Archives par mot-clé : lecture

Elena Ferrante et la « biblioteca circolante » (bibliothèques populaires napolitaines)

La mystérieuse Elena Ferrante lève peut-être le voile sur ses premières rencontres avec la lecture et les bibliothèques dans les années 1950. Dans L’amica geniale, deux petites filles des quartiers pauvres napolitains, Elena et Lila, découvrent le plaisir de la lecture grâce aux conseils de leur maîtresse d’école, Mme Oliviero. Frustrées de ne pouvoir posséder un livre, elles emploient leur premier pécule à acheter Les Quatre filles du docteur March.

A peine devenues propriétaires du livre, nous commençâmes à nous retrouver dans la cour pour le lire, soit silencieusement, l’une à côté de l’autre, soit à voix haute. Nous le lûmes pendant des mois, tellement de fois qu’il en devint un torchon : il partait en lambeaux et perdit son dos, on pouvait en tirer des fils et en détacher les cahiers. Mais c’était notre livre, et nous l’aimions beaucoup. C’est moi qui en étais la gardienne et je le conservais à la maison au milieu de mes manuels scolaires, parce que Lila ne se voyait pas le garder chez elle. Son père, ces derniers temps, s’énervait rien qu’en la surprenant à lire.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 81. Traduction d’Elsa Damien.

Si Elena obtient, grâce au combat de Madame Oliviero, la permission d’aller au collège, Lila, une jeune fille brillante, travaille bientôt à la cordonnerie familiale. Un dimanche, à la sortie de la messe, Elena suit en cachette Lila qui vient d’entrer dans l’école de leur enfance… Le rythme de la langue italienne transmet parfaitement l’émerveillement des sens dans une bibliothèque, et le plaisir qu’on éprouve lors du choix librement consenti des ouvrages :

Non ero mai più entrata nella mia vecchia scuola e provai una forte emozione d’agio, un senso di me che non avero più. Infilai l’unica porta aperta al pianterreno. C’era una sala ampla, illuminata dai neon, le pareti erano coperte di scaffali carichi di vecchi libri. Contai una decina di adulti, numerosi bambini e ragazzini. Prendevano volumi, li sfogliavano, li rimettevano a posto, ne sceglievano uno. Poi si mettavano in fila davanti a una scrivania oltre la quale era seduto un vecchio nemico della maestra Oliviero, il maestro Ferraro, magro, con capelli grigi tagliati a spazzola. Ferraro esaminava il testo prescelto, segnava qualcosa nel registro e le persone se ne uscivano con uno o più libri.

Elena Ferrante, L’amica geniale, edizioni e/o, 2011

Je n’étais jamais retournée dans mon ancienne école et en éprouvai une forte émotion, je reconnus son odeur qui m’apporta une sensation de bien-être, faisant resurgir une part de moi que j’avais perdue. Je franchis la seule porte ouvert du rez-de-chaussée. C’était une vaste pièce éclairée au néon, dont les murs étaient couverts d’étagères remplies de vieux livres. Je comptai une dizaine d’adultes et de nombreux enfants, petits et grands. Ils prenaient des volumes, les feuilletaient, les remettaient à leur place et en choisissaient un. Puis ils se mettaient en file indienne devant un bureau où était assis un vieil ennemi de Mme Oliviero, M. Ferraro, maigre et les cheveux gris coupés en brosse. M. Ferraro examinait le texte sélectionné, inscrivait quelque chose dans un registre et les personnes sortaient avec un ou plusieurs livres.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 125. Traduction d’Elsa Damien.

Elena vient de découvrir la « Biblioteca circolante » à laquelle elle s’inscrit à son tour. Quelques mois plus tard, elle reçoit par la poste une invitation à venir à la bibliothèque le prochain dimanche. Elle découvre alors que l’instituteur a convié ses collègues et le curé de la paroisse à une petite fête récompensant les lecteurs les plus assidus par la remise d’un ouvrage. A la surprise générale, les quatre premiers primés sont absents. Ce sont tous des membres de la famille Cerullo, la famille de Lila, cette dernière ayant inventé d’emprunter en leur nom le plus de livres possible afin de satisfaire sa boulimie de lecture!  Pasquale, un jeune apprenti, voyant Elena repartir avec les ouvrages censés récompenser la famille Cerullo, s’en amuse :

Pasquale me dit en dialecte des trucs qui me firent rire de plus en plus fort : Rino s’abîmait les yeux sur les livres, Fernando le cordonnier ne dormait pas de la nuit tant il lisait et Mme Nunzia bouquinait debout près de ses fourneaux pendant qu’elle faisait cuire les pâtes aux pommes de terre, un roman dans une main et la louche dans l’autre.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. Folio, n° 6052, 2015, page 153. Traduction d’Elsa Damien.

La « biblioteca populare » ou « biblioteca circolante » est née dans les années 1860 en Italie. Fascinés par la naissance des bibliothèques populaires françaises, des intellectuels italiens font le voyage et viennent observer le fonctionnement de ces lieux en France, comme en témoigne le Bulletin de la Société Franklin du 27 septembre 1870. Les bibliothèques populaires italiennes vont rapidement essaimer, et comme en France, nourrir la naissance de la lecture publique. Certaines d’entre elles n’ont pas survécu à la période fasciste pendant laquelle elles furent subordonnées à la politique du gouvernement. En France, le terme de « bibliothèque circulante » a été plus rapidement abandonné, car ne correspondant pas aux réalités du terrain: l’idée initiale, qui était de faire « circuler » les ouvrages d’une bibliothèque populaire à une autre, s’est en effet alors avérée trop compliquée faute de transports.

La ville napolitaine semble avoir gardé une belle tradition autour des bibliothèques populaires. Après Lila et Elena qui dans les années 1950 peuvent y emprunter tantôt des romans tantôt des grammaires grecques, le 2 mars 2016 une « biblioteca populare » va être inaugurée à Naples!

 

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []

« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)

     Dans les années 1860, l’évidence est là : on n’empêchera pas le peuple de lire. Mais d’aucuns espèrent encore que les lectures populaires peuvent être canalisées, dirigées. Et que les bibliothèques populaires se mettront précisément au service des « bonnes lectures »… C’est sans compter l’entêtement dudit « peuple » qui compte accéder à tous les livres, aidé par des  esprits éclairés que les « mauvaises lectures » n’effraient pas.  Il faut se plonger dans le récit des polémiques autour des fonds des bibliothèques populaires pour réaliser combien l’emprunt d’un livre, geste banal aujourd’hui en France (une inscription sur une fiche il y a peu encore ; un « bip » de « douchette » aujourd’hui ; un « clic » pour une lecture en ligne…), pouvait être lourd de sens  au XIXe siècle. L’emprunt d’un roman de George Sand, d’un texte de Voltaire, n’était pas anodin. Les intentions prêtées aux auteurs étaient redoublées par le fait de lire chez soi, librement, à l’abri des regards et des conseils. En 1893, un certain « A.Z. » dénonce encore, en se retranchant derrière les propos de Léon Bigot dans Le Siècle, « des collections de mauvais livres » :

Il a trouvé entre les mains d’un gamin de quinze ans un volume des Confessions de Jean-Jacques Rousseau provenant d’une bibliothèque populaire. « J’affirme dit-il, que ce petit ouvrier, qui n’avait reçu qu’une instruction primaire fort ordinaire, ne pouvait retenir que le mauvais de l’ouvrage et qu’il était incapable d’en saisir l’esprit. » Au moins, on n’accusera pas M. Bigot d’être trop hardi dans ses affirmations. Car l’enfant aurait pu recevoir une instruction d’un degré supérieur; encore eût-il été fort empêché pour apercevoir le bon de l’ouvrage et pour y découvrir aucune partie édifiante et moralisatrice.

Autre exemple. Une fillette comptant, elle aussi, environ quinze printemps, vient demander des livres. On lui présente le catalogue. Elle choisit Madame Bovary et le Demi-Monde. Il faut avouer que ce fut jouer de malheur. Mais sans doute le titre de Madame Bovary la séduisit, et elle pensa que, pour une jeune fille, il n’est lecture plus utile ni d’ailleurs  plus convenable que celle d’un livre dont le principal personnage est une femme. Et, justement soucieuse de connaître le monde, elle crut qu’il y avait lieu de passer d’abord par le Demi-Monde pour une première étape et afin de s’initier progressivement. Ces deux volumes sous le bras, l’enfant s’en alla confiante. « Ce sont deux ouvrages très intéressants, » lui avait déclaré le bibliothécaire naïf ou facétieux1 .

La plus connue des polémiques concerne les bibliothèques populaires de Saint-Étienne. Il faut dire qu’elle a tous les ingrédients d’un bon feuilleton : pétition, articles dans les journaux, débat au Sénat, provocation en duel… Ici et là, d’autres disputes éclatent autour des fonds des bibliothèques populaires. Moins médiatisées, elles n’en sont pas moins intéressantes quant aux crispations autour des lectures du « peuple »…

Commençons donc par l’épopée de Saint-Étienne, bien connue grâce aux recherches menées par R. Bellet2 . En février 1867, une pétition est menée contre deux nouvelles bibliothèques. Journaux locaux (Le Mémorial, Le Progrès de Lyon), et nationaux (Le Siècle, L’Opinion nationale…) s’en mêlent tandis que les autorités doivent vérifier que les ouvrages incriminés ont bien été autorisés. Une brochure lance un  Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne ». Elle dénonce  « le péril » constitué par deux nouvelles bibliothèques dont les rayons sont :

remplis, en majeure partie, des publications malsaines, anti-sociales et anti-chrétiennes, de ces écrivains que l’on a appelés à bon droit des malfaiteurs intellectuels.
Les quelques ouvrages excellents qu’elles renferment semblent égarés et fourvoyés en compagnie de Voltaire, Rousseau, Enfantin, Lamennais, Lanfrey, Larroque, Fourier, Considérant, Proudhon, Allan-Kardec, Taine, Pelletan, Georges Sand, Eugène Sue, Michelet, Renan, Pezzani, Gagneur, Reynaud, Boucher, abbé ***, Rabelais, Jenny d’Héricourt, Louis Blanc, Balzac, etc., etc.

Après avoir passé en revue les dangers des textes de Proudhon, Louis Blanc etc., la brochure s’attaque à un ennemi encore plus dangereux, le roman :

Le roman des Bibliothèques populaires de Saint-Étienne est philosophique ; il développe une thèse. Immoral, sceptique, sophistique, panthéiste, humanitaire, anti-religieux et anti-social, il semble n’avoir d’autre but que d’amener la confusion du bien et du mal. Il n’existe pas une manière plus commode de soumettre au public sa pensée, qu’en choisissant cette forme. Les gros livres et les traités spéciaux ennuient ; tout le monde lit le roman.

Rousseau et trois des plus dangereux romanciers de notre époque, Mme Georges Sand, Eugène Sue et Balzac, qui ont quelques-uns de leurs ouvrages dans les Bibliothèques populaires, justifient amplement mon assertion.

 L’affaire est portée devant le Sénat par le sénateur Victor Suin qui dépose la pétition « signée par les citoyens les plus recommandables de Saint-Étienne ». C’est alors qu’intervient Sainte-Beuve, lequel après avoir tourné en dérision les mises à l’index des pétitionnaires et leur avoir rappelé avec humour que l’empereur est par exemple ami de George Sand, les appelle à la raison :

 Encore un coup, messieurs, n’entrez point dans cette voie : ne sonnez point le tocsin pour si peu. On veut de nos jours que tout le monde sache lire. M. le ministre de l’instruction publique y pousse de toutes ses forces, et je l’en loue. Mais est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple, ses lectures, lui mesurer ses bouchées, lui dire : Tu liras ceci et lu ne liras pas cela ? Mais une telle défense, de votre part, mettrait un attrait de plus et comme une prime à tous les livres que vous interdiriez.

Défenseurs de l’ordre social, laissez-moi, laissez quelqu’un qui a vécu longtemps en dehors de votre sphère vous le dire en toute franchise : c’est une étrange erreur, c’est une faute que de partager ainsi le monde politique ou littéraire en bons et en méchants, de ranger et d’aligner ainsi tous ses ennemis, ceux qu’on qualifie tels et qui souvent ne le sont pas ; qui réclament l’un une réforme, l’autre une autre ; qui n’attaquent pas tout indistinctement ; qui demandent souvent des choses justes au fond et légitimes, et qui seront admises dans un temps plus ou moins prochain. Prenez-y garde ! ces calomniés de la veille deviennent les honnêtes gens du lendemain et ceux que la société porte le plus haut et préconise. (Légers murmures.) Malheur alors à qui les a persécutés ou honnis ! Agir à leur égard de la sorte, les associer et les accoler à d’indignes voisins pour les confondre dans un même anathème, c’est se faire tort, c’est se préparer de grands mécomptes, et, si le mot était plus noble, je dirais, de grands pieds-de-nez dans l’avenir. (Oh ! oh ! – Chuchotements.) On fera un jour l’histoire de nos opinions, messieurs, et de tout ceci. Il ne faut pas plus d’une de ces grosses méprises pour rendre un nom, d’ailleurs honorable, ridicule à jamais devant toute une postérité.

À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
Source: gallica.bnf.fr

La défense de Sainte-Beuve est efficace puisque les deux bibliothèques peuvent conserver leurs fonds. En revanche, l’affaire passionne la presse encore quelques semaines car le sénateur Lacaze qui s’est senti attaqué personnellement demande à Sainte- Beuve une réparation en duel. Sainte-Beuve s’en tire par  une pirouette en proposant une solution « pacifique », une discussion devant le Sénat.

   Il est d’autres discordes quant aux bibliothèques populaires qui ont fait moins de bruit.  Notons tout d’abord une passe d’armes entre ministres à propos du futur catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay en juin 1866. Cette bibliothèque populaire libre relève du ministre de l’Intérieur qui, peu familier de  l’examen des catalogues, consulte son collègue de l’Instruction publique (habitué aux bibliothèques scolaires) sur  les livres qu’il y aurait lieu d’exclure « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Ce dernier (Victor Duruy) s’exécute mais souligne via une délibération « que si une bibliothèque de cette nature ne peut s’ouvrir qu’en vertu d’une autorisation administrative qu’il appartient au Ministère de l’Intérieur ou au Préfet, en son nom, d’accorder ou de refuser, le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, dans le droit essentiel pour l’autorité publique  d’intervenir  dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public ». Il préconise donc l’exclusion des livres qui n’auraient pas « obtenu l’estampille du colportage », mais de « tolérer des ouvrages qui, par leurs tendances frivoles, n’auraient pas été admis ans les bibliothèques scolaires », et de « faire, au besoin, deux catégories dans les ouvrages conservés pour signaler aux fondateurs de la bibliothèque ceux qui, jugés nuisibles pour certains lecteurs, pourraient cependant être lus sans inconvénients par des lecteurs plus âgés, plus instruits ou moins nombreux. » Enfin, le ministre rappelle que si la Commission permanente statue pour les ouvrages placés dans les bibliothèques scolaires, elle ne peut lire tous les ouvrages placés dans les bibliothèques populaires libres et que par conséquent  » elle se borne, eu égard au temps et aux recherches que réclameraient l’apport et la lecture complète de ces livres, à dégager à leur égard sa responsabilité en plaçant à côté du titre de l’ouvrage le mot inconnu : ces ouvrages cependant seront examinés si S.E. le Ministre de l’Intérieur envoie le volume avec une demande formelle d’examen. » Sa conclusion est donc la suivante:

        Sur l’avis de la Commission émis d’après ces principes, je crois devoir proposer à votre Excellence :

1° de ne prononcer aucune exclusion, prenant acte de la réserve faite par les fondateurs, en ce qui touche le Voltaire complet donné par M. Perdonnet

2° De faire mette à part et réserver pour des lecteurs choisis :

Murger, Le pays latin ;

Maurice Sand, Callirhoé

Littré, Conservation, Révolution et positivisme

3° de noter comme inconnus sauf le cas où votre Excellence m’enverrait ces ouvrages avec demande spéciale d’examen :

Pelletan, Décadence de la monarchie française

Frémy, Comédie du Printemps

Ducasse, Quatorze de dames

Vacquerie, Jean Baudry – de la philosophie de la nature ou traité de la morale pour le genre humain

Laurent Pichat, L’art et les artistes en France

       4° de maintenir au catalogue les autres ouvrages indiqués3 .

Le ministre de l’Intérieur n’a pas insisté davantage. Quant à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay, elle semble n’avoir guère fait de cas de ces précautions si ce n’est la promesse de ranger les ouvrages de Voltaire dans une armoire grillagée. Les ennuis surviennent lorsqu’une partie de la ville, comme à Saint-Étienne en 1867, pense que les livres proposés par une bibliothèque populaire sont potentiellement dangereux pour les esprits. C’est le cas à Oullins en 1868.  Ici encore une pétition circule et le Sénat s’empare de l’affaire. Les arguments ont été affûtés depuis l’affaire de Saint-Étienne pour justifier l’intervention du ministre de l’Intérieur:

M. Genteur. Je dis d’abord que les bibliothèques populaires, libres, non communales, ne ressortissent pas au ministère de l’instruction publique. L’ordonnance de 1839 ne les concerne nullement. Il est évident que les bibliothèques populaires fondées par des associations tombent sous le coup de l’article 291 du Code pénal. Voilà le point de droit constaté. Vous connaissez l’article 291 et les pouvoirs qu’il confère à son Excel. le ministre de l’intérieur.

Ces pouvoirs ont été confirmés et développés pour l’espèce qui nous occupe, par des circulaires publiées sous l’administration de M. le duc de Persigny et de M. Boudot, à propos de la Société de la bibliothèque Franklin dont l’influence s’étend sur toute la France, et à propos de la création d’autres bibliothèques encore.

On exclut des catalogues, qui doivent toujours être soumis à l’autorité, les romans, les livres de polémique religieuse, les livres d’économie politique où se trouvent développées des théories dangereuses4 .

Il s’ensuit alors une véritable mise à l’index de certains ouvrages dénoncés par la pétition qui fait sourire certains sénateurs et en irrite d’autres comme en rend compte l’article:

En vertu de cette règle, le ministre de l’intérieur a été saisi du catalogue de la bibliothèque d’Oullins. M. le ministre en a retranché le roman de la Quintinie.

Une voix. Très bien

M. Genteur. Spiridion, Indiana, Lélia. (Approbation). Il n’a pas retranché les Maîtres mosaïques, qui sont tout ce qu’il y a de plus calme au monde!

Une voix. Pas d’opposition.

M Genteur.– Quant à François le Champi et à la Mare au Diable, ce sont deux chefs-d’œuvre de poésie rurale. (Légère rumeur.) Pour ma part je trouve ces ouvrages aussi innocents que Paul et Virginie. Les trois romans d’Eugène Sue que je nommais tout à l’heure ont été aussi rayés du catalogue.

M. Ferdinand Barrot. -Cela les fera lire par toute la population d’Oullins.

M. Genteur. Tout au moins n’est-ce pas une raison pour renvoyer la pétition à M. le ministre de l’intérieur. Pour les Paysans, de Balzac, rien à dire. Les trois romans de Soulié dont j’ai aussi parlé, ne présentent rien de dangereux. C’est du Walter-Scott un peu plus chaud et traité à la manière française5.

De cette vision duelle des lectures, les bibliothèques populaires resteront marquées. Jusqu’au fantasme parfois.  Ainsi Le Temps révèle en 1875 qu’un don de livres fait par la comtesse de Gasparin a connu un sort étrange. Cette dame a en effet pour habitude d’envoyer  aux bibliothèques populaires les ouvrages sur le protestantisme de son défunt mari, Agénor de Gasparin:

Une personne qui s’intéresse à la propagande des excellents livres de M. le comte de Gasparin avait envoyé à la Bibliothèque populaire de Boussenois (Côte-d’Or) quatorze des volumes parus. Voici la réponse qu’elle a reçue du directeur de cette bibliothèque. C’est un précieux échantillon des aménités ultra-montaines.
« Boussenois, le 10 octobre 1875.
 Madame,  Nous ayons l’honneur de vous accuser réception du volume que vous nous avez envoyé dernièrement et qui a pour titre Les Ecoles du doute et les écoles de la foi. Nous ne saurions trop vous adresser de remerciements à cette occasion. Les livres de M. de Gasparin, et tous ceux de la Bibliothèque Franklin, nous sont des plus utiles. Ainsi, ce matin même, nous avons fait avec tous ces ouvrages, le plus beau feu qu’on ait jamais vu. Quel plaisir, maintenant que les matinées sont fraîches, quel plaisir de se chauffer les doigts avec les livres de M. de Gasparin. Ils brûlent à merveille. Encore une fois, merci, madame. Le papier de Genève, surtout celui de M. de Gasparin, nous a rendu un grand service6. « 

La lettre, signée du maire, déclenchera une enquête qui conclura à une supercherie …7

Cite this article as: Agnès Sandras, "« Est-ce que vous croyez que vous allez tailler au peuple ses lectures ? » (Sainte-Beuve, 25 juin 1867)," in Bibliothèques populaires, 26/01/2013, https://bai.hypotheses.org/189.

 

 

  1. A.Z., « Illusions perdues » in La Science sociale suivant la méthode de F. Le Play, 1893 ; le Demi-Monde (1855) est une pièce d’Alexandre Dumas fils mettant en scène le déclassement des femmes []
  2. R. Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale » in Revue des Sciences Humaines, juillet-septembre 1968 []
  3. Lettre du  Ministre de l’Instruction Publique au Ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866. Archives nationales []
  4. Le Temps, 17 juin 1868 []
  5. Ibidem []
  6. Le Temps, 8 décembre  1875 []
  7. Le Temps, 12 décembre 1875 []

Appel à communications: colloque sur les bibliothèques populaires

La Bibliothèque des Amis de l’instruction organise pour juin 2014 un colloque sur les bibliothèques populaires. L’appel à communications  est en ligne sur Calenda. 

Nous espérons, grâce à ce carnet, fédérer les recherches en cours sur l’histoire des bibliothèques populaires, et plus largement mieux appréhender le contexte de leur naissance et de leur succès. Les débats sont passionnés autour de la lecture au XIX e siècle1. Doit-on confier des livres aux ouvriers et aux paysans? Quels sont les bons et les mauvais livres?  Que doit être une bibliothèque populaire? etc. On ne peut comprendre ces polémiques sans connaître les colorations politiques et les aspirations sociales, parfois très diverses, des fondateurs et des donateurs. Aussi attendons-nous d’utiles éclairages des spécialistes du saint-simonisme, du fouriérisme, de la Commune, etc.

Nous espérons aussi qu’à la lecture de nos prochains billets (les premières bibliothèques des Amis de l’Instruction; le recensement des bibliothèques populaires;  etc.),  les mémoires se réveilleront.  La fièvre d’édification des bibliothèques populaires de la fin du Second Empire aux années 1880 s’accompagne de lettres, de statuts, de rapports. Certaines de ces archives sont encore mal connues ou inexploitées… n’hésitez pas à nous les signaler! Voici notre adresse mail: recherche.bai@bai.asso.fr

 

À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
À propos des bibliothèques populaires : discours de M. Sainte-Beuve prononcé dans la séance du Sénat, le 25 juin 1867
Source: gallica.bnf.fr

  1. Un des plus célèbres est le discours de Sainte-Beuve au Sénat, en 1867 []