Archives par mot-clé : Vernon

Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique

Ce billet a pour auteures Louise Oudin et Agnès Sandras

NB : les indications [Voir la fiche…] correspondent aux billets réseau des premiers lecteurs de la BAI-III déjà en ligne (avec lien cliquable) ou à venir (sans lien pour le moment).

Dès les premiers récits concernant la fondation de la première Bibliothèque des Amis de l’instruction (la bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe Arrondissement parisien, BAI-III), puis de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ve Arrondissement parisien (BAI-V) et de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du XVIIIe Arrondissement parisien (BAI-XVIII), on relève l’implication d’ouvriers suivant des cours du soir et de leurs professeurs. Henri HARANT [voir fiche HARANT], un des premiers sociétaires, vice-secrétaire, puis secrétaire général de la BAI-III, professeur de géométrie à l’Association Polytechnique (AP), indique en 1867 dans sa contribution au rapport sur l’Exposition universelle1 que ces cours sont délivrés par la Société d’Instruction élémentaire, le Conservatoire des Arts et Métiers, l’Association polytechnique  et l’Association philotechnique2.

En ce qui concerne l’Association philotechnique (APH), on peut en savoir davantage sur les sociétaires de la BAI-III qui ont suivi ses cours,  grâce à quelques documents imprimés : distributions des prix (palmarès),  extraites du Journal d’éducation populaire  : bulletin de la société pour l’instruction élémentaire,  programmes de cours et  règlements3.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

 

1/ Organisation des cours

L’ APH aurait été créée le 29 mars 1848 à la suite d’une scission de l’Association polytechnique4. Des professeurs de cette association – mais non polytechniciens – auraient choisi de démissionner pour protester contre l’interdiction qui leur était opposée de participer aux prises de décision. Antoine Pressard rapporte qu’une pétition suivie de 400 signatures d’élèves a été adressée à Eugène LIONNET [Voir fiche LIONNET] lui demandant de poursuivre les cours.

Un cours du soir de l’Association polytechnique. L’Année Illustrée, 11 juin 1868. Coll. privée. Cliché Louise Oudin.

Treize professeurs vont relever le défi et poursuivre l’enseignement en-dehors de l’AP. Eugène LIONNET et Germain Augustin LEROYER [Voir fiche LEROYER] seront dans le comité de parrainage de la BAI-III ou membres actifs de la BAI-III treize ans plus tard. François-Joseph FOULON5, A. LEFEVRE, Eugène DAUDET, Joseph CLAUDEL, Louis PROAL et Adolphe Henri ANCELIN seront toujours professeurs à l’APH et compteront des Amis de l’instruction parmi leurs  élèves  au moment de la création de la BAI-III (1861).

À partir de 1849, les cours de l’APH se tiennent le soir de 8 heures et demie à 10 heures du lundi au samedi inclus, et quelques cours ont lieu de 9 heures à 10 heures et demie ou de 10 heures et demie à 12 heures uniquement le dimanche. Nous pouvons imaginer 6 soirs sur 7 et le dimanche matin plusieurs centaines d’élèves se rendant notamment à l’école municipale Turgot rue du Vertbois6 pour écouter les cours dans les amphithéâtres est, ouest et nord et dans le préau de l’école élémentaire de la rue Sainte-Élisabeth (voir ici la carte des implantations de la BAI-III et de ces différents lieux).

Journal des débats, 1er novembre 1861. Gallica (BnF).

Pour suivre les cours, il faut :

  • Avoir 15 ans.
  • Être un homme (jusqu’en 1871).
  • Se faire inscrire par « l’agent des cours » sur le registre avant le 1er janvier. Pierre Peu, élève de la Philotechnique, qui sera le 100e inscrit à la BAI-III, menuisier, demeurant 5 Impasse Saint-Laurent (anciennement rue de la Grange-aux-Belles), est agent des cours lors de la rentrée de 1849 à l’APH7. Il se tient à l’école Turgot, le lundi, pour les inscriptions8.

Les programmes des cours des deux Associations sont assez similaires.

  • À la Philotechnique :

– En 1853-1854, il y a encore un cours de lecture et d’écriture. Ce cours est donné par Monsieur A. LEFEVRE, instituteur communal, l’un des 13, ancien professeur de la Société d’instruction élémentaire9, directeur de l’école communale mutualiste de la rue du Bac.

– LIONNET assure un cours d’arithmétique.

– LEROYER assure un cours d’algèbre.

Henri LENEVEUX, entré à la Philotechnique en 1861, futur membre de la BAI XIV, assure un cours de tenue des livres (de compte) : Notions générales. –Définitions. -Livres auxiliaires : journal, Grand-livre. – Tenue des livres d’une maison de commerce. Opérations suivies. – Balances. –Inventaires. –Fermeture et réouverture des comptes.

5 enseignants inscrits sur la liste des lecteurs de la BAI-III10 donnent des cours à l’APH :

Ernest BAUDRIMONT, lecteur 132 de la BAI-III, pharmacien en chef de l’hôpital pour enfants Sainte-Eugénie (futur hôpital Trousseau), chercheur hors pair et futur académicien : un cours de « matières premières » : Caractères généraux des minéraux et des êtres organisés. – Combustibles. – Pierres. – Eaux. – Sels. – Métaux. – Bois. –Matières textiles, matières colorantes. – Céréales. – Fécules et produits sucrés. – Liquides fermentés. – Matières grasses, tégumentaires, osseuses. –Produits divers : lait, beurre, œuf, sang, etc.

Ernest CADET, lecteur 32, avocat, publiciste et administrateur, un cours de législation usuelle.

– Jules Joseph BONDON, lecteur 222, entré à l’APH en 1859, un cours de physique.

–  PÉRIER, lecteur 415 de la BAI-III, un cours de langue.

Félix HÉMENT, lecteur 221, futur inspecteur général de l’Instruction publique, prix de l’Académie, des cours de physique et de mécanique (voir aussi plus bas).

 

Extrait des cours de l’année 1861-1862 à l’Association philotechnique. Recueil APH, BnF. Cliché : A. Sandras.

Parmi les ouvriers,  signalons Charles-Honoré PLOMB [Voir fiche PLOMB], mais aussi Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE]. Ils  ont raconté comment les débuts de la BAI-III ont eu un lien direct avec le contenu des cours11 :

Les cours du soir leur donnaient satisfaction au point de vue professionnel, et s’ils désiraient des livres, c’était pour compléter l’enseignement donné en y ajoutant l’étude de l’histoire, de la philosophie, de l’économie politique, de la littérature même, sujets exclus du programme des cours des associations12.

Le palmarès que nous présentons (voir plus bas) confirme que les cours ont réellement permis une évolution professionnelle.

Nous voyons par exemple Victor NEBEL, lecteur 436 , (1835-1897), époux de  Désirée Zarilla VINCENT (mariage à Paris le 8/5/1858), lecteur, qui, jeune marié, suit les cours de 1859 à 1863 et passe de la position de dessinateur mécanicien à celle de piqueur municipal. Puis, toujours avec l’aide des cours de l’APH, il est reçu premier sur 150 au concours de conducteur. Il est ensuite professeur à la Philotechnique pendant 17 ans13.

Le règlement stipule que l’APH accorde son patronage aux élèves qui ont obtenu des certificats d’études. À partir de 1857, il existe en effet un conseil de patronage. Le règlement indique encore : « Les patrons sont nommés par l’assemblée générale sur proposition du conseil d’administration et s’acquittent d’une cotisation annuelle de 100 francs. Un patron peut devenir patron perpétuel en s’acquittant d’une cotisation de 1000 francs14». On retrouve au conseil de patronage patrons d’entreprises et hommes politiques.

Pour compléter ces cours, certains se tourneront vers les cours payants  comme par exemple Henri  TOLAIN (BAI XIV), Charles  LIMOUSIN (BAI XIV) qui suivront les cours  de  Jules ANDRIEU15. D’autres, comme PLOMB,  RIMET, ERBS, etc., tenteront de créer une autre association en 1867 : la Société coopérative d’enseignement indépendant (voir sur ce carnet « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« ). Enfin, certains  mettront en place une école d’enseignement coopératif, rue Picpus pour « préparer les jeunes gens du faubourg Saint-Antoine à l’association coopérative16 ». S’y tiendront des cours d’histoire de la Révolution française (donnés par Ernest HENDLÉ), d’histoire des associations ouvrières (Amaury DRÉO), des cours d’économie sociale (Jean-Édouard HORN) et de littérature (Louis HERBETTE). La rétribution est de 5 centimes par séance et de 35 centimes par semaine17 .

 

2/ Palmarès et remise des récompenses

Pour obtenir une récompense, il faut :

  • Prendre part à la composition écrite complétée d’une épreuve orale à la fin de l’année.
  • Figurer sur la liste établie par le professeur par ordre de mérite, mérite qui tient compte de l’assiduité.
  • Précaution sage : pour être inscrit au palmarès en comptabilité, il faut une bonne écriture.

Les certificats sont décernés aux candidats ayant obtenu au moins une mention dans 5 ou 6 matières définies, même sur plusieurs années. En général, la « séance solennelle » se tient en janvier pour l’année écoulée. Par exemple, les cours de novembre 1859 à mai 1860 donnent lieu à une distribution des prix en janvier 1861. La presse rend compte de ces « manifestations ». En grande pompe sont distribuées des notifications, comme des mentions ou des prix.

Une seule notification au maximum est donnée pour 11 élèves, 2 pour 22, etc.

« Le nombre de mentions ne peut excéder le quadruple du nombre de prix. » C’est LIONNET, professeur de mathématiques, qui organise 18 !

On décerne aussi des certificats d’études : l’un est relatif aux arts, un autre au commerce et deux à l’industrie, orientation « sciences mathématiques » ou « sciences physiques ».

Ainsi Lippmann LÉVY, lecteur 311, dessinateur mécanicien au chemin de fer du Nord, qui fonde la BAI-XVIII en 186419, se voit accorder en 1863 un certificat d’études  en sciences mathématiques pour avoir obtenu 7 nominations, dont 6 prix dans les cours de langue française, hygiène, géométrie trigonométrie, algèbre, dessin linéaire, mécanique. Il reçoit un livret de caisse d’épargne de S.M. l’Empereur20. En 1864, il est encore l’élève de l’APH, comme plusieurs des lecteurs de la BAI-III, selon cette liste incomplète et aux noms mal orthographiés donnée par Le Temps du 14 mars 1865 (on notera que l’auteur de cet article est Frédéric Lock. Son frère est un des co-fondateurs avec Delbrouck de la bibliothèque de Vernon, voir ci-dessous …).

Récompenses supplémentaires :

  • Des médailles (de bronze pour un premier prix ou un certificat d’études, d’argent pour les 4 certificats) sont distribuées. Elles peuvent être montrées par ceux qui les ont reçues comme gage de sérieux et de capacité lorsqu’ils postulent à un emploi. Leur obtention suppose en effet que leur détenteur a préféré l’étude à « l’intempérance » (rappelons en effet que la lecture est vue dans les années 1850-1860 comme un des moyens d’éloigner les ouvriers des estaminets), qu’il sera en mesure de lire des modes d’emploi, des manuels, etc., et qu’il maîtrisera les connaissances nécessaires à son travail.

=> ci-dessous une médaille octroyée en 1859 à Marie Paul, dessinateur, élève de l’APH, futur lecteur de la BAI-III (collection privée)

  • Sont aussi attribués des livrets de Caisse d’épargne de 50 francs mis à la disposition de l’association par l’Empereur, l’Impératrice et le Prince impérial.
  • En 1862, 10 élèves choisis parmi les meilleurs partent à l’Exposition internationale de Londres21 sous la conduite de Félix HÉMENT, entré à l’APH en 1856. Félix Hément est  le lecteur n° 221 de la BAI-III, professeur à l’APH, et fondateur dès 1864 de la « bibliothèque des familles22 », 15 rue Mansart, dans le 9e arrondissement.

Les remises des prix réunissent une fois par an plusieurs milliers de personnes, le dimanche après-midi dans des salles prestigieuses. Par exemple, le 13 janvier 1861 au Cirque Napoléon (actuel Cirque d’Hiver), S.E. le Ministre de l’Instruction publique et des cultes préside. Les deux associations sont présentes. Félix Hément23 parle d’une foule variée, émue et frémissante.
Trois discours se succèdent : celui du ministre Gustave ROULAND, de PERDONNET [Voir fiche PERDONNET] pour l’AP, de MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN] pour l’APH. Puis les prix sont remis ainsi que les médailles et les livrets de Caisse d’épargne offerts aux associations par ses Majestés l’Empereur et l’Impératrice, son Altesse le Prince impérial et son excellence le Ministre de l’Instruction.

Remise des prix des Associations philotechnique et polytechnique, Le Monde illustré, 28 janvier 1860. Gallica (BnF).

Les palmarès sont parfois repris par les journaux. Ainsi Le Constitutionnel donne le 2 février 1858 une description de la foule qui se presse (« les parents et amis des élèves occupaient avant midi les gradins de l’immense amphithéâtre »), nomme les différents personnages importants en présence, restitue le discours du ministre de l’Instruction publique, puis donne les prix. Dans l’extrait ci-dessous, on peut voir les noms de PERDONNET, MARGUERIN, les récompenses obtenues par Charles PLOMB et Marie, Jean-Baptiste PAUL (Marie Paul aidera PLOMB à la BAI-III, puis partira à la BAI XVIII dont il sera un vice-président, voir la fiche Marie PAUL).

  • Les élèves qui suivent les cours de chant assurent les intermèdes grâce à un orphéon dirigé par Foulon. « Les hirondelles » de Béranger rencontrent par exemple un grand succès.

=> cliquez sur les flèches ci-dessous pour entendre  le texte « Les hirondelles », grâce à Gallica-BnF

  • A l’issue de la cérémonie, des professeurs peuvent être nommés officiers de l’Instruction ou d’Académie. Émile MARGUERIN [Voir fiche MARGUERIN], pédagogue hors pair, directeur de l’École Turgot et alors vice-président de l’APH, reçoit par exemple la légion d’honneur à cette occasion 24 en 1861, année où les deux prix d’honneur sont accordés aux étudiants PLOMB [Voir fiche PLOMB] et CHARDAR [Voir fiche CHARDAR], futurs piliers de la BAI-III, comme on peut le noter dans l’article de La Presse du 14 janvier 1861, signé par un soutien zélé des bibliothèques populaires, Jules MAHIAS (voir ici sur ce carnet).

 

  • Jules Mahias, La Presse, 14 janvier 1861. Gallica (BnF).

     

3/ Les lauréats de l’APH au cœur de la BAI-III 

Le tableau réalisé à partir des palmarès  établis entre 1853 et 1864 (sélection de palmarès nous permettant de mieux cerner les cours suivis par les « ouvriers » fondateurs des premières BAI) recense 846 personnes de sexe masculin suivant les cours du soir et qui ont été récompensées25.
On y retrouve notamment Auguste Rodin, lecteur 41426. Nous croisons aussi Eugène VARLIN,  qui n’est pas un lecteur de la BAI-III : il figure au palmarès de l’APH pour 1860-1861. Ce futur membre de l’AIT et membre de la Commune (il sera fusillé lors de la Semaine sanglante), participe à des expériences coopératives où l’on retrouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la BAI-III.

Nous identifions 67 élèves de l’APH ayant un lien avec les Amis de l’instruction. 45 sont simples lecteurs à la BAI-III, 19 sont impliqués dans l’organisation de la bibliothèque. 3 sont dans d’autres BAI (sous réserve de vérifications ultérieures).

Nous savons qu’aux débuts de la BAI-III, la parité « ouvriers » / « non ouvriers » était volontaire. Les premiers avaient besoin de la caution des seconds pour obtenir les autorisations officielles nécessaires à l’ouverture de la bibliothèque, et n’étaient pas sans ignorer que parmi cette bourgeoisie éclairée se cachaient des « espions », proches du pouvoir27. Dans notre échantillon des 58 personnages étudiés plus avant afin d’identifier les réseaux préexistant à la BAI-III (voir les billets réseaux sur ce carnet), nous retrouvons bien 29 ouvriers ou artisans et 29 personnes issues de la bourgeoisie philanthrope.
19 des ouvriers ou artisans sont inscrits au palmarès et probablement quelques autres assistent aux cours  mais n’ont pas été récompensés (90% des élèves) et/ou résistent à nos recherches comme le coiffeur Joanny MORTIER, lecteur numéro 4.

La moyenne d’âge est de 28 ans, certains ne restent que très peu de temps pour aider le bibliothécaire. D’autres sont fidèles à la BAI-III au moins jusqu’en 1877 ou vont fonder d’autres BAI plus proches de leur domicile.

Parmi les 19 élèves, quatre d’entre eux, Alphonse PASCAL [Voir fiche PASCAL], Charles BRESSON [fiche BRESSON], Hippolyte LANDRIN [fiche LANDRIN] et Auguste CHARPENTIER [fiche CHARPENTIER], suivent aussi des cours à l’AP. Pour cette dernière, nous ne disposons que d’articles de presse, surtout quand les distributions des prix sont communes aux deux associations comme demandé par le ministre de tutelle, afin d’éviter trop de rivalités entre les deux associations (voir sur ce carnet les billets sur Perdonnet).

Certains Amis de l’instruction suivent les cours du Conservatoire des Arts et Métiers, du Muséum d’Histoire Naturelle, de l’hôpital Saint-Anne28.

Nous verrons que ces « ouvriers » sont en réalité surtout des artisans d’art ou des employés, piqueurs ou commis.

4/ Les guides

Paul DELAMARCHE [Voir fiche DELAMARCHE] explique ainsi la constitution de la BAI-III :

Le groupe initiateur du 3e arrondissement prit à peu près le contre-pied de ce qui s’était fait jusqu’alors. Il accepta pour guide les professeurs qui en se consacrant à l’instruction populaire, avaient donné des gages certains de dévouement et de sincérité. Le patronat fut écarté, de même qu’il fut décidé qu’il n’y aurait point de membres honoraires ; sous l’Empire surtout, leur intervention dans les sociétés ne servant qu’à mettre en vue certaines personnalités vaniteuses29.

– 19 sont investis dans l’enseignement pour les ouvriers et donnent des cours ou des conférences.

– 15 ont été professeurs à l’APH, dont Joseph DELBROUCK [Voir fiche DELBROUCK], socialiste arrêté en compagnie de Jean-Baptiste GIRARD en 1850 (voir sur ce carnet ici), puis architecte  à Vernon (Eure), fondateur d’une  bibliothèque populaire  en 1862 et d’une APH en 1864 en cette ville 30, futur membre de l’AIT et membre de la commission fédérale des artistes pendant la Commune.

=> voir ci-dessous une médaille décernée par l’APH de Vernon en 1866 (collection privée)

– 4 sont exclusivement professeurs ou conférenciers à la Polytechnique comme Henri HARANT [Voir fiche HARANT] Charles BLANCHET [Voir fiche BLANCHET], Jean-Augustin BARRAL [Voir fiche BARRAL] et Auguste Perdonnet [Voir fiche PERDONNET].

=> voir ci-dessous  un article de Jean-Augustin Barral dans L’Opinion nationale du 11 février 1862. Barral retrace la cérémonie de remise de prix de l’AP et de l’APH, cite des passages des discours de ROULAND et de PERDONNET, insiste sur la diffusion des cours de l’APH jusque Metz (nous y reviendrons dans de prochains billets) et termine en soulignant la récente ouverture des bibliothèques populaires … Cliquez sur la fenêtre pour ouvrir le document dans Retronews.

Si les « ouvriers » prennent pour guides LIONNET et LEROYER (qui passe ensuite à l’AP),  ils vont aussi trouver Auguste PERDONNET, Édouard LABOULAYE et Jean-Augustin BARRAL qui plaidaient déjà pour des cours en 184831. Édouard LABOULAYE, lecteur 155 de la BAI-III, président de la BAI-V, sera désigné à la présidence de  l’APH pour l’année 187632.

=> cliquez sur les images ci-dessous pour mieux les voir

Certains professeurs comme Henri HARANT ont dû exercer leur activité dans « l’enseignement libre » après avoir refusé de prêter serment à l’Empire en 1852. Adolphe ADAM (2e inscrit de la BAI-III) [voir fiche ADAM] et Louis GRANDEAU (9e inscrit de la BAI-III ; élève de BARRAL) [voir fiche GRANDEAU], remerciés dans les compte-rendus de la BAI-III car ils ont aidé à la rédaction des statuts, ont l’âge de leurs élèves de l’APH.

Certains sont au conseil d’enseignement comme Alexandre LABROUSTE, directeur du Collège Sainte-Barbe, au conseil de patronage comme Georges HACHETTE. Nous retrouvons même les maires d’arrondissement du 3e et du 5e, ARNAUD-JEANTI et Marc-Aurèle RATAUD (année scolaire 60/61).

Dans le panel de 58 personnes de la BAI que nous étudions, nous identifions 19 élèves inscrits au palmarès de la Philotechnique dans les documents que nous avons dépouillés.

5/ Une entraide très soulignée  des ouvriers et des professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques pionnières

Les débuts de la BAI-III sont mouvementés.  On comprend que l’AP et l’APH, complémentaires mais non sans rivalités – en tout cas du vivant d’Auguste PERDONNET33 – sont indispensables à la naissance de cette association qui n’aurait pas obtenu les autorisations administratives nécessaires sans le soutien de ces deux institutions. Mais la BAI-III semble avoir également pâti des « bisbilles » larvées entre les deux associations34. Après le décès de Perdonnet (1867), et plus encore après la chute du Second Empire, les fondateurs de la BAI-III souligneront le rôle fondamental de l’APH, bien plus que celui de l’AP. Alexandre VIARD (Voir sur ce carnet « Le devenir des premières bibliothèques rurales de prêt de la Haute-Marne (I. Hortes)« ), maire de la commune natale de Jean-Baptiste GIRARD, qui aide ce dernier à fonder une bibliothèque populaire à Hortes (Haute-Marne), raconte également :

Un jour déjà éloigné, c’était à la fin de 1859, un ouvrier lithographe de Paris vint passer quelques jours au village qui l’avait vu naître : pendant son séjour, nous eûmes ensemble de longs entretiens, il me parla avec cet entraînement qui donne la conviction de son idée de Bibliothèque populaire, il développa un projet de statuts et de comptabilité, il y revint plusieurs jours de suite, après quelques hésitations, sa foi me gagna et, en nous quittant, nous prenions la résolution, lui de créer l’œuvre au sein de la capitale, et moi d’en faire l’essai dans notre humble village. La fondation des Bibliothèques populaires était depuis longtemps, en France, le rêve de tous les hommes de bonne volonté, mais ce rêve était traité par beaucoup de bons esprits, de chimérique et d’irréalisable. M. Girard, c’est le nom de cet ouvrier lithographe, par sa volonté, fit descendre ces institutions de la région de l’idéal dans celle des faits, et un soir, en sortant d’un cours de l’Association philotechnique dont il est aujourd’hui l’agent général, après une discussion chaleureuse avec le professeur et quelques ouvriers, les pieds dans la boue de la rue du Temple, il avait fondé les Bibliothèques populaires35.

Dans le premier (et dernier ?) compte-rendu des activités de la bibliothèque populaire de Hortes36, Alexandre Viard précise les circonstances de la fondation. Deux noms de l’APH parisienne apparaissent, ceux de MARGUERIN et GRANDEAU :

Le 28 juillet 1861 nous étions réunis pour organiser une bibliothèque par souscription, dans la commune d’Hortes, en nous inspirant des idées et en nous mettant sous le patronage de la Bibliothèque des amis de l’instruction du 3ème Arrondissement de la Ville de Paris.

Un enfant du pays que vous connaissez tous, M. Girard, membre du conseil d’administration de la société de secours mutuels des arts et métiers et Vice-Président de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de Paris a conçu le premier l’idée de cette Bibliothèque, d’un zèle et d’un dévouement à toute épreuve, initié de longue date à tous les détails d’organisation des sociétés de secours, il a bien voulu depuis l’origine de notre création, nous aider de ses conseils et de son expérience.

Un autre enfant du pays, M. Bailly, nous a aussi prêté un concours actif et désintéressé.

Nous avons de plus, conquis les sympathies des hommes les plus éminents dont la mission semble sur terre toute de charité et de dévouement, et qui n’ont d’aspiration que pour le bien des sociétés.

Qu’ils me permettent de nous citer leurs noms. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot à Paris, qui dernièrement encore voulait bien nous assurer de sa sympathie pour l’œuvre que nous avions entreprise et nous promettait son concours pour notre institution naissante.

C’est M. Grandeau, professeur de chimie à l’association philotechnique de Paris, qui nous dirigeait, nous encourageait, et recommandait chaleureusement notre œuvre.

Je suis sûr d’être l’interprète de vos sentiments en remerciant publiquement ces Messieurs de leur généreuse intervention37[…]

C’est donc l’APH que l’on retrouve à Hortes (fondation rurale), à Vernon (fondation dans une petite ville) et à la BAI-III en 1861-1862, ce qui confirme les liens entre étudiants et professeurs de l’APH autour des trois bibliothèques populaires pionnières38, en tout cas les liens forts entre Jean-Baptiste GIRARD [voir fiche GIRARD] – généralement considéré comme « le » fondateur des bibliothèques populaires, qui a des années durant fréquenté les cours de l’APH (il est lauréat entre 1855 et 1860) – et ses anciens professeurs. Il n’est donc pas étonnant, lorsque la BAI-III connaît des vicissitudes en 1863, que Girard la quitte  provisoirement et devienne pour de longues années l’agent de la Philotechnique39

Extrait des Cours de l’Association philotechnique de Paris pour 1876-1877. Recueil APH, BnF. Cliché : Agnès Sandras.

C’est donc de manière logique que le soutien de l’APH dès le début du projet a plus durablement marqué l’histoire de la BAI-III que la présidence de PERDONNET accompagné de professeurs de l’AP qui n’en constitue qu’un intermède, intermède de surcroît clivant entre 1863 et 1867 (voir billets Perdonnet sur ce carnet). Ainsi, le soutien de l’APH à la BAI-III est mis en scène dès 1866 par Adolphe ADAM qui fait partie du groupe parti avec Girard fonder la BAI-V plutôt que de rester dans une BAI-III au fonctionnement revu et corrigé par l’administration impériale et dirigée par Perdonnet (voir Rapport ADAM à la BAI V lors de l’AG du 18 mars 1866). Paul DELAMARCHE peaufinera par la suite ce récit désormais fondateur : voir Historique et développement des bibliothèques populaires en France par Delamarche.

Les palmarès, qui indiquent les noms des élèves récompensés mais aussi ceux des professeurs  dont les cours ont donné lieu à ces récompenses, permettent d’en savoir un peu plus sur les étudiants et enseignants qui se sont côtoyés durant de longs mois, même si nous ignorons, répétons-le une fois encore, les patronymes de ceux qui ne sont pas primés. En tout cas, on y retrouve les noms d’étudiants motivés, qui ont souvent suivi les cours 5 ou 6 ans de suite. La variété des cours suivis indique une grande curiosité intellectuelle  et/ou des besoins divers chez des personnes parfois arrivées quasi illettrées à l’âge adulte, et la fidélité aux enseignements délivrés à l’APH. La progression sociale observée chez ces étudiants laisse à penser que le niveau des cours est très satisfaisant, et que l’attachement des élèves à leurs professeurs et à leur école  dépeint par la presse n’est pas que de façade.

Médailles décernées par l’Association philotechnique de Paris pour l’année 1859-1860. Recueil APH, BnF. Cliché: A. Sandras.

On peut aussi se demander si la fondation de la BAI-III comme bibliothèque permettant d’approfondir les cours de l’APH n’est pas en partie un alibi commode pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une bibliothèque dont les ouvrages seraient aussi prétexte à prolonger des échanges moins scolaires et plus politisés  entre auditeurs de l’APH voire même avec leurs professeurs40

 

6/ Le palmarès de l’APH entre 1853 et 1864

Nous avons donc reconstitué une liste de 846 élèves avec leurs patronymes par ordre alphabétique, leurs prénoms, et leurs professions successives qui vont souvent dans le sens d’une ascension sociale et les années de scolarité suivies par chacun d’eux. Cela représente moins de 10% des élèves suivant les cours.

En début de tableau : les 19 élèves de notre étude, puis les 45 autres lecteurs élèves, puis 3 élèves appartenant à d’autres BAI.

Nous mettons à disposition des personnes intéressées le tableau ainsi obtenu. Voir ici le  Palmarès des élèves de l’APH entre 1853 et 1864 établi par Louise Oudin à partir des différents palmarès imprimés.

Peut-être trouvez-vous dans cette liste un ancêtre ou un personnage dont la biographie vous intéresse et comprendrez mieux comment sa vie a pu changer grâce aux cours de l’APH…

Cite this article as: Groupe réseaux des bibliothèques populaires, "Des liens historiques étroits entre les premières Bibliothèques des Amis de l’instruction et l’Association philotechnique," in Bibliothèques populaires, 30/03/2021, https://bai.hypotheses.org/4793.

  1. Henri Harant, « Enseignement populaire – Classe 89 », in Études sur l’Exposition de 1867 ou Les archives de l’Industrie au XIXe siècle : description générale, encyclopédique, méthodique et raisonnée de l’état actuel des arts des sciences de l’industrie et de l’agriculture chez toutes les nations…., Série 6, Fascicule 26-30, par M. M. les rédacteurs des Annales du génie civil, Paris, E. Lacroix, 1869. []
  2. Sur les cours du soir, on lira les récents travaux de Carole Christen et notamment Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880), dossier de la Revue d’Histoire du XIXe siècle, n°55, 2017/2, sous la direction de Carole Christen et Caroline Fayolle. []
  3. Nous avons utilisé pour cette recherche ceux figurant dans le recueil  « Association   Philotechnique », département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF. []
  4. Les débuts de l’APH sont rapportés  par Antoine Pressard, Histoire de l’Association philotechnique [Préface de F. Buisson], Paris, 1898; et par François Vatin en 2007 : « L’Association polytechnique (1830-1900) « Éducation ou instruction » ? ou la place des sciences sociales dans formation du peuple », in Management et sciences sociales numéro 3, pages 245  à 296. []
  5. Voir sur ce carnet : « Charles-Honoré Plomb, premier bibliothécaire de la BAI-III« . []
  6. Lors de la construction de nouveaux bâtiments pour l’École Turgot en 1865, les cours ont lieu dans les amphithéâtres du Lycée Charlemagne. []
  7. Décédé à 46 ans à Paris 4e le 25/9/1865, il est  né à Vitré. []
  8. Recueil Association Philotechnique, BnF. []
  9. Sur cette société, voir Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres… Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) »Bulletin de la Sabix , 54 | 2014. []
  10. Registre des premiers lecteurs. []
  11. Voir Ian Frazer, dans  ”Jean-Baptiste Girard (1821_1900) : fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction”, in Lectures et lecteurs au XIXe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’instruction. — Paris : Bibliothèque des Amis de l’instruction du Ille arrondissement, 1989, page  69. []
  12. CR-BAI-III, exercice 1875-1877, page 16. []
  13. Pressard, op. cit. []
  14. Recueil Association philotechnique. []
  15. Georges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946. Pages 454 -459. []
  16. Achille Mercier, « La grève et l’association« , La Réforme politique et sociale, 13 juillet 1869. []
  17. Duveau, op. cit., et  Le Temps du 21/2/1869. []
  18. Recueil Association philotechnique. []
  19. CR BAI XVIII, Statuts et règlements 1864, page 14. []
  20. Voir les remerciements de Lévi Lippmann à l’AP et à l’APH dans Les Archives israélites de France du 15 mars 1863. []
  21. Pressard, op. cit., pages 45-46.14 élèves de l’AP vont à Londres en 1862 selon L’Histoire de l’Association polytechnique et du développement de l’instruction populaire en France de 1880. Ces voyages où sont conviés des élèves de l’AP lors des grandes expositions ont été mis en place dès les années 1850. []
  22. Voir Le Petit Journal, 27 mars 1865. []
  23. Le Siècle du 15/1/1861. []
  24. Il s’appelait Emile Fortuné LECAT, Marguerin était son surnom : voir son dossier ici dans la base LEONORE. []
  25. Nous n’avons pas pour le moment retrouvé de sources nous permettant de repérer les élèves non récompensés. []
  26. Voir sur ce carnet le billet qui lui est consacré. []
  27. Voir Ian Frazer, op. cit. et  Agnès Sandras, Des bibliothèques populaires à la lecture publique []
  28. Testament ERBS, AN MC/ET/XXVIII/1643-1644. Et Discours de LEVIEZ dans Le Bulletin de la Société Franklin pour la propagation des bibliothèques populaires, séance générale du jeudi 7 juin 1866, page 11. Sur les cours publics que l’on pouvait alors suivre voir ici l’article du Grand Larousse. []
  29. CRBAI-III, 1875-1877, page 16. []
  30. Voir Agnès Sandras, « Les petites sœurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction : Hortes et Vernon, expériences à la campagne et dans une petite ville de province », in Des Bibliothèques populaires  à la lecture publique, Presses de l’enssib, 2014 et autres travaux sur Delbrouck à Vernon. []
  31. Voir La Démocratie pacifique  du 13 mars 1848. []
  32. Voir Le Journal des débats, 29 juillet 1875. []
  33. Voir sur ce carnet les billets concernant Perdonnet. []
  34. Ibid. []
  35. Alexandre Viard, « Rapport présenté à la Société d’émulation du Doubs, dans sa séance du 18 décembre 1872« . []
  36. Le dossier conservé par les AD52 ne contient pas d’autre rapport d’AG. []
  37. Compte-rendu de l’Assemblée générale de 1862, Bibliothèque populaire de Hortes, AD 52, 107MO3. []
  38. Voir Agnès Sandras, op. cit. []
  39. Voir Ian Frazer, op.cit. et fiche Girard. []
  40. Sur les enjeux politiques, voir Agnès Sandras, « Les crispations de l’opinion autour de la présence d’ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires », in Bibliothèques en utopie – Les socialistes et la lecture au XIXe siècle (dir. N. Brémand), Presses de l’enssib, 2020. []