Archives par mot-clé : Victor Considerant

Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly

DALY, César Denis (1811-1894)

César Daly par François Gobinet de Villecholle dit Franck (1816-1906). Photographie, tirage albuminé, 2e moitié du 19e siècle. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, numéro d’inventaire : PH48899

 

[Cette fiche appartient au projet « Les réseaux des premiers acteurs de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction sous le Second Empire » (voir ici)]

César Daly a 50 ans en 1861. Architecte reconnu, il est le fondateur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics. Proche des Fouriéristes, ami de Victor Considerant, il est l’architecte du phalanstère. Il a été un candidat malheureux à l’Assemblée constituante en 1848. Architecte diocésain chargé de la restauration de la cathédrale d’Albi, il se rapproche de l’Empire après 1856.

 

NOM : DALY

Prénoms : César Denis

N° d’ordre dans le registre des inscriptions de la BAI-III : numéro 144,  juste avant Auguste MOREL, son imprimeur libraire, patron libéral et social.

Rôle dans la BAI-III : membre du Conseil de patronage (1861) ; donateur de livres1.

 

État-civil et famille :

César DALY nait à Verdun (Meuse) le 17 juillet 1811 sous le nom de DALEY2.

Il est le fils naturel reconnu de John Denis DALEY, commissaire des vivres de la marine royale britannique, et de Camille Augustine de BERNARD, âgée de 25 ans selon la déclaration3, née à Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), fille de Louis Marie Joseph de BERNARD seigneur comte de Calonne et autres lieux, et de Marie Louise Charlotte Adélaïde de RAULIN. John DALEY est un prisonnier de guerre anglais âgé de 32 ans, natif de Portsmouth en Angleterre, logé à Verdun chez la dame veuve QUINAUT, rentière, demeurant rue Saint-Lambert.

Il a une sœur, Camille Charlotte, née en 18134.

Leurs parents  se marient en Angleterre.
À 49 ans, il épouse le 12 janvier 1860 à Paris (6e arr.) Marie Joséphine Sidonie AYGALENG, sa cousine et sa secrétaire5, âgée de 39 ans, née le 12 novembre 1821 à Roclincourt (Pas-de-Calais), fille majeure de Jean Pierre AYGALENG et Adélaïde Augustine [illisible], tous deux décédés au moment du mariage.
Ils ont trois fils, deux architectes, Marcel Robert Dyonis né en18606, Raymond Auguste né en 18627, et un éditeur, Victor Camille né en 1862, frère jumeau de Raymond Auguste8.

Il décède à Wissous (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) le 11 janvier 18949.

Professions : Dessinateur, architecte, sculpteur, éditeur, directeur de publication.

Adresses connues :

Il habite à Paris, 6 rue de Fürstenberg lorsqu’il dépose un brevet d’invention, le 13 juin 184210 ;
8 place Saint Michel en 1861, lorsqu’il est membre du Conseil de patronage de la BAI-III11  ;
60, rue Monsieur le Prince le 22/10/1863, lors de son inscription à la Société du crédit au travail (voir plus bas).
6 rue de la Sorbonne en 1862-1865 : 4 appartements loués, comportant probablement habitations et bureaux12  ;
et il décède à Wissous13.
Les adresses professionnelles de la Revue générale d’architecture sont à Paris, 6 rue de Fürstenberg (1843-1859), rue de la Sorbonne (1862-1865).

Liens avec l’Association philotechnique et/ou polytechnique : non.

Appartenance à un courant d’idées, un mouvement politique 14 :
Il est fouriériste dès 1830, ami personnel de Victor CONSIDERANT, collaborateur de La Démocratie pacifique (1843-1851), architecte du phalanstère. Il participe à l’organisation des banquets politiques commémoratifs de l’anniversaire de la naissance de Charles Fourier.
En 1848, il s’implique pleinement, comme d’autres fouriéristes15 dans le mouvement associationniste : il adhère au club de Blanqui, la Société républicaine centrale16, offre sa participation à la commission du Luxembourg et fait partie de la commission chargée d’organiser la Banque du peuple de Pierre Joseph PROUDHON17. Le but de ce projet révolutionnaire de banque mutualiste et de coopération entre associations ouvrières, est de créer une sorte de monnaie alternative sous forme de bons de circulation qui peuvent représenter des sommes peu importantes, et ainsi soutenir l’activité économique des adhérents.

Appartenance à une société de bienfaisance, une association18:
Il est membre dès 1848 de l’Académie d’architecture et de la Commission des arts et édifices religieux, membre correspondant de la Société académique d’architecture de Lyon à partir de 1862, membre de la commission du Mexique au Comité des travaux historiques et scientifiques19. Il crée une Société d’artistes décorateurs et industriels en 1848.
Grand voyageur, il fait aussi partie de nombreuses académies européennes, américaines et russes.
Il est membre de la Société de géographie de Paris et de la Société d’anthropologie de Paris en 1865.
Souscripteur de l’Union ouvrière de Flora TRISTAN en 1843 et 184420, il participe au lancement en 1863 du Crédit au travail dirigé par BELUZE, ex icarien, avec Joseph DELBROUCK, lecteur n° 30, Louis-Marie FONTAINE, lecteur n° 12 [voir fiche FONTAINE], et à des coopératives de consommation telles que l’Association générale d’approvisionnement et de consommation, ou l’Association générale d’approvisionnement de Passy (Poindron et Cie), avec Jean-Baptiste GIRARD, Joseph DELBROUCK et de nombreux fouriéristes, ou la Sincérité21.


Il s’engage aussi dans l’aventure colonisatrice de l’Union agricole d’Afrique (Saint-Denis-du-Sig, Algérie), et participe à L’Économiste français, « organe des colonies, de la colonisation et de la réforme sociale par l’association et par l’amélioration du sort des classes pauvres », du fouriériste Jules Duval22.

Adhésion à la Société Franklin : non identifiée.

Relations repérées avec d’autres membres de la BAI-III  :

Donateur à la BAI-III, il suit et soutient comme donateur les neuf membres connus de la bibliothèque qui vont fonder la BAI-V en 186323.
Jean Baptiste GIRARD, aussi membre de l’Association générale d’approvisionnement de Passy [voir fiche GIRARD].
Des amis, simples lecteurs  : Pierre ANDRÉ [voir fiche], membre de la Société commerciale André, Daly et fils, et adhérent à la Société du crédit au travail24 ; Joseph LACROUX, qui habite avec DALY en 1861, 8 place Saint-Michel [voir fiche], et l’imprimeur-lithographe Nicolas FÉLIX, domicilié à la même adresse que Pierre ANDRÉ, 240 rue Saint-Jacques, en 1861.
Des membres du conseil de patronage, dont il fait partie : Edouard LABOULAYE [voir fiche LABOULAYE], Eugène LIONNET [voir fiche LIONNET] ; Jean Augustin BARRAL [voir fiche BARRAL] dont il est témoin à son deuxième mariage, donateur à la BAI-III, puis lui aussi donateur à la BAI-V25.

Louis-Marie FONTAINE, simple lecteur, et comme lui un des membres du Crédit au travail.

Il connait aussi et apprécie, dès les années 1849, Joseph DELBROUCK, simple lecteur à la BAI-III et fondateur de la BAI de Vernon (Eure). Il publie dans la Revue générale de l’architecture et des travaux publics 26 les projets de cet architecte fouriériste, pacifiste militant, très engagé dans le mouvement associationniste27.

Relations repérées avec d’autres fondateurs de bibliothèques populaires : Outre les précédents (voir ci-dessus), Marc Aurèle RATAUD, maire du 5e arr. entre 1860 et 1870 et donateur comme lui à la BAI-V, qui participe le 18 mars 1866 à la 1ère assemblée générale dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

Éléments biographiques complémentaires28:

César Daly est Anglais par son père. Il est issu par sa mère de deux puissantes familles d’Artois de l’Ancien Régime, les BERNARD de CALONNE et les RAULIN de BELVAL. Ce sont des légitimistes ruinés. Ayant perdu toute influence politique, ils sont exclus des postes prestigieux, mais bénéficieront de la loi dite du « milliard des émigrés » votée sous Charles X.
Sa position sociale est ambigüe. « Daly, aristocrate déclassé de naissance illégitime, comme d’autres enfants de naissance ambigüe, comme Émile de Girardin, a choisi la carrière de journaliste et en est sorti un pionnier de la presse française29» : naissance illégitime, double nationalité, aristocratie ruinée, jeunesse dans la gêne, architecte non passé par l’École des Beaux-Arts. Mais il est talentueux, chaleureux, beau parleur et brillant. Il rencontre le fouriérisme et surtout son ami Victor Considerant. Il devient l’architecte des phalanstères, mais garde toujours des liens avec le milieu de ses origines.
Il soutient avec plus ou moins de bonheur « la classe si intelligente de nos ouvriers et artistes-industriels », définition qui s’applique bien aux artisans fondateurs de la BAI-III. Il défend l’existence et l’utilité d’un art d’émulation vivant et inventif, accessible au plus grand nombre, mais il ne s’engage pas totalement dans le fouriérisme. Il participe activement, dans ses écrits, à la réflexion sur le métier d’architecte. Attiré par le faste et fidèle en amitié, il se rapproche de l’Empire après 1856.
Vers 1828-1830, sa mère, veuve depuis 1824 et sans argent, rentre en France. Il prépare l’entrée à Polytechnique au collège de Douai, échoue et travaille chez l’architecte M. MALTAIS.
En 1831-35, à Paris, il s’inscrit à l’atelier d’architecture de Félix DUBAN et se lance aussi dans des études de droit avec son beau-frère LOY, fils d’un avoué à la Cour d’appel de Douai. Il n’est jamais élève de l’École des Beaux-Arts.
En 1836, il fréquente les milieux socialistes, est compagnon de route des fouriéristes. Après l’incendie de la cathédrale de Chartres, il en écrit l’histoire et dessine des planches pour le journal fouriériste La Phalange 30. Elles sont exposées au Salon et dans plusieurs grandes villes. Trois d’entre elles sont offertes aux nouveaux abonnés du journal ou vendues au profit de la restauration de la cathédrale. Il est lancé.
Sur la proposition de « l’École sociétaire », structure instaurée par les fouriéristes qui se réclament non pas d’un homme mais d’une science sociale, il reprend un projet de phalanstère pour 400 enfants à Condé-sur-Vesgre. Il reçoit 10 000 francs pour ce travail, qui s’enlise par manque de budget. Il est désormais connu comme l’architecte du Phalanstère.
En 1837, il supervise la confection du masque mortuaire de Charles FOURIER.
À la même époque, il se lie d’amitié à Paris avec Jules BARBEY d’AUREVILLY, dandy, journaliste à l’Europe, président d’un club catholique, défenseur des idées orléanistes, qui lui dédicacera en 1861 son ouvrage Du Dandysme et de George Brummell. Son cousin Alphonse de CALONNE, à l’origine de cette rencontre, deviendra plus tard rédacteur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics.
En 1838, il écrit dans La Phalange « Le système social de Monsieur Owen31.
En 1840, il fonde la Revue d’architecture et des travaux publics32. Cette date est considérée comme celle de la création de la presse d’architecture en France33.

La revue a un rayonnement international considérable, et elle devient sa préoccupation première. Il en est le directeur. On y retrouve des influences saint-simoniennes et fouriéristes sur les notions d’art, d’architecture et de sociabilité, d’industrie et d’innovation technique. Une aide de sa mère, grâce au « milliard des émigrés », ne serait pas étrangère au luxe et au raffinement de la revue. Il obtient des médailles pour ses publications aux Expositions universelles de Paris (1855) et de Londres (1862), et une médaille d’argent à l’Exposition universelle (Paris) de 186734. .
En 1843-44, il est choisi par Flora TRISTAN pour construire le Palais de l’Union ouvrière (voir plus haut). Il compte parmi les souscripteurs de son ouvrage intitulé Union ouvrière. Un brevet d’invention demandé en 1842 lui est délivré pour un système de pavage.
En 1845, débutent ses grands travaux de restauration de la cathédrale d’Albi ; il devient architecte diocésain, poste qu’il conserve pendant 32 ans. Il est membre de la commission des arts et édifices religieux.
Il est alors un des neuf membres du conseil de l’École sociétaire, mais il rédige très peu d’articles dans La Phalange. Les articles parus dans la presse fouriériste sont en général repris de la Revue générale d’architecture.
En 1848, il est membre de la Société républicaine centrale, le Club fondé par Auguste BLANQUI. (V. CONSIDERANT et F. CANTAGREL sont en exil).
Il se propose pour participer à la Commission du Luxembourg créée par le gouvernement provisoire, destinée à réfléchir à l’organisation du travail, et que préside Louis BLANC. À la demande de celui-ci, il dessine pour la Commission les plans d’établissements où 400 ménages ouvriers, disposant chacun d’un logement distinct, pourraient bénéficier des avantages de la consommation en commun.
Il se bat pour que les artistes industriels soient reconnus au même titre que les autres, et fonde une Société d’artistes décorateurs et industriels d’environ 400 membres, en insistant « pour qu’ils soient admis dans les Sociétés des Beaux-Arts35». Mais cette société sera éphémère. Il se bat également pour la reconnaissance de l’art dans la vie de la nation : il provoque « une réunion d’architectes, peintres, sculpteurs, poètes et critiques d’art dans le but d’élire à la Constituante un député dont le mandat aurait été en toute occasion, les intérêts de l’art ; mais l’assemblée ne [peut] s’entendre36», quoi que plusieurs corporations, dont la corporation des ouvriers maçons et le corps des architectes, aient soutenu sa candidature37.
Il est candidat malheureux à l’Assemblée nationale constituante. Dans sa profession de foi, il demandait « la République avec toutes ses conséquences », suffrage universel, éducation professionnelle et générale garantie à tous, droit au travail, respect de la propriété, « union fraternelle entre les chefs d’industrie et les ouvriers », retraite pour les travailleurs.
Enfin, PROUDHON le charge de participer à l’organisation d’une banque du peuple, en liaison avec les travaux de la Commission du Luxembourg. Mais, outre les divergences de celui-ci avec le gouvernement, la mutualité du crédit n’est pas acceptée par la législation.
La même année, il entre à l’Académie d’architecture, est nommé membre de la commission des arts et édifices religieux.
1854-57, il rejoint Victor CONSIDERANT à Washington, puis le groupe « Réunion » au Texas, visite l’Amérique centrale, élabore des projets, et revient en France, où il se rapproche du gouvernement de l’Empire.
1861, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur38.
1864, il dédie la première livraison de son Architecture privée au XIXe siècle au baron HAUSSMANN.
Il dédicace à Prosper MÉRIMÉE, président de la commission des monuments historiques et proche de la famille impériale, son ouvrage intitulé Des concours pour les monuments publics, dans lequel il affirme que « le concours, c’est la démocratie dans l’art, c’est l’égalité des talents devant l’administration ». MÉRIMÉE le propose pour le jury de l’Exposition universelle de Londres, puis pour représenter l’architecture à la commission scientifique du Mexique.
1880, à l’initiative de César DALY et d’Eugène BURNOUF, Jules FERRY fait attribuer à Victor CONSIDERANT une pension annuelle de 1000 francs, qu’il refuse.
Il reçoit Victor CONSIDERANT à Wissous, durant 3 ans.
1891, il reçoit la Royal Gold Médal.
En 1894, il décède, très endetté39. Il est incinéré au Père Lachaise comme un libre-penseur. Son épouse Sidonie lui survit. À son décès, il laisse le manuscrit d’un Dictionnaire universel d’architecture inachevé40.

 

Écrits de la personne :

Notice ISNI : http://isni.org/isni/0000000066416536

  • Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir /par M. César Daly, Paris, 1861.
  • Des droits et des devoirs de l’architecte : envisagés comme constituant le programme nécessaire de tout journal […], César Daly, C. Daly (Paris), 1870.
    Les deux titres suivants sont conservés à la BAI-III :*
  • Revue générale de l’architecture et des travaux publics
  • L’ architecture privée au XIXe siècle : nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série. 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870
Décorations intérieures peintes : l’architecture privée au XIXe siècle (troisième série). Vol. 2, Cabinets de travail, bibliothèque, accès et dépandances [i.e.], salles de concert, magasin, détails divers et parrallèles / par M. César Daly, Paris, Ducher, 1877, p. 3. Gallica (BnF).

Sources :

« Registre des premiers lecteurs » : registre conservé par la BAI-III, indiquant vraisemblablement les noms des premiers inscrits. Voir sa transcription ici.

CR BAI-III 
CR BAI-V

Abréviations :

AD : Archives départementales (les chiffres correspondent aux départements).
BAI : Bibliothèque des Amis de l’Instruction (les chiffres romains précisent l’arrondissement).
CR : comptes rendus imprimés des BAI, conservés par différentes bibliothèques.
COLL84 : Actes du colloque de 1984
COLL14 : Actes du colloque de 2014
CTHS : Comité des travaux historiques et scientifiques
DATA-BnF : BnF, Des fiches de référence sur les auteurs, les œuvres et les thèmes.
D. FOUR : dictionnaire du fouriérisme en ligne
LEONORE : base de la Légion d’honneur en ligne
MAITRON : site du Dictionnaire biographique en ligne

Auteur de la fiche : Geneviève Deblock

Fiche publiée le 24 juin 2021

Cite this article as: Geneviève et Pierre Deblock, "Les réseaux des premiers acteurs de la BAI-III : César Daly," in Bibliothèques populaires, 24/05/2021, https://bai.hypotheses.org/4916.

  1. CR BAI-III 1861 ; CR BAI-III 1862/1. []
  2. AD 55. C. Daly, acte de naissance ; Arbre généalogique de César Daly. Les témoins de la déclaration de naissance sont Jean SALMON, marchand orfèvre âgé de 47 ans, et Louis CÉZILE, traiteur âgé de 32 ans, tous deux amis de ses père et mère. Le dossier de la Légion d’honneur indique une date de naissance erronée, 1809. []
  3. Elle est en fait mineure, née le 20 mai 1790. []
  4. Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  5. ADP, C. Daly, Mariage , 1860 ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly » dans Hélène Lipstadt (dir.), Architectes et ingénieurs dans la presse, CORDA, 1980. Un contrat de mariage est signé chez Me Simon, notaire à Paris. Les témoins sont François Eugène Victor Auguste HERMILLE, chef de division au Ministère de l’Instruction publique et des Cultes, chevalier de la légion d’honneur et de saint Grégoire le Grand, 47 ans, demeurant 43 avenue de Neuilly, Désiré Gabriel LAVEDANT, homme de lettres demeurant 6 rue Lavoisier, tous deux amis de l’époux, Louis Auguste AYGALENG, ingénieur mécanicien, 45 ans, demeurant 1 rue du Cardinal Lemoine, frère de l’épouse, et Pierre Dominique BAZAINE, ingénieur en chef des Ponts et chaussées, chevalier de la légion d’honneur, 50 ans, demeurant 27 cité Vindé. []
  6. Marcel Robert Dyonis, né le 13 octobre 1860 à Wissous (Essonne), décédé le 15 septembre 1932 à Seattle (États-Unis), à l’âge de 71 ans, ingénieur civil, consul de France à Seattle (États-Unis). Voir ici sur Geneanet. RGA XXXIX, 1882, col. 103 ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue générale d’architecture et des travaux publics Paris, Picard, 1991. []
  7. Raymond Auguste, né le 23 février 1862, décédé après 1900. Il est inscrit à l’Ecole des Beaux-arts entre 1882 et 1885 sous le matricule 3432. Voir : AGORA. Base de données de l’INHA. ; D. FOUR : notice de Raymond Daly par B. Desmars. []
  8. Voir : AD91. DALY. Victor Camille. 1862. Naissance. Né à Wissous le 23 février 1862. AD91, voir ici. []
  9. AD 91, C. Daly, acte de décès. Les déclarants sont Victor Camille Daly, son fils, âgé de 33 ans, domicilié à Paris, 5 rue de Navarre, et Paul THOUVENEL, docteur en médecine, âgé de 40 ans, domicilié à Antony. []
  10. Bulletin des lois,  nº 1167, p. 1304, décret Nº 11729. []
  11. CR BAI-III, 1861. []
  12. ADVP, calepins du cadastre DP4 C, 1102, 1862-65. []
  13. AD91, C. Daly, acte de décès. []
  14. D. FOUR ; COLL 84 ; Banque du peuple : déclaration / [signée : P.-J. Proudhon], impr. De Boulé, Paris, 1849, suivi d’un rapport de la commission des délégués du Luxembourg et des corporations ouvrière, p. 8 ;  Jean-Claude Sosnowski, « Les banquets phalanstériens : une tentative d’initiation à l’harmonie« , Carnet de recherche « Une tradition oubliée : intellectuels et expérimentateurs socialistes 1830-1870 ». []
  15. Voir « La singulière actualité du fouriérisme sous la Deuxième République », D. FOUR. []
  16. Voir : Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848…, Paris, 1851. []
  17. Voir Olivier Chaïbi, « Banque (d’Échange et du Peuple) », Société P.-J. Proudhon. []
  18. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Série 1,3): Villas suburbaines — Paris: Ducher, 1870 ; C. Daly, faire-part de décès ; CTHS. []
  19. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  20. D. FOUR ; Agnès Sandras, « Les femmes dans les bibliothèques populaires, une présence volontairement oubliée ? Quelques pistes de réflexion », Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, dir. Carole Christen, Laurent Besse, Presses universitaires du Septentrion, 2017. []
  21. Colloque 1984 ; Béluze, Jean-Pierre. Liste des commanditaires de la Société du Crédit au Travail 1863-1868. [s.l.], [s.n.], 1868. La banque coopérative fait faillite en 1868. ; MAITRON ; D. FOUR ; Bernard Desmars, « Des cours et des bibliothèques pour changer le monde ? Les fouriéristes et l’éducation populaire (1848-vers 1875) », dans Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, op. cit., p.151. []
  22. Jules Duval, 1862-1870. Voir Michèle Madonna-Desbazeille, « L’Union agricole d’Afrique, une communauté fouriériste à Saint-Denis du Sig, Algérie », D. FOUR, 2005 ; L’Union agricole d’Afrique : nouveau système de colonisation de l’Algérie, Lyon, 1846. []
  23. CRBAI-V 1865, 1866. []
  24. César Daly est témoin au mariage de son fils Antonin Adolphe André en 1878. []
  25. ADP. J.A. Barral, 2e mariage. 04/06/1866, Paris, 10e arr. Colloque 2004 ; D. FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et le journal l’a donc imprimée. []
  26. Colloque 2004. []
  27. Colloque 2004 ; D.FOUR ; dans un entrefilet de La démocratie pacifique du 22 février 1849, C. Daly rétablit une erreur dans le compte-rendu du banquet des ouvriers maçons de la Creuse du 20 février. Il en profite pour témoigner tout son respect pour Louis Delbrouck, défenseur des associations ouvrières. On voit par parenthèse, la loyauté du personnage, mais aussi sa popularité et son sens de la communication, car il semble avoir donné par écrit sa déclaration et journal l’a donc imprimée. []
  28. CR-BAI-III 1861, 1862, 1865, 68-69 ; D. FOUR ; MAITRON ; Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. ; Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, op. cit ., chronologie, p. 290-292 ; Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle. []
  29. Ian Frazer, op. cit. []
  30. Des concours pour les monuments publics dans le passé, le présent et l’avenir, par M. César Daly, Paris, 1861. []
  31. La Phalange, p. 27, 49, 81, 37. []
  32. 1840-1888. Imprimée par LACRAMPE, une association de 19 ouvriers dirigée par le lithographe et imprimeur en taille douce Jean Baptiste Xavier LACRAMPE, et connu pour la qualité de son travail. Voir : le Dictionnaire des imprimeurs libraires du XIXe siècle. []
  33. 4 ans auparavant,  parait Le Journal de l’industrie et du capitalisme (1836-1840), organe luxueux consacré principalement aux transports et aux chemins de fer. Il est dirigé par un groupe d’ingénieurs issus de la grande bourgeoisie, dont Auguste Perdonnet, et correspond à une période d’essor d’une presse spécialisée. []
  34. Daly, César, L’ architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Sér. 1,3): Villas suburbaines — Paris : Ducher, 1870, op. cit. []
  35. Le Technologiste, tome 17, op. cit. ; La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, p. 3, 4 : « Ce sont les artistes industriels surtout qui font comprendre au peuple les beautés de l’art ». []
  36. Le technologiste, tome 17, 1894, p. 60. []
  37. La Démocratie pacifique, 24 mars 1848, op. cit. []
  38. Légion d’honneur. Dossier : LH/650/13 []
  39. Ian Frazer, « La Vie secrète de César Daly », op. cit. []
  40. Le Technologiste, op. cit. []