Archives par mot-clé : ouvriers

Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914)

[NB le texte qui suit prolonge une communication donnée  au Symposium international « Le Livre, la Roumanie, l’Europe »  (Mamaia, 2012.)]

D’un côté une collection de manuels présentés comme une « encyclopédie des sciences et des arts » à visée philanthropique, de l’autre des bibliothèques se donnant pour « objet de mettre à la disposition des sociétaires les livres nécessaires à leur instruction, au développement de leurs facultés morales et intellectuelles ». Il serait tentant d’imaginer que les manuels Roret ont été les hôtes obligés des bibliothèques populaires du XIXe siècle, mais l’étude des catalogues relativise cette supposition. Le peu de manuels Roret dans certaines bibliothèques populaires s’avère ne pas relever d’un simple problème financier, et reflète une grande complexité des enjeux parfois contradictoires qui se sont noués autour des éditions à visée instructive et des bibliothèques.

La collection des manuels Roret fait aujourd’hui à la fois les délices des bibliophiles et des historiens soucieux de mieux connaître des métiers oubliés ou la vulgarisation scientifique au XIXe siècle. Il importe, pour mieux en saisir l’esprit dans son contexte, de revenir à la définition qu’en donnaient les contemporains. Prenons par exemple celle de la Grande Encyclopédie :

RORET (Nicolas-Edme), éditeur français, né à Vendeuvre-sur-Barse (Aube) en 1797, mort à Paris en 1860. Entré comme apprenti, à seize ans, chez son beau-frère, Ferra, libraire à Paris, puis commis, de 1810 à 1821, chez Arthus Bertrand, il fonda, cette dernière année, avec un nommé Roussel, qui ne demeura que peu de temps son associé, une maison d’édition, reprise, après sa mort, par son fils E. Roret. Il est connu surtout par la collection des Manuels Roret, petite encyclopédie populaire des sciences et des arts, dont il commença la publication en 1825 et qui compte aujourd’hui plus de cinq cents volumes de format in-18. Elle constitue un document précieux pour l’étude de la technique, et Berthelot a démontré que plusieurs des recettes qui figurent dans les manuels Roret reproduisent textuellement celles des papyrus égyptiens[1].

Cette notice présente l’Encyclopédie Roret comme une « petite encyclopédie populaire des sciences et des arts ». Tel est le but revendiqué par l’éditeur qui intitule l’ensemble « Collection des manuels Roret formant une Encyclopédie des sciences et des Arts, format in-18 ; par une réunion de savants et praticiens ». Cohabitent entre autres le Manuel complet de la bonne compagnie ou guide de la politesse et de la bienséance, le Manuel du bouvier et zoophile, ou l’art d’élever et de soigner les animaux domestiques, le Manuel du chaufournier, contenant l’art de calciner la pierre à chaux et à plâtre, le Manuel de la chimie amusante, le Manuel du banquier, de l’agent de change et du courtier, contenant les lois et règlements qui s’y rapportent, les diverses opérations de change, courtage et négociation des effets à la bourse, etc. Faisant soi-disant appel aux plus savants dans chaque matière, les Roret devaient ainsi se substituer à la véritable Encyclopédie, laquelle s’avérait sur bien des points obsolète et d’un prix trop élevé pour la plupart des bourses. Il est exact que dans la collection figurent des noms prestigieux et d’autres plus obscurs, mais recrutés parmi les spécialistes. Roret aurait choisi d’héberger chez lui ces auteurs afin de les aider dans la conception des manuels et les motiver jusqu’à obtention d’un ouvrage prêt à être publié. Très sensible aux critiques, il n’hésite pas non plus à demander à un nouvel auteur de refaire un manuel bâclé par un autre, ou désuet. Le succès entraînant la copie, l’éditeur gagne un procès contre ses concurrents indélicats et rappelle cet épisode dans un « Avis » qui, placé au début des manuels, sert aussi à la promotion :

Le mérite des ouvrages de l’Encyclopédie-Roret leur a valu les honneurs de la traduction, de l’imitation et de la contrefaçon. Pour distinguer ce volume, il portera, à l’avenir, la véritable signature de l’Éditeur.

La collection, tout d’abord reprise par son fils, se maintient jusqu’à la fin du XIXe siècle en s’adaptant au fur et à mesure aux nouveaux centres d’intérêt. Apparaissent au fil des inventions techniques un Manuel des chemins de fer, ou principes généraux de l’Art de les construire, par M. Riot, l’un des gérants des travaux d’exécution du chemin de fer de Saint-Étienne, ou bien un Manuel de vélocipédie […] terminé par l’art de monter et de diriger la bicyclette. Trois grands domaines cohabitent dans cet ensemble :

  • Une vulgarisation des sciences alors en plein développement : chimie, botanique, zoologie, etc. Au début de sa carrière, Roret qui a travaillé à une édition des Suites de Buffon, a pu connaître des sommités scientifiques et leur proposer de collaborer à sa collection.
  • Une palette des divers métiers, activités et savoir-faire. Censés permettre de mieux exercer telle ou telle profession (charbonnier, vigneron, agent de change…), les manuels sont plutôt une approche documentaire que des ouvrages pratiques.
  • Une initiation au « savoir-vivre » à l’usage d’une bourgeoisie montante comme le Manuel des dames ou l’art de l’élégance sous le rapport de la toilette, des honneurs de la maison, des plaisirs, des occupations agréables. Il s’agit clairement de procurer les codes nécessaires à ceux qui – grâce aux manuels précédents ? – auraient changé de position sociale.

Notons ce que ces in-18 sont nantis pour certains d’entre eux d’un « atlas » qui contribue à leur succès. Ainsi, le Nouveau manuel complet de la broderie publié en 1840 comporte des planches de motifs, le Nouveau manuel complet de l’architecte des monuments (1859) donne de nombreuses vues de façades, ou encore le Nouveau manuel complet des machines-outils employées dans les usines et ateliers de construction pour le travail des métaux (1866) offre des schémas complexes. Ces planches entraînent une élévation du prix des manuels qui ne les rend pas accessibles à toutes les bourses quoiqu’en prétendent les concepteurs.

L’Encyclopédie Larousse propose quant à elle une présentation de la collection déjà plus caustique. Tout en reconnaissant le côté pratique de ces guides de vulgarisation, Larousse critique l’extension des manuels à des domaines moins techniques, où la vulgarisation est quasi impossible ou expose à des simplifications parfois spécieuses. Son analyse nous plonge au cœur de la réception de ces manuels que ce soit au niveau individuel ou collectif. On le verra, les manuels Roret sont perçus par différents milieux comme les véhicules d’une pensée volontairement nivelée :

Manuels Roret, collection encyclopédique des sciences et des arts (1825-1873, environ 300 vol. in- 18).On peut appliquer à cette volumineuse et utile collection le vers de Martial:

Sunt bona, sunt mala, sunt mediocria plura.[sic]

Le but de l’œuvre était excellent, et l’éditeur Roret, qui en conçut l’idée et le plan, et ceux qui depuis ont continué sa tâche, sont assurément dignes d’éloge. Mais il faut toujours compter avec l’imperfection des œuvres humaines. Au moment où les résumés historiques étaient en pleine vogue, où des écrivains de race, comme Armand Carrel et Alphonse Rabbe, ne dédaignaient pas d’y mettre les mains, dans le but d’aider à la vulgarisation de l’instruction, Roret eut l’idée d’appliquer les mêmes procédés aux sciences, à 1’industrie, aux beaux-arts, dans une série de petits volumes, de format portatif, qui devinssent pour certains lecteurs une sorte de vade-mecum, de memento, et pour les autres un guide propre à les renseigner à l’occasion, à leur fournir même, le cas échéant les indications indispensables pour une pratique accidentelle. Le succès qu’obtinrent dès leur apparition les Manuels Roret prouva l’excellence du calcul de l’éditeur. Ce que l’on désire, lorsqu’on a recours à ces sortes de guides, c’est moins une dissertation qu’un exposé purement pratique de la matière et la vulgarisation des procédés: la plupart des Manuels Roret satisfont pleinement à cette condition. Leur ensemble embrasse à peu près la totalité des matières d’une encyclopédie, à un point de vue technique. Les meilleurs sont ceux qui traitent des arts et métiers ; ce qui touche à l’agriculture, à la construction et aux procédés pratiques est généralement judicieux et dû à la plume d’écrivains compétents. Mais après avoir donné les guides véritablement utiles, ceux qui peuvent servir, par leur exactitude, aux hommes du métier eux-mêmes, l’éditeur a exagéré sa tâche. Quel besoin avait-il de nous offrir le manuel des sorciers, le manuel du canotier, le manuel du garde national, le manuel du chasseur taupier ? C’est bien assez de nous donner tous les corps d’état, sans ajouter à la liste déjà si longue ce qui n’est ni un état ni une profession. Les manuels qui traitent de matières générales sont bien inférieurs aux manuels techniques. Le manuel de littérature est tout à fait insuffisant, bon à peine pour l’instruction d’une petite pensionnaire ; les trois volumes qui traitent de la bibliographie ont encore leur utilité, et les deux volumes que comporte le manuel d’archéologie sont pleins de renseignements exacts, précis ; mais que dire du manuel du blason ? Comment a-t-on pu accueillir, dans une collection en somme sérieuse, de pareilles élucubrations[2] ?

Dans les années 1860, lorsque les bibliothèques populaires se développent, la collection Roret est encore très dynamique. Pourtant, on l’a déjà souligné, elle est singulièrement absente de certains catalogues et lorsqu’elle s’y trouve, ce n’est pas de manière exhaustive. Certes, on imagine que dans de petites bibliothèques, l’achat de plusieurs centaines de volumes d’une même collection n’est pas financièrement envisageable et ne correspond pas aux demandes des lecteurs. Mais on constatera que sur certains thèmes, ces bibliothèques ont préféré acheter chez d’autres éditeurs. En essayant de saisir les raisons de ces choix, on découvre un faisceau d’hypothèses et de raisons qui convergent de façon extrêmement intéressante. Le peu d’appétit des bibliothèques populaires pour la collection Roret prouve, si besoin était, qu’elles se sont parfois affranchies silencieusement des contraintes qui pouvaient peser sur leurs acquisitions, mais peut-être pour s’inféoder à d’autres obligations.

Rappelons que le grand moment de naissance de ces bibliothèques populaires à la fin du Second Empire correspond à des aspirations contradictoires. Le pouvoir en place comprend devant la place croissante de la lecture qu’interdire les imprimés ne servirait à rien. Il essaie donc d’organiser au mieux les différents modes d’accès aux ouvrages : colportage, librairies, bibliothèques, écoles… Les Églises, inquiètes également, se chargent d’un contrôle de la lecture et tentent de l’orienter de manière utilitaire. Le livre est vu comme un possible adversaire efficace de l’alcoolisme et un élément fédérateur des familles en ce qu’il peut contribuer à enseigner la morale. Viennent enfin diverses initiatives privées. Ici et là, des patrons fondent dans leurs usines des bibliothèques dont la visée avouée est philanthropique, mais souvent redoublée par l’idée qu’un ouvrier qui sait lire peut progresser et rapporter davantage à l’entreprise. Quelques prolétaires, convaincus à la suite des journées de 1848 que leurs voix ne seront entendues que lorsqu’ils seront instruits, réclament un accès plus facile aux livres qui sont trop chers pour eux, et aux bibliothèques qui ne se montrent guère accueillantes et ne prêtent pas les ouvrages. Le livre est tiré à hue et à dia vers deux objectifs parfois antagonistes que sont l’instruction et l’éducation. Dans ce contexte compliqué naît en 1861 la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement parisien. Voulue par des ouvriers et des artisans influencés par les idées de Blanqui et pour certains poursuivis pour leurs activités associationnistes, elle se met sous la double protection des Associations philotechnique et polytechnique dont les professeurs sont proches du cercle impérial. C’est à ce prix qu’elle parvient à mettre en place une organisation puissamment novatrice basée sur le système associatif. Contre un droit d’inscription et une cotisation, les membres (hommes et femmes) peuvent emprunter à domicile des ouvrages dont ils ont demandé l’acquisition. Les membres du conseil gèrent au quotidien le fonctionnement de l’association. Bientôt suivie par d’autres bibliothèques des Amis de l’Instruction à Paris, en banlieue et en province, la Bibliothèque du IIIarrondissement inspire aussi des créations de bibliothèques populaires quelque peu différentes, ce qui contraint le pouvoir impérial à légiférer sur la question et à imposer un cadre strict. On tente désormais de distinguer les bibliothèques scolaires, gérées par les instituteurs, et relevant du Ministère de l’Instruction Publique, des bibliothèques populaires relevant du Ministère de l’Intérieur. Ces dernières doivent déposer leurs statuts à la préfecture, et accepter une surveillance. Par exemple, les catalogues doivent être soumis à l’approbation des autorités. Les débuts de la Troisième République sont encore difficiles pour les bibliothèques populaires qui continuent néanmoins de se multiplier par milliers avant d’être progressivement éliminées ou absorbées par les bibliothèques municipales au XXe siècle.

Quelques bibliothèques ont transmis une partie de leurs archives, beaucoup ont imprimé des catalogues. Dans les années 1860, les manuels Roret sont rares dans les bibliothèques populaires, voire inexistants. Prenons ici deux exemples. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement a acquis assez rapidement le manuel Constantin de bibliothéconomie. Enregistré sous le numéro 2434, il n’est pas identifié dans le registre des entrées comme un manuel Roret et figure simplement de la manière suivante : « CONSTANTIN – Bibliothécomanie » [sic !]  L’analyse du registre permet de comprendre dans quel contexte l’ouvrage a intégré le fonds. Son entrée n’est pas immédiate, il ne fait partie ni des dons des fondateurs de la bibliothèque ni des premières acquisitions. La bibliothèque est alors tenue par une équipe de gens plutôt modestes qui semblent vouloir une grande indépendance et s’affranchir d’une organisation par trop conventionnelle. Le véritable initiateur de l’endroit est Jean-Baptiste Girard, ouvrier qui a été emprisonné pour association séditieuse en 1850. Notons d’ailleurs que la bibliothèque n’a pas prévu de bibliothécaire à son ouverture (fin 1861). Ce sont les bénévoles qui enregistrent les nouveaux ouvrages et les prêts aux lecteurs. Or, un an plus tard, l’endroit doit fermer à la suite du zèle intempestif du maire du IIIe arrondissement qui craint que cette petite bibliothèque alors abritée par la mairie soit un repaire de factieux. La réouverture n’intervient qu’au prix d’une réorganisation dont, il faut le souligner, la nomination d’un bibliothécaire. Et le président de la bibliothèque, Auguste Perdonnet, ingénieur, directeur de l’Ecole centrale des Arts et métiers, dont le rôle exact est malaisé à cerner (bonapartiste véritable ? philanthrope acquis aux idées fouriéristes et saint-simoniennes, protégeant les ouvriers socialistes fondateurs de la bibliothèque ?), paraît être intervenu désormais dans la politique d’acquisitions. Il a fallu accepter entre autres pour rouvrir la bibliothèque que les refus opposés à certaines demandes d’acquisitions ne soient plus dûment motivés, contrairement à ce que prévoyaient les statuts initiaux. Se trouvent à la même page du registre des entrées, un traité de Perdonnet sur les chemins de fer et le Manuel [Roret] de bibliothéconomie de Constantin. On peut supposer, compte-tenu de leur numéro d’ordre, que l’arrivée de ces deux livres coïncide avec la réouverture de la bibliothèque. Sans doute correspondent-ils à une volonté de Perdonnet d’imprimer sa marque à la bibliothèque, car celui-ci, ne partageant pas toutes les idées des fondateurs sur le fonctionnement des bibliothèques populaires, se défie du prêt des livres et surtout d’un choix des livres laissé à la libre appréciation des sociétaires :

La création des bibliothèques populaires peut rendre de grands services. Mais il faut pour cela qu’une surveillance sévère soit exercée sur le choix des livres, et éviter qu’elles soient détournées de leur but[3].

Mais peut-être Perdonnet a-t-il conseillé l’entrée de ces deux ouvrages afin de donner au fonds une coloration moins politiquement douteuse aux yeux du pouvoir, et de délivrer des signes de bonne volonté. En tout cas, il est certain que le manuel de Constantin n’a guère été utile au bibliothécaire, car il s’adressait plutôt à de petites bibliothèques privées contenant des incunables ou à de grandes bibliothèques contraintes à mener une véritable réflexion sur l’organisation de leurs collections. De surcroît, Constantin s’élevait contre le prêt, pratique essentielle et fondatrice du fonctionnement de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction. L’excellent état du manuel, présent encore aujourd’hui dans les collections de cette bibliothèque, prouve au demeurant qu’il n’a guère été compulsé. En examinant ensuite les autres ouvrages relevant des trois domaines dont nous avons signalé plus haut qu’ils étaient l’apanage des manuels Roret, on se rend compte que la bibliothèque ne s’est pas intéressée à la collection. Même chose pour la Bibliothèque des Amis de l’instruction d’Épernay, fondée en 1865. À Épernay, le premier catalogue (publié en 1866) permet de différencier achats et dons, et pour ces derniers de connaître les noms des donateurs. Il est instructif de constater que dans différents domaines relevant des manuels Roret (chimie, hygiène, savoir-vivre, etc.), toutes les acquisitions sont réalisées auprès d’autres maisons d’édition. Ce n’est pas là une spécificité des bibliothèques des Amis de l’instruction. À Graçay (Loir et Cher), les livres de la bibliothèque populaire portant sur ces thèmes viennent des maisons Dupont, Hachette, etc., mais pas de la Collection Roret. Il est encore plus intéressant de noter que les bonnes âmes d’Épernay qui semblent avoir désherbé leurs propres fonds au profit de la bibliothèque naissante n’ont pas offert de manuels Roret, alors que certains d’entre eux ont pourtant apporté des ouvrages utiles à l’instruction. Remarquons surtout que les éditions Roret semblent avoir manqué de flair. Pendant que d’autres éditeurs donnent des livres aux bibliothèques naissantes et surtout, flairant la bonne aubaine proposent au Ministère de l’Intérieur leurs bons services pour la constitution de fonds qui seraient automatiquement acquis par les bibliothèques communales, la maison Roret n’en fait rien. À Epernay, en 1865, on peut mesurer précisément les dons, la provenance de chaque ouvrage étant précisée par le catalogue. Sur 452 volumes donnés lors de la constitution de la bibliothèque des Amis de l’Instruction, 28 le sont par M. Paul Dupont, 16 par la librairie juridique de MM. Cosse et Marchal, 10 par la Maison Hachette. Pout la bibliothèque du 3e arrondissement, on possède une intéressante liste de donateurs où se mélangent les plus humbles (ouvriers membres de la bibliothèque) et les plus riches. Dans cette liste, les professions ne sont pas indiquées à l’exception justement des éditeurs qui représentent 10 des 64 donateurs : Belin ; Brandus et Dufour ; Curmer ; Delalain ; Dezobry, Tandou et Cie ; Auguste Durand ; Hachette et Cie ; Lacroix ; Michel Lévy ; Victor Masson et fils[4]. Leur présence n’est pas fortuite autour du berceau des bibliothèques populaires. Certains de ces éditeurs sont par exemple très intéressés par l’expérience. Paul Dupont, imprimeur et érudit, auteur de l’Histoire de l’imprimerie française (1854), développe une grande maison d’édition Ce patron, curieux des avancées sociales, qui construit des logements pour ses ouvriers, et est le premier à faire travailler des femmes dans son atelier de typographie, fonde une bibliothèque pour son personnel. Sa rencontre avec Épernay s’explique facilement par le fait qu’il travaille entre autres pour les publications de la Compagnie des chemins de fer. Or la Bibliothèque sparnacienne doit son existence aux ateliers des chemins de fer qui l’abritent, et notamment à Perdonnet, le « patriarche des chemins de fer. ». La présence de la Maison Hachette parmi les donateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement est tout aussi logique. Persuadé que de nouveaux marchés s’ouvrent et que les bibliothèques scolaires et populaires constituent pour les éditeurs une manne plus que confortable à condition que les livres soient renouvelés et achetés en quantité, Louis Hachette se positionne clairement auprès des autorités et offre au ministère de concevoir des collections pour les bibliothèques populaires.

Roret a-t-il pensé quant à lui que sa renommée était suffisante pour que les bibliothèques populaires achètent automatiquement et logiquement une partie de sa production ? C’est fort probable si l’on en juge par un échange éclairant en plein cœur de la polémique concernant les acquisitions des bibliothèques populaires. Dans la ville de Saint-Étienne, la composition du catalogue des bibliothèques populaires a entraîné une pétition de la population conservatrice. Relayée par les journaux, bientôt débattue en plein Sénat, et combattue avec fougue par Sainte-Beuve, la question du contrôle des acquisitions des bibliothèques populaires fait rage. Le Journal des débats politiques et littéraires note alors à propos de nouvelles pressions exercées à Nérac (Lot-et-Garonne) sur une bibliothèque populaire naissante :

La liste dressée par MM. les notables de Saint-Étienne nous montre assez dans quel esprit pourront être épurés les catalogues des bibliothèques populaires quand MM. les préfets auront partout soumis ces établissements à la surveillance administrative. L’idéal de bibliothèques rêvé par M. le président de Lot-et-Garonne aurait paru logique il y a un siècle. Il était naturel que les classes inférieures, lorsqu’elles étaient réputées mineures, soient plus tenues soigneusement à l’écart de toute discussion politico-religieuse. Contraindre ainsi aujourd’hui des citoyens appelés à décider de temps en temps par leur vote du sort de la France à la lecture des manuels Roret et des petits livres approuvés par Mgr l’archevêque de Tours, cela se comprend plus difficilement depuis l’établissement du suffrage universel[5]. »

L’éditeur, se sentant incriminé, écrit au journal qui publie sa réponse en soulignant que c’est peut-être là une occasion d’obtenir une publicité gratuite :

Je viens donc vous prier de vouloir bien insérer la rectification suivante dans votre estimable journal, afin d’amoindrir, autant qu’il est aujourd’hui dans votre pouvoir, l’effet d’une appréciation peut-être irréfléchie.

Les manuels Roret sont des ouvrages purement industriels, en dehors de toute question politique ou religieuse ; ils ne sont recommandés par personne, sinon par eux-mêmes. Le seul but qu’ils se proposent d’atteindre est de vulgariser les sciences et l’industrie parmi les classes ouvrières, auxquelles elles rendent journellement des services incontestés, et souvent reconnus par le public dans des lettres qui me sont adressées.

Au moment où s’organisent de toutes parts les bibliothèques populaires, auxquels ils sont naturellement destinés, venir les mettre à l’index, c’est d’abord induire en erreur les personnes qui ont lu votre article, c’est ensuite me causer un préjudice commercial considérable. Pendant que vous publiez cet article, qui n’avait besoin d’aucune citation pour fortifier votre argumentation, ces mêmes manuels, soumis à l’examen de la commission impériale, étaient récompensés d’une médaille de bronze et d’une mention honorable dans la classe spécialement affectée à l’enseignement professionnel, pour les services rendus aux industriels et la manière dont ils avaient enregistré les derniers progrès de l’industrie. Agréez, etc. [6].

De fait Roret explique pourquoi ses manuels ont si peu de succès dans les bibliothèques populaires. Comme il le souligne à la fin de sa lettre les services rendus par sa collection le sont d’abord aux industriels. Les manuels sont les auxiliaires de l’apprentissage professionnel Or ce qu’attendent précisément ces ouvriers des ouvrages scientifiques c’est non pas un enseignement professionnel les rendant encore plus utiles aux directeurs d’usine, mais bien des œuvres qui abordent les questions politiques voire religieuses, ou qui du moins leur permettent de réfléchir sur leur apprentissage technique. De la même manière, la médaille obtenue à l’Exposition de 1867 dont Roret se targue n’a qu’une valeur toute relative. L’empereur Napoléon III cherche à mieux canaliser et encadrer par le biais des rapports dressés pour l’obtention des récompenses l’activité foisonnante de l’instruction populaire et de l’enseignement professionnel : sont d’ailleurs récompensés Jean- Baptiste Girard, la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve arrondissement, l’association philotechnique, etc.

Avant l’éclosion des bibliothèques populaires, les manuels Roret sont identifiés comme des ouvrages ennuyeux, curieux mélange de la production savante du temps et d’une vulgarisation puisée à des sources communes. La parodie qui suit part du fait réel que la collection a publié un « manuel du charcutier ou l’art de préparer et de conserver les différentes parties du cochon, d’après les plus nouveaux procédés, précédé de l’art d’élever les porcs, de les engraisser et de les guérir, par une réunion de charcutiers ». L’humoriste va imaginer la série des manuels–Goret (le « goret » étant le nom trivial du porc) dont un fort coquin « manuel de la poseuse de sangsues ». Son rappel sur la collection Roret en dit sans doute long sur l’intérêt prêté par les contemporains à celle-ci :

Pour faire suite à l’ouvrage des Savants et Marchands de cochons qui ont collaboré aux MANUELS-GORET. Nous croyons rendre un véritable service à notre patrie quand nous instruisons ses enfants en les amusant. La littérature massepain de l’Encyclopédie Roret devait bien les ennuyer, ces pauvres enfants ! L’idée neuve et consolante que nous avons eue en formant la jeunesse, sur l’air des quatrains de Pibrac, aux métiers les plus rudes comme les plus obscurs, se réalise aujourd’hui. Nous croyons avoir réussi avec un certain bonheur en ouvrant la carrière aux femmes qui se destinent au métier aride, mais humain, de la poseuse de sangsues. Allons-y gaîment!… MANUEL DE LA POSEUSE DE SANGSUES[7]

Les manuels Roret traversent le XIXe siècle comme les hôtes inévitables des bibliothèques privées d’une modeste bourgeoisie. Ils sont souvent posés dans la littérature comme décor obligé, marqueurs d’une ascension sociale chez des artisans qui ne possèdent pas les codes d’une littérature plus « noble ». On comprend mieux pourquoi la collection Roret propose également des manuels de savoir-vivre…

C’était le grand fauteuil où mon père se reposait après nos courses à travers champs ; son chef-d’oeuvre de charpentier, sous verre ; la bergère aux coussins de cretonne où ma mère tricotait mes bas ; la table où nous avions dîné tous ensemble pour la dernière fois ; la bibliothèque où mes prix occupaient le rayon d’honneur, au-dessous de la collection des manuels Roret[8]. 

L’indication de l’usage d’un manuel Roret marquerait une réflexion bornée. C’est ce que suggère Flaubert lorsqu’il met entre les mains de Bouvard et Pécuchet un manuel sur les fossiles. L’abrupte notation constitue une véritable mise en abyme lorsque l’on sait que Flaubert a employé largement cette collection :

Ayant feuilleté un des manuels Roret, ils cherchèrent des fossiles[9].

La critique essentiellement adressée à la collection Roret est de véhiculer une vision partielle et partiale de la société alors qu’elle prétend être exhaustive. Ce sont les « métiers de peu » qui disparaissent, tels les porteurs d’eau, les chiffonniers, offrant ainsi une vision aseptisée du monde :

Quelle est donc la véritable population du faubourg Saint Marceau? Une immense agglomération d’individus déclassés, appartenant à tous les pays, à toutes les races, à toutes les professions infimes, connues ou non connues. Ce sont des Allemands, des Italiens, des Suisses, des Alsaciens, des Lorrains, des Auvergnats, accourus au sein de cette sombre Babylone pour y exercer, avec le Parisien né natif du quartier, toutes sortes de professions innommées dans le catalogue des Manuels Roret[10].

Et l’on reproche précisément à ces manuels de n’être pas, ni par leur coût et par leur écriture « savante », accessibles aux populations laborieuses :

Quel est l’idiot, parmi nos lecteurs, qui ne reconnaîtra à première vue les avantages réels que nous offrons à la classe moyenne qui n’a pas les moyens de souscrire aux Manuels-Roret ?

Aucun. Que celui qui croira apprendre un état avec les Manuels Roret plus promptement qu’avec les Manuels-Goret nous jette la première pierre[11].

La seule chose sur laquelle s’accordent les contempteurs des Roret est leur utilité toute théorique :

S’il y a quelqu’un de plus bête que celui qui fait un livre, c’est celui qui l’achète. Tel est l’axiome par lequel mon ami Villedeuil répond à toutes les déceptions commerciales, ce qui ne l’empêche de s’enfoncer de plus en plus dans l’ordre des bêtises en augmentant tous les jours sa bibliothèque. Et si mon sceptique ami a raison pour les manuels Roret, – ce qui est mon avis personnel -, il a raison bien plus encore pour les volumes de poésie qui n’ont même pas la couleur de l’utilité[12].

Et il n’est pas innocent de constater que l’apologie des Manuels qui suit est issue d’une reprise du Robinson suisse. Si l’ouvrage a remporté un énorme succès et connu moult rééditions, il n’en demeure pas moins comme un symbole de la résignation chrétienne devant les épreuves et l’adversité. Un message contraire à celui que les fondateurs politisés des bibliothèques populaires n’apprécient guère. Dans ce roman le topos des robinsonnades, le coffre providentiel qui renferme tous les outils nécessaires sur une île déserte, contient … des manuels Roret !

J’accueillis avec une joie extrême, comme on le comprendra aisément, cette découverte qui devait aider à l’instruction de mes enfants et leur procurer une occupation utile et intéressante pendant les loisirs que nous imposait notre séquestration durant la saison des pluies. Quand je vis que le fonds de cette bibliothèque inespérée se composait d’un certain nombre de ces manuels Roret, publiés à Paris, et qui enseignent les divers métiers avec une telle précision pratique, que les ouvriers eux-mêmes les consultent fréquemment, ma joie n’eut plus de limite. Que de services nous ont rendus ces livres écrits dans la plus simple des formes. C’est en les étudiant avec soin que j’ai pu réaliser la plupart des progrès qui nous apportèrent le bien-être et créer des industries auxquelles il ne nous eût pas été permis sans cela, même de songer une minute[13].

Les manuels Roret offriraient donc une vision du monde tronquée que les classes les plus fortunées voudraient imposer aux classes laborieuses, sans tenir compte de leurs aspirations et reconnaître leur véritable appétit d’instruction et d’émancipation. Ils constitueraient l’exemple parfait d’une « littérature » qu’on met entre les mains du peuple au lieu de lui procurer l’instruction dont il a besoin. Or l’un des moyens de donner à lire ce genre d’ouvrages est de contrôler ce que le peuple peut consulter en bibliothèque. Rappelons qu’avant 1860, il n’est guère loisible aux gens les plus modestes d’accéder aux bibliothèques. Les horaires de ces dernières sont le plus souvent incompatibles avec un rythme de travail prolétaire, et les ouvriers n’osent guère pousser les portes des institutions publiques où ils ne se sentent pas attendus. Ici et là quelques expériences sont cependant menées afin de permettre au ‘tout-venant’ par exemple de fréquenter la Bibliothèque nationale dans une salle séparée. Et les rapports officiels, relayés par la presse, sont formels, les manuels Roret sont très demandés à la Bibliothèque nationale :

Le rapport de M. Paul Chéron, directeur de la salle de lecture à la Bibliothèque nationale, fournit les intéressants renseignements qui suivent sur le mouvement intellectuel et les préférences du public pour tel ou tel livre : […] Dans les sciences et les arts ; l’intérêt des lecteurs et des étudiants se disperse un peu plus. La collection des Manuels Roret a un grand succès[14].

Il est nécessaire ici aussi de chercher du côté des parodies pour tempérer cette vision idyllique d’un public qui réclamerait avec ardeur les manuels Roret. Décrivant les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale, Ch. Monselet présente un certain M. Combette. Celui-ci délivre les ouvrages aux lecteurs avec mauvaise grâce, à l’exception d’une « spécialité » :

Nous ne décrirons pas cette salle immense, ou plutôt cette galerie, connue de toute l’Europe savante ; les livres en constituent d’ailleurs l’unique décoration. – L’œil y découvre, après le premier examen dû à l’ensemble, un bureau central et trois autres petits bureaux, placés de distance en distance comme des phares, et occupés par des employés solitaires. (…) Ce que M. Combette donne le plus et le mieux, ce sont les manuels-Roret. En dehors de cette spécialité, il est tout despotisme ou tout caprice[15].

Dix ans plus tard, malgré la naissance des bibliothèques populaires, la Bibliothèque nationale ne semble pas avoir modifié cette politique. Dans la parodie qui suit, un jeune étudiant se plaint qu’il ne lui est pas permis de demander des livres « sérieux » :

J’avais pourtant contracté l’habitude de me vouer, environ une fois par mois, à l’étude profonde de quelque bouquin, ni classique, ni technique, ni professionnel, dont la demande provoquait toujours chez les conservateurs certains regards ahuris. Du moment que ma physionomie peu sérieuse me condamne jusqu’à l’âge de soixante-quinze ans à l’Histoire de France d’Anquetil et aux Manuels Roret, je ne vois plus la moindre utilité pour moi de mettre les pieds à la Bibliothèque[16].

Il suggère un examen qui permettrait en cas de réussite d’obtenir un laissez-passer pour toutes les collections de la Bibliothèque nationale. En cas d’échec, dit-il, lui resteraient les « quartiers populaires de la lecture pour tous », c’est-à-dire les bibliothèques populaires, pour celles d’entre elles qui tentent d’avoir une politique d’acquisitions répondant davantage aux aspirations des lecteurs :

 Grâce à cette pièce administrative, l’embarras du portier n’aurait plus d’excuse, et tout lecteur qui se présenterait non muni d’un certificat serait impitoyablement renvoyé, sans distinction de physionomie, dans les quartiers populaires de la lecture pour tous. Je livre cette idée absolument gratis à la Bibliothèque et à la Patrie ».

Les manuels Roret suscitent décidément bien des défiances. Vus comme des ouvrages trop neutres, aux mains d’une politique de lecture publique inféodée au pouvoir impérial, ils sont également accusés de fournir trop facilement aux écrivains réalistes (et bientôt aux naturalistes) leur documentation. On pourrait multiplier par dizaines les exemples de propos peu amènes accusant Flaubert et Zola de s’être documentés hâtivement et imparfaitement dans les manuels Roret, voire de les avoir recopiés :

Je comprends que M. Abraham Dreyfus ait été heureux de lire à son public de si charmantes pages ; mais il aurait pu éviter à leurs auteurs et s’éviter à lui-même une peine inutile. En effet, pour connaitre sous leurs aspects négatif et positif tous les secrets d’un métier illustre et difficile, il n’aurait eu qu’à se rendre à la librairie des Manuels-Roret, où des ouvrages spéciaux étudient la théorie et la pratique de tous les métiers, et à se procurer là, moyennant quelques francs, le Manuel de l’Auteur dramatique.

Roret, le plus encyclopédique des savants modernes, enseigne l’art du cuisinier, du pâtissier, du papetier-régleur, du relieur, du peaussier, du fabricant de vins, du fabricant de chandelles, du menuisier, du serrurier, du magnétiseur, du physionomiste, du peintre, du boulanger, de l’astronome, et tous les autres arts. Au fond, Roret est le collaborateur de tous les romans et de toutes les pièces de théâtre, et si le ciel était juste (comme dit la Marie Stuart de Lebrun), il toucherait des droits d’auteur pour toutes les œuvres quelconques. Si un auteur vous décrit par le menu toutes les phases de la fabrication du boudin, il est assurément possible qu’il soit resté pendant de longues heures dans la cour et dans la cuisine du charcutier, à regarder cuire et refroidir le sang ; mais il est plus probable qu’assis devant le feu, dans un large fauteuil, et les pieds chaussés de bonnes pantoufles, il s’est borné à interroger Roret, qui ne refuse jamais de répondre. En général, les écrivains n’avouent pas leurs relations intimes avec Roret. Ils aiment mieux laisser croire qu’ils ont patiemment assisté à des spectacles auxquels on n’assiste jamais, ou avoir l’air d’avoir tiré de leurs âmes des renseignements techniques, précis, qui n’y pouvaient pas être. Le grand Flaubert, que rien ne pouvait diminuer, et qui avait la légitime conscience de son génie créateur n’y cherchait pas tant de malice. Il montrait ingénument tous ses Manuels-Roret, comme un bon poète, pour qui la rime n’a pas de secrets et qui sait toutes les rimes par cœur, laisse voir sans fausse honte, ses Dictionnaires des Rimes[17].

Au-delà des sarcasmes itératifs contre le « document humain » des auteurs réalistes, le fait que les manuels Roret sont cités le plus fréquemment comme source critiquable est révélateur. Cela signifie que la référence est compréhensible et parlante pour tous, et que l’usage des manuels par les écrivains est vu comme une dérogeance. Ces écrits n’appartiennent pas au monde littéraire mais au monde technique, aux artisans et aux ouvriers. Une fois encore, la parodie vient souligner avec éclat la fonction que les classes « dominantes » assignent aux Roret et comment le prolétariat contourne l’obligation : Pierre Veber, réagissant à une phrase de Zola (il faut « laisser le peuple libre de lire ce qu’il veut »), imagine un extrait du « Dernier des Rougon-Macquart ». Il met en scène le « Père Bazouge » se rendant à la Bibliothèque municipale en 1895. Les bibliothèques municipales parisiennes ont en effet à leur tour instauré un système de prêt :

Le père Bazouge, toujours saoul, demanda un Manuel Roret ; on le lui donna ; le volume n’était pas coupé ; il en était de même de tous les ouvrages techniques. D’ailleurs le père Bazouge n’avait pas l’intention de le lire : aussitôt sorti, il vendit le bouquin et alla boire à l’Assommoir. Il faisait ce coup-là dans toutes les mairies[18].

Il semble que les Manuels Roret ont été emblématiques d’une lecture rebutante et légèrement vulgaire car technique, assignée d’office au prolétariat et aux artisans. Une lecture par conséquent plébiscitée par des pouvoirs forts (monarchie, Empire, République de l’ordre moral) peu désireux d’une émancipation par l’instruction. Les honneurs reçus, comme la médaille évoquée plus haut, n’auraient donc qu’augmenté la défiance. En 1836, La Presse fait l’apologie suivante :

Ces livres si utiles sont devenus l’objet d’honorables distinctions L’Université, le Conseil royal de l’Instruction publique en ont approuvé et adopté quelques-uns. L’Institut, les sociétés savantes en ont couronné d’autres[19].

Il n’entre donc pas dans les rêves des fondateurs des premières bibliothèques populaires d’acquérir des ouvrages qu’on leur fournit par ailleurs abondamment dans les bibliothèques publiques ou dans les bibliothèques spécialisées (voir par exemple le catalogue de la bibliothèque des Ponts et Chaussées). Ces pionniers souhaitent en effet avoir des lectures plus politiques (œuvres de Blanqui, de Proudhon, etc.) et/ou relevant d’un champ jusqu’alors réservé aux autres classes sociales. On ne s’étonnera donc pas de voir les manuels Roret arriver dans la décennie suivante en quantité raisonnable dans les bibliothèques, soit par nécessité, soit pour des raisons politiques.

La tradition de moquerie qui s’est établie autour des Roret occulte la valeur réelle d’un certain nombre d’entre eux, écrits bien au contraire dans un esprit moderne et éclairé afin de mettre à la portée de tous le progrès scientifique[20]. Parmi les manuels pratiques, quelques-uns n’ont pas d’équivalent chez d’autres éditeurs et sont indispensables. La Bibliothèque populaire libre d’Asnières (fondée également par Girard) acquiert donc quelques manuels Roret et il est très significatif que ces ouvrages soient accompagnés dans le catalogue de la mention « manuel Roret » contrairement à d’autres ouvrages du même type provenant d’autres maisons d’édition. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay se procure quant à elle une vingtaine de manuels en mars 1879. Cet achat groupé permet en effet de demander des réductions :

Monsieur,

J’ai l’honneur de vous prier de me dire pour quelle somme totale minimum vous pourriez fournir à notre bibliothèque populaire des Amis de l’Instruction d’Épernay la collection ci-dessous de vos manuels :

Alliages métalliques

Arpentage

Calculateur

Chaudronnerie

Chemins de fer

Chimie analytique

Dessin linéaire

Dessinateur

Fondeur

Maître de forges

[…]

Ces manuels sont-ils brochés ou reliés ?

Je crois devoir ajouter que notre société n’est pas très riche et que nous espérons que vous voudrez bien nous faire la plus forte réduction possible, par suite de l’importance de la demande que nous avons l’intention de vous faire, si cela rentre dans nos moyens.

La réponse de l’éditeur ayant été satisfaisante, la Bibliothèque acquiert donc pour 153 francs et 40 centimes les manuels qui l’intéressent comme le Nouveau manuel de dessin linéaire géométrique et son Atlas par Allain (Ed.), le Manuel complet du fondeur, le Nouveau manuel du constructeur de machines locomotives et son Atlas par Jullien. Cette commande correspond à l’évolution de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay qui, abritée par la Compagnie des chemins de fer, ayant pour président un ingénieur de cette même compagnie, et pour grande partie de ses lecteurs, des employés des chemins de fer, en est venue progressivement à être désignée comme la bibliothèque des chemins de fer d’Épernay. Plus qu’une demande des lecteurs, cette commande semble plutôt satisfaire aux besoins professionnels de ces ateliers qui emploient des dessinateurs, des fondeurs, des chaudronniers, etc. Quant à la seule exception notoire, un Manuel de minéralogie, on sait par les correspondances que les jeunes ingénieurs des chemins de fer organisaient des excursions géologiques dans les alentours …

Il ne faut pas être surpris de la présence possible de quelques manuels Roret dans les bibliothèques populaires nées après 1865. Pour contrebalancer l’influence des premières bibliothèques audacieuses, du moins en pensée car les pouvoirs politiques ne leur laissaient guère d’initiatives, sont apparues toutes sortes de bibliothèques populaires dont les acquisitions étaient très contrôlées par les pouvoirs locaux, et surtout étaient dirigées par une élite peu désireuse de laisser place à une réflexion démocratique. Ne présentant aucun risque aux yeux des censeurs, les manuels Roret font donc partie des acquisitions possibles. On notera toutefois que les manuels n’ont pas été non plus conseillés par la presse spécifique aux bibliothèques populaires comme le Bulletin de la Société Franklin.

Les quelques études menées jusqu’alors sur les fonds des bibliothèques populaires se sont focalisées sur leur composition, au demeurant passionnante. Néanmoins, il est tout aussi intéressant, même si cette enquête s’avère compliquée à mener, d’essayer de comprendre quels sont les ouvrages absents, et si ces lacunes ne relèvent pas d’autre chose que d’une censure politique des catalogues. Il y aurait fort à faire, par exemple, du côté des romans destinés par leurs rédacteurs au prolétariat et qui ne sont pourtant pas forcément présents dans les rayons des bibliothèques des Amis de l’instruction. Notons enfin que cataloguant le fonds de la Bibliothèque populaire de Levallois-Perret en 1925, Eugène Morel, grand spécialiste de la Lecture publique, y recense encore de manière spécifique les Manuels Roret, ce qui chez ce grand spécialiste de la Lecture publique, est un signe fort…

[1] La Grande Encyclopédie, article « RORET ».

[2] Grand dictionnaire universel. Tome X, page 1102.

[3] PERDONNET, 1865.

[4] Bibliothèque des Amis de l’Instruction (IIIe arrondissement), 1862.

[5] Journal des débats politiques et littéraires. 17 juillet 1867.

[6] Journal des débats politiques et littéraires. 28 juillet 1867.

[7] COMMERSON, 1865.

[8] ABOUT, 1880.

[9] FLAUBERT, 1881.

[10] CASTILLON, 1864.

[11] COMMERSON, 1855.

[12] LEMOINE, 1852.

[13] GROS, 1899.

[14] Le Rappel, 1877.

[15] MONSELET, 1859.

[16] DOMMARTIN, 1868.

[17] BANVILLE, 1884.

[18] VEBER, 1895.

[19] La Presse, 1836.

[20] Trois articles (cf. bibliographie) soulignent l’intérêt scientifique des manuels Roret.

BIBLIOGRAPHIE :

  • Sur les manuels Roret :

DORD-CROUSLÉ, Stéphanie. 2003. «  Flaubert et les Manuels Roret ou le paradoxe de la vulgarisation- L’art des jardins dans Bouvard et Pécuchet » in Le partage des savoirs (XVIIIe-XIXe siècles), Lise Andries (dir). Lyon : PUL. Pp. 93-118.

FIERRO, Alfred. 1985. « Les manuels Roret »,in Histoire de l’édition française, Le temps des éditeurs : du Romantisme à la Belle Époque, Henri-Jean MARTIN et Roger Chartier (dir). Paris : Promodis. Pp. 394-395.

FIEUX, Bruno. 2008. Bibliographie des Manuels Roret, ou Essai bibliographique contenant l’art de faire découvrir les différents métiers, d’enrichir son savoir technique et scientifique. Fontaine : Édition Émotion primitive.

GARÇON, Anne-Françoise. 2003. « Innover dans le texte. L’Encyclopédie Roret et la vulgarisation des techniques, 1830-1880 » in « Colloque Les Archives de l’Invention ». [En ligne: http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003861]

MERTENS, Joost. « Éclairer les arts : Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), ses manuels Roret et la pénétration des sciences appliquées dans les arts et manufactures » in Documents pour l’histoire des techniques [En ligne:  http://dht.revues.org/339]

  • Sur les bibliothèques populaires

[Actes du colloque tenu le 10 nov. 1984 sous la présidence de Madeleine Rebérioux, réunis et présentés par Marie-Josèphe Beaud, Jean Grigorieff et Georges-Guillaume Kerourédan], Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction.

BARNETT, Graham Keith.1987. Histoire des bibliothèques publiques en France, de la révolution à 1939. Nantes : Éditions du cercle de la librairie.

CHARTIER, Anne-Marie et HÉBRARD, Jean. 2000. Discours sur la lecture (1880-2000). Paris : Fayard.

FORESTIER, Valérie. 1999. Etude comparée des Bibliothèques des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris et de la ville d’Épernay (1861-1888). Mémoire de Maîtrise d’Histoire contemporaine dactylographié, sous la direction de Christophe Charle, Université Panthéon-Sorbonne.

HASSENFORDER, Jean, 1967. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, 1850-1914. Paris : Cercle de la Librairie.

HOOP (d’), Isabelle. 1994. La bibliothèque populaire de Clichy (1872-1924). Clichy : Bibliothèque municipale de Clichy.

MARIE, Pascale. 1984. Etude d’un lieu de mémoire populaire : la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Troisième Arrondissement de Paris (1861-1930), Mémoire de DEA dactylographié de l’IEP de Paris, sous la direction de Pierre Nora.

POULAIN, Martine (dir.). 1992. Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques au XXe siècle: 1914-1990. Paris : Edition du Cercle de la librairie.

RICHTER, Noë.1995. Introduction à l’histoire de la lecture publique. Bernay : A l’enseigne de la Queue du chat.

RICHTER, Noë. 1987. La lecture et ses institutions. La lecture populaire: 1700-1918. Tome 1. Bassac : Editions Plein chant.

RICHTER, Noë. 1989. La lecture et ses institutions. La lecture publique: 1918-1989. Tome 2. Bassac : Editions Plein chant.

RICHTER, Noë. 1977. Les bibliothèques populaires. Le Mans : Presses de l’Université du Maine.

SANDRAS, Agnès. 2011. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay (1865-1914), Mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques (ENSSIB), sous la direction de Raphaële Mouren. Villeurbanne.

SANDRAS, Agnès (dir.), 2014. Des bibliothèques populaires à la lecture publique.  Villeurbanne: Presses de l’enssib.

 

  • Sources imprimées :

ABOUT, Edmond.   1880. Le roman d’un brave homme. Paris : Hachette.

BANVILLE, Théodore (de). 13 avril 1884. In Gil Blas.

Bibliothèque des Amis de l’Instruction (IIIe arrondissement). 1862. Exercice 1861-1862. Paris : Imprimerie de J. Claye. 1862.

CASTILLON, H. 21 janvier 1864. « Les chiffonniers de Paris », in Le Figaro.

COMMERSON. 1er Juillet 1855. In Le Tintamarre.

DOMMARTIN, Léon. 18 avril 1868. « À Goliath », in La Fronde. Paris.

FLAUBERT, Gustave. 1881. Bouvard et Pécuchet. Paris : A. Lemerre.

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, sous la dir. de M. Pierre Larousse, 1866-1877. Tome X, page 1102.

La Grande Encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. par une société de savants et de gens de lettres ; sous la dir. de MM.  Berthelot [et al.]  Paris : H. Lamirault  Tome 28. Article « RORET ».

GROS, Jules. 1899 (3ème éd.). Les Robinsons suisses : édition revue et mise au courant des progrès de la science. Paris : A. Picard et Kaan.

Journal des débats politiques et littéraires. 17 juillet 1867 et 28 juillet 1867. Paris.

LEMOINE, Alfred. 1852. Poésies. Paris : Michel Lévy.

MONSELET, Charles. 1859. « La Bibliothèque » in Les Tréteaux de Charles Monselet. Paris : Poulet-Malassis.

PERDONNET, Auguste. 1865. Notes sur les Associations polytechnique et philotechnique et sur la Bibliothèque des Amis de l’instruction. (IIIe arrondissement.).  Paris : Imprimerie impériale.

La Presse. 15 octobre1836. Paris.

Le Rappel. 2 septembre 1877. Paris.

VEBER, Pierre. 18 novembre 1895. « Lectures populaires » in Gil Blas. Paris.

Archives :

  • Fonds d’archives de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement contenant aussi les archives de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay
  • Archives nationales de France : Séries Administration générale et Instruction publique
Cite this article as: Agnès Sandras, "Les manuels Roret, hôtes obligés des bibliothèques populaires ? (1861-1914)," in Bibliothèques populaires, 09/04/2017, https://bai.hypotheses.org/1468.

1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola

L'Assommoir
Théâtre de l’Ambigu. L’Assommoir… tiré du roman de M. E. Zola… : [affiche] / [non identifié] BnF (Gallica)

Durant l’année 1879, la presse ne cesse d’évoquer Zola1. La littérature naturaliste déconcerte la critique, attire les lecteurs souvent en quête d’un frisson d’interdit, et les prises de position de Zola attisent les passions. Cette année-là, l’écrivain fait entre autres adapter L’Assommoir au théâtre. Le roman, publié en feuilleton en 1876, avait déjà suscité la polémique par sa description du milieu ouvrier et son emploi d’un langage argotique. Sa transposition théâtrale à l’Ambigu fait aussi couler beaucoup d’encre en raison de ses effets réalistes, comme la crise de delirium tremens de Coupeau ou la fessée donnée à Gervaise en plein lavoir. Toujours en 1879, la conclusion d’un article zolien consacré à « la République et la littérature », qui proclame que « la République sera naturaliste ou elle ne sera pas », est l’objet de sérieuses controverses et de moqueries durables.

En novembre 1879, une conférence donnée en soutien à la BAI-11e a un grand retentissement dans les journaux. Habituellement les conférences organisées par les BAI n’ont pas un tel écho2. Il faut dire que le conférencier, Charles Floquet, dénonce l’image des ouvriers parisiens que délivre selon lui L’Assommoir. Cette énième attaque contre Zola excite l’intérêt par son argumentation socio-politique.

Si l’on en croit les organisateurs, cette conférence serait le pur fruit des circonstances :

L’Evènement raconte qu’il y a quelques jours, M. Floquet était prié de vouloir bien faire une conférence au profit de la caisse de la Bibliothèque populaire du onzième arrondissement. Les membres du comité qui faisaient cette démarche ajoutaient qu’ils n’avaient pu obtenir la salle du Château-d’Eau, retenue pour le 23 novembre mais qu’ils s’étaient entendus avec la direction de l’Ambigu. A l’Ambigu ? fit M. Floquet en souriant. Je ne vois qu’un sujet : l’Assommoir. C’est une idée ! s’écrièrent en chœur les membres du comité. Qui fut très saisi? l’honorable M. Floquet, pris ainsi au mot, mais non au dépourvu, croyez-le bien! Et voilà comment M. Floquet parlera, dimanche prochain, à l’Ambigu, sur l’Assommoir et l’ouvrier de Paris!3

La conférence semble être en réalité le résultat d’une concertation, à la croisée des intérêts d’une bibliothèque naissante et d’hommes politiques tentant de consolider la IIIe République. Fondée à la fin de l’année 1876, sise rue Blaise, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement (BAI-11e) a autour de son berceau Gambetta, les députés Brisson et Martin Nadaud, les sénateurs Tolain, Corbon, etc. Une première conférence donnée au Tivoli-Vauxhall au bénéfice de la bibliothèque a attiré trois mille personnes venues entendre le formidable orateur Gambetta et une conférence de Tolain sur le livre4. Le sénateur a martelé qu’il y avait deux catégories de citoyens, les « savants » et les « ignorants » :

Ces deux catégories de citoyens sont séparées l’une de l’autre, ne se connaissant pas, s’estiment médiocrement. Il faut qu’une éducation populaire les rapproche et fasse des arts et des sciences le patrimoine commun de la nation !5

Pour Tolain, le roman est un livre dont on se méfiera. Si ses attaques se concentrent contre le roman judiciaire alors en pleine expansion, on imagine bien que les romans de Zola ne doivent guère trouver grâce à ses yeux…

Sans excommunier les romans, dont beaucoup sont de véritables monuments littéraires, il demande d’écarter avec soin la lecture de certains romans exclusivement judiciaires, ne flattant que les mauvais instincts, et très-dangereux surtout pour les femmes. Les livres de chimie, d’astronomie, de voyages et d’histoire doivent principalement être l’objet d’une lecture sérieuse et d’une étude approfondie.6

En avril 1879, Tolain a donné une autre conférence au Cirque américain au bénéfice de la BAI-11e. Le choix en novembre de la salle de l’Ambigu, qui venait de jouer L’Assommoir, ne peut donc être fortuit pour la conférence portant précisément sur L’Assommoir. Enfin, la présence du maire du XIe arrondissement, Denis Poulot, sur l’estrade réservée aux conférenciers et aux notables, condamne définitivement la théorie du hasard. En effet, Denis Poulot, ancien ouvrier devenu patron7, avait publié en 1870 Le sublime ou Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale . Quelques mois avant la conférence qui nous occupe, une partie de la presse a soupçonné Zola de plagiat, soulignant des parentés entre Le Sublime de Poulot et L’Assommoir8. Zola a alors reconnu s’être inspiré de divers ouvrages, dont celui de Poulot, pour les expressions argotiques, et a fermement récusé le plagiat9.

Sous l’oeil complice de Denis Poulot, et devant un public composé (en principe!) majoritairement d’ouvriers, lecteurs auxquels s’adressent les bibliothèques populaires, Floquet va donc accuser Zola d’avoir donné une vision fausse et décourageante pour un prolétariat honnête qui tente par le travail d’échapper à sa condition et à la misère :

Gervaise et Coupeau, les victimes de la fatalité nécessaire à l’intrigue du drame, ne sont Parisiens ni l’un ni l’autre, pas plus que les comparses venus de tous les coins de la province et affublés d’un manteau d’argot. En revanche, M. Zola a rendu les travailleurs odieux ou ridicules, dans la personne des Lorilleux ou de Goujet… Il n’a peint ni les ouvriers ni les Parisiens, mais des déclassés de Fouilly-les-Oies. Voilà comment on montre le peuple aux étrangers, qui s’étonnent de voir sortir du ruisseau les merveilles de notre industrie. Pas un ouvrier, dans l’Assommoir, ne parle de sa profession, de son travail ou de ses préoccupations politiques. On n’y trouve pas trace de la fraternité, ce sentiment si parisien.10

Floquet, reprenant tout ce qui a fait parler de Zola en cette année 1879, plante ses dernières banderilles avec facilité, et sa démonstration est imparable. En plus de la « République naturaliste » , l’écrivain a en effet plaidé fréquemment pour une documentation scientifique (« le document humain »):

Pourquoi M. Zola ne nous a-t-il pas fait voir ce côté du peuple? Son œuvre n’est évidemment pas celle d’un homme qui l’aime, mais au moins, puisqu’il a la prétention d’être naturaliste, aurait-elle du être vraie. Elle ne l’est pas. M. Floquet l’a prouvé hier avec éloquence, avec la vraie affection du peuple. L’honorable député de la Seine a eu un véritable succès et ceux qui ont entendu sa conférence en conserveront le meilleur souvenir.11

Les journaux de tous bords reprennent avec gourmandise la conclusion de Floquet sur le remède que Zola aurait dû proposer. Un remède qui ne peut que séduire les bibliothèques des Amis de l’Instruction qui tentent d’instruire le peuple afin de l’aider à s’émanciper:

C’est l’instruction laïque, obligatoire et gratuite largement répandue ; l’instruction professionnelle, diminuant les promiscuités de l’atelier, enfin les syndicats d’ouvriers.

La consolidation de la République nous le donnera.12

Au milieu de ce concert de récriminations contre Zola dont on oublie qu’il a aussi écrit L’Assommoir à des fins pédagogiques, surgit un magnifique article, plein de drôlerie, qui minimise le succès de la conférence, et souligne le manque de talent de l’orateur. Signé « Tout-Paris » (derrière qui se cache probablement Octave Mirbeau)13, ce « Zola embêté par Floquet » met clairement les rieurs du côté de Zola:

Mais, l’ivrognerie, la prostitution, la débauche, tout cela n’est rien et ne démontre pas la fausseté des peintures incriminées. Les personnages de L’Assommoir ne sont pas du peuple, devinez pourquoi ? Parce qu’ils ne parlent pas politique.

Or, le premier devoir de l’ouvrier digne de ce titre est de s’occuper de politique. M. Floquet le proclame. Quand des ouvriers dînent ensemble, si c’est sous l’Empire, ils crient au dessert « Vive Marianne! » Quand c’est de nos jours, ils crient « Vive la République! » C’est réglé comme du papier à musique. Ici, M. Floquet, emporté par sa phraséologie d’avocat, invoque tout à coup les lois divines! Le mot éclate comme une bombe. Qui a parlé de la Divinité? Une profonde stupeur s’empare de l’assistance. M. Spuller, qui dormait, se réveille en sursaut. M. Pichat regarde l’orateur d’un œil sévère.

M. Floquet se rattrape. Ce ne sont pas les lois divines qu’il a voulu dire, ce sont les lois morales. A la bonne heure! Le calme renaît, on se remet à somnoler,et l’ami de la Pologne reprend le fil poisseux de sa harangue.
« La République sera naturaliste ou elle ne sera pas » a dit le prophète du naturalisme. Eh bien, elle ne sera pas! 14

Cet article (qu’il faut lire en entier ici), a  de surcroît la vertu de nous donner une image moins édifiante des conférences organisées par les bibliothèques des Amis de l’Instruction. Les rapports de ces bibliothèques, tout comme les entrefilets des journaux, ont en effet pour des raisons de propagande évidentes l’habitude de présenter des assemblées générales animées par un bureau dynamique et des conférences tenant les ouvriers en haleine. Octave Mirbeau livre une version bien différente de ce type d’événement:

Et c’est devant des banquettes à moitié vides que M. Floquet a fulminé ses imprécations.
La séance devait commencer à une heure précise; mais, comme il y avait trop peu de monde, une fanfare, dont les membres se trouvaient pêle-mêle avec les délégués municipaux, se mit à jouer la Marseillaise pour faire prendre patience aux spectateurs clairsemés.

Ensuite, un monsieur qu’on m’a dit être le directeur de la bibliothèque qu’il s’agit de garnir, a vainement essayé de lire un petit speech de circonstance. Après une lutte infructueuse entre lui, ses lunettes, son manuscrit et la rampe, qu’il fit successivement monter et descendre, le pauvre homme dut s’asseoir sans avoir rien dit.
Le président Laurent Pichat prononce alors quelques paroles. II déclare que les livres sont les adversaires du cabaret, et il recommande la quête qui a lieu, en effet, et qui est égayée par quelques Pi-ouitt !

Pendant ce temps, les musiciens préludaient; ils vont recommencer la Marseillaise peut-être! M. Floquet bondit éperdu: « Mais, si vous jouez, s’écrie-t-il, tout le monde va s’en aller, on croira que c’est fini! »

Le chef de la fanfare sourit finement; il fait un geste rassurant, donne le signal, et l’on entend l’ouverture de l’Ambassadrice. Cette allusion diplomatique amène sur le visage de M. Floquet une douce expression de béatitude; il attend en tournant les pouces la fin du morceau.

Quand la dernière note a retenti, il se lève enfin, met la main dans sa poche, et prononce le discours le plus pâteux, le plus diffus, le plus terne, le plus vide d’arguments qu’il soit possible d’imaginer. Il se dandine lourdement, il balance sa grosse tête, il enfle ses joues; il se répète, il cherche ses mots, il bafouille odieusement. On éprouve une sensation pénible en écoutant cette improvisation laborieuse dont les fins de tirade sont préparées, et qui arrivent tant bien que mal, plutôt mal que bien, emphatiques et redondantes, à la suite de phrases plates et incorrectes, dont les expressions ne rendent jamais exactement la pensée de l’orateur, si j’en juge par l’effort qu’il fait pour les remplacer par d’autres, non moins déplacées, d’ailleurs.15

Mirbeau n’est du reste pas le seul à s’être moqué de Floquet. On appréciera ici une caricature publiée par Le Charivari … Signe supplémentaire du retentissement de cette conférence! Notons enfin que le lectorat des BAI a davantage écouté ses envies que M. Floquet, et que L’Assommoir a rapidement fait partie des romans proposés par les catalogues…

assommoir

Cite this article as: Agnès Sandras, "1879 : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du XIe arrondissement et L’Assommoir de Zola," in Bibliothèques populaires, 08/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1107.
  1. Voir Agnès Sandras, « 1879, l’année du grand hourvari zolien dans la presse », in Excavatio, International Review for Multidisciplinary Approaches and Comparative Studies Related to Émile Zola and Naturalism Around the World,   AIZEN 2017: https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v28/Sandras.pdf []
  2. Voir le prochain billet sur les conférences organisées par les BAI []
  3. André Raymon, « Echos de partout », La Presse, 20 novembre 1879: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k543154b/f2.item []
  4. Voir le précédent billet sur les élections sénatoriales de 1876 []
  5. P. Gallery des Granges, « La réunion du Tivoli-Vauxhall », Le XIXe siècle, 30 janvier 1877 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556340d/f2.item []
  6. Ibid. []
  7. Voir Cogny Pierre. « Zola et « Le Sublime » de Denis Poulot », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1972, n°24. pp. 113-129. www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1972_num_24_1_1004 []
  8. Voir par exemple: « A propos de l’Assommoir », Supplément littéraire du Figaro, 19 janvier 1879: http//gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k273821f/f1.item []
  9. Emile Zola, « Lettre à Auguste Dumont du 16 mars 1877 », Le Télégraphe, 18 mars 1877 []
  10. « La conférence de M. Floquet », Le Petit Parisien, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k471217c/f2.item []
  11. « L’ouvrier de Paris, La Presse, 25 novembre 1879 :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5431597/f1.item []
  12. « La conférence de M. Floquet », Le Siècle, 25 novembre 1879 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k735433x/f2.item []
  13. Voir mirbeau.asso.fr/darticlesfrancais/PM-OM et Zola.pdf []
  14. Tout-Paris,  « Zola embêté par Floquet », Le Gaulois : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k523269d/f1.item []
  15. Ibid. []

1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahugoVictor Hugo, Jeu de cartes au portrait de fantaisie à deux têtes, célébrant les premières années de la Troisième république, Leclaire (Paris, 1880). BnF (Gallica)
  

Les premières élections sénatoriales de la IIIe République ont lieu en 1876. Organisées selon une loi de février 1875, elles reposent sur des collèges de notables (députés, conseillers généraux, conseillers d’arrondissement et délégués de conseils municipaux) qui doivent élire entre 2 et 5 sénateurs dans leur département. Les collèges entendent les candidats, et la presse ne manque pas de s’intéresser aux auditions, les retranscrivant dans des versions très différentes selon la coloration politique des journaux. La seconde réunion du collège de la Seine se déroule le 27 janvier et se donne pour objectif d’entendre les candidats dont Louis Blanc et Victor Hugo font partie. Louis Blanc malade, ne s’est pas déplacé, et Victor Hugo se contente d’une rapide allocution. Cela ne gêne guère Le Journal des Débats politiques et littéraires1 qui déclare :

Par une sorte de consentement tacite, ces deux candidats sont mis hors concours, de telle sorte qu’il ne reste plus que trois sièges à distribuer ; et pour ces trois sièges que de prétendants !

Qui sont ces candidats ? Certains envisagent réellement de se présenter, d’autres ont été déclarés  par des amis, voire par des électeurs. Les listes et les motivations varient d’un journal à l’autre. Selon Le Petit Journal2, les impétrants seraient:

Docteur Béclard, conseiller municipal, centre gauche;

Louis Blanc (malade), mais assez connu pour être porté sur toutes les listes ;

Dr Broca (retire sa candidature) ;

Constant, ouvrier, socialiste ;

Dietz-Monin, député, conseiller municipal de Paris, grand industriel alsacien, centre gauche ;

Colonel Denfert-Rochereau, présenté par M. Wolowski, mais sans savoir si le candidat accepte ; devoir militaire rempli jusqu’au bout ; M. le colonel Denfert est candidat dans la Charente-Inférieure ;

Floquet, désigné par le conseil général de La Seine, se déclare républicain radical ;

Fornet, candidature ouvrière ;

De Freycinet, la défense nationale, hommage de Paris à l’héroïque résistance de la France ;

Girard, candidature ouvrière, avec cette nuance que M. Girard propose la généralisation du principe des candidatures ouvrières et leur mise au concours ;

Godfrin, candidature ouvrière (M. Godfrin se désiste en faveur de M. Mallarmé) ;

Hérold, conseiller municipal de Paris, gauche républicaine ;

Victor Hugo ;

De Lesseps (on a déclaré qu’il ne voulait pas être candidat);

Mignet, refuse également ;

Mallarmé [sic], candidature ouvrière ;

Monestier, id. ;

Nadaud, id (absent) ;

Peyrat, député de la Seine (extrême gauche) ;

Raspail père (son fils a lu une lettre par laquelle M. Raspail refuse la candidature, parce qu’il n’admet pas le suffrage à deux degrés, et qu’il est contraire à l’institution d’un sénat en République) ;

Renouard, procureur général à la cour de cassation (par lettre il refuse à cause de son âge et de ses fonctions de magistrat) ;

Tolain, candidature à la fois ouvrière et politique.

Si le déroulement de ces présentations est surveillé par un bureau dont le président est M. Krantz et les assesseurs MM. Laurent-Pichat et de Pressensé, les véritables animateurs en sont Thiers et Gambetta, « salués par de nombreux vivats »3 à leur entrée comme à la sortie, tout comme Victor Hugo.

Au milieu de ces célébrités, un personnage retient particulièrement notre attention, celui de Jean-Baptiste Girard. J’ai déjà dit dans un autre billet combien il est difficile de retrouver des traces de cet ouvrier, issu d’une famille vigneronne de la Haute-Marne, fondateur des bibliothèques populaires. Cette candidature aux sénatoriales apporte un éclairage supplémentaire instructif. Il s’agit bien du Jean-Baptiste-Girard qui nous intéresse. Il semble ne pas avoir été présent lors de la première assemblée du 22 janvier et avoir été déclaré candidat par M. Harant. En effet Le Siècle4 indique:

M. Marmottan parle en faveur de M. Faustin Hélie ; M. Vauthier en faveur de M. Paul Broca ; M. Harant en faveur de M. Girard, fondateur des bibliothèques des amis de l’instruction.

Et Le Temps mentionne que « M. Harant défend la candidature de M. Girard, fondateur des bibliothèques populaires ». Henri Harant est en effet un des soutiens indéfectibles de La BAI-IIIe depuis sa fondation. Ce professeur de l’Association polytechnique a œuvré pour que la BAI-IIIe et son fondateur reçoivent des médailles à l’exposition de 1867 et en a été le président durant de longues années. Il souhaite donc contribuer une fois de plus à cette reconnaissance hautement symbolique d’un fondateur des bibliothèques populaires issu du prolétariat.

Contrairement à d’autres personnes qui retirent des candidatures bien involontaires, Girard se présente à la seconde réunion. Il ne semble toutefois pas se sentir capable de discourir puisqu’il apporte une lettre et demande à ce qu’elle soit lue, ce qui lui vaut des commentaires ironiques du Journal des débats politiques et littéraires5:

M. Girard, candidat ouvrier, quoique présent à la séance, a fait lire par un des assesseurs une lettre dans laquelle il regrette que les moyens employés jusqu’ici pour obtenir de bons députés ouvriers aient produit « plus de petit-lait que de crème ».

Le Rappel 6 confirme que Girard n’a pas pris la parole:

M. Krantz donne lecture de cette lettre dans laquelle M. Girard se pose comme candidat ouvrier, et invoque entre autres titres celui de fondateur des bibliothèques populaires. Il propose, comme conclusion, un concours dans lequel on examinera les titres des candidats qui seront appelés à justifier des services qu’ils auront rendus à la classe ouvrière.

Le Figaro7 donne quant à lui une version plus polémique des auditions. Selon le rédacteur, les candidats ont été appelés à se prononcer sur leur adhésion au programme républicain et pour la plupart renvoyés sans plus de formalités surtout lorsqu’ils sont ouvriers:

N° 4- Accusé Coutant ? – Celui-là est un socialiste, qui se présente comme ouvrier. Il en veut surtout à la propriété, qu’il voudrait assurer par l’association… blackboulé ![…]

N°8. Accusé Fornet ? Encore la classe ouvrière ! – « Je suis du peuple ! s’écrie-t-il, c’est nous qui avons souffert, c’est nous qui versons notre sang !… »

Mais où a-t-il souffert, le citoyen Fornet ? Et surtout, ô mon Dieu, où a-t-il versé son sang précieux ?…

Balayé, le candidat qui ira verser son sang ailleurs ![…]

N° 10. – Accusé Girard ? Autre ouvrier, promptement renvoyé à la truelle.

La présence dans la salle relayée par la presse de personnalités qui telles que Harant soutiennent depuis une quinzaine d’années les bibliothèques populaires et les efforts de Girard, conduit à risquer deux hypothèses. Sont cités en effet Laboulaye, Fauvéty, autres (co)-fondateurs de BAI. On peut donc penser que certains d’entre eux ont véritablement imaginé que parmi les candidatures ouvrières celle de Girard retiendrait l’attention en tant que symbole d’une instruction populaire voulue et défendue par le prolétariat.

Plus raisonnablement, on peut supposer que les élections sénatoriales sont une excellente occasion de faire connaître un homme qui va bientôt avoir besoin de soutiens politiques. C’est en effet en 1876 que Girard  commence à organiser un syndicat des bibliothèques populaires8 avec l’aide de Delamarche et de Harant, et la IIIe République est alors encore très hésitante quant à la conduite à adopter face aux associations et syndicats.

Retenons de ces sénatoriales qu’elles verront, outre l’élection de Victor Hugo, celle de Tolain, candidat « ouvrier » (ancien ouvrier bronzier) dont la destinée a fréquemment croisé celle de Jean-Baptiste Girard, puisque tous deux s’intéressent à la question des associations, des retraites ouvrières.  S’il n’a donc pas su raconter de vive voix l’épopée de la fondation des bibliothèques populaires lors des réunions aux élections sénatoriales, Jean-Baptiste Girard a par sa présence, et grâce à l’entourage des premières heures de combats (Delamarche, Fauvéty, Harant…), renouvelé l’intérêt autour des bibliothèques populaires. Ainsi en janvier 1877 l’Assemblée générale de la BAI-14e se déroule sous la présidence d’honneur de Gambetta en présence des sénateurs Corbon et Tolain, du député Nadaud, de Louis Combes, etc. De la même manière, Victor Hugo ne cessera de donner son soutien à la fondation de nouvelles bibliothèques populaires.|

Cite this article as: Agnès Sandras, "1876 : Girard, le fondateur des bibliothèques populaires, sénateur ?," in Bibliothèques populaires, 01/08/2016, https://bai.hypotheses.org/1091.
  1. Le Journal des Débats politiques et littéraires, 27 janvier 1876 []
  2. Le Petit Journal,28 janvier 1876 []
  3. Ibid. []
  4. Le Siècle, 22 janvier 1876 []
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1876 []
  6. Le Rappel, 26 janvier 1876 []
  7. Le Figaro, 27 janvier 1876 []
  8. Le Temps, 17 août 1876 []

Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)

Capture

L’Exposition universelle de 1867 se caractérise par son ambition. Dix groupes sont organisés, fédérés par des questions transverses telles que la question sociale vue, il faut le souligner d’emblée, à travers le prisme des élites1.

Les jeunes bibliothèques populaires n’ont pas échappé à cette revue d’ensemble. Elles relèvent de la classe 90, groupe X.

 

Suivons d’abord, à partir du très officiel Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, le parcours à emprunter pour une bibliothèque populaire désireuse de participer à l’Exposition. Le 4 février 1866, la composition du groupe dix est annoncée et soigneusement justifiée :

Il nous reste aujourd’hui à parler du dixième groupe qui, par son importance au point de vue matériel et moral, mérite particulièrement de fixer l’attention de tous les hommes dévoués au progrès de la civilisation. Dans les expositions universelles précédentes, le visiteur admis à contempler les produits les plus parfaits de l’industrie et des beaux-arts s’étonnait, en trouvant la matière et l’instrument de production côte à côte, qu’on n’eût pas songé à leur trait d’union naturel, au producteur, dont le rôle si important demeurait cependant dans l’ombre. Le grand concours international qui doit s’ouvrir à Paris en 1867 comblera cette lacune regrettable et résoudra par la création d’un groupe spécial, destiné à faire ressortir le rôle de l’ouvrier dans le travail, un progrès dont l’importance frappera tous les esprits.

L’idée qui a présidé à la conception et à la formation du dixième groupe n’est pas nouvelle. Depuis la première exposition universelle, des esprits élevés avaient été frappés des avantages que présenterait le rapprochement des travailleurs de toutes les nations. La question de l’éducation des classes ouvrières, de leur moralisation, tient la sollicitude générale sans cesse éveillée : si l’on parvenait à rapprocher momentanément les ouvriers ; si, par suite de ce contact, chaque travailleur devait acquérir des enseignements précieux, des moyens de perfectionnement nouveaux, ne serait-il pas permis d’espérer pour un avenir prochain la solution d’un problème qui intéresse à un si haut point le progrès social le bien public2.

Après avoir expliqué qu’on verra par conséquent « l’attrayant spectacle » des « travailleurs de tous les pays du monde, revêtus de leurs costumes particuliers, et s’occupant chacun de son industrie propre », le journal annonce que les objets du groupe X seront « spécialement exposés en vue d’améliorer la condition physique et morale de la population. »  La classe 89 présente « le matériel et les  méthodes de l’enseignement des enfants » et la classe 90 « comprend les bibliothèques et le matériel de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, la communauté ou la corporation ». Les auteurs n’escomptent visiblement pas un grand succès pour cette partie de l’exposition dont ils savent qu’elle attirera moins que les inventions nouvelles ou les sections exotiques:

Les curieux passeront vite devant ces modestes objets, mais l’homme intelligent s’arrêtera avec plaisir devant les ouvrages propres à former la bibliothèque du chef d’atelier, du cultivateur, de l’instituteur communal ; l’influence des bons livres est immense et constitue un des moyens les plus sûrs d’arriver à la moralisation des masses. 72mq.3 ont été attribués à cette classe dans la galerie II du palais4.

La superficie attribuée à la classe 90 (72 mètres carrés) est donc très modeste. Songeons que dans le même temps la classe 92 (spécimens des costumes populaires des diverses contrées) obtient 190 mètres carrés car on espère, à raison d’ailleurs, qu’elle attirera les foules.

Quinze jours plus tard, le Moniteur universel de l’Exposition de 1867 donne la composition exacte du comité d’admission de la classe 90 :

Le comité se compose de MM. Charles Robert, conseiller d’Etat, président ; de Watteville, secrétaire ; Lefèvre-Pontalis, secrétaire ; Bazin ; Bertin,  homme de lettres ; Biaise (des Vosges), homme de lettres ; Cohen, homme de lettres ; Cusco, chirurgien ; de Mofras, secrétaire d’ambassade ; Drouin (Victor) ; Octave Feuillet, de l’Institut ; Lecocq de Boisbaudran, professeur de dessin au lycée Saint-Louis ; Lefébure, auditeur au conseil d’Etat ; Martelet père ; Nefftzer, homme de lettres ; Ph. Pompée, vice-président de l’Association polytechnique ; vicomte Sérurier, ancien préfet ; Ch. Thierry-Mieg, fabricant de tissus ; Anatole Duruy, chef du cabinet de S. Exc. le ministre de l’instruction publique ; E. Leviez, maître des requêtes au conseil d’Etat, sous-gouverneur du Crédit foncier de France ; Arthur Leroy, maître des requêtes au conseil d’Etat ; S. Cornu, peintre dhistoire ; Guiffrey, avocat, membre du conseil géneral des Hautes-Alpes ; Anatole Flandin, auditeur au conseil d’Etat5.

On peut d’ores et déjà s’étonner de la présence au Comité de Ph. Pompée, grand ami d’Auguste Perdonnet, alors président de la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction du 3e arrondissement et du Vicomte Sérurier, président d’une autre bibliothèque des Amis de l’Instruction, et se demander (naïvement ?!) si cela ne va pas gêner les candidatures de ces deux bibliothèques…

Le Comité rappelle en quelques phrases la mission de la classe 90. On retrouve le discours alors dominant sur le temps de lecture très soigneusement restreint que le peuple peut employer à une lecture instructive, c’est-à-dire qui l’aide à mieux travailler aux champs comme à l’usine. Mais le comité souligne aussi que la lecture peut être un temps de délassement, notion qui quant à elle vient des bibliothèques des Amis de l’Instruction…

La classe 90 doit réunir les livres, journaux, publications diverses que chaque nation a produits pour satisfaire à ces divers besoins ; elle doit révéler les institutions utiles qui y répondent dans chaque pays. Enfin dans cette classe seront représentés les ouvrages destinée aux délassements de l’ouvrier et de sa famille. Ces productions de la littérature populaire ont une grande influence pour le bien comme pour le mal. Il importe de signaler celles qui, tout en cultivant l’esprit, élèvent le coeur et inspirent l’amour du bien. Les bibliothèques dont s’occupera la classe 90 n’excluent pas les ouvrages d’un ordre très-élevé, mais il est évident qu’ils n’y peuvent figurer qu’à titre d’exceptions. Il s’agit surtout des livres destinés à être lus par les masses, par un grand nombre de lecteurs de toute condition, et surtout par les cultivateurs et les ouvriers6.

Après un appel aux comités départementaux qui doivent signaler toutes les initiatives relevant des classes 89 et/ou 90, le Comité se lance dans un inventaire précis des documents qui pourront être exposés. Pour les bibliothèques, il donne donc les consignes suivantes :

II. — BIBLIOTHÈQUES.

& 1er. — CHOIX DES LIVRES.

Catalogues choisis d’ouvrages bons à placer dans toute bibliothèque communale on autre, destinée aux adultes ; catalogues restreints contenant un petit nombre de livres propres à former la bihliothèque du père de famille ouvrier ou cultivateur.

Catalogues spéciaux d’ouvrages à mettre dans la partie d’une bibliothèque scolaire spéciale aux enfants des deux sexes de moins de treize ans ; dans une bibliothèque scolaire spéciale aux jeunes gens de treize à vingt ans ; dans une bibliothèque spéciale aux jeunes filles ; dans la bibliothèque des hôpitaux (malades) ; dans celles des divers hospices d’infirmes, d’un comice agricole, d’un instituteur primaire, d’un régimcnt (pour les soldats, et les sous-officiers), d’un simple poste ou corps de garde, d’un navire (pour les matelots), d’une prison d’hommes, de femmes, de jeunes détenus ; dans la bibliothèque d’une petite commune rurale ; dans un grand établissement ou dans une maison de campagne, pour l’usage des gens de service ; dans la bibliothèque d’une usine affectée : à la métallurgie, à une industrie textile, à la construction de machines, à la teinture, à la céramique, etc.

Catalogue d’ouvrages spécialement propres à être lus à haute voix dans une veillée de village ou dans une réunion d’ouvriers.

Publications périodiques pouvant se rattacher à l’une ou à plusieurs des bibliothèques ci-dessus.

Collections de tables ou catalogues indiquant les travaux des sociétés savantes (lettres, sciences, économie sociale, industrie, agriculture, etc.).

§ 2. — INSTALLATION ET MOBILIER DES BIBLIOTHÈQUES.

Spécimens d’armoires ou simples rayons. Salles de lecture. Eclairage. Tables. Aménagements divers.

Reliures des ouvrages — Types divers de reliures ou couvertures quelconques à bon marché. Règlements. Catalogues. Registres divers. Timbres à apposer à l’intérieur des volumes. Matériel de reliure à l’usage d’un instituteur, pour le service de l’école, (de la bibliothèque et des archives de la mairie.)

Almanachs sous leurs diverses formes, illustrés ou non. Aide-mémoire. Manuels.

Colportage pour la vente des livres et publications utiles.

Circulation des livres à titre de location ou de prêt.

Images, estampes, gravures, photographies, moulages, à bon marché7.

Le suspense est alors à son comble. Les bibliothèques des Amis de l’instruction et la Société Franklin, dont les initiatives sont le calque de celles demandées par le Comité, vont-elles obtenir des médailles ? Nous le verrons, période du roman-feuilleton oblige, dans un  prochain billet.

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les bibliothèques populaires à l’Exposition universelle de 1867 (1. Une participation encouragée)," in Bibliothèques populaires, 14/07/2013, https://bai.hypotheses.org/526.

  1. Voir Vasseur Édouard, « Pourquoi organiser des Expositions universelles ? Le « succès » de l’Exposition universelle de 1867 », in: Histoire, économie et société. 2005, 24e année, n°4.
    url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2005_num_24_4_2573
    Consulté le 14 juillet 2013. []
  2. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 4 février 1866 []
  3. mq = mètre quarré au XIXe siècle []
  4. ibid. []
  5. Le Moniteur de l’Exposition universelle de 1867, 18 février 1866 []
  6. ibid. []
  7. ibid. []

Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?

 

Patronymes répandus … chercheurs perdus ?

Il y a des chercheurs vernis. Le personnage qui les intéresse porte un nom unique entre tous et n’a pas multiplié les professions. Et il y a des chercheurs qui errent entre des homonymes, des récits de vie, des mythologies savamment (dé)construites…

Le héros de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement s’appelle Jean-Baptiste Girard. Si l’on visite la Bibliothèque des Amis de l’Instruction aujourd’hui (car il faut visiter ce lieu extraordinaire, ouvert les samedis, en période scolaire de 15 à 18 heures…)1 on entendra dire, sous le portrait de Jean-Baptiste Girard, que cet ouvrier-lithographe originaire de la Haute-Marne, arrivé illettré à Paris, fut à l’origine des bibliothèques des Amis de l’Instruction, et contribua largement au développement des bibliothèques populaires.

Pourtant, on peut trouver d’autres versions du XIX e siècle  qui font de M. Auguste Perdonnet  le fondateur de ladite bibliothèque, assisté de quelques ouvriers dont Girard. Parfois Girard est nommé au détour d’une phrase, parfois l’on parle d’un « ouvrier » qui  aida M. Perdonnet, parfois on ne l’évoque même pas …

À l’occasion d’un colloque organisé pour fêter les 120 ans  de l’installation de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien au 54 rue de Turenne, Ian Frazer a pu établir qui était Jean-Baptiste Girard, et a ainsi permis de comprendre pourquoi le rôle de cet ouvrier avait été occulté puis peut-être exagéré. Depuis 1984, le portrait de l’ouvrier–lithographe trône donc dans une bibliothèque dont il est certain qu’il a contribué à la fonder. Mais aujourd’hui une autre injustice le poursuit : s’il est possible de trouver des « Jean-Baptiste Girard » (Jean-Baptiste Girard, jésuite soupçonné du pire ; Jean-Baptiste-Girard, général d’Empire ; etc.) dans les archives et ouvrages numérisés,  comment retrouver au milieu de tous les « M. Girard » celui dont on aimerait connaître encore et toujours des pans de vie éventuellement cachés ?

 Versions multiples … chercheurs perdus?

Il était une fois … un fondateur, des fondateurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction …

Napoléon III ayant lui-même reconnu que les bibliothèques populaires étaient nécessaires, différentes expériences sont tentées. Une des premières réalisations est la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe Arrondissement, fondée en 1861.  Ses débuts sont compliqués : après quelques mois de fonctionnement, elle est fermée brièvement et doit déménager, reformuler ses statuts, accepter une tutelle parfois envahissante (on y reviendra dans un prochain billet). Il existe donc plusieurs versions de sa fondation, selon les périodes, selon l’origine des rédacteurs. L’empilement de ces récits et contre-récits fondateurs est très révélateur des tensions autour des bibliothèques populaires au XIXe siècle mais il brouille encore la lecture que l’on peut en faire.

Un premier récit placé sous le sceau rassurant d’un rapport présente Jean-Baptiste Girard comme  le fondateur incontournable de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement parisien. Il est dressé par M. Grandeau, professeur à l’ Association philotechnique, et trésorier-administrateur de la bibliothèque:

Le 17 mars 1861, quelques hommes de bonne volonté, sachant que l’on peut beaucoup lorsqu’on veut fermement, résolurent de s’associer pour se procurer les livres nécessaires à leur éducation morale, littéraire et professionnelle. L’un d’eux, à l’initiative duquel était due en grande partie cette réunion, notre honorable censeur, M. Girard, apportait, avec l’idée de créer une bibliothèque par souscription, un projet de statuts qui fut longuement discuté, amendé en plusieurs  points, puis adopté à l’unanimité par les personnes présentes2 .

Le deuxième nom cité par ce rapport est celui du « colonel Favé, professeur à l’Ecole polytechnique ». Enfin, Grandeau évoque tous ceux qui contribuent journellement au développement de la bibliothèque, prenant bien soin de placer Girard en premier:

Mais il ne suffisait pas, Messieurs, d’organiser la Bibliothèque sur le papier, de préparer les éléments de la comptabilité et de choisir les livres; il fallait, chaque soir, inscrire les nouveaux sociétaires, leur délivrer des livrets, effectuer les rentrées, distribuer les livres, en un mot, consacrer un temps considérable à la partie matérielle de notre institution.
MM. Girard, Bellamy, Briel, Chardar, Charpentier, Chrétien, Clouet, Collet, Dumoutier, Erbs, Fessard, Fontaine, Fribourg, Heurtin, Lamouroux, Landrin, Pascal, Paul-Marie, Picquart, Rimet, Sallé, Schneider, se sont astreints à venir chaque. soir, à tour de rôle, à l’École Turgot pour aider notre zélé bibliothécaire, M. Plomb, dans l’inscription des sociétaires, le catalogage et le prêt des livres, la rentrée des cotisations, etc3 .

Le récit est intéressant. Girard est reconnu comme le fondateur mais son métier n’est pas précisé. A  l »inverse, les associations  philotechnique et polytechnique sont indiquées car elles sont pour le pouvoir une garantie morale au même titre que le colonel Favé, aide de camp de l’empereur.

Mais bientôt, la petite bibliothèque semble constituer un élément de sédition possible car les lecteurs discutent à sa sortie, et l’assemblée refuse de donner un rôle important au maire de l’arrondissement, Arnaud Jeanti. Fermée provisoirement, la Bibliothèque des Amis de l’Instruction doit son salut à Auguste Perdonnet qui l’héberge. Ce dernier est un personnage influent, ingénieur, directeur de l’association polytechnique, ami de fouriéristes et de saint-simoniens.

Les versions suivantes de la fondation de la Bibliothèque vont donc faire disparaître Girard, ou du moins ne le rendre reconnaissable qu’aux yeux des initiés:

C’est le troisième arrondissement de Paris qui a montré le chemin. Il s’est fondé en 1861, dans son ressort, une société dite des Amis de l’instruction, par l’initiative d’un ouvrier monteur en bronze, d’un garnisseur de nécessaires, d’un sellier, d’un lithographe et de quelques professeurs.

Parfois oublié, Girard, quand il est nommé, n’a pas de prénom et se réduit bientôt à sa classe laborieuse. Sa qualification est même oubliée:

Tous les noms les plus honorables dans la presse, des membres de l’Institut, de l’enseignement, du conseil d’Etat, se sont inscrits dès l’origine dans le conseil d’administration de la Société Franklin. On compte parmi tous ses membres le nom du simple ouvrier Girard, un des fondateurs de la bibliothèque du 3e arrondissement.4

Quoi de plus commode en effet que ce quasi anonymat de l’ « ouvrier Girard »  pour des élites qui souhaitent faire des bibliothèques populaires un moyen d’instruire le peuple qu’on rendrait ainsi  plus travailleur et moins violent ? Un patronyme passe-partout, un état professionnel vague, rendent le personnage sans consistance et symbolique de la classe ouvrière dont on dit que la (bonne) lecture l’éloigne du cabaret. Cet anonymat a sans doute satisfait l’intéressé qui sait  que son passé peut jouer des tours à l’œuvre entreprise (cf. infra).

Auguste Perdonnet ne se résout pas à gommer les origines prolétaires de la bibliothèque.  En revanche,  ses écrits veulent établir que  les ouvriers ne peuvent en assumer seuls la bonne marche:

 Il y a trois ou quatre ans, de simples ouvriers ont eu d’eux-mêmes la pensée de créer, dans le troisième arrondissement, une bibliothèque populaire sur un nouveau plan, et ils nous ont fait l’honneur de nous appeler à la présidence de leur société.

Les statuts de cette société, approuvés par M. le Ministre de l’intérieur, autorisaient des assemblées générales toutes les fois que la nécessité s’en ferait sentir, et en confiaient l’administration à un comité composé de trente membres, dont la moitié seulement devait appartenir à la classe ouvrière. Le président et le comité étaient nommés par l’assemblée générale.

Les vices de cette organisation se sont bientôt fait sentir. Les quinze ouvriers étaient très-assidus aux réunions du comité, les autres membres étaient pour la plupart absents. Les quinze ouvriers, hommes généralement pleins de bonnes intentions, mais étrangers au maniement des affaires, rendaient les débats longs et pénibles5 .

Aujourd’hui encore, faute de documents très spontanés,  il est difficile de démêler si Auguste Perdonnet a véritablement cru en ses propres discours sur la lecture ouvrière, ou s’il a essayé de protéger la petite bibliothèque d’une fermeture définitive en  feignant une main-mise bonapartiste. Avec la fin du Second Empire, le nom de Girard va revenir, et on voit le mythe se construire. Les propos qui suivent sont tenus par le maire d’Hortes (village natal de Girard) où une expérience de bibliothèque populaire rurale est menée conjointement à celle du troisième arrondissement parisien:

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’oeuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dontil est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires.

Voilà l’honneur de la vie de cet homme, qui a mérité d’être appelé le Franklin de la France ! Je ne dirai ni les ajournements de l’autorité, ni les mécomptes, ni les déceptions de toute sorte que l’oeuvre, au début, eût à subir : c’est la loi commune aux grandes oeuvres, mais le 17 mars 1861, la Bibliothèque des amis de l’instruction du IIIe arrondissement de la Ville de Paris, fonctionnait avec 15 volumes sur une planche de sapin et 23 francs en caisse !

Ce récit rétablit un semblant de vérité quant aux rapports entre ouvriers et élite intellectuelle. On y voit comment Girard qui suit les cours de l’Association philotechnique discute avec l’un des professeurs (Perdonnet) et sera plus tard l’agent général de cette même association. Mais se construit aussi la légende de l’ouvrier luttant contre la misère ambiante (la boue), le manque de moyens (la planche de sapin),  d’où sont exclus les gens d’origine sociale moins modeste qui donnent des livres et protègent le projet.

La célébration du cinquantenaire de la bibliothèque, en 1911, ajoute une dimension mi-sulfureuse mi-romantique à la fondation ouvrière. Serge Jacob déclare en effet :

Savez-vous où le promoteur de notre oeuvre en conçut l’idée? A Mazas, oui, à Mazas, dans la prison où le gouvernement impérial faisait expier à J.-B. Girard l’ardente et trop zélée conviction de ses opinions humanitaires6 .

 

Mais qui donc était « notre » Jean-Baptiste Girard?  Appropriation, réappropriation … chercheurs perdus?

   À l’occasion du colloque de 1984 (cf. supra), Ian Frazer décide donc « d’examiner la validité de cette tradition ». Son enquête, d’une qualité remarquable, permet de  découvrir le Jean-Baptiste Girard « fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction »7 . Il fait en effet apparaître que:

– Jean-Baptiste Girard  serait arrivé à 19 ans à Paris sans savoir lire ni écrire. Il aurait été homme de peine, cocher de fiacre, lithographe…

– il s’est inscrit à l’association philotechnique (dissidente de l’association polytechnique fondée par Perdonnet) pour apprendre à lire et écrire et s’instruire

– il a participé au mouvement associationniste et milité dans plusieurs associations fraternelles ouvrières. Arrêté en 1849 dans une réunion de l’union des associations fraternelles ouvrières en compagnie entre autres  de Jeanne Deroin, Billot et Joffroy, il est inculpé d’appartenance à une société secrète et de réunion politique non autorisée. Emprisonné à Mazas durant six mois, il est ensuite  jugé avec 26 autres prévenus. Le procès, qui est celui du socialisme et du militantisme féminin, passionne les journaux. Girard répond aux juges de manière ferme et courtoise, sans renier ses opinions. Au président qui lui reproche d’avoir parlé dans un écrit de la « bourgeoisie cupide et égoïste », il répond: « je ne disais pas cela dans un mauvais sentiment. Je repousse partout la brutalité; l’homme doit parler par la raison et non par la force. »

Alors transféré pendant environ un an à la prison de Sainte-Pélagie  qui possède une sorte de cabinet de lecture, Girard aurait réfléchi pendant sa captivité aux futures bibliothèques populaires. Ce passé que Girard semble avoir caché aux autorités lors de la fondation de la bibliothèque en 1861 resurgit et s’ajoute à la méfiance que suscite une telle création de la classe ouvrière. D’où les soucis de 1863 et l’intervention (bienveillante ? invasive) de son ancien professeur, M. Perdonnet.

Cette découverte du passé de Jean-Baptiste Girard a coïncidé avec la renaissance de la Bibliothèque des amis de l’Instruction dans les années 1980. Consacrée par ailleurs « lieu de mémoire »8 , la bibliothèque avait aussi un héros fondateur. Et quel héros ! Un modeste ouvrier, arrivé analphabète à Paris, qui crée une des premières bibliothèques de prêt … Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, trente ans après cette refondation, il faut essayer de comprendre de quelles aides, de quelles amitiés, Jean-Baptiste Girard a pu bénéficier. Ian Frazer a déjà découvert une quantité de personnages extraordinaires autour de Girard dont il est important de comprendre toutes les interactions: Jeanne Deroin, Flora Tristan, Laboulaye, Proudhon, Delbrouck, pour ne citer qu’eux…

Chercheurs perdus? non! Tâche ardue? oui!

Cite this article as: Agnès Sandras, "Patronymes répandus… chercheurs perdus? Et si on parlait de Jean-Baptiste Girard, « fondateur » de la Bibliothèque des amis de l’Instruction?," in Bibliothèques populaires, 11/02/2013, https://bai.hypotheses.org/148.
  1. http://www.bai.asso.fr/ []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202638v/f289.image []
  4. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424159q/f215.image []
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6388053r/f57.image []
  6. Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe, Fête du Cinquantenaire 1861-1911 []
  7. Ian Frazer,  « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Intruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIX e siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction– Actes du colloque de 1984, 1985 []
  8. Pascale Marie, « Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, 1984 []