Archives par mot-clé : réseaux

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

GERMINET,  Auguste (1821-1878)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce lithographe, qui a  joué un rôle de premier plan dans la fondation de la bibliothèque, est né dans le Cher d’une famille de boulangers. Devenu peintre sur porcelaine, il meurt en Italie.

NOM : GERMINET

Prénoms : Georges, Auguste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 291

Rôle dans la BAI-III : administrateur2 et donateur de livres3.

État-civil et famille:

Auguste GERMINET est né à Baugy (Cher) le 27 août 18214. Son père, Jean-Baptiste, Hilaire, 25 ans, est maître boulanger et tient  l’Auberge de la Paix où il réside. Deux oncles paternels sont témoins : Georges, 28 ans, en garnison à Paris, militaire voltigeur dans la garde royale5 et  Paul, 29 ans, tondeur de draps à Châteauroux (Indre). Avant d’être établi à Baugy, le père d’Auguste est boulanger à Étréchy (Cher) comme son grand-père6.

Sa mère, 32 ans, est Anne FERRAND. Née à Bourges, elle est orpheline (père meunier de son vivant) et domestique quand elle épouse Jean Baptiste, Hilaire en 1815 à Étréchy7.

Elle meurt à Paris le 16 février 1852 à l’ancien hôpital Trousseau, 110 rue du Faubourg Saint-Antoine (anc. 8e) et demeure alors 26 rue de Miromesnil 8.

La famille d’Auguste Germinet s’installe à Paris avant 1838, Auguste n’a pas 18 ans  et son père Jean-Baptiste y exerce la profession de cocher et au moins jusqu’au 26 avril 18449.

Le père d’Auguste meurt à Paris, à son domicile 8 rue de la Folie Méricourt (11e arrdt.) le 17 mai 186910.

Auguste GERMINET a une sœur, Marie, née à Etréchy le 18/11/1816. Couturière, elle épouse à Paris Claude, Simon, Stanislas ROUX le 28 avril 183811. Il est alors lithographe et l’est encore en 1844 ; il est imprimeur en 1886 lors du décès de sa femme. Le marié est né à Paris, le 26 novembre 1814, 15 rue des Canettes, son père Claude  est tailleur de pierres, sa mère est née Marie Victoire Ambroisine LOYER. Le mariage religieux a lieu à Sainte-Madeleine. Ils ont deux enfants. Elle meurt le 16 février 1886 à Paris 6e arrdt. 16 rue des quatre vents12.

Auguste se marie deux fois :

En 1850, le 17 septembre, avec Mélanie, Augustine, Alphonsine CHARNIER, la mère de son fils13. Native de Paris, 12 rue du Colisée, actuel 8e arrdt, son père est sellier lors de sa naissance le 24 octobre 1826. Elle meurt à Sesto-Fiorentino le 19 février 187414.

Auguste se remarie à une date postérieure non trouvée, en Italie avec Colomba POZZI15. Auguste et Mélanie ont un fils : Louis Élie, né à Paris anc. 1er  arrdt le 17 septembre 1851 et qui se marie à Volterra, province de Pise avec Elisa, Isabelle TESTI, le 5 juin 187516. Il habite Sesto Fiorentino et exerce la profession de lithographe sur porcelaine ou peintre sur porcelaine.

La première épouse de Louis meurt à Paris à l’hôpital Ambroise Paré  10e arrdt le 13 août 190617.

Louis a 4 filles nées à Sesto Fiorentino : Augustine, Elie le 4 juin  octobre 1876 ; Guillaumine, Eugénie, Louise née le 6 mai 1879 (quand elle se marie en 1900 ses parents habitent Neuilly-Plaisance) ; Georgine, Renza, Ida née le 7 décembre 1880 ; Anne, Assomption,  Elvire née le 13 octobre 1883 (quand elle se marie en 1909, son père habite 1 bd de Belleville 20e arrdt).

Louis GERMINET se remarie à Paris 11e  arrdt le 11/4/1907 avec Marie Louise GIRARDIN. Lors du mariage il est alors peintre sur éventail et habite 38 avenue Claude Vellefaux 10e arrdt. Il est établi un contrat de mariage chez Maitre TAUPIN à Clichy le 6 avril 190718.

 Marie Louise  meurt en 1926 Paris 11e arrdt19. Louis meurt entre 1909 et 1926 (sans que son acte de décès ne soit retrouvé).


Auguste GERMINET meurt à 57 ans à Sesto Fiorentino en Italie le 11 août 187820.

Professions :

  • Lithographe en 186121 ; imprimeur-lithographe ; « lithographe de Paris » sur son acte de décès italien.
Impression par Auguste GERMINET, dessin de William MUSSILL. BnF, département des Estampes et de la photographie, Cote : SNR-3-MUSSILL, W. Cliché Louise Oudin.
  • en 1870 « spécialité pour porcelaine » ou « chromo sur porcelaine22”. 

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Germinet

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III 1861/62. []
  3. CR BAI-III- 1863/64. []
  4. AD18,Baugy,1813-1823,N.M.D., page167/221, acte 21, voir ici. []
  5. Informations tirées des notices Wikipédia : Dans son sens militaire, le voltigeur est un fantassin porté en première ligne par un cavalier qui le prend en croupe. Plus généralement, le terme désigne les unités d’infanterie légère d’une compagnie d’élite destinées à agir en tirailleurs en avant de la ligne d’un bataillon. []
  6. Naissance de Marie GERMINET, AD18, Étréchy, 1802-1822, N.M.D., page 285/362, acte 25. []
  7. AD18, Étréchy, Registre des mariages, 1802-1822,  page 130/183, acte 15. []
  8. AD75, actes de l’état civil reconstitué, décès 1852, 5Mi1 1433, page 42/51, voir ici. []
  9. D’après l’acte de naissance de sa petite-fille Anne, Adélaïde, Claudine ROUX, AD75, actes d’état-civil reconstitué, 5Mi1 557, page 44/49, voir ici. []
  10. AD75,décès,11, page 21/27, acte 1602, voir ici. []
  11. AD75, actes d’état-civil reconstitués, 5Mi1 2101, page 7/47, voir ici. []
  12. AD75, 1886, décès 6e arrdt, page 21/31, acte 398, voir ici. []
  13. AD75,actes d’état civil reconstitués, 5Mi1 2204, page 43/51, voir ici. []
  14. AD75, décès, transcrit dans le  4e arrdt. le 9 mai 1878,  page 6/31, acte 1227, voir ici. []
  15. Information qui figure sur son acte de décès. []
  16. AD75, mariages, 1876, 4e arrdt, page 9/31, acte transcrit 783, voir ici. []
  17. AD75, décès, 1906, page 30/31, acte 3572, voir ici. []
  18. AD 75,1907, mariages, 11, page 9/31, acte 667, voir ici. []
  19. AD 75, décès, 1926, page 22/31 acte 1337 voir ici. []
  20. AD75, décès, 4e arrdt, 1879, page 22/31, acte 3297, voir ici. []
  21. Liste des lecteurs. []
  22. Il figure en 1870 dans l’annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis avec les deux compétences voir ici. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

BELLAMY,  Victor (1833-1890)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce tourneur en métaux, membre très actif aux débuts de la BAI-III, est l’un des plus impliqués dans la vie politique contemporaine : il est notamment un des pionniers de l’Internationale.

NOM : BELLAMY

Prénoms : Jean, Victor

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 131

Rôle dans la BAI-III : à la fois administrateur pendant 16 ans au moins, de 1861 à 18772, membre zélé et aidant3.

État-civil et famille Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Victor Bellamy

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III, 1862, 1863/64, 1864/68, 1873/74, 1875/77. []
  3. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean Chardar

CHARDAR, Jean (1837-1906)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Après des études brillantes à l’APH et de sages débuts à la BAI-III pour laquelle il est comptable, Jean CHARDAR, originaire de Lorraine, mène la vie bouillonnante des aventuriers économiques du XIXe siècle, sillonnant le monde, entre Égypte, Australie, Nouvelle Calédonie, Tonkin, Japon , France, Argentine et Madagascar…

NOM : CHARDAR

Prénoms : Jean à l’état-civil, Jean Eugène parfois par l’usage

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 41

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB puis premier comptable de la bibliothèque2. Il ne semble rester que trois ans à la BAI-III.

État-civil et famille3:

Jean CHARDAR est né le 3/9/1837 dans une famille catholique  à Hayange, canton et arrondissement de Thionville (Moselle), en Lorraine. Hayange – devenue allemande après le traité de Francfort, en 1871 –  et ses environs (avec par exemple Avril à 10 km restée française), demeurent  le berceau de la famille (voir ci-dessous). Jean CHARDAR  est déclaré français en 1872 (liste des optants).

Le père de Jean est tonnelier puis marchand de vin en gros, et meurt à Hayange le 29 juillet 1868. Marié deux fois, il a eu 11 enfants en 27 ans. La mère de Jean, Marie Victoire GASSEAUX, couturière, a 23 ans l’année de la naissance de Jean. Elle est domiciliée à Hayange sur l’acte de mariage de Jean CHARDAR en 1878 et meurt à Paris (17e arrdt) le 4 mai 1894.

Le père de Jean CHARDAR a 53 ans lors de la naissance de Jean. Il est né à Volkrange, à 5 km d’Hayange, d’un père tonnelier. Il est arrivé à Hayange avant la naissance de son premier enfant en 1823 avec sa première femme, probablement attiré par la bonne santé de la commune.  

Jean CHARDAR se marie deux fois. À 34 ans, il épouse à Waverley (Australie), le 17/4/1870, Mary Anne MANSFIELD, 17 ans, née en Tasmanie en 1852. Il est alors installé depuis deux ans en Nouvelle Calédonie. Elle est britannique d’origine irlandaise de par sa mère Margaret O’Donnell & de son père, William John Mansfield, capitaine de vaisseaux baleiniers. Mary Anne meurt à 24 ans d’un accident de cheval  à Boulouparis, Nouvelle-Calédonie, le 21/4/ 18774. Chardar se retrouve veuf avec 3 enfants de 6, 3 et 1 an.

Il se remarie à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, le 5/9/1878 avec Annie Mac CARROL5 dont il se sépare de corps et de biens en 1880. Pour ce deuxième mariage, Jean CHARDAR a pour témoin Jules Ange CHRISTOPHE, son cousin germain (voir ci-dessous).  

Jean Chardar a eu 3 enfants avec sa première femme :

* Adèle Victoire née en 1871 à Nouméa avec pour parrain représenté son oncle Jean baptiste CHARDAR qui vit à Hayange , qui se marie à Buenos Aires en Argentine d’où postérité.

* Eugénie Ida, née en 1873 à Nouméa6, qui se marie à Madagascar le 29/11/19027 d’où postérité, et qui reviendra en France ; elle meurt le 18/5/1954 à Bourg-Lès-Valence (Drôme)

* Jean Eugène Charles né à Boulouparis le 27 mars 1876. En 1896, il est domicilié rue Mexico à Buenos Aires en Argentine où il se mariera, d’où postérité et il est cartonnier. Décédé à Paris, 10e arrdt, le 13 septembre 1954.

Jean CHARDAR est décédé à Nice le 16 janvier 19068.

Professions

* en 1861, garnisseur de nécessaires9, c’est-à-dire de boîte ou étui renfermant les ustensiles indispensables à la toilette, à un ouvrage).

* après 1863, CHARDAR figure comme employé comptable au canal de Suez, travaillant en Égypte10.

* après 1868, CHARDAR est éleveur et cultivateur en Nouvelle-Calédonie et remplit des fonctions pour le gouvernement (comptabilité, responsable du magasin des Ponts et Chaussées, assesseur auprès du tribunal de Nouméa, membre de la commission sanitaire du bétail).

* après 1885, il est imprimeur et fondateur d’un journal au Tonkin à Hanoï mais n’y reste que 3 mois11. Il est probablement régisseur d’un domaine en France12

* après 1895, il est à Buenos Aires recensé comme cartonero. Il retourne à son premier métier et fonde un atelier de maroquinerie13.

* après 1899 (62 ans), il est à Madagascar d’abord écrivain auxiliaire puis régisseur-comptable du service des travaux publics de Tananarive14 .

Adresses connues :

– 11 rue Pavée au Marais (7/61 et 2/62 ; actuelle rue Pavée 4e) ;

– Nouméa en 1872 lors de la déclaration d’optant ;

– Boulouparis ;

– Hanoï 3 mois en 1885 ;

– Yokohama, Japon 28 jours ;

– Buenos Aires ;

– villa « Moselle » rue Théodore Villette, quartier Isoraka à Tananarive, Madagascar en 1902 ;

– Nice en 1906.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique15 :

Il a 21 ans quand il commence à être inscrit au palmarès de l’APH en 1856. Pendant 6 ans, cet élève brillant et assidu suit des cours jusqu’à 5 soirs par semaine de 20 h 30 à 22 h16. Il est un des rares amis de l’instruction à obtenir un certificat d’études17. En 1856/57, Chardar suit les deux cours de français 1ère et 2e année, de langue allemande 2e année (le professeur est Hermann BIRMANN donateur de livres à la BAI-III). En 1857/58, il suit le cours de langue française 2e année, de langue allemande 2e année. En 1858/59 il suit le cours de langue française 1ère année (délivré par Émile MARGUERIN, [voir fiche MARGUERIN] du conseil de patronage de la BAI-III, lecteur 10), il suit le cours d’arithmétique 1ère année, de langue allemande 2e année, d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné par le docteur-médecin Victor POIRSON, donateur de livres à la BAI-III), de géographie commerciale et industrielle (animé par François BAZIN, censeur, lecteur 17, donateur de livres à la BAI-III). Il a trois premiers prix et deux mentions. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’Empereur. En 1859/60,  il suit le cours de langue anglaise 1ère année, d’arithmétique 2e année (délivré par Émile LIONNET du conseil de patronage, professeur à Louis-Le-Grand, donateur de livres à la BAI-III), de physique 1ère année (donné par Félix HÉMENT, professeur au collège Chaptal et à l’école Turgot, lecteur 221, donateur de livres à la BAI III), de chimie 1ère année (animé par Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte Eugénie, lecteur 139), d’hygiène et de médecine usuelle 2e année (donné Louis HEBERT, pharmacien en chef de l’hôpital de Bicêtre, donateur de livres à la BAI-III). En 60/61 il suit le cours de langue française 2e année (délivré par Adolphe ADAM [voir fiche ADAM], de la commission administrative, lecteur 2, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de physique 1ère année (Jules Joseph BONDON, professeur de physique, lecteur 222, donateur de livres à la BAI-III), 1er prix, il suit le cours de chimie 1ère année (animé par Louis Alphonse DAVANNE, chimiste et surtout photographe, donateur de livres à la BAI-III), 2e mention, il suit le cours de comptabilité (donné par Jules REVERT, professeur de comptabilité, donateur de livres à la BAI-III), 1ère mention, il suit le cours de dessin linéaire, 5e mention. Il obtient un premier, un second et un troisième prix et deux mentions. Il obtient un prix d’honneur du Ministre de l’Instruction et surtout un certificat d’études relatif au commerce pour 6 nominations. En 1861/62, il suit le cours de comptabilité, le cours de géographie commerciale et industrielle (donné par Ernest MORIN, lecteur 248 et administrateur et donateur de livres), le cours de législation usuelle (donné par Ernest CADET, lecteur 32) et de matière première. Il obtient un premier et deux seconds prix et une mention. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de l’impératrice lors de la remise des prix le 8 février 1863. BIRMANN, BAZIN, MORIN et HÉMENT sont professeurs à Turgot. Par la philotechnique CHARDAR est en contact avec de nombreux professeurs « aidants » à la BAI : soit juste donateurs BIRMANN, POIRSON, HEBERT, DAVANNE et REVERT, soit  inscrits comme lecteurs BAUDRIMONT, BONDON et CADET, soit dans l’organigramme MARGUERIN, BAZIN, LIONNET, ADAM et MORIN .

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

CHARDAR s’investit dans la colonisation de la Nouvelle-Calédonie. Il publie des articles dans les journaux locaux. Par exemple il défend la culture de la canne à sucre plutôt que le café, le coton et le riz  et l’introduction d’oiseaux insectivores : les merles des Moluques contre les sauterelles qui l’attaquent18. D’abord opposé à  l’accaparement des terres par l’administration pénitentiaire, il se range à l’avis opposé : « La transportation est la vache à lait de la colonie, il ne faut pas lui ménager la place. »19.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

non repérée

Adhésion à la Société Franklin : 

non identifiée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III :

Simon JACQUEL [voir fiche JACQUEL] et Paul DELAMARCHE [voir fiche DELAMARCHE] ont mis en place la comptabilité20 et Jean CHARDAR est le premier à prendre la fonction de comptable21, relayé par DELAMARCHE, Frédéric ERBS [voir fiche ERBS] puis Hippolyte LANDRIN [voir fiche LANDRIN]. À l’APH il suit les mêmes cours que le futur bibliothécaire Charles PLOMB [voir fiche et billets PLOMB]  dès 1856, Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], l’initiateur de la bibliothèque dès 1858, et  DELAMARCHE [voir fiche et billets DELAMARCHE] en 1860. Il suit les mêmes cours que ceux qui vont aider activement ces fondateurs, comme Stanislas PIQUART dès 1856, PAUL-MARIE [voir fiche PAUL-MARIE], Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL], Henry BRIÈLE dès 1858, Louis FONTAINE, Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET], Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ] en 1860 et que Jean-Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY] en 1861.

Son frère Charles, 15 ans, serrurier, qui habite à la même adresse s’inscrit à la bibliothèque sous le numéro 92. Sa cousine germaine Clémentine MICHÉ, photographe, s’inscrit aussi sous le numéro 262 (voir ci-dessous).

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Avec HÉMENT qui est fondateur de la BAI-IX22.

Éléments biographiques complémentaires :

Hayange, berceau de la famille :

Hayange est la capitale de l’entreprise de sidérurgie de la famille WENDEL dès 1704, fleuron de l’exploitation du fer et du charbon et de la production d’acier de la Lorraine et de la France23. En 1848, le père de Jean est inscrit sur la liste électorale de 413 électeurs parmi 150 commerçants et artisans et 261 « travailleurs de l’usine », avec Charles de WENDEL, 28 ans, 5e génération des maîtres de forge WENDEL, et Charles MONDELANGE, alors employé aux forges. Douze ans plus tard, en août 1860, Nicolas CHARDAR, lui aussi tonnelier et marchand de vin, un demi-frère de Jean, né en 1828, est candidat sur la liste gagnante pour les élections municipales de Charles MONDELANGE, devenu directeur de la forge WENDEL et qui reste maire 17 ans24. Nicolas CHARDAR meurt à Avril (Meurthe et Moselle) le 2 septembre 1906, ville frontière à 10 km d’Hayange. Peu avant sa mort Jean CHARDAR rend visite à ce demi-frère Nicolas resté dans l’est français. Charles de WENDEL est administrateur des chemins de fer de l’Est (comme Auguste PERDONNET). Il est  député de la Moselle, candidat du gouvernement. Il demeure 24   rue de Clichy 9e arrdt. et est  membre du conseil de patronage de la philotechnique dès 1858. Auguste PERDONNET vient avec ses élèves le 12 mai 1864 visiter un des sites WENDEL25.

Une famille également enracinée à Paris

Paris et son bassin agissent comme un aimant sur la famille même avant 1816 :

 Deux enfants sur trois dans la fratrie du père de Jean sont parisiens. Les deux tantes de Jean CHARDAR partent y travailler et s’y marient.

La première tante, Anne Élisabeth CHARDAR, née en 1786 à Hayange se marie  à Paris avec Denis Marie LEGENDRE en 1816. Cuisinière, elle est alors enceinte. Ils habitent 81 rue des Martyrs. Il  apporte 300 francs, compris son denier comptant, elle apporte 1000 francs dont 600 francs de mobilier, habits, linge et bijoux26.  Elle meurt, étant garde-malade  à Paris le 10 août 184727. Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre.

La deuxième tante, Marie Magdelaine CHARDAR,  née en 1792 à Neufchâteau dans les Vosges,  se marie à Paris, à Notre-Dame des Lorettes  le 22/8/1821 avec Jean CHRISTOPHE, bottier originaire de Noisseville (Moselle). Elle habite alors 44 rue du Faubourg-Montmartre28.

Dans la fratrie des 11 à laquelle appartient Jean,  4 partent à Paris.

Une demi-sœur de Jean, Agathe née en 1824, est ouvrière en linge en 1849 quand elle épouse à paris Michel CALIS, né en 1829 aussi en Moselle à Grosbliederstroff. Sur l’acte de mariage, il est  domestique à Paris anc. 2e29. Il est optant en 1872. Elle retourne à Hayange, ville alors allemande et y meurt le 14 janvier 187930.

La plus jeune sœur de Jean CHARDAR, Adélaïde, 19 ans, épouse à Hayange le 23 novembre 1869 son demi-neveu Louis DEJONC, 25 ans, fils de l’aînée d’une de ses demi-soeurs, munie de « lettres de dispense de parenté31. Ils vivent à Evry et Adélaïde y meurt en 188432. Louis DEJONC est ajusteur quand il est optant en 1872 et devient directeur des « ateliers de Petit-Bourg » qui appartiennent à la famille DECAUVILLE de 1848 à 1894. La pratique de l’agriculture betteravière associée à une distillerie permet à la famille DECAUVILLE de prospérer et d’allier la philanthropie au paternalisme. D’abord contremaître puis directeur vers 1880, Louis DEJONC est aussi conseiller municipal pendant 11 ans à partir de 188133.  

Son frère CHARDAR Charles Jean-Baptiste, même adresse, serrurier, est lecteur à la BAI-III à 15 ans en 1861 (n°92). Il est né à Hayange le 29/1/184634, et s’est marié à Hayange avec Elisabeth MARX, d’Hayange, le 2/4/1872. Ils sont tous les deux  optants en 1872. Quand il est témoin du décès de sa sœur en 1884, il est épicier et habite Paris, 34 rue Eugène Sue et 105 rue de Clignancourt 18e. Il meurt le 19 mars 1917, 77 Bd Barbès 18e35.

On retrouve à la BAI-III le jeune frère de Jean,  Charles CHARDAR,  et leur cousine germaine Clémentine MICHÉ née CHRISTOPHE. Clémentine, Pauline s’inscrit à la bibliothèque (lectrice 262) avec la profession de photographe sous son nom de femme mariée MICHÉ (mariage le 8 décembre 1851 à Paris). Elle est la fille de Marie Magdelaine CHARDAR et de Jean CHRISTOPHE.  Clémentine, née en 1830, habite Belleville, 51 rue des Rigoles quand elle s’inscrit à la bibliothèque. Elle a 4 frères dont Jules Ange qui suivra CHARDAR  en Nouvelle-Calédonie (voir plus loin).

 

Jean Chardar, aventurier du XIXe siècle

En Nouvelle-Calédonie, Chardar vend  612 hectares de pâturage aux enchères avec une mise à prix de 16 200 francs36  et reçoit une mention honorable pour son maïs en août 1877 à l’exposition de Nouméa37. Il crée 3 centres d’exploitation agricole et d’élevage à Boulouparis, Thio et Poya soit plusieurs milliers d’hectares. On retrouve aussi son cousin Jules Ange CHRISTOPHE en Nouvelle-Calédonie. Né en 1832 à Paris, d’abord horloger mécanicien puis fabricant de mitrailleuses, Jules Ange est jugé et bénéficie d’un non-lieu après la Commune38. Jules, d’abord horloger,  devient  « piqueur de 1ère classe », c’est-à-dire surveillant du bagne de l’île des PINS39. Les deux enfants de Jules CHRISTOPHE,  nés à Paris, se  marient et meurent en Nouvelle-Calédonie.

La famille vit un épisode terrifiant pendant l’insurrection Kanak : le  26 juin 1878 ,  les 3 enfants CHARDAR échappent au massacre grâce à un « libéré » et un condamné qui portent les 2 plus jeunes sur leurs épaules, ils réussissent  après une marche harassante à atteindre Bouraké vers 9 heures du soir et embarquent in extemis sur le vapeur La Dépêche appareillant pour Nouméa (Récit ayant fait l’objet de plusieurs publications et souvenir toujours vivace dans la famille, Jean  se trouvait, à cheval, vers Thio, sur la côte est). Il tient plusieurs postes administratifs pour le gouvernement. Il est président élu  de la commission municipale de Boulouparis de sa création en 1879 à 1881.

Vers 1885, il est au Tonkin. Il se trouve sur le SS City of Tokyo qui partant pour San Francisco par mauvais temps, s’échoue et coule dans la baie de Tokyo le 24 juin 1885. Ensuite, il rentre en France où ses deux filles sont pensionnaires au Couvent des oiseaux et il est probablement gérant d’un domaine en France40. Entre 1895 et 1900, il s’essaie à divers métiers (voir plus haut) en Argentine et à Madagascar, où il est fait chevalier de l’Ordre de l’étoile d’Anjouan41.

Liste des bateaux pris par Jean Chardar42 : L’aviso Coëtlogon en 1868 ; le Roturoa en 1877 ; le paquebot Dupleix en 188443;  le Melbourne des messageries maritimes parti  de Madagascar et arrivant à Marseille le 14/6/1902 en passant par Zanzibar, et Djibouti. Cedernier  bateau transporte 291 passagers et 1000 tonnes de marchandises44.

Écrits de la personne : 

Nombreux articles dans la presse de Nouvelle-Calédonie. Par exemple dans Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885,45 que l’on peut lire46 ici.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Et toutes les sources citées au fil du billet.

 

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP : Association polytechnique.

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  18 février 2022 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean Chardar," in Bibliothèques populaires, 18/02/2022, https://bai.hypotheses.org/5273.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CRBAI-III, ADVP : V6 1191. et rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. Cette fiche doit beaucoup à Pierre ESCALIER des ORRES, rencontré sur Geneanet. Descendant de Jean CHARDAR, il a bien voulu multiplier les échanges avec nous et mener conjointement  de nombreuses et fructueuses recherches, et nous l’en remercions. Voir la généalogie de Jean CHARDAR ici. []
  4. ANOM, Nouvelle-Calédonie Boulouparis , 1877,  acte 3 voir ici. []
  5. ANOM, Nouméa, 1878, mariages   acte 18, voir ici. []
  6. ANOM, Nouvelle Calédonie. []
  7. ANOM, Madagascar, Tanarive, 1902, mariages, page 13, voir ici. []
  8. AD 6, Nice, décès, 1906, acte 137 voir ici. []
  9. Registre dit des lecteurs. []
  10. Le canal de Suez. Tome 1, partie 1 / par Voisin-Bey,… François-Philippe (1821-1918). (Paris) 1902-1906, page 131, ici.  Noté « Chardard », mais confirmé par la famille. []
  11. Lettre communiqué par Georges COQUILHAT. []
  12. Source familiale. []
  13. Source familiale. []
  14. BO de Madagascar et de ses dépendances, 1/5/1899,  ici. []
  15. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  16. Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  17. Charles BRESSON obtient les 4 certificats d’études en 1858, ceux relatifs aux « arts », au « commerce », aux « sciences mathématiques », aux « sciences physiques » ; Charles-Honoré PLOMB obtient deux certificats en 1860, ceux relatifs aux « sciences physiques » et aux « sciences mathématiques » et Henri-François MICHEL obtient 3 certificats, ceux relatifs aux « sciences mathématiques » en 1860 et ceux relatifs aux « arts industriels » et aux « sciences physiques » en 1861. []
  18. Le Moniteur de la Nouvelle Calédonie et de ses dépendances  du 5 /7 /1871, page 158,  ici. []
  19. Le Néo-calédonien n° 638, p.2, 21 août 1885, communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse. []
  20. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  21. CR BAI-III, exercice 1861-1862, page 19. []
  22. Le Petit Journal, 27/3/1865,  ici. []
  23. Voir Philippe MIOCHE, « Une dynastie de maîtres de forges, les WENDEL », Archives ouvertes de l’université d’Aix-Marseille, voir ici. []
  24. Adrien PRINTZ, Hayange d’un siècle à l’autre, 1980, publié chez l’auteur. []
  25. Le Temps, 12/5/1864. []
  26. AD75, Archives notariées,  MC/ET/CVIII 942. []
  27. AD 75, acte d’état civil reconstitué, 5Mi1 1359, vue 18/51, ici. []
  28. Merci à Solange DENIEUL contactée sur Geneanet par Geneviève Deblock-Perret de nous avoir communiqué les recherches d’Arlette BROSSARD, généalogiste déjà rencontrée pour la généalogie de Charles-Honoré PLOMB. []
  29. AD75, 5Mi1 2191, vue 10/43 ici []
  30. AD57, tables décennales 1792-1952, 9 NUM/8 E 311/1, vue 277/710, ici. []
  31. AD    9NUM/1MIE311/18  NMD 1868-1871 page 257/540 voir ici. []
  32. AD91, Evry,  NMD  (1883-1889), 4E/3339, vue 67/262. []
  33. Thèse de Déborah COLIN, Histoire de la municipalité d’Évry : étude de la vie politique et des mutations du pouvoir municipal de Charles Bonaventure Delage à Manuel Valls (1787-2008), 2016, sous la direction de Jean-Louis Loubet Université Paris-Saclay (ComUE). Tome 1. Page 818 et suivantes, ici. []
  34. AD57, Hayange, NMD 1843-1852, 9NUM/1MIE311/141843-1852, vue 143/500 ici. []
  35. AD 75, 1917,  18 D 276,  acte 1265, vue 19/31 ici. []
  36. Le Nouvelliste du 15/3/1884, ici. []
  37. J.O. de la République française du 20 août 1877, page 5893, ici. []
  38. Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), ici. []
  39. L’Annuaire de la Nouvelle Calédonie, 1890. []
  40. Source familiale. []
  41. B.O. du Ministère des Colonies, 1/1/1905, voir ici. []
  42. Communiqué par Pierre Escalier des Orres. []
  43. Encyclopédie des messageries maritimes ici. []
  44. Le Sémaphore de Marseille du 14/6/1902, page 1, ici. []
  45. Communiqué par Georges COQUILHAT, historien de la Nouvelle Calédonie et de sa presse voir son site ici. []
  46. Saisi par Pierre ESCALIER des ORRES, que nous remercions à nouveau. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb

PLOMB, Charles (1837-1911)

Charles Plomb, La Patrie suisse, décembre 1911. Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève.

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Issu d’une modeste famille d’artisans, Charles-Honoré Plomb, tantôt ouvrier-bijoutier, tantôt opticien, est le jeune bibliothécaire de la BAI-III. Il se passionne pour les mouvements coopératifs et l’AIT naissante. Il a appris le chant grâce à l’Association philotechnique, ce qui lui permet, au lendemain de la Commune, de devenir professeur de solfège au Conservatoire de Genève et critique musical.

NOM : PLOMB Prénoms : Charles Honoré

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 231

Rôle dans la BAI-III : bibliothécaire de 1861 à 1871

État-civil et famille : Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Plomb

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé

FAVÉ, Ildephonse (1812-1894)

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Surveillant des Amis de l’instruction ou philanthrope libre de ses actes ? Qui est Ildephonse FAVÉ, aide de camp de Napoléon III, présent parmi les Amis de l’instruction au moins de 1861 à 1868 ?

 

NOM : FAVÉ

Prénoms : Ildephonse [Idelphonse sur l’acte de naissance]

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 981

Rôle dans la BAI-III :

il aurait apporté par philanthropie son soutien afin que la bibliothèque des Amis de l’Instruction obtienne les autorisations nécessaires à son ouverture. D’autres voient en lui un des espions impériaux de la bibliothèque lors de sa fondation…

État-civil et famille : Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ildephonse Favé

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Collet

COLLET, Louis (1818-1891)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

On trouve peu de communards avérés parmi les fondateurs de la BAI-III. Raison de plus pour tenter de mieux identifier Louis Collet, un des premiers amis de l’instruction…

 

NOM : COLLET Prénoms : Louis, Frédéric

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 261

Rôle dans la BAI-III :

Aide le bibliothécaire PLOMB2 

Administrateur3.

État-civil et famille : Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Louis Collet

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  3. CR BAI-III 1861-1862, page 20. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Adolphe Noret

NORET, Adolphe (1840-1910)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

La présence d’Adolphe Noret est très représentative de celle de nombreux élèves et professeurs de l’Association Philotechnique qui ont vu dans la BAI-III une excellente initiative permettant aux ouvriers et artisans d’accéder aux ouvrages instructifs qu’ils n’avaient pas les moyens de s’acheter eux-mêmes.

 

NOM : NORET

Prénoms : Adolphe, Pierre, Paul

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 191

Rôle dans la BAI-III : lecteur à 21 ans, un des plus jeunes inscrits

État-civil et famille :

Adolphe est né le 11 janvier 1840, 2 rue des Lavandières Sainte-Opportune, anc. 3e arrdt.2. Il est baptisé le lendemain à Saint-Germain l’Auxerrois3. Ses parents se sont mariés 8 mois plus tôt, le 20 mai 1839 dans l’anc.7earrdt4.

Lors du mariage des parents d’Adolphe, sa mère Françoise MULON a 37 ans. Couturière, elle est veuve d’un brossier et mère d’un enfant de 9 ans qui meurt 4 ans plus tard5. Elle ne sait pas signer. Elle est née en 1802 à Tournon-en-Ardèche, où son père militaire était cantonné. Elle meurt à 75 ans à Paris en 18776. Elle est enterrée au Père-Lachaise dans le caveau de la 74e division que son mari vient d’acquérir.

Lors du mariage des parents d’Adolphe, son père Louis Antoine NORET est horloger-mécanicien, il est né à Paris en 1808. On le retrouve mécanicien-lampiste au mariage de son fils en 1880. Il meurt dans le 3e arrdt en 1892, à 83 ans7.

L’année de la naissance d’Adolphe, trois de ses grands-parents sont encore vivants et parisiens.

Son grand-père maternel, Pierre Denis MULON, est « sergent-invalide » et habite à l’Hôtel royal des Invalides. Il déclare ne pas pouvoir signer par cécité. Il a épousé à Lyon le 3 juillet  1797 une blanchisseuse de son bataillon8. Né à Paris d’un père militaire, il voyage pour l’armée impériale et on le trouve sergent au 70e régiment d’infanterie en Guadeloupe « la 5e année de l’empire de Napoléon » (8/9/1808) lors de la naissance de son fils Hubert, Denis9. Il meurt en 1842 quand Adolphe a 2 ans10. Il est enterré dans la fosse commune du cimetière de Montparnasse.

Sa grand-mère maternelle, Thérèse Renée DUMOLARD, est née à Marcilly en Indre-et-Loire d’une famille de cultivateurs et meurt à 77 ans à Paris quand Adolphe a 9 ans11. Elle est enterrée dans la fosse commune du Père-Lachaise.

Son grand-père paternel, Georges Jean, peintre en bâtiment, est décédé à 64 ans à Paris, 4 impasse Faron, le 12 avril 183212. Il est enterré dans la fosse commune du Père-Lachaise.

Sa grand-mère paternelle, Marie Catherine MOREL, couturière, naît et meurt à Paris à 83 ans en 186513. Son père est ouvrier-boisselier.

Son frère Louis Henri, né le 19 août 1841 est baptisé 3 jours après. Louis est mécanicien en 1861.
Adolphe épouse à 40 ans Marie Isidore LABARRE, 33 ans, dans le 3e arrdt le 4 septembre 188014. Son père est mécanicien-lampiste, sa mère est décédée. Elle est employée de commerce. Elle est née dans la Sarthe à René. Son père est alors cantonnier à Thoigné. Elle meurt en 1917 à l’hôpital Broussais, 14e15, et est enterrée dans le caveau familial au Père-Lachaise16.

Les quatre témoins au mariage d’Adolphe et Marie Isidore sont : Mathieu MULON, opticien, 75 ans, un oncle maternel ; Jean-Baptiste LANDREVIN, restaurateur, 69 ans, un autre oncle ; Jean-Louis ROGER ; Jean-Louis LARNAZ.

Adolphe et Marie Isidore ont une fille, Marthe Eugénie Henriette le 15 mars 1882 qui meurt à 26 ans le 28 octobre 1908 au 37 rue des Volontaires à l’hôpital homéopathique Saint-Jacques17. Cet hôpital a été fondé en 1867 par souscription par notamment le docteur Claude GONNARD (1827-1904) qui y fut médecin en  chef. Franc-maçon18, il est un temps vice-président du syndicat des bibliothèques libres et membre actif de la BAI-VIII.

Adolphe NORET  meurt le 25 mars 1910, 9 cité Riverin dans le 10e, à 70 ans19 . Il est enterré dans le caveau familial au Père-Lachaise20.

Professions :

dessinateur ou dessinateur de machines d’après le palmarès de la philotechnique entre 1856 et 1860 ; employé en 1861 ; comptable en 1880 quand il se marie à 40 ans ; employé de la maison GOUPIL à Paris21. Entre 1860 et 1890, la maison GOUPIL a son siège social au 9 rue Chaptal dans le 9e. La maison Goupil ou Goupil et Cie22 établit un commerce mondial de reproduction d’œuvres d’art, peintures et sculptures. Les estampes de reproduction sont réalisées à l’aide de toutes les techniques disponibles, y compris la photographie. Un atelier est installé à Asnières en 1869 pour la « photomécanisation23». Les deux frères Adolphe (1806-1893) et Auguste GOUPIL (1794-1877), docteur médecin, 9  rue des orties Saint Honoré, sont souscripteurs de la société Franklin c’est-à-dire qu’ils versent 10 francs par an24.

Adresses connues :

  • en 1861, 33 boulevard du temple 3e arrdt

  • en 1872 ,17 boulevard Saint Martin 3e  arrdt et jusqu’en 1892 lors du décès de son père

  • en 1910, 9 cité Riverin 10e arrdt.

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique25 :

Adolphe est inscrit au palmarès de l’APH en 1856/57, 1858/59 et 1859/60. D’après ce palmarès il suit au moins les cours de comptabilité de Jules REVERT le mercredi soir de 20h30 à 22h dans l’amphithéâtre est de l’école Turgot. En 56/67 il reçoit le 3e prix ; en 58/59 il reçoit le 2e prix ; en 59/60 il reçoit le 1er prix et un livret de caisse d’épargne au nom de S.A. le Prince impérial. Suivent le même cours Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] et  Louis SALLÉ [voir fiche SALLÉ].

Jules REVERT est donateur de livres à la BAI III en 1861 et à la BAI V en 186526. Il habite alors 42 rue Meslay 3e. Il publie en 1861 à compte d’auteur et dédie aux élèves de la Philotechnique un Traité de comptabilité appliquée à l’industrie et au commerce qui est au catalogue de la BAI-III en 5 exemplaires en 186227. Il invite les élèves de l’APH à remercier dans l’ordre : Monsieur ROULAND, ministre de l’Instruction publique, l’Empereur et le président de l’association le Comte de LARIBOISIÈRE. Jules REVERT  est membre de l’APH dès 1854 et professeur à l’école supérieure de commerce de la rue Amelot. C’est un scientifique et il publie en 1854 le Traité pratique des engrenages, contenant les calculs relatifs à leur puissance, à leur vitesse et à leur construction. Il  écrit deux autres livres  un Mémento pratique de comptabilité paru en 1845  et un Questionnaire de comptabilité, contenant 1.500 questions et réponses sur les diverses branches de la comptabilité, 86 p. publié aux éditions Chaix en 187128.

Avant REVERT, le professeur de comptabilité de l’APH est E. DAUDET, chef d’institution à Vincennes, issu de l’AP qu’il quitte en 1848 avec le groupe des 1329 qui enseigne aussi le français. Henri LENEVEUX30. devient professeur et donne ses cours à la Sorbonne en 1861. Il est membre actif de la BAI-XIV31.
Les cours de comptabilité suivis à l’APH ont permis à Jean CHARDAR d’être comptable (trésorier) à la BAI-III32, à Jean-Baptiste GIRARD d’être comptable à la BAI-V33 et à Lippmann LEVY  d’être comptable à la BAI XVIII34. Professionnellement CHARDAR [voir fiche CHARDAR] part comme comptable sur le chantier du canal de Suez.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : 

il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH que l’on retrouve à la BAI III.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : pas de relations repérées à ce jour.

Éléments biographiques complémentaires : pas pour le moment.

Écrits de la personne : non repérés à ce jour

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici. CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. Et toutes les sources citées au fil du billet.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique.

APH: Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques. MND : mariages, naissances, décès

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le  7 novembre 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Adolphe Noret," in Bibliothèques populaires, 07/11/2021, https://bai.hypotheses.org/5212.

  1. Registre dit des lecteurs – BAI-III. []
  2. AD75, 5Mi 1 487, vue 16/40 ici. []
  3. Relevé des registres de baptêmes. []
  4. AD75, 5Mi 1 2108, vue 29/51 ici. []
  5. AD75, décès V3E/D 625, vue 29/51 ici. []
  6. AD75,  Décès 1877, 03 V4E 2754 acte 572, vue 15/31 ici. []
  7. AD75, décès 1892, 03 V4E 5590, acte 2 voir ici. []
  8. AML Lyon, Mariages Lyon division du nord, Cote 2 e26, vue 97/101, acte 272  ici. []
  9. ANOM,  naissances Basse Terre, acte 75 page 40 / 172 ici. []
  10. AD75, V3E /D 1104, vue 11/50 ici. []
  11. AD75, V3E/D 503, vue 37/51 ici. []
  12. AD75, V3E/D 1122, vue 30/51 ici. []
  13. AD75, 1865, décès,19 V4E 2309, acte  1719 vue 25/31  ici. []
  14. AD75, mariages, 03 V4E2783, acte 655, vue 27/31 ici. []
  15. AD75, 1917, décès,14D 292, acte 2681, vue 26/31 voir ici. []
  16. AD75, décès 1915-1919, CPL_RA19151919_01,  vue 13/31 ici. []
  17. AD75, décès, 10 10D 311, acte 4902, vue 6/31 ici. []
  18. Fichier Bossu, BnF. []
  19. AD75, 1910, décès,  10D 321, vue 19/31  acte 1486 ici. []
  20. CPL_RJ19091910_01, vue 7/31 ici. []
  21. JO du 1er août 1901, il reçoit une médaille d’honneur du travail du ministre du Commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes voir ici. []
  22. Dictionnaire de l’école nationale des Chartes des imprimeurs lithographes, voir ici. []
  23. Les collections sont archivées dans un musée à Bordeaux mais ne contiennent pas de documents sur l’organisation de la maison. Madame Régine BIGORNE  responsable du musée n’a pas connaissance de documents sur l’existence d’une société de secours mutuel ou autre. []
  24. Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, 1864, voir  ici. []
  25. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  26. CR BAI-III et CR BAI-V. []
  27. Voir ici sur la bibliothèque virtuelle de la BAI-III. []
  28. D’après Pierre LABARDIN  dans Autour du mot comptabilité (Pierre LABARDIN, Autour du mot comptabilité, Laboratoire orléanais de gestion, voir ici.), Jules REVERT serait un des premiers à considérer la comptabilité comme une science et non comme un art. 1871 : Comptabilité : « La comptabilité est la science des faits exprimés par des comptes. Formée par le concours des sciences mathématiques, de l’histoire du commerce et de la finance, de la statistique et de la législation, la comptabilité embrasse la conception et l’exécution des opérations commerciales dans leurs diverses combinaisons financières, et indique les moyens de les constater régulièrement sur des livres d’après des règles établies selon leur nature et les circonstances dans lesquelles elles se produisent. Elle peut ainsi servir de guide au commerçant en l’éclairant constamment sur l’état de sa fortune et les causes de ses variations, et en lui traçant la marche à suivre pour qu’il ne s’expose pas aux dangers d’entreprises hasardeuses ou de produits chimériques (REVERT [1871])”. 1871 : Tenue des livres : « C’est le moyen de constater régulièrement sur des livres les opérations qui s’exécutent dans une maison de commerce ou un établissement quelconque, et d’en faire connaître les résultats (REVERT [1871]).» []
  29. A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898. []
  30. MAITRON, notice LENEVEUX Henri, Charles , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 19 octobre 2020. Voir ici. []
  31. CR BAI-XIV. []
  32. CR BAI-III. []
  33. CR BAI-V. []
  34. CR BAI-XVIII. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

LACROUX, Joseph (1832-1895)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Architecte originaire d’Albi, il est élève de César Daly. Il devient membre de son équipe dès les années 1850/55. Il a 29 ans en 1861, lors de son inscription à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la création de la BAI-V.

 

NOM : LACROUX

PrénomsJoseph Jacques

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : n°25, inscrit juste après Pierre ANDRÉ [voir fiche ANDRÉ]

Rôle dans la BAI-III : simple adhérent

Continuer la lecture de Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : JOSEPH LACROUX

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André

ANDRÉ (1826-1899), Pierre Marie

 

Pierre Marie ANDRÉ a environ 25 ans lorsque, dans les années 1850, il monte à Paris. Publiciste socialiste, il milite activement dans les clubs, puis il rencontre César Daly. Il le suit dans l’aventure de la Revue Générale de l’architecture  et les mouvements associationnistes. Il est un des premiers adhérents de la BAI-III, participe à la création de la BAI-V, et influence la fondation d’une bibliothèque populaire en 1877 au Bois-d’Oingt, son village natal.

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).]

Nom : ANDRÉ

Prénom : Pierre Marie Anne

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III :n° 24, entre Charles-Honoré Plomb [voir billets et fiche PLOMB] et Joseph Lacroux [voir fiche LACROUX].

Rôle dans la BAI : simple adhérent.

 

État civil et famille :

Pierre Marie ANDRÉ naît le 27 mars 1826 au Bois-d’Oingt (Rhône)1. Les déclarants sont ses aïeuls Claude François ANDRÉ, huissier royal, époux de Anne MALLEVAL, et Pierre Marie LOUIS, propriétaire.

Son père, Philibert Marie ANDRÉ, est géomètre2. À la naissance de celui-ci, en 1795, les déclarants sont son père, Claude François ANDRÉ fabricant de mousseline, et ses grands-parents paternels, Philibert ANDRÉ, jardinier et Marie PATISSIER, son épouse, qui déclare ne pas savoir signer.

Sa mère, Jeanne LOUIS, est tailleuse d’habits pour femmes3.

Trois de ses sœurs et deux de ses  frères sont décédés en bas âge4.

Il a un frère, Nicolas Thérèse (1827-1897), fabricant de tapis à Lyon en 18785, et trois sœurs : Antoinette Camille, couturière tailleuse, qui épouse en 1856 Barthélémy ROUSSET, clerc de notaire 6; Marguerite Micheline, modiste, qui épouse  en 1856 Jean-Antoine GIRAUD, huissier7 ; et Marguerite Euphémie, née en1842, qui vit chez sa sœur Antoinette en 18728. Toutes les trois signent avec les témoins et la mère de la mariée en 1878, au bas de l’acte de mariage de leur neveu Alphonse Antonin. Cela ne semble pas être un cas particulier si l’on consulte les différents actes de l’époque au Bois-d’Oingt. De même, en 1795, à Tarare, Marie PATISSIER est témoin déclarant la naissance de son petit-fils Philibert Marie, avec son mari Claude François ANDRÉ. Elle dit alors ne pas savoir signer.

La population du Bois d’Oingt est alors essentiellement constituée d’artisans et de commerçants.

Pierre Marie épouse à Paris (ancien 4e arrdt) Marie Sophie DUBOIS le 15 janvier 18539. Née à Bains (Bains-les-Bains, Vosges) en 1824, elle décède à 63 ans le 19 juillet 1888 à Paris, 80 rue Claude-Bernard (5e arrdt)10.

Sophie a un frère, Auguste, né en 1822, et trois sœurs : Augustine née en 1826 ; Joséphine née en 1827 ; Célestine Apolline née en 184011.

Pierre Marie et Sophie vivent quelques années en union libre, et leurs deux premiers enfants naissent avant leur mariage.

Ils ont trois enfants, une fille, et deux fils qui sont déclarants lors du décès de leur mère, en 1888. Alphonse Antonin habite alors 18 rue Flatters, et Philibert 80 rue Claude Bernard à l’adresse de sa mère.

Antonin Alphonse ANDRÉ, artiste graveur, naît à Paris (3e arrdt) le 20 décembre 1848. Il épouse, le 30 août 1878, Jenny Étiennette LEPIN, une jeune fille originaire du village de naissance de son père. Lors de leur mariage, au Bois-d’Oingt, César DALY qui a alors 67 ans, fait le voyage pour être premier témoin12.

Eulalie Sophie ANDRÉ naît, le 20 janvier 1852 à Paris (2e arrdt ancien)13.

Louis Philibert naît le 12 décembre 185514. En 1888, il est employé en librairie et demeure 80 rue Claude Bernard.

Pierre Marie ANDRÉ décède le 9 juin 1899, 12 rue du Sommerard (5e arrdt)15.

 

Profession(s) :

En 1851, il est homme de lettres, publiciste, copropriétaire et co-gérant du journal Le vote universel.

En 1861, selon le Registre dit des inscriptions de la BAI-III, il est employé16.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture17.

En 1871, durant les événements de la Commune de Paris, il se dit voyageur de commerce.

Entre 1870 et 1899, il est libraire éditeur.

Adresses connues :

En 1851, il demeure 67 rue Montmartre18, et travaille 3 rue Jean-Jacques Rousseau, adresse des bureaux de son journal19.

Entre 1861 et 1866, lors de son inscription à la BAI-III, son adhésion à la société de crédit au travail, puis son élection à la BAI-V, il demeure 240 rue Saint-Jacques.

Entre 1869 et 1879, 80 rue des Feuillantines20.

De 1870 à 1885, l’adresse de la nouvelle société qu’il vient de créer, DUCHER et Cie, se trouve 6 rue de la Sorbonne ; puis est créée en 1885 la société André, Daly fils et Cie, 51 rue des Écoles.

En 1888, lors du décès de Sophie, il demeure 80 rue Claude Bernard21, et lors de son décès, en 1899, 12 rue Du Sommerard (5e arrdt).

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique22

Non identifiés.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique :

En 1848, il fait partie des délégués spéciaux du Club des clubs, qui fédère une centaine de clubs23.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association :

Il fait partie de la Société de crédit au travail, dont il est en 1863 le 235e inscrit, juste après César Daly24 ; en 1868-1869, il est membre de la commission d’initiative de « L’épargne immobilière », société coopérative civile cogérée par COHADON25.

Adhésion à la Société Franklin : il est souscripteur en 1866. Il se déclare alors architecte26. Lors de la 3e séance publique qui a lieu au Conservatoire le 14 février 1869, Il reçoit une médaille en tant que vice-président de la BAI-V27.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Relations amicales et réseaux : il fait partie des membres de la BAI-III fondateurs de la BAI-V et de leurs soutiens 28 : Joseph Jacques LACROUX [voir fiche LACROUX], au mariage duquel il est témoin en 1879, et qui fait aussi partie de la commission d’initiative de L’épargne immobilière ; l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX (lecteur n° 147), domicilié à la même adresse qu’André, 240 rue Saint-Jacques ; César Daly [voir fiche DALY] témoin en 1878 au mariage de son fils, avec qui il s’inscrit à la Société du crédit au travail en 1863 ; les libraires éditeurs de César Daly, Auguste MOREL, lecteur n° 145 et Edouard DUCHER, lecteur n° 240, tous deux donateurs à la BAI-V.

 

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Sophie DUBOIS, son épouse, est donatrice de livres à la BAI-V en 1865, sous le nom de Sophie ANDRÉ. Elle est accompagnée en 1866 d’une autre donatrice nommée ANDRÉ, qui pourrait être une sœur de Pierre Marie André, habitant au Bois-d’Oingt, ou bien sa mère Jeanne Louis.

Il représente la BAI-V avec LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], GIRARD [voir billets et fiche GIRARD], BOURGOIN, le 27/11/1869 lors d’une réunion chez le comte SERURIER, pour discuter d’un projet de fédération des bibliothèques populaires29.

D’autres membres de BAI font partie, comme lui, de la Société du crédit au travail, dont  : COHADON (BAI-V) ; CORBON (BAI-XIV ET XV ) ; DELBROUCK (BAI-III et Vernon) [voir fiche DELBROUCK] ; FONTAINE, lecteur n° 12 à la BAI-III [voir fiche FONTAINE] ; LENEVEUX (BAI-XIV) ; LIMOUSIN (BAI-XIV) ; NADAUD (BAI-XIV).

Le 4 novembre 187730, au lendemain des élections législatives remportées par les républicains, une bibliothèque populaire est fondée au Bois-d’Oingt. Pierre Marie ANDRÉ a conservé un lien étroit tout au long de sa vie avec sa bourgade natale, et l’on constate que plusieurs membres fondateurs de la bibliothèque font partie de sa famille ou de connaissances, souvent anciennes. Il a donc vraisemblablement joué un rôle dans sa création.

Ainsi, son fils Louis Philibert est en nourrice chez son beau-frère Barthélémy ROUSSET en 1861, comme cela se fait beaucoup31, son fils Antonin Alphonse épouse une jeune fille originaire du village en 1878, et Pierre Marie André lui-même est témoin au mariage de Claude Marie LEPIN frère de sa belle-fille Jenny, et de Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, en 188432.

Le président de la bibliothèque , Jean Antoine GIRAUD, ancien huissier, est son beau-frère. Il est témoin en 1878 au mariage de son fils Antonin Alphonse. On apprend en 1884, lors d’une souscription pour un monument à Gambetta, qu’il est président du cercle démocratique du canton de Bois-d’Oingt,33.

Le vice-président, le médecin Émile René GONNET, lors de sa naissance en 1833, a eu Philibert Marie, père de Pierre Marie ANDRÉ pour déclarant34. Il s’agit donc d’un ami de la famille, et il est plaisant de remarquer que la propriété donnée à la ville du Bois-d’Oingt par Louis Pichat, qui abrite actuellement le fonds de la bibliothèque, a été construite dans les années 1860 par monsieur Gonnet35.

Le sous-bibliothécaire, Joseph Marie MANGON, plâtrier, 33 ans, est un petit cousin de Pierre Marie ANDRÉ36. En 1883, Joseph Marie Mangon représente Le Bois-d’Oingt au congrès tenu à L’Arbresle par 600 délégués de la démocratie du Rhône, où il ouvre les débats37.

Le trésorier, Jean Baptiste Antoine PAPILLON38, est le notaire successeur de maître ROUSSET, beau-frère de Pierre Marie André. Il est nommé en 1879 suppléant du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt avec Antoine Giraud39. Dans un rapport présenté le 21 septembre 1879, il donne une définition de la bibliothèque populaire qui rappelle le « but moral et élevé » qu’assigne Pierre Marie ANDRÉ à ce genre d’institution : « les uns ont créé des sociétés militaires ayant pour but de familiariser les Français jeunes ou vieux au maniement des armes. D’autres ont voulu accoutumer nos nationaux aux marches et fatigues, ils ont établi des sociétés de gymnastique, de tourisme, d’études militaires. D’autres ont voulu démocratiser l’instruction et, par des conférences ou autrement ont inculqué à la nation laborieuse le peu de science qu’ils possédaient… Mais les fondateurs de cette bibliothèque avaient un but patriotique. L’idée était féconde, profitable, et réalisait dans une certaine proportion une idée bien ancienne : l’instruction générale et économique. Les sociétaires sont des révolutionnaires pacifiques car ils peuvent arriver à changer ou détourner les idées des oisifs et des inutiles ».

Éléments biographiques complémentaires :

Issu d’un milieu aisé provincial, seul membre de sa famille à « monter » à Paris, il s’y trouve très engagé dans le mouvement quarante-huitard.

Sa rencontre avec César DALY [voir fiche DALY] est déterminante pour lui. On ne sait pas à quelle époque elle a pu avoir lieu. Tous les deux ont été publicistes et ont milité dans les clubs de 1848, ont participé à la création de la BAI-III en 1861, et s’inscrivent ensemble en 1863 à la Société du crédit au travail.

En 1851, à 25 ans, il est rédacteur, puis cogérant et copropriétaire du quotidien Le vote universel40 dirigé par Jacques BRIVES (1800-1889)41. Le gérant précédent, Jean-Joseph VIÉ, et le rédacteur Maurice TREILLARD42, originaire du Rhône comme ANDRÉ, viennent d’être condamnés à 3 mois de prison et 500 francs d’amende pour un article sur les prisons de Belle-Île et de Mazas43.

Le vote universel remplace le quotidien républicain La Réforme, créé en 1843 par LEDRU-ROLLIN et interdit en 1850. Il ne paraît que du 14 novembre 1850 au 28 février 1851. En effet, le 20 février 1851, ANDRÉ est lui aussi condamné, comme gérant du Vote universel, à un an de prison et à 8 000 francs d’amende, pour la publication d’un texte de Charles-Nicolas-Joseph ROBIN intitulé « Aux Paysans. Études politiques et sociales ». Cet article est estimé être une excitation à la haine des citoyens les uns contre les autres et au trouble à l’ordre public. ROBIN est condamné à six mois de prison et à 1 000 francs d’amende44. La suppression et la destruction des numéros saisis le 20 février 1851 est ordonnée, et la publication du journal est interrompue pendant un mois. Il ne reparaît pas45.

On ne sait rien de lui durant les dix premières années de l’Empire. Charles Robin raconte dans Les confessions d’un journaliste : « un régime des plus rigoureux pour la presse réduisit au silence les écrivains qui ne voulurent pas se rallier.[…]Tout ce qui avait tenu une plume démocratique fut dispersé. Les uns furent exilés ou s’exilèrent, les autres entrèrent dans l’industrie ».

En 1861, il est parmi les premiers lecteurs inscrits à la BAI-III, et en 1865 il participe activement à la fondation de la BAI-V, dont il est vice-président de 1866 à 1868. On peut ainsi lire ses interventions dans les comptes-rendus des conseils d’administration : il déplore en 1866 que le nombre d’œuvres d’économie politique empruntées diminue. Il remarque que la BAI-V est « trop peu fréquentée par les ouvriers, pourtant nombreux dans le quartier46”, qu’il y a « des femmes en bonne proportion », et qu’elles lisent plus que les hommes47. Elles lisent surtout des romans, « mais l’important est que le goût de la lecture se développe48». Il donne une définition de ce que doit être pour lui une bibliothèque populaire, un établissement utilitaire, un complément d’instruction : « contrairement à un simple cabinet de lecture que le lecteur quitte et reprend au gré de sa convenance et de sa fantaisie, […] [une bibliothèque populaire] est l’œuvre de tous… [elle] n’est pas œuvre de spéculation ; elle a un but moral et élevé, et ceux-là se trompent qui viennent y chercher le roman du jour et lui seulement […] Mais ceux qui sont désireux, au contraire, d’élever leurs esprit, de développer leur intelligence par des lectures plus sérieuses, quoique intéressantes, amusantes même, il n’en manque pas, que ceux-là viennent à nous […]. Qu’ils viennent, qu’ils nous étudient, qu’ils nous comprennent et qu’ils nous aident ensuite, chacun dans son cercle, à faire de la propagande […]. Nous arriverons alors et rapidement, à un chiffre de souscripteurs qui nous permettra de tenir la Bibliothèque au courant des nouvelles les plus intéressantes, et de réaliser ainsi plus complètement notre programme49».

En 1866, il travaille avec César Daly. Le 1er mai, il fait partie de l’équipe réunie pour créer le mensuel Croquis d’architecture, Intime-Club50, et se présente d’ailleurs comme architecte dans le Bulletin de la société Franklin.

En 1869, il est secrétaire de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (RGA) (1840-1890) fondée par César Daly. Il exprime son admiration pour le « travail d’une importance exceptionnelle, avec un caractère propre à attirer l’attention immédiate du lecteur », au sujet d’un grand article théorique de César Daly intitulé « De l’architecture de l’Avenir ; à propos de la Renaissance… » qui se conclut ainsi : « Nous terminons cette trop rapide esquisse en exprimant notre conviction réfléchie et profonde, que la Liberté et l’Autorité consentie, la Paix et le Travail productif, ainsi que la Solidarité et l’Indépendance des nations auront leur symbole artistique dans l’évolution sociale qui se prépare, comme l’Autorité oppressive, la Guerre, la Misère des masses, ainsi que la Servitude & l’Isolement des peuples, ont eu le leur dans l’évolution sociale qui expire 51».

En 1871, pendant la Commune, il est commandant au 119e bataillon de la garde nationale, bataillon du 5e arrondissement composé d’hommes très déterminés selon le journal Le Vengeur, du 12 mai 1871, et auquel appartient Élisée RECLUS. Le bataillon, qui avait programmé un grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion place du Panthéon le jeudi 25 mai52 , défend les forts de la rive gauche le 22 mai contre les troupes versaillaises, qui entrent dans Paris53. Pierre Marie ANDRÉ est inquiété par la justice de Versailles. Il se dit voyageur de commerce, et il ne semble pas être poursuivi54. Son nom figure cependant avec celui de PUZENAT – est-ce Jean Puzenat 55? – sur une liste « d’individus qui se sont réfugiés en Suisse à la suite de l’insurrection de 1871 ». Il avait quitté la Suisse à la date du 1er janvier 1873 selon les archives d’État de Genève56.

Il se trouve en tout cas à Paris le 1er juillet 1871. En effet, à la clôture du contrat de 10 ans signé entre César Daly et les éditions Morel et Cie pour l’édition de la RGA (1860-1870), César Daly réclame à la veuve d’Auguste Jean MOREL, décédé en 1869, des droits de propriété importants57, et Édouard Ducher, ancien directeur des éditions Morel crée le 1er juillet 1871, en association avec Pierre Marie ANDRÉ, une société en nom collectif et en commandite, la société Ducher et Cie « ayant pour objet la librairie spéciale d’architecture et des travaux publics, et toutes les opérations accessoires »58. « La durée de la Société est de quinze années, qui ont commencé à courir à partir du premier mars mil huit cent soixante-dix », c’est-à-dire avant la chute de l’Empire. Le siège social de cette société est à Paris, 6 rue de la Sorbonne, adresse qu’il donne lorsqu’il est inquiété en 1871. La RGA qui avait cessé de paraître en 1870 reprend dès juillet 1871. Il y signe un article en 1872, dans lequel il écrit : « M. César Daly a sauvé par le dessin plus d’un précieux souvenir du vieux Paris démoli sous l’Empire, de même aussi, la Revue contribuera à arracher de l’oubli des œuvres modernes dignes d’éloge et que déjà les flammes de la guerre civile ont rendues historiques, en les détruisant 59 ».

En 1885, à l’échéance des 15 ans de vie de la Société Ducher et Cie stipulés en juillet 1871, mais aussi au terme de « conflits juridiques »,  celle-ci est liquidée. Ses héritiers et successeurs sont la maison André, Daly fils et Cie, dans laquelle ANDRÉ reste gérant, Victor Daly fils remplace Ducher, et Marcel Daly devient sous-directeur d’un nouvel hebdomadaire intitulé la Semaine des constructeurs60. Enfin, en 1893 – est-ce pour cause d’endettement ?,  Pierre Marie ANDRÉ et Victor Daly vendent la société André, Daly fils et Compagnie à Mme Louise-Henriette Dallier61. Charles Schmid reprend vers 1900 la Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils & Cie, rachetée ensuite par les éditions Massin62.     

 

Écrits de la personne : CRBAI-V, 1867-1868.

Sources :

CRBAI-III 

 CRBAI-V

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

COLL84 : Actes du colloque de 1984

COLL14 : Actes du colloque de 2014

MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

 

Auteure principale de la fiche : Geneviève Deblock

Nous remercions chaleureusement Angélique Bouchet-Merle (secrétaire de la mairie du Bois-d’Oingt)  qui a travaillé à la généalogie des ANDRÉ et  Marie France Rochard (conservateur des bibliothèques à la retraite qui dans le cadre de l’Association « Bien vivre au Bois-d’Oingt et en Pays Beaujolais » fait revivre avec des bénévoles la bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt – voir ici). Elles nous ont permis de confirmer le lien étroit  entre Pierre ANDRÉ et la création de la bibliothèque du Bois-d’Oingt et d’étoffer ainsi cette fiche en novembre 2021.

Fiche publiée le 9 octobre 2021 ; modifiée le 3 novembre 2021.

 

 

Liste des souscripteurs, 1850, Le vote universel, BnF. Cliché G. Deblock.

 

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Pierre Marie André," in Bibliothèques populaires, 09/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5105.

  1. AD69. Pierre André, actes de naissance, Bois-d’Oingt, 1826. []
  2. AD69. Philibert Marie André, Acte de naissance le 3 mai 1795 à Tarare (Rhône), acte de décès le 15 juin 1842 au Bois d’Oingt (Rhône). []
  3. AD69. Jeanne Louis, acte de naissance le 24 septembre 1803 au Bois-d’Oingt. acte de mariage le 8 février 1824 au Bois-d’Oingt avec Philibert Marie ; acte de décès le 19 juin 1870, le Bois-d’Oingt. []
  4. AD69. Le Bois d’Oingt : naissances 1821-1832 ; naissances 1833-1842 ; décès ,1823-1832 : Catherine Claudine (19/11/1824-1825) ; Claudine Joséphine (08/10/1829-16/10/1829) ; Claude François (19/08/1833-19/08/1833) ; Joseph Catherine (26/01/1836-07/02/1836) ; Catherine Pierrette (02/04/1838-21/11/1838). []
  5. AD69. Nicolas Thérèse, acte de naissance le 5 novembre 1827 au Bois-d’Oingt, acte de décès le 6 mars 1897 à Lyon. Il est célibataire. []
  6. AD69. Antoinette Camille André et Rousset Barthelemy, Bancs. Mariages. 1856. []
  7. AD69. Acte de mariage de Marguerite André et Jean Antoine Giraud.1856. []
  8. AD69. Recensement,1872. Foyer de Barthélémy Rousset, son épouse Antoinette André, et sa belle-sœur Euphrémie André, Le Bois-d’Oingt. []
  9. ADP. Pierre André et Marie Sophie Dubois, acte de mariage, 1853. []
  10. AD88. Sophie Dubois, acte de naissance le 10/08/1824 à Bains-les-Bains (Vosges), de Antoine, bourrelier, et de Marie Louise SOUVAIS, couturière en linge ; ADP, acte de décès, Sophie Dubois, 1888. []
  11. AD88. Dubois, Auguste, né le 16/05/1822 ; Augustine, née le 05.08.1826 ; Joséphine née le 27/12/1827 ; Célestine Apolline née le 05/10/1840. []
  12. AD69. Acte de mariage en 1878, d’Alphonse Antonin ANDRÉ demeurant chez ses parents à Paris, 80 rue des Feuillantines, avec Jenny Étiennette LEPIN, née à Bois d’Oingt le 28 /05/1856, où elle demeure avec ses parents Claude LEPIN propriétaire agriculteur et Louise ANDRILLAT. Témoins : César DALY, 66 ans, architecte, Louis ANDRILLAT, 73 ans, aïeul, et deux oncles de l’époux, Antoine GIRAUD, 49 ans, et Nicolas ANDRÉ, 50 ans, fabricant de tapis, demeurant à Lyon, rue de la Sparterie. []
  13. ADP. Eulalie Sophie ANDRÉ, 1852. Naissances. []
  14. ADP. Louis Philibert, acte de naissance, 1855. []
  15. ADP. Pierre André, acte de décès, 1899. Les déclarants sont Édouard MARTEAU, 45 ans, négociant demeurant 11 place du Panthéon, et Henri ALLARDEL, 32 ans, employé demeurant 1 passage Joinville, 10e arrdt. []
  16. Registre dit des inscriptions de la BAI-III, 1861. []
  17. Le Rappel, 17 août 1869. []
  18. Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  19. Le vote universel, BnF, MICR D-1071 ; Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848... / par Alphonse Lucas, 1851, p. 66 . Selon Alphonse Lucas, l’adresse du journal serait 2 rue Thevenot. []
  20. AD69. Acte de mariage de Claude Marie LEPIN, frère de Jenny, sa belle-fille et Françoise Marie THOMAS, en tant qu’ami de l’épouse, le 19/10/1884 : THOMAS-LEPIN. Mariage.1884. []
  21. La rue des Feuillantines ayant été remaniée et renommée rue Claude-Bernard en 1881, il s’agit vraisemblablement de la même adresse que celle de la rue des Feuillantines. []
  22. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  23. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, 1851, op. cit., p. 66 ; Le Droit, journal des tribunaux, 1/02/1851. []
  24. Jean-Pierre BÉLUZE. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868, premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr [en ligne]. []
  25. Le Rappel, 17 août 1869. []
  26. Voir le Bulletin de la Société Franklin. []
  27. Le Moniteur universel, 21 février 1869. []
  28. Il est vice-président de la BAI-V en 1866-68, donateur de livres en 1865 (ainsi que son épouse) et 1866. En 1866, il présente le bilan financier des années 1864 et 1865. []
  29. CR BAI-III, 1871. []
  30. Voir sur ce carnet :« Une troisième bibliothèque populaire revit au Bois-d’Oingt (Rhône) » ; et voir Martine Deroy et N’Drin Dougrou, La bibliothèque populaire du Bois-d’Oingt (Rhône), Mémoire présenté à l’Ecole nationale supérieurs de bibliothécaires sous la direction de Pierre Gras, 1979. []
  31. AD69. Recensement 1861, Le Bois-d’Oingt. []
  32. AD69. Acte de mariage, 1884, op.cit. []
  33. Voir le journal Paris, du 21 février 1884. []
  34. AD69, acte de naissance du 12 novembre 1833 acte ; acte de mariage du 3 décembre 1867 à Paris, avec Henriette Joséphine Peignaud, et consentement de son père passé devant maître ROUSSET, notaire. []
  35. selon la Coordination des associations du Beaujolais. []
  36. Petit-fils de Thérèse LOUIS, sœur de Jeanne LOUIS, voir l’arbre généalogique de Thérèse LOUIS sur Geneanet, ainsi que son acte de mariage avec Joseph Marie DEVAY, AD69 du 05/05/1824, dans lequel ont signé comme témoins le beau-père de sa sœur Claude-François ANDRÉ, huissier royal, et son beau-frère Philibert Marie ANDRÉ, géomètre. []
  37. Voir La Vérité du 13 juin 1883, journal républicain, proche des idées communardes, fondé en 1870 par Édouard Portalis. []
  38. Voir AD69, acte de mariage le 18 octobre 1880 à Écully, Rhône, avec Marie BELUZE. []
  39. Voir le Journal officiel du 9 mai 1879 : sont nommés « suppléants du juge de paix du canton du Bois-d’Oingt, MM. PAPILLON, notaire et GIRAUD ancien huissier, en remplacement de MM. DUPLAT et LAVERRIERE, MARDUEL » []
  40. Le Droit, 1 février 1851 ; Le vote universel, BnF, MICR D-1071 []
  41. Voir le MAITRON en ligne. []
  42. Voir le MAITRON en ligne. []
  43. Le Droit, 29 décembre 1850 ; Le Moniteur universel, 14 janvier 1851. []
  44. Voir Charles Robin, Les confessions d’un journaliste , p. 107 et suivantes. []
  45. Le Droit, 27/02/1851. []
  46. CRBAI-V, 1867, p. 9-10 ; COLL84. []
  47. CRBAI-V, 1868, p. 11. []
  48. CRBAI-V, 1867, p. 9. []
  49. CRBAI-V 1868, p. 11. []
  50. Marc Saboya, op. cit , p. 114. []
  51. RGA, XXVII, 1869, col. 10, note ; col. 70. []
  52. [Commune de Paris. Fédération de la garde nationale. Mairie du Panthéon-5e arrondissement. Affiche], Grand concert au bénéfice des blessés, prisonniers, veuves et orphelins de la 5e légion, Paris, 1871. []
  53. Paris insurgé : histoire illustrée des événements accomplis du 18 mars au 28 mai 1871 : pièces et documents recueillis au jour le jour / classés, coordonnés et annotés par A. de Balathier-Bargelonne , Paris, 1872, p. 64, 248, 254. []
  54. Voir Jean-Claude Farcy, La répression judiciaire de la Commune de Paris : André, Pierre Marie Anne, voyageur de commerce. Adresse : Paris, 6 Rue de la Sorbonne. Garde national, commandant au bataillon n° 119. []
  55. MAITRON. []
  56. Voir : APPO., B a/431, pièces 786 à 791 ; MAITRON. []
  57. Béatrice Bouvier, l’édition d’architecture à Paris au XIXe siècle. Les maisons Bance et Morel et la presse architecturale, Genève, Droz, 2004, p. 46-49. []
  58. « Société en nom collectif et en commandite DUCHER et Cie […] entre M. Édouard-Charles DUCHER, libraire, demeurant à Paris, rue Saint-Lazare, numéro 107 d’une part ; M. Pierre-Marie ANDRÉ, employé, demeurant à Paris, rue des Feuillantines, numéro 80, d’autre part; tous deux gérants de ladite Société, et un commanditaire dénommé en l’acte », Le Droit, 09/07/1871 ; Voir aussi  : RGA XVIII, 1871, p. 99. []
  59. P. André, RGA, XXIX, 1872, coll. 21-22 : Mairie du IVe arrondissement de Paris. []
  60. Voir : RGA XLII, 1885, col. 97. []
  61. MM. Pierre Marie ANDRÉ et Victor DALY, libraires-éditeurs, demeurant à Paris, rue des Écoles, 51, associés en nom collectif sous la raison et la signature sociales : André, Daly fils et Compagnie pour l’exploitation d’un fonds de commerce de libraire éditeur, dont le siége est à Paris, rue des Ecoles, n° 51, ont vendu à Mme Louise-Henriette DALLIER, propriétaire, demeurant à Dourdan, veuve en premières noces non remariée de M. Félix Jules LAJOTTE, La Loi, 13/05/1893. []
  62. Voir :  article « Editions Massin », Wikipédia ;  Gélis-Didot Pierre, La Peinture décorative en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris,Librairie générale de l’architecture et des arts décoratifs, ancienne maison André Daly fils et Cie, Ch. Schmid, 51, rue des Écoles, s.d. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie

PAUL (1830-1882) Marie, dit PAUL-MARIE

 

Parisien de naissance, issu d’une famille ouvrière, il suit les cours de l’Association philotechnique, adhère à la BAI-III et participe activement à la fondation de la BAI-XVIII en 1862.

 

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : PAUL

Prénom : Jean Baptiste Marie

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 18 ; après François BAZIN [voir fiche BAZIN] lecteur n° 17, et avec des élèves de l’Association philotechnique (APH)

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche PLOMB]

État civil et famille :

Jean Baptiste Marie PAUL dit PAUL MARIE naît à Paris le 21 janvier 1830 (5e arr. ancien), de Simon Théodore PAUL, plombier en 1861, et Louise Charlotte Lucile ROUSSEAU2. Ses parents s’étaient mariés à Paris, ancien 3e arrdt, le 15 juin 18223. Il a un frère, Henri Marie, né le 26 mai 1831 dans le 5e arrdt ancien, qui sera témoin à son mariage4.

Lors de son mariage, le 21 septembre 1861, Paul Marie a 30 ans. Il est dessinateur sur étoffes, et demeure 29 rue des Poissonniers (18e arrdt). Ses parents, demeurent à Paris, 24 rue de l’Orillon (11e arrdt). François BAZIN, son professeur d’histoire et géographie à l’APH, est l’un des témoins et se présente comme employé5.

Paul Marie épouse Anne Clémentine MÉAUX, qui est blanchisseuse. Née à Bouxières (Meurthe-et-Moselle) le 17 novembre 1841, elle est mineure6. Elle demeure à Paris, 15 rue des Martyrs, et de droit chez ses parents Joseph MEAUX et Jeanne CHENOT, propriétaires à Bouxières. Son adresse à Paris est aussi celle de son oncle par alliance, mosellan lui aussi, Louis BOUDOT, témoin à leur mariage. Il est l’époux de Anne-Marie CHENOT, sœur aînée de Jeanne CHENOT. Anne Clémentine est donc à Paris sous la protection de ses oncles et tantes, et certainement hébergée par le couple BOUDOT. Lors du recensement de 1872, Anne-Marie et Louis BOUDOT se disent photographes7.

Une fille, Lucie Céline, naît le 25 janvier 1877 au 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois. Elle épouse, le 7 décembre 1895, Louis Jules BARBIER, employé aux chemins de fer, né à Pontoise le 1er juillet 1873. Elle est alors blanchisseuse comme sa mère. Elle décèdera à Paris, 14e arrdt, le 5 juin 19598.

PAUL MARIE décède à l’âge de 52 ans, le 22 juin 1882, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Son épouse a 42 ans et sa fille a 6 ans9.

Anne Clémentine se remarie à Rosny-Sous-Bois le 27 octobre 1888 avec Léon Elisée LEMARCHAND (1863-1890), qui est garde moulin10. Elle décède le 21 janvier 1916, 18 rue Racine à Montrouge (futurs Hauts-de-Seine)11.

Profession(s) :

Dessinateur pour châles (lors de son inscription à l’APH).

Dessinateur sur étoffes (en 1861, lors de son mariage).

Adresses connues :

Il habite 29 rue des Poissonniers lors de son mariage

46 rue des Bois, près de la porte Saint-Gervais, Belleville (20e arrdt) en 186412 ;

17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois lors de son décès.

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique13

Il suit les cours de l’Association philotechnique durant au moins 4 ans, et reçoit des prix :

-Pour l’année 1856 /57, 1ère mention de chimie 2ème année (professeur Ernest BAUDRIMONT, pharmacien en chef de l’hôpital Sainte-Eugénie, 22 rue Saint-Victor, lecteur n°139).

-Pour l’année1858-59 : Physique, 1e année, 1e mention ; hygiène et médecine usuelle, 1e année, hors concours, 2e année 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne (professeur Félix HÉMENT, enseignant à l’école Turgot et au collège Chaptal, 67 rue Taitbout, lecteur n° 221). Une médaille de bronze lui est octroyée pour un premier prix et une mention14.

-Pour l’année 1859-60 : langue française, 1e année (professeur Émile MARGUERIN [voir fiche MARGUERIN], lecteur n° 10, remplacé par GALLIEN ), 2e mention ; chimie 1e année, 1er prix. Médaille de bronze et un livret de la Caisse d’épargne.

-Pour l’année 1860-61 : Physique, 2e année, 1er prix ; géographie, 1er prix. Médaille de bronze15.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Réseau de l’Association philotechnique : comme compagnons de cours, il connaît Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets  GIRARD], lecteur n° 1, Charles Honoré PLOMB [voir fiche et billets PLOMB], lecteur n° 23 (année 1856-1857) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Zéphirin CLOUET [voir fiche CLOUET] lecteur n° 5 ; Alphonse PASCAL [voir fiche PASCAL] lecteur n° 7 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL], lecteur n° 16 ; Charles-Honoré PLOMB [voir fiche PLOMB], lecteur n°23 ; Louis CLAUDIN, lecteur n° 74 ; Charles MURET, lecteur n° 181 (années 1858-1859) ;

Jean CHARDAR [voir fiche CHARDAR], lecteur n° 4 ; Henry BRIELE, lecteur n° 81 (année 1859-1860) ;

Victor BELLAMY [voir fiche BELLAMY], lecteur n° 13 ; Henri MICHEL [voir fiche MICHEL] suit les cours de Ernest BAUDRIMONT, lecteur n° 139 ; Félix HÉMENT, lecteur n° 221 ; HÉBERT, donateur de livres ; François BAZIN [voir fiche BAZIN], lecteur n°17 et témoin à son mariage.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • en 1862, il est un des deux vice-présidents de la BAI-XVIII, dont il est membre-fondateur
  •  avec Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche et billets GIRARD], lecteur n°1 , Mathieu Auguste LAMOUROUX [voir fiche LAMOUROUX] lecteur n° 27, attaché à l’administration des finances, président directeur de la BAI-XVIII ; Adolphe-Albert DUBOIS, lecteur n° 457, employé aux chemins de fer de l’Est , LEVY- LIPPMANN, dessinateur aux chemins de fer du Nord, lecteur n° 311 ; Joseph MAILLARD, déclarant lors du décès de PAUL-MARIE, est dessinateur lui aussi, et sera un des bibliothécaires de la BAI-XVIII (lien de parenté avec Édouard, lecteur n° 502 de la BAI-III ?)16.

Éléments biographiques complémentaires :

Jean Baptiste Marie PAUL prend au cours de sa vie le pseudonyme de Paul Marie. Cela entraine des difficultés d’identification, comme on le voit dès 1859 sur la médaille qui lui est décernée par la société philotechnique, puis dans la Bibliographie de la France ou l’ Inventaire du Fonds français du département des estampes de la Bibliothèque nationale, où il est mentionné sous le nom de Marie, prénom Paul. On conserve de lui une série de 40 lithographies décoratives de belle qualité, ainsi que des illustrations de livres pour enfants.

Productions de la personne :

[Voir la notice d’autorité du catalogue de la BnF :  Marie, Paul. Illustrateur.]

Les décorations Égyptiennes, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1880. Dessins de Paul Marie, lithographies de E. Debénais. BnF, Département des Estampes et de la photographie, cote SNR-3 (MARIE, Paul). Cliché G. Deblock.

Les décorations Égyptiennes, 40 planches sur papier de Chine, Paris, Nadaud & Cie éditeur, 1881. Dessins de Paul Marie ; lithographies de E. Debénais. « Cet ouvrage s’adresse spécialement à MM. les fabricants et dessinateurs de bijouterie, de céramique, de papiers de tenture, d’étoffes d’ameublement et autres, de dentelles, etc. ». 75 fr.17.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, Émile Gaillard, vers 1900. BnF, Département Littérature et art. Cote : 2000-17664. Cliché G. Deblock.

Victorine VALLAT, Lia l’intrépide, ill. P. Marie. Paris, imprimé et relié dans les ateliers Émile Gaillard, 37 rue Gandon sd18.

 

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

COLL84 : Actes du colloque de 1984

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Marie PAUL dit Paul-Marie," in Bibliothèques populaires, 02/10/2021, https://bai.hypotheses.org/5087.

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. ADVP, 1830 ; Union des cercles généalogiques lorrains, 1861 []
  3. ADVP, 1822. []
  4. ADVP, 1831. []
  5. ADVP, 1861. Témoins : son frère Henri PAUL, 30 ans, tapissier, 21 rue Rochechouart, François BAZIN, 31 ans, employé, 36 Bd du Temple, Louis HOUDOT, sic pour BOUDOT, 39 ans, photographe, 15 rue des Martyrs, même adresse que la mariée, Joseph CHENOT, 53 ans, mécanicien, 132 avenue de Clichy, oncle de l’épouse. []
  6. Elle a trois sœurs et un frère, Anne Marie, 1843-1844, Joseph né en 1845, Marguerite,1848-1848, et Apolline née en 1850. AD54. Voir la généalogie de la famille ici. []
  7. AD54, naissance le 20 août 1823 de Anne-Marie Chenot, fille de Anne Louise Gillet et Charles François Chenot ; AD54 mariage de sa sœur Jeanne Chenot avec Joseph Meaux le 9 février 1841 à Louvigny ; AD95, recensement de 1872 à Herblay ; AD95, acte de décès de Anne-Marie Chenot le 27 janvier 1879 à Herblay. []
  8. AD93, 1877, acte de naissance de Lucie Céline. Déclarants : son père Jean Baptiste Marie PAUL, Sulpice François LEROY, grainetier, 54 ans, 32 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, et Émile Rose AUXERRE, charron, 32 ans, 17 rue de Paris ; AD93, 1895, acte de mariage de Lucie Céline. Témoins : Florent Germain BERTRAND, 43 ans, employé aux chemins de fer, et Joseph COTTIN, 53 ans, employé à la Compagnie des chemins de fer du Nord, tous deux amis de l’époux ; Louis GARCIN, 55 ans, imprimeur, cousin germain de l’épouse du côté maternel, Paul MOUTON, 56 ans, dessinateur, ami de l’épouse. []
  9. AD93, 1882. Déclarants : Joseph Isidore MAILLARD, 55 ans, dessinateur, 15 rue des Jeuneurs à Paris, et Émile Rose AUXERRE, 38 ans, maître charron, 17 rue de Paris à Rosny-Sous-Bois, amis du défunt. []
  10. AD93,1888, remariage de Anne Clémentine MÉAUX []
  11. AD92, 1816. Déclarants : Louis BARBIER gendre de la défunte, 43 ans, employé de bureau, demeurant 18 rue Racine ; François HUDENT, 56 ans, journalier, demeurant 42 Grand-Rue. []
  12. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16. []
  13. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  14. voir ill. in “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  15. Société philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers…, années 1856-57, 1858-59, 1859-60, 1860-61. Voir “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793 []
  16. CRBAI-XVIII, 1864, p. 14-16 ; Colloque 84. []
  17. Inventaire du Fonds français de la Bibliothèque nationale, département des estampes, tome XV, MARIE, Paul [erreur, pour PAUL, Marie], dessinateur et décorateur. []
  18. Illustrateur de livres pour enfants. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ernest Heurtin

HEURTIN, Ernest (1837-1865)

[Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)]

Ce jeune peintre sur porcelaine parisien, un des premiers adhérents de la BAI-III,  fait partie du petit groupe constitué autour de Girard et Plomb qui s’affaire pour donner vie à la bibliothèque.

NOM : HEURTIN

Prénoms : Ernest1, Antoine

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 21

Rôle dans la BAI-III : aide le bibliothécaire PLOMB2 ; donateur de livres avant le 1/1/18623

 

État-civil et famille : né le 8 novembre 1837 à Paris dans l’ancien 8e arrondissement 4 ; décédé à 28 ans le 5 mars 1865 à Paris à son domicile, 108 quai de Jemmapes, 10e arrondissement parisien5. Le décès est annoncé dans Le Siècle du 7 mars 1865.

Le premier témoin de son décès est son beau-frère Ernest FRIBOURG ; Ernest a 44 ans, il est alors chimiste et domicilié 5 impasse Sainte Opportune, actuelle rue Legouvé (10e). C’est le frère d’Édouard FRIBOURG [voir fiche FRIBOURG] et il vit à la même adresse que les parents d’Ernest HEURTIN.

Le deuxième témoin de son décès est Ulrich Gustave LEBEAU, un artiste qui habite 18 rue de Paris (rebaptisée rue de Bagnolet en 1868) et a 30 ans. LEBEAU est artiste céramiste quand il se marie à Paris 10e le 6/2/1875.

La mère d’Ernest Heurtin, Claudine CHANOINE, est décédée le 3/9/1851 à Belleville, 45 rue Saint Laurent6.
Son père, Jean-Baptiste Victor, est inscrit à la bibliothèque sous le numéro 257 et l’indication “Heurtin Père”. Il est né le 14 novembre 1798 (24 brumaire an 7) à Saint-Germain en Laye, ancienne Seine-et-Oise7. En 1861, il est bijoutier et habite 86 rue des cascades, 20e, quartier Belleville, selon  la liste des lecteurs de la Bai-III. En 1865, sur l’acte de décès de son fils il est indiqué comme  graveur, 5 impasse Sainte Opportune, Paris 10e .

Les deux sœurs d’Ernest sont Léonide Claudine, née le 31/2/18248, qui épouse Ernest Léon FRIBOURG le 11/12/1845 à Belleville, et Claudine Victorine, née le 3/8/18239.

Professions : 1861 : décorateur10 ; 1865 : « peintre sur porcelaine », d’après  l’acte de décès.

Adresses connues : naissance : ancien 10; 1861 : 86 rue des cascades 20e11 ; 1865 :198, quai de Jemmapes, Paris 10e lors de son décès.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique  : non repéré.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  : d’autres membres de la BAI sont « céramiciens » : FRIBOURG Édouard Ernest et Auguste GERMINET [voir fiche GERMINET].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires : rien pour le moment.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 5 avril 2021 ; modifiée le

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Ernest Heurtin," in Bibliothèques populaires, 05/04/2021, https://bai.hypotheses.org/4858.

 

  1. Liste des lecteurs []
  2. Rapport sur la situation de la BAI-III par Louis GRANDEAU publié dans L’ Ami des sciences du 1er janvier 1862, page 286. []
  3. CR BAI III – 1861/62. []
  4. AD75 : V3E/N 1152,  vue 18. []
  5. AD 75, 10 V4E 1176,  vue 10. []
  6. AD 75 : état civil reconstitué.  Accès retrouvé par la base généalogique Filae. []
  7. AD 78 Saint Germain en Laye:  1798-1799 1139090 vue 36. []
  8. AD75,  V3E/N 1152, vue 12. []
  9. AD75, V3E/N 1152,  vue 10. []
  10. Selon la liste des lecteurs de la BAI-III. []
  11. Liste des lecteurs. []

Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique

Ce billet a pour auteures Louise Oudin et Agnès Sandras

NB : les indications [Voir la fiche…] correspondent aux billets réseau des premiers lecteurs de la BAI-III déjà en ligne (avec lien cliquable) ou à venir (sans lien pour le moment).

Dès les premiers récits concernant la fondation de la première Bibliothèque des Amis de l’instruction (la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement parisien, BAI-III), puis de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve Arrondissement parisien (BAI-V) et de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du XVIIIe Arrondissement parisien (BAI-XVIII), on relève l’implication d’ouvriers suivant des cours du soir et de leurs professeurs. Henri HARANT [voir fiche HARANT], un des premiers sociétaires, vice-secrétaire, puis secrétaire général de la BAI-III, professeur de géométrie à l’Association Polytechnique (AP), indique en 1867 dans sa contribution au rapport sur l’Exposition universelle1 que ces cours sont délivrés par la Société d’Instruction élémentaire, le Conservatoire des Arts et Métiers, l’Association polytechnique  et l’Association philotechnique2.

En ce qui concerne l’Association philotechnique (APH), on peut en savoir davantage sur les sociétaires de la BAI-III qui ont suivi ses cours,  grâce à quelques documents imprimés : distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements3.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

1/ Organisation des cours

L’ APH aurait été créée le 29 mars 1848 à la suite d’une scission de l’Association polytechnique4. Des professeurs de cette association – mais non polytechniciens – auraient choisi de démissionner pour protester contre l’interdiction qui leur était opposée de participer aux prises de décision. Antoine Pressard rapporte qu’une pétition suivie de 400 signatures d’élèves a été adressée à Eugène LIONNET [Voir fiche LIONNET] lui demandant de poursuivre les cours.

Un cours du soir de l’Association polytechnique. L’Année Illustrée, 11 juin 1868. Coll. privée. Cliché Louise Oudin.

Treize professeurs vont relever le défi et poursuivre l’enseignement en-dehors de l’AP. Eugène LIONNET et Germain Augustin LEROYER [Voir fiche LEROYER] seront dans le comité de parrainage de la BAI-III ou membres actifs de la BAI-III treize ans plus tard. François-Joseph FOULON5, A. LEFEVRE, Eugène DAUDET, Joseph CLAUDEL, Louis PROAL et Adolphe Henri ANCELIN seront toujours professeurs à l’APH et compteront des Amis de l’instruction parmi leurs  élèves  au moment de la création de la BAI-III (1861).

À partir de 1849, les cours de l’APH se tiennent le soir de 8 heures et demie à 10 heures du lundi au samedi inclus, et quelques cours ont lieu de 9 heures à 10 heures et demie ou de 10 heures et demie à 12 heures uniquement le dimanche. Nous pouvons imaginer 6 soirs sur 7 et le dimanche matin plusieurs centaines d’élèves se rendant notamment à l’école municipale Turgot rue du Vertbois6 pour écouter les cours dans les amphithéâtres est, ouest et nord et dans le préau de l’école élémentaire de la rue Sainte-Élisabeth (voir ici la carte des implantations de la BAI-III et de ces différents lieux).

Journal des débats, 1er novembre 1861. Gallica (BnF).

Pour suivre les cours, il faut :

  • Avoir 15 ans.
  • Être un homme (jusqu’en 1871).
  • Se faire inscrire par « l’agent des cours » sur le registre avant le 1er janvier. Pierre Peu, élève de la Philotechnique, qui sera le 100e inscrit à la BAI-III, menuisier, demeurant 5 Impasse Saint-Laurent (anciennement rue de la Grange-aux-Belles), est agent des cours lors de la rentrée de 1849 à l’APH7. Il se tient à l’école Turgot, le lundi, pour les inscriptions8.

Les programmes des cours des deux Associations sont assez similaires.

  • À la Philotechnique :

– En 1853-1854, il y a encore un cours de lecture et d’écriture. Ce cours est donné par Monsieur A. LEFEVRE, instituteur communal, l’un des 13, ancien professeur de la Société d’instruction élémentaire9, directeur de l’école communale mutualiste de la rue du Bac.

– LIONNET assure un cours d’arithmétique.

– LEROYER assure un cours d’algèbre.

Henri LENEVEUX, entré à la Philotechnique en 1861, futur membre de la BAI XIV, assure un cours de tenue des livres (de compte) : Notions générales. –Définitions. -Livres auxiliaires : journal, Grand-livre. – Tenue des livres d’une maison de commerce. Opérations suivies. – Balances. –Inventaires. –Fermeture et réouverture des comptes.

5 enseignants inscrits sur la liste des lecteurs de la BAI-III10 donnent des cours à l’APH :

Ernest BAUDRIMONT, lecteur 132 de la BAI-III, pharmacien en chef de l’hôpital pour enfants Sainte-Eugénie (futur hôpital Trousseau), chercheur hors pair et futur académicien : un cours de « matières premières » : Caractères généraux des minéraux et des êtres organisés. – Combustibles. – Pierres. – Eaux. – Sels. – Métaux. – Bois. –Matières textiles, matières colorantes. – Céréales. – Fécules et produits sucrés. – Liquides fermentés. – Matières grasses, tégumentaires, osseuses. –Produits divers : lait, beurre, œuf, sang, etc.

Ernest CADET, lecteur 32, avocat, publiciste et administrateur, un cours de législation usuelle.

– Jules Joseph BONDON, lecteur 222, entré à l’APH en 1859, un cours de physique.

–  PÉRIER, lecteur 415 de la BAI-III, un cours de langue.

Félix HÉMENT, lecteur 221, futur inspecteur général de l’Instruction publique, prix de l’Académie, des cours de physique et de mécanique (voir aussi plus bas).

 

Extrait des cours de l’année 1861-1862 à l’Association philotechnique. Recueil APH, BnF. Cliché : A. Sandras.

Parmi les ouvriers,  signalons Charles-Honoré PLOMB [Voir fiche PLOMB], mais aussi Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE]. Ils  ont raconté comment les débuts de la BAI-III ont eu un lien direct avec le contenu des cours11 :

Les cours du soir leur donnaient satisfaction au point de vue professionnel, et s’ils désiraient des livres, c’était pour compléter l’enseignement donné en y ajoutant l’étude de l’histoire, de la philosophie, de l’économie politique, de la littérature même, sujets exclus du programme des cours des associations12.

Le palmarès que nous présentons (voir plus bas) confirme que les cours ont réellement permis une évolution professionnelle.

Nous voyons par exemple Victor NEBEL, lecteur 436 , (1835-1897), époux de  Désirée Zarilla VINCENT (mariage à Paris le 8/5/1858), lecteur, qui, jeune marié, suit les cours de 1859 à 1863 et passe de la position de dessinateur mécanicien à celle de piqueur municipal. Puis, toujours avec l’aide des cours de l’APH, il est reçu premier sur 150 au concours de conducteur. Il est ensuite professeur à la Philotechnique pendant 17 ans13.

Le règlement stipule que l’APH accorde son patronage aux élèves qui ont obtenu des certificats d’études. À partir de 1857, il existe en effet un conseil de patronage. Le règlement indique encore : « Les patrons sont nommés par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration et s’acquittent d’une cotisation annuelle de 100 francs. Un patron peut devenir patron perpétuel en s’acquittant d’une cotisation de 1000 francs14». On retrouve au conseil de patronage patrons d’entreprises et hommes politiques.

Pour compléter ces cours, certains se tourneront vers les cours payants  comme par exemple Henri  TOLAIN (BAI XIV), Charles  LIMOUSIN (BAI XIV) qui suivront les cours  de  Jules ANDRIEU15. D’autres, comme PLOMB,  RIMET, ERBS, etc., tenteront de créer une autre association en 1867 : la Société coopérative d’enseignement indépendant (voir sur ce carnet “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III“). Enfin, certains  mettront en place une école d’enseignement coopératif, rue Picpus pour “préparer les jeunes gens du faubourg Saint-Antoine à l’association coopérative16”. S’y tiendront des cours d’histoire de la Révolution française (donnés par Ernest HENDLÉ), d’histoire des associations ouvrières (Amaury DRÉO), des cours d’économie sociale (Jean-Édouard HORN) et de littérature (Louis HERBETTE). La rétribution est de 5 centimes par séance et de 35 centimes par semaine17 .

 

2/ Palmarès et remise des récompenses

Pour obtenir une récompense, il faut :

  • Prendre part à la composition écrite complétée d’une épreuve orale à la fin de l’année.
  • Figurer sur la liste établie par le professeur par ordre de mérite, mérite qui tient compte de l’assiduité.
  • Précaution sage : pour être inscrit au palmarès en comptabilité, il faut une bonne écriture.

Les certificats sont décernés aux candidats ayant obtenu au moins une mention dans 5 ou 6 matières définies, même sur plusieurs années. En général, la « séance solennelle » se tient en janvier pour l’année écoulée. Par exemple, les cours de novembre 1859 à mai 1860 donnent lieu à une distribution des prix en janvier 1861. La presse rend compte de ces « manifestations ». En grande pompe sont distribuées des notifications, comme des mentions ou des prix.

Une seule notification au maximum est donnée pour 11 élèves, 2 pour 22, etc.

« Le nombre de mentions ne peut excéder le quadruple du nombre de prix. » C’est LIONNET, professeur de mathématiques, qui organise 18 !

On décerne aussi des certificats d’études : l’un est relatif aux arts, un autre au commerce et deux à l’industrie, orientation « sciences mathématiques » ou « sciences physiques ».

Ainsi Lippmann LÉVY, lecteur 311, dessinateur mécanicien au chemin de fer du Nord, qui fonde la BAI-XVIII en 186419, se voit accorder en 1863 un certificat d’études  en sciences mathématiques pour avoir obtenu 7 nominations, dont 6 prix dans les cours de langue française, hygiène, géométrie trigonométrie, algèbre, dessin linéaire, mécanique. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de S.M. l’Empereur20. En 1864, il est encore l’élève de l’APH, comme plusieurs des lecteurs de la BAI-III, selon cette liste incomplète et aux noms mal orthographiés donnée par Le Temps du 14 mars 1865 (on notera que l’auteur de cet article est Frédéric Lock. Son frère est un des co-fondateurs avec Delbrouck de la bibliothèque de Vernon, voir ci-dessous …).

Récompenses supplémentaires :

  • Des médailles (de bronze pour un premier prix ou un certificat d’études, d’argent pour les 4 certificats) sont distribuées. Elles peuvent être montrées par ceux qui les ont reçues comme gage de sérieux et de capacité lorsqu’ils postulent à un emploi. Leur obtention suppose en effet que leur détenteur a préféré l’étude à “l’intempérance” (rappelons en effet que la lecture est vue dans les années 1850-1860 comme un des moyens d’éloigner les ouvriers des estaminets), qu’il sera en mesure de lire des modes d’emploi, des manuels, etc., et qu’il maîtrisera les connaissances nécessaires à son travail.

=> ci-dessous une médaille octroyée en 1859 à Marie Paul, dessinateur, élève de l’APH, futur lecteur de la BAI-III (collection privée)

  • Sont aussi attribués des livrets de Caisse d’épargne de 50 francs mis à la disposition de l’association par l’Empereur, l’Impératrice et le Prince impérial.
  • En 1862, 10 élèves choisis parmi les meilleurs partent à l’Exposition internationale de Londres21 sous la conduite de Félix HÉMENT, entré à l’APH en 1856. Félix Hément est  le lecteur n° 221 de la BAI-III, professeur à l’APH, et fondateur dès 1864 de la “bibliothèque des familles22”, 15 rue Mansart, dans le 9e arrondissement.

Les remises des prix réunissent une fois par an plusieurs milliers de personnes, le dimanche après-midi dans des salles prestigieuses. Par exemple, le 13 janvier 1861 au Cirque Napoléon (actuel Cirque d’Hiver), S.E. le Ministre de l’Instruction publique et des cultes préside. Les deux associations sont présentes. Félix Hément23 parle d’une foule variée, émue et frémissante.
Trois discours se succèdent : celui du ministre Gustave ROULAND, de PERDONNET [Voir fiche PERDONNET] pour l’AP, de MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] pour l’APH. Puis les prix sont remis ainsi que les médailles et les livrets de Caisse d’épargne offerts aux associations par ses Majestés l’Empereur et l’Impératrice, son Altesse le Prince impérial et son excellence le Ministre de l’Instruction.

Remise des prix des Associations philotechnique et polytechnique, Le Monde illustré, 28 janvier 1860. Gallica (BnF).

Les palmarès sont parfois repris par les journaux. Ainsi Le Constitutionnel donne le 2 février 1858 une description de la foule qui se presse (“les parents et amis des élèves occupaient avant midi les gradins de l’immense amphithéâtre”), nomme les différents personnages importants en présence, restitue le discours du ministre de l’Instruction publique, puis donne les prix. Dans l’extrait ci-dessous, on peut voir les noms de PERDONNET, MARGUERIN, les récompenses obtenues par Charles PLOMB et Marie, Jean-Baptiste PAUL (Marie Paul aidera PLOMB à la BAI-III, puis partira à la BAI XVIII dont il sera un vice-président, voir la fiche Marie PAUL).

  • Les élèves qui suivent les cours de chant assurent les intermèdes grâce à un orphéon dirigé par Foulon. « Les hirondelles » de Béranger rencontrent par exemple un grand succès.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour entendre  le texte « Les hirondelles », grâce à Gallica-BnF

  • A l’issue de la cérémonie, des professeurs peuvent être nommés officiers de l’Instruction ou d’Académie. Émile MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN], pédagogue hors pair, directeur de l’École Turgot et alors vice-président de l’APH, reçoit par exemple la légion d’honneur à cette occasion 24 en 1861, année où les deux prix d’honneur sont accordés aux étudiants PLOMB [Voir fiche PLOMB] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR], futurs piliers de la BAI-III, comme on peut le noter dans l’article de La Presse du 14 janvier 1861, signé par un soutien zélé des bibliothèques populaires, Jules MAHIAS (voir ici sur ce carnet).

 

  • Jules Mahias, La Presse, 14 janvier 1861. Gallica (BnF).

     

3/ Les lauréats de l’APH au cœur de la BAI-III 

Le tableau réalisé à partir des palmarès  établis entre 1853 et 1864 (sélection de palmarès nous permettant de mieux cerner les cours suivis par les “ouvriers” fondateurs des premières BAI) recense 846 personnes de sexe masculin suivant les cours du soir et qui ont été récompensées25.
On y retrouve notamment Auguste Rodin, lecteur 41426. Nous croisons aussi Eugène VARLIN,  qui n’est pas un lecteur de la BAI-III : il figure au palmarès de l’APH pour 1860-1861. Ce futur membre de l’AIT et membre de la Commune (il sera fusillé lors de la Semaine sanglante), participe à des expériences coopératives où l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III.

Nous identifions 67 élèves de l’APH ayant un lien avec les Amis de l’instruction. 45 sont simples lecteurs à la BAI-III, 19 sont impliqués dans l’organisation de la bibliothèque. 3 sont dans d’autres BAI (sous réserve de vérifications ultérieures).

Nous savons qu’aux débuts de la BAI-III, la parité « ouvriers » / « non ouvriers » était volontaire. Les premiers avaient besoin de la caution des seconds pour obtenir les autorisations officielles nécessaires à l’ouverture de la bibliothèque, et n’étaient pas sans ignorer que parmi cette bourgeoisie éclairée se cachaient des “espions”, proches du pouvoir27. Dans notre échantillon des 58 personnages étudiés plus avant afin d’identifier les réseaux préexistant à la BAI-III (voir les billets réseaux sur ce carnet), nous retrouvons bien 29 ouvriers ou artisans et 29 personnes issues de la bourgeoisie philanthrope.
19 des ouvriers ou artisans sont inscrits au palmarès et probablement quelques autres assistent aux cours  mais n’ont pas été récompensés (90% des élèves) et/ou résistent à nos recherches comme le coiffeur Joanny MORTIER, lecteur numéro 4.

La moyenne d’âge est de 28 ans, certains ne restent que très peu de temps pour aider le bibliothécaire. D’autres sont fidèles à la BAI-III au moins jusqu’en 1877 ou vont fonder d’autres BAI plus proches de leur domicile.

Parmi les 19 élèves, quatre d’entre eux, Alphonse PASCAL [Voir fiche PASCAL], Charles BRESSON [fiche BRESSON], Hippolyte LANDRIN [fiche LANDRIN] et Auguste CHARPENTIER [fiche CHARPENTIER], suivent aussi des cours à l’AP. Pour cette dernière, nous ne disposons que d’articles de presse, surtout quand les distributions des prix sont communes aux deux associations comme demandé par le ministre de tutelle, afin d’éviter trop de rivalités entre les deux associations (voir sur ce carnet les billets sur Perdonnet).

Certains Amis de l’instruction suivent les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, du Muséum d’Histoire Naturelle, de l’hôpital Saint-Anne28.

Nous verrons que ces « ouvriers » sont en réalité surtout des artisans d’art ou des employés, piqueurs ou commis.

4/ Les guides

Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE] explique ainsi la constitution de la BAI-III :

Le groupe initiateur du 3e arrondissement prit à peu près le contre-pied de ce qui s’était fait jusqu’alors. Il accepta pour guide les professeurs qui en se consacrant à l’instruction populaire, avaient donné des gages certains de dévouement et de sincérité. Le patronat fut écarté, de même qu’il fut décidé qu’il n’y aurait point de membres honoraires ; sous l’Empire surtout, leur intervention dans les sociétés ne servant qu’à mettre en vue certaines personnalités vaniteuses29.

– 19 sont investis dans l’enseignement pour les ouvriers et donnent des cours ou des conférences.

– 15 ont été professeurs à l’APH, dont Joseph DELBROUCK [Voir fiche DELBROUCK], socialiste arrêté en compagnie de Jean-Baptiste GIRARD en 1850 (voir sur ce carnet ici), puis architecte  à Vernon (Eure), fondateur d’une  bibliothèque populaire  en 1862 et d’une APH en 1864 en cette ville 30, futur membre de l’AIT et membre de la commission fédérale des artistes pendant la Commune.

=> voir ci-dessous une médaille décernée par l’APH de Vernon en 1866 (collection privée)

– 4 sont exclusivement professeurs ou conférenciers à la Polytechnique comme Henri HARANT [Voir fiche HARANT] Charles BLANCHET [Voir fiche BLANCHET], Jean-Augustin BARRAL [Voir fiche BARRAL] et Auguste Perdonnet [Voir fiche PERDONNET].

=> voir ci-dessous  un article de Jean-Augustin Barral dans L’Opinion nationale du 11 février 1862. Barral retrace la cérémonie de remise de prix de l’AP et de l’APH, cite des passages des discours de ROULAND et de PERDONNET, insiste sur la diffusion des cours de l’APH jusque Metz (nous y reviendrons dans de prochains billets) et termine en soulignant la récente ouverture des bibliothèques populaires … Cliquez sur la fenêtre pour ouvrir le document dans Retronews.

Si les “ouvriers” prennent pour guides LIONNET et LEROYER (qui passe ensuite à l’AP),  ils vont aussi trouver Auguste PERDONNET, Édouard LABOULAYE et Jean-Augustin BARRAL qui plaidaient déjà pour des cours en 184831. Édouard LABOULAYE, lecteur 155 de la BAI-III, président de la BAI-V, sera désigné à la présidence de  l’APH pour l’année 187632.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Certains professeurs comme Henri HARANT ont dû exercer leur activité dans « l’enseignement libre » après avoir refusé de prêter serment à l’Empire en 1852. Adolphe ADAM (2e inscrit de la BAI-III) [voir fiche ADAM] et Louis GRANDEAU (9e inscrit de la BAI-III ; élève de BARRAL) [voir fiche GRANDEAU], remerciés dans les compte-rendus de la BAI-III car ils ont aidé à la rédaction des statuts, ont l’âge de leurs élèves de l’APH.

Certains sont au conseil d’enseignement comme Alexandre LABROUSTE, directeur du Collège Sainte-Barbe, au conseil de patronage comme Georges HACHETTE. Nous retrouvons même les maires d’arrondissement du 3e et du 5e, ARNAUD-JEANTI et Marc-Aurèle RATAUD (année scolaire 60/61).

Dans le panel de 58 personnes de la BAI que nous étudions, nous identifions 19 élèves inscrits au palmarès de la Philotechnique dans les documents que nous avons dépouillés.

5/ Une entraide très soulignée  des ouvriers et des professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques pionnières

Les débuts de la BAI-III sont mouvementés.  On comprend que l’AP et l’APH, complémentaires mais non sans rivalités – en tout cas du vivant d’Auguste PERDONNET33 – sont indispensables à la naissance de cette association qui n’aurait pas obtenu les autorisations administratives nécessaires sans le soutien de ces deux institutions. Mais la BAI-III semble avoir également pâti des “bisbilles” larvées entre les deux associations34. Après le décès de Perdonnet (1867), et plus encore après la chute du Second Empire, les fondateurs de la BAI-III souligneront le rôle fondamental de l’APH, bien plus que celui de l’AP. Alexandre VIARD (Voir sur ce carnet “Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes)“), maire de la commune natale de Jean-Baptiste GIRARD, qui aide ce dernier à fonder une bibliothèque populaire à Hortes (Haute-Marne), raconte également :

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’œuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires35.

Dans le premier (et dernier ?) compte-rendu des activités de la bibliothèque populaire de Hortes36, Alexandre Viard précise les circonstances de la fondation. Deux noms de l’APH parisienne apparaissent, ceux de MARGUERIN et GRANDEAU :

Le 28 juillet 1861 nous étions réunis pour organiser une bibliothèque par souscription, dans la commune d’Hortes, en nous inspirant des idées et en nous mettant sous le patronage de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3ème Arrondissement de la Ville de Paris.

Un enfant du pays que vous connaissez tous, M. Girard, membre du conseil d’administration de la société de secours mutuels des arts et métiers et Vice-Président de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de Paris a conçu le premier l’idée de cette Bibliothèque, d’un zèle et d’un dévouement à toute épreuve, initié de longue date à tous les détails d’organisation des sociétés de secours, il a bien voulu depuis l’origine de notre création, nous aider de ses conseils et de son expérience.

Un autre enfant du pays, M. Bailly, nous a aussi prêté un concours actif et désintéressé.

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes les plus éminents dont la mission semble sur terre toute de charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de nous citer leurs noms. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre.

Je suis sûr d’être l’interprète de vos sentiments en remerciant publiquement ces Messieurs de leur généreuse intervention37[…]

C’est donc l’APH que l’on retrouve à Hortes (fondation rurale), à Vernon (fondation dans une petite ville) et à la BAI-III en 1861-1862, ce qui confirme les liens entre étudiants et professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques populaires pionnières38, en tout cas les liens forts entre Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] – généralement considéré comme “le” fondateur des bibliothèques populaires, qui a des années durant fréquenté les cours de l’APH (il est lauréat entre 1855 et 1860) – et ses anciens professeurs. Il n’est donc pas étonnant, lorsque la BAI-III connaît des vicissitudes en 1863, que Girard la quitte  provisoirement et devienne pour de longues années l’agent de la Philotechnique39

Extrait des Cours de l’Association philotechnique de Paris pour 1876-1877. Recueil APH, BnF. Cliché : Agnès Sandras.

C’est donc de manière logique que le soutien de l’APH dès le début du projet a plus durablement marqué l’histoire de la BAI-III que la présidence de PERDONNET accompagné de professeurs de l’AP qui n’en constitue qu’un intermède, intermède de surcroît clivant entre 1863 et 1867 (voir billets Perdonnet sur ce carnet). Ainsi, le soutien de l’APH à la BAI-III est mis en scène dès 1866 par Adolphe ADAM qui fait partie du groupe parti avec Girard fonder la BAI-V plutôt que de rester dans une BAI-III au fonctionnement revu et corrigé par l’administration impériale et dirigée par Perdonnet (voir Rapport ADAM à la BAI V lors de l’AG du 18 mars 1866). Paul DELAMARCHE peaufinera par la suite ce récit désormais fondateur : voir Historique et développement des bibliothèques populaires en France par Delamarche.

Les palmarès, qui indiquent les noms des élèves récompensés mais aussi ceux des professeurs  dont les cours ont donné lieu à ces récompenses, permettent d’en savoir un peu plus sur les étudiants et enseignants qui se sont côtoyés durant de longs mois, même si nous ignorons, répétons-le une fois encore, les patronymes de ceux qui ne sont pas primés. En tout cas, on y retrouve les noms d’étudiants motivés, qui ont souvent suivi les cours 5 ou 6 ans de suite. La variété des cours suivis indique une grande curiosité intellectuelle  et/ou des besoins divers chez des personnes parfois arrivées quasi illettrées à l’âge adulte, et la fidélité aux enseignements délivrés à l’APH. La progression sociale observée chez ces étudiants laisse à penser que le niveau des cours est très satisfaisant, et que l’attachement des élèves à leurs professeurs et à leur école  dépeint par la presse n’est pas que de façade.

Médailles décernées par l’Association philotechnique de Paris pour l’année 1859-1860. Recueil APH, BnF. Cliché: A. Sandras.

On peut aussi se demander si la fondation de la BAI-III comme bibliothèque permettant d’approfondir les cours de l’APH n’est pas en partie un alibi commode pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une bibliothèque dont les ouvrages seraient aussi prétexte à prolonger des échanges moins scolaires et plus politisés  entre auditeurs de l’APH voire même avec leurs professeurs40

 

6/ Le palmarès de l’APH entre 1853 et 1864

Nous avons donc reconstitué une liste de 846 élèves avec leurs patronymes par ordre alphabétique, leurs prénoms, et leurs professions successives qui vont souvent dans le sens d’une ascension sociale et les années de scolarité suivies par chacun d’eux. Cela représente moins de 10% des élèves suivant les cours.

En début de tableau : les 19 élèves de notre étude, puis les 45 autres lecteurs élèves, puis 3 élèves appartenant à d’autres BAI.

Nous mettons à disposition des personnes intéressées le tableau ainsi obtenu. Voir ici le  Palmarès des élèves de l’APH entre 1853 et 1864 établi par Louise Oudin à partir des différents palmarès imprimés.

Peut-être trouvez-vous dans cette liste un ancêtre ou un personnage dont la biographie vous intéresse et comprendrez mieux comment sa vie a pu changer grâce aux cours de l’APH…

Cite this article as: Groupe réseaux des bibliothèques populaires, "Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique," in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Sur les cours du soir, on lira les récents travaux de Carole Christen et notamment Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle. []
  3. Nous avons utilisé pour cette recherche ceux figurant dans le recueil  « Association   Philotechnique », département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. []
  4. Les débuts de l’APH sont rapportés  par Antoine Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898; et par François Vatin en 2007 : “L’Association polytechnique (1830-1900) « Éducation ou instruction » ? ou la place des sciences sociales dans formation du peuple”, in Management et sciences sociales numéro 3, pages 245  à 296. []
  5. Voir sur ce carnet : “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III“. []
  6. Lors de la construction de nouveaux bâtiments pour l’École Turgot en 1865, les cours ont lieu dans les amphithéâtres du Lycée Charlemagne. []
  7. Décédé à 46 ans à Paris 4e le 25/9/1865, il est  né à Vitré. []
  8. Recueil Association Philotechnique, BnF. []
  9. Sur cette société, voir Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres… Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) »Bulletin de la Sabix , 54 | 2014. []
  10. Registre des premiers lecteurs. []
  11. Voir Ian Frazer, dans  ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1989, page  69. []
  12. CR-BAI-III, exercice 1875-1877, page 16. []
  13. Pressard, op. cit. []
  14. Recueil Association philotechnique. []
  15. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. Pages 454 -459. []
  16. Achille Mercier, “La grève et l’association“, La Réforme politique et sociale, 13 juillet 1869. []
  17. Duveau, op. cit., et  Le Temps du 21/2/1869. []
  18. Recueil Association philotechnique. []
  19. CR BAI XVIII, Statuts et règlements 1864, page 14. []
  20. Voir les remerciements de Lévi Lippmann à l’AP et à l’APH dans Les Archives israélites de France du 15 mars 1863. []
  21. Pressard, op. cit., pages 45-46.14 élèves de l’AP vont à Londres en 1862 selon L’Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France de 1880. Ces voyages où sont conviés des élèves de l’AP lors des grandes expositions ont été mis en place dès les années 1850. []
  22. Voir Le Petit Journal, 27 mars 1865. []
  23. Le Siècle du 15/1/1861. []
  24. Il s’appelait Emile Fortuné LECAT, Marguerin était son surnom : voir son dossier ici dans la base LEONORE. []
  25. Nous n’avons pas pour le moment retrouvé de sources nous permettant de repérer les élèves non récompensés. []
  26. Voir sur ce carnet le billet qui lui est consacré. []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. et  Agnès Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique []
  28. Testament ERBS, AN MC/ET/XXVIII/1643-1644. Et Discours de LEVIEZ dans Le Bulletin de la Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, séance générale du jeudi 7 juin 1866, page 11. Sur les cours publics que l’on pouvait alors suivre voir ici l’article du Grand Larousse. []
  29. CRBAI-III, 1875-1877, page 16. []
  30. Voir Agnès Sandras, “Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province”, in Des Bibliothèques populaires  à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 et autres travaux sur Delbrouck à Vernon. []
  31. Voir La Démocratie pacifique  du 13 mars 1848. []
  32. Voir Le Journal des débats, 29 juillet 1875. []
  33. Voir sur ce carnet les billets concernant Perdonnet. []
  34. Ibid. []
  35. Alexandre Viard, “Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872“. []
  36. Le dossier conservé par les AD52 ne contient pas d’autre rapport d’AG. []
  37. Compte-rendu de l’Assemblée générale de 1862, Bibliothèque populaire de Hortes, AD 52, 107MO3. []
  38. Voir Agnès Sandras, op. cit. []
  39. Voir Ian Frazer, op.cit. et fiche Girard. []
  40. Sur les enjeux politiques, voir Agnès Sandras, “Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires”, in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle (dir. N. Brémand), Presses de l’enssib, 2020. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet

BLANCHET, Pierre Armand Charles (1819-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Héritier d’une célèbre famille de facteurs de clavecins, dirigeant d’une entreprise de fabrication de pianos, notable proche du pouvoir (membre du tribunal de commerce, maire du 10e arrondissement en 1877), fondateur d’une société de secours mutuels, secrétaire de l’association polytechnique où il donne des cours gratuits d’arithmétique, il a 42 ans lors de la création de la BAI-III.

 

NOM : BLANCHET

Prénoms : Pierre Armand Charles

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III :

numéro 246 parmi des enseignants de l’Association polytechnique, PERDONNET 243 [voir fiche], MEYER 244 [voir fiche], HARANT 245 [voir fiche], LEROYER 247 [voir fiche].

Rôle dans la BAI-III : administrateur1 en 1861-1862.

État-civil et famille 2:

Pierre Armand Charles naît le 07/04/1819 à Paris, 2e arrdt et prend la suite de cinq générations de célèbres facteurs de clavecins et de pianos.  Il se marie le 14/10/1844 dans le 10e arrdt où il décède le 23/03/1900. Il est mentionné en général sous le nom de « Blanchet fils ». Son père, Nicolas, facteur breveté de la duchesse de Berry, et durant la monarchie de Juillet de la reine Marie-Amélie, est associé en 1826 à Jean ROLLER, inventeur des pianos droits. Sa mère se nomme Charlotte Pierrine PETIT (Besançon 1799-Paris 9e arrdt 12/09/1863). Son épouse, Henriette Zélie BULLY, née le 24/12/1824 à Meaux (Seine-et-Marne), est la fille du principal du collège de Meaux, officier d’université, et la sœur de Joseph BULLY, procureur révoqué depuis le coup d’État de 1851 et homme politique3. Mariés en 1844, Charles et Zélie semblent avoir eu trois enfants4.

Leur fils, Henri Marcel (Paris, 18/11/1852–Pau, 12/02/1922) abandonne la tradition et devient officier de cavalerie. Il épouse le 08/02/1893 à Paris, 8e arrdt. Suzanne Salomé DOLLFUS (1860-1896), protestante, divorcée, fille de Camille DOLLFUS (1826-1906), ancien député bonapartiste, gendre du baron HAUSSMANN, petit-fils de Nicolas KOECHLIN entrepreneur mulhousien pionnier des chemins de fer en Alsace.

Professions: Facteur de pianos. Dans le registre d’inscription à la BAI-III, il n’indique pas de profession, et sur la liste des administrateurs de la bibliothèque il se présente comme « secrétaire de l’association polytechnique5”.

Adresse connue :

1848 -1900 : 26 rue d’Hauteville, 10 arrdt, Paris, qui était déjà l’adresse de la maison Roller et Blanchet en 18426.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique 7 :

très actif, il est membre du bureau de l’AP dès 1850. Il en est secrétaire jusqu’en 1868. Il donne des cours d’arithmétique (à l’École centrale en 1860). En 1865 est créé un conseil d’enseignement de 22 membres dont il est un des 11 vice-présidents. En 1868, est nommée une commission de révision des statuts dont il fait partie ; il est nommé vice -président honoraire, et on le voit délégué de la section de la « mairie du Prince Eugène » (11e arr.), responsabilité qu’il semble avoir assurée dès les années 1865-67. Enfin, à la suite des élections du bureau de 1875, il est nommé délégué de la 8e section, Faubourg Saint-Martin.

L’enseignement du chant s’appuie sur le piano, et il est certainement en rapport avec François Joseph FOULON professeur de chant à l’AP et à l’APH  et propagateur  des orphéons.

Dans un discours prononcé lors de la distribution des prix, le président de l’Association polytechnique Auguste PERDONNET le donne en exemple : « il est jeune, riche, considéré, et a obtenu comme industriel la plus haute récompense. D’autres dans sa position ne trouvent de bonheur que dans le monde où ils sont si bien placés. Pour lui au contraire, le plus grand plaisir est de venir vous instruire. C’est un de nos professeurs les plus zélés, les plus capables. Ah ! messieurs, si les hommes riches savaient ce que l’on trouve de jouissance dans les rapports intellectuels avec le peuple, on en verrait en plus grand nombre suivre l’exemple de notre collègue8 ».

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée, mais par ses productions il est proche de la royauté, puis de l’Empire.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : il « fonde une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers9”.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : avec les enseignants et élèves de l’AP.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires :

Pierre Armand Charles Blanchet est un notable10. En 1838, il est admis à l’École polytechnique où il ne reste que quelques mois. Admis de nouveau en 1840, il est sous-lieutenant élève du génie en 1842, mais il donne sa démission en 1843. Il prend alors la suite de son père puis de son associé Jean ROLLER11, inventeur des pianos droits et peintre. À la tête de l’établissement Blanchet fils, il est nommé en 1853 « facteur de pianos droits de S. M. l’Impératrice12». Il met à profit ses connaissances scientifiques, dépose des brevets et remporte des prix (1844, Paris, exposition nationale des produits de l’industrie, médaille d’or ; 1849, Paris, exposition nationale, hors concours ; 1851, Londres, exposition universelle, « prize medal » ; 1855, Paris, exposition universelle, médaille de 1ère classe, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur13 ; 1867, Paris, exposition universelle, une médaille d’argent décernée à Blanchet fils et des médailles décernées à deux de ses ouvriers). En 1859, il rachète la part de son associé ROLLER, qui désire se consacrer pleinement à la peinture, et il crée « un nouveau piano dit de format commerce…. accessible à toutes les fortunes. Désormais cette importante manufacture réunira donc les deux branches, également essentielles, d’une fabrication à la fois artistique et commerciale14 ». Charles Blanchet et son épouse organisent à cette période des soirées musicales dans leurs “riches appartements15”.

Le système Roller de piano droit, moins encombrant et moins onéreux que le piano à queue, est repris par plusieurs manufacturiers. Il est destiné à une petite bourgeoisie, et même à des milieux relativement modestes. On compte dans les années 1850  environ 60 000 pianos à Paris. Cette démocratisation de la pratique instrumentale correspond à l’expression d’une aspiration profonde à un idéal de fraternité, de liberté et de savoir qui passe par une médiation culturelle. On la retrouve dans les chorales laïques d’hommes que sont les orphéons. Le premier catalogue de la BAI III comporte des partitions pour piano et chœurs d’hommes, « réductions d’opéras » et recueils de chants. Parmi ses lecteurs, on sait que Frédéric ERBS [voir fiche] possédait un piano et que Charles-Honoré PLOMB [voir fiche], premier bibliothécaire, était musicien16.

Blanchet s’implique également dans la vie de la cité : « ce fabricant, qui réunit aux plus éminentes qualités de l’industriel les meilleures qualités du cœur, a fondé une caisse de secours mutuels pour ses nombreux ouvriers, et les fait participer au cours gratuit qu’il professe depuis de longues années à l’Association polytechnique17». Il est élu membre du tribunal de commerce le 20 juin 185818, il est nommé adjoint au maire du Xe arrondissement le 24 septembre 1873, puis maire le 10 août 1877.

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

ADVP, actes d’état civil.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur de la fiche : Geneviève  Deblock

Fiche publiée le  24 mars 2021 ; modifiée le …

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Charles Blanchet," in Bibliothèques populaires, 25/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4774.

  1. CRBAI-III 1862/ ; CRBAI-III ADVP 1861/62. []
  2. Pierre Armand Charles Blanchet, ADVP : acte de naissance, 1819 ; acte de mariage, 1844 ; acte de décès, 1900 ; acte de mariage de son fils Henri Marcel, 1893. []
  3. Il meurt en 1890 rue de la Bienfaisance à Paris. Charles Blanchet est d’ailleurs l’un des témoins de l’acte de décès. On notera que Joseph BULLY lors de sa révocation s’installe près de Vernon – il aura une activité politique importante dans l’Eure sous la IIIe République -, mais  on ne le trouve ni dans les premiers membres ni dans les premiers donateurs de la bibliothèque populaire de Vernon qui a pourtant des liens très étroits avec la BAI-III. [Voir la fiche DELBROUCK]. []
  4. Nous avons pu identifier également une fille, Caroline-Henriette-Jeanne née en octobre 1848 à Meaux, selon le Journal de Seine-et-Marne, 14 octobre 1848. []
  5. Registre d’inscription de la BAI-III ; CRBAI-III 1862/1. []
  6. Registre d’inscription de la BAI-III ; Didot-Bottin, 1842 ; adresse figurant sur l’acte de sa naissance de sa fille en 1848 : BMS Meaux Année 1848, cote 5MI46391848. AD77. []
  7. Voir Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  8. Discours de Perdonnet lors de la distribution des prix aux élèves des cours gratuits des Associations polytechnique et philotechnique,  La Presse, 26/01/1860. []
  9. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie & du commerce, 1855, p. 12-13 ; Musée de la mutualité française, sociétés de secours mutuels. []
  10. Voir une biographie sur la famille Blanchet dans le Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 15/02/1855 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1865 ; Charles-Joseph-Nicolas Robin, Histoire illustrée de l’Exposition universelle de 1855, p. 97-100 ; CARNET4127 ; Jean Claude Yon, La démocratisation de la pratique musicale au XIXe siècle, conférence donnée le 12 mai 2006 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement ; Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », dans Ethnologie française, janvier-mars 1980, nouvelle série, T. 10, No. 1 (janvier-mars 1980), p. 27-44. []
  11. Voir sur le site lieveverbeeck.eu les Brevets Roller et Blanchet, pianosfrancais1850-1874, La Gazette des tribunaux,11 mars 1852, p. 4. []
  12. Revue et gazette musicale de Paris, vol. 10, p. 127. []
  13. Son dossier ne figure pas dans la base Léonore où l’on trouve en revanche le dossier de son fils et celui de Roller. []
  14. Revue et gazette musicale de Paris, 13/05/1858, p. 204. []
  15. Le Ménestrel, 1er avril 1855. []
  16. Voir sur ce carnet, le billet “Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III. []
  17. Bulletin de la librairie, des arts, de l’industrie et du commerce, 1855, p. 12-13. []
  18. Le Ménestrel,  20/6/1858. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier

CHARPENTIER, Auguste (1826-1900)

NB : Cette fiche appartient au projet “Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire” (voir ici)

Parisien, fils d’un serrurier, il entre dans l’armée à l’âge de 21 ans. En 1860, il figure au palmarès des cours gratuits des Associations philotechnique et polytechnique, et en 1861 il adhère à la BAI-III où il est pressenti comme administrateur. Il participe à la défense de Paris pendant le Siège prussien, puis est rattaché à l’armée de Versailles pendant la Commune.

 

NOM : CHARPENTIER

PrénomsAuguste Joseph

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 3

Rôle dans la BAI-III1:

Il figure comme administrateur avec la mention « prix d’honneur de l’association polytechnique », dans une liste manuscrite2 qui peut être datée entre l’A.G. provisoire de 1861 et l’A.G du 02/02/1862. Il participe bénévolement au recueil des cotisations et au catalogage.

État-civil et famille 3: Auguste CHARPENTIER naît à Paris, 39 rue de Buci (ancien 10e arr.) le 21/03/1826. Ses parents, Pierre Guillaume, serrurier, et Anne Joséphine CHARPENTIER, demeurent 24 rue Saint Paul (4e arr.) en 1859 quand Auguste se marie. Un frère, Adolphe, naît en 1830.

Il épouse le 05/06/1855 à Tournan en Brie (Seine-et-Marne) Joséphine Adalie VALLET (09/02/1835 – 23/10/1859). Sa première fille, Joanina Adalie Alexandrine Augustine, née le 17/06/57 à Paris de ce premier mariage, épouse Jules FRANÇOIS, fils d’un menuisier, le 01/06/1880 à Paris (14e arr.)

Veuf le 23/10/1859, il épouse en secondes noces le 04/06/1872 à Paris (14e arr.) Alexandrine-Marie ÉCAILLE née le 19/11/1834 à Aisey-le-Duc (actuellement Aisey-sur Seine, Côte d’Or), sans profession, fille d’un cantonnier, dont il a une seconde fille, Sylvia Niobâe (1866-1942) née hors mariage et reconnue.

Il décède le 29/07/1900 à 74 ans, Villa Parrot à Sèvres (Seine-et-Oise, auj. Hauts-de-Seine).

Professions 4 : Ouvrier d’artillerie de 1847 à 1857, successivement dans les 11e, 3e, 9e compagnies, il monte en grade et devient maréchal des logis en 1857. Il devient ouvrier d’État de 1860 à 1865, puis garde d’artillerie au dépôt central à Paris de 1871 à1878. Le 10/01/1886, il a 60 ans, cesse ses activités et reçoit une pension de retraite.

Adresses connues 5:

1855, lors de son 1er mariage : 24 rue Saint Paul, Paris, 4e arr.

1861, lors de l’ouverture de la BAI-III : 32 rue du Château (Plaisance), Paris 14e (adresse qui correspond avant l’annexion au 115 rue du chemin de fer, Vaugirard).

1872, lors de son 2e mariage : 29 rue Saint Médard, Paris, 5e arr.

1880, lors du mariage de sa fille : 29 rue du Texel, Paris 14e arr.

1900, à son décès : Villa Parrot, Sèvres.

Lien avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique6

Il suit les cours gratuits de l’APH à l’école Turgot7 : il obtient en 1853-54 le 3e prix de grammaire, en 1854-55, le 2e prix de grammaire.

Il suit aussi les cours de l’AP, qui ont lieu à l’École centrale8 : il reçoit le 22/01/1860 pour l’année 1858-1859 un prix d’honneur accordé par l’Empereur et trois premiers prix : géométrie appliquée aux arts avec le professeur Henri  HARANT [voir fiche HARANT] ; chimie ; machines.

En 1861, il fait partie d’un comité organisé par les élèves de l’AP désirant offrir une médaille en or à Auguste PERDONNET [Voir fiche et billets PERDONNET] en témoignage de leur reconnaissance pour ses 32 années consacrés à l’association9. Celle-ci est remise par le ministre de l’Instruction publique lors de la distribution solennelle des prix du 9 février 1862. Le président de cette commission, Claude LIONNET, devient ou reste un très bon ami de CHARPENTIER, puisque, toujours bronzier, il est témoin au mariage de sa fille en 1880 à Paris10.

En 1862, CHARPENTIER fait partie des 14 délégués de l’AP à l’exposition universelle de Londres. Ceux-ci rédigent des rapports qui doivent être publiés, mais sont finalement classés. Une mention de premier ordre est allouée à Charpentier pour son travail. Nous connaissons 13 noms sur 14 : « MM. BRUNEAU et LERCH, mécaniciens, avaient traité des grandes machines ; MM. LANDRIN, monteur en bronzes, BERGER, sculpteur, LEGAL menuisier, BOUCART doreur, MATRE dessinateur, et VELLU lithographe, avaient étudié les objets d’art, les bronzes, dorures, peintures, sculptures, meubles, etc.. ; M. Charpentier, ouvrier d’artillerie, avait traité de la question des métaux ; M. DIOT peintre avait étudié la décoration ; MM. VALENS et DABROWSKI avaient porté leur attention sur la photographie et la typographie ; enfin, M. MAUVOISIN cordonnier avait passé en revue les progrès de la fabrication des chaussures ».

Parmi ces délégués, le monteur en bronze Hippolyte LANDRIN, lecteur n° 15 à la BAI-III [voir fiche LANDRIN], membre aussi de la philotechnique en 1859/60, sera membre de la Commission ouvrière de 1867 et adhérent de l’AIT ; le menuisier Léon LEGAL, lecteur n°163, est témoin au mariage d’Hippolyte Landrin en 1870 ; BRUNEAU a vraisemblablement un lien avec le lecteur n° 82  Léon Bruneau, commis ; le nom du cordonnier MAUVOISIN coïncide avec celui du lecteur n° 126 de la BAI-III nommé Désiré Monvoisin, cordonnier, domicilié 5 rue des Écouffes dans le 4e arrondissement, mais il n’a pas pu être précisément identifié11. Il en est de même pour le typographe lecteur n° 167, Nicolas-Stanislas Théophile DABROWSKI12. Constant VELLU est fouriériste13.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non identifiée.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non identifiée.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III14: avec GIRARD [voir fiche GIRARD], BELLAMY [voir fiche], BRIÈLE [voir fiche], CHARDAR [voir fiche], CHRETIEN [voir fiche CHRETIEN], CLOUET [voir fiche CLOUET], COLLET [voir fiche], … il participe aux petits travaux de bibliothèque. À l’association polytechnique, il a comme professeur HARANT [voir fiche].

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : non identifiées.

Éléments biographiques complémentaires 15

Il est engagé volontaire le 17 mai 1847 à l’âge de 21 ans, dans la 11e compagnie des ouvriers d’artillerie, chargée de la réparation et de l’entretien de l’armement. Son premier acte de mariage nous apprend qu’il est en garnison à Vincennes, le second qu’il travaille au dépôt central. Le 28/12/1859, il est décoré de la médaille militaire. Selon ses états de services, en 1851 il fait campagne pendant les « troubles de Paris ». Affecté au dépôt central de l’artillerie, il participe à la défense de Paris pendant le Siège. Pendant la Commune, il reste au dépôt central « par ordre du Général Directeur. Arrêté le 10 mai par la Commune, sorti de Paris le 12 mai16». Le 05/02/1878, il est promu chevalier de la Légion d’honneur.

À 27 ans, il s’inscrit dans les cours gratuits des associations philotechnique et polytechnique, qui lui valent certainement les promotions professionnelles que l’on constate.

Un inventaire établi après le décès de sa première épouse, mentionne un livret de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris contenant 50 francs, décerné le 17 juillet 1859 par « sa Majesté l’Empereur Napoléon III », certainement à l’occasion d’une distribution de prix de l’AP. Cet inventaire précise également qu’il possède « 28 volumes reliés de différents auteurs, prisés 30 francs » et a en dépôt un petit matériel d’imprimerie.

En 1861 il est un des premiers sociétaires de la BAI-III, où il est pressenti comme administrateur en tant que « prix d’honneur de l’association polytechnique ». Mais il n’est pas retenu dans le bureau de 1862, tout comme le menuisier Benjamin DUMOUTIER et le dessinateur Jean Baptiste Marie PAUL [voir fiche].

Écrits de la personne : non identifiés.

Sources :

CRBAI-III ADVP 1861/62 (VD6 1191-1) ; CRBAI-III 1862/1 ; Légion d’honneur,  LH/493/63 ; A. J. Charpentier, acte de mariage 1855 ; acte de mariage 1872 ;  Mariage de sa première fille ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès 1900.

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).

AP: Association polytechnique

APH : Association philotechnique.

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteurs de la fiche : Geneviève et Pierre Deblock

Fiche publiée le  10 mars 2021 ; modifiée le 3 octobre 2021.

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Auguste Charpentier," in Bibliothèques populaires, 10/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4758.

  1. CRBAI-III ADVP 1861/62 ; CRBAI-III 1862/1. []
  2. ADVP VD6 1191-1. []
  3. A.J. Charpentier, Légion d’honneur 05/02/1878,  LH/493/63 ; acte de mariage, 1855, AD77 ; acte de mariage, 1872, ADP ;  Mariage de sa première fille, ADP ; arbre généalogique de sa 2e fille ; acte de décès, 1900, AD77. []
  4. Voir Distribution solennelle des prix de l’Association philotechnique pour l’instruction gratuite des ouvriers, 1857-58 à 1860-61, le Registre des premiers lecteurs. []
  5. Registre dit des lecteurs de la BAI-III ; Légion d’honneur ; arbre généalogique. []
  6. Voir : Recueil APH, BnF, Département Philosophie, Histoire, sciences de l’homme, distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements ; Le Constitutionnel, 24/01/1860 ; Le Monde illustré, 28/01/1860 ; Victor Meunier, L’ami des sciences, 1860, p. 160 ; “Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique,” in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793. []
  7. voir https://bai.hypotheses.org/4793 []
  8. Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France, ouvrage publié par le conseil de l’Association polytechnique à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’Association, Paris, Imprimerie et librairie centrales des chemins de fer A. Chaix et Cie, 1880. []
  9. C. Lionnet président ; Lepreux secrétaire ; Veller, Charpentier, A. Lionnet membres. []
  10. AD75, Mariages 14 e arrdt, 1er juin 1880. []
  11. Les deux orthographes Monvoisin et Mauvoisin se rencontrent. Voir : AD77, MONVOISIN. Naissances.1839, né à Melun (Seine et Marne) le 22 novembre 1839, témoin Étienne PERROT, cordonnier, 39 ans, et Gabriel SANQUIER, limonadier, 51 ans ; ADVP, Pierre Désiré Monvoisin, célibataire, décédé à l’âge de 25 ans le 5/10/1865, 5 rue des Écouffes, fils de Louis Denis, cordonnier, 61 ans, et de Marie-Antoinette Lecuyer son épouse, 41 ans, blanchisseuse. Le témoin est Léon Léonard FAURE, 33 ans, cordonnier, domicilié 17 rue des Trois-Canettes. []
  12. Né à Dombrowska en Pologne le 06/12/1807, il épouse Céline Félicité DESAUBLIAUX à Paris le 22/10/1842 à Paris, est naturalisé en 1849. Voir : DABROWSKI. Mariage. 1842 ; Bulletin des lois de la République française, vol. 3, 1849. []
  13. Voir DESMARS Bernard, « Vellu, Constant », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2191. []
  14. CRBAI-III 1862/1.. []
  15. Légion d’honneur ; Bulletin des lois, op. cit. ; CRBAI-III ADVP 1861/62 ;  Le Constitutionnel, 30 août 1858 ; Inventaire après le décès de Mme Charpentier, 13 avril 1860, études maître Aveline notaire à Paris, AN cote MC/ET/CIII/729. []
  16. Le Journal officiel de Paris pendant la Commune (20 Mars-24 Mai 1871). Histoire. Extraits, fac-similé du dernier n° (24 Mai), de  Charles Louis Livet, 1871, mentionne pour le 17 avril, p. 193, « Art. 5 : toutes les armes recueillies par les mairies seront renvoyées à Saint Thomas d ’Aquin ». Le dépôt central de l’artillerie semble donc être aux mains des communards. Cependant, Auguste Charpentier dit y être resté jusqu’au 10 mai. []

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien

            CHRÉTIEN Joseph (1843-1901)

Joseph CHRÉTIEN est un des plus jeunes lecteurs de la bibliothèque des Amis de l’Instruction en 1861. Il aide alors le bibliothécaire PLOMB. Son cursus aux « cours gratuits pour les ouvriers » de l’Association philotechnique (APH) lui a ouvert une activité professionnelle indépendante.

NB : Toute information complémentaire sera la bienvenue …

Nom : CHRÉTIEN

Prénom : Joseph

N° d’ordre dans le registre dit des inscriptions de la BAI-III : numéro 83

Rôle dans la BAI : aide le bibliothécaire PLOMB1 [voir fiche Plomb]

État civil et famille :

Joseph CHRÉTIEN est né à Sénones (Vosges) le 25 mai 1843.

Son père Jean-Baptiste est fileur de coton. Sa mère Marie Barbe VIRIOT est sans profession déclarée2.

Joseph CHRÉTIEN épouse à Paris, 9e arrdt, le 12 octobre 1875, Marie Eugénie BAUMBACH, professeur de langue anglaise et de musique. Elle est née à Paris le 25 octobre 1845 de Jean Guillaume Ephraïm et de Marguerite BAUER3.

La première adresse de Joseph CHRÉTIEN se situe à Paris 2 rue de la Parcheminerie 5e arrdt. C’est celle de son oncle Joseph CHRÉTIEN, imprimeur sur étoffes, qui y décède le 21 aout 18674. L’oncle figure dans l’Annuaire Firmin Didot à cette adresse comme  imprimeur sur étoffes de laine de 1857 à 1864.

Joseph CHRÉTIEN meurt à Paris 11e le 21 octobre 19015.

Profession(s) :

1861 : employé (mention sur la liste des lecteurs)


1860 à 1865 : commis aux écritures (mention sur les palmarès de l’APH)

1876 à 1893 : négociant commissionnaire

1901 : comptable (acte de décès)

 

Adresses connues :

1861 : 2 rue de la Parcheminerie, 5e arrdt (d’après la liste des lecteurs).

1867 : 39 rue Rochechouart, 9e arrdt (lors du décès de son oncle).

1875 : 8 rue Montyon, 9e arrdt (lors de son mariage).

1876 à 1880 : 41 rue de l’échiquier, 10e arrdt (liste 1876 des adhérents à l’APH et  faillite de 1880)
.

1887 : 119 boulevard Voltaire, 11e arrdt6 et jusqu’à son décès en 1901.

1887 et 1893 : 120 rue de Charonne, 11e arrdt,  pour le négoce de marbre
.

1889 : mairie de Remchi (Algérie), domiciliation pour la signature.

 

Liens avec l’Association Philotechnique et/ou polytechnique7

Il est l’élève de l’APH de novembre 1860 à mars 1864 et devient adhérent en 1876 :

  • Année scolaire 60/61 ; distribution des prix du 9 février 1862. Les cours sont à Turgot. Première mention de langue française, première année, professeur MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] qui est suppléé par ADAM [Voir fiche ADAM]. Troisième mention de comptabilité. Assistent au cours : GIRARD [Voir fiche GIRARD] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR]
  • Année scolaire 61/62 ; distribution des prix le 9/2/1862. Il va à la Sorbonne où des cours viennent juste d’être créés
  • Deuxième mention langue française deuxième année, professeur ASSELIN. Deuxième mention d’arithmétique, professeur LIONNET [Voir fiche LIONNET] suppléé par Bertrand. Premier prix de comptabilité première année de LENEVEUX (BAI-XIV). Quatrième mention de langue anglaise Il reçoit un livret de Caisse d’Épargne au nom de S.A. le prince impérial et une médaille de bronze (un premier prix et 3 mentions).
  • Année scolaire 62/63 avec distribution des prix le 31 janvier 1864. A la Sorbonne alors qu’il est commis : 2e prix de littérature française 2e année, 2e prix de langue anglaise 1ère année, 2e prix de législation usuelle, cours de CADET (lecteur 32) avec FONTAINE [Voir fiche FONTAINE].
  • Année scolaire 63 /64, la remise des prix a lieu au « Cirque de l’Impératrice » aujourd’hui disparu (cirque d’été) plusieurs prix à la Philotechnique avec remise d’un livret de Caisse d’Épargne offert par l’empereur8.
  • Année scolaire 76/77 : On le retrouve, négociant, 41 rue de l’échiquier, 10e, pour une adhésion à la philotechnique de 10 francs9.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : non repérée

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : non repérée

 

Adhésion à la Société Franklin : non repérée

 

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III

Il fréquente les professeurs et les élèves de l’APH.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

Pas de relations repérées à ce jour.

 

Éléments biographiques complémentaires :

 

  • 1876 : il figure dans le Firmin Didot10 comme négociant commissionnaire. Il recherche un associé pour développer un commerce de tissu alors qu’il est déjà associé avec WEISS11.
  • 1879 : il apparaît dans une société en nom collectif CHRETIEN, WEISS et CIE « exploitant une composition d’ingrédients pour la destruction des insectes, vers et pucerons infectant les vignes12. La société commercialise un procédé expérimenté  dans l’Hérault par G.W. Davis. Procédé dont l’efficacité  contre le Phylloxera est vantée dans le Panthéon de l’industrie  et la France : politique et scientifique.
  • 1880 : il possède un dépôt de vin de Madère et Porto13.
  • 1880 : il fait faillite14.
  • 1887-1893 : on le retrouve 120 rue de Charonne 11ème arrdt, négociant en marbre et traitant en Algérie pour l’exploitation de carrières sur deux terrains qu’il loue  l’un  de 96 hectares et l’autre de 45 hectares à Remchi15.

Abréviations :

APH : Association philotechnique.

Arrdt : arrondissement

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.

Auteur principal de la fiche : Louise Oudin

Fiche publiée le 21 février 2021 ; modifiée le 2 octobre 2021.

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici).

Cite this article as: Louise Oudin, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Joseph Chrétien," in Bibliothèques populaires, 21/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4746.

 

 

  1. CR BAI-III : Rapport Grandeau. []
  2. AD88,  Edpt 458-71057 NMD 1843, acte 84, vue  20/30, voir ici. []
  3. AD75, mariages 1875, 9e arrdt, V4E 3524, acte  1017, vue 23/31, voir ici. []
  4. AD75, décès 1867, 5e, V4E 588 acte 2042, vue 6/21, voir ici. []
  5. AD75, décès 1901, 11e, V4E 9309, acte 3958, vue 18/31, voir ici. []
  6. Lors de la signature d’un acte : voir Le Droit, 28/2/1887, page 202 . []
  7. Établis d’après les Palmarès, Recueil Association Philotechnique conservé par le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. []
  8. Le Moniteur universel, 14/2/1865, page 3. []
  9. « Tout membre adhérent doit être agréé par le conseil d’administration et venir en aide à l’association par une somme dont le minimum est fixée à 5 francs. Tout adhérent devient membre à vie quand il a versé une somme de 200 francs ». []
  10. Page 203. []
  11. Le Temps du 1/9/1876. []
  12. Archives commerciales de la France, 20/4/1879, page 522. []
  13. Firmin Didot, page1683. []
  14. Le Petit Bulletin des tribunaux,  4/4/1880. []
  15. Courrier de Tlemcen,  28/6/1889, et encore en 1893 : Firmin Didot, page 1708. []