Archives par mot-clé : lecture populaire

L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944)

Catalogue des bibliothèques populaires de la ville édité en 1887. Source BM Saint-Etienne : FAR C18(19). Cliché: A. Bertrand

Cet article sera publié dans le prochain numéro (n°68) que la revue Saint-Étienne, Histoire et Patrimoine dédie aux « Librairies et Bibliothèques ». Il peut constituer une introduction au mémoire de recherche que j’ai consacré à la situation des bibliothèques publiques de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale1 Ce mémoire est consultable à la Médiathèque Tarentaize (Service Patrimoine) et aux Archives Municipales de Saint-Étienne.

L’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Etienne (1940-1944).

Durant plus d’un siècle, les bibliothèques populaires stéphanoises ont constitué un puissant outil municipal au service de la promotion de lecture en milieu populaire. Longtemps resté en marge de l’histoire du livre et des bibliothèques, le modèle des bibliothèques populaires fait l’objet d’un regain d’intérêt depuis quelques années : en témoignent de nombreuses publications et travaux universitaires, ainsi que la patrimonialisation d’une « bibliothèque populaire témoin » par la Médiathèque Tarentaize. En attendant une grande exposition qui permettrait aux Stéphanois de redécouvrir la richesse et l’originalité de ces bibliothèques, cet article se propose de retracer leur histoire en se focalisant sur les tensions politiques qui se cristallisèrent autour de ce symbole républicain en étudiant un événement historique méconnu : l’épuration des bibliothèques populaires de Saint-Étienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des origines des bibliothèques populaires et leur situation en 1940.

A la faveur d’une relative libéralisation du régime impérial au début de la décennie 1860, de nombreuses initiatives voient le jour partout en France afin d’encourager l’éducation et la lecture populaire. Parmi celles-ci, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction à Paris (1861), la Société Franklin (1862) et la Ligue de l’Enseignement (1866) jouent un rôle primordial dans la multiplication des bibliothèques populaires. A Saint-Étienne, malgré l’opposition des élites conservatrices, l’effort de certaines municipalités contribue à la création d’un dense réseau de bibliothèques au service de la lecture populaire.

La création contestée des premières bibliothèques populaires

En 1866, à l’initiative de notables libéraux, la municipalité stéphanoise dirigée par Benoît Charvet décide de l’ouverture de deux bibliothèques populaires situées Rue de la Vierge et Place Jacquard2. Par la fourniture d’ouvrages pouvant être lus à domicile contre cautionnement, ces bibliothèques, installées dans des locaux affrétés par la mairie, viennent combler un vide qui profitait jusque-là aux bibliothèques paroissiales. En effet, si Saint-Étienne dispose depuis 1831 d’une Bibliothèque Municipale qui déménage en 1861 dans le Palais des Arts, celle-ci n’a pas vocation à promouvoir ce qui ne s’appelle pas encore la « lecture publique ». Héritage de la Révolution Française, la bibliothèque municipale se distingue alors par son souci de conservation et d’enrichissement du patrimoine, par son caractère « scientifique » et par l’impossibilité du prêt à domicile.

En se proposant de mettre entre les mains du plus grand nombre des ouvrages de « voix de la liberté » (Sand, Hugo, …), les bibliothèques populaires stéphanoises deviennent dès 1867 l’objet d’une polémique qui très vite prend une ampleur nationale. Relayée par le Mémorial de la Loire, une pétition rédigée par les élites conservatrices catholiques dénonce les « publications malsaines, antisociales et antichrétiennes »3 fournies aux ouvriers de la ville. L’affaire remonte jusqu’au Sénat et oblige le ministre de l’Instruction publique de l’époque, Victor Duruy, à trancher en faveur de la légalité des bibliothèques populaires tout en renforçant le pouvoir de contrôle de l’État sur leurs acquisitions. A Saint-Étienne comme partout en France, cette polémique et la décision du ministère mettent un frein à l’expansion de ce modèle de bibliothèques. Peu d’années après leur création, sans que les Archives ne puissent l’expliquer, les deux bibliothèques populaires stéphanoises ferment, et leurs ouvrages sont regroupés en une seule bibliothèque populaire placée au sein du théâtre municipal. Pour autant, dès les années 1880, de nouvelles créations de bibliothèques populaires témoignent d’un volontarisme municipal en faveur de la diffusion de la lecture.

            Les « petites bibliothèques de la République »4 (1880-1940)

En dépit de la contestation dont elles font l’objet dès leur naissance, le nombre de bibliothèques populaires va s’accroître considérablement au cours de la IIIe République à Saint-Étienne. A la faveur de l’investissement de municipalités radicales-socialistes et socialistes, le nombre de bibliothèques populaires passe d’une seule en 1875 (celle du Théâtre) à plus d’une vingtaine en 1939. Deux vagues de créations de bibliothèques populaires sont notables : la décennie 1880, sous les mandats de Victor Duchamp, Pierre Madignier et Émile Girodet, et la décennie 1920 à la faveur de l’engagement fort du maire Louis Soulié. Ces bibliothèques populaires symbolisent sur le plan éducatif et culturel l’action de ce « socialisme municipal » au service des classes ouvrières tel qu’il a été étudié par l’historien Jean Lorcin5. La création de ces bibliothèques populaires témoigne également de la transformation de la ville et de la densification progressive de certains quartiers dans lesquels s’ouvrent de nouveaux établissements scolaires. A travers deux pétitions réclamant en 1892 la création de bibliothèques populaires dans leur quartier, les habitants de La Chaléassière et de Monthieux témoignent également des progrès de l’alphabétisation dans les milieux populaires et de leur aspiration à des loisirs culturels.

Excepté la bibliothèque populaire du Théâtre (détruite dans l’incendie du Théâtre municipal en 1928), toutes les bibliothèques populaires sont implantées dans les écoles publiques de garçons et sont entretenues par le directeur de l’établissement en question. Situées dans des écoles, ces bibliothèques n’en restent pas moins ouvertes à tous les habitants du quartier qui peuvent emprunter des ouvrages contre une caution au montant variable suivant les décennies. Jusqu’à la fin du XIXe, les bibliothèques sont ouvertes deux fois par semaine : le jeudi de 19h30 à 21h et le dimanche de 14h à 17h. Devant la faible fréquentation le dimanche, le conseil municipal décide de remplacer l’ouverture dominicale par une ouverture le mardi soir de 19h à 21h. Les missions du responsable de la bibliothèque sont multiples : il est chargé de l’entretien des livres et du mobilier, de la bonne tenue du local et du prêt auprès des particuliers.

Jusqu’à la fin du XIXe, l’État garde un pouvoir de contrôle très important sur les bibliothèques populaires. En effet, le préfet est chargé de l’attribution des ouvrages octroyés par le Ministère de l’Instruction public ; il nomme les membres de la Commission d’Inspection et d’Achat (CIA), commission municipale chargée de lui remettre annuellement un rapport sur l’état des bibliothèques ; son avis est requis pour toute entrée de nouvel ouvrage (dons, acquisitions). A partir du début du XXe siècle, le contrôle et la gestion des bibliothèques sont de plus en plus du ressort municipal : les mairies achètent directement auprès de libraires les ouvrages destinés aux bibliothèques populaires ; mais surtout une assez large autonomie est laissée aux directeurs des bibliothèques de plus en plus associés aux commandes des ouvrages. Une certaine libéralité s’est opérée, en témoigne la prise en compte grandissante du souhait des lecteurs dans le choix des acquisitions.

            Situation des BP de Saint-Étienne en 1940

En 1940, la ville de Saint-Étienne peut s’enorgueillir de compter 25 bibliothèques populaires actives sur l’ensemble de la ville. Ce nombre ne doit pas faire oublier la grande hétérogénéité qui existe entre chacune d’entre elles ni les critiques dont elles peuvent faire l’objet avant-guerre de la part du bibliothécaire de la ville. En tant que responsable de la bibliothèque municipale, Pierre Lévêque, formé à l’École des Chartes, témoigne d’une attitude relativement condescendante à l’égard de ces petites bibliothèques de quartier tenues par des non-professionnels parfois peu soucieux de maintenir leur catalogue à jour.

Si les premières statistiques sur les bibliothèques populaires ne datent que de 1944, elles nous permettent cependant de nous faire une idée assez fidèle du fonds de ces bibliothèques. Le nombre d’ouvrages présents dans les différentes bibliothèques populaires stéphanoises témoigne de l’ancienneté ou non de celles-ci. Les bibliothèques des écoles du Soleil, de la rue des Passementiers, de la rue Valette ou encore de Gaspard-Monge, toutes fondées autour de 1880 disposent en moyenne d’un fonds d’ouvrages compris entre 3200 et 5000 volumes. A contrario, la dizaine de bibliothèques populaires créées à partir du milieu des années 1920 ont moins de 1000 volumes sur leurs étagères. Les bibliothèques dont les fonds sont les plus anciens permettent de se rendre compte de l’évolution des types d’ouvrages acquis par les bibliothèques populaires. Jusqu’à la fin du XIXe, le caractère éducatif de la bibliothèque populaire s’affirme par la présence d’ouvrages de vulgarisation scientifique et technique, d’Histoire et de Géographie, qui sont en nombre prépondérant par rapport aux œuvres classiques de la littérature et aux grands romans feuilletons du XIXe (Walter Scott, Fenimore Cooper, Dumas, Sue). A partir du début du XXe siècle et de municipalisation progressive des achats, les bibliothèques populaires accordent de plus en plus de place aux romans, à une lecture dite « distractive » largement plébiscitée par le lectorat populaire. Il n’est pas aisé de dresser le portrait de ce lectorat populaire tant les informations le concernant sont lacunaires (même si celle-ci s’annonce difficile, une étude des registres d’emprunt reste à faire).

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, la situation des bibliothèques populaires stéphanoises est contrastée. D’une part, elles essuient les critiques du bibliothécaire municipal Pierre Lévêque qui les juge vieillissantes et parfois mal tenues ; mais d’autre part, elles ont reçu le soutien de municipalités qui ont privilégié leur développement et leur création au point de faire de Saint-Étienne une ville bien équipée dans ce domaine.

La Révolution Nationale en bibliothèque : l’exemple des bibliothèques populaires stéphanoises.

L’offensive allemande au printemps 1940 entraîne la déroute des armées françaises et avec elles la chute de la IIIe République. Accusé d’être responsable de la défaite, le régime parlementaire et républicain est, aux yeux du Maréchal Pétain, synonyme de décadence. Arrivant au pouvoir, il met en œuvre dès l’été 1940 un programme idéologique baptisé Révolution Nationale, dont le cœur idéologique est la restauration de l’ordre moral. Dans un premier temps, sans directement s’attaquer aux bibliothèques publiques, le régime de Vichy pointe notamment du doigt le corps enseignant comme responsable de la défaite. A Saint-Étienne, la délégation spéciale, nommée par le gouvernement de Vichy après la suspension du conseil municipal « front populaire » élu en 1935, ne tarde pas à former une commission chargée de la censure des bibliothèques populaires désignées responsables de l’affaiblissement moral du pays.

La Révolution Nationale, l’éducation et le livre: idéologie de réaction face à l’effondrement

Aux yeux des hommes de Vichy, la défaite militaire française est avant tout le résultat de l’effondrement moral du pays. En ce sens, œuvrer à la reconstruction morale et intellectuelle de la France est une des priorités du nouveau régime. Cette restauration s’effectue notamment par une reprise en main autoritaire de l’institution scolaire et par une censure des manuels scolaires.

Dès 1934, dans un discours prononcé à l’occasion du banquet de la célèbre Revue des deux mondes, Philippe Pétain montre que l’école et la jeunesse sont déjà des préoccupations importantes à ses yeux. Publié, ce texte suscite l’émoi de la profession enseignante accusée de « se donner ouvertement pour projet de détruire l’État et la société »6. Le grand texte fondateur de la politique scolaire de Vichy, paru en août 1940, est une nouvelle fois signé de la main de Pétain. Dans cet article-manifeste intitulé « Politique sociale de l’éducation », il assigne à l’école la mission de célébrer « la famille, la société, la patrie » et plus loin, il oppose le travail et l’expérience à « une culture pseudo-livresque »7.

Les efforts de Vichy se concentrent alors sur deux fronts : d’une part, œuvrer à la dépolitisation du corps enseignant en mutant ou révoquant certains instituteurs syndiqués et en fermant les Écoles Normales accusées d’être des foyers du laïcisme et du pacifisme ; d’autre part, en remettant en question la liberté pour l’instituteur de choisir le manuel scolaire utilisé en classe. En effet, le 21 octobre 1940, Georges Ripert, secrétaire d’État à l’Instruction publique fait paraître « une liste de livres autorisés dans les écoles élémentaires publiques ».

Cela dit, à la différence des autorités allemandes qui dès août 1940 s’appuient sur la liste Bernhard pour saisir et détruire en région parisienne plus de 700 000 volumes, le régime de Vichy, tout en continuant à appliquer scrupuleusement la censure préventive d’État rétablie en 1939, n’a pas durant l’année 1940 adopté une politique de censure active et forte des bibliothèques. Il faut attendre l’année 1941 pour voir la Commission Interministérielle publier la première des quatre listes de livres interdits par l’État Français en bibliothèque.

Les acteurs d’une censure importante et précoce

La grande spécificité de la censure des bibliothèques populaires de Saint-Étienne repose sur deux critères principaux : la précocité et rapidité de la mise en œuvre de cette décision et la quantité importante de livres saisis.

Les premières mesures symboliques de la municipalité vichyste consistent à effacer les traces d’une IIIe République honnie. Amédée Guyot, président de la délégation spéciale stéphanoise, prend en ce sens deux mesures fortes : débaptiser les noms de rues évoquant les grandes figures républicaines et/ou attachées au mouvement ouvrier et mettre en place une commission chargée de la censure des bibliothèques populaires. S’il obéit de fait à une note du nouveau préfet Marcel Lemoine lui demandant « de faire régner le nouvel esprit du gouvernement de Vichy dans les différentes bibliothèques municipales », force est de constater que la mise en application de cette injonction est effectuée avec zèle. Le 28 novembre, les directeurs des bibliothèques populaires se voient contraints de fermer ces établissements jusqu’à nouvel ordre. Le 5 décembre sont nommés les 14 membres de la commission chargée de l’épuration des bibliothèques populaires. Ces membres sont des notables exerçant ou ayant exercé pour la plupart d’entre eux des professions libérales et indépendantes (avocat, industriel, notaire, médecin, écrivain ou même libraire!). La plupart d’entre eux se connaissent, fréquentant les mêmes sociétés savantes ou culturelles (La Diana, Les Amitiés) et/ou les milieux cléricaux très conservateurs. En janvier 1941, le prêtre de l’Église Saint-Louis déclare : « Nous ne pouvons pas ne pas nous réjouir quand on libère l’École publique de l’idéologie partisane et de sa servitude antireligieuse et antisociale, […] quand on nettoie les bibliothèques et les cinémas »8. Cet esprit revanchard anime profondément l’action des censeurs.

Durant les dernières semaines de l’année 1940, la Commission chargée de la censure des bibliothèques populaires stéphanoises passe au peigne fin les rayonnages des 25 établissements. Malgré l’absence déplorée de catalogue dans de nombreuses bibliothèques, une liste de plus de 630 titres (pour un total de plus de 1800 volumes) est établie le 27 janvier 1941. Ce sont environ 5% de l’ensemble des volumes des 25 bibliothèques populaires qui sont ainsi mis à l’index et rendus inaccessibles aux lecteurs (dans la troisième partie de cet article sont analysés le type et la nature des ouvrages censurés).

Cette censure, dont l’initiative revient au préfet de la Loire et qui donne lieu à une application particulièrement zélée à Saint-Etienne, précède de plusieurs mois la formation au sein du gouvernement de Vichy d’une Commission interministérielle. Cette spécificité s’accompagne d’un autre – le caractère moral de cette censure – qui doit énormément à un des membres de la commission chargée de l’épuration des bibliothèques populaires.

Un censeur exemplaire : portrait du Docteur Choupin

La présence du docteur F. Choupin au sein de la commission de censure des bibliothèques populaires apparaît comme la consécration pour cet homme qui a fait de la dénonciation de l’immoralité publique le combat d’une vie. S’il existe depuis le début du XXe siècle un consensus entre protestants et catholiques sur la nécessité d’une lutte contre l’immoralité publique, la radicalité et la pugnacité de l’action du docteur Choupin sur ce terrain est sans commune mesure. A l’initiative de la création dès 1911 de la Ligue de Protection de l’Enfant et la Famille (LPEF, qui apparaît aussi parfois sous le nom de Ligue de protection de l’enfant contre l’image obscène), il traque le délit d’outrages aux bonnes mœurs dans les moindres détails. En 1911, il fait condamner par le Tribunal Civil de Saint-Etienne les éditions Offenstadt pour avoir publié La vie en culotte courte, revue illustrée humoristique ironisant sur la vie quotidienne des soldats de caserne. Revendiquant 100 000 adhérents, la LPEF mène auprès des municipalités stéphanoises une action de lobbying qui porte principalement ses fruits dans les années 1920 et 1930 au cours desquelles sont pris plusieurs arrêtés municipaux interdisant la ventes de dizaines de publications jugées licencieuses. Dans une brochure intitulée Petit guide pour la lutte contre l’immoralité publique publiée en 1930, Choupin théorise et encourage la dénonciation des œuvres s’attaquant à l’ordre social naturel qui repose à ces yeux sur la famille et la morale catholique. Lecteur et financeur de la Revue des Lectures de l’abbé Bethléem9, il n’est donc pas étonnant de voir son nom figurer en bonne place au sein de commission d’épuration des bibliothèques populaires. Ayant acquis une connaissance approfondie des « livres immoraux », il participe à faire de cette censure un combat pour la restauration de l’ordre moral.

Brochure : Petit guide pour la lutte contre l’immoralité publique rédigée par le docteur Choupin en 1930. Coll. privée (cliché A. Bertrand)

De la censure à l’épuration des « mauvais livres » : un cas unique dans la région.

 

Comprendre cet événement que constitue l’épuration des bibliothèques populaires stéphanoises suppose de mesurer la singularité de cette censure à l’aune d’autres exemples régionaux à la même période.

Le nombre important et la nature de volumes saisis, et la décision de les pilonner soulignent la dimension exceptionnelle de cette mise sous tutelle des bibliothèques publiques stéphanoises.

La censure en pratique : typologie des livres incriminés

L’analyse de cette liste d’ouvrages censurés est riche en enseignement, dans la mesure où elle éclaire plus précisément les intentions et motivations des censeurs. Dans le rapport rédigé par la commission de censure sont ainsi distinguées trois catégories d’ouvrages ayant été saisis : les ouvrages à caractère politique, les ouvrages jugés anticléricaux et enfin les ouvrages qualifiés d’immoraux.

Sans grande surprise, les « œuvres de polémique sociale dangereuses pour l’ordre établi » rédigés par des penseurs socialistes, communistes ou anarchistes, font les frais de censure. Cela dit, il faut se prémunir de l’idée fausse selon laquelle ces bibliothèques aient été des foyers de la subversion / contestation sociale : les ouvrages politiques incriminés ne représentent qu’une faible partie (moins de 10%) du volume total de livres censurés. La plupart de ces ouvrages, achetés principalement au début du XXe siècle sous la municipalité Jules Ledin, étaient présents dans un très faible nombre de bibliothèques populaires.

En distinguant la quinzaine d’ouvrages qualifiés de « polémique religieuse » comme deuxième catégorie de livres censurés, la commission de censure affirme son attachement au respect des institutions et dogmes catholiques. Représentant moins de 3% du volume total, ces ouvrages sont l’œuvre de penseurs rationalistes républicains (Paul Bert, Charles Sauvestre, Henri Roger…) qui participent de l’identification de la IIIe République à une « République anticléricale »10.

Enfin, les ouvrages qualifiés « d’immoraux » composent la dernière catégorie de livres censurés qui est de loin la plus importante en terme numérique. En étudiant de près la liste des romans frappés d’anathème par la commission de censure, il est possible de distinguer trois critères « d’immoralité ». On retrouve tout d’abord, nombreux romans jugés immoraux dans la mesure où il remettent en cause les bonnes mœurs et en particulier le mariage, la famille et la morale sexuelle : nombreux romans sentimentaux sont concernés, tout comme les romans d’auteurs homosexuels (André Gide, Oscar Wilde, Colette). L’écriture et la langue peuvent également être un critère d’immoralité comme en témoigne l’ostracisation quasi-systématique de tous les auteurs du courant littéraire naturaliste (Zola, Maupassant, Huymans) de même que les auteurs dont la langue et l’écriture se veulent proches du « parler populaire » (Eugène Dabit, L-F Céline, Henry Poulaille, Francis Carco). Enfin, relativement peu publiés jusqu’alors, les « mauvais genres » que sont le roman policier et la Science-Fiction, sont également victimes de la censure.

Première page de la liste manuscrite des ouvrages censurés. Source : AM Saint-Étienne 16D8 (Cliché A. Bertrand)

            « Cachez (et détruisez) ces livres que je ne saurais voir… »

Dès le milieu du mois de janvier 1941, les bibliothèques populaires rouvrent leur porte. Les 1811 volumes saisis ont été entreposés à l’hôtel de ville dans une bibliothèque fermée par un verrou. Encombrante, cette masse de « mauvais livres » embarrasse tout autant les membres de la commission de censure que les responsables du CIA dont la composition est renouvelée en juin 1941. Dès janvier 1941, dans un rapport remis au préfet, la commission de censure des bibliothèques évoque la possibilité de détruire ces ouvrages reprenant par là-même la suggestion de « mettre au pilon certains romans-ordures » émise dès septembre 1940 par L-A Pagès dans les colonnes du Mémorial11. Au cours des différentes réunions du CIA tout au long de l’année 1941, le sort de ces ouvrages est sans cesse débattu et la volonté de pilonner ces publications dont « l’intérêt artistique doit être nul » est réaffirmé12.

En mai 1942, la commission interministérielle d’Épuration se prononce en faveur du pilonnage des « œuvres pornographiques ». Quatre mois plus tard, le docteur Porte, adjoint au maire et membre du CIA, envoie une note au chef du service d’entretien de l’Architecture de la cité stéphanoise afin de lui décrire la procédure à adopter pour procéder à la destruction des ouvrages censurés. Le 1er décembre 1942, les 1800 ouvrages sont pilonnés par les papeteries du Valfuret.

Pour saisir la singularité de cette importante destruction d’ouvrages, il est nécessaire de la comparer avec les mesures prises au cours de la même période dans d’autres municipalités situées jusqu’en 1943 en Zone Libre. A défaut d’une étude exhaustive (qui reste encore à faire), nous pouvons comparer la situation stéphanoise avec celles de Roanne et Lyon.

La situation roannaise est à première vue assez proche de celle de Saint-Étienne dans la mesure où la ville a reçu dès novembre 1940 la même circulaire préfectorale demandant de faire le ménage dans les bibliothèques municipales. Cependant, la censure qui va frapper les bibliothèques roannaises ne se concentrent pas uniquement sur les bibliothèques populaires mais surtout elle est assez faible numériquement et ne porte quasi exclusivement que sur des ouvrages politiques. A Lyon, tout en étant contraint de faire retirer une certaine liste d’ouvrages des rayons de la bibliothèque municipale, le bibliothécaire Henry Joly met tout en œuvre pour éviter la destruction d’ouvrages. Au plus fort de la guerre, il conseille même à ses confrères bibliothécaires de province d’éviter toute décision hâtive.

Instruction préfectorale datant du 25 novembre 1940 relative à l’ordre de procéder à une censure des bibliothèques populaires. Source : AM Saint-Étienne 16D8 (Cliché: A. Bertrand)

           

            Après l’épuration : la mise sous tutelle des bibliothèques stéphanoises

La censure et l’épuration des bibliothèques populaires s’accompagnent d’une reprise en main forte de ces bibliothèques par le pouvoir municipale mis en place par Vichy. Cette mise sous tutelle, qui concerne également la bibliothèque municipale, renforce le caractère autoritaire de l’attitude de la municipalité stéphanoise vis-à-vis de ses bibliothèques et de ses lecteurs.

A partir de 1941, les directeurs des bibliothèques populaires se voient supprimer la possibilité de choisir les ouvrages qui entrent dans leur bibliothèque. En imposant et en fournissant la même liste d’ouvrages à l’ensemble des bibliothèques populaires de la ville, la CIA affirme sa volonté de faire régner l’esprit de la Révolution Nationale de manière forte et unilatérale. De 1941 à 1943, chaque ouvrage choisi est ainsi acheté par 25 ou 26 exemplaires à la librairie Pasteur. Les auteurs privilégiés sont soit des écrivains locaux connus des membres du CIA (Guy Chastel, Louis Bernard) soit des romans dont les auteurs sont au-dessus de tout soupçon d’immoralité (Henry Bordeaux, Mathilde Alanic, Roger Chauviré). Après cette reprise en main, les bibliothèques populaires n’inspirent plus guère de crainte aux élus locaux. Toutefois, c’est au sein de la Bibliothèque Municipale que va maintenant se manifester une forme de résistance à l’autorité de la mairie et à la censure.

Dans un témoignage datant de 1962, François Ménard, sous-bibliothécaire pendant la guerre, indique qu’Antoine Waton, en charge des affaires culturelles au sein de la délégation spéciale, avait demandé au bibliothécaire Pierre Lévêque de surveiller et dénoncer les lecteurs qui désiraient consulter des ouvrages jugées « subversifs »13. Sont cités : « les ouvrages de tendances marxiste, communiste et anarchiste », la revue Commune et, plus surprenant, Les fleurs du mal de Baudelaire ainsi que les œuvres d’Anatole France et Édouard Herriot ! A partir de l’été 1941, Pierre Lévêque, qui jusque-là avait obéi sans réserve aux ordres de la délégation spéciale, cherche à convaincre les autorités municipales de ne pas censurer la bibliothèque municipale craignant « le zèle des incompétents »14. Grâce à son action, la bibliothèque municipale échappe à la censure et à la destruction d’une partie de ses fonds.

Conclusion

            Les bibliothèques populaires stéphanoises ont payé un lourd tribut durant la Seconde Guerre mondiale. Leur censure et la destruction de plus 1800 ouvrages issus de leur fonds constitue un événement sans équivalent dans la région – au regard des recherches qui jusqu’à aujourd’hui ont été entreprises par les historiens. Cet épisode éclaire autant sur le zèle des autorités municipales nommées par Vichy que sur la profonde originalité de ces bibliothèques populaires chargées de la promotion de la lecture auprès des classes populaires. Fermées petit à petit à partir de la fin des années 1960, au moment où la ville de Saint-Étienne est frappée par la crise industrielle, ces établissements tombent vite dans l’oubli. Ils auront fait partie durant un siècle du quotidien de nombreux Stéphanois à qui il appartient désormais de se réapproprier cette histoire.

Pour aller plus loin :

Bertrand Antoine, La mise au pas des bibliothèques : les bibliothèques publiques de Saint-Étienne en guerre (1939-1948), mémoire de recherches sous la direction de Michel Depeyre, Saint-Étienne, UJM, 2014.

Aux Archives Municipales de Saint-Etienne, les archives du secrétaire général Claude Reymond (1929-1944) et Jean Joubert (1944-1965) contiennent l’important dossier de la censure des bibliothèques populaires (cote :16D8).

Et les plus curieux liront avec grand intérêt:

Boulogne Arlette, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016.

Mollier Jean-Yves, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle, Paris, Fayard, 2014.

Poulain Martine, Livres pillés, lectures surveillés. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008.

Poulain Martine (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Tome 4, Les bibliothèques au XXe siècle 1914-1990, Paris, Éditions du Cercle de La Librairie, 2009.

Richter Noë,La lecture et ses institutions [1] La lecture populaire: 1700 -1918, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1987.

Richter Noë, La lecture et ses institutions [2] La lecture publique: 1919-1989, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1989.

Sandras Agnès (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014.

Allirand Christine, La bibliothèque municipale de Saint-Étienne (1795-1980, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean Merley, Saint-Étienne, Université Jean Monnet, 1987.

Dalongeville Camille, Mise en valeur, catalogage et gestion d’un fonds : l’exemple des bibliothèques populaires de Saint-Étienne, mémoire de stage de master 2 sous la direction de Geneviève Saby, Avignon, Université d’Avignon, 2012.

Lauxerois Pauline-Laure, Histoire des bibliothèques municipales de Roanne : 1910-1946, mémoire de recherches sous la direction de Raphaële Mouren, Villeurbanne, ENSSIB, 2011. [en ligne]

Waechter Sarah, Une bibliothèque sur le pied de guerre : la bibliothèque municipale de Lyon durant la Seconde guerre mondiale (1939-1945), mémoire de recherches sous la direction de Dominique Varry, Villeurbanne, ENSSIB, 2010.

 

  1. Bertrand Antoine, La mise au pas des bibliothèques : les bibliothèques publiques de Saint-Étienne en guerre (1939-1948), mémoire de recherches sous la direction de Michel Depeyre, Saint-Étienne, UJM, 2014. []
  2. AM Saint-Étienne, 1 D 42, Registre des délibérations du Conseil municipal : séance du 7 octobre 1866 []
  3. Anonyme, Appel à l’opinion publique dans la question des bibliothèques prétendues populaires de Saint-Étienne, >Saint-Étienne, Les principaux libraires, 1867. []
  4. Voir  Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique parisienne, des années 1870 aux années 1930, Thèse de Doctorat en Histoire, Paris X, 1998. []
  5. Lorcin Jean, « Une utopie fin de siècle au Pays Noir : le socialisme municipal à Saint-Étienne en 1900 », Le Mouvement social, n° 184, 1998, pp. 53-73. []
  6. Philippe Pétain, discours du 3 décembre 1934, Supplément de la Revue des deux Mondes, 15 décembre 1934. []
  7. Philippe Pétain, «Politique sociale de l’éducation », Revue des deux Mondes, 15 août 1940. []
  8. Semaine religieuse du diocèse de Lyon, janvier-février 1941, n°83. []
  9. Porte-parole de la Fédération nationale catholique et auteur du célèbre guide de lecture Romans à lire et romans à proscrire, l’abbé Bethléem a traqué toute sa vie durant les « mauvais livres » au sein de sa revue La Revue des Lectures. []
  10. Jacqueline Lalouette, La République anticléricale,XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002. []
  11. Pagès L-A, « Oeuvre de salubrité »,Le Mémorial, Saint-Étienne, 17 septembre 1940. []
  12. AM Saint-Étienne, 16D8 (1), Lettre de l’adjoint Waton au docteur Porte, 27 mai 1942. []
  13. Archives non classées de la Médiathèque de Tarentaize, « Réponse de François Ménard au Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale », Saint-Étienne, 10 juillet 1962. []
  14. AM Lyon, 177WP 59(5), Correspondance entre Pierre Lévêque et Henry Joly, septembre 1941. []

Disparition de Noë Richter (1922-2017)

Rappelons que Noë Richter a inlassablement écrit de passionnants ouvrages sur la lecture et les bibliothèques populaires. En 1978, son ouvrage sur les bibliothèques populaires1 a permis de redécouvrir ces bibliothèques alors oubliées et appelé à de nouvelles recherches.  En 1984, Noë Richter a activement participé au colloque organisé par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction2, et fait une intervention sur « l’institution de lecture du peuple ».

Sous son impulsion, la « Société d’histoire de la Lecture » de Bernay a créé la précieuse collection « Matériaux pour une histoire de la lecture et de ses institutions », permettant ainsi une nouvelle approche de l’histoire de la lecture, grâce à des recherches rigoureuses. Il a par exemple fait émerger les moins connus des lecteurs: Lecture populaire et ouvrière, lecture et travail  en 1998; Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle, 2004; etc.

On trouvera sur le blog des lecteurs de la Bibliothèque nationale de France un hommage détaillé à Noë Richter. Sa carrière et la place marquante qu’il a occupée dans l’histoire de la lecture sont également évoquées par Livres Hebdo, le blog du DEF 19, et le BBF.

  1.  Les bibliothèques populaires / Noë Richter, Paris : Cercle de la librairie, 1978: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34607162g []
  2.  Lectures et lecteurs au XIXe siècle  : la Bibliothèque des amis de l’instruction : actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 / sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan. Paris : Bibliothèque des amis de l’instruction, 1985 []

Lamartine, la couturière et la « bibliothèque des pauvres gens »

Lamartine à l'Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)
Lamartine à l’Hôtel de ville (1848)- Gallica (BnF)

La visite à Lamartine de la petite couturière aixoise, Reine Garde, a déjà été largement commentée1. Il est vrai que cette entrevue est à la fois passionnante par son côté prophétique et son caractère édifiant. Néanmoins, les différents utilisateurs de ce texte ont laissé de côté un passage qui ne relève pas du champ strict de leurs recherches, mais qui intéresse grandement la réflexion sur le contexte de la naissance des bibliothèques populaires.

Pour bien comprendre, il faut revenir à la décennie durant laquelle Lamartine s’intéresse particulièrement à la question de l’éducation populaire :

De 1843 à 1847, Lamartine va acquérir une immense popularité. Ses discours à la Chambre et ses articles du Bien public, reproduits par les journaux de Paris et de province, ont un profond retentissement sur l’opinion publique. Il reçoit de très nombreuses lettres, souvent écrites par des gens modestes, qui lui disent leur confiance et l’encouragent. C’est à cette époque qu’il prend conscience de l’importance de l’éducation populaire et qu’il commence à réfléchir aux moyens d’y prendre part. Après l’échec de 1848, il s’efforcera de les mettre en pratique, à sa manière d’écrivain et selon ses convictions propres, avec des journaux comme Le Conseiller du peuple ou Le Civilisateur, et des romans édifiants comme Geneviève ou Le Tailleur de pierre de Saint-Point2.

Geneviève (1851)3 est ce roman édifiant dans lequel Lamartine raconte comment une modeste couturière aixoise prend la diligence depuis Marseille pour rencontrer celui qu’elle admire tant depuis qu’elle a lu ses poèmes, et parce que huit jours plus tôt elle a lu « dans le journal de Marseille des vers superbes de M. Joseph Autran adressés à M. de Lamartine. Ces vers m’inspirèrent le désir passionné de voir la personne qui avait inspiré de si belles choses au poëte de notre province »4.

Lamartine prend bien soin de donner tous les signes permettant à ses lecteurs d’identifier Geneviève comme une femme du peuple:

[…] une femme, jeune encore, d’environ trente-six ou quarante ans. Elle était vêtue en journalière de peu d’aisance ou de peu de luxe; une robe d’indienne rayée, déteinte et fanée; un fichu de coton blanc sur le cou; ses cheveux noirs proprement lissés, mais un peu poudrés, comme ses souliers, de la poussière de la route en été5.

Geneviève explique à Lamartine qu’elle peut lire le journal grâce à la générosite d’anciens patrons dont elle a été la servante :

Monsieur et ses demoiselles qui savent mon inclination pour la lecture, et que je n’ai pas les moyens de me procurer des livres et les papiers, me prêtent quelquefois la gazette quand il y a quelque chose qu’ils pensent pouvoir m’intéresser, comme des gravures de modes, des modèles de chapeaux de femmes, des romans bien intéressants ou des vers comme ceux de Reboul, le boulanger de Nîmes, ou de Jasmin, le coiffeur d’Agen, ou des vôtres, Monsieur, car ils savent que c’est tout mon plaisir de lire des vers, surtout des vers qui chantent bien dans l’oreille ou qui pleurent bien dans les yeux6!

C’est chez ces mêmes personnes qu’elle a appris à déchiffrer, et contracté le virus de la lecture :

Pendant que les demoiselles faisaient leur éducation, en allant et venant dans la salle, j’attrapais un bout de leurs leçons. Je lisais dans leurs livres, enfin j’étais comme la muraille qui entend tout et qui ne dit rien. Cela fit que j’appris de moi-même à lire, à écrire, à compter, à coudre, à broder, à blanchir, à couper des robes, enfin tout ce qu’une fille apprend dans un cher apprentissage. Je leur taillais moi-même leurs habits, je les coiffais à Aix pour les soirées ou pour les bals ; elles ne trouvaient rien de bien fait que ce que j’avais fait, et, en récompense, quand elles sortaient bien belles et bien parées pour le bal, et que j’étais obligée de les attendre souvent jusqu’à des deux ou trois heures du matin dans leurs chambres pour les déshabiller à leur retour, elles me disaient : « Reine, tiens, voilà un de nos livres qui t’amusera pendant que nous danserons». Je le prenais, je m’asseyais toute seule au coin de leur feu et je lisais le livre toute la nuit, et puis quand j’avais fini , je le relisais encore jusqu’à ce que je l’eusse bien compris ; et quand je n’avais pas bien compris tout, à cause de ma simplicité et de mon état, je leur demandais de m’expliquer la chose, et elles se faisaient un plaisir de me satisfaire7.

Devenue modeste couturière à Aix, Reine Garde trouve encore des personnes de catégories sociales supérieures à la sienne pour lui prêter des livres. Ses propos sont à lire en creux. Reine sait pertinemment, et elle y reviendra plus loin, que les beaux messieurs sont plus enclins à pousser les jeunes femmes à la débauche qu’à leur prêter des livres innocents:

Et puis on est très bon pour moi à Aix. Croiriez-vous que des messieurs comme vous, des messieurs du quartier d’en haut, des hommes instruits, des personnes de l’Académie même, qui savent que j’aime la lecture et que j’ai même écrit dans l’occasion quelques bêtises, quelques vers pour des fêtes, pour celle-ci, ou celui-là, croiriez-vous qu’ils ne rougissent pas de s’arrêter quelquefois en passant devant ma porte, d’entrer dans ma boutique, de m’apporter tantôt un livre qu’ils me prêtent, tantôt un journal, et de causer familièrement avec moi comme si j’étais quelqu’un8?

Loin de reprendre le discours catholique sur les dangers des romans, Geneviève affirme simplement que la lecture la préserve de sorties dans des lieux mal famés et des risques de la solitude :

Il y en a aussi qui s’en vont dans les lieux où l’on perd son temps et sa jeunesse, les guinguettes, les cabarets, les cafés. Que voulez-vous que les filles honnêtes comme nous fassent alors du reste de la soirée, surtout en hiver, quand les jours sont courts? Il faut bien lire ou devenir pierre à regarder blanchir ses quatre murs ou fumer ses deux tisons dans le foyer9!

Brûlant d’en savoir plus, Lamartine fait intervenir sa femme, plus apte sans doute à ne pas effaroucher une pudeur féminine: « Mais que pouvez-vous lire ? demanda ma femme »10.

La réponse de Reine est édifiante. Elle appelle à une lecture ne sortant pas de la condition socio-économique du lecteur, et souligne que personne n’a pensé à écrire pour les pauvres. Cette réponse fictive va permettre à Lamartine de construire tout un discours sur la nécessité de rédiger des livres tout exprès pour le peuple…

— Ah! voilà le mal, Madame, répondit Reine ; il faut lire, et on n’a rien à lire. Les livres ont été faits pour d’autres. Excepté les évangélistes et celui qui a écrit l’Imitation de Jésus-Christ, les auteurs n’ont pas pensé à nous en les écrivant. C’est bien naturel, Madame, chacun pense à ceux de sa condition. Les auteurs, les écrivains, les poètes, les hommes qui ont fait des poèmes, des tragédies, des comédies, des romans, étaient tous des hommes d’une condition supérieure à la nôtre, ou du moins qui étaient sortis de notre condition obscure et laborieuse, pour s’élever à la société des rois, des reines, des princesses, des cours, des salons, des puissants, des riches, des heureux, des classes de loisir et de luxe, dans leur temps et dans leur pays.

[…] C’est vrai, dit Reine, excepté Robinson et la Vie des Saints , qu’est-ce donc qui a été écrit pour nous autres?. . . Ah ! il y a encore Télémaque et Paul et Virginie ajouta-t-elle, c’est vrai; c’est bien amusant et bien touchant, surtout Paul et Virginie.

Mais, cependant, Télémaque traite de la manière dont il faut s’y prendre pour gouverner un peuple, et cela ne nous regarde guère ; et ce livre a été écrit pour l’éducation du petit-fils d’un roi ; ce n’est pas notre état, à nous, n’est-ce pas. Madame?

Ces aventures, bien belles cependant, ne sont pas les nôtres. Ce sont des tableaux de choses que nous n’avons pas vues et que nous ne verrons jamais chez nous, dans nos familles, dans nos ménages, dans nos états.

Qui est-ce donc qui fait des livres ou des poëmes pour nous? Personne! excepté ceux qui font des almanachs, mais encore qui les remplissent de niaiseries et de bons mots balayés de l’année dernière dans l’année nouvelle ; ceux qui font des romans que les filles sont obligées de cacher aux mères de famille honnêtes, et ceux qui font des chansons que les lèvres chastes se refusent à chanter. Je ne parle pas de M. Béranger, qui en a bien, dit-on, quelques-unes sur la conscience, mais qui met maintenant la sagesse et la bonté de son âme en couplets qui sont trop beaux pour être chantés11!

La conclusion vibrante de Reine frappe Lamartine :

Ah! quand viendra donc une bibliothèque des pauvres gens? Qui est-ce qui nous fera la charité d’un livre12?

Loin de penser devant cette demande à une remédiation pragmatique par l’instruction, et à un don immédiat de livres pour fonder cette « bibliothèque des pauvres », le romancier se transforme en visionnaire: la réflexion de Reine relèverait d’une inspiration quasi divine pérennisant l’écart entre des classes pauvres, et selon lui intellectuellement indigentes, qui n’auraient d’autres besoins que d’être éduquées:

Elle dit cela avec un bon sens supérieur à son éducation, et avec un accent si pénétré de l’indigence intellectuelle des classes auxquelles elle appartenait, que cela me fit réfléchir un moment à la vérité et à la gravité de son observation13.

Lamartine décide alors de réfléchir à cette « bibliothèque des pauvres » en partant de ce qu’il connaît, c’est-à-dire la bibliothèque des classes sociales supérieures qu’on ne saurait visiblement mettre à disposition des « indigents intellectuels »:

Je passe en revue par la pensée en ce moment tous les rayons d’une bibliothèque bien composée.

Je mets en idée la main sur tous les principaux noms qui la meublent, et je cherche à y grouper une collection de volumes qui puisse alimenter la vie intérieure d’une honnête famille de laboureurs, de serviteurs, d’ouvriers, hommes, femmes, enfants, jeunes filles, vieillards ; livres à laisser sur la table et avec lesquels chacun puisse causer en silence, le dimanche ou le soir, sans avoir besoin qu’on les traduise ou qu’on les lui explique pour les entendre. Voyons, qu’est-ce que je trouve sous la main?

— Voilà la Bible. C’est un beau livre, plein de récits populaires comme l’enfance du genre humain, mais plein de mystères, de scandales de mœurs, de crimes et de férocités qui dépraveraient l’esprit, le cœur et les mœurs, si on la jetait non commentée et non châtiée dans les mains des enfants et dans l’inintelligence historique des masses.

Voilà Homère, Platon, Sophocle, Eschyle! Mais ce sont d’autres époques, d’autres mœurs, une autre langue; c’est du grec. Rien! Voilà Virgile, Horace, Cicéron, Juvénal, Tacite! Mais c’est du latin! le peuple ne le sait pas. Rien! Voilà Milton, Shakespeare, Pope, Dryden, lord Byron, Crabbe, surtout! C’est de l’anglais. Rien! Voilà le Tasse, le Dante, Schiller, Goethe […]((Idem.)).

Voici donc Lamartine attristé, non pas du manque d’instruction du peuple, mais du manque d’ouvrages adaptés selon lui au peuple :

Ces réflexions m’attristèrent profondément en regardant la figure candide et souffrante de la pauvre Reine, âme altérée cherchant en vain les sources où elle pût étancher cette soif naturelle à tous de connaître et d’aimer. Je lui dis :

— Mais, selon vous, Reine, quelle serait la bibliothèque qu’il faudrait composer pour les familles de votre condition? Voilà un catalogue ; voyons, essayez de la choisir vous-même. — Nous essayâmes ensemble et nous ne pûmes jamais arriver qu’à cinq ou six ouvrages que j’ai déjà cités.

— Il faudrait les inventer, Monsieur, car décidément ils n’existent pas dans la langue. Il y a des centaines , des milliers de livres pour vous ; pour nous autres il n’y a que des pages.

— Peut-être bien, lui répondis-je, que le moment de les écrire est venu en effet, car voilà que tout le monde sait lire; voilà que tout le monde, par une moralité évidemment croissante dans les masses, va donner au loisir intellectuel le temps enlevé aux vices et aux débauches d’autrefois; voilà que l’aisance générale augmente aussi par l’augmentation du travail et des industries ; voilà que le gouvernement va être contraint de s’élargir et d’appeler chacun à exercer une petite part de droit, de choix, de volonté, d’intelligence appliquée au service du pays ; tout cela suppose et nécessite aussi une part de temps infiniment plus importante consacrée à la lecture, cet enseignement solitaire dans l’intérieur de chaque famille. La pensée et l’âme vont travailler double dans toutes les classes de la société. Les livres sont les outils de ce travail. moral. Il vous faut des outils adaptés à votre main.

— C’est encore vrai, dit-elle14.

La gentille ouvrière repart donc à Aix avec ses poèmes qui ne seront jamais imprimés, car jugés gentils mais impropres à édition par Lamartine. La démonstration est ainsi faite que le peuple ne peut écrire pour le peuple. Geneviève est heureuse d’avoir parlé à un poète si modeste qu’il a accepté de partager son repas avec elle, et le poète est ravi d’avoir désormais pour projet d’écrire des ouvrages pour les pauvres. Ce projet se concrétisera d’ailleurs pour Lamartine par des publications comme une participation à la Librairie Hachette bien récompensée financièrement.

Dix ans après la publication de Geneviève, la « bibliothèque des pauvres gens » est précisément celle contre laquelle s’inscrit la bibliothèque des Amis de l’Instruction (BAI) lors de sa naissance en 1861. Si les fondateurs de cette bibliothèque partagent l’analyse de Lamartine sur la nécessaire moralisation du temps libre, ils comptent bien être instruits et non éduqués. Là où Lamartine veut éduquer « les pauvres gens », la BAI veut instuire le peuple en son entier, en lui donnant accès à tous les ouvrages, ouvrages qui lui permettraient à son tour d’accéder à la rhétorique politique, comme Lamartine en 1848… S’opposant au catalogue d’une bibliothèque lambda réservée aux couches sociales supérieures, dont Lamartine a souligné l’inutilité puisqu’il aligne des titres abscons pour « l’indigent intellectuel », mais aussi à un catalogue d’éditions populaires confortant le peuple dans son statut « d’indigent intellectuel »,  la BAI créera un fonds encyclopédique  pour tous. Le  catalogue de la BAI est pédagogique, organisé par thématiques facilement compréhensibles, et distribué à tous les lecteurs.  Catalogue que j’évoquerai dans un prochain billet….

  1. Voir entre autres : Garguilo René, « Un paternalisme littéraire : Chateaubriand, Lamartine, Hugo et la littérature prolétarienne » In: Romantisme, 1983, n°39. Poésie et société. pp. 61-72 www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1983_num_13_39_4663 et Michel Pierre « Prenez et lisez ! Lamartine et le livre populaire » In: Romantisme, 1985, n°47. Le livre et ses lectures. pp. 17-30: www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1985_num_15_47_4709  []
  2. Correspondance inédite d’Alphonse de Lamartine. T. 1, 1817-février 1848,  Textes réunis, présentés et annotés par Christian Croisille, Clermont-Ferrand, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques de l’Université Blaise-Pascal, 1994, p.224-225. []
  3. A. de Lamartine, Geneviève: histoire d’une servante, Paris, Michel Lévy frères, 1851 []
  4. Idem. []
  5. Idem. []
  6. Idem. []
  7. Idem. []
  8. Idem. []
  9. Idem. []
  10. Idem. []
  11. Idem. []
  12. Idem. []
  13. Idem. []
  14. Idem. []

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)

sebastien_commissaire_ne_a_dole____marin-lavigne_louis-stanislas_btv1b53015326w
Sébastien Commissaire député du Bas-Rhin en 1849 (Gallica/BnF)

La tentative décrite dans le billet précédent pour fonder en 1838 à Lyon une structure apparentée à une bibliothèque populaire prêtant tous types de livres, y compris des brochures jugées séditieuses par les autorités, s’inscrit dans un intense bouillonnement politique. Il n’est donc pas surprenant que ses instigateurs aient été surveillés puis arrêtés, jugés, et pour certains d’entre eux emprisonnés.

Marianne Carbonnier a évoqué dans son étude sur une autre bibliothèque populaire de Lyon (la bibliothèque populaire protestante) dont la genèse est passionnante1, l’existence d’une « société des bibliothèques » d’inspiration icarienne signalée par les Mémoires de Sébastien Commissaire. La lecture de ces Mémoires, et plus largement des quelques éléments connus de la biographie de Sébastien Commissaire (1822-1900), est très éclairante. La trajectoire de Sébastien Commissaire2, ouvrier devenu député, est semblable à celle de Jean-Baptiste Girard, le fondateur des bibliothèques populaires des Amis de l’Instruction. Les deux hommes se sont nécessairement rencontrés puisqu’ils ont tous deux fréquenté à Paris, en 1849, le Club de la Montagne3 (club classé à l’extrême-gauche), et nourri un vif intérêt pour les théories de Fourier et de Victor Considerant4:

C’est en compagnie de M. Victor Considérant [sic] que j’entrai pour la première fois dans le Palais-Bourbon. Ce jour-là, j’eus l’honneur de voir plusieurs représentants non réélus que je n’aurais jamais vus sans notre visite au chef de l’Ecole phalanstérienne. Il y en a un surtout dont j’ai conservé un excellent souvenir, je veux parler de M.  Audry de Puyraveau qui me fit un accueil cordial auquel j’étais loin de m’attendre.

J’allai ensuite à la questure porter mon acte de naissance et donner mon adresse ; puis, le soir, en compagnie de mes collègues du Bas-Rhin, j’allai à la réunion de la Montagne, rue du Hasard, 6. M. Deville présidait la séance ; plusieurs membres de la réunion parlèrent, notamment MM. Ledru-Rollin, Félix Piat [sic], Gent, Gambon, etc5.

Les Mémoires de Sébastien Commissaire permettent de cerner les rapports à la lecture de gens d’origine modeste (Jean-Baptiste Girard est fils d’un petit vigneron de la Haute-Marne dont les enfants sont obligés de partir à Paris pour s’engager qui comme bonne à tout faire, qui comme cocher, etc. ; Sébastien Commissaire provient également d’une nombreuse fratrie dont le père exerce des métiers variés comme vendeur de foire ou tisserand) qui au XIXe siècle sont en quête d’ouvrages leur permettant de mettre à profit de très maigres rudiments scolaires. Sébastien Commissaire décrit fort bien les frustrations de son père et les conséquences de la censure pesant sur la vente des livres:

Doué d’une intelligence au-dessus de la moyenne et d’une mémoire prodigieuse, il aimait à lire, il aurait voulu être instruit. Malheureusement, il lui manquait un guide et de bons livres. De loin en loin, il achetait un de ces livres que les colporteurs cachaient dans le double fond de leurs balles et vendaient en secret. C’était à la fin du premier Empire et sous la Restauration ; sous ce dernier gouvernement surtout, le parti clérical était tout-puissant, il empêchait la vente des livres qui le gênaient, qui auraient pu éclairer les populations, mais il était impuissant à empêcher la vente de ces livres qui souillent l’imagination du lecteur.

La bibliothèque de mon père se composait presque exclusivement des Œuvres de Piron, des Contes de La Fontaine, de la Pucelle de Voltaire, de La Guerre des Dieux de Parny, et de plusieurs autres livres plus immoraux encore6.

De la même manière, le jeune Sébastien Commissaire, mis au travail à dix ans, ne sait comment s’instruire. Les ouvrages sont trop chers pour lui, les quelques bibliothèques n’ont pas d’horaires satisfaisants si tant est qu’elles acceptent des enfants, et les bibliothèques scolaires n’existent pas encore :

En même temps que je renonçais aux amusements de mon âge, le désir de m’instruire devenait impérieux : je dévorais tous les livres que je pouvais emprunter. Je lisais indistinctement les bons et les mauvais, je n’avais personne pour me guider.

Ce que j’avais appris chez les Frères était bien peu de chose. Tout mon savoir se bornait à la lecture, à l’écriture, à l’arithmétique : en outre, j’avais quelques notions de géographie. Je connaissais très peu l’orthographe, je n’avais aucune notion d’histoire universelle et aucune idée de ce qu’était une science.

Je n’avais rien de ce qui est indispensable pour étudier; je n’avais ni livres classiques, ni conseils, tout me manquait. Que de lecture perdue faute d’un guide !

D’ailleurs, où aurais-je appris à distinguer les livres qu’on peut lire avec fruit de ceux qui sont plutôt nuisibles qu’utiles ?

Ma mère ne sachant pas lire trouvait que j’étais assez savant; elle me grondait parce que je veillais tard pour m’instruire et aussi parce que je brûlais de l’huile7.

Devenu adolescent, Sébastien Commissaire essaie de suivre les cours du soir et tente toujours de trouver des livres. Il s’engage également dans les luttes politiques des Canuts lyonnais, et fréquente les disciples de Cabet, Fourier, etc. Aussi, lorsqu’il croise le chemin d’hommes résolus à fonder une bibliothèque, participe-t-il avec enthousiasme à l’aventure:

A peu près vers la même époque, les communistes icariens les plus actifs résolurent de se grouper afin d’agir avec ensemble le cas échéant ; ils organisèrent la société dite des bibliothèques. Ce n’était pas une société secrète, la plupart des membres croyaient être dans la légalité et n’avoir rien à redouter de la magistrature royale. Cette société était formée d’un nombre indéfini de groupes ; chaque groupe prenait le nom de bibliothèque; le nombre des membres ne devait pas dépasser le chiffre de vingt. Lorsque ce chiffre était atteint le groupe se dédoublait et formait deux bibliothèques distinctes. Chaque sociétaire payait une cotisation de cinquante centimes par mois; cet argent servait à acheter des brochures et des livres traitant de matières politiques et sociales. Ces livres étaient lus d’abord par les membres du groupe, puis on les prêtait à des citoyens non adhérents pour faire de la propagande. Lorsque le nombre des associés obligeait le groupe à se dédoubler, les livres étaient partagés ainsi que l’argent qui existait en caisse. Le groupe dont je faisais partie se réunissait chez ma mère.

Dans notre ignorance, nous pensions n’avoir rien à craindre des lois de septembre 1834, en nous réunissant au nombre de vingt seulement. C’était une erreur; nos groupes communiquaient entre eux par le moyen d’un délégué par groupe, tous nos groupes concouraient au même but, l’affiliation était facile à établir et dès lors nous tombions sous le coup de la loi. La magistrature du roi Louis-Philippe nous l’a bien prouvé.

Pendant quelques mois tout alla bien, les recrues abondaient; mais un jour le procureur général vint jeter le trouble dans la société en faisant arrêter tous les membres d’un groupe.

Poursuivi pour délit de société secrète, le président du groupe, M. Millet, fut condamné à deux ans de prison; plusieurs de ses coaccusés furent condamnés à des peines un peu moins fortes.

La Société des bibliothèques n’en continua pas moins à fonctionner; on prit un peu plus de précaution, voilà tout8.

Fonctionnement, nom,  dates, et sort de cette bibliothèque populaire avant l’heure sont ceux que les journaux évoquaient lors du procès fait à une « société des bibliothèques » lyonnaise (voir le précédent billet). La ville des Canuts a donc bien eu sa bibliothèque icarienne. On pardonnera à Sébastien Commissaire des approximations sur le nom des prévenus et la durée d’emprisonnement. Comme Jean-Baptiste Girard, Sébastien Commissaire a connu un emprisonnement de nature  politique, et traversé bien des tourmentes …

Cite this article as: Agnès Sandras, "1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (2)," in Bibliothèques populaires, 25/10/2016, https://bai.hypotheses.org/1166.
  1. CARBONNIER, Marianne. La bibliothèque populaire protestante de Lyon au XIXe siècle [en ligne]. Mémoire d’étude du diplôme supérieur de bibliothécaire. Villeurbanne : École nationale supérieure de bibliothécaires, 1976 []
  2. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/10509) []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74948v/f187.image []
  4. Ian Frazer raconte comment Girard et ses camarades « furent conduits lors de leur arrestation de 1849 au dépôt de la Préfecture, où ils aggravèrent leurs cas en lisant à haute voix, pour tuer l’ennui, des extraits du livre Destinée sociale, de Victor Considerant, chef fouriériste proscrit ». Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900), fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction(1861) », Actes du colloque de 1984 sur la Bibliothèque des Amis de l’Instruction ; voir également : BOUCHET Thomas, « « Je les aimais comme des philanthropes ». Sébastien Commissaire (1888)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Fourier (et le fouriérisme) vu(s) par… » , février 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article612 (consulté le 24 octobre 2016).   []
  5. Mémoires et souvenirs, de Sébastien Commissaire, Meton, Lyon, Garcet et Nisius, Paris, 1888, 2 vol. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Ibid. []

1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)

Gallica (BnF)
Événements de Lyon. Barrière de la Croix-Rousse : [estampe] 1831

Le Journal La Presse a fréquemment évoqué la question des bibliothèques populaires entre 1840 et 1860, on y reviendra dans un prochain billet. Mais un premier entrefilet de la rubrique « Nouvelles diverses », publié en 1838, retient l’attention :

Le 12 de ce mois, le tribunal de police correctionnelle de Lyon s’est occupé d’une affaire d’association composée de plus de 20 personnes.

Les prévenus, au nombre de 15, ont prétendu qu’ils voulaient former une bibliothèque populaire, une société de lecture pour l’instruction de la classe ouvrière, que leur intention était de se procurer tous les ouvrages de science, mais que cette société n’était encore qu’un projet qui n’avait pas été exécuté; que dès lors ils ne se trouvaient pas sous le coup de la loi du 10 avril 1834.

Mais le tribunal a reconnu et déclaré l’existence de cette association en contravention à la loi de 1834; il a jugé qu’elle avait été organisée pour répandre, parmi la classe ouvrière, des ouvrages démocratiques dont quelques-uns ont été saisis. En conséquence, le tribunal a condamné à deux mois d’emprisonnement les sieurs Blanc fils et Darlande; à 24 heures d’emprisonnement le sieur Gauthier; à 50 fr. d’amende les sieurs Schmit, Bretonville, Bourguignon, Cheylan, Raoul et Ravet. Les autres prévenus ont été acquittés.1

Si l’affaire n’a pas eu, semble-t-il, davantage de retentissement national, un journal lyonnais lui a consacré ses colonnes à plusieurs reprises. Le Censeur retranscrit l’audience du 5 juillet 1838 qui débute ainsi :

Blanc, Darlande, Champart, Bourguignon, Chélan, Guinand , Lardet, Bretonville, Mazoyer, Ravel, Gautier et Raoul sont prévenus du délit d’association pour s’occuper d’objets politiques et littéraires.

Le commissaire central dépose que la police se présenta un soir chez M. Blanc, cafetier-cabaretier, rue de la Barre, et dans une chambre à l’entresol, trouva MM. Blanc fils, Gautier, Chélan, Ravel et trois autres, assis autour d’une table sur laquelle étaient deux listes contenant des noms; ces deux listes furent saisies. Le lendemain matin, une visite domiciliaire fut faite chez M. Blanc fils, dessinateur, rue de l’Archevêché, et amena la saisie de divers ouvrages de philosophie, d’histoire, de politique et de littérature ; des exemplaires de l’Almanach populaire et des tableaux des droits de l’homme furent également saisis. Interpellé sur l’origine de ces ouvrages, M. Blanc exhiba les factures des libraires.2

L’après-midi, une perquisition chez Darlande permet aussi de retrouver des ouvrages « démocratiques ». Blanc est déjà sur place, ce qui laisse à penser que la police a volontairement laissé le temps aux personnes surprises la veille, en ne les arrêtant pas immédiatement, de se débarrasser d’un certain nombre de documents. En revanche, le procureur entend bien démontrer que cette « société de lecture » surveillée de longue date a des activités illicites. Les deux listes saisies permettent en effet de dénombrer vingt-cinq personnes, ce qui est contraire à la loi de 1834 évoquée plus haut qui limite les réunions à vingt personnes (même si elles se réunissent par petits groupes) sous peine de constituer une association illicite. La loi de 1834 complète dans un sens restrictif l’article 291 du Code pénal :

La surveillance exercée depuis plusieurs mois a permis d’établir que :

Ces personnes se rencontraient à la Croix-Rousse chez Audenis, chez Damery, cafetiers; qu’elles y venaient presque tous les­ jours avec des livres sous le bras ; que parmi elles les unes buvaient du vin, les autres de l’eau, les autres ne faisaient aucune consommation. Il est dès lors évident que lorsque l’on vient au café avec un livre sous le bras, et qu’on n’y boit rien, on forme une association défendue par la loi.3

Pour confirmer le délit d’association non déclarée, le procureur du roi s’appuie sur un carnet de dessins présent dans les papiers de Blanc, « sur lequel se trouvent inscrits les noms des personnes à qui il prêtait des livres de sa bibliothèque particulière, et des noms devant lesquels sont des chiffres de quelques cotisations mensuelles remontant au mois de septembre dernier. »4

Le procureur peine à obtenir des renseignements précis lors de cette séance. Les prévenus savent très bien que s’ils reconnaissent avoir formé une association de plus de vingt personnes, ils risquent l’emprisonnement. Certains admettent avoir emprunté des livres à Blanc de manière occasionnelle, d’autres soutiennent ignorer pourquoi leur nom figure sur le carnet. Gautier donne cependant une explication plus convaincante :

On devait au moyen de 50 centimes par mois, se procurer toutes sortes d’ouvrages. J’ai versé deux francs en quatre fois. J’allais chez Audenis, les livres étaient sur la table, je prenais ceux qui me convenaient, je mettais mes cinquante centimes sur la table, et je m’en allais sans m’inquiéter de savoir qui prenait l’argent. La société n’existait qu’en projet ; elle était subordonnée à l’autorisation. Nous étions réunis chez Blanc pour préparer les statuts.5

Sur ce dernier point, les différentes personnes trouvées par la police chez Blanc indiquent pour se dédouaner qu’ « on ne s’était réuni que pour s’occuper des statuts à faire, avant de demander l’autorisation à l’autorité. »6 Les prévenus feignent donc avoir préparé une future « société de lecture », mais personne n’est dupe. Les sociétés de lecture, associations déclarées, laissent alors généralement peu de latitude quant à l’admission des membres et au choix des ouvrages. De fait, La Presse indique avec raison (voir plus haut) qu’il s’agit dans l’esprit d’une bibliothèque populaire, c’est-à-dire ouverte au peuple avec un choix de livres très ouvert.

La seconde séance devant le tribunal correctionnel se déroule mal pour les deux principaux accusés. Un ballot très important de livres a été découvert aux messageries. Dans les papiers de Blanc une correspondance avec le libraire parisien Pagnerre atteste que les ouvrages étaient achetés en quantité importante, correspondant à une activité bien supérieure d’une vingtaine de membres. Le procureur pourfend l’appellation de « société de lecture » :

Pour tromper l’autorité et ses soustraire à ses recherches, la société s’est couverte d’un voile inoffensif et d’utilité ; elle s’est nommée, par un mensonge adroit, Société de Lecture. – Les sociétaires ne s’étaient point réunis, disent-ils dans un but politique ; ils voulaient seulement répandre le bienfait de l’instruction parmi les classes ouvrières et pauvres, former une bibliothèque où la littérature, la philosophie, les sciences, l’histoire devaient trouver leur place, sans exclusion des ouvrages politiques, parce que l’instruction doit être complète, et qu’elle ne peut pas souffrir d’exclusion.7

La correspondance échangée par Blanc avec son libraire parisien renforce les soupçons du procureur :

Etait-ce bien là leur but ? Quels étaient donc les ouvrages qu’ils faisaient venir de Paris ? Les œuvres de St-Just, de Robespierre, de Marrast. Blanc écrivait : Citoyen, c’est dans le but de faire de la propagande ; aussi je vous conjure de nous les envoyer avec empressement.

Ce n’est donc pas pour lui individuellement qu’il les demandait.

Pagnerre répondait : Je vous recommande les chansons ; c’est le catéchisme le mieux fait et le plus logique. Les secondes chansons politiques ont été condamnées ; aussi je vous engage à les vendre en cachette.8

La correspondance avec Pagnerre fait sérieusement pencher la balance du côté d’une association séditieuse. Si le procureur n’explicite pas ses soupçons devant le tribunal, Pagnerre est réputé pour ses éditions de pamphlets , il est éditeur entre autres de Cabet et Louis Blanc9

Les prévenus sont très habilement défendus par Maître Périer. Celui-ci souligne que le procureur tente de donner des dimensions colossales à l’affaire en lui imprimant une dimension politique :

Eh ! sans doute, Blanc, Darlande et autres, qui ont fait venir ces publications pour les distribuer, ont obéi à cet irrésistible besoin de prosélytisme qui anime tous les hommes à convictions sincères ; ils n’ont fait qu’user d’un droit, car nul de ces ouvrages n’est poursuivi, et il ne saurait être défendu de les propager.

[…] la note où l’on a instruit Blanc qu’un recueil de chansons a été condamné à Paris prouve précisément qu’il ignorait auparavant cette circonstance ; et cet ouvrage, le seul qui soit dans le même cas, n’a été distribué à personne10.

Avec beaucoup d’humour, l’avocat fait feu de tout bois, jouant même sur l’intempérance alors fréquemment reprochée au monde ouvrier, et sur la lecture prônée par les philanthropes comme remède à l’alcoolisme :

Des livres échangés dans un cabaret de la Croix-Rousse ? Mais on agissait avec si peu de mystère, qu’on se plaçait à des tables disposées à l’extérieur, d’où la conséquence qu’on n’avait aucune raison pour dissimuler ces prétendues réunions illicites, puisqu’elles avaient lieu sous les yeux de tout le monde. Si, selon la remarque du cabaretier, l’on buvait peu, c’est une circonstance à la louange des prévenus, qui préfèrent la lecture au vice de l’ivrognerie, et qui ne s’attendaient pas à se voir reprocher aujourd’hui comme un crime leurs habitudes de tempérance.11

Après plusieurs passes d’armes entre le procureur (M. Sériziat) et Maître Périer qui crie à une justice arbitraire, la séance se solde par le jugement suivant :

Le tribunal, après une délibération assez longue, a rendu un jugement par lequel il a tenu pour constante l’existence d’une association de plus de vingt personnes, et condamne Blanc et Darlande à deux mois de prison, Gauthier à 24 heures de la même peine,; les autres prévenus à 50 fr. d’amende et tous solidairement aux dépens. Quatre des prévenus ont été acquittés.12

Peut-on parler de bibliothèque populaire dans la mesure où cette première bibliothèque n’a pas de statuts, de catalogue, ni d’existence reconnue ? Son inexistence physique et administrative, son côté indubitablement politisé, sont liés aux difficultés rencontrées par les premières véritables bibliothèques populaires pour obtenir l’autorisation d’exister. Rappelons que c’est en 1861, sous l’Empire libéral, que la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (première bibliothèque à répondre véritablement aux critères précédemment évoqués qui font une bibliothèque populaire : prêter tous les livres à tous, hommes et femmes) obtiendra non sans mal les autorisations nécessaires. Il a fallu à Lyon des hommes profondément convaincus de la légitimité socio-politique de leur combat pour risquer un emprisonnement en créant une bibliothèque. Nous verrons dans un prochain billet que cette tentative s’inscrit dans le milieu des Canuts lyonnais disciples de Cabet, père de l’Icarie…

Cite this article as: Agnès Sandras, "1838: une bibliothèque « icarienne » fondée à Lyon? (1)," in Bibliothèques populaires, 05/09/2016, https://bai.hypotheses.org/1152.

 

  1. La Presse, 17 juillet 1838 []
  2. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  3. Le Censeur, 12 juillet 1838 : http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215961 []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. []
  6. Ibid. []
  7. Le Censeur, journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 14 juillet 1838 http://collections.bm-lyon.fr/BML_01PER0030215963 []
  8. Ibid. []
  9. Voir Stoskopf Nicolas. La fondation du comptoir national d’escompte de Paris, banque révolutionnaire (1848). In: Histoire, économie et société, 2002, 21ᵉ année, n°3. pp. 395-411. www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2002_num_21_3_2310  []
  10. Ibid. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []

Jules Simon (2/2) : Le ministre de l’Instruction et l’enquête nationale de 1873

 

Image : fr.numista.com

 

Du statut d’opposant à l’Empire, Jules Simon devient, après l’abdication de Napoléon III, ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts.

Il est nommé à ce poste dès le 4 septembre 1870, lorsque le Gouvernement de Défense nationale est formé avec Gambetta, Jules Favre, Crémieux, Picard, le général Le Flô, l’amiral Fourichon, Magnin, Dorian, Glais-Bizoin, Garnier-Pagès et Rochefort1.

La problématique de l’instruction et de la lecture populaires n’est certainement pas le thème le plus brûlant de l’après-guerre de 1870-1871, durant lequel se déroulent aussi les événements de la Commune au printemps 1871.

Dans la tourmente de cette période, certains milieux commencent cependant à se préoccuper de l’instruction populaire, domaine dans lequel tout reste à faire. Parmi eux, les membres de la Société Franklin, et donc Jules Simon, prennent part à cette réflexion. Il s’y attelle d’autant plus qu’il reste ministre de l’Instruction après le 12 février 1871, date à laquelle le Gouvernement de Défense nationale démissionne et remet ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée nationale. La plasticité politique de Simon lui permet de conserver son poste jusqu’en mai 1873, alors que la nouvelle Assemblée et le nouveau Gouvernement sont clairement conservateurs et royalistes. La tendance des orléanistes (monarchistes parlementaires) est alors dominante et les républicains sont battus2.

 Quelle a été sa politique durant ses deux années et demie (septembre 1870 – mai 1873) ?

Républicain, Simon se préoccupe logiquement de l’instruction populaire et des bibliothèques qui doivent l’accompagner. Il est évident à cette époque que les vieilles bibliothèques municipales, ouvertes uniquement aux érudits et aux universitaires ne peuvent pas accueillir les lecteurs en « blouses » et en tablier.

Empêchés d’accéder à ces bibliothèques, les lecteurs populaires ne peuvent que se replier sur les bibliothèques d’associations privées comme les Bibliothèques des Amis de l’Instruction (voir à ce sujet le site de la BAI du IIIe arrondissement).

L’enjeu est donc rapidement, pour Jules Simon, de mettre la main sur ces initiatives privées et de les amener (ou les ramener) dans le giron du Ministère et de l’État.

Cette volonté de prendre le contrôle des bibliothèques populaires dès leur fondation est visible même dans la loi.

Dans la législation de l’époque, c’est le Code pénal qui réglemente la fondation d’une bibliothèque populaire. Il n’existe cependant pas de législation particulière aux bibliothèques populaires : elles sont soumises au droit des associations.

La question du local où doit s’installer la bibliothèque est ainsi une question centrale :

« Le local où sera établie la bibliothèque doit être accepté par le préfet de la Seine ; si ce local dépendait de la mairie l’autorisation municipale serait en outre nécessaire. »3

La tendance dans l’administration est à un renforcement du contrôle de ces bibliothèques, mouvement que Jules Simon prend en marche et encourage.

La première enquête nationale sur les bibliothèques populaires et ses résultats

Pour ce faire, il lui faut d’abord des instruments de mesure, une comptabilité fiable du phénomène des bibliothèques populaires, qui est encore peu connu de l’administration.

Il lance ainsi une grande enquête en envoyant un questionnaire aux bibliothèques populaires connues ou présumées, au début de l’année 1873.

Le questionnaire a été reproduit au même moment dans le Bulletin de la Société Franklin4distribué aux bibliothèques populaires :

Questionnaire du Ministère de l’Instruction publique (avril 1873)

Nom de la bibliothèque ;

La création de la bibliothèque est-elle due : 1° à la municipalité ?

  • 2° à l’initiative privée ? – 3° à l’initiative de propriétaires? – 4° à l’initiative d’industriels ? – 5° à des sociétés ouvrières ? – 6° à des sociétés de secours mutuels ? – 7° à des ministres des cultes ? – 8° à d’autres initiatives ?

Existe-t-il un catalogue ?

Combien la bibliothèque renferme-t-elle de volumes ?

La bibliothèque est-elle ouverte au public ? – ou seulement aux sociétaires ?

Tous les jours ? – ou quels jours par semaine ?

Combien d’heures chaque fois ?

La bibliothèque prête-t-elle des livres au-dehors ou sur place ?

La bibliothèque a-t-elle un budget ?

Quel est-il ?

De quelles ressources disposent les fondateurs ?

Les ressources proviennent-elles de cotisations ? – ou d’une rétribution sur le prêt ?

Y a-t-il un ou plusieurs bibliothécaires ?

Sont-ils rétribués ?

Est-ce le comité ou les bibliothécaires qui choisissent les livres à acheter ?

Tous les dons de livres sont-ils acceptés sans examen ?

Quel est le chiffre des lecteurs ?

Des emprunteurs ?

Quelle est la nature des livres les plus recherchées ?

Citer les titres des ouvrages qui sont demandés le plus souvent ?

Des conférences ou des cours sont-ils joints à ces fondations ?

Quels sont les besoins de la bibliothèque ?

L’appui du Gouvernement est-il réclamé ?

Serait-il utile ? Serait-il nuisible ?

La première interrogation concerne l’origine de la fondation de la bibliothèque : pas moins de huit cas sont prévus. La municipalité y figure comme entrée initiale, avant que toutes les fondations privées soient déclinées : « propriétaires », « industriels », « sociétés ouvrières », « sociétés de secours mutuel » et même « ministres des cultes ». Les questions suivantes concernent l’organisation pratique de la bibliothèque : présence d’un catalogue, nombre de volumes, jours et horaires d’ouverture et prêt à domicile. Viennent ensuite les questions financières, à propos du budget, des recettes et des salaires éventuels. Enfin les questions sur le choix des livres et les prêts, en termes de quantité comme de nature des livres prêtés.

Les deux dernières interrogations du questionnaire laissent en effet entrevoir le caractère intéressé de la démarche de l’administration centrale auprès des bibliothèques populaires. Ces questions apparaissent comme un moyen, pour le Ministère, de s’immiscer dans leur gestion et le fonctionnement des bibliothèques populaires : « L’appui du Gouvernement est-il réclamé ? Serait-il utile ? Serait-il nuisible ? »5.

Pourtant membre de la Société Franklin, qui encourage et défend au même moment l’indépendance des bibliothèques populaires, Jules Simon cherche en tant que ministre à faire progresser le contrôle de l’administration centrale sur ces bibliothèques.

Beaucoup d’entre elles ne s’y trompent pas : elles ne répondent pas à l’enquête du Ministère ou répondent « non » aux questions concernant l’aide du Ministère. C’est le cas notamment de la BAI du IIIe arrondissement ou de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Finalement, les chiffres des résultats de l’enquête ministérielle diffèrent de ceux donnés par la Société Franklin la même année. Le Ministère a reçu des réponses de 773 bibliothèques, dont 265 communales et 508 populaires (sans distinction entre associations de lecture laïques et religieuses)6 ; la Société Franklin a quant à elle compté 457 bibliothèques populaires, 387 bibliothèques confessionnelles et 352 municipales.

La suite : Jules Simon démissionne, mais le cap est fixé

Accablé par les critiques du « lobby » clérical, qui lui reproche sa trop grande modération et ses liens trop appuyés avec les républicains, Jules Simon quitte le Ministère de l’Instruction le 18 mai 1873. Il démissionne dans un contexte d’effondrement du Gouvernement Dufaure, qui sera renversé seulement une semaine plus tard.

Mais l’enquête nationale, dont il a récolté les résultats un mois avant sa démission, est ensuite le pivot de l’action de ses successeurs.

Par la suite, un Service des Bibliothèques populaires est en effet créé au Ministère, ainsi qu’une Commission consultative des Bibliothèques populaires. Parallèle à la Commission consultative des Bibliothèques scolaires, cette Commission est chargée de choisir les livres envoyés par le Ministère aux bibliothèques populaires.

L’arrêté du 6 janvier 1874 qui règle la sélection des ouvrages par la Commission consultative pose également plusieurs obligations pour réglementer le fonctionnement d’une bibliothèque populaire. Le Ministère propose d’envoyer gratuitement aux bibliothèques populaires qui ont répondu favorablement aux dernières questions de l’enquête des concessions de livres achetés par lui.

Cette aide est cependant assortie d’un ensemble de dispositions visant à renforcer la surveillance exercée sur la bibliothèque aidée. L’article 4 de l’arrêté du 6 janvier 1874 annonce ainsi qu’ « il n’est fait de concessions que sur la proposition des préfets »7. L’article 5 oblige les bibliothèques populaires aidées à accepter des inspections régulières de l’État et prévoit déjà la possibilité d’une récupération par une bibliothèque publique d’une partie du fonds d’une bibliothèque populaire :

« Il n’est accordé de livres qu’aux bibliothèques qui s’engagent à se soumettre à l’inspection de l’État, et en cas de dissolution de la société ou de fermeture de la bibliothèque, à reverser à une bibliothèque publique du département les ouvrages accordés par l’État. »8

La contrepartie demandée est donc d’importance : à tout moment, les bibliothèques doivent se tenir prêtes et sont susceptibles d’être inspectées, de la même manière qu’un autre service administratif, par les inspecteurs désignés. Ce comportement à l’égard de bibliothèques pourtant indépendantes administrativement tend à les confondre avec un établissement public : cette confusion et la perte d’autonomie qui s’ensuit heurtent frontalement les principes d’indépendance chers à la majorité des bibliothèques populaires.

Jules Simon serait-il allé aussi loin dans le contrôle et la soumission des bibliothèques populaires s’il était resté ministre de l’Instruction ?

Impossible de le dire, d’autant que la Société Franklin, dont il est toujours membre, dénonce à la même époque (en 1878) « l’embrigadement des bibliothèques populaires libres »9.

Le personnage n’en est pas cependant à une contorsion prlecture, ès… et il semble bien qu’il ait participé à un renforcement du contrôle administratif sur les bibliothèques populaires tout en encourageant leur fondation, les deux aspects ne lui paraissant pas, au fond, si antagonistes ; la lecture peut en effet jouer un rôle d’encadrement social et de formation professionnelle des masses :

« Il y a des siècles que les ouvriers français sont les premiers ouvriers du monde pour tout ce qui touche aux arts industriels […]. En de telles matières, Messieurs, il ne suffit pas que le patron, le dessinateur, le coloriste aient du goût. Si l’ouvrier lui-même n’a pas le sentiment de l’art, s’il n’a pas l’oeil artiste, s’il ne sait pas être fier de la perfection de ses produits, la fabrique ne tarde pas à décroître. »10

Si la France veut conserver son rang dans la compétition économique entre les nations, elle doit se préoccuper de former sa main d’oeuvre… Ou comment l’instruction comme épanouissement individuel rejoint l’intérêt collectif, rêve d’un Jules Simon qui navigue perpétuellement entre liberté et contrainte, entre tolérance progressiste et défense de l’ordre établi, entre beauté de la souveraineté citoyenne et force de la soumission à l’intérêt général.

1Sur le Gouvernement de Défense nationale, voir le site Data.bnf.fr

2Adolphe Thiers est alors élu président de la République et le modéré Jules Dufaure est président du Conseil.

3Art. 291 du Code pénal de l’époque.

4Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 151.

5 Ibid., t. 5, 1873, pp. 143-144.

6Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, n° 333, 26 mai 1874.

7 Arrêté cité dans le Bulletin de la Société Franklin, t. 6, 1874, pp. 88-89.

8 Ibid.

9Bulletin de la Société Franklin, t. 10, 1878, p. 169.

10Jules Simon, Les bibliothèques populaires, Lyon, Impr. Stock, 1865, p. 10.

 

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Pour faire une «section populaire» (recette de 1913)

    Le lent délitement des bibliothèques populaires au XXe siècle étonne. Après l’enthousiasme des années 1860, la floraison des années 1880, comment et pourquoi les bibliothèques populaires ont-elles laissé place aux bibliothèques municipales ? Les raisons de leur effacement sont multiples. Parmi elles, un mépris croissant de la lecture « publique » qui, à l’orée du XXe siècle, voit dans la « populaire» le lieu d’une lecture désuète, celle du feuilleton, celle d’une organisation empirique. Eugène Morel n’est visiblement pas le seul ni le premier à penser que “la France aura des bibliothèques lorsqu’elle cessera d’avoir des populaires”.

   Ce mépris a été précédé d’une stratégie de domination. Peu à peu vidées de leur côté pionnier par la législation, surveillées aussi bien par le Second Empire que la Troisième République, les bibliothèques populaires sont inéluctablement cantonnées à un rôle de bibliothèques de prêt pour des populations qui n’auraient pas de besoins intellectuels.

   Prenons un exemple parmi d’autres. La bibliothèque municipale de Conches (Conches-en-Ouche, Eure) reçoit à plusieurs reprises les visites de l’inspection des bibliothèques, soucieuse du sort réservé aux incunables et manuscrits provenant de l’abbaye bénédictine voisine. Signalées par le guide Joanne, ces merveilles1 attirent quelques touristes érudits qui peuvent demander à les voir. Les habitants de Conches, bien que très fiers de ce patrimoine local dont ils ont demandé à ce qu’il soit conservé par leur ville, souhaiteraient évidemment avoir à leur disposition des ouvrages plus récréatifs ou instructifs. En novembre 1856, le maire de Conches fait la demande suivante au ministre de l’Instruction publique et des cultes:

Cette bibliothèque, comme celles de la plupart des petites villes de province qui en possèdent, ne se compose guère que de livres ascétiques, de traités de morale et de théologie, et de classiques anciens, qui offrent peu d’attraits au commun des lecteurs. M. le maire de Conches sollicite de votre excellence le don de quelques livres modernes et notamment de quelques bons ouvrages relatifs à l’industrie agricole2

Il obtient en effet dès 1857 la concession d’une vingtaine de livres  dont la composition prête à sourire. Citons entre autres : Le Plutarque français, La Réforme de l’enseignement, La Bibliothèque historique du département de l’Yonne, Le Glossaire du centre de la France, La clef du Coran, La Poésie à Napoléon III, etc.3

Les réponses de la municipalité aux enquêtes du ministère sont donc invariables. La bibliothèque de Conches ne prête pas plus de trois ou quatre ouvrages par mois… Rassurés quant au sort des incunables et des manuscrits, dûment catalogués et abrités, les inspecteurs des bibliothèques ne peuvent que constater que les Conchois n’ont pas d’ouvrages à emprunter. Voici donc la « recette » donnée par l’un d’eux dans un rapport daté de 1913 :

En dehors des fonds des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, il n’y a à Conches que quelques volumes du XIXe siècle, sans grand intérêt, et que personne ne consultera. Quant aux livres qui peuvent être demandés et lus, ils se composent uniquement d’une collection de V. Hugo à 0.25 centimes et de 20 à  25 volumes à 3 francs 50 dont les œuvres d’E. Augier. Dans ces conditions, il n’y a pas d’emprunteurs, ou il y en a peu.

Le bibliothécaire, sans traitement, est le secrétaire de la mairie. Il est bien disposé et tout prêt à faire fonctionner le dépôt comme bibliothèque populaire. La première condition à remplir, c’est d’avoir des livres à prêter.

Voici les indications que j’ai données au secrétaire M. Guillois :

Il y a au budget municipal un crédit de 50 francs pour reliure. Il faut d’abord employer ce crédit, et faire relier les quelques volumes qui peuvent être prêtés.

Mettre à part, dans une  armoire ou sur des tablettes, dans une salle de la mairie, les livres qui sont destinés à constituer la populaire : la salle où sont les fonds anciens est entièrement remplie.

Demander au Conseil un crédit de 150 francs ou 200 francs pour commencer, et acheter un certain nombre de volumes à prêter. Demander (en même temps) une concession au Ministre. Quand on aura acquis une centaine de volumes, la Bibliothèque pourra fonctionner. Les prêts seront faits facilement, puisqu’on les demande tous les jours, aux heures d’ouverture de la mairie, le secrétaire étant bibliothécaire4

L’infaillible recette fut-elle appliquée ? ! En 1924, le maire répondait à l’enquête par les chiffres suivants : 3 emprunteurs, 4 livres empruntés. Et il ajoutait en commentaire une remarque identique à celle faite par son prédécesseur  soixante-dix ans plus tôt : « quelques dons de livres utiles pour nos populations agricoles seraient bien accueillis » … 5

  1. qu’on peut voir  ici: http://www.culture.gouv.fr/documentation/enlumine/fr/BM/conches.htm []
  2. archives nationales: F/17/17341 []
  3. ibid. []
  4. ibid. []
  5. ibid. []

(Demandez) le programme du colloque sur les bibliothèques populaires 2014

   A la fin de son ouvrage sur les Bibliothèques populaires (1978), N. Richter énumère les différentes recherches archivistiques et bibliographiques à entreprendre. Six ans plus tard, un colloque portant sur « Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des amis de l’instruction » évoque les chantiers à ouvrir comme la reconstitution virtuelle des premiers fonds des bibliothèques populaires. Organisé à l’initiative de la toujours vivace Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3 e arrondissement, un colloque explorera en juin 2014 ces pistes fécondes. On en trouvera ci-dessous le programme.

Certains des intervenants publieront ici des billets faisant état de leurs recherches ou développeront des points que le temps forcément contraint d’un colloque oblige à résumer. Nous espérons aussi que ce carnet, grâce à la magie des mots-clé, nous amènera des lecteurs aux greniers emplis d’archives. En effet, l’aventure des bibliothèques populaires ne se borne pas aux statuts et catalogues imprimés, aux archives institutionnelles.

Nous sommes à la recherche d’archives inédites, de photographies, de lettres, d’affiches, de livrets de lecteurs … qu’on se le dise! Il ne faut pas hésiter à contacter la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

   

Et voici donc le programme, pour le moment sagement rangé par ordre alphabétique :

PROGRAMME DU COLLOQUE: 6 et 7 juin 2014 (Arsenal, BnF)

Comité scientifique: Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint Quentin) ; Agnès SANDRAS (BnF)

 

Isabelle ANTONUTTI (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »

Loïc ARTIAGA (Université de Limoges), « La bibliothèque de l’Union des coopérateurs de Limoges (1924-2014) »

Alan BAKER (Cambridge University), « Les bibliothèques populaires et la connaissance géographique dans la France rurale (1860-1900) »

Marie-Françoise CACHIN  (Université Paris-Diderot), « Introuvables bibliothèques populaires britanniques »

Loïc CHALMEL (Université de Lorraine/ Laboratoire Alsace-Lorraine) : « Ex libris veritas »

Fabrice CHAMBON (Bibliothèques de Montreuil), « Actualités des bibliothèques populaires. Entre tentatives de valorisation du patrimoine et héritage militant : le cas de Montreuil »

Carole CHRISTEN (Université Lille Nord de France-Lille 3 – Institut universitaire de France), « Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du XIXe siècle ? »

Claude COLLARD (Bibliothèque nationale de France), « L’aventure continue au XXe siècle : les conférences des amis de l’Instruction à Chalon sur Saône dans les années 60 »

Pierre FAROUILH, Danièle MAJCHRZAK (Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement), « Promenade(s) avec les premiers lecteurs de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3e arrondissement »

Marie GALVEZ(Bibliothèque nationale de France), «La création de la salle B ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale sous le Second Empire »

Jean-Charles GESLOT (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864)  »

Hélène LANUSSE-CAZALÉ (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au XIXe siècle »

Bruno LIESEN (Université libre de Bruxelles), « Les bibliothèques populaires de la Ville de Bruxelles : un réseau communal d’inspiration laïque »

Etienne NADDEO (Ecole nationale des Chartes), « Les bibliothèques populaires de Paris et de sa banlieue sous l’Occupation (1940-1945) »

Charlotte PERROT-DESSAUX (Université Paris Diderot), « Les bibliothèques populaires argentines ou quand la lecture « publique » est prise en charge par la communauté »

Denis SAILLARD (CHCSC, Université de Versailles St-Quentin), « La bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914) »

Agnès SANDRAS (Bibliothèque nationale de France), « Les petites sœurs de la Bibliothèque des amis de l’Instruction du 3e arrondissement : Hortes et Vernon »

Charles-Éloi VIAL (Bibliothèque nationale de France), « Des bibliothèques de prêt méconnues : les lectures de domestiques dans les palais de la Couronne au XIXe siècle »

 

 

 

 

 

 

Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ?

     « Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? » Si la formulation de cette phrase fleure bon le XIXe siècle, sa modernité est incontestable. Et pourtant, elle date de 1873. On la trouve dans un extrait du rapport de la Bibliothèque populaire de Sète envoyé au Bulletin de la Société Franklin 1.

Ce rapport est un excellent exemple du rôle pionnier qu’ont pu jouer les bibliothèques populaires dans l’étude du lectorat: lectures selon l’âge et le sexe, types d’ouvrages empruntés, influence des saisons… On appréciera jusqu’au pragmatisme pionnier du rédacteur  (« Ils venaient, c’était déjà beaucoup ») …

« Bibliothèque populaire de Cette

   Nous extrayons les passages suivants du rapport présenté aux souscripteurs, au nom du Conseil d’administration, sur la situation morale de l’oeuvre et les résultats obtenus:

   Notre premier soin, dès que vous nous eûtes choisis pour administrer l’œuvre pendant cette première année, fut, après la confection des règlements qui vous ont été communiqués, de partager la bibliothèque en deux sections, mobile et fixe.

    La première section, dont les livres devaient être prêtés sans rétribution aucune, pour être lus hors du local de la bibliothèque, justifiant notre titre de bibliothèque populaire gratuite, nous occupe tout d’abord.

     Dès le 1er mars 1872, nous mettions à la disposition du public 729 volumes. Ce nombre s’est élevé depuis à 973, où il est aujourd’hui.

   La bibliothèque fixe, dont il vous sera parlé tout à l’heure, devant être considérée comme suffisamment pourvue, du moins pour le moment, une plus grande partie de nos ressources viendra désormais se porter sur la section mobile, et ce nombre de 973 volumes s’accroîtra nécessairement pendant l’année qui va commencer.

   Nous nous sommes inspirés, pour le choix du premier noyau de livres de la section mobile, des catalogues publiés par les Sociétés instituées déjà pour la propagation des bons livres. Tendant au même but qu’elles, nous devions employer les mêmes moyens. Notre inexpérience au début nous y obligeait un peu, nous ne craignons pas de l’avouer. Tenant compte cependant du milieu particulier dans lequel notre oeuvre naissait, nous écartions de certains catalogues ce qui nous paraissait par trop doctrinaire.

    Cette conduite nous était toute tracée par l’article 2 de nos statuts.

973 volumes ont donné lieu, du 1er mars au 30 novembre dernier, jour où nos statistiques ont été arrêtées, à un mouvement de 7901 sorties de livres, ce qui donnerait pour une année 10534, en se guidant sur la moyenne de ces neuf premiers mois.

Il a été lu:

Catégorie      A. Philosophie, morale, religion……………………………..289 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………….1204 vol.

                     C. Voyages, géographie…………………………………………..811 vol.

                     D. Littérature, romans……………………………………….4645 vol.

                     E. Sciences…………………………………………………………….717 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. ….119 vol.

                     G. Economie politique, législation……………………….   116 vol.

                                                             TOTAL …………………..   7901 vol.

    De l’aspect de ces chiffres, il ressort d’abord que la lecture des livres sérieux entre pour près de moitié dans l’ensemble, car ces derniers livres représentent sur ce premier tableau les 42 % de la totalité.

    Poussant plus loin nos recherches, nous voyons que les enfants de 12 à 16 ans ont lu:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………53  vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………..388  vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..318  vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..2009 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..297 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. . 38 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………..19 vol.

                                                             TOTAL ……………………3122 vol.

    Dans ce total, la littérature et les romans entrent pour 67% et les livre sérieux pour 33. Sur 3 livres lus par des enfants, il s’en est donc trouvé toujours 1 d’instructif.

    Est-ce là un bien mauvais résultat ?

    Fallait-il effrayer ces jeunes imaginations par l’excès de livres arides dans nos catalogues ? Nous devions nous attendre certainement à ce que les enfants vinssent chercher ici, disons le mot, des lectures amusantes. Ils venaient, c’était déjà beaucoup.

     Nous pouvons vous affirmer que malgré le titre de Littérature, romans, de notre catégorie D, ces deux mille ouvrages d’imagination lus sont pour la plupart des romans historiques et des livres où la science et l’anecdote se mêlent heureusement.

    A l’aspect fatigué de certains volumes tant de fois sortis de nos rayons, tels que le Conscrit de 1813, Waterloo, l’Invasion, ces récits si pleins de patriotisme, d’Erckmann-Chatrian ; à l’aspect aussi de l‘Histoire d’une bouchée de pain, de Jean Macé, ce petit chef d’oeuvre de science familière, et des livres de Jules Verne, vous pourrez vous convaincre si nous n’avons pas réussi, sous la forme amusante de ces ouvrages, à faire pénétrer quelque chose de bon et d’utile dans l’intelligence de nos enfants.

    Les jeunes gens de 16 à 25 ans ont pris:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion…………………………………134 vol.

                     B. Histoire, biographies…………………………………….. 494 vol.

                     C. Voyages, géographie………………………………………..251 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..1662 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..321 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce.. 56 vol.

                     G. Economie politique, législation…………………………24 vol.

                                                             TOTAL ……………………942 vol.

    Dans ce 2e tableau, la Littérature et les Romans ne représentent plus que les 56 %. Presque autant de livres utiles que de livres amusants ont été lus par cette catégorie de lecteurs; encore vous venez de voir quels sont en grande partie les livres amusants de notre section mobile.

    Enfin, aux hommes de 25 ans et au-dessus, il a été délivré:

Catégorie A. Philosophie, morale, religion……………………………..102 vol.

                     B. Histoire, biographies……………………………………323 vol.

                     C. Voyages, géographie……………………………………..242 vol.

                     D. Littérature, romans………………………………………..974 vol.

                     E. Sciences……………………………………………………………..99 vol.

                     F. Sciences appliquées, agriculture, commerce. 25 vol.

                     G. Economie politique, législation………………………. 72 vol.

                                                             TOTAL ………………….1837 vol.

ce qui ne représente plus pour la Littérature et les Romans que 53%.

    Le chiffre des lecteurs a été jusqu’à fin novembre de 42 femmes et 625 hommes. Ce total de 667 lecteurs différents en 9 mois se décompose pour chauqe mois de la manière suivante:

Mars ………………………………………………. 15 femmes 229 hommes

Avril……………………………………………….. 20 femmes 284 hommes

Mai…………………………………………………..22 femmes 275 hommes

Juin…………………………………………………..24 femmes 276 hommes

Juillet………………………………………………..24 femmes 226 hommes

Août…………………………………………………..22 femmes 217 hommes

Septembre………………………………………….. 26 femmes 197 hommes

Octobre………………………………………………. 25 femmes 259 hommes

Novembre…………………………………………….24 femmes 291 hommes

    La progression a été constante jusqu’aux mois de chaleur, pour s’élever en octobre et atteindre en novembre à un chiffre plus fort qu’en aucun des huit autres mois. »2

   

    

 

  1. « Bibliothèque populaire de Cette », in Bulletin de la Société Franklin n° 81, 1er octobre 1873. La société Franklin, fondée en 1862, œuvrait à la propagation des bibliothèques populaires. Le Bulletin donnait des conseils pratiques, restituait l’expérience des différentes bibliothèques populaires, etc. []
  2. Ibidem []

Les soirées de lecture de la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement

Au XIX e siècle, certaines bibliothèques populaires organisèrent des conférences gratuites. La Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement parisien (BAI), sise au 54 rue de Turenne, tient à  conserver cette tradition.

Pour  2012-2013, le thème retenu est celui du roman populaire, clin d’oeil à un type d’ouvrages très présents dans les bibliothèques populaires  même si la volonté initiale de leurs fondateurs était surtout d’acheter des ouvrages instructifs…

Voici la première partie du programme. Attention, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles …

Lors de notre premier rendez-vous, jeudi 11 octobre, Daniel Compère, auteur de l’ouvrage Les romans populaires (Presses Sorbonne Nouvelle, 2012),  a dressé un passionnant panorama de l’histoire des romans populaires.

Viennent ensuite:

  •  jeudi 22 novembre 2012 (19h30) : la naissance du roman-feuilleton avec Alexandre Dumas et Eugène Sue (D. Compère)
  •  jeudi 13 décembre 2012  (19h30) : le roman populaire sous la IIIe République et l’essor de la presse (Jean-Luc Buard)
  • jeudi  24 janvier 2013  (19h30): le roman populaire sous le Second Empire et Ponson du Terrail (Jean-Luc Buard)
  •  jeudi 14 février 2013 (19h30):  le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi (Marie Palewska)

Métro : Chemin-Vert et Saint-Paul –  Autobus : 29 et 96

Bibliothèque des Amis de l’instruction, 54, rue de Turenne, 75003 PARIS