication du journal est interrompue pendant un mois. Il ne reparaît pas45.

On ne sait rien de lui durant les dix premières années de l’Empire. Charles Robin raconte dans Les confessions d’un journaliste : « un régime des plus rigoureux pour la presse réduisit au silence les écrivains qui ne voulurent pas se rallier.[…]Tout ce qui avait tenu une plume démocratique fut dispersé. Les uns furent exilés ou s’exilèrent, les autres entrèrent dans l’industrie ».

En 1861, il est parmi les premiers lecteurs inscrits à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la fondation de la BAI-V, dont il est vice-président de 1866 à 1868. On peut ainsi lire ses interventions dans les comptes-rendus des conseils d’administration : il déplore en 1866 que le nombre d’œuvres d’économie politique empruntées diminue. Il remarque que la BAI-V est « trop peu fréquentée par les ouvriers, pourtant nombreux dans le quartier46”, qu’il y a « des femmes en bonne proportion », et qu’elles lisent plus que les hommes47. Elles lisent surtout des romans, « mais l’important est que le goût de la lecture se développe48». Il donne une définition de ce que doit être pour lui une bibliothèque populaire, un établissement utilitaire, un complément d’instruction : « contrairement à un simple cabinet de lecture que le lecteur quitte et reprend au gré de sa convenance et de sa fantaisie, […] [une bibliothèque populaire] est l’œuvre de tous… [elle] n’est pas œuvre de spéculation ; elle a un but moral et élevé, et ceux-là se trompent qui viennent y chercher le roman du jour et lui seulement […] Mais ceux qui sont désireux, au contraire, d’élever leurs esprit, de développer leur intelligence par des lectures plus sérieuses, quoique intéressantes, amusantes même, il n’en manque pas, que ceux-là viennent à nous […]. Qu’ils viennent, qu’ils nous étudient, qu’ils nous comprennent et qu’ils nous aident ensuite, chacun dans son cercle, à faire de la propagande […]. Nous arriverons alors et rapidement, à un chiffre de souscripteurs qui nous permettra de tenir la Bibliothèque au courant des nouvelles les plus intéressantes, et de réaliser ainsi plus complètement notre programme49».

En 1866, il travaille avec César Daly. Le 1er mai, il fait partie de l’équipe réunie pour créer le mensuel Croquis d’architecture, Intime-Club50, et se présente d’ailleurs comme architecte dans le Bulletin de la société Franklin.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (RGA) (1840-1890) fondée par César Daly. Il exprime son admiration pour le « travail d’une importance exceptionnelle, avec un caractère propre à attirer l’attention immédiate du lecteur », au sujet d’un grand article théorique de César Daly intitulé « De l’architecture de l’Avenir ; à propos de la Renaissance… » qui se conclut ainsi : « Nous terminons cette trop rapide esquisse en exprimant notre conviction réfléchie et profonde, que la Liberté et l’Autorité consentie, la Paix et le Travail productif, ainsi que la Solidarité et l’Indépendance des nations auront leur symbole artistique dans l’évolution sociale qui se prépare, comme l’Autorité oppressive, la Guerre, la Misère des masses, ainsi que la Servitude & l’Isolement des peuples, ont eu le leur dans l’évolution sociale qui expire 51».

En 1871, pendant la Commune, il est commandant au 119e bataillon de la garde nationale, bataillon du 5e arrondissement composé d’hommes très déterminés selon le journal Le Vengeur, du 12 mai 1871, et auquel appartient Élisée RECLUS. Le bataillon, qui avait programmé un grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion place du Panthéon le jeudi 25 mai52 , défend les forts de la rive gauche le 22 mai contre les troupes versaillaises, qui entrent dans Paris53. Pierre Marie ANDRÉ est inquiété par la justice de Versailles. Il se dit voyageur de commerce, et il ne semble pas être poursuivi54. Son nom figure cependant avec celui de PUZENAT – est-ce Jean Puzenat 55? – sur une liste « d’individus qui se sont réfugiés en Suisse à la suite de l’insurrection de 1871 ». Il avait quitté la Suisse à la date du 1er janvier 1873 selon les archives d’État de Genève56.

Il se trouve en tout cas à Paris le 1er juillet 1871. En effet, à la clôture du contrat de 10 ans signé entre César Daly et les éditions Morel et Cie pour l’édition de la RGA (1860-1870), César Daly réclame à la veuve d’Auguste Jean MOREL, décédé en 1869, des droits de propriété importants57, et Édouard Ducher, ancien directeur des éditions Morel crée le 1er juillet 1871, en association avec Pierre Marie ANDRÉ, une société en nom collectif et en commandite, la société Ducher et Cie « ayant pour objet la librairie spéciale d’architecture et des travaux publics, et toutes les opérations accessoires »58. « La durée de la Société est de quinze années, qui ont commencé à courir à partir du premier mars mil huit cent soixante-dix », c’est-à-dire avant la chute de l’Empire. Le siège social de cette société est à Paris, 6 rue de la Sorbonne, adresse qu’il donne lorsqu’il est inquiété en 1871. La RGA qui avait cessé de paraître en 1870 reprend dès juillet 1871. Il y signe un article en 1872, dans lequel il écrit : « M. César Daly a sauvé par le dessin plus d’un précieux souvenir du vieux Paris démoli sous l’Empire, de même aussi, la Revue contribuera à arracher de l’oubli des œuvres modernes dignes d’éloge et que déjà les flammes de la guerre civile ont rendues historiques, en les détruisant 59 ».

En 1885, à l’échéance des 15 ans de vie de la Société Ducher et Cie stipulés en juillet 1871, mais aussi au terme de « conflits juridiques »,  celle-ci est liquidée. Ses héritiers et successeurs sont la maison André, Daly fils et Cie, dans laquelle ANDRÉ reste gérant, Victor Daly fils remplace Ducher, et Marcel Daly devient sous-directeur d’un nouvel hebdomadaire intitulé la Semaine des constructeurs60. Enfin, en 1893 – est-ce pour cause d’endettement ?,  Pierre Marie ANDRÉ et Victor Daly vendent la société André, Daly fils et Compagnie à Mme Louise-Henriette Dallier61. Charles Schmid reprend vers 1900 la Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils & Cie, rachetée ensuite par les éditions Massin62.     

 

Écrits de la personne : CRBAI-V, 1867-1868.

Sources :

CRBAI-III 

 CRBAI-V

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

COLL84 : Actes du colloque de 1984

COLL14 : Actes du colloque de 2014

MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

 

Auteure principale de la fiche : Geneviève Deblock

Nous remercions chaleureusement Angélique Bouchet-Merle (secrétaire de la mairie du Bois-d’Oingt)  qui a travaillé à la généalogie des ANDRÉ et  Marie France Rochard (conservateur des bibliothèques à la retraite qui dans le cadre de l’Association « Bien vivre au Bois-d’Oingt et en Pays Beaujolais » fait revivre avec des bénévoles la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt – voir ici). Elles nous ont permis de confirmer le lien étroit  entre Pierre ANDRÉ et la création de la bibliothèque du Bois-d’Oingt et d’étoffer ainsi cette fiche en novembre 2021.

Fiche publiée le 9 octobre 2021 ; modifiée le 3 novembre 2021.

 

 

Liste des souscripteurs, 1850, Le vote universel, BnF. Cliché G. Deblock.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André," in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105.

  1. AD69. Pierre André, actes de naissance, Bois-d’Oingt, 1826. []
  2. AD69. Philibert Marie André, Acte de naissance le 3 mai 1795 à Tarare (Rhône), acte de décès le 15 juin 1842 au Bois d’Oingt (Rhône). []
  3. AD69. Jeanne Louis, acte de naissance le 24 septembre 1803 au Bois-d’Oingt. acte de mariage le 8 février 1824 au Bois-d’Oingt avec Philibert Marie ; acte de décès le 19 juin 1870, le Bois-d’Oingt. []
  4. AD69. Le Bois d’Oingt : naissances 1821-1832 ; naissances 1833-1842 ; décès ,1823-1832 : Catherine Claudine (19/11/1824-1825) ; Claudine Joséphine (08/10/1829-16/10/1829) ; Claude François (19/08/1833-19/08/1833) ; Joseph Catherine (26/01/1836-07/02/1836) ; Catherine Pierrette (02/04/1838-21/11/1838). []
  5. AD69. Nicolas Thérèse, acte de naissance le 5 novembre 1827 au Bois-d’Oingt, acte de décès le 6 mars 1897 à Lyon. Il est célibataire. []
  6. AD69. Antoinette Camille André et Rousset Barthelemy, Bancs. Mariages. 1856. []
  7. AD69. Acte de mariage de Marguerite André et Jean Antoine Giraud.1856. []
  8. AD69. Recensement,1872. Foyer de Barthélémy Rousset, son épouse Antoinette André, et sa belle-sœur Euphrémie André, Le Bois-d’Oingt. []
  9. ADP. Pierre André et Marie Sophie Dubois, acte de mariage, 1853. []
  10. AD88. Sophie Dubois, acte de naissance le 10/08/1824 à Bains-les-Bains (Vosges), de Antoine, bourrelier, et de Marie Louise SOUVAIS, couturière en linge ; ADP, acte de décès, Sophie Dubois, 1888. []
  11. AD88. Dubois, Auguste, né le 16/05/1822 ; Augustine, née le 05.08.1826 ; Joséphine née le 27/12/1827 ; Célestine Apolline née le 05/10/1840. []
  12. AD69. Acte de mariage en 1878, d’Alphonse Antonin ANDRÉ demeurant chez ses parents à Paris, 80 rue des Feuillantines, avec Jenny Étiennette LEPIN, née à Bois d’Oingt le 28 /05/1856, où elle demeure avec ses parents Claude LEPIN propriétaire agriculteur et Louise ANDRILLAT. Témoins : César DALY, 66 ans, architecte, Louis ANDRILLAT, 73 ans, aïeul, et deux oncles de l’époux, Antoine GIRAUD, 49 ans, et Nicolas ANDRÉ, 50 ans, fabricant de tapis, demeurant à Lyon, rue de la Sparterie. []
  13. ADP. Eulalie Sophie ANDRÉ, 1852. Naissances. []
  14. ADP. Louis Philibert, acte de naissance, 1855. []
  15. ADP. Pierre André, acte de décès, 1899. Les déclarants sont Édouard MARTEAU, 45 ans, négociant demeurant 11 place du Panthéon, et Henri ALLARDEL, 32 ans, employé demeurant 1 passage Joinville, 10e arrdt. []
  16. Registre dit des inscriptions de la BAI-III, 1861. []
  17. Le Rappel, 17 août 1869. []
  18. Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  19. Le vote universel, BnF, MICR D-1071 ; Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848... / par Alphonse Lucas, 1851, p. 66 . Selon Alphonse Lucas, l’adresse du journal serait 2 rue Thevenot. []
  20. AD69. Acte de mariage de Claude Marie LEPIN, frère de Jenny, sa belle-fille et Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, le 19/10/1884 : THOMAS-LEPIN. Mariage.1884. []
  21. La rue des Feuillantines ayant été remaniée et renommée rue Claude-Bernard en 1881, il s’agit vraisemblablement de la même adresse que celle de la rue des Feuillantines. []
  22. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  23. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, 1851, op. cit., p. 66 ; Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  24. Jean-Pierre BÉLUZE. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868, premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr [en ligne]. []
  25. Le Rappel, 17 août 1869. []
  26. Voir le Bulletin de la Société Franklin. []
  27. Le Moniteur universel, 21 février 1869. []
  28. Il est vice-président de la BAI-V en 1866-68, donateur de livres en 1865 (ainsi que son épouse) et 1866. En 1866, il présente le bilan financier des années 1864 et 1865. []
  29. CR BAI-III, 1871. []
  30. Voir sur ce carnet :« Une troisième bibliothèque populaire revit au Bois-d’Oingt (Rhône) » ; et voir Martine Deroy et N’Drin Dougrou, La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt (Rhône), Mémoire présenté à l’Ecole nationale supérieurs de bibliothécaires sous la direction de Pierre Gras, 1979. []
  31. AD69. Recensement 1861, Le Bois-d’Oingt. []
  32. AD69. Acte de mariage, 1884, op.cit. []
  33. Voir le journal Paris, du 21 février 1884. []
  34. AD69, acte de naissance du 12 novembre 1833 acte ; acte de mariage du 3 décembre 1867 à Paris, avec Henriette Joséphine Peignaud, et consentement de son père passé devant maître ROUSSET, notaire. []
  35. selon la Coordination des associations du Beaujolais. []
  36. Petit-fils de Thérèse LOUIS, sœur de Jeanne LOUIS, voir l’arbre généalogique de Thérèse LOUIS sur Geneanet, ainsi que son acte de mariage avec Joseph Marie DEVAY, AD69 du 05/05/1824, dans lequel ont signé comme témoins le beau-père de sa sœur Claude-François ANDRÉ, huissier royal, et son beau-frère Philibert Marie ANDRÉ, géomètre. []
  37. Voir La Vérité du 13 juin 1883, journal républicain, proche des idées communardes, fondé en 1870 par Édouard Portalis. []
  38. Voir AD69, acte de mariage le 18 octobre 1880 à Écully, Rhône, avec Marie BELUZE. []
  39. Voir le Journal officiel du 9 mai 1879 : sont nommés « suppléants du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt, MM. PAPILLON, notaire et GIRAUD ancien huissier, en remplacement de MM. DUPLAT et LAVERRIERE, MARDUEL » []
  40. Le Droit, 1 février 1851 ; Le vote universel, BnF, MICR D-1071 []
  41. Voir le MAITRON en ligne. []
  42. Voir le MAITRON en ligne. []
  43. Le Droit, 29 décembre 1850 ; Le Moniteur universel, 14 janvier 1851. []
  44. Voir Charles Robin, Les confessions d’un journaliste , p. 107 et suivantes. []
  45. Le Droit, 27/02/1851. []
  46. CRBAI-V, 1867, p. 9-10 ; COLL84. []
  47. CRBAI-V, 1868, p. 11. []
  48. CRBAI-V, 1867, p. 9. []
  49. CRBAI-V 1868, p. 11. []
  50. Marc Saboya, op. cit , p. 114. []
  51. RGA, XXVII, 1869, col. 10, note ; col. 70. []
  52. [Commune de Paris. Fédération de la garde nationale. Mairie du Panthéon-5e arrondissement. Affiche], Grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion, Paris, 1871. []
  53. Paris insurgé : histoire illustrée des événements accomplis du 18 mars au 28 mai 1871 : pièces et documents recueillis au jour le jour / classés, coordonnés et annotés par A. de Balathier-Bargelonne , Paris, 1872, p. 64, 248, 254. []
  54. Voir Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : André, Pierre Marie Anne, voyageur de commerce. Adresse : Paris, 6 Rue de la Sorbonne. Garde national, commandant au bataillon n° 119. []
  55. MAITRON. []
  56. Voir : APPO., B a/431, pièces 786 à 791 ; MAITRON. []
  57. Béatrice Bouvier, l’édition d’architecture à Paris au XIXe siècle. Les maisons Bance et Morel et la presse architecturale, Genève, Droz, 2004, p. 46-49. []
  58. « Société en nom collectif et en commandite DUCHER et Cie […] entre M. Édouard-Charles DUCHER, libraire, demeurant à Paris, rue Saint-Lazare, numéro 107 d’une part ; M. Pierre-Marie ANDRÉ, employé, demeurant à Paris, rue des Feuillantines, numéro 80, d’autre part; tous deux gérants de ladite Société, et un commanditaire dénommé en l’acte », Le Droit, 09/07/1871 ; Voir aussi  : RGA XVIII, 1871, p. 99. []
  59. P. André, RGA, XXIX, 1872, coll. 21-22 : Mairie du IVe arrondissement de Paris. []
  60. Voir : RGA XLII, 1885, col. 97. []
  61. MM. Pierre Marie ANDRÉ et Victor DALY, libraires-éditeurs, demeurant à Paris, rue des Écoles, 51, associés en nom collectif sous la raison et la signature sociales : André, Daly fils et Compagnie pour l’exploitation d’un fonds de commerce de libraire éditeur, dont le siége est à Paris, rue des Ecoles, n° 51, ont vendu à Mme Louise-Henriette DALLIER, propriétaire, demeurant à Dourdan, veuve en premières noces non remariée de M. Félix Jules LAJOTTE, La Loi, 13/05/1893. []
  62. Voir :  article « Editions Massin », Wikipédia ;  Gélis-Didot Pierre, La Peinture décorative en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris,Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils et Cie, Ch. Schmid, 51, rue des Écoles, s.d. []