Archives par mot-clé : socialisme

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard

GIRARD (1821-1900), Jean-Baptiste

 

Jean-Baptiste Girard vers 1880. Gallica (BnF).

Jean-Baptiste Girard a une importance toute particulière dans l’histoire des bibliothèques populaires. Originaire d’une famille modeste de la Haute-Marne, il a fondé la première véritable bibliothèque populaire à Paris, et œuvré inlassablement pour le développement de ce type de bibliothèques en France.

NOM : GIRARD

Prénoms : Jean-Baptiste

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 1

Rôle dans la BAI-III : Il en est le fondateur entre 1861 et l’un des principaux animateurs durant plusieurs années au moins jusqu’en 1884 avec plusieurs interruptions dont une de 1863 à 1867. Le plus souvent, il a le rôle officiel de vice-président de la BAI-III[1].

 

État-civil et famille : naissance de Jean-Baptiste (JBG) à Hortes (Haute-Marne) chez son grand-père François GIRARD (1756-1828), agriculteur, qui fait la déclaration le 28 mai 1821. JBG est le fils de Didier GIRARD (absent) et Catherine MORIS [Mauris][2]. Didier GIRARD (1793-1864) travaille entre Paris et Hortes pour le commerce du vin et Catherine (1790-1849) est cuisinière à Paris ; puis ils acquièrent un café à Hortes[3]. Ils ont quatre autres enfants : Auguste, né à Paris en 1818, est cocher puis loueur de voitures à Paris ; Marie-Louise, née à Paris en 1820, est domestique à Paris ; Anne-Joséphine, née à Paris en 1823, est femme de chambre puis reprend le café à Hortes ; Joseph, né à Paris en 1826, est marchand de bouillon à Paris[4].

JBG épouse le 9 mai 1846, à Saint-Eustache (Paris), Françoise Marguerite Zoé BERTHY (1824-1889), blanchisseuse, dont la mère est née BACHELIN[5]. Leur fille, Anna Augustine Alphonsine Girard (1847-1893), naît au domicile conjugal, 6 rue des Fontaines-du-Temple, le 27 février 1847[6].

Anna Girard se marie à Alphonse-Joseph BAILLIF (1831-1893), sculpteur dont le frère est marié avec une fille BACHELIN. Anna et son mari ont quatre enfants : Alphonse, Marguerite, Eugénie, Mathilde[7]. JBG meurt à Asnières-sur-Seine, « rentier » le 22 mai 1900. L’acte de décès est signé par son petit-gendre Joseph, Ernest CORBON, architecte[8].

Remarque : il existe des dizaines de Jean-Baptiste Girard à cette période et au moins deux autres Girard lithographes à Paris

Professions : diverses. Notamment : cocher, lithographe, peintre sur étoffes (lors de son procès), typographe (mention acte de décès), etc. Est également « agent de l’Association philotechnique » vers 1864-1884.

Adresses connues :

  • Enfance : ferme de la Malavisée à Hortes (Haute-Marne)
  • Lors du recensement militaire en 1842 : réside à Belleville et est cocher 37, rue Transnonain, Paris[9]
  • Lors de son mariage : 5 rue Beaurepaire [Greneta], 10e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la naissance de sa fille : 6 rue des Fontaines-du-Temple, 3e arrdt actuel, Paris
  • Lors de la fondation de la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs-lithographes : 2 rue des Vertus, 3e arrdt actuel, Paris[10]
  • Lors de son arrestation en 1850 : 30 rue des Gravilliers, 3e arrdt actuel, Paris (sa femme réside ensuite au 14)[11]
  • Dans les années 1860 : 47 rue de Bretagne, Paris[12]
  • Lors de la faillite de la Société générale d’approvisionnement et de consommation : chez Théodore BROUT, 8 route d’Argenteuil, Asnières-sur-Seine[13] (il résidera ensuite à différents numéros rue d’Argenteuil)
  • À partir des années 1880 : chez son gendre, Alphonse Joseph BAILLIF puis son petit-gendre Ernest CORBON, 7 rue Sainte-Sophie, Asnières-sur-Seine[14]

Lien avec l’Association philotechnique et /ou polytechnique : il suit les cours de l’APH (hygiène et médecine usuelle, arithmétique, comptabilité, physique, chimie…) au moins de 1855 (voire depuis 1848[15]) à 1861 et reçoit de nombreux prix[16]. Dans le même temps, il suit les cours du Conservatoire des Arts-et-Métiers[17].

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique : socialisme, mutualisme (voir ci-dessous). Bon nombre de ses amis et/ou compagnons de lutte seront communards, comme Charles-Honoré PLOMB [voir fiche Plomb] JBG a vécu rue des Gravilliers et connaît plusieurs membres de l’AIT comme Jean-Victor BELLAMY [voir fiche Bellamy] et Hippolyte LANDRIN [voir fiche Landrin], qui appartiennent au noyau initial de la BAI-III.                                                                                                                             

Appartenance à une société de bienfaisance, une association : conseil d’administration de la société de secours mutuels des Arts et métiers (quartiers Arts et Métiers et Enfants rouges[18]) en 1861 ; coopératives de production ou de consommation et associations mutualistes diverses de 1849 à la fin du Second Empire (voir ci-dessous)

Adhésion à la Société Franklin : oui. Il en anime les débuts de manière officieuse sous le Second Empire.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III : noyau initial des fondateurs et animateurs et conseils jusqu’aux années 1880. Sa fille, son gendre et le frère de celui-ci sont inscrits à la BAI-III[19]

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires :

  • avec le noyau initial de la bibliothèque de Hortes (Haute-Marne) dont il est un des fondateurs en 1861[20]
  • avec Joseph DELBROUCK [voir fiche Delbrouck], fondateur de la bibliothèque populaire communale de Vernon (Eure) en 1862[21]
  • avec le noyau initial de la BAI-V dont il est un des fondateurs (comptable de l’ouverture (1864) à 1869, il assure des permanences et donne des ouvrages[22]) : Édouard LABOULAYE [voir fiche Laboulaye], Adolphe ADAM [voir fiche Adam], Louis GRANDEAU [voir fiche Grandeau], le général Ildephonse FAVÉ [voir fiche Favé], anciens de la BAI-III, Émile LIONNET (président honoraire de l’APH) [voir fiche Lionnet], Antoine COHADON, etc.
  • avec le noyau initial de la BAI-XIV : Paul DELAMARCHE [voir fiche Delamarche], fondateur de la BAI-XIV, originaire comme lui de Haute-Marne et membre actif de la BAI-III. JBG est membre du comité consultatif et des études de la BAI-XIV de 1873 à 1877. Il y côtoie Anthime CORBON (également originaire de la Haute-Marne) que l’on retrouvera à la BAIXV ), Charles PELLARIN, Henri TOLAIN, Louis COMBES (que l’on retrouvera à la BAI-XIII[23]), Charles LENEVEUX, Auguste OTT, buchézien et défenseur des associations ouvrières
  • avec le noyau initial de la BAI-XVIII dont il est un des fondateurs
  • avec Charles FAUVETY et le noyau initial de la bibliothèque populaire d’Asnières 
  • avec les fondateurs de la Société Franklin 
  • avec les fondateurs du Syndicat des bibliothèques populaires libres.

Éléments biographiques complémentaires :

JBG naît dans une famille d’agriculteurs haute-marnaise que la pauvreté pousse à rechercher des sources de revenus à Paris. Il doit travailler très jeune pour aider ses parents, et devient cocher comme son frère aîné à Paris. Puis il travaille comme lithographe. C’est sans doute dans ce milieu qu’il rencontre Théodore BROUT (1800-1873), l’oncle de sa future femme, un imprimeur (il a fait partie de la Société d’imprimeurs coopérative LACRAMPE et Cie en 1848) qui les aidera tout au long de leur vie[24]. Il fait aussi son apprentissage politique, et participe vraisemblablement à certains clubs de 1848[25]. Son jeune frère Joseph, militant de la Société des Droits de l’homme et de la Montagne, compromis dans l’Affaire du Passage Molière et les journées de juin, est déporté en Algérie[26].

Jean-Baptiste Girard se lance également dans les combats socialistes (il semble s’être intéressé entre autres aux écrits de Victor CONSIDERANT, BUCHEZ, etc.) et milite dans les mouvements mutualistes et associationnistes. En 1849, il fonde avec d’autres ouvriers, dont Jean-Louis RIMET [voir fiche Rimet], la Société Fraternelle des Ouvriers imprimeurs‑lithographes. Délégué de la Fraternelle à l’Union des Associations fraternelles ou ouvrières fondée le 5 octo­bre 1849, il devient un des membres élus des commissions de fonctionnement de cette dernière et membre actif et trésorier d’un Comité électoral lithographique (dont COMBES est secrétaire comptable[27]) pour soutenir la candidature d’Eugène SUE[28]. Arrêté lors de l’Affaire de la rue Michel-le-Comte, il est jugé pour son rôle d’organisateur de réunions interdites et de secrétaire de l’Union des Associations, en compagnie de Pauline ROLAND, Jeanne DEROIN,  DELBROUCK, etc[29]. Il est emprisonné à Mazas puis Sainte-Pélagie. La Fraternelle est alors dissoute. Durant sa captivité qui aurait duré entre un an et 22 mois selon les sources, sa femme peine à élever leur fille Anna.

Sans doute marqué par cet emprisonnement, il passe à des actions toujours militantes mais moins risquées. Il suit notamment divers cours à l’APH de 1855 à 1861, et fédère bientôt élèves et professeurs autour d’un projet de bibliothèque populaire associative. Il parvient ainsi à fonder la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du Troisième arrondissement (BAI-III) en 1861 et à initier un mouvement qui gagne Paris, la région parisienne puis la province. Cette bibliothèque est très novatrice : il s’agit d’une association qui implique les lectrices et lecteurs dans le fonctionnement de la bibliothèque et le choix des livres qui sont prêtés[30]. Il fonde également une bibliothèque dans son village natal en juillet 1861 (Hortes[31]). Il déploie une activité considérable, mais en restant dans l’ombre, pour aider à la création de la Société Franklin[32] en août 1861, société qui à partir de 1862 aide à fonder et gérer des bibliothèques populaires. Le comité d’administration de la Société Franklin comprend, à côté de personnages prestigieux, différents membres de la BAI-III : FAVÉ, LABOULAYE, Émile MARGUERIN [voir fiche Marguerin], Maurice MEYER [voir fiche Meyer], Alexandre VINCENT [voir fiche Vincent]. JBG en devient officiellement conseiller en 1866.

Lorsque la BAI-III connaît des soucis politico-administratifs en 1863, il part créer avec LABOULAYE la BAI-V et devient agent général de l’APH en 1864[33]. Sa fille Anna épouse Joseph BAILLIF, lecteur de la BAI-III et dont le frère est marié avec une fille BACHELIN : ils ont un premier enfant en 1865.

Il continue à s’intéresser à la pensée mutualiste et participe à diverses expériences : il est nommé en 1866 dans le triumvirat directeur de La Sincérité, avec Antoine FAVELIER[34]. La Sincérité est le premier magasin coopératif créé à l’instigation de l’Association générale d’approvisionnement de Passy, POINDRON et Cie (fondée en 1864 par Arthur de BONNARD[35], COHADON, etc., et ouverte aux femmes[36]), il se trouve au 18 rue de la Forge Royale, quartier Saint-Antoine, sous la raison sociale H. Vannaisse et Cie[37]. En 1867, JBG représente la Sincérité (qui a désormais pour raison sociale FOURNERET, GIRARD,  LESAGE[38]) dans un Syndicat qui fédère les associations coopératives de consommation parisiennes[39]. Une médaille à l’Exposition universelle de 1867 consacre le rôle de Girard en tant que fondateur des bibliothèques populaires[40]. JBG participe aux réunions pour la fondation d’une Société coopérative d’enseignement indépendant en 1868 et milite aux côtés de Paule MINK, Ernest FRIBOURG et DELAMARCHE pour que les femmes aient accès à toutes les activités envisagées[41].

La Sincérité fait faillite en 1868[42]. JBG s’installe vers cette date chez BROUT à Asnières avec sa femme et sa belle-mère, comme les BAILLIF. Il fonde la bibliothèque populaire d’Asnières, notamment avec l’aide de FAUVETY (qui fonde également l’APH d’Asnières en 1876[43]) et Cyprien SPIES, un fouriériste, en 1871[44]. On ne lui connaît pas d’activité particulière pendant la Commune, bien que nombre de ses proches soient communards. Il est président de la bibliothèque de 1871 à 1873, et laisse sa place à FAUVETY, peut-être trop pris par sa vie personnelle (BROUT meurt en 1873 à Caen, et Girard est témoin de l’acte de décès[45]). Il impulse en 1876 avec notamment DELAMARCHE et Henri HARANT [voir fiche Harant] la naissance du Syndicat des bibliothèques populaires libres qui vise notamment à conserver une indépendance dans leurs choix d’acquisition aux bibliothèques populaires[46]. La même année, poussé par HARANT, FAUVETY et LABOULAYE, il propose sa « candidature ouvrière » aux élections sénatoriales[47]. C’est un échec. Il figure également sur la liste républicaine pour les élections municipales d’Asnières, aux côtés notamment de FAUVETY, LESAGE et SPIES en 1871[48], puis en1878[49]. En 1880, il reçoit de Jules FERRY les palmes académiques pour la fondation des bibliothèques populaires[50]. JBG continue à militer pour la classe ouvrière et s’attelle par exemple à la question des retraites ouvrières des femmes en 1883[51]. En 1884, il est désigné président de la BAI-III[52], probablement à la mort de HARANT.

Les Baillif ont reçu des commandes rémunératrices, et la famille, plus à l’aise, s’installe rue Sainte-Sophie. Après avoir perdu sa femme en 1889, il voit mourir sa fille et son gendre en 1893[53]. Les deux aînées de ses petites-filles se sont mariées le 20 septembre 1892 avec deux frères architectes, les Corbon[54]. Jean-Baptiste vit alors avec la plus jeune de ses petites-filles et son petit-fils qu’il marie tous deux en 1894[55]. Il termine son existence avec Marguerite et son petit-gendre dans une villa rue Sainte-Sophie à Asnières[56], et s’occupe de jardinage.

Écrits de la personne :

[JBG semble ne pas avoir écrit d’ouvrage ou d’article. En revanche, il a participé à la rédaction des statuts de plusieurs coopératives, associations et bibliothèques, et écrit nombre de courriers (dont quelques-uns publiés par la presse) qui ne sont pas forcément identifiés, son patronyme étant répandu.]

Sources :

FRAZER : Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard (1821-1900): fondateur des Bibliothèques des Amis de l’Instruction (1861) », in Lectures et lecteurs au XIXe siècle: La Bibliothèque des Amis de l’Instruction – Actes du colloque de 1984, 1985.

SANDRAS (Des bibliothèques …) : Agnès Sandras [Dir.], Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2014

Les différents billets de ce carnet (voir Girard)

Auteur(e)s de la fiche : Agnès Sandras et Louise Oudin, aidées de Geneviève Deblock

Abréviations utilisées dans cette  fiche :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements)

Arrdt : arrondissement

APH : Association philotechnique

BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement)

CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

Fiche publiée le 7 février 2021 ; modifiée le …

Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)

Cite this article as: Agnès Sandras, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : Jean-Baptiste Girard," in Bibliothèques populaires, 07/02/2021, https://bai.hypotheses.org/4701.

Notes :

[1] Dépouillement des différents CR imprimés de la BAI-III et Almanach Didot de 1884, page 817.

[2] Registre d’état-civil, Hortes, conservé par les AD52 : 1E0242.

[3] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[4] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/4497

[5] AD75, arch. 296, n° 151 et série V2E, même mariage (selon FRAZER). Voir ici et ici sur la base Filae.

[6] AD75, état-civil reconstitué : voir ici et ici sur la base Filae.

[7] AD. 92. Asnières-sur-Seine, 1881. D_NUM_ASN_1881

[8] AD. 92. Voir ici sur la base Filae.

[9] Voir les registres matricules des AD52 : http://archives.haute-marne.fr/viewer/viewer/FRAD052_R1186_01/FRAD052_R1186_01_152.jpg

[10] Voir FRAZER.

[11] Voir FRAZER.

[12] Voir FRAZER.

[13] Selon Le Droit du 19 février 1869.

[14] Selon les actes d’état-civil déjà cités.

[15] Voir Nécrologie de Jean-Baptiste GIRARD par Émile Rotival dans Le Bulletin de l’association philotechnique, mai 1900. Pages 144 à 146.

[16] Voir le dépouillement des palmarès de l’APH par L. Oudin.

[17] Séance du 7 juin 1866 de la Société Franklin, discours de M. Leviez. Page 11.

[18] CR BAI-III, 1862.

[19] « Registre des lecteurs » de la BAI-III.

[20] Voir ci-dessous.

[21] Voir ci-dessous.

[22] CR imprimés.

[23] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4332

[24] Voir Le Droit du 15 septembre 1841.

[25] Voir Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, 1851.Page 183.

[26] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[28] FRAZER.

[29] FRAZER et sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/4497

[30] FRAZER ; SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[31] SANDRAS dir. (Des bibliothèques populaires …)

[32] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/1019

[33] A. Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898.

[34] Gazette nationale ou le Moniteur universel, 28 décembre 1866.

[35] Arthur de Bonnard est un proche de Fauvety et réside aussi à la fin de sa vie à Asnières.

[36] Voir Jacques Rougerie, Eugène Varlin, Aux origines du mouvement ouvrier, Paris, 2019. Page 22.

[37] Voir note 34.

[38] Le Siècle, 13 février 1867. François-Joseph Lesage est chef de bureau au chemin de fer de l’Ouest et réside à Asnières. Nicolas-Marie Isidore Fourneret est comptable et réside rue Chapon à Paris selon La Gazette du 28 décembre 1866.

[39] Le Siècle, 13 février 1867.

[40] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/526

[41] Voir L’Avenir national du 1er août 1868.

[42] Le Droit, 16 août 1868.

[43] Le Progrès de la Côte-d’Or, 13 décembre 1876.

[44] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/821

[45] AD14 : Registre des décès de Caen, 1873 : 4 E 1606.

[46] Le Temps, 17 août 1876.

[47] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1091

[48] Le Siècle, 23 juillet 1871.

[49] Le XIXe siècle, 5 janvier 1878.

[50] Voir sur ce carnet https://bai.hypotheses.org/2161

[51] Ibid.

[52] Voir plus haut.

[53] AD92 : registres des décès d’Asnières-sur-Seine. Girard signe les actes de décès des trois.

[54] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 20 septembre 1892. Girard signe l’acte. Pas de parenté avec Anthime Corbon.

[55] AD92 : registre des mariages d’Asnières-sur-Seine, 28 août 1894 et 25 octobre 1894. Girard signe les actes.

[56] FRAZER.

[57] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/1522

[58] Voir sur ce carnet : https://bai.hypotheses.org/3223