Archives par mot-clé : pianos Blanchet

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5 ».

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9 ».

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs « riches appartements15 ».

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []